Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

Les bibliothèques dans la cité

Abécédaire de l’extension et de la réhabilitation des bibliothèques

Gaëlle Guechgache

Texte intégral

Eybens, médiathèque Odyssée

PRIÈRE DE NE PAS DÉMOLIR

1À un moment où l’on peut considérer le développement de la lecture publique en termes d’équipement comme l’une des réussites majeures de la décentralisation, la crise de notre modèle de bibliothèque à la française, nourrie par la baisse de la fréquentation, la chute du nombre de prêts de documents, l’essor des pratiques individuelles liées au numérique et à la culture de l’écran, mais aussi le succès d’autres modèles (anglo-saxon et nordique), remet au premier plan l’importance du bâtiment et les enjeux liés à son organisation et son aménagement.

2Alors que les constructions récentes s’emparent de cette problématique et tentent de répondre au mieux à de nouveaux besoins et usages en pariant sur un geste architectural audacieux et/ou séduisant pour attirer des publics élargis, on peut se demander comment les bibliothèques construites dans les années quatre-vingt, considérées en leur temps comme pionnières mais aujourd’hui datées, tant sur le plan de la technique que sur celui de l’image, répondent à l’exigence sans cesse renouvelée de modernité. Confrontées à des problèmes fonctionnels comme le manque d’espace, la mise aux normes d’accessibilité, elles doivent aussi repenser les enjeux symboliques liés à l’organisation même des collections et des espaces. En outre, le passage du temps et l’usure naturelle ont rendu obsolète le mobilier, caducs le goût et les critères esthétiques naguère dominants, et vétustes certains locaux. Et tout cela alors que les learning center, idea store et le design bibliothéconomique nordique tendent à imposer un imaginaire de l’espace et des normes esthétiques extrêmement éloignés de ceux qui ont prévalu à leur construction.

  • 1 Concevoir et construire une bibliothèque. Du projet à la réalisation, Paris, Le Moniteur Éditions, (...)

3Si les nouvelles constructions concentrent sur elles beaucoup d’attention, la question de l’extension et de la réhabilitation des équipements existants est peu étudiée. Comme la terminologie à ce sujet est parfois confuse, rappelons que, à la différence de la construction, l’extension et la réhabilitation supposent un bâtiment existant qu’il s’agit d’améliorer. Elles se distinguent aussi de la transformation en ce qu’elles n’entraînent pas un changement de destination ou de mode de fonctionnement. L’extension est l’agrandissement, dans la continuité, de la surface existante d’un bâtiment. Quant à la réhabilitation, elle suppose l’amélioration générale d’un ouvrage ou la mise en conformité avec les normes en vigueur (normes de confort, électriques et sanitaires, de chauffage, d’isolation, etc.)1. Cependant, à l’usage, le mot de réhabilitation est souvent employé à la place de transformation.

  • 2 Voir par exemple la journée d’étude « Bibliothèques en chantier : constructions, extensions, restr (...)

4Bien sûr, on trouve çà et là quelque intérêt pour le sujet2, mais il semblerait que la création de nouveaux équipements re tienne plus l’attention que la transformation et l’adaptation de « l’ancien ». En outre, les contraintes techniques imposées par le bâtiment existant, le coût financier supposé élevé associé à de tels travaux constituent assurément un frein à la décision. « Les élus adhèrent moins facilement à un projet de rénovation qu’à un projet de construction plus valorisant. Sans oublier que la décision politique et les efforts financiers consentis lors du « passage à la médiathèque » ont été obtenus sur l’argument d’une mutation nécessairement ponctuelle, non sur la nécessité sans cesse renouvelée de la modernisation », précise ainsi Catherine Clément, directrice du développement culturel de la ville d’Argenteuil. Mais le genre « extension », à tort considéré comme mineur, mérite assurément un examen plus attentif.

  • 3 « L’essoufflement du modèle : symptômes et causes », in Quel modèle de bibliothèque ?, sous la dir (...)
  • 4 Concevoir et construire une bibliothèque. Du projet à la réalisation, p. 14.

5Plusieurs arguments peuvent plaider en faveur d’une réelle politique d’extension et de réhabilitation. D’abord, l’extension et la réhabilitation témoignent d’un rapport particulier au3. La question de démolir pour reconstruire ailleurs ne se pose même pas, car l’implantation actuelle a de réels atouts : situation optimale en centre-ville, proximité d’autres équipements publics, bonne desserte par les transports en commun. Cependant, comme le rappelle l’Inspecteur général des bibliothèques Georges Perrin dans le texte intitulé Mutations des bibliothèques servant d’introduction à Concevoir et construire une bibliothèque, « après vingt-cinq ans de construction, il est temps d’envisager toutes les transformations nécessaires pour adapter ces équipements aux exigences du moment4». Seules des opérations d’extension et de réhabilitation d’envergure peuvent accompagner les évolutions économiques, technologiques, culturelles, et sociologiques qui façonnent notre « moment ». Ensuite, dans une logique de développement durable, qui ne saurait se résumer au seul objectif des économies d’énergie et à la recherche de performances techniques pour générer ces économies, le choix de la démolition peut sembler paradoxal. Enfin, il faut rappeler, en termes d’architecture, le fort potentiel de l’extension. Elle permet d’insuffler une nouvelle vie à des bâtiments « démodés ». La contrainte de l’existant, le dialogue entre architectes et bibliothécaires, qui s’appuie sur du déjà-là, qu’il s’agit d’adapter et d’améliorer, produit des solutions innovantes et singulières qui méritent attention dans la mesure où elles questionnent justement le modèle.

PETIT ABÉCÉDAIRE DE L’EXTENSION ET DE LA RÉHABILITATION DES BIBLIOTHÈQUES

  • 5 Corpus établi pour un mémoire d’étude, avec l’aide de Gilles Lacroix, conseiller Livre et Lecture (...)

6Comment transforme-t-on et fait-on évoluer les espaces ? Pour apporter quelles améliorations? Pour répondre à quels objectifs? C’est sous la forme d’un abécédaire que nous nous proposons de répondre à ces questions, en nous appuyant sur l’étude d’un corpus de cinq bibliothèques de la Région Rhône-Alpes5.

Eybens, médiathèque Odyssée

Accessibilité

  • 6 Voir, à ce sujet, Claire Bonello, « Accessibilité et handicap en bibliothèque », BBF, 2009, n° 5, (...)

7Un bâtiment qui vieillit, c’est avant tout un bâtiment qui ne répond plus à des normes de sécurité ou d’accessibilité. La loi du 11 février 2005 sur l’égalité des droits et des chances a fait de l’accessibilité du cadre bâti des bibliothèques, en tant qu’établissements recevant du public, une contrainte légale6. Voies praticables d’accès à la bibliothèque, sas d’entrée avec portes coulissantes, ascenseurs adaptés, axes de circulation plus larges à l’intérieur du bâtiment, ainsi qu’ajustement du mobilier (voir article Normes page 203) en sont la traduction la plus évidente, mais la contrainte peut s’avérer fertile pour l’imagination de l’architecte. La rampe d’accessibilité créée par l’architecte Patrice Santoro à la médiathèque Alphonse-Daudet de Genay devient ainsi un élément architectural à part entière, qui structure l’espace et invite à le parcourir différemment.

Accueil

8La volonté de mieux accueillir le public est souvent au centre de la réflexion. Plusieurs solutions architecturales sont possibles. D’abord faire en sorte que l’entrée de la médiathèque facilite l’appropriation des lieux. Ensuite, ergonomie, esthétique et positionnement de la traditionnelle banque d’accueil sont étudiés de manière à dépasser les fonctions de transaction matérielle (prêt/retour de documents) qui lui sont traditionnellement assignées et à encourager une relation avec l’usager plus incitative, plus ouverte, plus frontale. À la médiathèque départementale de la Loire, la volonté de mieux accueillir les bibliothécaires du réseau s’est traduite par une entrée plus spacieuse, plus aérée, plus conviviale aussi, avec un kiosque des chauffeuses et un comptoir qui marquent davantage la fonction d’accueil. En longueur, elle permet ensuite de mieux distribuer les espaces de bureaux et les collections.

Ambiance

9L’un des enjeux des opérations de réhabilitation et d’extension est de renouer avec l’attractivité du bâtiment, et donc de conférer une nouvelle image aux équipements, pas seulement dans leur enveloppe extérieure, mais aussi dans les espaces intérieurs. La notion d’ambiance acquiert ici toute son importance. La lumière, les matières et les couleurs font l’objet d’un traitement particulier, pour singulariser les espaces, pour marquer des territoires. La peinture permet d’unifier les espaces « anciens » et « nouveaux », tout en les dotant d’une ambiance chromatique propre. Elle apporte un certain dynamisme visuel dans des espaces que leurs proportions pourraient rendre monotones. Quand l’éclairage naturel est faible, un éclairement, jouant d’intensités variables et de tonalités chaudes (jaunes), évite d’écraser l’espace sous une lumière froide uniforme.

Attractivité

10Non seulement les équipements voient leur espace utile augmenter, mais ils bénéficient d’une requalification de leur architecture. C’est en termes d’attractivité que sont ainsi pensées les interventions faites sur les façades aussi bien que sur les aménagements intérieurs. Ainsi, pour la médiathèque de Genay, le projet a-t-il permis de singulariser un bâtiment sans caractère, en augmentant la surface vitrée de la façade et en donnant du relief à l’entrée, dont l’alignement a été brisé. Cela a également rendu plus attractif un espace peu amène où venaient stagner les feuilles mortes. À la médiathèque Pierre-Mendès-France de Villefranche-sur-Saône, le patio intérieur, mal mis en valeur et fermé au public, est devenu une terrasse garnie de tables, chaises et parasols, attirant de nombreux lecteurs aux beaux jours. Les espaces étant distribués autour de ce patio, le rapport extérieur/intérieur a ainsi gagné en fluidité.

Collections

11Lorsque les projets d’extension et de réhabilitation ont pu compter sur de faibles contraintes imposées par le bâtiment initial (pas de murs porteurs, cloisons escamotables), l’agencement des espaces a été profondément renouvelé, en général en favorisant le décloisonnement. Du point de vue des bibliothécaires, le gain de nouveaux espaces et la réaffectation des anciens espaces donnent donc lieu à un bouillonnement d’idées afin de suggérer une autre circulation dans les collections, déplacer des segments de collection, faire voler en éclats la sectorisation adultes/jeunesse pour certains documents, ou encore bousculer la linéarité de la classification Dewey. Cela est souvent décrit comme une étape stimulante du projet. Se pose la question de la volumétrie des collections, car le gain d’espace n’a pas pour but d’accroître le nombre de documents mis à la disposition du public mais de rendre une masse documentaire parfois vieillie plus attractive, plus lisible (voir Scénographie page 203). Dans tous les cas, les travaux d’extension et de réhabilitation, en modifiant l’implantation des collections, sont l’occasion de repenser le parcours dans les collections, de proposer une autre articulation des savoirs et des pratiques (lire, écouter, flâner).

Confort

12Flâner : c’est en effet à un autre usage de l’espace que les équipements réhabilités invitent. L’espace gagné a permis, en aérant les collections, d’augmenter et de renouveler les assises qui invitent à la détente. Fauteuils, chauffeuses, canapés et tables basses font désormais bon ménage avec les tables et chaises dédiées à l’étude. Faut-il y voir un effet « troisième lieu » désormais parfaitement intégré ?

Connectivité

13Dans la mesure où l’ordinateur, qui servait auparavant à un usage unique – consulter l’Opac (Online Public Access Catalog) – est devenu multi-usage (recherche documentaire, bureautique, communication, formation, etc.), sa place est partout et nulle part en même temps. Où le placer ? Combien en faut-il ? Faut-il regrouper les postes informatiques ou les disséminer ? Telles sont les questions qui animent la réflexion sur le multimédia et appellent des réponses extrêmement variées. À Rive-de-Gier, la création du cyberespace a été imaginée pour un espace totalement indépendant. Dans le cas d’Eybens, le nombre d’ordinateurs mis à la disposition du public a été doublé, sans qu’il s’agisse de créer un espace spécifique. Ces différentes options traduisent toutes une nouvelle exigence technique de connectivité – c’est-à-dire de capacité à être relié, à se mettre en réseau – et de flexibilité spatiale. Les ordinateurs étant, plus que les rayonnages, appelés à bouger. Pour la plupart des équipements, le câblage et l’équipement en prises RJ45 étaient donc une préoccupation majeure à prendre en compte dans l’évolution des espaces.

Convivialité VS Intimité ?

  • 7 Voir, sur la notion de bulle, François et Jacques Riva, « La mise en vie des espaces de bibliothèq (...)

14Le réaménagement des espaces qui accompagne les travaux d’extension tente de répondre à deux pratiques de l’espace : l’une individuelle et l’autre collective. Il s’agit de faire coexister deux « bulles » : la bulle personnelle, celle du travail ou de la lecture personnelle, et la bulle sociale, celle où l’on se met en relation avec d’autres personnes7. Dans les faits, les frontières s’estompent entre ces deux pratiques et il faut pouvoir répondre par des solutions mixtes et souples à des usages dits concurrents : des chauffeuses regroupées dans des niches de convivialité, mais aussi disséminées entre les rayonnages, des tables de travail individuel parmi les rayonnages mais aussi une salle d’étude pour le travail en groupe. Un nouvel équilibre s’invente entre les collections (leur volumétrie et l’occupation spatiale des rayonnages) et les espaces de travail, de détente, de circulation (voir Zoning page 204).

Flexibilité/Évolutivité

15On peut se demander si les équipements issus des travaux de réhabilitation ont intégré leur propre obsolescence et se sont donné les moyens d’évoluer, en étant suffisamment flexibles. Le décloisonnement des espaces et la connectivité gagnée par les travaux de réhabilitation sont garants d’une telle flexibilité, mais pas seulement. Car si l’évolutivité des espaces est liée à une certaine technicité (mobilier sur roulettes par exemple), ce sont une pratique enracinée du changement et un goût pour l’expérimentation qui permettent aux espaces d’évoluer sans cesse.

Fluidité

16La surface gagnée avec l’extension ne sert pas uniquement à accoler de nouveaux espaces (multimédia, animation, le plus souvent) à d’autres plus anciens, mais aussi et surtout à modifier leur distribution et leur articulation. À l’encombrement, la saturation et le cloisonnement qui caractérisent souvent les anciens espaces, les architectes répondent par la fluidité : décloisonnement des espaces quand le bâti le permet, transparence des cloisons (verre) s’il faut maintenir des cloisons, circulation fluidifiée.

Hybridation

17Pour le programme de la médiathèque Louis-Aragon de Rive-de-Gier, le projet a fait de l’hybridation des collections un principe majeur de leur organisation, en pensant la bibliothèque physique comme un accès privilégié à des ressources numériques. L’usager trouve dans chaque espace documentaire, outre les supports physiques qu’il peut lire ou écouter sur place et emprunter, des ressources numériques consultables sur un poste informatique. En accès direct, l’offre de documentation électronique se veut donc intégrée à la collection physique et complémentaire de celle-ci : dans l’espace de travail de la section adultes, par exemple, un PC portable est intégré aux rayonnages des usuels et offre un accès à l’encyclopédie Universalis en ligne, ainsi qu’à L’état du monde, qui propose des articles sur l’actualité politique, économique et sociale de l’année en cours. En outre, pour le directeur de la médiathèque, Thierry Bokhobza, les collections totalement dématérialisées sont un échec. Il s’agit plutôt de chercher un juste équilibre et une articulation pertinente entre le support matériel et l’immatériel, y compris dans sa traduction spatiale et dans le mobilier.

Mobilier et modernité

  • 8 De la bibliothèque à la bibliosphère. Les impacts des livres numériques sur les bibliothèques et l (...)
  • 9 Si la laideur se vend mal, le design se vend quant à lui très cher !

18« Lorsque les contenus deviennent volatils, le premier espace d’évolution est de passer simplement du niveau de l’étagère à celui du bâtiment », indique Lorenzo Soccavo, qui prône l’ameublement cognitif8. On en est encore loin dans les projets étudiés. Cela suppose une réelle appropriation des problématiques propres aux bibliothèques par les designers autant que des dépenses d’investissement lourdes9 ; pourtant c’est bien là que pourrait se jouer la modernité des bibliothèques : mur tactile de sélection de documents multimédias, supports de consultation interactifs et communicants par exemple.

Normes

  • 10 Pour un exposé clair des différentes recommandations en matière d’accessibilité, voir la brochure (...)

19Nous les avons évoquées rapidement cidessus. Avec les travaux d’extension et de réhabilitation, les bibliothèques peuvent entrer en conformité avec un ensemble de normes et de préconisations d’accessibilité : la hauteur des rayonnages ne doit pas excéder 1,50 mètre, et la tablette la plus basse se situe de 0,40 à 0,60 mètre du sol. L’espacement des épis doit être assez large, soit 1,50 mètre, pour permettre le croisement de deux personnes en fauteuil roulant. Il faut également penser à adapter la hauteur de la banque d’accueil10.

Scénographie

20Faire vivre les espaces, mettre en spectacle la bibliothèque, tel pourrait être l’un des principaux bénéfices secondaires de l’extension. Dans tous les projets examinés, l’espace gagné a permis de mieux valoriser les collections, en augmentant le nombre de présentoirs et les tables de présentation, en aérant les rayonnages ou encore en privilégiant le facing.

Signalétique

  • 11 Pour une meilleure compréhension du design, on se reportera à l’essai éclairant de Stéphane Vial, (...)

21Le sort réservé à la signalétique illustre une contradiction significative : ce que les espaces gagnent en lisibilité avec un plan de rayonnage plus aéré, avec une esthétique globale plus soignée, avec des secteurs à l’identité plus affirmée, ils le perdent par manque d’une bonne signalétique. Si des coupes budgétaires s’imposent au cours des travaux, c’est souvent l’un des postes qui est sacrifié, considéré comme secondaire ou susceptible d’être bricolée avec les moyens du bord. Or la conception de la signalétique s’appuie sur des compétences spécifiques, et relève de ce que les agences d’aménagement des espaces commerciaux appellent le design global11, c’est-à-dire un savoir-faire qui vise à mettre en adéquation les usages et les postures avec la volumétrie, l’éclairement, l’acoustique, le mobilier, la signalétique. Elle est un outil déterminant dans l’appropriation de l’espace et mériterait à ce titre d’être une composante inaliénable de tout programme d’extension.

Signalétique urbaine

22Comme la signalétique interne, la signalétique urbaine est souvent le parent pauvre des projets d’extension et de réhabilitation. Pourtant, quel meilleur garant de la visibilité dans l’espace public ?

Visibilité

23Au-delà des objectifs fonctionnels qui les caractérisent, les travaux d’extension et de réhabilitation prétendent en effet rehausser la visibilité de la médiathèque sur le territoire urbain. Parce que le bâtiment gagne en caractère, il capte à nouveau l’attention des passants. Pour la médiathèque d’Eybens, installée dans un équipement mixte, l’espace culturel L’Odyssée, auquel la municipalité a décidé d’ajouter un auditorium en 2002, le projet proposé par l’atelier A a ainsi entièrement modifié l’aspect de la façade de l’équipement. C’est un gros volume chaloupé en cuivre vert qui a été imaginé pour accueillir l’auditorium. De tous les projets retenus dans notre corpus, celui-ci est le plus spectaculaire, car il donne une dimension monumentale à l’équipement, et se distingue par une proposition architecturale vraiment audacieuse. Une large terrasse extérieure en rez-de-chaussée adoucit les effets de la lumière naturelle et met en valeur les colonnes et les murs de béton brut des surfaces nouvelles et réaménagées de la médiathèque. L’extension vitrée de deux à six mètres de hauteur sur deux étages est ainsi parfaitement intégrée au volume global de l’auditorium. La transparence de la verrière a l’avantage de dévoiler les fonctions de cette partie de l’équipement, puisque de l’extérieur on voit les rayonnages de livres. En outre, c’est un an après l’inauguration du bâtiment que le lettrage en façade « L’Odyssée Espace culturel » est venu s’ajouter, répondant à l’objectif du programme qui était de mieux signaler cet équipement mixte.

Zoning

  • 12 Pierre Franqueville, « Vers une bibliothèque d’univers », Bibliothèque(s), n° 47/48, décembre 2009 (...)

24Pour le programmiste Pierre Franqueville, il faudrait adopter une organisation spatiale qui s’affranchisse complètement des différents types de documents (voire des types de publics) accueillis pour ne répondre qu’à une typologie d’usages12. Il préconise donc la création de bibliothèques d’« univers ». Le passage à une logique de zoning, avec des espaces silencieux, des aires d’apprentissage informel où les bruits de fond sont tolérés, des lieux de sociabilité, des lieux de détente, et des espaces numériques, constitue une évolution marquante, le bruit ayant désormais un droit de cité qu’il s’agit de maîtriser dans l’organisation et la conception des espaces.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bonello (Claire), « Accessibilité et handicap en bibliothèque », Bulletin des Bibliothèques de France, 2009, n° 5, p. 34-40.

Clément (Catherine), « L’essoufflement du modèle : symptômes et causes », in Quel modèle de bibliothèque ?, sous la direction d’Anne-Marie Bertrand, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2008.

Collignon (Laure), Gravier (Colette) (dir.), Concevoir et construire une bibliothèque, du projet à la réalisation, Paris, Le Moniteur Éditions, 2011.

Dewe (Michael), Renewing our libraries. Case studes in re-planning and refurbishment, Padstow, Ashgate, 2008.

Franqueville (Pierre), « Vers une bibliothèque d’univers », Bibliothèque(s), n° 47-48, décembre 2009, p. 13-19.

Le Saux (Annie), « Bibliothèques en chantier : constructions, extensions, restructurations », Bulletin des Bibliothèques de France, 2006, n° 1, p. 109-111.

Ménard (Jean-Pierre), « transformations », AMC, Le Moniteur Éditions Architecture, n° 199, septembre 2010, p. 107-128.

Murdock (James), « Beauty and the book. Libraries in the digital age raise questions about the place of books », Architectural Record, Mars 2011, p. 60-67.

Riva (Jacques et François), « La mise en vie des espaces des bibliothèques », Bulletin des bibliothèques de France, t. 45, n° 3, 2000, p. 70-77.

Soccavo (Lorenzo), De la bibliothèque à la bibliosphère. Les impacts des livres numériques sur les bibliothèques et leur évolution, Numériklivres, janvier 2011.

Vial (Stéphane), Court traité du design, Paris, Puf, 2010.

Notes

1 Concevoir et construire une bibliothèque. Du projet à la réalisation, Paris, Le Moniteur Éditions, 2011, p. 25.

2 Voir par exemple la journée d’étude « Bibliothèques en chantier : constructions, extensions, restructurations », à l’initiative de l’Association des directeurs de bibliothèque universitaire (ADBU), La Rochelle, 16 septembre 2005, à laquelle Annie Le Saux a consacré un compte-rendu (BBF, 2006, n° 1, p. 109-111) ; l’ouvrage de Michael Dewe, Renewing our libraries. Case studes in re-planning and refurbishment, Padstow, Ashgate, 2008 ; ou encore les questions soulevées par Anne-Françoise Blot pour la réorganisation des espaces de la bibliothèque municipale à vocation régionale d’Orléans dans un article récent de Livres Hebdo (« Face au défi du XXIe siècle », Livres Hebdo n° 868, 3 juin 2011, p. 47).

3 « L’essoufflement du modèle : symptômes et causes », in Quel modèle de bibliothèque ?, sous la direction d’Anne-Marie Bertrand, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2008, p. 54.

4 Concevoir et construire une bibliothèque. Du projet à la réalisation, p. 14.

5 Corpus établi pour un mémoire d’étude, avec l’aide de Gilles Lacroix, conseiller Livre et Lecture de la Drac Rhône-Alpes : la médiathèque Pierre-Mendès-France, à Villefranche-sur-Saône, la médiathèque Louis-Aragon à Rive-de-Gier, la médiathèque de l’Espace Odyssée, à Eybens, la médiathèque Alphonse-Daudet à Genay et enfin la médiathèque départementale Loire-Montbrison. Ce corpus, certes éclectique et arbitraire, a le mérite de proposer, à un instant t et sur un territoire donné, une photographie réaliste des chantiers de réhabilitation et d’extension.

6 Voir, à ce sujet, Claire Bonello, « Accessibilité et handicap en bibliothèque », BBF, 2009, n° 5, p. 34-40.

7 Voir, sur la notion de bulle, François et Jacques Riva, « La mise en vie des espaces de bibliothèques », BBF, 2000, n° 3, p. 74.

8 De la bibliothèque à la bibliosphère. Les impacts des livres numériques sur les bibliothèques et leur évolution, Numériklivres, janvier 2011.

9 Si la laideur se vend mal, le design se vend quant à lui très cher !

10 Pour un exposé clair des différentes recommandations en matière d’accessibilité, voir la brochure éditée par la bibliothèque départementale de la Sarthe, Accueillir les publics handicapés à la bibliothèque. [En ligne] <http://www.bds.cg72.fr/iso_upload/Handicap_0.pdf>. Le rapport Conditions qualitatives et statistiques de base pour les bâtiments de bibliothèques (espace, fonction et conception), dit TR 11219, issu d’un rapport technique allemand, et annoncé en 2008, est toujours attendu. Il devrait constituer un outil majeur pour la programmation des espaces de la bibliothèque.

11 Pour une meilleure compréhension du design, on se reportera à l’essai éclairant de Stéphane Vial, Court traité du design, Puf, 2010, qui tente d’en dépasser l’ambivalence idéologique pour le considérer comme « l’art d’enchanter l’existence quotidienne par les formes » (p. 118).

12 Pierre Franqueville, « Vers une bibliothèque d’univers », Bibliothèque(s), n° 47/48, décembre 2009, p. 14-20.

Table des illustrations

Légende Eybens, médiathèque Odyssée
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Eybens, médiathèque Odyssée
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1259/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 964k

Auteur

Après des études de lettres et de langues, Gaëlle Guechgache a été professeur d’espagnol dans l’académie de Versailles. En détachement dans diverses bibliothèques de la région parisienne (notamment Fresnes et Montreuil) entre 2008 et 2010, elle a suivi la formation de conservateur des bibliothèques à l’enssib et à l’Inet en 2011-2012. Elle est actuellement directrice de la médiathèque de Bagneux, dans les Hauts-de-Seine.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search