Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

BOUCHOT, Henri

Beure, 26 septembre 1849 ˗ Paris, 10 octobre 1906

Corinne Le Bitouzé

Texte intégral

Conservateur de bibliothèque et historien d’art, il fut directeur du cabinet des Estampes de la BN. On lui doit, entre autres, l’entrée de la collection De Vinck.

L'équipe du cabinet des Estampes vers 1898. De gauche à droite : J. Guibert (avec la barbe), A. Moureau, Fr Courboin, A. Raffet fils, Henri Bouchot au centre et G. Riot.

© Gallica/BnF

1Il passe son enfance à Besançon, où sa mère a emménagé en 1859 après la mort accidentelle de Victor, son mari, sous-directeur des Forges de Franche-Comté. Peu de temps après la fin de ses brillantes études au collège Saint-François-Xavier de Besançon, couronnées en 1869 par le baccalauréat, Bouchot se fait incorporer dans l’artillerie de la garde mobile et prend part à la bataille de Villersexel (1871). Démobilisé, il s’installe à Paris et est reçu à l’ENC en 1872. Il doit cependant renoncer au bénéfice du concours pour subvenir aux besoins de sa mère et de sa sœur. En 1874, il se présente une seconde fois avec succès à l'École et, en avril 1879, entre au cabinet des Estampes de la BN (1847-1938), où il exercera jusqu’à son décès. En 1885, il épouse Claire Chevalier, artiste peintre. Le couple a trois enfants, Jean (1886-1932), archiviste paléographe comme son père et conservateur du musée de Besançon, Jacqueline Bouchot-Saupique (1893-1975), historienne de l’art et première femme conservatrice au Musée du Louvre, et Jacques, mort en bas âge (1890).

2De 1879 à 1898, comme attaché (1880), sous-bibliothécaire (1885) et bibliothécaire (1888), Bouchot déploie une intense activité catalographique. Il établit et édite nombre d’inventaires des principales collections du cabinet : portraits aux crayons des XVIe et XVIIe siècles (1884), dessins de l’architecte jésuite Étienne Martellange (1886), collection Édouard Fleury (1887 – documents iconographiques sur le département de l’Aisne), dessins de la collection Roger de Gaignières (1891) et enfin, collection Hippolyte Destailleur (1896 – dessins et estampes sur l’histoire du théâtre). Ce sont près de 16 000 pièces qui auront été ainsi décrites. Mais Bouchot est persuadé qu’au-delà de ses missions de classement et de signalement, un bibliothécaire doit aussi attirer un plus large public et montrer ce qu’il conserve. En 1895, de sa propre initiative et à titre presque privé, il fait paraître le guide du lecteur et du visiteur du cabinet des Estampes. Cet ouvrage, liste sommaire des recueils composant le fonds, demeure encore aujourd’hui le premier outil de recherche dans les ressources du département. Au départ à la retraite en mars 1898 de Georges Duplessis, conservateur en chef du cabinet depuis 1885, Bouchot le remplace. Il peut alors donner sa pleine mesure. Entretenant des liens avec les amateurs, les galeristes et les artistes, il parvient à faire entrer au cabinet des ensembles exceptionnels. En 1899, il acquiert les 1 500 livrets xylographiques japonais réunis par Théodore Duret ; en 1906, il obtient le don par le baron Carl De Vinck de 25 000 estampes illustrant l’histoire de France entre 1770 et 1871. C’est également Bouchot qui ouvre les collections du département sur la production contemporaine, en sollicitant des graveurs comme Auguste Lepère, Félix Bracquemond ou Andreas Zorn. Sa politique d’ouverture est couronnée de réussite : entre 1892 et 1901, la fréquentation du cabinet est ainsi multipliée par cinq (1 431 lecteurs reçus en mars 1901). François Courboin, qui lui succède de 1906 à 1925, aura à cœur de poursuivre une action, qui parvient à allier attention à l’organisation, gestion juste du personnel, respect des œuvres et connaissance des fonds.

Henri Bouchot, dans son cabinet, salle de la Réserve vers 1906.

© Gallica/BnF

3Spécialiste de l’estampe, Bouchot demeure, comme historien d’art, le promoteur et l’organisateur de l’importante exposition sur les primitifs français, tenue au Louvre et à la BN en 1904. Il y met en évidence l’existence, dès le XIVe siècle, d’une école artistique « française », plus précoce encore que l’école flamande ou italienne, dans une pensée toute empreinte du nationalisme de l’époque. Malgré ses succès parisiens qui lui valent d’être nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1900 et d’être élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1906, année de sa mort, Bouchot reste très attaché à sa Franche-Comté natale, qui lui inspire quelques ouvrages de littérature régionale.

ISNI

0000 0001 1467 0820

Sources primaires et bibliographie

Archives du département des Estampes, Journal du conservateur

Delaborde & Thomas, 1906 ;

Gazier, 1906 ;

Henri Bouchot membre de l’Institut…, 1907 ;

Ritter, 1998.

Table des illustrations

Légende L'équipe du cabinet des Estampes vers 1898. De gauche à droite : J. Guibert (avec la barbe), A. Moureau, Fr Courboin, A. Raffet fils, Henri Bouchot au centre et G. Riot.
Crédits © Gallica/BnF
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Légende Henri Bouchot, dans son cabinet, salle de la Réserve vers 1906.
Crédits © Gallica/BnF
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12897/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M

Auteur

Conservateur des bibliothèques, chargée des collections XVIIIe siècle ; adjointe au directeur, département des Estampes et de la Photographie, Bibliothèque nationale de France (Paris)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search