Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

Les bibliothèques dans la cité

Penser l’équipement de lecture publique d’une grande ville

Entretien avec Jean-Paul Bret, maire de Villeurbanne (Rhône-Alpes), février 20121

Jean-Paul Bret

Texte intégral

  • 1 Les questions de cet entretien, écrit en février 2012, ont été formulées par Thierry Ermakoff pour (...)

1thierry ermakoff La Maison du livre, de l’image et du son (MLIS), ouverte en 1988, a sans doute été la première bibliothèque d’importance construite en province par un architecte de renommée internationale, Mario Botta. Vous étiez à cette époque adjoint à la culture du maire Charles Hernu. Comment cette aventure est-elle née ?

2jean-paul bret La construction d’une nouvelle bibliothèque à Villeurbanne était inscrite au premier rang de nos objectifs politiques. La bibliothèque principale de l’époque, située dans une aile de l’hôtel de ville, était sous-dimensionnée pour une ville de 120 000 habitants ; quant à la médiathèque du Tonkin, nouvellement construite, elle restait un équipement de quartier. Le contexte national de ce début des années quatre-vingt nous était particulièrement favorable. Le ministre Jack Lang venait de doubler le budget de la Culture et incitait les collectivités à construire de nouveaux équipements, notamment dans le domaine de la lecture publique. C’est ainsi que notre projet a été retenu pour être l’un des « grands travaux » de François Mitterrand.

3Je souhaitais que cette bibliothèque bénéficie d’une architecture emblématique pour convaincre et attirer le public. C’était un pari car à l’époque les bibliothèques n’étaient pas des lieux d’architecture, alors plutôt réservés aux seuls musées, opéras ou scènes nationales. J’ai beaucoup insisté avec Jean-Jack Queyranne – premier adjoint aux Finances – pour un concours ouvert aux architectes de renommée internationale. La participation de Mario Botta a été une aubaine. Ce n’était pas gagné d’avance ! Son parti pris architectural était étonnant. C’est finalement à une ou deux voix près que son projet a été retenu parmi cinq, après de vives discussions du jury.

4te Comment la profession a-t-elle réagi ?

5j-pb La presse d’architecture – nationale et internationale – a été unanime, ce qui nous a assuré une couverture médiatique importante. En revanche, les bibliothécaires se sont montrés réservés car la MLIS allait à contre-courant de tous les principes de fonctionnalité de l’époque. Alors que les critères traditionnels imposaient d’ouvrir l’espace sur un ou deux plateaux, Mario Botta en proposait cinq, remplaçait la moquette par du plancher et amenait la lumière par un puits central plutôt que par des façades vitrées. « Non au lieu qui dicte sa contrainte et à la fonction qui impose sa forme », disait-il.

6Pour lever les réticences des professionnels, nous avons pu compter sur le soutien d’Anne-Marie Bernard, la première conservatrice de la MLIS. Elle a mené un projet d’ampleur et innovant avec la création de la première discothèque entièrement constituée de CD, d’une artothèque, d’une programmation pour le jeune public… Ainsi, lorsqu’en 1988, cette Maison pleine de livres, d’images et de sons ouvre ses portes, le visage de la lecture publique change radicalement à Villeurbanne. L’offre en est tout simplement décuplée ! Depuis, que ce soit par la création d’un espace design, le montage d’expositions comme celle du graphiste japonais Komagata ou encore l’intervention de la compagnie KompleX-KapharnaüM pour les vingt ans de la MLIS, l’accueil chaque année de la Fête du livre jeunesse ou récemment d’une résidence d’artistes autour de la création numérique, la MLIS a la volonté d’être un lieu à la programmation culturelle avant-gardiste.

7te La dernière-née des bibliothèques de Villeurbanne, la médiathèque du Rize, témoigne du passé industriel de la ville. Cela a-t-il influencé le parti pris de cette rénovation ?

8j-pb Le site qui accueille le Rize abritait autrefois les archives du Crédit Lyonnais. Lorsque la ville s’en est portée acquéreur en 2002, ce bâtiment à l’architecture industrielle était à l’abandon mais en bon état, ce qui nous a poussés à opter pour une rénovation. Si nous avons fait le choix de la modernité dans les aménagements intérieurs, nous avons voulu garder l’identité du bâtiment, témoin de l’histoire ouvrière, à l’image de ce qui a été fait avec les usines Bally ou les Grands Moulins de Strasbourg. En lui donnant le nom du Rize, en référence à la rivière mythique et souterraine de Villeurbanne, nous avons conforté l’ancrage dans le site et le passé.

9Le Rize – que nous appelions à l’époque le Centre mémoires et société – était un projet fort du programme municipal de 2001. Villeurbanne est une ville multiculturelle qui a accueilli des personnes venant du monde entier et nous avions à cœur de donner à ces citoyens devenus villeurbannais, un lieu qui permette une évocation sereine de leur passé. La reconnaissance d’une personne passe par la reconnaissance de son histoire.

10te Qu’est-ce qui vous a incité à réunir un service d’archives municipales et une bibliothèque, deux métiers à la fois proches et distincts ?

11j-pb En plus des archives et d’une médiathèque, le Rize accueille des espaces pour les chercheurs en résidence, une salle d’exposition, des ateliers pédagogiques, une grande salle de projection modulable et des lieux de convivialité comme le café et le patio… C’est ce concept global qui est sans exemple comparable en France. L’idée est d’encourager la recherche scientifique et sa diffusion sous toutes ses formes au grand public, chaque partie s’enrichissant mutuellement et œuvrant au projet commun.

12Si la médiathèque n’a pas été l’élément moteur du Rize, elle est venue le compléter intelligemment. Associer les ressources d’un service d’archives et d’une médiathèque – qui attire le grand public – permet incontestablement un rapport à ces archives beaucoup plus ludique et pédagogique. Mais l’intérêt se mesure aussi au niveau du projet culturel global du Rize auquel la médiathèque – avec son fonds dédié à la mémoire et un fonds plus généraliste – apporte ouverture sur l’universel, dimension littéraire et artistique du travail de mémoire, résonance avec les questions sociales et urbaines contemporaines. C’est aussi ce qui fait que l’équipement est fréquenté par les habitants et les enfants du quartier.

13te La MLIS et le Rize sont deux bâtiments différents. Autant la première est organisée en fonction d’un puits de lumière central, qui dessert ensuite cinq étages cloisonnés, autant le second est un lieu qui fait le pari du décloisonnement…

14j-pb En apparence seulement ! Les cinq étages de la MLIS introduisent un cloisonnement dans le bâtiment mais pas au cœur des étages même puisque tous les plateaux sont décloisonnés. Le Rize est, quant à lui, organisé sur deux étages avec des archives et des ateliers pédagogiques eux aussi bien distincts de la médiathèque. Cette dernière est certes de plain-pied, mais les volumes de collections ne sont pas identiques à ceux de la MLIS qui propose 150 000 titres et s’étend sur 5 000 m2 ! La médiathèque du Rize bénéficie elle aussi d’espaces différenciés : jeunesse, bandes dessinées, atelier multimédia, discographie… L’impression de dégagement vient du travail sur les mobiliers, design et colorés, des éléments de décor, de la position de l’entrée qui ouvre la perspective dans la médiathèque. C’est la traduction concrète dans l’espace de la réflexion qui a nourri le projet du Rize sur la façon de favoriser les échanges entre les publics, le contact avec les bibliothécaires, la circulation des personnes et des idées.

15te Une bibliothèque n’est jamais le produit du hasard. Quels sont les éléments clefs de la prise de décision ?

16j-pb Donner à voir, à lire, à comprendre est l’une des plus belles missions du service public. Avec la MLIS, avec les deux équipements de secteur que sont la médiathèque du Tonkin et la médiathèque du Rize pour les Maisons-Neuves, la Ferrandière et Grandclément, avec les bibliobus qui se déplacent dans chaque quartier, notre réseau de lecture publique est l’un des plus performants de l’agglomération. Que ce soit par la création de nouveaux équipements ou la modernisation de nos services – sites internet, programmation, amplitude des horaires d’ouverture ou politique tarifaire attractive –, la qualité de service est au centre de nos préoccupations. Nous cherchons aussi à attirer de nouveaux publics, notamment ceux les plus éloignés des bibliothèques.

17Les bibliothèques sont des lieux de sociabilité – idée développée par le sociologue Ray Oldenburg avec son concept de « troisième lieu » –, favorisée par l’architecture, la qualité d’accueil et le contact humain. C’est par la réunion de ces conditions que nous cherchons à créer un lien de proximité entre les habitants et la connaissance.

Notes

1 Les questions de cet entretien, écrit en février 2012, ont été formulées par Thierry Ermakoff pour l’enssib.

Auteur

Jean-Paul Bret, né en 1946 à Lent (Ain), est villeurbannais depuis ses études. Élu conseiller municipal de Villeurbanne sur la liste de Charles Hernu dès 1977, il devient secrétaire de la section socialiste de Villeurbanne à l’issue du congrès de Metz en 1979, puis conseiller régional sur la liste conduite par Jean Poperen en 1986, député du Rhône en 1990, et maire de la ville en 2001, date à laquelle il annonce qu’il ne se représentera pas aux élections législatives de 2002. Il a été réélu maire de Villeurbanne en 2008 après avoir conduit la liste « Villeurbanne, respirons l’avenir ».

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search