Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

BARRAU-DIHIGO, Louis

Bordeaux, 28 avril 1876 – Paris, 2 août 1931

Philippe Marcerou

Texte intégral

Historien de l'Espagne médiévale, il devient directeur de la bibliothèque de la Sorbonne tout en poursuivant ses activités de recherches, il est ainsi directeur d’études à l’École pratique des hautes études.

© Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne – BIS

1Issu d’une famille béarnaise, il fait ses études au lycée Montaigne puis à la faculté des lettres de Bordeaux. Il suit les enseignements de Charles-Victor Langlois et d’Achille Luchaire à la Sorbonne, ceux d’Arthur Giry à l’École pratique des hautes études (EPHE) et ceux d’Hartwig Derembourg à l’École des langues orientales. S’intéressant à l’histoire de l’Espagne médiévale, il acquiert des connaissances solides en espagnol et en arabe. En juin 1897, il réussit son diplôme d’études supérieures grâce à un mémoire sur Ferdinand 1er de Castille et de Léon (1037-1065). Il obtient ensuite une bourse de l’EPHE et voyage fréquemment à Madrid entre 1898 et 1901, séjours pendant lesquels il travaille assidûment à l’Archivo historico nacional.

2Le 1er janvier 1901, Louis Barrau-Dihigo entre à la bibliothèque de la Sorbonne, où il assiste le directeur Jules de Chantepie du Dézert. De 1901 à 1913, il publie des éditions critiques, des articles courts et des comptes rendus savants tandis qu’il exerce les fonctions de bibliothécaire assistant : bibliographie sur l’histoire de la Gascogne (1903), édition du cartulaire de Saint-Vincent-de-Lucq (1906), catalogue de la bibliothèque de Gaston Paris (1911), éditions de sources espagnoles des Xe et XIe siècles, etc. Ces dernières publications font de lui, dès 1910, l’un des meilleurs connaisseurs de l’Espagne médiévale. Il devient alors un contributeur essentiel de la Revue hispanique. Pendant la Première Guerre mondiale, il sert à Verdun. Avec Raymond Foulché-Delbosc, il publie en 1920 un Manuel de l’hispanisant commencé en 1914, présenté comme une « typo-bibliographie multi-entrées », c’est-à-dire une arborescence. Il soutient le 28 mai 1921, à la Sorbonne, ses deux thèses de doctorat, la principale sur L'histoire politique du royaume asturien (718-910), la complémentaire sur Les actes des rois asturiens où il utilise les méthodes de publication et d’étude des sources diplomatiques arabes et espagnoles apprises de Langlois et de Giry.

3En novembre 1922, Louis Barrau-Dihigo est nommé bibliothécaire en chef de la faculté de pharmacie de l’université de Paris. Déjà secrétaire de la Revue des bibliothèques, il en devient, en 1922, le co-directeur avec Émile Châtelain. Il poursuit ses travaux sur l’histoire de l’Espagne médiévale : publication d’une Note sur le Codex de Meyà (1921), édition de la Gesta comitum Barcinonensium (1926) et rédaction d’une centaine d’articles, commentaires et préfaces dans lesquels il ne néglige pas l’Espagne des XVIIe et XVIIIe siècles. Il édite aussi des Notes sur la Pharmacopée de Nantes (1677) dans le Bulletin de la société d'histoire de la pharmacie (janvier 1924), société dont il est membre de 1922 à 1931.

La salle des périodiques de la bibliothèque de la Sorbonne en 1905. Louis Barrau-Dihigo est assis à la table.

© Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne – BIS

4Le 1er janvier 1926, il est nommé directeur de la bibliothèque de la Sorbonne, en remplacement d’Émile Châtelain, parti en retraite. Il prend aussi un poste de directeur d’études à l’EPHE le 23 janvier 1926. Fréquemment consulté par le ministère de l’Instruction publique, il imagine un plan de développement des bibliothèques universitaires de province, participe à la création de la bibliothèque de la Cité universitaire internationale, etc. Il forme ses collègues à la bibliographie, notamment en organisant des cours-conférences : Louise-Noëlle Malclès et Suzanne Briet suivent ses enseignements. À la bibliothèque de la Sorbonne, il réorganise les collections, entame le catalogue alphabétique « matières », développe le service des échanges universitaires et, surtout, réforme les magasins en sous-sol et prépare leur extension en étages (cinq étages supplémentaires dans chacune des deux tours, ce qui permettra le stockage d’un million de volumes), tout en engageant le renouvellement du mobilier de la grande salle de lecture. Ces travaux s’achèveront en 1932, un an après la mort de Louis Barrau-Dihigo.

ISNI

0000 0000 8972 1867

Bibliographie

Beaulieux et al., 1933 ;

Lot, 1932 ;

Pitollet, 1932.

Table des illustrations

Crédits © Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne – BIS
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende La salle des périodiques de la bibliothèque de la Sorbonne en 1905. Louis Barrau-Dihigo est assis à la table.
Crédits © Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne – BIS
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12857/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M

Auteur

Inspecteur général de l'éducation, du sport et de la recherche

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search