Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

CHOJECKI, Charles-Edmond

Wiski (Pologne), 15 octobre 1822 – Bellevue, 1er décembre 1899

Jean-Charles Geslot

Texte intégral

Bibliothécaire éphémère du ministère de l’Algérie, il est surtout, pendant le dernier quart du XIXe siècle, le directeur de la bibliothèque du Sénat, et un représentant typique de la figure du bibliothécaire écrivain et mondain.

Chojecki par l'atelier Nadar.

gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

1Edmund-Franciszek-Maurycy Chojecki (ou Choïeçki), plus connu en France sous le nom de « Charles-Edmond », est le fils d’un haut fonctionnaire et bibliophile de Pologne orientale. Après des études au collège provincial de Varsovie, où il apprend le français sous la férule du professeur Mikołaj Chopin, le père du musicien, il est nommé secrétaire du conseil d’administration des Théâtres de Varsovie (1841), mais son engagement dans la presse nationaliste hostile à la Russie l’oblige à quitter sa terre natale. Réfugié à Paris en 1845, il participe ensuite au Printemps des peuples puis à la guerre de Crimée, et se lie avec le Prince Napoléon qui en fait son collaborateur. Lorsque ce dernier devient ministre de l’Algérie et des Colonies en 1858, il trouve à Chojecki une place de chef de bureau, et en fait le responsable de la bibliothèque du ministère. Cette expérience est toutefois éphémère, puisque le ministère est supprimé à la fin de 1860. Le Polonais, naturalisé français (1857), fait chevalier (1858) puis officier (1867) de la Légion d’honneur, peut dès lors se consacrer à sa carrière d’écrivain, de publiciste et de dramaturge, et aux mondanités de la société littéraire parisienne. Celles-ci passent notamment par la participation à des duels, en tant que témoin pour Edmond About ou Francisque Sarcey – ce qui lui vaut quelques condamnations à des amendes. En janvier 1862, il est nommé bibliothécaire-adjoint du Sénat, en remplacement d’Étienne Gallois promu à la direction de l’institution. En 1867, il est commissaire-général du vice-roi d’Égypte pour l’Exposition universelle de Paris.

2Promu à son tour bibliothécaire du Luxembourg (le Sénat a été supprimé en 1870) le 30 mai 1872, Chojecki devient bibliothécaire-administrateur le 1er janvier 1873, et le restera jusqu’en 1899. Il est entouré d’une équipe de collaborateurs avec lesquels il forme pendant un quart de siècle un groupe de bibliothécaires plutôt atypiques, davantage caractérisés par leur dilettantisme et leur amour de la conversation littéraire et mondaine que par leur zèle à aider les lecteurs ou à réfléchir aux grands principes de la bibliothéconomie : le publiciste Auguste Lacaussade (en poste de 1873 à 1897), l’ancien bibliothécaire de Fontainebleau et auteur, Louis Ratisbonne (de 1873 à 1900), et surtout deux écrivains reconnus, ou en passe de l’être, Charles Leconte de Lisle (de 1871 à 1894) et Anatole France (de 1876 à 1890). Tous les témoignages concordent pour raconter comment ces hommes, arrivant à leur bureau à des heures tardives – du moins les jours où ils y mettent les pieds – passent en général leur temps à fumer, discuter ou faire leur courrier, rechignent à effectuer le travail de catalogage, et ne s’intéressent aux sénateurs que pour les mêler à leurs bruyants échanges. Les lecteurs souhaitant travailler sont souvent obligés de fuir les échos de leurs voix, quand ce ne sont pas les bibliothécaires eux-mêmes qui les fuient pour ne pas avoir à répondre à leurs sollicitations…

3Ce portrait de groupe, un peu caricatural bien qu’assez emblématique des sinécures que peuvent encore représenter certains postes de bibliothèques administratives au XIXe siècle, ne doit pas cependant faire ignorer le travail accompli, même par ces dilettantes : Chojecki, s’appuyant sur d’autres collaborateurs plus sérieux comme René Samuel, envoie (à défaut de les rédiger ?) les rapports réglementaires aux questeurs du Sénat, dénonce au besoin l’incurie de ses subordonnés (Anatole France est particulièrement visé à partir de 1884) et obtient en 1877 de pouvoir lancer la refonte et l’impression du catalogue de la bibliothèque, réalisées de 1878 à 1882. Une nouvelle mise à jour du Catalogue méthodique est entamée en 1890. Ce sera sa dernière grande œuvre : accusé, notamment par Le Figaro, d’occuper une place qu’il a obtenue on ne sait comment du temps de l’Empire et dont, ajoute le journal, il est aussi indigne qu’elle est bien rémunérée (plus de 10 000 F par an), il prend sa retraite le 1er janvier 1896 et est remplacé par Louis Favre.

ISNI

0000 0001 1880 2712

Sources primaires et bibliographie

Archives nationales (LH/529/76) ;

Le Figaro, 22 sept. 1894, p. 1 ;

Desurvire, 2011, 2014 ;

Polet, 2000.

Table des illustrations

Légende Chojecki par l'atelier Nadar.
Crédits gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search