Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

CADOU, Hélène

Mesquer, 4 juin 1922 – Nantes, 20 juin 2014

Isabelle Antonutti

Texte intégral

Responsable du fonds d’étude de la BM d'Orléans, présidente de la Maison de la culture du Carré Saint-Vincent, elle marque la vie culturelle de la ville. Poétesse, elle a reçu le prix Verlaine.

© André-Paul JACQUES

1En 2017, la ville d’Orléans a inauguré un jardin en mémoire d’une poétesse et bibliothécaire, Hélène Laurent-Cadou. Ses parents, Julien et Jeanne, étaient instituteurs. Elle est étudiante en philosophie quand elle rencontre le poète René Guy Cadou qu’elle épouse en 1946. Il meurt en 1951 à 31 ans. Hélène Cadou part alors à Orléans où elle est accueillie par un ami, le peintre, sculpteur et poète Roger Toulouse. En 1951, sur proposition du maire d’Orléans Roger Secrétain, elle intègre la bibliothèque et collabore avec les différents directeurs, Georges Bataille, puis François Hauchecorne et Jean-Claude Roda. Elle est en charge du fonds d’étude, puis elle initie une collection de livres d'artistes et de bibliophilie contemporaine qui s’attache à valoriser les auteurs locaux. Une lettre manuscrite de Max Jacob à Jean Lescure qu’elle donne à la bibliothèque est à l’origine du fonds. Elle s’investit dans l’action culturelle et en septembre 1967, elle devient présidente de l'association qui permet la création d’une Maison de la culture proposant une discothèque, un ciné-club, un foyer lecture, des expositions et une programmation musicale et théâtrale. Elle participe activement à la vie intellectuelle, amie de poètes, peintres, écrivains, elle accompagne aussi les jeunes talents. Son engagement lui vaut une double distinction, dans l’Ordre national du Mérite et dans celui des Arts et des Lettres. Elle prend sa retraite en 1987 et revient à Nantes.

2Tout au long de sa vie, elle défend et promeut la diffusion de l’œuvre de son mari, à qui elle consacre un mémoire de maîtrise de philosophie. Elle s’engage à son tour dans la création en affirmant sa propre vocation de poète et publie son premier recueil Le bonheur du jour en 1956. 24 autres titres suivront. Elle reçoit le prix Verlaine en 1990. Ses ouvrages sont publiés par les éditeurs Seghers, Rougerie et Bruno Doucey. Benoît Auffret, qui lui consacre une thèse en 1997, qualifie ainsi son travail : « Poésie du regard, […] un hommage à la lumière et à la transparence. »

3Elle poursuit son travail de mémoire et choisit de donner à Nantes tous ses manuscrits, livres et correspondances. Elle collabore à la création et à l’organisation de cette collection qui deviendra le fonds Hélène et René Guy Cadou, intégré dans un espace de la Médiathèque Jacques-Demy. Elle accompagne aussi la commune de Louisfert (Loire-Atlantique) qui transforme la maison d’école et la classe unique où son mari a enseigné, en musée-demeure d’écrivain qui accueille manifestations, expositions et lectures.

ISNI

0000 0000 8098 5225

Sources primaires et bibliographie

Bibliothèque municipale de Nantes, Fonds Cadou, fol. Y ;

Auffret, 2001.

Table des illustrations

Crédits © André-Paul JACQUES
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

Auteur

Responsable de formations, Médiadix, Pôle Métiers du livre, université Paris Nanterre ; historienne, membre du Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines, université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search