Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

BILLIOUD, Joseph

Grièges, 1er juin 1888 – Marseille, 7 mars 1963

Jean-Charles Geslot

Texte intégral

Responsable de la BM de Marseille pendant 25 ans, il marque l’histoire de cette institution dont il organise les premières expositions patrimoniales dans les années 1920. Devenu ensuite archiviste en chef, il est une figure majeure du monde de l’érudition marseillaise.

Joseph Billioud en 1917.

© Collection familiale Joseph Billioud

1Issu par son père médecin d’une famille de magistrats de l’Ain, et par sa mère du milieu de la minoterie, il fait ses études au collège jésuite de Montgré, à Villefranche-sur-Saône. Envisageant un temps la carrière du commissariat de marine, il choisit finalement l’histoire, et passe le concours de l’ENC où il est reçu troisième en octobre 1907. Il en sort diplômé en février 1911, avec une thèse sur les États de Bourgogne jusqu’en 1498. Après son service militaire, effectué à Besançon, il enchaîne les stages dans divers services d’archives en Côte-d’Or, en Seine-et-Oise, dans la Drôme, mais surtout à Lille, où il travaille auprès de Max Bruchet sur les fonds religieux, et à Marseille où il contribue au classement du fonds de l’Ordre de Malte qu’achèvera Édouard Baratier. Mobilisé dans l’artillerie en août 1914, blessé à l’œil, décoré pour avoir abattu un avion ennemi, il est libéré de ses obligations militaires en mars 1919 et s’installe à Marseille, où il a épousé Jeanne Monnier en 1917. Il est nommé bibliothécaire municipal en 1920, et le reste jusqu’en 1946.

2À ce poste, il poursuit le catalogage du fonds de Provence, ainsi que l’indexation par matière et par auteur des ressources de l’institution. Il contribue également pleinement à la valorisation des fonds. Plusieurs témoignages évoquent ainsi sa disponibilité envers les chercheurs, lecteurs et érudits qui sollicitent ses grandes compétences et obtiennent souvent satisfaction. Il contribue surtout à l’organisation des premières expositions patrimoniales de l’institution, grâce, notamment, à la fondation en 1928 de la Société des amis de la bibliothèque. Elles portent sur « L’art provençal dans le livre, le dessin, la gravure » (1927), sur le cinquantenaire de Daumier (1929), sur « J.-A. Constantin et le romantisme de son temps » (1929), sur « l’art catholique » (1937). Il contribue aussi largement au dynamisme de la bibliothèque de Marseille. Pourvue à la fin des années 1930 de 150 000 volumes, d’un cabinet des médailles de 20 000 pièces et de quatre salles de lecture, disposant de son propre cabinet de reliure et d’un budget annuel d’environ 45 000 F, celle-ci finance environ 1 500 acquisitions chaque année (auxquelles s’ajoutent 500 ouvrages donnés par la Société des amis de la bibliothèque, les concessions de l’État et les dons des particuliers), et prête environ 5 000 volumes par an.

3Nommé en 1946 archiviste en chef de Marseille, en remplacement d’Émile Isnard, Joseph Billioud y poursuit une mission de catalogage et de valorisation des fonds (expositions sur le centenaire de 1848, sur Pierre Puget…). Il ne quitte toutefois pas totalement la bibliothèque, où il passe chaque samedi pour effectuer ses propres recherches. Il est en effet un historien de l’art et de l’économie extrêmement productif. La liste de ses publications s’élève à plus de 200 titres, parmi lesquels on compte une cinquantaine de brochures sur l’histoire de l’art aux XVIIe-XVIIIe siècles, et sa contribution à l’Histoire du commerce de Marseille dirigée par Gaston Rambert, un volume sur le XVIe siècle paru en 1959. Il est également un acteur majeur des sociétés savantes marseillaises. Il participe en 1924 à la fondation de l’Institut historique de Provence, puis, en 1950, à la Fédération historique de Provence dont il devient secrétaire général en 1951. Il est également longtemps administrateur du Comité du Vieux Marseille, et contribue aux revues comme Arts et livres de Provence, Provence historique (dont il est un temps directeur) et Marseille. Il s’éteint en 1963 sans avoir voulu prendre sa retraite des archives. Réputé pour son immense érudition, son efficacité et sa discrétion, il suscite les hommages des milieux érudits marseillais. Il laisse son nom à une rue du 3arrondissement de Marseille, ainsi qu’à une salle du Conservatoire (anciennes archives). Il est le père de l’historien Jacques Billioud, et le grand-père de l’écrivain et historien Jean-Michel Billioud.

ISNI

0000 0001 1749 9635

Bibliographie

Baratier, 1964 ;

Billioud, 1963 ;

Curtil-Boyer, 1963 ;

Guiral, 1963 ;

L.L., 1937 ;

Villard, 1964.

Table des illustrations

Légende Joseph Billioud en 1917.
Crédits © Collection familiale Joseph Billioud
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search