Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

BABELON, Jean

Paris, 19 janvier 1889 – Paris, 20 avril 1978

Jacqueline Sanson

Texte intégral

Il suit les traces de son père et fait toute sa carrière au cabinet des Médailles à la BN qu’il dirige de 1937 à 1961. Marqué par son séjour d’étude en Espagne, il garde sa vie durant une double passion pour les monnaies et médailles et pour l’art et la civilisation hispaniques.

© Collection particulière de Jean-Pierre Babelon

1Il entre à l’ENC sur les traces de son père Ernest, conservateur du cabinet des médailles depuis 1892. Sa thèse, soutenue en 1910, porte sur La Moralité de Bien Avisé et Mal Advisé précédée d’une étude sur les moralités en général. Nommé, dès sa sortie de l’École, membre et boursier de l’Institut des hautes études hispaniques à Madrid, il y reste trois années. Passionné par l’Espagne, l’art et la civilisation hispaniques, il se lance dans l’étude de la bibliothèque française de Fernand Colomb, fils du navigateur, dont il fait sa thèse complémentaire.

Jean Babelon au régiment de Cuirassiers à Noyon en 1914.

© Collection particulière de Jean-Pierre Babelon

Jean Babelon à Séville, en 1909 ou 1910.

© Collection particulière de Jean-Pierre Babelon

2Alors que sa bourse vient de lui être renouvelée, le jeune Babelon obtient, en mai 1913, un poste à la BN comme attaché stagiaire au catalogue. Il accepte le poste qui lui permet d’entrer dans une institution qu’il connaît depuis l’enfance. L’année suivante, candidat à un emploi vacant au département des Médailles, il réussit l’examen d’entrée et est nommé sous-bibliothécaire le 1er août 1914. La guerre interrompt sa prometteuse carrière. Mobilisé à partir du 3 août 1914, il est blessé et fait prisonnier. De retour à la BN en 1919, il retrouve le cabinet des Médailles installé dans ses nouveaux locaux. Il y poursuit toute sa carrière : bibliothécaire en 1920, conservateur-adjoint en 1924 en succédant à Adolphe Dieudonné, nommé au département, à la suite du décès d’Ernest Babelon. Au départ d’Adolphe Dieudonné en 1937, Jean Babelon devient à son tour le directeur du département et le reste jusqu’à sa retraite en 1961.

3Dès le début de sa carrière, Jean Babelon s’oriente dans deux directions : l’étude des monnaies et des médailles et les études hispaniques.

4Au cabinet des médailles, il établit le catalogue des monnaies grecques (près de 7 000) de la collection léguée par le duc de Luynes, qu’il publie région par région de 1924 à 1936. Il contribue également à de nombreuses publications : Trésors du Cabinet des Antiques : le Cabinet du roi, bronzes de la collection Caylus, bronzes et terres cuites de la collection Janzé. Il étudie aussi les médailles, dont il devient rapidement un spécialiste. Il publie plusieurs ouvrages sur la médaille et les médailleurs. Déposée à la BN en décembre 1931, la collection de monnaies et de médailles en or de Carlos de Beistegui fait l’objet d’une présentation au public et d’un catalogue détaillé qu’il établit et publie en 1934. Outre son impressionnante activité au service des catalogues, il contribue à de nombreuses expositions suscitées par Julien Cain. Deux événements au cours de la Seconde Guerre mondiale témoignent de son engagement à la tête du département : il doit résoudre la délicate affaire de la collection de Carlos de Beistegui. Le collectionneur, qui a fait don de sa collection de tableaux au Louvre en 1942, revient sur la promesse de don de ses monnaies au cabinet. Après de longues négociations menées par Jean Babelon, la collection est achetée par l’État en 1944. Il s’implique aussi dans le transfert des collections et leur conservation au château de Castelnau (Lot) ; puis, en 1944, lorsque l’administrateur général décide, malgré les réticences des conservateurs, de faire revenir les collections à Paris, il prépare leur retour dans le plus grand secret.

5Jean Babelon contribue aux revues savantes, en particulier la Revue numismatique et la Gazette des beaux-arts, dont il devient le rédacteur en chef. Il fonde Aréthuse, une revue destinée à fournir des informations sur l’actualité de la numismatique. L’aventure, commencée en 1923, s’arrête en 1931. La revue reparaît sous le titre Demareteïon. Très sollicité, il donne des conférences au Collège de France et enseigne à l’École du Louvre. Membre de plusieurs sociétés, il est appelé à les présider : Société de l’École des chartes, Société nationale des antiquaires de France et Société française de numismatique dont le siège est installé à la BN depuis 1945. Il siège pendant de nombreuses années à la Commission des monuments historiques. Il est élu président de l’ABF de 1933 à 1935, et des Amis de Saint-Jacques de Compostelle.

6Parallèlement à ses activités professionnelles, Jean Babelon poursuit des travaux personnels sur l’art et la civilisation hispaniques. Dès 1919, il entreprend une thèse sur Jacopo da Trezzo, artiste italien à l’Escurial, publiée en 1922. Il s’illustre dans le genre de la biographie (Cortès, Cervantès, Charles Quint) et s’adonne aussi à la traduction. Sa préférence va à l’histoire de l’art : monographies d’artistes et synthèses. Son autorité est telle que L’Encyclopédie de la Pléiade fait appel à lui pour diriger deux volumes de L’Histoire de l’art. Il se partage entre ouvrages savants et synthèses de vulgarisation comme la collection Que sais-je ? Personnalité du monde savant, dont l’œuvre a le mérite d’être largement accessible, il est lauréat de plusieurs prix de l’Académie française ; il est aussi officier de la Légion d’honneur en 1950 et commandeur des Palmes académiques en 1956.

7Marié à Antoinette Baudelot (1897-1973), Jean Babelon est le père de quatre enfants : Philippe mort au cours de la guerre d’Indochine, François, Geneviève et Jean-Pierre, archiviste paléographe, qui suit les traces de ses père et grand-père.

ISNI

0000 0001 1135 8890

Sources primaires et bibliographie

BnF, Archives, dossier personnel : Babelon J., n° 0586 ;

Bautier, 1978.

Table des illustrations

Crédits © Collection particulière de Jean-Pierre Babelon
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Légende Jean Babelon au régiment de Cuirassiers à Noyon en 1914.
Crédits © Collection particulière de Jean-Pierre Babelon
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12847/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1M
Légende Jean Babelon à Séville, en 1909 ou 1910.
Crédits © Collection particulière de Jean-Pierre Babelon
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12847/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search