Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

BOUTERON, Marcel

Le Mans, 3 août 1877 – Vence, 9 juillet 1962

Yoann Brault

Texte intégral

Il passe presque toute sa carrière à la bibliothèque de l’Institut de France. Portant haut l’idée du service public, ce grand érudit qualifié de « pape des balzaciens » est aussi l’un des principaux acteurs de la création de la DBLP en 1945.

Marcel Bouteron à son bureau, s.d., extrait de Pierre-Antoine Perrod, « Notre ami Marcel Bouteron », Bulletin de la librairie ancienne et moderne, n° 164 (juin 1974). Bibliothèque de l’Institut de France, 8° N.S. Br. 903 (V).

© Bibliothèque de l’Institut de France, Paris

1Fils de l’officier de marine Alfred Bouteron et de Marie Loeffler, il est élève de l’EPHE puis obtient une licence en droit en 1900. Il entre ensuite à l’ENC pour être reçu archiviste paléographe en 1905. Cette même année, il épouse Stéphanie Faller dont il a un fils, Alfred, polytechnicien.

2Il débute sa carrière à la bibliothèque de l’Institut de France, d’abord comme auxiliaire, puis comme rédacteur (1907) et enfin bibliothécaire (1913), poste auquel il est élu à l’unanimité par les membres de l’Institut, conformément à l’organisation particulière de cette bibliothèque. En 1921, après la mort de Georges Vicaire, premier responsable de la bibliothèque Lovenjoul, il en devient également le conservateur. Il participe à la rédaction du catalogue des manuscrits de la bibliothèque de l’Institut (1928). Le 29 novembre 1934, il est élu conservateur de cette bibliothèque, succédant à Henri Dehérain. La commission administrative centrale de l’Institut ayant décidé de mettre à l’abri ses collections dès août 1939, il organise le transfert des documents les plus précieux de sa bibliothèque, de la Mazarine et de la collection Lovenjoul dans un château du Cher. Le 13 février 1941, il est nommé inspecteur général des bibliothèques et archives, en remplacement de Charles Schmidt, s’employant à préserver l’intégrité des collections et soutenant le moral des personnels. Mais, collectant des documents pour la bibliothèque de l'Institut, il est arrêté en avril 1942 pour possession de tracts anti-allemands. Il est rapidement remis en liberté grâce à l'intervention de Bernard Faÿ, administrateur général de la BN. En mai 1944, suite à l’incendie de la bibliothèque de Chartres où disparaissent de précieux manuscrits, ce dont il est tenu, à tort, pour responsable, il est révoqué par Vichy. Cependant, dès août, il est appelé par Henri Wallon, délégué à l’Instruction publique du gouvernement provisoire, pour la création d’une direction unifiée des bibliothèques. Par arrêté du 22 septembre 1944, il est alors chargé des fonctions d’adjoint au directeur de l’Enseignement supérieur pour la direction des bibliothèques, puis, par nouvel arrêté du 14 avril 1945, il est nommé vice-président du Comité consultatif provisoire de la lecture publique. Enfin, par décret du 18 août, organisant la Direction générale des arts et des lettres au sein du ministère de l’Éducation nationale, la DBLP est créée, répondant en cela à une revendication des associations professionnelles qui réclamaient depuis longtemps la constitution d’un organisme de coordination des bibliothèques au niveau ministériel. Il a alors dans ses attributions toutes les questions concernant l’organisation et le fonctionnement des bibliothèques nationales, universitaires, municipales classées et les bibliothèques des grands établissements scientifiques. Surtout, il a obtenu que la nouvelle direction soit dotée d’un service technique se consacrant à l’étude de tous les problèmes liés au classement, à l’établissement de catalogues, à la conservation et la communication des documents, à l’élaboration et la diffusion des règlements, à la formation du personnel technique et scientifique… Par ailleurs, il a voulu qu’elle dirige aussi la lecture publique car il a pleinement conscience de la nécessité d’une formation intellectuelle et morale de la Nation. Comme il s’y était personnellement engagé, le 18 avril 1946, il cède sa place à Julien Cain, revenu l’année précédente de Buchenwald. Ayant été admis à la retraite, il est nommé directeur des bibliothèques honoraire et demeure conservateur de la bibliothèque Lovenjoul jusqu’en 1952.

Marcel Bouteron chez lui, en habit d’académicien, s. d. [1940 ?].

© Bibliothèque de l’Institut de France, Paris

3Collaborateur régulier de grandes revues littéraires et scientifiques, il a surtout marqué la recherche de son temps par ses travaux sur Balzac et le romantisme. Il publie en effet avec son confrère Henri Longnon une édition critique de ses Œuvres complètes (1912-1940) et sa Correspondance (1933-1951) ; en 1923, il fonde et dirige les Cahiers balzaciens. Ce dynamisme lui vaut, en 1930, d’être chargé par l’Alliance française d’une mission de conférences aux États-Unis et au Canada puis dans de nombreux pays européens.

4Ses liens avec l’Académie des sciences morales et politiques remontent, pour leur part, à juin 1919, lorsqu’il est nommé par elle auxiliaire de la Commission des ordonnances des rois de France ; en mai 1940, il est élu membre de cette académie.

Portrait en médaillon de Marcel Bouteron, par Jean Melchior Faddegon, en 1937.

© Bibliothèque de l’Institut de France, Paris

5Secrétaire de l’ABF, membre puis président (1942-1943) de la Société de l’ENC, il occupe également diverses responsabilités dans le monde scientifique dont celle de membre du Conseil de perfectionnement de l’ENC (1941) ou celui d’une des commissions consultatives du CNRS (1942). Distingué à plusieurs reprises, notamment par le prix Vitet de l’Académie française (1932), il est fait commandeur de la Légion d’honneur en 1946 et commandeur des Arts et des Lettres en 1957.

ISNI

0000 0001 2278 2136

Sources primaires et bibliographie

Archives de l’Institut de France, 5 A ;

Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 8505 ;

Archives nationales, site de Pierrefitte, F/17/17306 ; F/17/17963 ;

Archives nationales, site de Fontainebleau, Dossier de Légion d’honneur 19800035/793/89643 ;

Cain, 1962 ;

Chabord, 1982 ;

Gleyze, 1999 ;

Kühlmann, 1992 ;

Lelièvre, 1962, 1994 ;

Longnon, 1962 ;

Martin-Chauffier, 1966 ;

Perrod, 1974 ;

Poindron, 1968 ;

Pommier, 1963

Poulain, 2008 ;

Samaran, 1975 ;

Temerson, 1964.

Table des illustrations

Légende Marcel Bouteron à son bureau, s.d., extrait de Pierre-Antoine Perrod, « Notre ami Marcel Bouteron », Bulletin de la librairie ancienne et moderne, n° 164 (juin 1974). Bibliothèque de l’Institut de France, 8° N.S. Br. 903 (V).
Crédits © Bibliothèque de l’Institut de France, Paris
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Légende Marcel Bouteron chez lui, en habit d’académicien, s. d. [1940 ?].
Crédits © Bibliothèque de l’Institut de France, Paris
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 11M
Légende Portrait en médaillon de Marcel Bouteron, par Jean Melchior Faddegon, en 1937.
Crédits © Bibliothèque de l’Institut de France, Paris
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 7,7M

Auteur

Ingénieur d’études, Bibliothèque de l’Institut de France (Paris)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search