Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

CAIN, Julien

Paris, 10 mai 1887 ˗ Paris, 9 octobre 1974

Jacqueline Sanson

Texte intégral

Il est nommé administrateur général de la BN en 1930 et exerce ces fonctions jusqu’en 1964, excepté la période de Vichy pendant laquelle il est révoqué et déporté. Il développe et modernise l’institution avec brio pendant plus d’une trentaine d’années. À partir de 1946, il est aussi directeur des bibliothèques et de la lecture publique.

1Fils d’un imprimeur parisien originaire de Lorraine, Julien Cain, après de solides études au collège Rollin et au lycée Condorcet, réussit l’agrégation d’histoire en 1911. Il enseigne une année à Toulon. Passionné d’histoire de l’art, il reprend des études à l’École du Louvre, interrompues par la guerre. Grièvement blessé en 1916, il est déclaré « inapte à faire campagne ». À partir de 1917, il est affecté au service de documentation étrangère commun aux ministères de la Guerre et des Affaires étrangères. Après la guerre, et deux années d’études en histoire de l’art, il dirige au quai d’Orsay la section d’étude de la presse étrangère jusqu'en 1927. Il est alors appelé à diriger le cabinet du président socialiste de la Chambre des députés, Fernand Bouisson.

2Sur la recommandation de Léon Blum, Julien Cain est nommé à la tête de la BN le 1er mai 1930. Son mandat, le plus long de l’histoire de la BnF, est aussi l’un des plus brillants. Grâce à des crédits supplémentaires, Julien Cain obtient rapidement certains succès. Sa première tâche consiste à achever les travaux d’agrandissement lancés par ses prédécesseurs : la salle ovale, destinée à la consultation des périodiques, est enfin mise en service en 1936 ; l’annexe de Versailles voit le jour en 1934. La salle des catalogues et la salle de lecture de la Réserve, ouvertes en 1934 et 1936, libèrent des places dans la salle de travail surchargée des livres imprimés. La bibliothèque de l’Arsenal et la bibliothèque-musée de l’Opéra sont rattachées à la BN. En 1938, il crée la phonothèque nationale. Il dynamise la rédaction des catalogues tant pour les imprimés que pour les collections spécialisées. Sous son mandat, est lancé l’inventaire du fonds français des estampes, par siècle et ordre alphabétique d’artiste. Il poursuit la politique d’exposition de son prédécesseur, Pierre Roland-Marcel, et la développe : il envisage les expositions de façon méthodique : commémorations, nouvelles acquisitions, partenariat avec d’autres institutions. La BN organise alors 5 à 6 expositions par an avec le souci de mettre en valeur les collections dans leur diversité. On célèbre ainsi les arts : la gravure, l’enluminure, la médaille, la musique, les grands de la littérature française et étrangère, les institutions.

Julien Cain par Man Ray, 1960.

© Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris, [2020] Cliché : Adagp Images,

3Il participe aux débats sur la modernisation des bibliothèques, il est vice-président de l’UFOD et président d’honneur de l’ADLP. Il bénéficie de la confiance de Léon Blum et Jean Zay, ministre de l'Éducation nationale, lui confie, en 1936, un budget pour développer des actions en faveur du livre et des bibliothèques ; il structure un Bureau d’information sur les bibliothèques et un service d’achat de livres pour les bibliothèques publiques. Il participe aux grandes aventures intellectuelles de l’entre-deux-guerres : président de la classe « bibliothèques et manifestations littéraires » de l’Exposition internationale de Paris en 1937, il prolonge le Musée de la littérature par une section des bibliothèques. Il est nommé directeur du volume de L’encyclopédie française, dirigé par Lucien Febvre, consacré à la Civilisation écrite. Il connaît et fréquente le monde politique au sein duquel il compte des amis et noue également de solides amitiés avec le milieu littéraire et artistique. Dans leur propriété de Louveciennes, Julien Cain et Lucienne Mayer, son épouse depuis avril 1921, reçoivent régulièrement écrivains et artistes : Paul Valéry, Georges Duhamel, Darius Milhaud…

Jean Zay (à gauche), ministre de l’Éducation nationale et Julien Cain, administrateur général de la BN, inspectant les travaux d’agrandissement de la Bibliothèque nationale. Paris, vers 1937-1938.

© Henri Martinie / Roger-Viollet

4Ce parcours exemplaire est interrompu pendant la Seconde Guerre mondiale : Julien Cain est révoqué de ses fonctions en juillet 1940, arrêté en 1941, emprisonné successivement à la Santé, au fort de Romainville, au camp de Royallieu puis déporté à Buchenwald en janvier 1944. Libéré en avril 1945, il reprend la direction de la BN six mois plus tard et poursuit son rôle de bâtisseur. Il mène à terme les grands travaux (dont il avait dressé le plan avant la guerre) avec l’architecte Michel Roux-Spitz, notamment l’installation du département des Estampes dans l’aile Tubeuf en 1946, la construction d’un deuxième bâtiment à Versailles en 1953, les nouveaux locaux du département des Cartes et Plans en 1954, la surélévation du magasin des imprimés en 1955-1957 et l’installation du département de la Musique à l’angle des rues Richelieu et Louvois en 1964. La BN s’enrichit grâce à des dons remarquables, comme ceux de la famille Rothschild, et des achats judicieux. Très sensible aux questions de conservation, il obtient du CNRS la création du futur Centre de recherche sur la conservation des documents graphiques et développe le microfilmage, notamment de la presse. Il amplifie considérablement sa politique d’exposition : l’art y occupe toujours une place de choix, notamment la gravure mais aussi la photographie. À la suite de Marcel Bouteron, il est nommé directeur de la DBLP le 18 avril 1946, tout en restant administrateur général. Avec le concours de ses collaborateurs Pierre Lelièvre et Paul Poindron, il crée une trentaine de BCP, engage la reconstruction de nombreuses bibliothèques de villes sinistrées (notamment Douai, Lorient, Mantes-la-Jolie), développe des bibliothèques universitaires. Attentif à la situation des personnels de bibliothèque, il se bat pour la révision de leurs statuts et de leurs traitements.

5Membre de l’Académie des beaux-arts depuis 1953, élevé grand-croix de la Légion d’honneur en 1957, président de la commission française de l’Unesco depuis 1958, Julien Cain est nommé, peu avant sa retraite, conservateur du musée Jacquemart-André, fonction qu’il conserve jusqu’à sa mort.

ISNI

0000 0001 2095 5638

Sources primaires et bibliographie

La Bibliothèque nationale pendant les années 1930-1932 ; 1935 à 1940 ; 1945 à 1951 ; 1952-1955 : Rapports d’activité de Julien Cain ;

Barnett, 2009 ;

Dennery, 1974 ;

Enssib, Dictionnaire de l'Enssib, 2015 ;

Kleindienst, 2009 ;

Meyer, 2011 ;

Nicault, 2005 ;

Pierrot, 1975 ;

Renoult, 2019 ;

Roudomino, 1978.

Table des illustrations

Crédits Source : BnF
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Julien Cain par Man Ray, 1960.
Crédits © Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris, [2020] Cliché : Adagp Images,
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12967/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Légende Jean Zay (à gauche), ministre de l’Éducation nationale et Julien Cain, administrateur général de la BN, inspectant les travaux d’agrandissement de la Bibliothèque nationale. Paris, vers 1937-1938.
Crédits © Henri Martinie / Roger-Viollet
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12967/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search