Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

BOUTILLIER DU RETAIL, Armand

Paris, 17 février 1882 – Paris, 7 mars 1943

Valdo Bouyard

Texte intégral

Il est nommé en 1905 aux Archives du département de l'Aube puis de 1919 à 1921, conservateur aux bibliothèques et musée de la Guerre. Bibliothécaire-archiviste des ministères du Commerce et du Travail à partir de 1922, il dirige le Centre d'information économique puis le Centre de documentation de la BN.

gallica / Bibliothèque nationale de France

1Il naît au domicile familial dans le 6e arrondissement, d’un père, Armand Jules Isidore Paul,employé au Crédit foncier et d’une mère, Andrée Marie Gabrielle Dixmier d'Olbreuze de Pouant, femme au foyer. Il entreprend des études secondaires à l’Institution Mongazon d’Angers. Bachelier en 1900, il suit ensuite des études à l'École des hautes études et à l’ENC (1901-1904). Il y soutient une thèse intitulée Catalogue des actes des évêques et archevêques de Tours (VIIIe-XIe siècles), précédé d’une introduction chronologique sur l’époque de la mort de saint Martin (promotion 1905). Il se marie à Chinon le 26 novembre 1906 avec Lucie Marie Antoinette Dallou. De cette union, naît le 24 octobre 1910, une fille Françoise, qui épousera plus tard l’architecte Renan de la Godelinais.

2Archiviste du département de l'Aube depuis 1905, il s'engage le 4 septembre 1914 à la mairie de Troyes, comme infirmier militaire mais une bronchite en 1915 le fait réformer. Il s’engage à nouveau de 1916 à 1919. Il devient alors bibliothécaire à la bibliothèque-musée de la Guerre (1919-1921), il y organise le service des périodiques et des découpures de presse. Fort de cette expérience, il prend la direction de la bibliothèque du ministère du Commerce en 1922 et ouvre en 1924 le centre de documentation de l'Office national du commerce extérieur où il parvient à créer un instrument de travail véritablement unique. Au lieu de cataloguer et mettre sur fiches les innombrables articles des revues techniques, il les regroupe par dossiers. Avec l’aide de la Fédération internationale de la presse technique, 3 000 revues sont découpées. Le fonds est complété par une collection de 1 200 annuaires. Bien que, dès 1933, 15 000 dossiers soient constitués, la décision de supprimer le Centre de documentation est prise cette même année mais, finalement, il fusionne avec la BN en 1938. Bernard Faÿ, administrateur général, projette d’abord son installation au nord du square Louvois, voire dans la salle ovale. En 1941, le centre s’installe au 127 rue du Faubourg Saint-Honoré, organisé en dix services avec un personnel considérable, constitué principalement de chômeurs intellectuels pour un budget de 9 MF. Du 21 au 24 septembre 1942, Boutillier se rend à Salzbourg à l’occasion du Congrès national allemand de la documentation en qualité de responsable du centre de documentation. Mais, dès juin 1940, son épouse rejoint le réseau de résistance du musée de l’Homme d’Yvonne Oddon et leur domicile devient le centre d’une des premières lignes d’évasion de la capitale. Boutillier exerce aussi de nombreuses responsabilités dans le monde des bibliothèques. Il est président de la Société de bibliographie et secrétaire général de l’UFOD, il y représente la direction des accords commerciaux et de l’information économique. Dans le cadre de l’Association française de normalisation, il élabore un code des abréviations des titres de périodiques et un code pour la présentation des revues. En 1937, il est rapporteur général au Congrès mondial de la documentation universelle.

3Durant toute sa carrière, il publie de nombreux articles portant sur la technique des dossiers documentaires et sur leur classement alphabétique dans les entreprises commerciales ou industrielles dans La documentation en France, le Bureau bibliographique de Paris, dont il reprend la direction à la mort d’Eugène Morel, et La Revue du livre.

4Armand Boutillier du Retail a été nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1926. Le 7 mars 1943, il décède, d’épuisement selon ses proches, au 127 rue du faubourg Saint-Honoré dans son appartement de fonction. Son œuvre ne lui survivra que peu de temps. D’abord confié à Pierre d’Espezel, son adjoint, le Centre est démantelé à la Libération par Jean Laran, administrateur général provisoire de la BN. Les collections, alors réparties entre plusieurs départements de la BN, sont encore consultables aujourd’hui.

ISNI

0000 0001 2134 9576

Sources primaires et bibliographie

Archives nationales (LH/340/34) ;

Archives départementales de l’Aube (Matricules militaires) ;

BnF Archives (dossier n° 1980 : A. Boutillier du Retail) ;

BnF Dossier biographique Boutillier du Retail (FOL-LN1-232 (3091) ;

Blanc, 2010 ;

École nationale des chartes, 1967 ;

Fayet-Scribe, 2000 ;

Poulain, 2013 ;

Union française des organismes de documentation, 1934, 1943.

Table des illustrations

Crédits gallica / Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

Auteur

Chargé de collections au département de l’Orientation et de la Recherche bibliographique, Bibliothèque nationale de France (Paris)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search