Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gérer les périodiques

 | 
Géraldine Barron

Partie I. Panorama de l'offre

1-2. L’édition électronique de périodiques : état des lieux

Pierre Carbone et Isabelle Antonutti

Texte intégral

Pierre Carbone remercie Christelle Charazac, Catherine Étienne et Grégory Colcanap, du consortium Couperin, pour leur relecture attentive.

LES PÉRIODIQUES SCIENTIFIQUES

LA PUBLICATION ÉLECTRONIQUE DE REVUES : CONSTITUTION DU MARCHÉ

1L’édition électronique des revues scientifiques s’est développée à partir de 1995, avec l’essor d’Internet et la création de sites web par les éditeurs. L’édition courante a été complétée par de grands programmes de numérisation, encore en cours pour certains éditeurs, donnant accès à l’ensemble de la collection sous forme d’archive électronique. Cette évolution a été soutenue par la constitution d’un marché international des publications scientifiques électroniques. Pour la plupart des revues, l’édition en ligne est un « double » sur le web de l’édition papier, mais un double qui s’en différencie de plus en plus par un ensemble de fonctionnalités et de services associés, à forte valeur ajoutée. Le passage à l’édition uniquement en ligne est encore une exception.

  • 5 Cf. infra, chapitre 3.

2Les investissements exigés par ce nouveau mode de publication et de diffusion ont joué en faveur d’une concentration encore plus grande de l’édition scientifique : fusion ou absorption d’éditeurs, hébergement de revues de sociétés savantes et de presses d’université sur les sites de grands éditeurs. Par exemple, Elsevier a absorbé à la fin des années 1990 Academic Press, Harcourt et a acquis Masson ; Springer et Kluwer ont fusionné en 2004, Wiley et Blackwell en 2006. Par ailleurs, les services d’accès aux revues en ligne ont été implémentés aussi bien par des éditeurs que par des agrégateurs (notamment les grandes agences d’abonnement). En même temps, Internet a favorisé la communication scientifique directe entre chercheurs et l’émergence de modes de publication concurrents, gratuits pour le lecteur, telles les revues en open access et les archives ouvertes5.

LES GRANDES DONNÉES SUR LES REVUES SCIENTIFIQUES ET LES ARTICLES

  • 6 STM, An Overview of Scientifc, Technical & Medical Publishing and the Value it adds to Research Out (...)
  • 7 ALPSP Survey, Scholarly Publishing : Academic journal publishers’, policies and practices in online (...)

3L’ensemble des revues académiques est tiré par le secteur des « sciences dures », où sont réalisés les investissements les plus importants. Un rapport récent de l’International Association of Scientific, Technical & Medical Publishers (STM)6 dénombre pour ce secteur dans le monde 23 000 périodiques édités par environ 2 000 éditeurs, publiant globalement 1,4 million d’articles par an. 90 % de ces revues étaient publiées en ligne en 2005 (contre 75 % en 2003)7. Le nombre d’articles augmente de 3 % par an, et le nombre de revues de 3,5 %. Dans cet ensemble, les sociétés savantes représentent 30 % des revues de ce secteur, les presses universitaires 4 % et les éditeurs privés 64 %. Ce secteur emploierait 90 000 personnes dont 36 000 (40 %) en Europe, et son chiffre d’affaires global pour l’édition en langue anglaise serait en 2006 de 5,2 milliards d’euros.

  • 8 Indice créé par l’Institute for Scientific Information : c’est la mesure, calculée à partir du Jour (...)
  • 9 European Commission Community Research, Science and Society, Study on the economics and technical e (...)
  • 10 En 2008, ils ne sont plus que 5.
  • 11 Voir glossaire.

4Toutes ces revues ne sont pas égales en notoriété, et au sein de cet ensemble, un noyau d’environ 3 000 titres constitue la référence ; ce sont les revues incontournables, fréquemment citées, à fort impact factor8 et concentrées chez un petit nombre d’éditeurs. Une étude publiée en 2006 par la Commission européenne9, portant sur 2 707 revues dans 22 disciplines de sciences exactes et de sciences humaines, évalue la part de marché de 7 éditeurs commerciaux (Blackwell, Elsevier, Wiley, Kluwer, Lippincott, Taylor & Francis, Springer)10 : elle apparaît supérieure aux 2/3 dans 6 disciplines sur les 22, supérieure à la moitié dans 10 disciplines, et supérieure à 1/3 dans 13 disciplines. Les sociétés savantes américaines sont l’autre groupe important, qui pèse entre 58 % et 9 % selon les disciplines. Si la dispersion est plus grande pour les sciences humaines et sociales, on constate que le passage à l’électronique entraîne les éditeurs de SHS vers les grands groupes éditoriaux ou vers les agrégateurs11. L’édition en sciences humaines et sociales n’a pas en effet la même taille, le nombre de revues publiées par éditeur est plus faible, les domaines linguistiques plus variés et du coup les marchés potentiels pour l’édition non anglophone plus restreints.

L’OFFRE DES ÉDITEURS COMMERCIAUX

5Les ressources recensées sur le site Couperin comprennent les éditeurs qui concentrent l’offre la plus importante en titres et la plus diversifiée :

LES AGRÉGATEURS ET LES RESSOURCES PLURIDISCIPLINAIRES

6À côté des éditeurs, on trouve des agrégateurs ou des producteurs de bases de données (dont les grandes agences d’abonnement) qui donnent accès aux articles en texte intégral d’un grand nombre de revues éditées aussi bien par les sociétés commerciales que par les sociétés savantes ou les presses d’université. Les agrégateurs offrant des ressources pluridisciplinaires sont notamment :

  • Academic Search Premier d’EBSCO (8 300 titres dans toutes les disciplines, avec une bonne représentation des lettres, sciences humaines et sociales) ;

  • Ingenta de Publishing Technology, (articles en texte intégral de 4 500 titres dans toutes les disciplines et accès au résumé de 20 000 titres) ;

  • JSTOR (Journal storage), produit d’une organisation sans but lucratif créée en 1995 par la Fondation Mellon en vue de bâtir une archive de la communication scientifique. JSTOR numérise les articles d’un grand nombre de revues (plus d’1,8 millions d’articles dans 47 disciplines, provenant de 1 109 titres en cours ou ayant cessé de paraître).

  • 12 Voir glossaire.
  • 13 Voir glossaire.
  • 14 CrossRef (association d’éditeurs) a mis en place un système de liens permettant aux utilisateurs de (...)

7Les agrégateurs sont toutefois contraints de respecter un délai d’embargo12 en général de 12 mois avant de mettre en accès en texte intégral les livraisons des titres qu’ils proposent : il existe une « barrière mobile »13 qui maintient la fraîcheur de l’information accessible exclusivement via l’éditeur. Mais dans le cas où on sélectionne sur une de ces bases la référence d’une revue d’un éditeur pour laquelle on a un contrat de licence, on accède directement à l’article14.

LES ÉDITEURS ET AGRÉGATEURS SPÉCIALISÉS

8L’offre de revues des éditeurs spécialisés peut être hébergée sur les sites des grands éditeurs pluridisciplinaires ou des agrégateurs. En lettres, sciences humaines et sociales notamment, elle est plus généralement accessible via des bases de données ou des agrégateurs.

LES SOCIÉTÉS SAVANTES

  • 15 Voir glossaire.

9Les sociétés savantes sont le deuxième groupe en ordre d’importance pour l’édition de revues. Avec le passage à l’électronique, certaines (notamment les sociétés américaines) continuent à publier directement, d’autres ont recours soit à de grands éditeurs qui incluent leurs titres dans un bouquet15 soit à des regroupements.

10En dehors des sociétés savantes citées ci-dessus, l’ALPSP (Association of Learned and Professional Society Publishers) publie dans l’ALPSP Learned Journals Collection 460 titres d’une quarantaine de sociétés, académies des sciences ou organismes.

LES PRESSES D’UNIVERSITÉ

11Les ressources recensées par Couperin sont :

12Les presses d’université ont, encore moins que les sociétés savantes, la taille critique pour publier des revues payantes en ligne. En dehors des presses citées ci-dessus, les ressources les plus importantes sont :

  • Highwire Press, division de Stanford University Libraries, qui donne accès en ligne aux revues de 140 presses d’université et à celles de nombreuses sociétés savantes. Highwire déclare héberger 71 des 200 revues les plus citées ;

  • le projet MUSE, qui donne accès à plus de 200 revues de plus de 70 presses d’université et sociétés savantes des États-Unis.

L’ABONNEMENT À DES REVUES EN LIGNE

13Les possibilités varient selon les éditeurs, selon leurs relations avec les agences d’abonnement et selon leur politique commerciale vis-à-vis de tel ou tel marché. Les éditeurs commerciaux dominants maintiennent l’exclusivité de l’accès à leur plateforme pour l’offre en direction du public universitaire.

14L’abonnement titre à titre est la formule pratiquée à l’origine, par un couplage d’un accès en ligne avec un abonnement papier via une agence d’abonnement. Dans le cas où on souhaite accéder à un grand nombre de titres, cette formule s’avère onéreuse, car sa mise en place et son suivi ont un coût.

15C’est ce qui a amené rapidement les éditeurs, après une première étude des usages, à commercialiser des bouquets soit comprenant l’ensemble des titres, soit segmentés par collection thématique. Des collections spéciales peuvent aussi être vendues en dehors des bouquets généralistes.

16Par exemple, dans le cas d’Elsevier, on peut accéder :

  • à une collection dite Standard, sous-ensemble des abonnements papier pris par la bibliothèque ;

  • à la collection dite Complète, la totalité des abonnements papier de la bibliothèque ;

  • à des collections thématiques par discipline ;

  • à la collection Liberté (Freedom, presque tous les titres en ligne, mais pas tous) ;

  • à une collection dite UTL (Unique Title List), constituant une sélection de titres pour un consortium ;

  • à la collection Cell Press, qui constitue un lot séparé ;

  • à une collection spéciale (telle la China Collection).

17De même, Blackwell commercialise 7 lots, Cambridge University Press ou Taylor & Francis segmentent leurs collections en deux lots. Certains titres peuvent être communs à plusieurs lots, et il est important de regarder en détail la liste des titres avant de faire le choix le plus pertinent.

L’ACCÈS À LA REVUE EN LIGNE

  • 16 Voir glossaire.

18La revue en ligne n’est pas le strict décalque de la revue papier. Même si on peut procéder par feuilletage (sélection du titre, du fascicule, choix de l’article dans le sommaire puis téléchargement), les possibilités d’accès sont multiples et la plateforme de l’éditeur constitue une base de données dotée d’un moteur de recherche, d’outils de data mining16 et de visualisation, d’applications du web sémantique, d’aides à la navigation en ligne, etc. Les sites web des éditeurs sont aussi dotés d’outils de personnalisation, et l’utilisateur peut y entrer un profil, être avisé des nouveaux articles dans son domaine de recherche sous la forme d’une alerte par mél, organiser sous forme de bibliothèque personnelle les articles copiés, tenir à jour sa bibliographie par couplage avec un logiciel de gestion, envoyer la copie d’un article à un ami… La consultation des schémas, graphiques, illustrations y est aussi plus aisée, sans compter que le délai de consultation de la dernière livraison est plus rapide (dès publication sur le site) que pour le papier.

  • 17 Voir glossaire. Concernant le protocole Shibboleth, voir sur le site Couperin la rubrique sur l’acc (...)

19L’un des avantages est aussi qu’un grand nombre d’utilisateurs peut lire la même publication simultanément, le modèle qui s’est rapidement imposé dans le monde académique étant celui de l’accès illimité. L’élément clé, qui constitue une clause contractuelle entre l’éditeur et l’institution, est la déclaration des utilisateurs autorisés, soit par autorisation des adresses IP, soit par login/mot de passe. Avec la diffusion des fédérations d’identité17, les éditeurs mettent en place des protocoles permettant l’accès grâce à ce mode d’authentification.

ACCÈS ET ARCHIVES

20Les sites des éditeurs donnent généralement accès à l’année en cours, ainsi qu’à une certaine antériorité. Les éditeurs ont aussi constitué des archives par numérisation des fascicules antérieurs, en remontant jusqu’au n° 1, et vendent ces archives par collections thématiques.

21Les bibliothèques ont le choix entre :

  • un abonnement à ces archives, que leurs utilisateurs consultent sur les sites web des éditeurs ;

  • l’achat (c’est le cas en France pour les archives de mathématiques d’Elsevier). Il faut, pour y avoir accès sur la plateforme de l’éditeur, avoir conservé des abonnements.

22L’archivage local, ou centralisé à l’échelle d’un pays est plus rare. Il se diffuse néanmoins, dans un souci de préservation des collections numériques : Couperin prévoit maintenant systématiquement l’archivage des collections courantes des grands éditeurs (Elsevier, Springer…) à l’ABES ; de même la BnF implémente les archives Elsevier qu’elle a acquises sur son propre serveur.

23Les éditeurs n’ont pas de responsabilité de conservation pour les générations futures, et leur offre n’est pas complètement stable : un éditeur peut être racheté par un autre, un titre publié par un éditeur peut soit cesser de paraître soit changer d’éditeur, et les droits acquis par les clients ne sont de ce fait pas complètement garantis. Par ailleurs, l’UKSG (United Kingdom Serials Group) associe éditeurs et bibliothécaires dans la définition d’un code de bonne conduite dans le cadre du projet TRANSFER18, afin de clarifier les droits des clients face à ces situations. Des initiatives de conservation à large échelle, constituant des sites de recours en cas d’événement déclencheur (rachat, cessation de parution, etc.), voient le jour, soit par constitution d’une archive centrale dans le cadre d’une fondation d’intérêt public reposant sur un partenariat entre éditeurs et bibliothèques (Portico19), soit par dépôt légal (c’est le cas de Science Direct d’Elsevier auprès de la Bibliothèque nationale des Pays-Bas), soit dans un cadre coopératif20.

LE E-ONLY21

  • 21 Voir glossaire.

24Si les éditeurs ont été au début réticents à proposer une offre uniquement électronique et ont aligné les modèles économiques sur les abonnements papier, c’est parce qu’ils craignaient de ne pouvoir contrôler les accès, et redoutaient de faire face à une chute des abonnements. Depuis quelques années, la situation est plus favorable pour le tout-électronique et il existe maintenant des revues qui ne paraissent pas ou plus sous forme papier. Mais on ne dispose pas à ce jour de modèle pertinent pour le e-only, qui est calculé sous forme de remise par rapport à l’abonnement papier. Cette remise (de 10 à 15 %) ne compense pas intégralement le différentiel de TVA (les revues sont à 2,1 %, l’électronique à 19,6 %) et des initiatives sont en cours au niveau européen sur cette question. Un nouveau modèle économique est actuellement testé par l’American Chemical Society, mais l’exigence de rentabilité ne poussera certainement pas les éditeurs à baisser le coût de l’information scientifique. L’émergence et le développement rapide du e-only rendent d’autant plus prégnante la mise en place de politiques concertées d’archivage de l’électronique et de conservation du papier.

LA PRESSE D’INFORMATION GÉNÉRALE

25La presse d’information s’est positionnée très tôt sur Internet : dès 1995, Le Monde, Libération, Les Dernières Nouvelles D’Alsace proposent une version numérique. La presse papier connaît depuis des années une érosion de son lectorat ; l’arrivée du numérique a donc été perçue comme une nouvelle opportunité de développement, même s’il a fallu attendre près de 10 ans pour que ce pari se réalise. Désormais pour certains titres, Le Monde.fr par exemple, le renouveau de l’audience se réalise grâce à Internet. L’ensemble de la presse d’information dispose d’un site, plus ou moins fourni. Des secteurs comme la presse magazine grand public et la jeunesse démarrent à peine. Des panoramas de la presse en ligne gratuite sont très bien réalisés par plusieurs sites fédérateurs comme Giga presse ou Webdopresse à un niveau international.

  • 22 Voir glossaire.
  • 23 Voir glossaire.
  • 24 Voir glossaire.

26La presse numérique est un work in progress permanent. Pour l’immense majorité des sites, l’actualité immédiate est en général gratuite avec des embargos22 variables. Les sites sont de plus en plus autonomes par rapport à l’édition papier. Ils disposent bien sûr d’une plus grande réactivité pour la mise à jour, les contenus multimédias animent l’information et des propositions tout à fait nouvelles font de ces sites des médias spécifiques. Cette montée en puissance de l’information a permis la création de sites natifs numériques comme Médiapart, Rue89. Des modèles économiques cohabitent : le gratuit, la vente à l’exemplaire, à l’archive, par abonnement ou dans un bouquet. Les formules varient selon le client et la situation de l’éditeur. La majorité des journaux ont choisi de déléguer la vente de leurs contenus aux collectivités à des agrégateurs23. Le bouquet24 est devenu un incontournable et il est quasiment impossible pour une bibliothèque de s’abonner en direct à un titre.

PRÉSENTATION DES PRINCIPALES BASES DE PRESSE D’INFORMATION GÉNÉRALE

27Ces bases ont pour principal avantage de permettre la recherche simultanée sur l’ensemble des titres disponibles dans le bouquet. Elles donnent accès au texte intégral des articles le plus souvent dans une configuration destinée à l’impression. Parfois la version (PDF) qui reproduit la mise en forme du journal est disponible. Elles offrent un potentiel renouvelé pour la recherche documentaire dans le secteur de l’information. Les usagers des bibliothèques disposent d’un outil performant : il leur évite une recherche dans plusieurs sites qui peut être délicate si les articles sont archivés et payants. Il est d’ailleurs indispensable d’accompagner les usagers dans la découverte de ces outils qu’ils ne peuvent trouver qu’en bibliothèque. C’est pour l’établissement l’occasion de créer un service numérique distinct. L’abonnement est bien sûr payant, il est donc nécessaire d’être vigilant sur la qualité des moteurs de recherche et des services voisins. Actuellement, ces bases donnent surtout accès à la version numérique du papier ; les contenus multimédias créés sur les sites Internet des journaux sont inexistants. Elles ne sont pas conçues pour un feuilletage de détente avec un parcours prédéfini dans l’actualité comme l’offre la lecture des sites des journaux.

28Europresse est produit par CEDROM-Sni. Cette base en texte intégral réunit des titres de la presse généraliste et spécialisée francophone ainsi que des journaux quotidiens (nationaux et régionaux). La période couverte en termes d’antériorité est variable selon les titres.

29LexisNexis Presse est une division du groupe Reed-Elsevier. Cette base regroupe près de 36 000 sources dont 11 000 titres en texte intégral de la presse internationale d’information générale et professionnelle, des journaux quotidiens et magazines ainsi que des publications spécialisées.

30Pressdisplay est produit par la société Newspaper Direct Inc. La base propose plus de 400 titres de journaux et magazines publiés dans 72 pays et en 38 langues. Les titres sont proposés dans leur intégralité et dans leur format d’origine (affichage en PDF). Cette base permet la lecture ou le feuilletage de l’édition du jour et donne accès à deux mois d’archives numérisées en mode image. Il est possible de faire des recherches dans l’intégralité des articles ou sur les titres. De nombreux articles ont un fichier son correspondant et peuvent être écoutés.

31Factiva est produit par Proquest. C’est une base de données internationale qui propose en texte intégral plus de 10 000 sources en provenance de 152 pays et 22 langues dont la presse française. Les domaines économiques et financiers sont particulièrement représentés : des profils financiers d’entreprises et des cours de bourse y sont aussi disponibles.

32Pressens est produit par EDD. La base donne accès à un service de consultation d’archives de presse française accessible sous forme de forfaits aux bibliothèques et aux établissements d’enseignement supérieur. Avec une couverture, selon la formule retenue, de 20 à 100 titres (et fils d’agences) et une antériorité de 1 à 25 années d’archives, elle rassemble des titres de quotidiens nationaux et régionaux, des magazines d’actualité générale et titres spécialisés.

33Hachette digital service est produit par la société Lagardère. Dernière née des offres de presse, Hachette distribution a lancé en 2006 son offre de kiosque numérique. En 2007, 300 titres étaient disponibles, 60 000 clients et 15 000 téléchargements par mois étaient annoncés. Les grands titres de la presse magazine sont présents (Marianne, L’Express). Fait nouveau, la presse grand public est accessible (Elle, Paris-Match), le panel s’élargit à des thématiques (Bateaux, Sciences et Avenir…) et à de la presse jeunesse. Les prix sont identiques au papier, des archives sont annoncées mais sans dates. Contrairement aux bases précédentes, ce site est avant tout dédié aux particuliers.

34Jusqu’à présent, les contenus des magazines sont peu accessibles sur Internet. Les sites disposent des sommaires, ils permettent parfois l’achat en ligne des articles, ils peuvent commenter une courte actualité. Certains titres développent des sites compagnons comme Psychologie25, autour de thèmes retenus dans le mensuel, des contenus interactifs (forum, quizz) sont proposés. Toutefois, la majorité de la presse grand public conserve l’essentiel de sa diffusion sur papier. L’initiative de Hachette Digital service marque certainement le début d’un changement.

Notes

5 Cf. infra, chapitre 3.

6 STM, An Overview of Scientifc, Technical & Medical Publishing and the Value it adds to Research Outputs, avril 2008, <http://www.stmassoc.org/documents-statements-public-co/> (cité par la Dépêche du GFII 979 du 22/04/2008).

7 ALPSP Survey, Scholarly Publishing : Academic journal publishers’, policies and practices in online publishing, 2005, (p. 1) : <http://www.alpsp.org/ngen_public/article.asp ?id=200&did=47&aid=269&st=&oaid=1>

8 Indice créé par l’Institute for Scientific Information : c’est la mesure, calculée à partir du Journal citation reports, du pourcentage d’articles d’une revue publiés les années n-2 et n-1 et cités l’année n par rapport au total des articles publiés dans la revue au cours de cette période.

9 European Commission Community Research, Science and Society, Study on the economics and technical evolution of the scientific publication markets in Europe, Final Report, January 2006.

10 En 2008, ils ne sont plus que 5.

11 Voir glossaire.

12 Voir glossaire.

13 Voir glossaire.

14 CrossRef (association d’éditeurs) a mis en place un système de liens permettant aux utilisateurs de se connecter au contenu primaire à partir de sa référence. CrossRef est aussi l’agence officielle d’enregistrement du lien officiel DOI® pour les publications académiques et professionnelles. Il met en œuvre un système de lien croisé des citations des éditeurs qui permet à un chercheur de cliquer sur une référence citée sur la plateforme d’un éditeur et de le relier directement au contenu cité sur la plateforme de l’éditeur concerné, en fonction de la politique de contrôle d’accès de chaque éditeur. < http://www.crossref.org>

15 Voir glossaire.

16 Voir glossaire.

17 Voir glossaire. Concernant le protocole Shibboleth, voir sur le site Couperin la rubrique sur l’accès distant, notamment <http://www.couperin.org/article.php3?id_article=448>

18 <http://www.uksg.org/transfer/papers>

19 <http://www.portico.org>

20 Voir le projet Lockss : <http://www.lockss.org>

21 Voir glossaire.

22 Voir glossaire.

23 Voir glossaire.

24 Voir glossaire.

25 <http://www.psychologies.com>

© Presses de l’enssib, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access