Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

BRIET, Suzanne

Paris, 1er février 1894 – Paris, 13 février 1989

Catherine Éloi

Texte intégral

Documentaliste et bibliothécaire, elle conçoit, réalise et dirige de 1934 jusqu’à sa retraite en 1955, la salle des Catalogues et des Bibliographies, lieu incontournable pour les usagers de la BN. Surnommée « Madame documentation », elle est vice-présidente de l’UFOD, enseignante à l’INTD et présidente de l’Union des femmes européennes.

Détail de la carte d'idéntité de Suzanne Briet, 1952-1953.

Bibliothèque nationale de France, archives institutionnelles

1Son père, Jean Baptiste Émile Briet, est maréchal des logis de la garde républicaine, et sa mère, Marie Catherine Orphise Cartulat, femme au foyer et fille d’instituteur. Elle a une sœur aînée, Alice, avec qui elle reste liée toute sa vie. Elle se dirige d’abord vers le professorat même si, de son propre aveu, le métier ne l’attire pas. Licenciée d’histoire et d’anglais, elle obtient également le certificat d’aptitude d’enseignement des lettres dans les lycées et collèges (Sèvres, 1915-1917) et enseigne au collège de jeunes filles de Bône (Algérie) de 1917 à 1920. Puis elle change d'orientation professionnelle. Elle suit les cours de bibliographie de Louis Barrau-Dihigo, conservateur à la bibliothèque de la Sorbonne, qui se déroulent à l’École des hautes études et elle y rencontre Louise-Noëlle Malclès. Elle épouse, à Paris, le 17 décembre 1925, Ferdinand Aurélien Dupuy, agrégé de lettres, dont elle divorce huit ans plus tard.

2Recommandée par Pol Neveux et le président du jury Henri Omont, Suzanne Briet pose sa candidature à la BN dès sa réussite au CAFBU où elle est reçue première, et y entre le 1er septembre 1924, d’abord comme bibliothécaire puis conservatrice adjointe titularisée sur proposition de Jean Laran en 1945. De 1924 à 1934, elle est affectée au service des Dons et Échanges étrangers au département des Imprimés et officie au prestigieux « Bureau » de la salle de travail du département des Imprimés. C’est là qu’elle mûrit son idée d’une salle consacrée aux outils bibliographiques, concept novateur approuvé par Julien Cain qui, parallèlement, supervise les transformations architecturales du bâtiment. Suzanne Briet est nommée en 1934 chef du tout nouveau service des Catalogues et des Bibliographies qui ouvre en avril, en contrebas de la salle de travail grâce aux travaux d’aménagement de l’architecte Michel Roux-Spitz. Le service, regroupant un large choix d’outils de référence constamment actualisé, propose aux lecteurs renseignements, recherches de cotes, orientations, réclamations de dépôt légal et suggestions d’achats et publie le Bulletin de documentation bibliographique. Suzanne Briet est très présente dans le domaine de la documentation par ses actions et nombreux écrits. Elle bâtit les fondements de l’enseignement de la documentation.

3Elle participe en 1931 avec Jean Girard, directeur de la Maison de la chimie, à la création de l’UFOD sous l’impulsion de l’Institut international de coopération intellectuelle dont les préconisations en matière de documentation lui inspireront la création de la salle des Catalogues et des Bibliographies. Elle est sollicitée par de nombreuses instances à l’étranger et dans ce cadre, elle est amenée à se rendre au Congrès national allemand de la documentation de Salzbourg en 1942. Elle devient secrétaire générale de l’UFOD en 1944 puis vice-présidente en 1948. Membre du Bulletin des bibliothèques de France, directrice d’études de l’INTD, vice-présidente de la FID, membre des commissions de normalisation, elle est représentante de la BN à l’étranger après la Seconde Guerre mondiale. Elle part en mission d’étude aux États-Unis d’octobre 1951 à février 1952 pour visiter bibliothèques et centres de documentation. Surnommée « Madame Documentation », elle publie en 1950, pour l’Unesco, son Rapport international sur la formation des bibliothécaires et documentalistes puis son manifeste Qu’est-ce que la documentation ? (1951).

4Elle crée à Paris en 1950, le club Rotary Zonta, un Rotary Club féminin, qui compte jusqu’à 8 000 femmes. Elle est présidente de l’Union des femmes européennes de 1950 à 1954. C'est dans la salle des Catalogues, qu’elle dirige jusqu’à sa retraite, que Julien Cain lui remet la Légion d’honneur le 25 octobre 1950. Elle est également Commandeur des Palmes académiques. Elle est chargée de l’exposition consacrée par la BN à Arthur Rimbaud en 1954. Retraitée le 15 février 1955, elle se consacre à l’histoire, particulièrement à celle des Ardennes, d'où sa famille est originaire, et à la littérature. Elle devient rédactrice en chef des Études rimbaldiennes. Dans son autobiographie, elle se revendique chrétienne.

ISNI

0000 0001 2142 920X

Sources primaires et bibliographie

Dossier administratif de Suzanne Briet, archives de la Bibliothèque nationale de France, n° 2907

Briet, 1976 ;

Buckland, 1995, 2006 ;

Colloque ISKO France, 2018 ;

Diebolt, 2009 ;

Fayet-Scribe, 2000, 2012 ;

Lemaître et Roux-Fouillet, 1989 ;

Poulain, 2012, 2013.

Table des illustrations

Légende Détail de la carte d'idéntité de Suzanne Briet, 1952-1953.
Crédits Bibliothèque nationale de France, archives institutionnelles
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12942/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

Auteur

Adjointe au directeur, département de l’Orientation et de la Recherche bibliographique, Bibliothèque nationale de France (Paris)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search