Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

CASTAN, Auguste

Besançon, 20 novembre 1833 – Besançon, 28 juin 1892

Anne Verdure-Mary

Texte intégral

Archéologue, érudit, bibliothécaire de la ville de Besançon, mais aussi archiviste municipal et conservateur du musée par intérim, il a consacré toute sa vie à l’histoire de la Franche-Comté. Omniprésent dans la vie intellectuelle de la ville, il s’est particulièrement attaché à décrire les collections de la bibliothèque (imprimés, manuscrits, incunables).

© Bibliothèque municipale de Besançon,

1Il est issu d’une famille modeste : son père Antoine Castan est marchand de cuirs, sa mère Caroline Margot seconde son époux. Il fait ses études au Collège royal de Besançon, devient bachelier en 1852 et, sur les conseils de Charles Weiss, bibliothécaire de la ville, se présente à l’ENC dont il sort premier en 1855 avec une thèse intitulée Essais sur l’origine de la commune de Besançon. Dès sa première année d’études, il se lie d’amitié avec Jules Quicherat qui écrit son Histoire de Sainte-Barbe, tandis que Castan s’attelle à une Histoire du collège de Bourgogne (second prix en 1855 au concours d’histoire de l’Académie de Besançon). Il décline un poste au cabinet des Antiques de la Bibliothèque impériale pour rejoindre la bibliothèque de Besançon où il devient, en 1855, l'adjoint de Charles Weiss avant de le remplacer en 1866.

2Archéologue passionné par sa région d’origine, il œuvre avant tout à la connaissance des monuments et bâtiments de Franche-Comté sur lesquels il rédige de nombreuses notices (le Champ de Mars, la Porte Noire, le palais Granvelle, etc.). Ses travaux s’insèrent dans une histoire de la Franche-Comté qu’il ambitionne d’écrire mais qu’il ne termine jamais, additionnant avant tout notices et articles érudits. À la veille de la guerre de 1870, Castan fait des fouilles au pied de la cathédrale Saint-Jean où il situe le théâtre de la cité gallo-romaine Vesontio. Des ruines antiques sont en effet découvertes, bien que leur interprétation soit débattue : cet ensemble prend plus tard le nom de « square Castan ».

Notes prises par Auguste Castan.

© Bibliothèque municipale de Besançon,

3Il déploie de tous côtés une activité inlassable : en tant qu’archiviste, il classe les archives communales, rédige l’inventaire des délibérations municipales et dépouille les registres des comptes communaux. En tant que bibliothécaire, il accroît les collections, il achète en 1860 les 75 portefeuilles des papiers Duvernoy (importants pour l’histoire du Comté de Montbéliard), et fait entrer de nombreux dons grâce à ses relations parmi les notables francs-comtois : 2 000 estampes provenant de la succession de Gaston Marquiset, 2 000 volumes légués par le physicien Claude Pouillet, 480 volumes légués par Théodore Belamy. Lui-même fait des dons réguliers à la bibliothèque. En parallèle, il s’attache au signalement des collections, le troisième volume du catalogue des imprimés (1875) et classe les plus importantes des médailles de la collection, qu’il décrit dans son Inventaire des richesses d’art de la bibliothèque (1879). Il rédige également le catalogue des manuscrits, qui n’est publié qu’après sa mort. Il est enfin l’auteur du catalogue des incunables, terminé en 1890.

4Castan joue un rôle important dans la vie intellectuelle en Franche-Comté. Si son esprit indépendant lui vaut des relations tumultueuses avec l’Académie de Besançon, il est élu secrétaire à la Société d’émulation du Doubs en décembre 1864 et la dirige pendant quatorze ans. Alors que la société s’attachait à l’étude des sciences physiques et naturelles, Castan y introduit les recherches historiques, et en fait un véritable centre de vulgarisation intellectuelle pour la province. En 1868, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur.

5Il est nommé correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1874, et membre associé de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, pour sa collaboration à la publication de la correspondance du cardinal Antoine Perrenot de Granvelle. Il participe au catalogue du musée de peinture de Besançon et rédige de manière minutieuse ceux de 1886 et 1889, reprenant certaines attributions. En 1889-1890, conservateur intérimaire des musées, il est à l’origine du don, par le poète Édouard Grenier, de l’œuvre de son frère Jules (environ 200 aquarelles et dessins, 25 volumes d’études de paysages). Ses démêlés avec le peintre Jean Gigoux, donateur important de la ville, l’empêchent cependant d’être nommé conservateur des musées.

6Il meurt brusquement au milieu de la correction des épreuves du catalogue des incunables, dans la salle de lecture de la bibliothèque, d’une attaque d’apoplexie.

7En mars 1873, il a épousé Marie Boll, institutrice en disponibilité ; ils n’ont pas eu d’enfant. Ses papiers, donnés par sa veuve à la bibliothèque de Besançon entre 1905 et 1913, sont désormais conservés sous la dénomination Collection Auguste Castan.

ISNI

0000 0000 6629 353X

Sources primaires et bibliographie

BM Besançon (Collection Auguste Castan : Ms 1797-1875) ;

Chapelle et Roynette, 2015 ;

Delisle, 1893 ;

Mathieu, 1995 ;

Pingaud, 1894, 1896 ;

Piquart, 1943.

Table des illustrations

Crédits © Bibliothèque municipale de Besançon,
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12969/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Notes prises par Auguste Castan.
Crédits © Bibliothèque municipale de Besançon,
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12969/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 695k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search