Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Principes méthodologiques

Isabelle Antonutti

Texte intégral

Alors on les dispose en de grands cimetières

Que les esprits fripons nomment des dictionnaires

Et les penseurs chagrins, des alphadécédets.

  • 1 Raymond Queneau, « La chair chaude des mots », Le chien à la mandoline, Paris, Gallimard, 1965.

Raymond Queneau1

1Des principes méthodologiques ont guidé la démarche de création de ce dictionnaire. L’approche est d’une part cadrée par des bornes chronologiques. La date de 1850 correspond au début de la professionnalisation du métier. La fin de la période est fixée par deux curseurs, le biographié est né avant 1930 et est décédé avant la mise en œuvre du livre. Cette temporalité permet d’écarter nos trop proches contemporains. Après ces limites de dates, la sélection s’opère à partir d’un croisement de critères : les bibliothécaires ont consacré l’essentiel de leur carrière à cette fonction ; ils ont œuvré sur le territoire français ; ils ont eu des responsabilités qui se sont concrétisées par des réalisations marquantes ; ils ont publié des écrits professionnels ; ils ont investi la culture et/ou la politique et/ou le champ social, intellectuel.

  • 2 Ouvrages, travaux universitaires, nécrologies, bases de données comme L’annuaire prosopographique  (...)

2Deux cent cinquante personnes ont été identifiées à la suite de recherches bibliographiques2. Le critère de la diversité a guidé les choix. Cette sélection s’est poursuivie dans une volonté de péréquation. Chaque portrait est emblématique, il représente une partie du métier, une institution, une formation, une ville, une époque, un mouvement. La lecture de ces notices permet de balayer les différentes formes d’exercice du métier.

3Dans la sélection, certaines absences sont volontaires. Jean Gattégno, emblématique directeur du Livre et de la lecture au sein du ministère de la Culture, ne figure pas dans ce dictionnaire car il n’a jamais été bibliothécaire. Tous les romanciers, tels Gustave Flaubert ou Anatole France, qui ont bénéficié de sinécures ont été éliminés. D’autres personnalités ne répondaient pas aux critères ; ils n’avaient pas publié ou les sources étaient trop rares pour reconstituer leur carrière. Nous avons dû abandonner Victorine Vérine (bibliothèque de Soissons), Edmond-Maurice Lévy (Alliance israélite universelle), Colette Honoré (Comité d’entreprise de la SNCF). Il a aussi fallu faire des choix parmi des personnalités émérites afin de proposer une certaine diversité et nous n’avons pas retenu Paul Marais de la bibliothèque Mazarine, Richard Cantinelli à Lyon, Jules Laude à Clermont-Ferrand, et bien d’autres…

4Depuis 2018, un groupe de travail a suivi tout le processus et plus de 50 contributeurs ont été sollicités pour la rédaction. Le Comité d’histoire de la Bibliothèque nationale de France a été associé pour les choix concernant cet établissement.

5Rassembler un parcours de vie en 5 000 signes n’est pas un exercice facile. Chaque notice s’organise selon une structure identique. Elle débute, bien sûr, par des informations de base : nom, prénom, dates et lieux de naissance et de mort, chapeau résumant la carrière. La biographie retrace la vie personnelle, l’action en bibliothèque et l'implication dans la société. D’autres protagonistes, témoins, inspirateurs et collègues sont cités pour croiser les parcours. Des photographies ou portraits donnent plus d’épaisseur aux personnages et ces clichés, souvent saisis dans le cadre professionnel, documentent le métier. La bibliographie recense uniquement les sources et articles publiés sur le biographié ; le numéro ISNI (International Standard Name Identifier) permet de retrouver le lien vers des catalogues en ligne qui regroupent ses publications. Les sigles sont utilisés pour les termes les plus fréquents. De nombreuses relectures, corrections et homogénéisations, ont été menées pour que ce travail collectif exprime un ensemble cohérent et les auteurs sont vivement remerciés pour leur contribution.

6L’écriture des biographies croise des sources souvent inédites. Les archives administratives sont des outils indispensables pour la construction des notices. Les dossiers des services du personnel retracent des carrières avec des dates et des grades. Les actes d’état-civil, les faire-part de décès, les bases généalogiques3, les bases de données4 et les dossiers de la Légion d’honneur5 améliorent l’identification. Ces sources informatives sont complétées par les nécrologies qui furent régulièrement publiées jusque dans les années 1980 dans la presse professionnelle6. Ces hommages ont disparu, et étonnamment, pour certains bibliothécaires morts récemment, la bibliographie est très limitée comme pour Noë Richter mort en 2017. Entre l’éloge des nécrologies et la sécheresse des dossiers de carrières, des sources complémentaires ont enrichi les notices. Pour la seconde moitié du XXe siècle, quelques familles, collègues7, amis, ont apporté des indications sur la vie personnelle. La lecture des publications des auteurs a permis de mieux comprendre leurs idées. Quelques bibliothécaires ont écrit leurs mémoires ou sont le sujet de recherches8. Pierre Lelièvre, Thérèse Kleindienst ou Léopold Delisle ont été honorés par des mélanges. Henri Vendel, Ernest Coyecque, Noë Richter, Renée Lemaître, Pol Neveux… ont déposé leurs archives professionnelles ; ces sources sont précieuses car elles apportent une image vivante du milieu professionnel. La bibliographie finale regroupe 400 références et défriche une documentation qui peut ouvrir vers de nouvelles recherches.

7Ce dictionnaire présente la carrière de 100 bibliothécaires. Son titre Figures pose d’emblée son caractère sélectif et clairement, tous les choix ne s’expliquent pas de manière rationnelle. Un dictionnaire biographique est toujours lacunaire, mais il dispose d’autres qualités avec le classement alphabétique qui efface les hiérarchies et contribue à créer des proximités originales. Nous espérons que cet ouvrage sera suivi d'un second tome ou par une base de données qui permettra d’élargir ce corpus.

Notes

1 Raymond Queneau, « La chair chaude des mots », Le chien à la mandoline, Paris, Gallimard, 1965.

2 Ouvrages, travaux universitaires, nécrologies, bases de données comme L’annuaire prosopographique : la France savante et Data BnF. Les sources sont disponibles dans la bibliographie générale à la fin de l’ouvrage.

3https://www.filae.com >.

4 Annuaire prosopographique : la France savante, CTHS. < http://cths.fr/an/prosopographie.php >, Data BnF < https://data.bnf.fr/fr/ >.

5 Léonore < http://www2.culture.gouv.fr/documentation/leonore/NOMS/nom_00.htm >.

6 Bibliothèque de l'École des chartes, Bulletin d'informations de l'ABF, Bulletin des bibliothèques de France.

7 Remerciements à André Thill qui a lu et commenté plusieurs notices.

8 Olivier Tacheau, Jalons pour repenser l'histoire des bibliothécaires municipaux sous la Troisième République, Mémoire de DEA, sous la direction de Dominique Varry : Villeurbanne, Enssib, 1995. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48113-jalons-pour-repenser-l-histoire-des-bibliothecaires-municipaux-sous-la-troisieme-republique.pdf >.

Auteur

Responsable de formations, Médiadix, Pôle Métiers du livre, université Paris Nanterre ; historienne, membre du Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines, université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search