Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

Les bibliothèques dans la cité

Aujourd’hui, la médiathèque de demain dans les murs d’hier ?

Dominique Arnoux

Texte intégral

L’idée est d’encourager la recherche scientifique et sa diffusion sous toutes ses formes au grand public, chaque partie s’enrichissant mutuellement et œuvrant au projet commun.
Jean-Paul Bret

Paris, médiathèque Marguerite-Duras

1J’avais trouvé et oublié la matière première de cet article quand, en sculptrice, A. R., ma moulinette, en a mené la rédaction. Je lui dois l’existence de ce texte.

2Le 21 mai 2012

3La question est occupante, préoccupante dans mon métier d’architecte et aujourd’hui pour cet article. Je suis un architecte qui construit un peu de neuf et réhabilite beaucoup l’ancien : réhabilitation partielle d’immeubles quelconques de la presqu’île de Lyon, hybridation d’un pavillon des années soixante-dix, dilatation de l’existant exigu en lisière bobo de la ville, colonisation de combles, réaménagement d’appartements, transformation d’usage de rez-de-chaussée en centre-ville, extension…

4Je m’occupe de l’ancien, de différents types d’ancien. Parfois il est répertorié et surveillé par les services départementaux d’architecture et du patrimoine. L’ancien classé, le grandiose, n’est pas pour moi. C’est aux grands qu’il est confié. L’ancien grandiose est réservé aux grands architectes.

5Je suis surtout un artisan des recoins délaissés de la ville. Dans le « petit », désaffecté et invisible de la ville, je fais du ménage dans les recoins.

6Quel rapport entretiens-je avec l’existant, le patrimoine bâti ? Quel dialogue s’installe entre le bâti déjà là et mon geste d’architecte ? Juxtaposition ? Contiguïté ? Insertion ? Opposition ?

Paris, médiathèque Marguerite-Duras

7Et si l’on me confiait le programme d’une médiathèque aujourd’hui, qu’en ferais-je ? Comment s’imbriquerait la bibliothèque dans l’architecture de la ville ? De la banlieue ? Du bourg ?

8Je tente de comprendre les enjeux en présence.

9Aujourd’hui, construire une médiathèque pour demain ?

10Irais-je réaffecter des murs d’hier désertés ? D’autres l’auraient-ils fait avant moi ? Ce besoin d’hier, aujourd’hui, pour demain, en existe-t-il des exemples ? Trouverais-je aussi de l’exemplaire ? Là, tout près, pas loin, dans la région Rhône-Alpes où j’habite et travaille ?

11Une médiathèque d’exception dans un bâtiment existant ?

12Un équipement culturel contemporain dans une enceinte ancienne ?

13Existe-t-il de l’existant transformé qui s’approche de mon existant à moi, qui me touche, qui ne soit pas trop loin géographiquement, pas trop loin de mes affirmations timides du moment, pas trop loin de mes convictions du moment ?

14J’ai visité un peu, par petits bonds. De bouts de ville en morceaux de territoire, j’ai rencontré quelques-uns des acteurs ; j’ai erré, je me suis perdu, j’ai retardé le travail, j’ai différé, je trouvais mais je ne trouvais rien.

15J’ai découvert les interrogations des professionnels des bibliothèques : j’ai découvert leur « troisième lieu », ce truc qui est de l’espace et du temps de science-fiction vers lequel les professionnels des bibliothèques tendent avec hésitations. Troisième lieu : drôle de tarte à la crème ou avenir à penser ? Concept mi-public mi-privé qui combine convivialité, stockage, consultation, prêt et qui accueille la singularité dans le collectif. Ce troisième lieu ne pourrait-il pas se nicher dans ces espaces désaffectés du temps et de l’espace de nos villes ?

16L’existant est un héritage, il mérite notre attention. L’existant peut alors devenir patrimoine. Réfléchir à sa présence est une obligation. Réfléchir correctement est une autre obligation. Est-ce réfléchir correctement que de figer l’attention sur quelques emblèmes ? Est-ce pertinent de se crisper sur quelques bâtiments historiques et d’abandonner tout le reste aux promoteurs ? Est-ce bien réfléchir que d’anoblir quelques quartiers emblématiques et oublier les autres ? L’« oublié » n’est pas tenable. Il y a trop de facilité, trop de radical dans la démolition. J’essaye de m’en préoccuper. Je m’occupe de cette présence.

17Démolir un petit atelier industriel en sheds au coin de la rue n’est pas moins une sauvagerie que celle qui consisterait à effacer un immeuble du XVIIe siècle. Un peu de respect ne peut nuire à l’exercice contemporain de la construction. Il y a une multiplicité de façons d’habiter la ville, il y a aussi une multiplicité de façons de la démolir. Je confère à la ville l’intégrité d’un être vivant et considère qu’aucune période architecturale n’a plus de valeur qu’une autre.

18Avec la logique de zonage urbain et son application stricte, sans aucun arbitrage pluridisciplinaire et exécutif, devant la voracité des projets de promotion immobilière, devant la rage institutionnelle des services du patrimoine, devant leur repli hystérico-nostalgico-esthétique, l’architecture actuelle contribue à la perforation de la ville et à l’inscription d’une mémoire à trous.

19J’ai visité un peu, par petits bonds, des bouts de ville, quelques morceaux de territoire.

20J’ai cherché dans la ville capitale (Lyon), j’ai surtout joui du silence des archives municipales à Perrache.

21J’ai pénétré l’objet architectural de Vénissieux. Remplit-il sa fonction d’objet ou de médiathèque ? Est-ce une boîte ? Est-ce une rupture ?

22J’ai visité le Rize à Villeurbanne. Anne-Pascale Jacquin m’a accordé un peu de son temps : le programme avait muté en cours de route. Le bâtiment d’origine accueillait les archives départementales du Crédit Lyonnais et allait, après réfection, seulement accueillir les archives municipales. Le volume original à réaffecter était très peu partitionné et très ouvert. Il offrait une souplesse dans les possibles, sans trop d’effort structurel. La volonté politique d’augmenter les fonctions et l’offre du site pouvaient s’y inscrire. Tout a augmenté. Le Rize accueille aujourd’hui les archives municipales, une galerie d’exposition, un amphithéâtre, une médiathèque de proximité (annexe supplémentaire au réseau de lecture publique de la ville), un étage pour des chercheurs en résidence, un bar, un patio public en rez-de-chaussée.

Paris, bibliothèque Denis-Diderot de Paris 7 – site Grands Moulins

23La grande hauteur, haute et libre, de l’aile ouest existante aurait pu être amputée ; elle abrite au contraire la salle amphithéâtre avec scène et cent soixante-dix places en gradin, qui nécessitaient ce volume. L’amphithéâtre a cherché sa place au plus juste de l’existant et l’a trouvée. Le haut ample qui était là n’a pas été modifié, il a été repéré, validé, il est habité, il est réhabilité. Les volumes d’origine des ailes sud, coupés par des planchers, partitionnaient des espaces distincts qui accueillent aujourd’hui des fonctions variées. Pour articuler et relier les fonctions d’aujourd’hui en utilisant les murs d’hier, des morceaux d’extension adjoints avec justesse organisent les circulations. Deux petits patios, deux belles conséquences plein air, sont nés au cœur de l’équipement.

24J’ai trouvé des similitudes entre la médiathèque du bourg de Solaize (sud de Lyon) et la Maison du livre, de l’image et du son (MLIS) de Villeurbanne dans la façon qu’elles ont, toutes les deux, de s’inscrire sur front de rue. Identique réussite esthétique des façades ! C’est déjà bien.

  • 1 Cimetière de la famille Brion à San Vito d’Altivole, Italie, 1969, par Carlo Scarpa Architecte.

25Virginie Gantelme, assistante qualifiée, dirige le fonctionnement de l’équipement de Solaize. La médiathèque du bourg s’inscrit dans le clos de mur du vieux village. Au plus près des corps de fermes. L’ensemble et les détails sont lisibles : un grand portail de bois logé dans la masse d’un mur fait face à la place du village. Un moucharabieh qui aurait perdu ses persiennes sculptées s’aggripe au sommet du mur plongeant dans le jardin et la rue. Il domine le passant qui longe le voile maçonné mais dévoile son intérieur par sa surface vitrée. Un intérieur encore inaccessible aux regards. Seule solution, ou difficulté, pour entrer : oser pousser la lourde porte opaque à l’autre bout du mur ! Une sensation d’équilibre, une plastique contrastée, une architecture à la fois silencieuse et présente, me rappellent Scarpa, me rappellent l’esthétique des murs de béton brut du mausolée des époux1. Il y a eu de bons ajustements entre la maîtrise d’ouvrage, la programmation, la maîtrise d’œuvre, je le sens, je le vois, je le vérifie.

26J’ai rencontré Jean-Marc Fayel, architecte urbaniste associé de l’atelier de la Gère à Vienne. J’avais découvert sur internet les planches du concours de réaffectation de l’ancien couvent en médiathèque. Le projet était si adéquat à ma quête initiale d’aujourd’hui, celle d’un exemple exemplaire, celui de « la lecture de demain » dans un existant d’hier. Et bien, cet exemple exemplaire n’a pas vu le jour. Les causes sont si banales : changement de municipalité, abandon de projet, etc.

27L’ancien couvent doucement dérive vers l’écroulement total. Et un équipement de promotion culturelle vient d’ouvrir, tout neuf, tout en parallépipède vitré, au milieu de la voirie, en périphérie.

28Plus du tout d’économie de gestes dans un espace existant exigu.

29Plus d’attention à la dent creuse.

30Pas d’humilité devant le geste qui nous a précédés, seulement de l’abandon.

31Dans le choix du parallépipède, plus aucun positionnement d’aujourd’hui sur la lecture de demain dans un bâti d’hier.

32Pas plus d’attention au quartier de plus en plus à l’abandon, dans cette ville de Vienne. Un parallépidède qui simplifie tout. La ville, à flanc de coteau, contre le Rhône, écarte la complexité des situations imposées par le bâti ancien. Les hommes n’aiment pas le complexe.

33Seulement un cube stable, accessible à tous (ou à personne ?), intermédiaire (ou informe ?) entre école de musique, de danse, et de lecture.

34Aucune imbrication complexe entre aujourd’hui, demain, hier. Aucune insinuation dans l’existant qui exigerait souplesse, diagnostic, agilité pour ajuster le geste d’aujourd’hui au bâti d’hier vers une lecture de demain.

35À Vienne, ils ont fait le choix du « ici ou là, maintenant ». De la consommation étalée du territoire sans optimiser l’occupation des sols. Choix cubique du simpliste.

36J’ai cherché une médiathèque qui interagisse avec le morceau de ville au sein duquel elle s’implante. J’ai erré ; je me suis perdu ; j’ai couru parce que j’étais en retard et j’ai surtout trouvé peu.

37J’ai joui quand même de ces lieux de décélération, de silence, où la vitesse de déplacement est proche de l’arrêt. Qualités si étrangères à ma course, à ma quête, et c’était bon cette re-découverte du calme. Oui, ces médiathèques étaient déjà des lieux pour la lecture des signes au sens large. J’y ai lu les signes de ma fatigue, de ma course et c’était bon, la halte était lente et calme. S’asseoir. Se poser.

38Lire « sur » la bibliothèque « dans » une bibliothèque quand on est architecte, c’est déjà un dépaysement. Douceur de cette actualité de l’encre. Lire. Ne pas lire. Construire. Ne pas construire. Démolir. Ne pas démolir. Penser. Ne plus penser.

39Radicalité contemporaine ou réhabilitation, quel bâti sera le plus propice à la lecture des signes ?

40Je ne sais plus, j’écoute le silence des bibliothèques si bon et si calme par rapport aux bruits des architectures.

41Et j’ai pris du retard (un trimestre ?).

42De cette intuition qui guidait ma trajectoire je n’ai pas maîtrisé l’aboutissement. En voilà le résultat d’aujourd’hui.

Notes

1 Cimetière de la famille Brion à San Vito d’Altivole, Italie, 1969, par Carlo Scarpa Architecte.

Table des illustrations

Légende Paris, médiathèque Marguerite-Duras
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Légende Paris, médiathèque Marguerite-Duras
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1256/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Paris, bibliothèque Denis-Diderot de Paris 7 – site Grands Moulins
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1256/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

Auteur

Né en 1966, crayonneur, danseur, batteur, architecte diplômé par le gouvernement de l’école d’architecture de Saint-Étienne en 1994, compagnon de la moulinette A.R., père, bricoleur d’une ruine d’altitude, en exercice libéral en Rhône-Alpes depuis 1996. Le 24 avril 2006, inauguration du monument dédié aux victimes du génocide arménien, place Antonin-Poncet à Lyon : concours remporté avec L. Basmadyian architecte, A. Perraut paysagiste, S. Blanc enseignant en philosophie. En 2005, création de la SARL d’architecture dUDo & cie, en association avec P. Durnerin. Aujourd’hui l’atelier compte quatre salariés.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search