Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques populaires à la lecture publique

 | 
Agnès Sandras

Partie V. Les rencontres oubliées des bibliothèques populaires et de la lecture publique au XXe siècle : vers une histoire apaisée ?

Conclusion : le bel héritage d’aventures humaines

Agnès Sandras

Texte intégral

Redécouverte et renaissance de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement de Paris (1976 à 1984)

1En 1976, Nicole Courtine (ingénieur au CNRS), entre dans une petite bibliothèque de la rue de Turenne, intriguée par ce lieu étrange dont le nom (Amis de l’Instruction) fait penser aux sociétés révolutionnaires. Elle suggère à une de ses amies, Marie-Josèphe Beaud-Gambier (chercheur à l’Institut de recherche et d’histoire des textes, IRHT, CNRS, bibliothécaire détachée à la Réserve de la Bibliothèque nationale), de visiter l’endroit. Cette dernière tombe également sous le charme, découvrant avec ravissement le catalogue du fonds et les anciens fichiers manuels.

  • 1 Pascale Marie, Étude d’un lieu de mémoire populaire : la bibliothèque des Amis de l’Instruction du (...)

2La bibliothèque connaît pourtant un véritable déclin, et n’est plus fréquentée que par quelques vieux lecteurs du quartier. Les livres sont recouverts de la suie engendrée par un ancien poêle à charbon et de poussière. Les rares acquisitions – pour la plupart non inventoriées – s’entassent, les fichiers souffrent d’infiltrations d’eau, il n’y a plus de chauffage. En apparence encore ordonné, le fonds n’est plus traité. Certaines archives resurgiront par exemple sous les rayonnages… Néanmoins, une telle mise en sommeil a paradoxalement permis à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement (BAI-III) de conserver quasiment intacts le fonds et le lieu hérités du xixe siècle. Les statuts de la BAI-III ne sont alors plus respectés. Le président procède par exemple à des désherbages sauvages sans en informer le comité de lecture. Une assemblée générale permet l’élection à la présidence de Denise Sauvaire, laquelle est désormais secondée par une équipe dynamique. Les urgences sont multiples et concomitantes. Il faut s’attaquer patiemment à la poussière qui envahit les pièces et le fonds. L’inventaire n’a pas été mené depuis des décennies, et l’on doit identifier les ouvrages disparus, repérer les doubles, tout en maîtrisant les mécanismes d’un classement complexe. Établir l’histoire du lieu et du fonds permettrait de mener plus intelligemment les différentes tâches. Marie-Josèphe Beaud-Gambier demande à Pierre Nora (lequel travaille alors au concept des « lieux de mémoire ») si l’un de ses étudiants peut s’atteler à l’histoire de la bibliothèque. Pascale Marie rassemble et analyse les archives du fonds, et s’attelle à trouver d’autres sources. Elle est rapidement en mesure de préciser que la bibliothèque, après plusieurs déménagements dans le quartier, s’est installée définitivement en 1884 dans l’hôtel de Gourgues, au 54 rue de Turenne1. L’idée d’une manifestation pour fêter les cent ans de la présence de la BAI-III à cette adresse prend vite forme.

Activités scientifiques et culturelles d’un « lieu de mémoire »

  • 2 Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, Lectures et lecteurs au xixe siècle  (...)
  • 3 Pascale Marie, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement », in Pierre Nora (...)

3La célébration du « centenaire », en 1984, est un événement moteur. Elle permet de fédérer les initiatives utiles à la Bibliothèque. De nombreux chercheurs, débutants ou confirmés, se lancent dans des recherches aboutissant soit à la confection de panneaux retraçant l’histoire de la Bibliothèque et son contexte pour une exposition in situ liée au colloque, soit à des communications. Des bénévoles du quartier, amateurs attirés par les permanences et le « bistro du livre », les secondent efficacement. L’inauguration de l’exposition dans les murs de la Bibliothèque et le colloque (hébergé par l’école voisine) ont un vif succès. Près de 2 000 exemplaires des actes2, édités dès 1985, sont rapidement écoulés. Dans le même temps, Pascale Marie, publie un article, tiré de son travail de recherche, classant la Bibliothèque parmi les « lieux de mémoire »3.

  • 4 Je ne puis tous les citer ici, mais je tiens à exprimer aux bénévoles contemporains de cette aventu (...)

4La création de soirées de lecture pérennise la renaissance de la BAI-III en tant que lieu d’échanges. Les personnes qui travaillent sur le fonds sont impressionnées par l’intérêt toujours actuel des textes et leur musicalité. Voulant retrouver le plaisir de la lecture à haute voix, elles songent à des soirées. Marie-Renée Morin, spécialiste de Lamartine, accepte d’inaugurer la première manifestation. Ces soirées ont à l’origine pour objectif d’alterner un commentaire savant d’un spécialiste sur une œuvre du xixe siècle, et sa lecture par un comédien. Le principe est, dès le départ, de développer essentiellement des causeries sur des thèmes en rapport avec le fonds : auteurs, thèmes, contextes, etc. L’intimité d’un lieu aux dimensions réduites, les discussions partagées autour de la table, donnent à ces soirées un caractère convivial. Une fois encore, ce type d’initiative a demandé une créativité et des efforts de la part de tous4 : conception des affichettes, distribution des programmes, organisation du planning, enregistrement des soirées, etc.

Sauvetage d’un musée et/ou d’une association ?

5La préservation du cadre est un travail constant et parfois compliqué. Les travaux se font en concertation avec les services techniques de la ville de Paris et l’architecte des bâtiments de France. La décision est rapidement prise de refaire à l’identique, donc toute novation comme le chauffage central ou toute réfection doit être invisible ou peu visible. L’usage de la cave, murée depuis de longues années, est obtenu. Un atelier de reliure y est bientôt installé. Toutes ces démarches impliquent un long travail auprès de la ville de Paris et une mise à jour des autorisations. Ainsi, la BAI-III, désormais seule, ne peut plus prétendre à la subvention accordée à la Fédération des BAI. Elle doit refaire ses statuts, car ceux de 1861 ne l’autorisent pas à bénéficier des dispositions favorables aux associations contenues par la loi de 1901. La refonte des textes, opérée en 1992, permet de réfléchir aux objectifs de la Bibliothèque. En effet, faute de membres actifs en nombre suffisant, elle risque à son tour la fermeture. La finalité de la BAI-III est alors âprement discutée, provoquant une scission durable entre deux partis. Une première tendance prône plutôt le lieu de mémoire, sorte de musée de la bibliothèque populaire. Une autre plaide pour une association vivante conservant l’activité d’origine, quitte à l’adapter aux temps nouveaux. Un accord est trouvé dans des statuts rappelant en préambule et dans les trois premiers articles5 les objectifs de la fondation du xixe siècle. Au quotidien, bien des questions surgissent : il faut en effet geler le prêt, les livres ne supportant plus, compte tenu de leur âge respectable, de sortir au-dehors. Les acquisitions sont stoppées, faute de place. Le fonds n’est donc plus « vivant » et, la sociologie du quartier s’étant profondément modifiée, la BAI-III s’adresse désormais à un public qui n’est plus « populaire ».

6Depuis 2011, les deux orientations sont réunies. La conservation et la préservation du lieu de mémoire demeurent un objectif primordial. Les activités permettant la promotion de la BAI sont encouragées. Une centaine de membres et des centaines de sympathisants peuvent virtuellement suivre les diverses activités grâce au site, au carnet de recherches, à Facebook6… L’atelier reliure et les soirées de lecture sont toujours fédérateurs et attirent un public renouvelé. Néanmoins, la BAI-III connaît quelques problèmes d’identité récurrents. Citée dans les guides touristiques, elle est découverte avec enthousiasme par nombre de gens. Mais au quotidien, peu sont prêts à sacrifier de leur temps pour devenir bénévoles. L’association survit donc grâce à une petite douzaine de personnes qui entretiennent le fonds, les locaux, organisent des permanences le samedi après-midi, des visites et des soirées de lecture, s’investissent dans des activités scientifiques telles que le colloque de 2014 ou des missions de sauvetage de fonds d’autres bibliothèques populaires, etc., etc.

7Est-elle encore « populaire » ? Sans hésiter « oui », malgré le paradoxe évident d’une association ne comprenant aujourd’hui plus aucune personne issue des « milieux défavorisés ». Elle est populaire parce qu’elle cultive un système associatif ouvert très ancien. Ainsi, pour assister aux soirées de lecture, il n’est point besoin d’être sociétaire. Elle est populaire parce qu’elle transmet la mémoire de la lecture sans en gommer les traces : doublons, triplons, coins cassés, dos fatigués des ouvrages, attestent dans les rayons d’une pratique vivante et non pas idéalisée, sans tri au nom de la légitimité littéraire. Et surtout, par la présence mêlée de romans et d’ouvrages d’histoire, de sciences et d’économie politique, elle raconte les luttes du « peuple » pour accéder au plaisir simple de la lecture distractive comme au désir d’instruction. À l’heure où nous sommes saturés d’écrans et de livres, où les écrits s’imposent à nous, il est important de pouvoir entrer dans ce lieu unique qui témoigne du rêve qu’on oublierait presque aujourd’hui : avoir le droit de choisir un livre, qu’on soit blanchisseuse, institutrice, tourneur, typographe, domestique, professeur ou médecin…

Se souvenir de la lecture…

  • 7 On peut les consulter à l’adresse suivante : < http://bai.asso.fr/wordpress/colloques/les-actes-du-colloque-1984/ >.
  • 8 Pascale Marie, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement », op. cit.

8Les actes du colloque de 19847 se terminaient sur des interrogations quant au devenir de la Bibliothèque des Amis de l’instruction du IIIe arrondissement, dernière populaire intacte et « vivante » : comment conserver l’énergie qui venait de lui être réinsufflée ? Quels choix privilégier ? La direction prise lors de l’aventure de la renaissance de la BAI-III dans les années 1980 et de sa réhabilitation avait pour maître mot la recherche d’authenticité. Toutes les actions, du dépoussiérage des ouvrages à la reconstitution patiente du fonds en passant par le choix raisonné des peintures du local, étaient menées dans le but de retrouver « à l’identique » la bibliothèque des (quasi) origines. Les recherches historiques validaient les choix opérés, mais on risquait d’induire un figement de la bibliothèque. En poussant les choses à l’extrême, qui pouvait s’intéresser, à part quelques chercheurs, ou quelques nostalgiques, à 20 000 ouvrages usés, à un fonds non renouvelé, classé de manière peu compréhensible pour les néophytes, dormant sagement dans un lieu faiblement éclairé ? Pascale Marie, dans son article des Lieux de mémoire8 avait jeté un trouble pertinent en demandant s’il s’agissait d’un lieu de mémoire ou d’une bibliothèque-musée… Elle soulignait que « physiquement présente au 54 de la rue de Turenne, la bibliothèque des Amis de l’Instruction pour nous n’est plus ». En effet, si la mémoire symbolique des combats menés par l’association « l’un contre l’obscurantisme, l’autre contre l’autoritarisme gouvernemental » avait été transmise en cristallisant autour de la figure héroïque de Jean-Baptiste Girard, selon Pascale Marie, la mémoire originelle s’était évanouie.

9Il apparaît en effet vite évident que la Bibliothèque ne peut être lieu de mémoire au sens de la transmission de ses préoccupations premières, c’est-à-dire l’achat associatif d’ouvrages éducatifs que l’on prêterait à domicile. Cela supposerait entre autres un déménagement dans un endroit plus vaste, donc la perte de mémoire du lieu. Il a fallu de surcroît geler le prêt des livres du fonds originel, dont les reliures étaient devenues par trop fragiles, et limiter les acquisitions aux ouvrages dont l’absence avait été notée lors du récolement. Force est de constater que l’on est donc passé d’une petite bibliothèque populaire de quartier à une bibliothèque-musée qui reçoit aujourd’hui davantage de visiteurs que de lecteurs. Pour autant, la Bibliothèque est largement un lieu de mémoire vivante. Elle tente en effet de conserver le plus possible gestes et objets. Le « décor », pour inconfortable qu’il puisse paraître, donne une idée précise de l’agencement des bibliothèques populaires du début du xxe siècle : étroit guichet de communication, tables de lecture austères et chichement éclairées, rangées de livres jusqu’au plafond, fichiers anciens et délicieusement surannés…

10Le fonds constitue quant à lui un incomparable musée de la pratique de lecture. Nulle autre bibliothèque ne peut se prévaloir d’avoir sur ses rayons (et non pas dans des magasins !) sagement rangés côte à côte, quatre exemplaires du Cocu de Paul de Kock, dans des éditions différentes, tout aussi usés les uns que les autres, correspondant à l’engouement durable que constitua ce roman considéré comme grivois. Les bibliothèques publiques ont rarement acheté plus d’un exemplaire du Cocu, si elles l’ont acquis, et ne l’ont pas mis en avant de la sorte. Les ouvrages de Zola, aux coins cassés, aux pages détachées, témoignent aussi d’emprunts répétés, contrairement aux ouvrages plus instructifs d’arithmétique ou de physique. Chaque livre parle : de son donateur comme en atteste une reliure plus munificente, de son passage entre des mains pleines de sollicitude mais ignorantes des méfaits de l’adhésif…

  • 9 La BAI-III se visite tous les samedis, hors période scolaire, de 15 à 18 heures, au 54 rue de Turen (...)

11Cette volonté d’authenticité serait dérisoire si elle était accompagnée de pratiques visant à transformer la BAI-III en un musée de cire. Or, la réflexion menée a abouti au choix d’un respect de la mémoire au sens d’une adaptation de l’énergie des fondateurs aux impératifs actuels. Des visites sont organisées sur demande pour les curieux de tous horizons, et la bibliothèque est régulièrement ouverte9. La BAI-III s’est adaptée aux profondes mutations sociales du quartier. La population des ouvriers et des artisans ayant disparu, elle offre aux nouveaux habitants une autre forme de sociabilité par le biais des activités concrètes évoquées plus haut (soirées de lecture, atelier de reliure), sa présence sur les réseaux sociaux. La municipalité d’Asnières, aidée par la BAI-III, a pu exposer lors des Journées du patrimoine de 2013 des éléments significatifs d’un fonds de 30 000 volumes initié par Jean-Baptiste Girard.

12D’autres questions restent posées et agitent aujourd’hui la BAI-III : le lieu doit-il être classé ? Faut-il en faire un centre de recherches ? Autant de questions qui sont une source de dynamisme et de controverses. À voir la joie des plus âgés comme des plus jeunes lorsqu’ils découvrent l’endroit, nul doute sur le fait que l’association est encore « populaire » à sa façon, et qu’elle est en mesure d’aider à transmettre la mémoire des bibliothèques évoquées en cet ouvrage.

Notes

1 Pascale Marie, Étude d’un lieu de mémoire populaire : la bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, Mémoire de DEA d’histoire, sous la direction de Pierre Nora : Paris, Institut d’études politiques, 1983.

2 Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, Lectures et lecteurs au xixe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction [actes du colloque tenu le 10 nov. 1984] [Rebérioux Madeleine (dir. publ.), Beaud Marie-Josèphe, Grigorieff Jean, Kerourédan Georges-Guillaume (éd.)], Paris, Bibliothèque des Amis de l’Instruction, 1985.

3 Pascale Marie, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984.

4 Je ne puis tous les citer ici, mais je tiens à exprimer aux bénévoles contemporains de cette aventure (dont Jacqueline Guilbaud, présidente d’honneur de la BAI-III) toute la reconnaissance de l’association actuelle.

5 Voir les statuts sur le site : < http://www.bai.asso.fr/ >.

6 On peut consulter le site en suivant le lien : < http://www.bai.asso.fr/ >, le carnet de recherches sur les bibliothèques populaires : < http://bai.hypotheses.org/ >.

7 On peut les consulter à l’adresse suivante : < http://bai.asso.fr/wordpress/colloques/les-actes-du-colloque-1984/ >.

8 Pascale Marie, « La Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement », op. cit.

9 La BAI-III se visite tous les samedis, hors période scolaire, de 15 à 18 heures, au 54 rue de Turenne, IIIe arrondissement.

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search