Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques populaires à la lecture publique

 | 
Agnès Sandras

Partie V. Les rencontres oubliées des bibliothèques populaires et de la lecture publique au XXe siècle : vers une histoire apaisée ?

Choisy-le-Roi : du Cercle populaire d’instruction et d’initiative à la bibliothèque municipale (1877-1964)

Annick Guinery

Texte intégral

Le Parc - Le Cercle populaire d’instruction et d’initiative, 1913.

Source : Archives communales de Choisy-le-Roi.

Les débuts du Cercle populaire : 1877-1913

1Le Cercle populaire d’instruction et d’initiative de Choisy-le-Roi naît le 14 février 1877 sous l’impulsion de Victor Meunier, journaliste scientifique et politique au Rappel, journal fondé par la famille Hugo. Cet homme de conviction, installé à Choisy-le-Roi depuis 1875, conseiller municipal puis premier adjoint dès 1876, a foi dans le pouvoir émancipateur de l’éducation et du partage du savoir. Le Cercle prend donc comme devise « l’instruction de tous par tous » et un bureau provisoire composé de 16 membres sous la présidence de Victor Meunier est constitué après déclaration préalable à la Préfecture de police.

2Le 25 février 1877, près de 500 personnes participent à l’inauguration solennelle du Cercle. 310 adhésions sont enregistrées et un grand nombre de dons constituent le fonds de la future bibliothèque. Le 3 mars, une fois les statuts déposés et validés, le Cercle existe officiellement et peut commencer à fonctionner régulièrement.

3De par sa carrière de publiciste et de journaliste et par ses multiples centres d’intérêt, Victor Meunier côtoie de nombreuses personnalités auxquelles il demande d’être membres honoraires du Cercle populaire. Sur sa proposition, l’association est placée sous la protection officielle de Victor Hugo. Le 29 mars 1877, une lettre de soutien du poète parvient au président du Cercle :

Mon honorable et cher confrère, / Vous me faites une communication dont je suis profondément touché. / J’accepte avec émotion l’honneur que veut bien me faire le cercle Populaire de / Choisy-le-Roi dont vous êtes l’éminent et sympathique président. / Transmettez je vous prie, l’expression de ma reconnaissance à nos honorables / Confrères et collègues. / Croyez à ma profonde cordialité. / Victor HUGO.

Source : Archives communales de Choisy-le-Roi.

4D’autres personnalités, toutes aussi célèbres, feront partie des membres honoraires du Cercle, comme le député Louis Blanc, le musicien Gounod, les frères Pelletan, Viollet-le-Duc, Léon Gambetta, Théodore de Banville ou encore les écrivains Erckmann-Chatrian et Hector Malot.

5Le Cercle se définit comme une association scientifique, littéraire et artistique destinée à développer deux qualités essentielles du citoyen : l’instruction et l’initiative.

  • 1 Archives communales de Choisy-le-Roi : 2R 3. Statuts publiés le 4 février 1877.

6Les statuts du Cercle1 définissent les règles de fonctionnement. Toute adhésion est soumise à la majorité des membres présents en séance générale. Une cotisation annuelle de 6 francs et un droit d’entrée de 50 centimes sont requis mais le paiement peut être échelonné (article 2 des statuts).

7Les réunions hebdomadaires ont lieu le samedi soir après la journée de travail. L’ordre du jour des réunions aborde trois séries de sujets : le suivi de l’actualité artistique, littéraire et scientifique, le lien entre la culture de l’esprit et celle du corps, enfin l’apport du Cercle dans le développement de la commune. Dans la philosophie du Cercle, le premier type de travaux a pour objectif l’instruction, tandis que les deux suivants font appel à l’initiative des membres.

  • 2 Extrait du paragraphe IV des statuts du Cercle populaire, 4 février 1877.

8En ce qui concerne le premier aspect, chaque membre est invité à parler de ses lectures, des pièces de théâtre qu’il a vues, des œuvres d’art qu’il a remarquées. Tel autre peut raconter une histoire ou dire un poème, ou encore chanter ou jouer un morceau de musique (article IV des statuts du Cercle). Pour chacune des présentations, la discussion, l’échange et la critique sont vivement encouragés. Dans la deuxième série de travaux, le Cercle « étudie et crée les instruments de culture intellectuelle et corporelle dont la réalisation ne dépasse pas la capacité des citoyens »2. Pour répondre à ces objectifs, il est donc proposé la création d’une bibliothèque, d’un musée local et d’enseignement, l’institution de cours et de conférences, et même la création d’une école de tir et de gymnastique. Le progrès physique ne doit pas être dissocié du progrès moral. Ils sont considérés comme complémentaires pour un développement harmonieux de l’individu à condition que les propositions faites soient à sa portée. Enfin, la troisième série de sujets traités par les membres du Cercle concerne le développement de la commune. L’association entend ainsi encourager l’initiative citoyenne de ses adhérents par des suggestions, des conseils propres à accroître la prospérité et le rayonnement de la ville.

Statuts du Cercle populaire d’instruction et d’initiative, publiés le 4 février 1877.

Source : Archives communales de Choisy-le-Roi.

9Le processus de décision est minutieusement détaillé et codifié dans les statuts, attestant une réelle volonté de démocratie et de prise de responsabilité par tous les membres. Ainsi, la durée du mandat des membres élus du bureau est volontairement limitée pour permettre à un maximum d’adhérents de participer et de jouer un rôle actif au sein du Cercle. Enfin, il est même précisé que « les très jeunes gens et particulièrement les apprentis peuvent être admis aux séances sur présentation de leurs parents » (article VII des statuts du Cercle).

10Ces statuts, dès leur parution, apparaissent comme particulièrement exemplaires. Ils intéresseront les habitants de diverses communes comme Tours ou encore Persan-Beaumont en région parisienne, qui s’en inspireront pour créer leur propre structure.

Bulletin municipal de Choisy-le-Roi, 1938.

Source : Archives communales de Choisy-le-Roi.

Ses activités

11Les locaux se situent au rez-de-chaussée d’un bâtiment situé rue Thiers puis peu après dans l’actuelle rue Louise-Michel, au centre-ville, non loin de la cathédrale. À partir du 12 mai 1877, tous les services du Cercle fonctionnent régulièrement. Un premier bureau est élu. Victor Meunier en est le président et Alphonse Brault, le maire, président honoraire. Cinq commissions sont mises en place : Bibliothèque, Musée local et d’enseignement, École de tir, gymnastique, cours et conférences.

12Un bibliothécaire est désigné. De nombreux dons ou prêts sont proposés par différents membres : des livres bien sûr, des roches provenant d’Italie et d’Auvergne et des échantillons de minerais divers pour alimenter le futur musée, et même… un piano !

13Les premières conférences littéraires et scientifiques traitent des sujets de préoccupation contemporains : le télégraphe parlant, la machine à écrire, le microscope, la vigne et le phylloxera, la lumière électrique et les différents types d’éclairage domestique, l’arboriculture, l’histoire du café, la guerre en Orient, etc., le tout illustré par des vues sur écran grâce à un appareil à gaz oxyhydrique acheté par le Cercle. Ces conférences connaîtront un grand succès. En 1903, il y en avait jusqu’à deux par mois qui pouvaient regrouper près de 300 personnes Le compte rendu moral et financier des activités du Cercle de 1903 nous donne un aperçu des thématiques proposées : « l’histoire du commerce : du troc au trust, les grands magasins » par Gaston Brunschwig, avocat à la Cour d’appel, « Gabriel Vicaire, poète contemporain, sa vie son œuvre » par Paul Rameau du Théâtre national de l’Odéon, ou encore « le sucre et l’alcool » par Charles Quillard, chimiste à la raffinerie Say. Des causeries sur des auteurs ou des lectures de feuilletons ou de textes littéraires étaient également proposées.

14Plus encore que les conférences, la bibliothèque populaire libre est l’activité qui représente le fondement et la raison d’être du Cercle, correspondant étroitement à son objectif de mettre le savoir à la portée de tous. Dès la fondation, les membres du Cercle désignent un bibliothécaire chargé du classement et de la répartition des livres ainsi que de l’encadrement de la lecture sur place ou à domicile. La bibliothèque commence à fonctionner avec les premiers dons de livres des adhérents et des bienfaiteurs, bientôt complétés par des achats décidés par le Cercle, financés par des fonds provenant de subventions départementales ou d’initiatives festives et culturelles. Une salle de lecture confortablement aménagée permet la lecture sur place des sociétaires qui peuvent aussi emprunter deux ouvrages pour une durée de deux semaines. La bibliothèque est ouverte trois jours par semaine, de 20 heures à 22 heures, ainsi que le dimanche matin de 9 heures à 11 heures, aux mêmes horaires… que la messe !

15Le seul apport des adhésions s’avère vite insuffisant pour couvrir les dépenses de fonctionnement du Cercle et satisfaire les besoins de ses membres. Aussi l’association se lance bientôt dans l’organisation de représentations théâtrales, dans des salles extérieures pour attirer de nouveaux membres et récolter des fonds le plus souvent destinés au fonctionnement de la bibliothèque. Les adhérents du Cercle bénéficient de tarifs préférentiels. Des fêtes, des tombolas, des sorties culturelles pour les enfants des sociétaires et des conférences pour les élèves des écoles de la ville sont également organisées.

Affichette d’appel à cotisation, 1920.

Source : Archives communales de Choisy-le-Roi.

16Ainsi, par les principes de fonctionnement et les activités proposées, les initiateurs du Cercle populaire de Choisy, donnent corps aux objectifs généreux d’éducation populaire fixés dès l’origine : l’accès au savoir et la participation active et citoyenne de ses membres. On voit même en germe des éléments qui se développeront par la suite et qui marqueront l’évolution des bibliothèques : une ébauche de politique culturelle, une ouverture sur le territoire, le souci de toucher le plus grand nombre, même si la classe ouvrière constitue le public cible de l’association. Le Cercle populaire de Choisy-le-Roi s’inscrit dans le mouvement de création des bibliothèques populaires de la seconde partie du xixe siècle, dont les principes fondateurs sont à l’origine même des valeurs qui sous-tendent encore aujourd’hui les missions des bibliothèques publiques.

Vers des temps plus difficiles : 1914-1943

17L’accroissement du nombre de sociétaires et le développement des activités culturelles conduisent le Cercle à s’installer dans des locaux plus vastes. De 1913 à 1920, la bibliothèque occupe le pavillon des Suisses (annexe du château disparu) aujourd’hui devenu le pavillon Sud. Ce local est réquisitionné pendant toute la durée de la Première Guerre mondiale pour l’installation d’un dispensaire et d’un service de distribution des secours aux familles des mobilisés et des chômeurs. Malgré les perturbations subies pendant les cinq années de guerre, la bibliothèque continue à fonctionner sur place et en service de prêts à domicile. Sa fréquentation est même en augmentation : 7 000 volumes sont à disposition du public en 1920, soit le double par rapport au fonds de départ.

18De 1920 à 1931, le Cercle occupe le premier étage de la Maison du peuple, au 25 de la rue Saint-Louis (aujourd’hui baptisée rue Blanqui, à l’emplacement de l’école maternelle du même nom). En 1924, l’accroissement du nombre de lecteurs entraîne une réorganisation de la bibliothèque et plusieurs sociétaires sont associés à son fonctionnement. On enregistre près de 10 000 prêts par an en 1928. Le fonds atteint 8 000 volumes en 1930 et en 1931, une part non négligeable du budget est affectée à l’achat de livres pour enfants. C’est peut-être « l’effet Babar », dont Jean de Brunhoff vient de sortir un album, ou celui des Ateliers du Père Castor, apparus la même année.

19De 1931 à 1939, après la décision de construction d’une école maternelle sur son emplacement, le Cercle populaire est transféré dans un quartier plus central, au 6 ter place de l’Église, dans l’ancien presbytère attenant aux bureaux de la perception.

Affichette d’appel à cotisation et bulletin d’adhésion, 1930.

Source : Archives communales de Choisy-le-Roi.

20En 1935, une fête est donnée à l’occasion du cinquantenaire de la mort de Victor Hugo, le protecteur de l’association. Le conseil municipal verse une subvention exceptionnelle de 1 000 francs pour cette initiative. À cette date, 40,7 % des habitants de Choisy empruntent des livres au Cercle populaire ! La situation de l’association reste satisfaisante et les collections de livres pour enfants se développent, malgré la baisse sensible des subventions, qu’elles soient départementales ou municipales ou qu’elles proviennent du ministère de l’Instruction publique.

21En 1939, le lieu, devenu à nouveau trop exigu, est récupéré pour l’extension du service des assurances sociales. Il est abandonné au profit d’un nouveau local, situé au deuxième étage de la Justice de paix, juste au-dessus du commissariat de police, place du Maréchal-Foch derrière le chevet de l’église. Cette fois, cette installation semble « définitive », comme on peut le lire dans le Bulletin municipal n° 8 d’avril 1939 qui décrit par le menu, et non sans fierté, tous les éléments constituant la bibliothèque : les vestiaires, la couleur du bois des étagères, les portes vitrées à glissières permettant de voir les ouvrages et de les atteindre grâce à des échelles accrochées aux meubles, la table de consultation, enfin le vaste bureau du bibliothécaire, muni de casiers abritant les volumes à mettre en service. Les travaux d’aménagement avaient été inscrits au budget de 1938 (délibération 1 265 du 6 mars 1938).

22Pendant la Seconde Guerre mondiale, le fonds de la bibliothèque est réduit et la mairie suspend ses subventions en 1940. La situation financière permet de faire face aux frais courants, mais les achats de livres et de reliure sont interrompus, ainsi que les conférences et les spectacles. Les employés ne sont pas payés régulièrement. En 1942, les bibliothécaires sont régulièrement avisés des listes d’ouvrages interdits par l’autorité occupante. Ce sont les ouvrages littéraires français « non désirables ». La liste Otto publiée en octobre 1940, comprend aussi des livres d’auteurs juifs, des biographies consacrées à des personnalités juives, des traductions d’ouvrages anglais ou polonais…

23Une circulaire interministérielle, datée du 4 avril 1941, exigeait de la part de tous les départements, le dépôt des titres possédés par les bibliothèques accompagnés d’une notice de présentation détaillée afin qu’une commission habilitée puisse statuer en connaissance de cause dans le respect des recommandations de la liste Otto. Plusieurs versions successives seront transmises aux bibliothèques. On ignore ce qui a été fait à Choisy. On sait simplement qu’un seul exemplaire de la liste des ouvrages interdits a été mis à disposition du Cercle populaire de Choisy et qu’il lui revenait de la faire circuler dans les villes voisines de Thiais, Fresnes et Chevilly-Larue. (note du 27 octobre 1942, de la préfecture de la Seine, à « messieurs les bibliothécaires des bibliothèques communales de la Seine »).

La bibliothèque devient municipale : vers un nouvel élan (1943-1964)

24Le 17 mai 1943, le conseil d’administration du Cercle, suivant l’avis de l’Inspection des bibliothèques, propose au Maire de la ville de municipaliser la bibliothèque et de continuer à en assurer la gestion. Trois délégués du conseil municipal complètent le nouveau conseil. Ainsi, par délibération du 13 août 1943, la bibliothèque du Cercle populaire devient municipale. Cette décision est plutôt considérée comme un avantage et un gage de stabilité par la présidente du Cercle, Madame Kerdudou : « la municipalisation de la bibliothèque ne pourra qu’accentuer son développement et sa prospérité ». En effet, la situation financière s’aggrave dangereusement et les adhésions ne suffisent plus à faire face aux besoins. Par ailleurs, la pression des autorités occupantes sur le choix des ouvrages et les différentes activités ne permettent plus de respecter les objectifs éducatifs poursuivis par le Cercle. En 1944, la bibliothèque possède 10 000 volumes et réalise 3 500 prêts dans l’année, ce qui atteste encore de sa vitalité.

25Après la guerre, la bibliothèque continue à se développer. En 1950, elle est classée huitième dans le département de la Seine pour le nombre de prêts de livres. Elle possède alors 13 000 volumes dont 5 000 romans. Les bibliothécaires qui se succèdent sont souvent des enseignants, réputés avoir un joli brin de plume. Ainsi, de 1950 à 1956, la présidente du conseil d’administration de la bibliothèque, Madame Kerdudou, professeur de français au cours complémentaire et officier de l’Académie, se fait poétesse à ses heures et écrivain pour enfants. Un de ses ouvrages primés, Chandelles des prés et fleurs de vie, est offert dans les écoles de la ville à tous les élèves récompensés en langue française. Quelques années plus tard, s’ouvrira d’ailleurs la deuxième bibliothèque enfantine de la région parisienne, sous l’impulsion de Fernand Dupuy, maire et ancien instituteur, auteur de plusieurs romans et nouvelles pour enfants à tonalité bucolique et régionaliste.

26En 1959, la bibliothèque est ouverte cinq jours par semaine : les lundis, mardis, vendredis et samedis de 15 heures à 20 heures et le jeudi de 9 heures à 17 heures avec une interruption à l’heure du déjeuner. Elle est fermée en août. L’inscription est de 50 francs et la cotisation annuelle de 100 francs.

27Le 6 juillet de la même année, se constitue un comité local d’inspection et d’achats de livres constitué d’un adjoint au maire et de 12 membres, dont 8 enseignants, 3 employés et 1 étudiant. Ce comité vient en application d’un ancien décret du 6 juin 1912.

28En 1960, la salle est réaménagée et embellie. L’éclairage et le chauffage sont revus. Le fonds se développe avec davantage de « classiques », d’ouvrages scientifiques, de livres utiles aux élèves et aux étudiants qui se pressent de plus en plus nombreux pour travailler, avec la scolarisation massive de cette décennie. Le manque d’espace devient à nouveau une préoccupation pour les élus qui considèrent le local « trop étroit pour les besoins d’une ville comme Choisy et pour tous ceux qui étudient ou veulent se perfectionner dans leur métier ». Les jours d’ouverture sont les mêmes que dans la période précédente. Le prêt de documents passe à 3 semaines et la cotisation annuelle est de 50 francs. Quelques expositions sont présentées et on peut entrevoir l’amorce d’une politique d’animation avec des concours de dessin ou de poésie pour les enfants, des lectures de textes littéraires ou des discussions thématiques.

29En 1963, le prêt est gratuit pour les habitants de la ville. La cotisation annuelle est réduite à 1,50 franc. Le fonds est de 17 000 volumes et plus de 700 nouveautés sont acquises chaque année, dont de nombreux livres pour la jeunesse. Dans les bulletins municipaux est annoncée l’ouverture prochaine d’un lieu plus vaste, pouvant accueillir décemment les élèves et doté d’un espace pour les enfants. En 1964, le terme de bibliothèque municipale prend tout son sens avec l’ouverture d’un bâtiment préfabriqué de 260 m2 dans le parc de la Mairie.

30On peut alors dénombrer 3 500 adhérents. 7 000 prêts sont enregistrés chaque mois. Plus de 3 000 nouveautés sont acquises en 2 ans dont davantage de livres de jeunesse et d’ouvrages de référence pour les étudiants. La bibliothèque est abonnée à 40 revues. Le coin Jeunesse se développe et bientôt apparaît « l’heure du conte » le mercredi. Mais surtout, dès 1964, à la bibliothèque s’ajoute un espace pour la musique avec un fonds de départ de 900 disques qui atteindra vite 2 000 unités à l’ouverture officielle de la discothèque en janvier 1965.

31À cette date, la bibliothèque de Choisy est classée deuxième bibliothèque sur les 80 communes du département de la Seine, par ses activités et l’importance de ses transactions.

32Deux bibliothèques de quartier verront le jour en 1970 ainsi qu’une bibliothèque exclusivement consacrée aux enfants en 1971 suivie près de 15 ans plus tard d’une bibliothèque-discothèque destinée au public adultes qui remplacera le préfabriqué de 1963.

33Mais ceci est une autre histoire… qui se poursuit encore aujourd’hui à Choisy avec l’ouverture toute récente (octobre 2013) d’une médiathèque située en bord de Seine et réunissant cette fois à nouveau tous les publics.

34Ainsi, au fil des années, on voit que la bibliothèque s’est constamment adaptée aux besoins du moment, tout en perpétuant les valeurs fondamentales qui ont été à l’origine du Cercle populaire : l’accès à la connaissance, l’ouverture culturelle et l’ancrage dans le territoire.

35Une grande partie des fonds d’origine est encore conservée dans l’ancien bureau du Maire, situé dans le bâtiment qui servit de mairie pendant plusieurs décennies. On y trouvera encore des ouvrages documentaires sur l’Histoire de France, des livres de botanique ou des romans de cape et d’épée.

36Mais depuis plus de trente ans, un important travail de collecte, de tri et de numérisation a été réalisé par le service Archives documentation patrimoine qui publie régulièrement des informations relatives au riche passé de la ville, sous forme de brochures ou même d’articles dans le Bulletin municipal, afin de toucher un large public. Celui-ci d’ailleurs participe largement à l’enrichissement du service par des dons divers (cartes postales, courriers, photos, objets, etc.). L’association « Louis Luc pour l’histoire et la mémoire de Choisy-le-Roi », créée en 1997 après le décès du Maire dont elle porte le nom, complète le travail réalisé par les archives municipales. Enfin, le maire-adjoint à la culture est également en charge de la « mémoire ».

37C’est dire l’intérêt que porte la municipalité à la valorisation de son patrimoine, facilité par la variété et la conservation exceptionnelle des documents mis à disposition.

38Cette contribution fait d’ailleurs suite à une commande directe des élus d’un texte restituant l’histoire des bibliothèques à Choisy et destiné à être diffusé avant l’ouverture de la nouvelle médiathèque, montrant ainsi une volonté politique constante de développer la lecture publique et l’accès au savoir et à la culture depuis les origines du Cercle populaire.

39J’espère modestement y être parvenue en partie car maintenant que la brèche est ouverte, d’autres découvertes restent à faire…

Notes

1 Archives communales de Choisy-le-Roi : 2R 3. Statuts publiés le 4 février 1877.

2 Extrait du paragraphe IV des statuts du Cercle populaire, 4 février 1877.

Table des illustrations

Légende Le Parc - Le Cercle populaire d’instruction et d’initiative, 1913.
Crédits Source : Archives communales de Choisy-le-Roi.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Mon honorable et cher confrère, / Vous me faites une communication dont je suis profondément touché. / J’accepte avec émotion l’honneur que veut bien me faire le cercle Populaire de / Choisy-le-Roi dont vous êtes l’éminent et sympathique président. / Transmettez je vous prie, l’expression de ma reconnaissance à nos honorables / Confrères et collègues. / Croyez à ma profonde cordialité. / Victor HUGO.
Crédits Source : Archives communales de Choisy-le-Roi.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12533/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Statuts du Cercle populaire d’instruction et d’initiative, publiés le 4 février 1877.
Crédits Source : Archives communales de Choisy-le-Roi.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12533/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Bulletin municipal de Choisy-le-Roi, 1938.
Crédits Source : Archives communales de Choisy-le-Roi.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12533/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Affichette d’appel à cotisation, 1920.
Crédits Source : Archives communales de Choisy-le-Roi.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12533/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Affichette d’appel à cotisation et bulletin d’adhésion, 1930.
Crédits Source : Archives communales de Choisy-le-Roi.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12533/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

Auteur

Conservatrice des bibliothèques, ancienne directrice des bibliothèques de Choisy-le-Roi

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search