Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

ALLEMAGNE, Henry-René d’

Marnes-la-Coquette, 30 juillet 1863 – Marnes-la-Coquette, 25 décembre 1950

Anne-Bérangère Rothenburger

Texte intégral

Quatre passions l'habitent : sa famille, des sujets d’étude éclectiques, des amitiés durables et les voyages pour acquérir ou exposer des collections qu’il aime partager. Comment permettre le tout ? Par le travail, notamment à la bibliothèque de l’Arsenal, et grâce à sa fortune.

gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie

1C’est sans doute de son grand-père Henry-Auguste d’Allemagne, brodeur à la mode dans le Paris du premier XIXe siècle (il a réalisé les manteaux de sacre de Napoléon Ier et de Charles X), que viennent la fortune de la famille, et aussi le respect de Henry d’Allemagne pour le travail manuel lorsqu’il confine à l’art. Son père, Auguste d’Allemagne, fait bâtir un hôtel au 30 rue des Mathurins, dans un quartier parisien cossu. La famille se partage entre cet hôtel – où Henry-René d’Allemagne résidera encore à l’époque de La maison d’un vieux collectionneur, et une propriété à Marnes-la-Coquette. Le jeune étudiant fait preuve d’indépendance d’esprit en choisissant pour sujet de thèse à l’ENC la serrurerie et sa corporation, tout en effectuant un stage auprès de Pierre-François Boulanger, l’auteur des célèbres ferrures du portail de Notre-Dame de Paris.

2Fin janvier 1887, sitôt après la soutenance, Henry d’Allemagne sollicite de la part d’Édouard Thierry, administrateur de la bibliothèque de l’Arsenal, une place de surnuméraire. À peine 15 jours plus tard, une réponse positive lui est notifiée. Il conserve cette position jusqu’en août 1899, date à laquelle il démissionne tout en obtenant l’honorariat. D’Allemagne continue à venir à la bibliothèque de l’Arsenal toutes les semaines, sauf pendant ses missions à l’étranger. Dès 1900, un secrétaire fait pour lui des recherches à la BN ou aux Archives nationales. Les qualités d’archiviste paléographe et de bibliothécaire honoraire sont les seules dont d’Allemagne se prévaut dans ses publications ultérieures. En 1930, il rappelle qu’on lui a confié dès 1887 le classement et le catalogue des papiers saint-simoniens. Sur le tard, il aspire à poursuivre cette tâche par un ouvrage centré sur l’œuvre et la personnalité de Prosper Enfantin (dont les papiers représentent la majeure partie du fonds saint-simonien), projet mené à bien en 1935.

3Henry d’Allemagne épouse en 1893 Marie-Louise-Félicie Macé, fille d’un chef d’escadron d’artillerie. Ils ont trois enfants : Berthe (1895), Henry (1898) et Jacques (1901). Des projets personnels et des missions officielles commandent à Henry d’Allemagne de nombreux voyages. Il visite l’Égypte avec sa femme, enquête en Perse sur l’assassinat dont fut victime, vingt ans avant, son ami Émile Vaucanu, se rend aux expositions universelles de Saint-Louis (Missouri, 1904) et Milan (1906), etc. À l’occasion de ces périples, il rapporte des pièces rares dont il garnit le deuxième étage de son hôtel des Mathurins. C’est là que les époux d’Allemagne reçoivent grandement amis et relations souvent liés aux différentes sociétés savantes auxquelles Henry consacre un temps régulier. S’engageant dans une entreprise qui lui tient à cœur, il devient vice-président de « l’Art et l’enfant », une société qui vise à éveiller dès le plus jeune âge à la beauté grâce à des jouets. Il n’hésite pas non plus à publier sous le transparent pseudonyme d’Engamella une histoire se déroulant au « village du jouet ». On connaît mieux son entrée à la Société des antiquaires français en 1908, avec une brochure s’ouvrant sur la liste des souscripteurs, collègues et amis. À l’inverse de ses pairs de la « Société des Bibliophiles françois », il déclare n’avoir jamais recherché de livres rares et précieux que pour ses études. Mais il prend grand soin de faire réaliser avec luxe tous ceux dont il est l’auteur. Ses recherches, en particulier sur les arts décoratifs, lui valent une reconnaissance durable. L'ouvrage en deux volumes Les cartes à jouer du quatorzième au vingtième siècle (1906) est unanimement salué.

Sélection de cartes de la collection personnelle d'Henry-René d'Allemagne.

gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie

4Il ne compte ni son temps ni ses efforts. Il distribue gratuitement 600 des 1 000 exemplaires de son Histoire du luminaire, et passe trois ans à rédiger le catalogue du musée Le Secq des Tournelles à Rouen, sur la ferronnerie qui lui est chère – comme Henry Le Secq des Tournelles lui-même. Rien d’étonnant à ce qu’il fasse entrer ses collections dans les musées nationaux, ne gardant que ses albums de timbres pour son petit-fils. Il a été décoré de la Légion d’honneur.

ISNI

0000 0001 1022 4639

Sources primaires

Archives de la bibliothèque de l’Arsenal (95014 : dossiers individuels par ordre alphabétique jusqu’à 1990) ;

Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 13901, p. 54-56 ;.

Dictionnaire critique des historiens de l'art actifs en France..., 2013.

Table des illustrations

Crédits gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Légende Sélection de cartes de la collection personnelle d'Henry-René d'Allemagne.
Crédits gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12837/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 873k

Auteur

Responsable des rendez-vous des métiers du livre à la BnF-Bibliothèque de l’Arsenal (Paris)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search