Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

Les bibliothèques dans la cité

Au-delà du choix d’implantation d’une bibliothèque : la bibliothèque et la ville1

Grégor Blot-Julienne

Texte intégral

  • 1 Cet article est le résumé d’un mémoire d’étude pour le diplôme de conservateur des bibliothèques d (...)

Reims, médiathèque Croix-Rouge

  • 2 Voir en particulier Collignon (Laure), Gravier (Colette), Concevoir et construire une bibliothèque (...)

1Les deux dernières décennies ont été marquées par un mouvement de constructions de bibliothèques sans précédent en France. Par leurs écrits, les bibliothécaires ont manifesté un grand intérêt pour l’architecture, mais aussi pour les questions de gouvernance des territoires et pour les politiques urbaines. Cette littérature établit que le choix d’un lieu est crucial dans l’implantation d’une bibliothèque2, alors que les écrits des architectes et des urbanistes français semblent se focaliser sur l’analyse technique du bâtiment plutôt que sur celle de son environnement immédiat et élargi.

  • 3 On distinguera les politiques urbaines au sens générique de la politique de la ville qui désigne p (...)

2Pourtant, si les réformes successives, territoriales et universitaires, ont généré un regain des constructions de bibliothèques, elles ont aussi souligné les incertitudes sur l’évolution des missions et des fonctions des bibliothèques dans un contexte de changements institutionnels, économiques, sociaux, culturels et technologiques. Par ailleurs, symbole de l’accès à la culture pour tous, la bibliothèque semble être devenue, depuis la décentralisation, un objet des politiques d’aménagement urbain. Cependant la politique de la ville3 ignore la question culturelle. Alors que les bibliothèques connaissaient une mue, nos villes aussi ont dû faire face à la réorientation progressive des économies. Ces bouleversements – désindustrialisation, tertiarisation, prise de conscience des enjeux écologiques, de la ségrégation socio-spatiale dans les agglomérations – ont fait des politiques urbaines une thématique nodale.

  • 4 Voir notamment l’article « Mercatique urbaine » in Merlin (Pierre), Choay (Françoise), Dictionnair (...)

3Au-delà de ses fonctions propres, la bibliothèque peut-elle constituer l’un des équipements publics pivots des rénovations urbaines ? Les constructions à valeur d’icônes ont-elles leur rôle dans les stratégies discrètes ou assumées de marketing urbain4 ? Même si elles sont fondamentales, les questions du lieu (et ses interconnections) et du projet architectural ne peuvent pas occulter l’idée que la bibliothèque doit s’inscrire dans un système qui intègre sociabilité et forme urbaine.

4Qu’il passe par des projets architecturaux novateurs ou par une redéfinition fonctionnelle d’un lieu ancien, le choix de l’implantation d’une bibliothèque est donc une question fondamentalement politique, au sens étymologique du terme.

LE CHOIX DE L’IMPLANTATION, UNE QUESTION TECHNIQUE

5Trois constantes se dégagent nettement de tous les écrits. En effet, les enjeux majeurs sont certes ceux de l’accessibilité physique, mais aussi de l’adéquation aux publics visés, et de la visibilité du bâtiment.

  • 5 Voir Irles (Claudine), « Analyse préalable, Environnement », in Grunberg (Gérald) (Dir.), Biblioth (...)
  • 6 Pour paraphraser Pascale Blin : Blin (Pascale), « Médiathèques : il n’y a pas de programme type », (...)
  • 7 Collignon (Laure), Gravier (Colette), op. cit.
  • 8 Dans le cadre du projet caennais par exemple, la nouvelle bibliothèque sera desservie directement (...)

6Ces questions doivent donc relever d’une analyse préalable de l’environnement. Les grandes thématiques urbaines5 sont alors convoquées pour définir ce que nous appellerons une approche technique du bâtiment, dans la mesure où cette approche peine souvent à rendre compte du rapport systémique existant entre l’équipement et le tissu urbain, rapport qui s’inscrit justement dans la durée urbaine. Chaque projet se heurte à l’irréductible unicité du lieu et de la société locale. Autrement dit, il n’existe pas de « programme type6 », de modèle qu’il suffirait d’appliquer pour garantir le succès d’un projet. Dans les préconisations des ouvrages de référence7, la question de l’accessibilité physique fait écho à celle des mobilités en général. On insistera donc sur la nécessité de la desserte. Dans le cadre d’un environnement offrant des transports en commun efficaces, on préconisera que la bibliothèque se situe sur l’un de ces axes. Le projet de développement d’un axe de transport rapide peut même être un facteur décisif dans l’élaboration d’un projet8. On recherchera la proximité avec les axes piétons les plus fréquentés, on intégrera les mobilités douces à la réflexion, et, même dans un cadre urbain dense, on répugnera encore à écarter la question de l’accès automobile et, donc, du parking. Le rôle des élus est ici primordial pour faire la part des choses entre une forte pression en faveur de l’automobile et une réflexion sur la qualité de l’espace public, plaidant donc pour une desserte minimale.

  • 9 Institués par la loi Laure et renforcés par la loi SRU.
  • 10 Loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et l (...)

7Mais la question de l’implantation de la bibliothèque n’exclut pas une réflexion plus large sur l’implantation des équipements publics en général qui relève des politiques urbaines. La rédaction des plans de déplacement urbain (PDU)9 de même que les conséquences des plans de mise en accessibilité des espaces publics10 sont des compétences qui relèvent des services de l’urbanisme, souvent des intercommunalités. On le comprend, la question de l’accessibilité, qui mobilise une part de la littérature professionnelle, ne dépend pas directement du pouvoir de décision des bibliothécaires. Toutefois elle met en évidence le rôle social que souhaite jouer la profession via le réaménagement ou la construction d’un établissement. Or cet engagement rencontre une demande de mobilité plus générale, non seulement spatiale mais également sociale, économique et politique.

AU BONHEUR DES FRICHES

8L’analyse technique du bâtiment à elle seule ne peut pas rendre compte de la pertinence d’un choix d’implantation. Plutôt que la proximité, l’accessibilité au sens large ainsi que la visibilité semblent se révéler bien plus pertinentes. Cependant, la ville ne peut s’envisager en dehors de sa densité démographique et fonctionnelle, de celle du bâti, de l’emprise de la voirie, et du morcellement de la propriété foncière. Sont ainsi définies les contraintes structurelles, foncières et financières, qui s’imposent à un projet d’aménagement.

9De nombreuses bibliothèques viennent réinvestir ou remplacer des bâtiments publics, souvent liés aux fonctions régaliennes de l’État, ce qui permet l’acquisition de terrains à un coût plus faible. Quittant progressivement les centres d’agglomération, l’armée, par exemple, a libéré de vastes espaces. Une caserne reconvertie en médiathèque ? C’est le cas du Carré Curial de Chambéry. Une citadelle ancienne à réinvestir ? La bibliothèque universitaire de Bayonne est située sous un ancien cavalier d’artillerie. Des champs de tir, objet, de vastes projets urbains incluant notamment une bibliothèque ? Le quartier de la Part-Dieu à Lyon, le quartier Antigone de Montpellier. La fonction hospitalière aussi, pour de multiples raisons, a préféré des localisations plus périphériques et laisse donc certains espaces disponibles, comme à Limoges.

10L’Intérieur et la Justice ont aussi délaissé des parcelles, où des bibliothèques ont été construites, comme pour la médiathèque d’Orléans, place Gambetta. À Coulommiers, la bibliothèque réinvestit la prison. Même les fonctions éducatives et culturelles peuvent laisser des friches. Le Carré d’Art de Nîmes est venu s’installer sur un terrain libéré par l’incendie de l’opéra. À Toulouse, la médiathèque José-Cabanis se substitue à l’école vétérinaire.

11Des entreprises publiques libèrent aussi une part de leur emprise comme l’a fait la SNCF à Troyes. Des espaces de parking ou des espaces consacrés au commerce non sédentaire peuvent aussi faire l’objet d’un investissement culturel majeur : c’est le cas de la promenade des Arts à Nice qui accueille le théâtre et les bâtiments de la bibliothèque Louis-Nucéra.

12Même certains édifices religieux ont été requalifiés en médiathèque, comme à Rezé ou à Cassel.

13Mais c’est désormais l’industrie qui laisse les friches les plus étendues. Les plus difficiles à réhabiliter aussi car, outre les difficultés d’acquisition du foncier, les coûts qui incombent aux collectivités, liés à la mise aux normes des réseaux et, parfois, à la dépollution des sites, sont très élevés. La friche industrielle est également difficile à prendre en compte d’un point de vue symbolique car elle est bien souvent l’emblème des difficultés socio-économiques autant qu’un enjeu patrimonial et identitaire.

14Cependant, les bâtiments industriels peuvent se prêter à une réhabilitation réussie en bibliothèque ou en bâtiment universitaire : la Manufacture de Lyon, les Grands-Moulins à Paris, les Archives nationales du monde du travail à Roubaix, installées dans l’ancienne filature Motte-Bossut, la Corderie à Marcq-en-Barœul, la médiathèque André-Malraux dans les silos Seegmuller à Strasbourg et le Rize à Villeurbanne, etc.

  • 11 Lire l’entretien avec Jean-Michel Monpays, novembre 2011, p. 194.
  • 12 Lire l’entretien avec Xavier Le Coutour, octobre 2011, p. 166.

15Même quand les bâtiments eux-mêmes ne s’y prêtent pas ou n’existent plus, la friche industrielle peut inspirer des projets architecturaux qui viennent bouleverser radicalement l’image d’un quartier. C’est notamment le cas à Oloron-Sainte-Marie, ou à Armentières11, et il paraît évident que le projet caennais s’attache à cette logique12. L’université d’Amiens en constitue un autre exemple.

16Bien sûr la bibliothèque n’est pas le suprême instrument d’une politique urbaine. Bien sûr, elle ne peut se substituer aux activités relocalisées ou disparues, mais il est notable qu’elle a sa place un nombre de grands projets urbains, des plus emblématiques et déjà anciens – Lyon Part-Dieu, Montpellier Antigone – à ceux qui s’achèvent presque – port fluvial de Strasbourg – jusqu’à ceux en cours d’élaboration – Caen Presqu’île –.

17Pour autant, les contraintes liées à la maîtrise du foncier, aux calendriers de programmation, aux financements, etc. rendent caduque toute approche idéale de la localisation.

LA BIBLIOTHÈQUE, OBJET URBAIN SINGULIER

18Pourquoi les politiques culturelles auraient-elles à voir avec les politiques urbaines alors même qu’elles sont absentes de la définition de la politique de la ville ? Parce qu’une politique culturelle pourrait servir la production artistique, mais aussi son appropriation. Parce que l’investissement culturel serait économiquement rentable à terme, qu’il contribuerait à définir de nouvelles normes urbaines et qu’en dehors de la coercition ou de l’incitation fiscale, l’investissement public pourrait seul porter une exemplarité environnementale. Parce qu’enfin, la culture peut être un vecteur politique privilégié dans une société démocratique.

19Dans les fonctions urbaines, la bibliothèque est particulièrement difficile à situer. Entre 2000 et 2002, alors qu’il cherchait à formaliser les rôles urbains des institutions et des équipements culturels ainsi que leurs places dans les temporalités de la ville, le London Planning Advisory Committee n’a pas spécifiquement retenu les bibliothèques. Parce qu’elles n’y auraient pas leur place ?

20Dans la figure ci-contre, où serait la bibliothèque ? Dans la ville historique ? Dans la ville culturelle ? Dans la ville touristique ? Elle appartient de fait à la ville diurne mais, si ses horaires étaient étendus, ses fonctions correspondraient-elles pour autant à la ville nocturne ? Que la bibliothèque desserve les résidents de la ville et de l’agglomération ne fait aucun doute. Mais appartient-elle à la dimension de loisirs, à la dimension professionnelle ? En fait, la réponse tient à l’usage fait de la bibliothèque, à son accessibilité, à ses politiques de services et d’horaires, id est, à son rapport à la cité plutôt qu’à une définition a priori.

  • 13 D’après Comedia, London World City, The Position of Culture, London, London Planning Advisory Comm (...)

La place de la culture13

La place de la culture13

LA BIBLIOTHÈQUE, UN PROJET URBAIN

  • 14 Bertrand (Anne-Marie), Les bibliothèques municipales. Enjeux culturels, sociaux, politiques, Paris (...)

21L’idée que la bibliothèque est un projet urbain a déjà été développée dans la littérature professionnelle notamment pour faire remarquer que certains projets avaient été conçus comme des éléments urbanisants. En 2002, Anne-Marie Bertrand, s’appuyant sur des déclarations d’architectes, d’urbanistes et d’élus, à propos des exemples de Nantes, Orléans ou La Rochelle, concluait : « La bibliothèque comme enjeu urbain, au cœur d’un projet de l’urbanisme, est une figure aujourd’hui reconnue par les acteurs publics14.»

  • 15 Établissement public de coopération intercommunale.

22Poursuivant son analyse, Anne-Marie Bertrand notait aussi l’importance du projet architectural pour la valorisation urbaine, dans un rapport réciproque de notoriété entre l’architecte et la commune ou l’EPCI15 qui assume la maîtrise d’ouvrage, valorisation renforcée par le succès public.

  • 16 in Bertrand (Anne-Marie), Kupiec (Anne), Ouvrages et volumes. Architecture et bibliothèques, 1997, (...)
  • 17 Harvey (David), « From managerialism to entrepreneurialism : The transformation in urban governanc (...)
  • 18 « symptomatique d’une réorientation des attitudes envers la gouvernance urbaine qui s’est déroulée (...)

23Par ailleurs, elle remarquait aussi une relève générationnelle dans les équipes municipales16. Dès les années soixante-dix, les géographes britanniques et américains observaient de profonds bouleversements dans la gouvernance urbaine. David Harvey17 parlait même de passage d’un fonctionnement managérial à un fonctionnement entrepreneurial et qualifiait cette évolution de : « symptomatic of a reorientation in attitudes to urban governance that has taken place these last two decades in the advanced capitalist countries.18 »

  • 19 « Je suspecte ce trait de l’absorption du risque par le secteur public local (plutôt que national (...)

24Pour lui, les facteurs majeurs de cette évolution étaient bien un glissement de l’action publique vers une échelle plus grande (villes, agglomérations), un désengagement des autorités centrales et un contexte de métropolisation plaçant les villes en situation de concurrence : « I suspect it is feature of risk-absorption by the local (rather than the national or federal) public sector which distinguishes the present phase of urban entrepreneurialism.19 »

  • 20 « Beaucoup des innovations et des investissements conçus pour que des villes particulières devienn (...)

25Cependant, les leviers sur lesquels l’entreprenariat urbain peut s’appuyer pour définir une stratégie d’attraction, de développement et de métropolisation, ne sont pas extensifs à l’infini et, par ailleurs : « Many of the innovations and investments designed to make particular cities more attractive as cultural and consumer centres have quickly been imitated elsewhere, thus rendering any competitive advantage within a system of cities ephemeral. How many successful convention centres, sports stadia, Disney-worlds, harbour places and spectacular shopping malls can there be ? Success is often short-lived or rendered moot by parallel or alternative innovations arising elsewhere.20 »

  • 21 Les aménités définissent l’agrément d’un lieu. Dans la littérature anglo-saxonne, amenities désign (...)
  • 22 Servet (Mathilde), Les bibliothèques troisième lieu, Mémoire d’étude, diplôme de conservateur des (...)

26La nature et l’urgence des enjeux pour les villes n’en sont pas moins tout aussi prégnantes. Et pour créer ou maintenir un avantage comparatif, les villes peuvent chercher ce qui s’apparenterait à un développement urbain durable, dans la conception de projets dimensionnés mais multifonctionnels. Il s’agirait alors d’intensifier l’usage des espaces urbains, de produire des « aménités21 » qui ménageraient les possibilités d’innovation et de création. Faut-il rappeler que le troisième lieu est une notion forgée au creuset de la sociologie urbaine22 ?

RECHERCHER LE CENTRE OU FAIRE LE CENTRE

  • 23 Lefebvre (Henri), Espace et politique, Paris, Anthropos Economica, 2000, p. 78.

27« La centralité […] s’impose. Pas de réalité urbaine sans centre, qu’il s’agisse du centre commercial (qui rassemble des produits et des choses), du centre symbolique (qui rassemble et rend simultanées des significations), du centre d’information et de décision, etc.23 »

  • 24 Lefebvre (Henri), ibid., p. 61.

28Ce que l’étalement urbain a mis en péril, c’est l’intérêt économique, social, écologique et culturel que représente la concentration. « La centralité est constitutive de la vie urbaine, […] s’il n’y a pas de centralité, il n’y a plus de vie urbaine, […] la pratique urbaine est attaquée en son cœur par la dislocation de la centralité. La critique en ce sens doit montrer de plus en plus profondément la suprafonctionnalité des centres. D’ailleurs elle ne doit pas cacher les difficultés. S’il y a des contradictions de l’espace, elles apparaissent aussi à ce niveau, et la centralité ne peut se déclarer, s’affirmer, se poser sans problèmes. Il y a là des mouvements dialectiques, des déplacements de la centralité ; il y a la saturation, la destruction par elle-même de la centralité, d’où peut-être l’exigence d’une polycentralité, d’une conception polycentrique de l’espace urbain.24 » La polycentralité est aussi un caractère de la métropolisation. Désormais, ce fonctionnement est même recherché parce qu’il permet autant des économies qu’une création de richesse et qu’il relève d’une stratégie urbaine de réduction de l’étalement tout en se préservant de la saturation.

  • 25 In Bertrand (Anne-Marie), Kupiec (Anne), Ouvrages et volumes. Architecture et bibliothèques, 1997, (...)
  • 26 Lynch (Kevin), The Image of the City, Cambridge MA, MIT Press, 1960. [Traduction] L’image de la ci (...)

29C’est donc dans le contexte d’une centralité multiple, réticulaire, que l’implantation d’un équipement public prend place. C’est donc aussi dans le rapport dialectique centre-périphérie que s’inscrivent les réseaux publics et notamment les réseaux de lecture publique. Anne-Marie Bertrand parle même d’un rapport « d’homologie » entre la structure urbaine et la structure de la bibliothèque en réseau25. Toutefois, la centralité n’a pas qu’une seule dimension fonctionnelle. Elle définit l’identité même de la ville et ce qui fait sa différence. Le terme d’identité est d’ailleurs problématique, car il ne rend pas compte de la dimension agissante du symbole et de ce que Kevin Lynch dénommait l’« imagibilité » d’une ville26. Il notait que, malgré le caractère très individuel de chaque personne dans son rapport à son environnement urbain, des traits de concordance semblaient se distinguer et il en déduisait les fondations possibles de l’action urbanistique. L’« imagibilité » d’un lieu était aussi fonction d’une sédimentation de l’histoire, des images sociales ou même de sa dénomination. Les règles techniques d’une implantation idéale tendraient à insérer l’équipement dans cette grille de lecture en cherchant à contribuer à l’« imagibilité » de la ville. Et, au-delà des règles techniques, l’équipement culturel n’aurait pas de nécessité absolue à s’inscrire dans un rapport à l’hypercentre, car il pourrait lui aussi contribuer à former une centralité par ses fonctions, son contenu symbolique et sa place dans les représentations urbaines endogènes et exogènes.

  • 27 Maillat (Denis), Interactions entre système urbain et système de production localisé : une approch (...)

30Devrait-on chercher à implanter la bibliothèque dans l’hypercentre alors même que c’est là que les contraintes sont les plus pesantes ? Cette question paradoxale tiendrait certainement à la représentation de la bibliothèque, un équipement perçu comme un marqueur essentiel de civilisation, donc difficile à excentrer. Consciemment ou non, cette difficulté à excentrer la bibliothèque correspond aussi à la fonction urbaine « d’objectivisation des institutions27 ». Réciproquement, l’équipement culturel en général, la bibliothèque en particulier, comme les lieux de pouvoir ou d’éducation, contribuent à la fonction symbolique de la ville.

31Les configurations de certaines communes de la petite couronne parisienne (Bagnolet, Arcueil, Alfortville, etc.) ou des villes nouvelles (Saint-Quentin-en-Yvelines, Évry, Val-de-Reuil) démontrent que, dans une logique de centralité métropolitaine, former des réseaux de centralité hiérarchisés est une nécessité qui permet de construire aussi une visibilité de l’action communale ou intercommunale.

32Dans le contexte de métropolisation, les villes françaises doivent aussi développer de nouveaux espaces centraux, à la marge de l’hypercentre historique, afin de fournir un support aux programmes de requalification urbaine et de densification. La pérennité du rapport entre politique culturelle, politique urbaine et identité communale est particulièrement remarquable dans un cas comme Villeurbanne. Les projets de Strasbourg et de Caen sont aussi très éclairants de ce point de vue.

  • 28 Voir l’entretien avec Souad El Maysour, p. 144.

33Le projet des bibliothèques communautaires de Strasbourg est parti du constat du mauvais classement de Strasbourg en matière de lecture publique28. Entre le centre historique et la frontière avec l’Allemagne, sur les friches du port fluvial, un nouveau quartier associe logements, équipements commerciaux (Rivétoile), mais aussi équipements culturels (multiplexe UGC, Cité de la Musique, archives municipales et communautaires et médiathèque André-Malraux sur le môle Seegmuller) à deux pas aussi de la cité administrative.

  • 29 Entretien du mardi 13 décembre 2011 avec André Hincker.

34« [Le môle Seegmuller] était un lieu en friche, en déshérence, abandonné depuis une dizaine d’années. Les bâtiments étaient d’une architecture industrielle remarquable. Ce lieu était aussi dans la mémoire strasbourgeoise depuis très longtemps. Beaucoup de gens, de familles, ont travaillé chez Seegmuller. C’est pour cela que la décision d’installer ici la médiathèque a été prise. […] Robert Grossmann avait compris qu’il y avait une forme de glissement de la géographie culturelle du Strasbourg historique en train de se réaliser vers le front Neudorf. Cela permettait aussi d’élargir le centre.29 »

  • 30 Lire l’entretien avec Souad El Maysour p. 144.

35La politique de la ville et de la communauté urbaine de Strasbourg (CUS) est donc à la fois inscrite dans la continuité républicaine (le projet avait été initié par la municipalité précédente) et dans la concertation entre les services et les institutions : « La construction de la médiathèque André-Malraux sur le môle Seegmuller paraissait une évidence pour tout le monde pour la simple et bonne raison qu’autant du côté de l’opposition de l’époque que de l’équipe Grossmann-Keller, il y avait tout un travail de réflexion autour de la restructuration de cet espace urbain. C’était un choix judicieux et adapté aux demandes des citoyens. […] Entre les services et les élus, nous essayons de repenser le quartier en prenant en compte toutes les différentes phases pour s’assurer d’un développement cohérent et équilibré.30 »

36Le cas caennais s’inscrit lui aussi dans le cadre d’une alternance politique et le projet Presqu’île constitue un changement radical d’orientation dans la politique urbanistique de la ville.

  • 31 Société publique locale d’aménagement.
  • 32 Espace entre l’Orne et le canal de Caen-la-Mer.
  • 33 Propos tenus lors de Caen Les Rencontres, deuxième édition, soirée Presqu’île, Presque ville, le 2 (...)

37La création d’une SPLA31 associant les communes de Caen, Mondeville et Hérouville-Saint-Clair permet de saisir l’opportunité des friches industrielles et portuaires32 pour valoriser une ville plus compacte, éviter la dévitalisation du centre-ville. Cet objectif s’appuie sur une stratégie de développement des « fonctions supérieures : recherche, enseignement, culture.33 »

  • 34 Dont les premières réflexions ont été présentées lors de Caen Les Rencontres, deuxième édition, so (...)

38C’est déjà dans cet espace qu’ont été construites l’École supérieure d’arts & médias (Esam) et les salles de concert du Cargö. Des projets existent aussi d’un nouveau Palais des Congrès, d’un parc (notamment pour favoriser la dépollution du site), d’habitat, éventuellement d’école. Le travail de projet a été confié, dans le cadre d’une procédure multi-attributaire, à trois cabinets d’urbanisme34. La future bibliothèque communautaire prendra place sur l’île et le choix d’un architecte de notoriété internationale – Rem Koolhaas – et d’une forme architecturale innovante correspond bien à une volonté de signifier une modernité. Le projet voisin, Rives de l’Orne, associe aussi logements, centre commercial et multiplexe cinématographique.

39À Caen, le site de la pointe de la Presqu’île pour la bibliothèque a d’abord été une hypothèse parmi d’autres. La ville disposait de plusieurs possibilités à proposer à la communauté d’agglomération.

  • 35 Lire l’entretien avec Xavier Le Coutour, p. 166.

40« La ville a fait des propositions : Presqu’île, place de la République, donjon du château, place de la Mare, derrière la bibliothèque actuelle (presque sur site) et puis une proposition sur le triangle entre le boulevard Guillou et le stade nautique.35 » Parmi toutes ces propositions, notons que ce sont des critères de rapport aux publics, des critères d’accessibilité mais aussi des critères institutionnels qui ont primé.

41On a donc affaire à une stratégie de localisation globale qui correspond bien à une projection dans le long terme de la ville à construire. En l’état, l’ensemble du projet Presqu’île révèle bien une prise en compte de la nécessité de l’accessibilité, de la mixité de l’habitat mais aussi de la mixité fonctionnelle.

LA BIBLIOTHÈQUE, URBANITÉ ET VILLE CRÉATIVE

42Pour les élus que nous avons rencontrés, le rôle socio-éducatif de la bibliothèque est relevé de façon unanime, mais tous manifestent aussi la volonté de créer un espace de brassage social et générationnel. L’accès culturel passe par une médiation qui s’inscrit dans les espaces de la bibliothèque, et aussi dans les territoires de la ville.

43Alors l’enjeu recoupe bien la complexité de la notion d’urbanité dans la mesure où le rôle attendu de la bibliothèque est d’être à la fois un territoire éducatif, culturel, social et politique, c’est-à-dire un espace habité d’acquisition et d’exercice de la citoyenneté. L’attente envers la bibliothèque se formalise progressivement vers ce modèle dit du troisième lieu, dont la théorisation fait un postulat de l’étalement urbain et donc de la dissolution progressive de la centralité et de l’urbanité de la ville.

  • 36 Voir Harvey (David), op. cit.
  • 37 Voir notamment Maillat (Denis), op. cit., in Bailly (Antoine), Huriot (Jean-Marie) (Dir.), op. cit (...)
  • 38 Guerroudj (Tewfik), Pourquoi faire de l’urbanisme ? Bordeaux, Éditions Confluences, 2011, p. 45.

44Ce développement de la planification culturelle comme politique de requalification urbaine a son parangon, le fameux effet Bilbao, ses thuriféraires et ses détracteurs. Une figure de l’entrepreneurialisme urbain contemporain est bel et bien l’investissement culturel, mais sa traduction urbanistique ne se limite plus à la réalisation de projets iconiques, à la singularité forcément éphémère et à la faculté de distinction de plus en plus limitée36. La dimension créative de la ville n’est possible qu’à partir d’un seuil critique de développement des fonctions métropolitaines et surtout grâce à une insertion dans des réseaux de villes qui permet alors le travail de veille et de captage de l’innovation exogène37. Dédoublée par l’exigence environnementale, la planification culturelle pose la question de l’intensification des usages38 ainsi que celle de la qualité des espaces publics et voudrait donc constituer un bouleversement de l’action urbanistique.

  • 39 Evans (Graeme), op. cit., 2001.

45Dans ce cadre, les équipements culturels et, donc, la bibliothèque innovante jouent un rôle essentiel certes dans la création d’une image urbaine mais aussi dans le renforcement des compétences, de la confiance en soi, du débat ou de l’échange d’idées. Ils endossent aussi le rôle d’infrastructures d’attraction au niveau local39. Dans un contexte économique défavorable à l’investissement public et où une forte pression s’exerce pour décrédibiliser toute politique hors des compétences obligatoires ou des fonctions strictement régaliennes de la puissance publique, l’approche de la ville créative paraît séduisante :

  • elle inciterait à améliorer notre cadre de vie ou à adopter une vision plus libérale des mœurs urbaines40 ;
  • elle aboutirait aussi à une définition plus large de la notion de capital41 et à poser différemment la question de la rentabilité d’équipements qui n’ont aucune vocation à la rentabilité comptable.

46À ce titre d’ailleurs, la bibliothèque peut légitimement apparaître comme le type d’équipement culturel qui assumerait la fonction la plus redistributive.

EN GUISE DE CONCLUSION

47Dès 1975, François Ascher et Jean Giard exprimaient leur souhait d’une vision transversale des politiques éducatives, culturelles, sociales et urbaines :

  • 42 Ascher (François) et GIARD (Jean), Demain la ville ? Urbanisme et politique, Paris, Éditions Socia (...)

48« L’urbanisme est une question politique exigeant une réponse politique. La politique ne se morcèle pas : il n’y a pas une politique culturelle ou sociale… se juxtaposant à une politique urbaine. À l’intérieur de celle-ci, il n’y a pas une politique du logement et une politique des transports, etc. […] L’urbanisme correspond à une nécessité du développement économique, social, culturel et moral de la société. […] Des relations sociales nouvelles doivent être organisées ; le logement doit répondre à l’élévation des exigences de culture. Le cadre de vie est devenu partie intégrante de la vie sociale. C’est bien pourquoi la crise de la société n’est pas faite de l’addition de « crises » diverses sans lien entre elles. Il n’y a pas une crise de l’urbanisme, une crise de l’enseignement ou de la culture, etc. La crise de la société est une crise globale touchant tous les aspects de cette société.42 »

  • 43 Vivant (Elsa), op. cit., 2009, p. 16-17.

49Trente ans de décentralisation ont profondément bouleversé le champ politique. L’aspiration à un cadre urbain plus amène, à de meilleures conditions de vie face aux inquiétudes liées à une crise socio-économique pérenne rencontre peut-être la nécessité de repenser les politiques urbaines. Créer les opportunités d’une intensification des relations sociales, de l’innovation et de la créativité est aussi devenu un impératif des politiques métropolitaines comme des politiques environnementales. La politique culturelle et la politique de lecture publique deviennent aussi l’un des leviers d’une redéfinition de la centralité, de l’attractivité et de l’urbanité mêmes d’une ville. Si certains aspects des théories de la planification culturelle et de la ville créative ont pu être raillés voire accueillis avec défiance et même hostilité43, dans un contexte métropolitain, la question de l’innovation et de la création est devenue un enjeu majeur de développement économique.

50C’est pourquoi, alors que nous avons tenté de montrer que, si des choix d’implantations de bibliothèques relevaient de la combinaison d’une opportunité foncière et d’une difficulté à l’éloigner de l’hypercentre, certains exemples ou projets semblent accréditer l’idée de véritables stratégies de localisation, tendant à prendre en compte la complexité de l’objet bibliothèque au service d’un projet plus vaste d’urbanisation et de requalification urbaine. Ces projets cherchent donc bien à étendre la centralité ou à renforcer une structure urbaine polycentrique tout en définissant une ambition de planification urbaine durable, accessible, appliquant une mixité sociale autant que fonctionnelle.

51La bibliothèque, comme bâtiment mais aussi comme service public, a entrepris cette mue vers la définition d’un lieu d’aménités – le troisième lieu ? – capable de souscrire à cette finalité intégratrice.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bailly (Antoine), Huriot (Jean-Marie) (dir.), Villes et croissance, théories, modèles, perspectives, Paris, Anthropos, 1999.

Bertrand (Anne-Marie), Les bibliothèques municipales. Enjeux culturels, sociaux, politiques, Paris, Éd. du Cercle de la Librairie, 2002.

Bertrand (Anne-Marie), Kupiec (Anne), Ouvrages et volumes. Architecture et bibliothèques, Paris, Éd. du Cercle de la Librairie, 1997.

Collignon (Laure), Gravier (Colette) (dir.), Concevoir et construire une bibliothèque, du projet à la réalisation, Paris, Le Moniteur Éditions, 2011.

Evans (Graeme), Cultural Planning : An Urban Renaissance ? Oxford, Routledge, 2001.

Florida (Richard), Cities and the Creative Class, Oxford, Routledge, 2004.

Grunberg (Gérald) (dir.), Bibliothèques dans la cité, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, Le Moniteur Éditions, 1996.

Guerroudj (Tewfik), Pourquoi faire de l’urbanisme ?, Bordeaux, Éd. Confluences, 2011.

Harvey (David), From managerialism to entrepreneurialism : The transformation in urban governance in late capitalism, Geografiska Annaler, series B, Human Geography, vol 71, n° 1, p. 3-17, Blackwell Publishing, 1989. [En ligne] <http://www.jstor.org/stable/490503>.

Landry (Charles), The Creative City : A Toolkit for Urban Innovators, oxford, Earthscan Ltd, 2008.

Lefebvre (Henri), Espace et politique, Paris, Anthropos Economica, 2000.

Lynch (Kevin), The Image of the City, Cambridge MA, MIT Press, 1960. [traduction] L’image de la cité, Paris, Dunod, 1999.

Merlin (Pierre), L’urbanisme universitaire à l’étranger et en France, Paris, Dunod, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées, 1995.

Poirrier (Philippe) (dir.), Paysages des campus, urbanisme, architecture et patrimoine, Dijon, Éd. universitaires de Dijon, 2009.

Servet (Mathilde), Les bibliothèques troisième lieu, Mémoire d’étude, diplôme de conservateur des bibliothèques, Villeurbanne, enssib, 2009. [En ligne] <http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-21206>.

Vivant (Elsa), Qu’est-ce que la ville créative ?, Paris, PUF, 2009.

Volucello (Giuseppina), Cultural Planning, la pianificazione delle risorse culturali per lo sviluppo urbano, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2009.

Notes

1 Cet article est le résumé d’un mémoire d’étude pour le diplôme de conservateur des bibliothèques dirigé par Thierry Ermakoff. La méthode retenue a été celle d’un dépouillement systématique depuis 1992 de certaines revues d’architecture et d’urbanisme : A’A’ ; L’architecture aujourd’hui ; AMC, Le Moniteur Architecture ; Annales de la recherche urbaine ; Urbanisme ; Traits Urbains ; D’A (D’Architecture). Par ailleurs, certains élus ont bien voulu répondre à nos questions. que soient donc remerciés, par ordre alphabétique : Loïc Chabrier, adjoint au maire délégué à la culture de la ville de Villeurbanne ; Philippe Duron, député, maire de Caen, président de la communauté d’agglomération Caen-la-Mer ; Souad El Maysour, vice-présidente de la communauté urbaine de Strasbourg déléguée à la culture et à la lecture publique ; Xavier Le Coutour, adjoint au maire chargé de l’urbanisme, du logement et du renouvellement urbain de la ville de Caen ; Jean-Michel Monpays, adjoint au maire délégué au développement culturel, au patrimoine, à l’animation, à la vie associative et aux jumelages de la ville d’Armentières.

2 Voir en particulier Collignon (Laure), Gravier (Colette), Concevoir et construire une bibliothèque, du projet à la réalisation, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, Le Moniteur Éditions, 2011.

3 On distinguera les politiques urbaines au sens générique de la politique de la ville qui désigne plus précisément les actions de l’État menées dans un cadre contractuel avec les collectivités territoriales.

4 Voir notamment l’article « Mercatique urbaine » in Merlin (Pierre), Choay (Françoise), Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, PUF, 2010.

5 Voir Irles (Claudine), « Analyse préalable, Environnement », in Grunberg (Gérald) (Dir.), Bibliothèques dans la cité, Paris, ministère de la Culture, Le Moniteur Éditions, 1996, p. 58.

6 Pour paraphraser Pascale Blin : Blin (Pascale), « Médiathèques : il n’y a pas de programme type », in D’A, n° 88, novembre 1998, p. 24-27.

7 Collignon (Laure), Gravier (Colette), op. cit.

8 Dans le cadre du projet caennais par exemple, la nouvelle bibliothèque sera desservie directement par la deuxième ligne de tramway tout en étant proche de la première et de la gare SNCF.

9 Institués par la loi Laure et renforcés par la loi SRU.

10 Loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

11 Lire l’entretien avec Jean-Michel Monpays, novembre 2011, p. 194.

12 Lire l’entretien avec Xavier Le Coutour, octobre 2011, p. 166.

13 D’après Comedia, London World City, The Position of Culture, London, London Planning Advisory Committee, 1991. Cité par Evans (Graeme), Cultural Planning : An Urban Renaissance ? Oxford, Routledge, 2001.

14 Bertrand (Anne-Marie), Les bibliothèques municipales. Enjeux culturels, sociaux, politiques, Paris, Éd. du Cercle de la Librairie, 2002, p. 43-44.

15 Établissement public de coopération intercommunale.

16 in Bertrand (Anne-Marie), Kupiec (Anne), Ouvrages et volumes. Architecture et bibliothèques, 1997, p. 129.

17 Harvey (David), « From managerialism to entrepreneurialism : The transformation in urban governance in late capitalism », Geografiska Annaler, series B, Human Geography, 71 (1), 1989, p. 3-17.

18 « symptomatique d’une réorientation des attitudes envers la gouvernance urbaine qui s’est déroulée, dans les pays capitalistes avancés, durant les deux dernières décennies ». Idem, p. 4.

19 « Je suspecte ce trait de l’absorption du risque par le secteur public local (plutôt que national ou fédéral) de distinguer la phase présente de l’entrepreneurialisme urbain. » Idem, p. 7.

20 « Beaucoup des innovations et des investissements conçus pour que des villes particulières deviennent des centres de culture ou de consommation plus attractifs ont été promptement imités ailleurs, rendant ainsi l’avantage comparatif éphémère au sein d’un réseau de villes. Combien de centres de congrès, de stades, de Disney-worlds, de ports de plaisance ou de spectaculaires centres commerciaux pourront rencontrer le succès ? Le succès a souvent la vie courte ou est rendu caduc par des innovations parallèles ou successives qui se produisent ailleurs. » Idem, p. 12.

21 Les aménités définissent l’agrément d’un lieu. Dans la littérature anglo-saxonne, amenities désigne les équipements collectifs, terme « revenu en français, au pluriel, pour évoquer les agréments d’une ville, et certains équipements qui y contribuent […]. Cette reprise en faux sens traduit l’accent qui est mis sur la qualité du cadre de vie, après le fonctionnalisme productiviste des années de forte croissance. » Brunet (Roger), Ferras (Robert) et Théry (Hervé), Les mots de la géographie, dictionnaire critique, Montpellier, Paris, Reclus, La Documentation Française, 1992.

22 Servet (Mathilde), Les bibliothèques troisième lieu, Mémoire d’étude, diplôme de conservateur des bibliothèques, Villeurbanne, enssib, janvier 2009.

23 Lefebvre (Henri), Espace et politique, Paris, Anthropos Economica, 2000, p. 78.

24 Lefebvre (Henri), ibid., p. 61.

25 In Bertrand (Anne-Marie), Kupiec (Anne), Ouvrages et volumes. Architecture et bibliothèques, 1997, p. 123-124.

26 Lynch (Kevin), The Image of the City, Cambridge MA, MIT Press, 1960. [Traduction] L’image de la cité, Dunod, Paris, 1999.

27 Maillat (Denis), Interactions entre système urbain et système de production localisé : une approche du développement régional endogène en termes de milieu innovateur, in Bailly (Antoine), Huriot (Jean-Marie) (Dir.), Villes et croissance, théories, modèles, perspectives, Paris, Anthropos, 1999, p. 196.

28 Voir l’entretien avec Souad El Maysour, p. 144.

29 Entretien du mardi 13 décembre 2011 avec André Hincker.

30 Lire l’entretien avec Souad El Maysour p. 144.

31 Société publique locale d’aménagement.

32 Espace entre l’Orne et le canal de Caen-la-Mer.

33 Propos tenus lors de Caen Les Rencontres, deuxième édition, soirée Presqu’île, Presque ville, le 21 octobre 2011 par Philippe Duron, député, maire de Caen, président de la communauté d’agglomération Caen-la-Mer.

34 Dont les premières réflexions ont été présentées lors de Caen Les Rencontres, deuxième édition, soirée Presqu’île, Presque ville, le 21 octobre 2011.

35 Lire l’entretien avec Xavier Le Coutour, p. 166.

36 Voir Harvey (David), op. cit.

37 Voir notamment Maillat (Denis), op. cit., in Bailly (Antoine), Huriot (Jean-Marie) (Dir.), op. cit., p. 192.

38 Guerroudj (Tewfik), Pourquoi faire de l’urbanisme ? Bordeaux, Éditions Confluences, 2011, p. 45.

39 Evans (Graeme), op. cit., 2001.

40 Vivant (Elsa), Qu’est-ce que la ville créative ? Paris, PUF, 2009, p. 16-17.

41 Landry (Charles), The Creative City : A Toolkit for Urban Innovators, Oxford, Earthscan Ltd, 2008, p. XLVIII-XLIX.

42 Ascher (François) et GIARD (Jean), Demain la ville ? Urbanisme et politique, Paris, Éditions Sociales, 1975, p. 243-244.

43 Vivant (Elsa), op. cit., 2009, p. 16-17.

Table des illustrations

Légende Reims, médiathèque Croix-Rouge
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre La place de la culture13
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 334k

Auteur

Géographe de formation, Grégor Blot-Julienne est conservateur des bibliothèques (DCB20) et exerce à l’université de Caen Basse-Normandie comme directeur adjoint de la bibliothèque universitaire Sciences-STAPS.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search