Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

Les bibliothèques dans la cité

La nécessité de la médiathèque

Entretien avec Jean-Michel Monpays, adjoint au maire délégué au Développement culturel, au Patrimoine, à l’Animation, à la Vie associative et aux Jumelages de la ville d’Armentières (Nord), novembre 20111

Texte intégral

  • 1 Ce texte écrit par Grégor Blot-Julienne est issu d’un entretien avec Jean-Michel Monpays, le 23 no (...)

Paris, bibliothèque Denis-Diderot de Paris 7 – site Grands Moulins

1Construire un pôle culturel dans un nouveau quartier

2C’est avant tout un projet culturel, mais Armentières est une ville au passé ouvrier très fort. Nous avons en héritage beaucoup de friches industrielles, d’entreprises du textile, notamment le long de la Lys et en centre-ville, en particulier près du quartier de la gare. Près de la Lys pour la qualité de l’eau et près de la gare pour le transport. La volonté municipale était d’installer une médiathèque en cœur de ville, sur une friche, à 200 mètres de la mairie. Nous avons profité de cette friche pour installer dans un premier temps un équipement culturel, la médiathèque, et dans un second temps, du logement.

  • 2 Le shed (XIXe siècle, anglicisme) est la toiture en dents de scie avec un versant vitré sur sa lon (...)

3L’ensemble de la friche était trop grand pour un seul équipement public ; la production de logements nous a permis de rentabiliser un peu l’achat du terrain. Nous avons aussi voulu préserver le patrimoine puisque sur cette friche industrielle, restent encore les sheds2. La médiathèque a été intégrée dans ce cadre et les bâtiments rénovés. L’architecture de la médiathèque s’inspire un peu de ces toits particuliers.

4À côté de la gare se trouvaient des hôtels de voyageurs, ainsi que la maison Mahieu, vitrine du savoir-faire textile, et donc une activité très importante. Mais les entreprises ont fermé les unes après les autres, les hôtels aussi et le quartier s’est donc dégradé. La volonté municipale a été de le renouveler complètement, de refaire de la gare un pôle d’échanges avec une grande fréquence de trains. De nombreux habitants font des allers-retours Armentières-Lille, pour lesquels il fallait un stationnement spécifique. Ensuite, nous voulons faire de ce quartier un pôle culturel en installant dans les anciens locaux Mahieu ce qui sera le futur cinéma d’Armentières, en face de la médiathèque.

5Nous voulons privilégier la culture, mais davantage via des actes politiques forts plus que par des projets urbanistes. D’où la volonté d’installer cette médiathèque en cœur de ville et surtout d’en rendre l’accès gratuit. C’est devenu un enjeu primordial pour notre ville puisque la médiathèque est l’équipement le plus fréquenté avec plus de 10 000 abonnés déjà inscrits pour une commune qui en compte un peu plus de 25 000. C’est une volonté culturelle avant d’être une volonté d’urbanisme. Même chose avec le cinéma, qui participe du développement culturel évidemment mais aussi de la volonté de dynamiser le commerce, les métiers de bouche et les hôtels. Mais quant à la médiathèque, c’était avant tout une volonté culturelle. […]

6Réhabiliter ou construire du neuf ?

7Entre élus, nous avions évidemment une concertation et un pilotage. Entre services, nous fonctionnions en toute transparence et de façon très régulière pour faire le point sur les travaux. La médiathèque en cœur de ville nous obligeait à inclure la dimension urbaine. Nous sommes d’ailleurs passés par un concours d’architectes, avec trois dossiers pré-retenus puis un jury.

8Nous avons fait le choix d’un bâtiment neuf car les réhabilitations peuvent être plus complexes, générer davantage de frais, et sont plus difficiles d’utilisation. Nous ne l’avons pas fait cette fois-ci mais nous tenons à sauvegarder les sheds. Le cinéma sera donc complètement intégré dans une architecture existante qui est remarquable. Nous sommes en cœur de ville, nous ne voulions pas d’un cinéma « boîte à savon » comme on en trouve trop souvent dans les banlieues. Les contraintes budgétaires sont évidemment bien plus importantes que si nous avions construit une « boîte à savon » en bord d’autoroute. Mais le bâtiment est remarquable ; d’ailleurs la Drac et nous-mêmes avons été séduits par la beauté du projet. Et puis il faut mettre de l’animation, de la vie et donc du travail dans la ville. Les cinémas extérieurs à la ville apportent certes des emplois directs mais pas d’animation particulière qui bénéficierait aux commerces locaux. Le cinéma contribuera à la métamorphose de ce quartier, avec de nouvelles places, un sens de circulation totalement repensé, la priorité donnée aux piétons et aux transports en commun. La rue de la médiathèque sera piétonne et les deux rues adjacentes quasi réservées aux transports en commun, vers la gare pôle d’échange.

9Médiathèque communale ou intercommunale ?

10C’est une nécessité absolue que d’avoir une médiathèque pour une commune. On peut avoir une piscine intercommunale mais pas de médiathèque intercommunale, sauf entre très petits villages. Il faut avoir des médiathèques partout parce qu’elles sont un lieu de savoir et d’apprentissage. Ensuite, il faut essayer que le plus grand nombre de gens viennent fréquenter ces médiathèques, ce qui passe par une politique de tarifs, mais aussi d’animation et d’horaires. C’est souvent l’équipement le plus fréquenté dans une ville. On a du mal à l’imaginer mais pratiquement un habitant sur deux est non seulement inscrit mais fréquente régulièrement la médiathèque (un abonné actif étant quelqu’un qui emprunte un document au moins dans une période de trois mois), car l’entrée est totalement gratuite. Les abonnés peuvent donc venir, fréquenter, lire, accéder à internet, sans qu’on ne leur demande jamais rien.

Notes

1 Ce texte écrit par Grégor Blot-Julienne est issu d’un entretien avec Jean-Michel Monpays, le 23 novembre 2011, dans le cadre d’un mémoire pour le diplôme de conservateur des bibliothèques, dirigé par Thierry Ermakoff : Du choix de l’implantation aux stratégies de localisation : bibliothèques dans la ville, enssib, 2012.

2 Le shed (XIXe siècle, anglicisme) est la toiture en dents de scie avec un versant vitré sur sa longueur, couvrant en général un atelier industriel.

Table des illustrations

Légende Paris, bibliothèque Denis-Diderot de Paris 7 – site Grands Moulins
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 435k

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search