Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques populaires à la lecture publique

 | 
Agnès Sandras

Partie V. Les rencontres oubliées des bibliothèques populaires et de la lecture publique au XXe siècle : vers une histoire apaisée ?

Les collections des bibliothèques municipales de lecture publique ont-elles prolongé celles des bibliothèques populaires ?

Isabelle Antonutti

Texte intégral

  • 1 Anne-Marie Bertrand, Bibliothèques territoriales identité et environnement, Paris, Les Éd. du CNFPT (...)

1Des « bons livres » prônés autrefois dans les bibliothèques populaires au problème de la conservation des « mauvais livres » aujourd’hui dans les grandes bibliothèques municipales, une interrogation se dessine : les collections des bibliothèques municipales de lecture publique ont-elles prolongé celles des bibliothèques populaires ? La forme de la question pourrait laisser entendre que la réponse est évidente, mais l’histoire est plus complexe. L’identité des bibliothèques de lecture publique s’est constituée autour d’un quadruple héritage. Son modèle est issu de la philosophie des Lumières, de la conservation des livres provenant des confiscations révolutionnaires, du militantisme paternaliste de certaines bibliothèques populaires et d’une vision techniciste du métier porté par les Anglo-Saxons1. Depuis toujours, la gestion des collections constitue une tâche fondamentale pour le bibliothécaire. Les acquisitions sont une source constante d’interrogation pour qui souhaite une utilisation efficiente des collections :

  • 2 Henri Lemaître (éd.), La lecture publique : mémoire et vœux du Congrès international d’Alger, 1931. (...)

« On n’envisage pas le choix des livres sans qu’aussitôt surgisse l’expression “les bons et les mauvais livres” »2.

2Comment identifie-t-on un « bon » ou un « mauvais » livre, et quelle place donner à ce dernier sur les rayonnages ? La lecture publique a-t-elle rejeté ou perpétué les choix opérés par les bibliothèques populaires en la matière ? Des extraits de discours, des articles, des témoignages, ainsi que des sondages dans les catalogues des bibliothèques populaires et publiques, permettront d’illustrer la tension permanente entre collections et de publics.

De la bibliothèque populaire à la lecture publique

3Les bibliothèques populaires émergent au milieu du xixe siècle, lorsque la bourgeoisie et l’aristocratie avertie s’interrogent sur l’éducation du peuple. Pour répondre à ce besoin, les bibliothèques – créées par des paroisses, des municipalités, des manufacturiers, ou des associations – portent des convictions très variées, philanthropiques, religieuses, laïques ou politiques. Elles pratiquent en grande majorité une censure morale, religieuse ou politique, et les ouvrages sont donc sévèrement sélectionnés. L’État, s’appuyant sur l’ordonnance du 22 février 1839, surveille les collections par le biais de comités d’inspection et d’achats. Le préfet entérine les contrôles et attribue éventuellement des subventions et des dons de livres. En 1873, un ministre de l’Instruction décrit ainsi la mission de la bibliothèque populaire :

  • 3 Philippe Manneville, « Les bibliothèques populaires de la Seine-Inférieure au xixe », Annales de No (...)

« Procurer aux travailleurs, aux ouvriers, d’honnêtes et utiles distractions qui contribuent à élever leur esprit, à les éloigner des plaisirs futiles et dégradants et surtout qui leur fournissent les moyens de développer leur instruction générale ou technique »3.

  • 4 Martine Poulain, « Retourner à Tocqueville », Bulletin des bibliothèques de France, 2002, t. 47,(...)
  • 5 Dominique Varry (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, III, Les bibliothèques de la Révolut (...)

4Il s’agit bien de fournir une saine lecture et cette pratique doit être balisée, car ces publics sont considérés comme fragiles, voire dangereux et certainement déraisonnables4. La seconde partie du xixe siècle connaît aussi une explosion de l’édition. Les adhérents des bibliothèques réclament, en plus des ouvrages utiles et instructifs qui leur sont proposés, des récits d’aventures ou de voyages, et surtout des romans. Certains animateurs des réseaux de la lecture populaire, encouragent l’acquisition de la presse ou des romans, dont ils saisissent qu’elle entretient les compétences lectorales. Jean Macé, fondateur de la Ligue de l’enseignement déclare ainsi : « Qui a lu, lira »5. À la fin du xixe siècle, la présence de livres de distraction se révèle indispensable à la réussite d’une bibliothèque populaire. Les adhérents ont tendance à déserter les circuits trop moralistes et sectaires pour les réseaux commerciaux comme les kiosques ou les cabinets de lectures. Un décalage significatif existe entre les orientations des responsables et les souhaits des utilisateurs. Les premiers veulent enrichir les connaissances techniques et savoir-faire des travailleurs alors que ces derniers cherchent à la bibliothèque un espace d’évasion. La pression du public est bientôt la plus forte : la part des livres éducatifs diminue au profit de la littérature.

  • 6 Société belfortaine d’émulation, Catalogue de la bibliothèque populaire de Belfort, Belfort, Impr. (...)
  • 7 Eugène-Charles Daviau, Catalogue des bibliothèques (bibliothèque communale et bibliothèque populair (...)
  • 8 Ligue française de l’enseignement, Cercle parisien, Catalogue à consulter pour l’organisation et la (...)

5Un sondage dans plusieurs catalogues de bibliothèques populaires permet de constater la part de la fiction dans les fonds. Elle dépasse les 30 % à la bibliothèque populaire de Belfort en 18856 ou à la bibliothèque communale et populaire de la ville de Luçon en 18947. Les auteurs à succès connus pour leurs romans populaires tels que James Fenimore Cooper, Alexandre Dumas, Erckmann-Chatrian, Victor Hugo, Thomas Mayne Reid, Ponson du Terrail, George Sand, Eugène Sue, Jules Verne, Walter Scott, y tiennent une bonne place. Ils figurent tous également dans le Catalogue de la Ligue française de l’enseignement (1884), qui propose 3 000 ouvrages pour former et enrichir une collection. Il établit des recommandations avec une sélection de 1 000 « livres appelés à former un fonds commun de lectures variées, attrayantes, instructives ». Certains auteurs à succès sont conseillés comme James Fenimore Cooper, Alexandre Dumas, Erckmann-Chatrian, George Sand, Jules Verne, Walter Scott. La part de la littérature dans ce catalogue n’est que de 20 %. Elle est découpée en sous-genres, certains déjà connus comme les « romans historiques » ou « d’aventures, d’autres créés pour l’occasion tels les « romans didactiques » où figurent les romans « agricoles », « industriels » et les « leçons morales » avec, par exemple, Sans famille d’Hector Malot. Une autre sous-catégorie distingue les « romans de mœurs » avec les « romans de la vie de village », scolaire, cléricale, ou militaire dans laquelle est proposé Tarass Boulba de Gogol. La Case de l’oncle Tom est placée dans le « roman militant et social ». Une classification minutieuse de la littérature est organisée pour accompagner les bibliothécaires dans leurs acquisitions. Au sein de cette taxinomie, les œuvres sont parfois très composites : Swift côtoie Voltaire dans les auteurs de romans philosophiques, ceux-ci voisinant avec le roman-feuilleton d’Eugène Sue Les sept péchés capitaux. Dans chaque catégorie, plusieurs niveaux de lecture sont proposés avec des œuvres essentielles et des livres considérés plus faciles8.

  • 9 Bibliothèque populaire (Sens, Yonne), Catalogue de la Bibliothèque populaire de Sens, Sens, Société (...)
  • 10 Noë Richter, Les bibliothèques populaires, Paris, Cercle de la librairie, 1978.

6Il existe tout de même un seuil de tolérance à cette libéralité. Paul de Kock, Jules Mary, Charles Mérouvel et Georges Ohnet, dont la légitimité littéraire est beaucoup moins affirmée, sont par exemple absents des trois catalogues précédemment étudiés. Pourtant, ces romanciers sont largement publiés, diffusés et lus mais ils sont critiqués par des hommes de lettres et des journalistes. Avec le temps, les suspicions contre la violence supposée de Jules Mary ou l’érotisme de Charles Mérouvel s’estompent. Certaines bibliothèques populaires les font donc figurer dans leur catalogue, comme celle de Sens en 19279. De surcroît, les collections de romans populaires prennent la suite des livraisons par fascicules, et se développent largement au début du xxe siècle. Cette forme éditoriale est plus adaptée aux acquisitions des bibliothèques car elle est plus facile à cataloguer et à relier. Pour ces différentes raisons, les bibliothèques populaires laissent progressivement place à une initiation plus récréative à la lecture10.

Les débuts de la lecture publique

7L’histoire de la lecture publique commence au début du xxe siècle. Jusqu’alors les bibliothèques municipales se concentraient sur la conservation et l’étude. Cette raillerie sur le rythme de la bibliothèque de Bourges en 1918 semble représentative de l’image que véhiculaient ces institutions :

  • 11 Jean Jenny, « Histoire de la bibliothèque de Bourges », Cahiers de l’archéologie, n° 39, 1974, p. 1 (...)

« Personne ne songeait à venir troubler le repos du bibliothécaire et de son gardien qui sommeillaient tout doucement ».11

  • 12 Noë Richter, « Introduction à l’histoire de la lecture publique », Bulletin des bibliothèques de Fr (...)

8Un groupe de bibliothécaires milite désormais pour refonder un modèle qui s’inspire des établissements anglo-saxons. La bibliothèque idéale est à usages multiples (étude, information, culture distraction), ouverte à tous, gratuitement, avec des collections variées en libre accès. Débats, articles, conférences, expérimentations permettent d’affiner le concept12 ; Ernest Coyecque, inspecteur honoraire des bibliothèques de la ville de Paris, déclare en 1931 :

  • 13 Ernest Coyecque, « La bibliothèque publique moderne : son rôle social, son organisation », in Henri (...)

« À la bibliothèque de vulgarisation il faut donner un nom qui réponde à sa véritable destination. Proscrivons d’abord l’épithète « populaire », qualificatif qui déprécie tout ce qu’il qualifie. La bibliothèque de vulgarisation n’est pas une institution de classe »13.

9Le démarrage de la lecture publique ne peut se réaliser qu’en renouvelant les modèles existants. Ainsi, l’héritage de la bibliothèque populaire est balayé. Si le cadre administratif est modifié, la problématique du choix des livres demeure. Les professionnels saisissent la complexité d’une contradiction entre offre et demande qui se perpétue, d’autant plus que les ambitions d’élargissement des publics sont fortes. Charles Sustrac, bibliothécaire à Sainte-Geneviève, souligne :

  • 14 Charles de Sustrac, « De l’orientation des bibliothèques modernes », Bulletin de l’ABF, n° 5, 1907, (...)

« Le bibliothécaire est obligé pour rester à la hauteur de sa tâche, de tenir compte de ce double fait indéniable du progrès de l’instruction et de l’ascension politique et sociale des masses »14.

10Les collections doivent se diversifier. Ces changements nécessitent des compétences nouvelles, et une formation des bibliothécaires, même s’ils ne sont pas seuls responsables des achats. Le décret du 6 juin 1912 perpétue en effet les comités d’inspection et d’achat de livres, constitués de notables locaux et d’érudits, qui exercent une surveillance politique et morale des collections. En 1937, Le manuel pratique du bibliothécaire fournit des indications sur les lectures à surveiller :

  • 15 Léo Crozet, Manuel pratique du bibliothécaire, Paris, Association des bibliothécaires français, 193 (...)

« Les ouvrages donnant une réfutation de la morale courante et traditionnelle (Éloge de l’Adultère) ou légèrement érotiques, recevront une étiquette de couleur spéciale, sur le dos, et ne seront pas communiqués aux lecteurs de moins de vingt ans. Il en sera de même des romans où sont décrites, même discrètement, les formes anormales de la vie sentimentale et physiologique. Ces dernières catégories devront être absolument exclues des bibliothèques de lecture publique, dont la fonction est de concourir à l’élévation intellectuelle et morale. Il convient même de n’acquérir qu’avec prudence certaines œuvres dont l’argent est le sujet principal. On proscrira les magazines policiers »15.

11L’abbé Louis Bethéem, directeur de la Revue des lectures, à destination d’un public catholique, donne ce conseil dans une conférence :

  • 16 L’abbé Louis Bethléem, « Ce qui se lit : comment orienter le lecteur », in Henri Lemaître (éd.), La (...)

« C’est en utilisant les goûts et les tendances de chaque lecteur que l’on arrivera à élever petit à petit le niveau de ses lectures et à l’aider dans sa formation intellectuelle et morale. Des romans d’aventures, on le mènera habilement aux récits historiques, des drames policiers aux romans psychologiques »16.

  • 17 Léo Crozet, ibid.
  • 18 Noë Richter, Les bibliothèques populaires, Paris, Cercle de la librairie, 1978, p. 100.
  • 19 Odile Vacher, « Contradiction de l’offre et de la demande sur le marché du savoir ? », in Lectures (...)
  • 20 Eugène Morel, Bibliothèques : essai sur le développement des bibliothèques publiques et de la libra (...)

12L’incitation étant privilégiée, Le manuel du bibliothécaire invoque « La vocation du pédagogue qui veut élever le niveau des lecteurs parce qu’il croit à la vertu d’éducation du livre bien choisi »17. Pour mettre en pratique cette approche, une initiative perdurera très longtemps : l’obligation d’emprunter au moins un ouvrage choisi par le bibliothécaire. En 1943, Gabriel Henriot, inspecteur des bibliothèques de la ville de Paris, explique qu’« à force d’emprunter des livres instructifs, le lecteur finira par s’y intéresser »18. Comme dans certaines bibliothèques populaires à leurs débuts, un décalage persiste entre les objectifs affichés et les pratiques du public qui souhaite avant tout lire des romans et se distraire19. Personne n’ose suivre la suggestion provocatrice d’Eugène Morel « Une bibliothèque doit surtout acheter de mauvais livres. En les achetant elle dispense le public de les acheter »20.

  • 21 Léo Crozet, ibid.

13Si les débats sont riches, les réalisations sont rares. L’aide américaine dans l’Entre-deux-guerres a permis quelques expérimentations. Au fil des années, les discours des « modernistes » convainquent les politiques et les professionnels. Les directeurs de bibliothèques municipales s’intéressent à l’éducation populaire, car cette activité peut leur donner plus de légitimité et de moyens financiers, comme le souligne Le manuel pratique du bibliothécaire : « C’est en faisant croître l’indice d’utilisation de la bibliothèque, que l’on justifiera les crédits obtenus et que l’on en obtiendra de nouveaux. »21. Les bibliothèques municipales créent des salles de prêt mais la séparation reste complète entre les deux services, la bibliothèque d’étude étant encore privilégiée. En mars 1945, la mise en place de la Direction de la lecture publique au sein de l’administration de l’État annonce l’ouverture d’un immense chantier de créations de bibliothèques.

Des nouvelles bibliothèques de lecture publique

Neuf bibliothèques choisies pour cette étude

14La modernisation des bibliothèques municipales intervient à partir des années 1950. J’ai choisi neuf bibliothèques, rénovées ou construites entre 1955 et 1965, dans des villes de taille assez importante. Ces constructions incluent un espace de lecture publique, disposent d’un fonds patrimonial et assument des missions de conservation. Les cités ainsi retenues (Beauvais, Bourges, Brest, Chartres, Douai, Le Havre, Lille, Rennes et Tours) disposaient également au xixe siècle de bibliothèques populaires ou associatives. Des articles sur leur fonctionnement permettent de mesurer leurs buts, parmi lesquels une volonté d’accroître les publics. L’arrêté du maire de Chartres, daté du 13 janvier 1960, pour la nomination d’une nouvelle bibliothécaire (Suzanne de Cazeneuve), constitue une véritable lettre de mission avec cinq objectifs. Les premiers portent sur l’élargissement les utilisateurs :

  • 22 Julien Barthe, « Histoire de la bibliothèque municipale de Chartres », Bulletin SAEL, n° 88, 2006.

« Constituer […] un fonds de livres […] répondant aux besoins de tous les milieux professionnels et sociaux […] Donner à la bibliothèque de prêt un caractère particulièrement vivant […] en vue de réaliser une véritable bibliothèque populaire »22.

15De tels projets se réalisent toujours après des années d’attente. En 1944, le maire de Douai reçoit une lettre ministérielle qui pose les principes de la future bibliothèque remplaçant l’établissement qui vient d’être détruit :

  • 23 Jean Bleton, « Les nouvelles bibliothèques de Douai et de Beauvais », Bulletin des bibliothèques de (...)

« Une bibliothèque moderne ne doit pas être un sanctuaire réservé à l’élite, mais s’adresser à tous […] La future bibliothèque réunira dans le même local, les deux services de lecture savante et de lecture populaire »23.

16Tous les articles sur ces nouvelles bibliothèques soulignent cette volonté d’ouverture démocratique. À Brest, un texte annonce :

  • 24 Jean Bleton, « La nouvelle Bibliothèque municipale de Brest », Bulletin des bibliothèques de France(...)

« Tous les lecteurs y trouveront accueil, non seulement le professeur et l’étudiant, mais aussi l’artisan, le commerçant, l’apprenti, l’enfant »24.

  • 25 Odette Crombez, « La bibliothèque municipale de Lille », Bulletin des bibliothèques de France, 1966 (...)

17Les articles renseignent abondamment sur les réalisations techniques comme l’éclairage, l’insonorisation, les sols, le logement du conservateur et du concierge, les douches, le réfectoire, le vestiaire, les aménagements intérieurs, les circuits de chauffage ou la sécurité incendie25. La nouvelle bibliothèque de Beauvais est ainsi décrite :

  • 26 Jean Bleton, « Les nouvelles bibliothèques de Douai et de Beauvais », op. cit.

« Telle une librairie, la nouvelle bibliothèque vient solliciter sa clientèle jusque dans la rue grâce à ses vitrines et à ses expositions permanentes. Quelques marches seulement en effet suffisent à faire accéder un passant, curieux des étalages, de la rue aux rayons d’une salle claire et avenante où, sans formalité, il peut s’asseoir, feuilleter un journal, une revue, un roman, une anthologie »26.

  • 27 Jean Jenny, « La Bibliothèque municipale de Bourges », Bulletin d’information de l’ABF, n° 035, 196 (...)
  • 28 Suzanne de Cazeneuve, « La nouvelle bibliothèque municipale de Chartres », Bulletin des bibliothèqu (...)
  • 29 Annie Moro, Enquête sur la bibliothèque municipale de Rennes de 1959 à nos jours, Maîtrise d’histoi (...)

18Le bâtiment demeure un socle indispensable pour que la bibliothèque existe, comme le souligne le directeur de la bibliothèque de Bourges. « Pour toute bibliothèque, le problème du local est crucial. »27 Une croyance forte cimente la profession : il suffit d’ouvrir un espace moderne pour que le public vienne. À Chartres, « la fréquentation de la bibliothèque a décuplé »28. Un effort phénoménal reste à produire, car les inscrits dans ces bibliothèques représentent une infime minorité de la population (2.2 % de la population, par exemple, en 1962 à Rennes). La diversité sociale des usagers demeure faible. Alors que dans les années 1960, les ouvriers et employés formaient plus de 50 % des travailleurs en France, à Rennes, en 1968, les inscrits se répartissent ainsi : les patrons et artisans : 2.2 %, les cadres supérieurs et moyens : 23.8 %, les employés : 12.5 %, les ouvriers : 2 %, les retraités : 31.5 %, les étudiants : 26.5 %29.

Les collections des bibliothèques

  • 30 Jean Bleton, « La nouvelle Bibliothèque municipale de Brest », op. cit.
  • 31 Jean Bleton, « Les nouvelles bibliothèques de Douai et de Beauvais », Bulletin des bibliothèques de (...)
  • 32 Jean Bleton, « La nouvelle Bibliothèque municipale de Brest », Bulletin des bibliothèques de France(...)
  • 33 Anne-Marie Bertrand, Collections et publics en bibliothèque, Colloque ADBDP, 2005. [En ligne] <http (...)

19Il est plus difficile de trouver des indications sur la composition des collections. Les militants de la lecture publique sont investis dans la construction des établissements et dans le projet de lecture publique de leur ville. Leurs compétences dans l’acquisition de documents sont reconnues par leur diplôme, mais ils communiquent peu sur le thème de l’acquisition de documents. Les articles sur les collections et les achats sont généraux. À Brest, on apprend que : « Des milliers de livres s’offrent à notre curiosité, ici les romans, là les documentaires. »30 Les collections de Douai sont décrites globalement : « Des livres attrayants et d’une bonne tenue morale et littéraire. »31 La diversité est de mise : « Il faut donner à chacun la nourriture qu’il réclame et qui lui convient. Les livres qui distraient ont ici leur place comme ceux qui permettent d’aller plus avant dans l’étude. »32 Le vocabulaire thérapeutique perdure. Jean Bleton rappelle que les bibliothèques doivent fournir « les livres susceptibles d’apporter des distractions saines et enrichissantes. »33 Dans une histoire de la bibliothèque de Rennes, l’auteur explique la politique d’acquisition concernant les livres d’évasion :

  • 34 Annie Moro, Enquête sur la bibliothèque municipale de Rennes de 1959 à nos jours, op. cit.

« Élever le niveau des lectures d’un public souvent habitué à une littérature commerciale de pure consommation tel était l’enjeu. Il fallait trouver des voies qui aideraient ces nouveaux lecteurs à sortir de la sous-littérature pour découvrir la richesse du plaisir esthétique. Ainsi, le lecteur doit passer du facile au difficile »34.

  • 35 Madeleine Gouverneur, « Un congrès des bibliothèques d’entreprises : 15-16 octobre 1958 », Bulletin (...)

20Le libre accès aux collections modifie considérablement la relation de l’usager aux livres. Le bibliothécaire forme et encourage le goût de ces nouveaux publics, qui seraient encore fragiles, comme le signale Madeleine Gouverneur, au congrès des bibliothèques d’entreprises, en 1958 : « il n’y a pas de lectures dangereuses, mais des lecteurs sans défense. »35 La fonction de guide du bibliothécaire est centrale. Au-delà de la simple fréquentation matérielle des livres, le bibliothécaire médiateur permet de nouvelles rencontres intellectuelles, car l’envie de lire vient aussi d’un rapport singulier, d’un échange. Toutefois, il faut déjà entrer en contact comme en témoigne Mlle Delrieu, directrice de la bibliothèque centrale de prêt (BCP) du Bas-Rhin :

  • 36 Service technique de la Direction des bibliothèques de France, « Pourquoi lisez-vous ? », Bulletin (...)

« Le lecteur néophyte ne connaît ni Stendhal, ni Malraux, il ira tout droit à Delly ou à la Série noire. Tant pis pour ce début, pourvu que l’on y voie un point de départ ; mieux vaut le contact avec le mauvais liseur que le silence, signe d’indifférence ou de mécontentement »36.

  • 37 Service technique de la Direction des bibliothèques de France, « Pourquoi lisez-vous ? », op. cit.

21Dans ce même article intitulé Pourquoi lit-on ?, les bibliothécaires sont presque unanimes : « On lit pour se distraire, beaucoup plus qu’avec le souci de s’instruire »37 Les BCP sont les plus pragmatiques. Avec leur bibliobus, elles se confrontent à une forte hétérogénéité de lecteurs. Elles assument la présence de collections très populaires. Par exemple, en 1954, à la BCP de Charente-Maritime, les caisses des romans pour les dépôts distinguent trois classes, les « classiques », les « modernes étrangers » et les « faciles » avec les policiers, l’aventure, le sentimental. Les professionnels multiplient les expériences. René Fillet, directeur de la bibliothèque de Tours, grand militant de la lecture publique, livre ses doutes :

  • 38 René Fillet : biographie à plusieurs voix, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’informatio (...)

« Je suis horrifié de notre ignorance totale : nous sommes des apprentis sorciers lançant la lecture publique avec notre seule connaissance des milieux universitaires et cultivés »38.

  • 39 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.

22Ces bibliothécaires sont à l’écoute des recherches en sociologie de la culture. Les hypothèses pessimistes sur les effets aliénants de la culture de masse déclinent. La théorie de la réception39 estime que le lecteur, tout comme l’auditeur et le spectateur, est un récepteur actif. Les sources de divertissement comme le cinéma, la télévision, la bande dessinée ou le roman sériel, sont une source de plaisir nécessaire. Michel Bouvy, président de la section lecture publique de l’Association des bibliothécaires français, exprime ainsi cette perméabilité des pratiques culturelles :

  • 40 Michel Bouvy, « Tribune libre pour la bibliothèque publique », Bulletin d’information de l’ABF, n°  (...)

« Avec le développement de l’enseignement, la notion de l’existence de deux publics différents, “élite” et “peuple” tend de plus en plus à disparaitre. L’élite cherche souvent une lecture de délassement, l’ancien public populaire recherche de plus en plus fréquemment une lecture de dépassement »40.

Tableau. Les auteurs conservés

Tableau. Les auteurs conservés

La trace des collections populaires dans les bibliothèques étudiées

23Comment vérifier que ces bibliothèques ont proposé des collections, des magazines, des éditeurs et des auteurs populaires ? Il n’existe aucun texte, conservé et accessible, sur les politiques documentaires. J’ai opté pour un pointage des acquisitions faites dans les années 1960 et j’ai vérifié leur conservation en magasin grâce aux catalogues en ligne. Par rebond, ce recensement fournit une preuve encore plus profonde de la reconnaissance de ces collections. Le choix de conserver Delly, Soubiran, Larteguy atteste que ces auteurs se sont réellement et longuement installés sur les étagères.

La présence d’auteurs populaires dans les neuf bibliothèques

  • 41 Daniel Compère (dir), Dictionnaire du roman populaire francophone, Paris, Nouveau monde éditions, 2 (...)

24Les auteurs retenus sont Berthe Bernage, Jean Bruce, Archibald Justin Cronin, Pierre Daninos, Delly, Anne et Serge Golon, Jean Hougron, Jean Larteguy, Léo Malet, Cecil Saint-Laurent, Albert Simonin, André Soubiran et Henri Vernes. Ils répondent à plusieurs caractéristiques et représentent différents genres, le sentimental, l’aventure, le policier, le drame, le roman historique. Ces écrivains sont français (sauf Cronin) et contemporains, ils écrivent et publient dans les années 1950. Ils connaissent un succès continu durant cette période, ont une œuvre abondante et toujours disponible à la vente. J’ai volontairement éliminé des auteurs à succès qui faisaient débat comme Guy Des Cars, San Antonio ou Gérard de Villiers. Les romanciers choisis sont populaires, mais ne suscitent pas de polémiques. Aucun n’a connu de réhabilitation sauf Léo Malet, qui ne rencontre vraiment le succès qu’après 198041.

25Ces auteurs figurent tous dans les réserves des bibliothèques municipales. Ils ont donc été achetés et considérés comme suffisamment représentatifs pour que leurs œuvres soient conservées. Bien sûr, les quantités sont négligeables par rapport aux fonds des bibliothèques. Mon sondage recense 398 livres conservés alors que ces neuf bibliothèques disposent actuellement de millions de documents : Lille totalise une collection de 539 171 ouvrages, Chartres 184 935. Les chiffres concernent uniquement les livres conservés en magasin. Aujourd’hui, certains de ces romanciers bénéficient d’un succès transmédiatique, par exemple Henri Vernes (Bob Morane), Jean Bruce (OSS 117) connaissent de nouvelles éditions sur des supports variés. La sélection ne porte que sur des éditions antérieures à 1975 localisées dans une réserve. Lille, Rennes, Brest et Tours possèdent les bibliothèques qui conservent le plus de titres, car ce sont les villes les plus importantes avec des missions de conservation. Bourges et Douai sont de taille plus modeste, mais les auteurs cités y sont présents. Le Havre fait preuve d’une politique de conservation plus sélective.

26Cette courbe (voir graphique 2) propose l’ensemble des auteurs dans les neuf bibliothèques. Pierre Daninos, humoriste et chroniqueur et Archibald Cronin, romancier dramatique sont les plus représentés. Delly, l’auteur français le plus prolifique en matière de roman sentimental, figure en troisième place malgré la piètre réputation de ce genre de littérature. Le roman policer (Simonin, Bruce, Vernes, Malet) est quasiment absent des réserves.

Une comparaison avec d’autres auteurs

27Pour mesurer la place de ces auteurs populaires, j’ai comparé cette liste avec quatre romanciers français reconnus qui écrivent et ont du succès dans l’Après-guerre, Raymond Queneau, Simone de Beauvoir, Françoise Sagan et Hervé Bazin. Ce graphique (voir graphique 3) en secteurs montre le nombre de titres conservés par auteurs dans les neuf bibliothèques. 408 titres des 4 écrivains légitimés sont conservés contre 398 pour les 13 auteurs « populaires ». Les bibliothèques conservent 3 fois plus d’ouvrages (102 exemplaires en moyenne) des 4 écrivains reconnus que des 13 autres (32 en moyenne).

28Toutefois, le pointage par auteur relativise le constat global. Si Raymond Queneau et Simone de Beauvoir se placent en tête, ils sont suivis par Archibald Cronin, Pierre Daninos et Delly. Ces trois écrivains ont vendu des millions d’exemplaires pendant de nombreuses années et ils dépassent Françoise Sagan et Hervé Bazin. La présentation en courbe illustre leurs places réciproques.

Graphique 2. Total des auteurs populaires

Graphique 3. Total des auteurs dans les neuf bibliothèques

Graphique 4. Courbe des auteurs dans les neuf bibliothèques

Des collections et un éditeur dans les neuf bibliothèques

29Le pointage sur les collections porte sur des genres : la science-fiction, l’espionnage et le policier. L’exemple concerne deux collections de science-fiction avec, en premier lieu, celle du « Rayon fantastique ». Elle débute en 1950 et s’arrête en 1964 au numéro 124. Elle publie de grands auteurs comme Asimov ou Van Vogt et propose aussi des romanciers français tels Vladimir Volkoff et Philippe Curval. « Anticipation » est créée en 1951, elle marque par son éclectisme. La science-fiction dans les années 1960 demeure encore un domaine confidentiel réservé à des amateurs passionnés. Il n’est donc guère étonnant que les deux collections soient quasiment absentes des réserves, 9 titres pour « Rayon fantastique », et 2 titres pour « Anticipation ».

  • 42 Juliette Raabe, Fleuve noir, 50 ans d’édition populaire, Paris, Paris-Bibliothèques, 1999.

30Les bibliothèques conservent 4 titres de la collection « Espionnage » chez Fleuve noir. Elle a publié 2 000 titres depuis 1949 avec des auteurs prolifiques comme Claude Rank, Jean Bruce, G. J. Arnaud. Ce genre est très marqué par la production de masse. Même s’il offre une certaine vision des relations internationales, il est souvent imprégné d’une idéologie un peu simpliste, toujours pro-occidentale. L’éditeur Fleuve noir est aussi très absent des réserves des bibliothèques avec seulement 25 références. Créé en 1949, il propose une grande diversité de collections populaires avec une diffusion phénoménale, trente titres et deux millions de volumes vendus chaque mois dans les années 1960. Son capital symbolique négatif est symptomatique et cet éditeur ne figure pas dans les collections42.

31Le troisième genre est le policier avec une collection ambitieuse, « Le Masque », créée en 1927 par Albert Pigasse, qui publie surtout des romans à énigme de qualité. Les bibliothèques conservent 109 titres de cette collection. Elle paraît tout à fait adaptée à une introduction à la littérature policière. Si ce genre est souvent stigmatisé, la collection du Masque se caractérise par la bonne tenue générale de ses publications.

32La science-fiction et l’espionnage sont alors considérés comme des mauvais genres. Les publications de l’éditeur Fleuve Noir sont tout particulièrement synonymes de production stéréotypée, sans qualité et même parfois amorale. Les auteurs de science-fiction n’ont pas encore connu de légitimation littéraire, et ce genre centré sur l’évasion fantastique et apocalyptique effraie alors les bibliothécaires.

33Il existe différentes catégories de littérature de grande consommation. Comme dans les bibliothèques populaires au début du siècle, certains romanciers sont plus légitimes que d’autres. Une concordance s’établit entre les deux époques. Dans les années 1960, le policier, la science-fiction et aussi la bande dessinée sont contestés, critiqués et donc ne pénètrent pas dans les bibliothèques.

Des magazines dans les neuf bibliothèques

34Les périodiques choisis sont des magazines familiaux, illustrés, grand public, largement diffusés pendant des décennies. Il s’agit de Modes de Paris, Veillées des chaumières, Nous Deux, Télé 7 jours et Paris Match. Les commentaires seront très courts sur ces types de document. Seul Paris Match est conservé dans 5 bibliothèques (Bourges, Brest, Douai, Lille et Rennes). Quelques années du xixe siècle de Veillées des chaumières sont conservées à Bourges et à Brest. Les autres magazines n’apparaissent pas. Toutefois, les périodiques ont encore à faire leur preuve dans les années 1960, les bibliothèques concentrent leurs abonnements sur quelques titres très consensuels. Les budgets d’acquisition sont en général assez faibles et les choix reflètent nécessairement le consensus. La latitude d’expérimentation est faible particulièrement pour la presse qui engage sur des abonnements annuels.

Conclusion

35L’échantillon statistique est trop restreint pour en tirer des conclusions absolues. Mais les quatre catalogues de bibliothèques ont été choisis au hasard et le résultat est commun. La marge d’erreur ne doit pas être oubliée. Ainsi, la mention de collection ne figure peut-être pas dans toutes les notices et les catalogues de bibliothèques municipales ne sont pas exempts d’inexactitude. Toutefois, ces exemplaires localisés en réserve, patrimoine, fonds étude, fonds ancien ont bien été marqués pour cette seconde vie. Effectivement, ces collections populaires sont faiblement représentées, mais elles existent, signe que ces livres ont été achetés. D’ailleurs, les professionnels en minimisent la vitalité et l’existence :

  • 43 Annie Moro, Enquête sur la bibliothèque municipale de Rennes de 1959 à nos jours, op. cit.

« Il a régné [à la bibliothèque de Rennes] une certaine rigidité dogmatique et moralisatrice héritée du siècle dernier, qui a fait écarter des collections les ouvrages de pure évasion »43.

36Or, elle conserve 67 titres dont 29 pour Delly et 11 pour Berthe Bernage. Elle est d’ailleurs une des rares bibliothèques à avoir acheté du Léo Malet avant qu’il accède à la notoriété. Colette Puynège-Batard, actuel conservateur de la bibliothèque de Bourges, a le même avis :

  • 44 Courriel à l’auteur du 2 juillet 2013 de Mme Colette Puynège-Batard, conservateur de la bibliothèqu (...)

« La lecture publique au sein de la bibliothèque des Quatre Piliers est restée quelque chose de très marginal, peu de m2, peu de publics, peu de prêts, peu d’acquisitions, reléguée dans les anciennes écuries, alors que l’hôtel particulier était dédié aux collections patrimoniales, aux chercheurs, aux sociétés savantes, … Le personnel de la lecture publique était persona non grata aux étages supérieurs. Oserais-je dire un fonctionnement très xixe de la bibliothèque. Le projet de médiathèque fut une vraie “révolution” dans ce paysage »44.

  • 45 Madeleine Deloule, « Choisir les romans », Bulletin des bibliothèques de France, 1988, n° 4, pp. 27 (...)
  • 46 Anne Renoult, Quelle politique documentaire pour les bibliothèques spécialisées de la Ville de Pari (...)
  • 47 Cécile Rabot, « La fabrication de l’auteur par les bibliothécaires de lecture publique », Bulletin (...)
  • 48 Cécile Rabot, « Le rapport des bibliothécaires de lecture publique aux auteurs », Sociologie, n° 4, (...)
  • 49 Laurent Séguin, Les collections de romans populaires et leur conservation dans les fonds patrimonia (...)

37La littérature populaire n’aurait quasiment pas été achetée et encore moins conservée, pourtant la bibliothèque de Bourges conserve 47 livres de cette catégorie. La vision du passé est toujours le fruit d’une reconstruction et puis comme le souligne Madeleine Deloule : « Le présent absorbe [les bibliothécaires], l’avenir aussi quelquefois, mais ce qui est passé les intéresse moins »45. Si la trace de ces livres d’évasion demeure 40 ans plus tard, ces ouvrages devaient être encore plus présents dans les années 1960. Ces acquisitions relèvent d’une pratique ancienne. Face à l’immense stock des magasins, ces quelques livres sont-ils perdus, oubliés ? Un document suit tout un processus pour passer du libre-accès à la conservation définitive. Pendant quelques années, il figure dans une réserve active et demeure empruntable puis il passe dans un magasin semi-patrimonial, et enfin, dans le magasin de conservation définitive. Un parcours qui dure donc une trentaine d’années. Des critères de tri existent à chaque étape, ils sont propres à chaque établissement et ils évoluent46. Toutefois, sans directives nationales, ni critères partagés, les magasins reflètent un profond conformisme47. Les bibliothèques sont un acteur du processus de légitimation des auteurs. Elles choisissent des auteurs reconnus, des valeurs sûres à qui elles apportent une nouvelle légitimité pour passer au statut de classiques48. La confrontation avec les sous-genres de la littérature populaire le confirment d’une autre manière. Pourtant, le développement de l’histoire culturelle a mis en valeur les littératures et les arts populaires. Ce genre de collection est toujours très peu conservé par les institutions ; leur grand nombre, leur mauvaise qualité de fabrication, leur importante usure font qu’ils sont souvent éliminés49. Le cas est saillant pour les périodiques : 5 établissements proposent Paris Match et il est vraisemblable que les seuls exemplaires disponibles de Modes de Paris, Veillées des chaumières, Nous Deux, Télé 7 jours le soient uniquement à la Bibliothèque nationale de France, grâce au dépôt légal. Effectivement, la conservation est une opération coûteuse et complexe. L’impressionnante homogénéité des magasins n’offre donc pas un panorama représentatif de la consommation culturelle. L’idéal, évidemment, serait de mettre en place un programme de conservation partagée entre établissements avec un plan systématique et méthodique, un projet bien lointain et incertain.

38La marque du bon livre et de l’œuvre éducative constitutive de la bibliothèque populaire trouve-t-elle un écho dans le programme de modernisation des bibliothèques municipales qui débute dans les années 1960 ? Les collections des bibliothèques municipales de lecture publique ont-elles prolongé celles des bibliothèques populaires ? Non, elles n’ont pas propagé une sélection rigide des supposés « bons livres ». Toutefois, ce choix drastique est plus théorique que réaliste et il a peu résisté dans la pratique. Les bibliothèques populaires ont vite répondu aux souhaits de distraction de leurs lecteurs. Avec la massification de la lecture, elles achètent des romans à succès et cette tendance a largement été sous-estimée. Mais on ne peut les assimiler à des cabinets de lecture, elles n’ont pas de visée commerciale, elles poursuivent toujours leur mission de vulgarisation. Dans l’historiographie, les bibliothèques populaires ont trop souvent été cantonnées à leurs premières fonctions didactiques. Les promoteurs de la lecture publique, porteurs d’un élan novateur, n’ont pas voulu être associés à ces bibliothèques d’un autre siècle. Ils ont rompu les amarres. Les bibliothèques municipales ont finalement maintenu un objectif similaire : s’ouvrir à la distraction, certes, mais avec un souci d’élévation. Les acquisitions se réalisent toujours dans la tension, la distorsion et parfois le reniement. Cette volonté de sublimité apaise les doutes sur la légitimité de la place de ces mauvais genres, que furent le roman, le policier, la science-fiction ou désormais le manga. Le plaisir de la lecture est indispensable aux lecteurs mais loin d’être un simple supermarché du livre, les bibliothèques proposent aux lecteurs un cheminement, un parcours culturel. Elles souscrivent au constat du Baron de Watteville qui écrit en 1879 :

  • 50 Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard, Discours sur la lecture, Paris, Fayard ; Éditions de la Biblioth (...)

« Quand une bibliothèque se fonde, on lit d’abord des romans, puis les voyages, puis les biographies, puis les ouvrages d’histoire […] les romans sont des amorces et les hameçons avec lesquels on attire et l’on prend les lecteurs »50.

39D’un siècle à l’autre, les bibliothécaires ont valorisé leur rôle de guides, de passeurs ou de médiateurs. La profession ne rejetterait certainement pas cette maxime énoncée en 1930 par Louis Morin, bibliothécaire et archiviste à Troyes :

  • 51 Louis Morin, « Bulletin officiel de l’Union syndicale des Maîtres-Imprimeurs » cité par Christian S (...)

« Une bibliothèque n’est pas une collection, c’est un arsenal, un magasin d’instruction, c’est une œuvre vivante et rayonnante, un centre d’énergie spirituelle dont les bibliothécaires sont les distributeurs »51.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barthe Julien, « Histoire de la bibliothèque municipale de Chartres », Bulletin SAEL, n° 88, 2006.

Bethléem, abbé Louis (L’), « Ce qui se lit : comment orienter le lecteur », in Henri Lemaître (éd.), La lecture publique : mémoire et vœux du Congrès international d’Alger, Paris, E. Droz 1931, p. 40. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-48831 > (consulté le 29 août 2013).

Bertrand Anne-Marie, Bibliothèques territoriales identité et environnement, Paris, Les Éd. du CNFPT, 2000.

Bertrand, Anne-Marie, Collections et publics en bibliothèque, Colloque ADBDP, 2005. [En ligne] < http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article513 > (consulté le 29 aout 2013).

Catalogue de la Bibliothèque populaire de Sens, Bibliothèque populaire (Sens, Yonne), Société générale d’imprimerie et d’édition, 1927 < http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33865641v > (consulté le 30 décembre 2013).

Bleton Jean, « Les nouvelles bibliothèques de Douai et de Beauvais », Bulletin des bibliothèques de France, 1957, n° 5. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1957-05-0363-001 > (consulté le 30 août 2013).

Bleton, Jean, « La nouvelle Bibliothèque municipale de Brest », Bulletin des bibliothèques de France, 1959 n° 3, pp. 113-127. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1959-03-0113-001 > (consulté le 30 août 2013).

Bouvy Michel, « Tribune libre pour la bibliothèque publique », Bulletin d’information de l’ABF, 1966, n° 53.

Cazeneuve Suzanne de, « La nouvelle bibliothèque municipale de Chartres », Bulletin des bibliothèques de France, 1963, n° 4, pp. 175-182. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1963-04-0175-002 > (consulté le 30 août 2013).

Chartier Anne Marie, Hébrard Jean, Discours sur la lecture, Paris, Fayard ; Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1989.

Compère Daniel (dir), Dictionnaire du roman populaire francophone, Paris, Nouveau monde éditions, 2007.

Coyecque Ernest, « La bibliothèque publique moderne : son rôle social, son organisation », in Henri Lemaître (éd.), La lecture publique : mémoire et vœux du Congrès international d’Alger, Paris, E. Droz 1931, p. 40. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-48831 > (consulté le 29 août 2013).

Crombez Odette, « La bibliothèque municipale de Lille », Bulletin des bibliothèques de France, 1966, nos 9-10. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1966-09-0349-002 > (consulté le 30 août 2013).

Crozet Léo, Manuel pratique du bibliothécaire, Paris, Association des bibliothécaires français, 1937. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48750-association-des-bibliothecaires-francais-manuel-pratique-du-bibliothecaire.pdf > (consulté le 29 aout 2013).

Daviau Eugène-Charles, Catalogue des bibliothèques (bibliothèque communale et bibliothèque populaire) de la ville de Luçon (Vendée), Luçon, A. Gandriau, 1894, 656 p.

Deloule Madeleine, « Choisir les romans », Bulletin des bibliothèques de France, 1988, n° 4, pp. 276-281. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1988-04-0276-002 > (consulté le 3 juillet 2013).

René Fillet : biographie à plusieurs voix, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1997.

Gouverneur Madeleine, « Un congrès des bibliothèques d’entreprises : 15-16 octobre 1958 », Bulletin d’information de l’ABF, n° 28, 1959, p. 43.

Hassenforder Jean, « Vie de l’association », Bulletin d’information de l’ABF, 1962, n° 37, p. 21.

Jauss Hans Robert, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.

Jenny Jean, « La Bibliothèque municipale de Bourges », Bulletin d’information de l’ABF, 1961, n° 035, pp. 071-077 [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/51015-la-bibliotheque-municipale-debourges-anciens-et-nouveaux-locaux-suite > (consulté le 30 août 2013).

Jenny Jean, « Histoire de la bibliothèque de Bourges », Cahiers de l’archéologie, 1974, n° 39, p. 14.

Lemaître Henri (éd.), La lecture publique : mémoire et vœux du Congrès international d’Alger, Paris, E. Droz, 1931. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-48831 > (consulté le 30 août 2013).

Ligue française de l’enseignement, Cercle parisien, Catalogue à consulter pour l’organisation et la direction d’une bibliothèque populaire destinée à des lecteurs adultes, Paris, Imp. de Chaix, 1884. [En ligne] < gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k375237z > (consulté le 30 décembre 2013).

Manneville Philippe, « Les bibliothèques populaires de la Seine-Inférieure au xixe », Annales de Normandie, 1978, n° 3, pp. 259-274.

Manneville Philippe, « Historique de la bibliothèque du Havre », Cahiers havrais de recherche historique, 2005, pp. 87-110.

Morel Eugène, Bibliothèques : essai sur le développement des bibliothèques publiques et de la librairie, Paris, Mercure de France 1909. [En ligne] < www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-48751 > (consulté le 28 août 2013).

Moro Annie, Enquête sur la bibliothèque municipale de Rennes de 1959 à nos jours, Maîtrise d’histoire, sous la direction de Michel Denis : université Rennes 2, 1989.

Poulain Martine, « Retourner à Tocqueville », Bulletin des bibliothèques de France, 2002, t. 47, n° 5, pp. 66-73. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2002-05-0066-001 > (consulté le 30 août 2013).

Raabe Juliette, Fleuve noir, 50 ans d’édition populaire, Paris, Paris-Bibliothèques, 1999.

Rabot Cécile, « Le rapport des bibliothécaires de lecture publique aux auteurs », Sociologie, n° 4, 2012, pp. 359-376.

Rabot Cécile, « La fabrication de l’auteur par les bibliothécaires de lecture publique », Bulletin des bibliothèques de France, 2011, n° 5, pp. 46-49. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2011-05-0046-008 > (consulté le 30 août 2013).

Renoult Anne, Quelle politique documentaire pour les Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris ? Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Françoise Bérard : Villeurbanne, enssib, 2010. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48300-quelle-politique-documentaire-pour-les-bibliotheques-specialisees-de-la-ville-de-paris.pdf > (consulté le 30 août 2013).

Richter Noë, « Introduction à l’histoire de la lecture publique », Bulletin des bibliothèques de France, 1979, n° 4, pp. 167-174. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1979-04-0167-001 > (consulté le 30 avril 2014).

Richter Noë, « Lecture populaire et lecture ouvrière », Bulletin des bibliothèques de France, 1983, n° 2, pp. 123-134. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1983-02-0123-001 > (consulté le 30 août 2013).

Richter Noë, Les bibliothèques populaires, Paris, Cercle de la librairie, 1978.

Séguin Laurent, Les collections de romans populaires et leur conservation dans les fonds patrimoniaux de la Bibliothèque nationale de France : l’exemple du « Livre populaire » de la Librairie Arthème Fayard, Enssib, Mémoire de conservateur. 2004.

Service technique de la Direction des bibliothèques de France, « Pourquoi lisez-vous ? », Bulletin des bibliothèques de France, 1957, n° 9, pp. 633-652. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1957-09-0633-002 > (consulté le 30 août 2013).

Morin Louis, « Bulletin officiel de l’Union syndicale des Maîtres-Imprimeurs » cité par Christian Serres de Mesplès, Les bibliothèques publiques françaises, Montpellier, Imprimerie de la Charité, 1933, p. 9. [En ligne] < www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-48800 > (consulté le 28 août 2013).

Société belfortaine d’émulation, Catalogue de la bibliothèque populaire de Belfort, Belfort, Impr. A. Pélot, 1885. [En ligne] < gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6302277s> (consulté le 30 décembre 2013).

Sustrac Charles de, « De l’orientation des bibliothèques modernes », Bulletin de l’ABF, 1907, n° 5, p. 105.

Vacher Odile, « Contradictions de l’offre et de la demande sur le marché du savoir ? » in Lectures et lecteurs au xixe siècle : la bibliothèque des Amis de l’Instruction, [actes du colloque tenu le 10 novembre 1984], Paris, Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement, 1985.

Varry Dominique (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, III, Les bibliothèques de la Révolution et du xixe siècle : 1789-1914, Paris, Promodis-Éd. du Cercle de la Librairie, 1991, p. 152.

Notes

1 Anne-Marie Bertrand, Bibliothèques territoriales identité et environnement, Paris, Les Éd. du CNFPT, 2000.

2 Henri Lemaître (éd.), La lecture publique : mémoire et vœux du Congrès international d’Alger, 1931. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-48763> (consulté le 30 août 2013).

3 Philippe Manneville, « Les bibliothèques populaires de la Seine-Inférieure au xixe », Annales de Normandie, 1978, n° 3, pp. 259-274.

4 Martine Poulain, « Retourner à Tocqueville », Bulletin des bibliothèques de France, 2002, t. 47, n° 5, pp. 66-73. [En ligne] <http://bbf.enssib.fr/> (consulté le 30 août 2013).

5 Dominique Varry (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, III, Les bibliothèques de la Révolution et du xixe siècle : 1789-1914, Paris, Promodis-Éd. du Cercle de la Librairie, 1991, p. 152.

6 Société belfortaine d’émulation, Catalogue de la bibliothèque populaire de Belfort, Belfort, Impr. A. Pélot, 1885. [En ligne] < gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6302277s > (consulté le 30 décembre 2013).

7 Eugène-Charles Daviau, Catalogue des bibliothèques (bibliothèque communale et bibliothèque populaire) de la ville de Lucon (Vendée), Luçon, A. Gandriau, 1894, 656 p.

8 Ligue française de l’enseignement, Cercle parisien, Catalogue à consulter pour l’organisation et la direction d’une bibliothèque populaire destinée à des lecteurs adultes, Paris, Imp. de Chaix, 1884. [En ligne] <gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k375237z > (consulté le 30 décembre 2013).

9 Bibliothèque populaire (Sens, Yonne), Catalogue de la Bibliothèque populaire de Sens, Sens, Société générale d’imprimerie et d’édition, 1927. [En ligne] < http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33865641v > (consulté le 30 décembre 2013).

10 Noë Richter, Les bibliothèques populaires, Paris, Cercle de la librairie, 1978.

11 Jean Jenny, « Histoire de la bibliothèque de Bourges », Cahiers de l’archéologie, n° 39, 1974, p. 14.

12 Noë Richter, « Introduction à l’histoire de la lecture publique », Bulletin des bibliothèques de France, 1979, n° 4, pp. 167-174. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1979-04-0167-001 > (consulté le 30 avril 2014).

13 Ernest Coyecque, « La bibliothèque publique moderne : son rôle social, son organisation », in Henri Lemaître (éd.), La lecture publique : mémoires et vœux du Congrès international d’Alger, Paris, E. Droz, 1931, p. 40.

14 Charles de Sustrac, « De l’orientation des bibliothèques modernes », Bulletin de l’ABF, n° 5, 1907, p. 105.

15 Léo Crozet, Manuel pratique du bibliothécaire, Paris, Association des bibliothécaires français, 1937.

16 L’abbé Louis Bethléem, « Ce qui se lit : comment orienter le lecteur », in Henri Lemaître (éd.), La lecture publique : mémoire et vœux du Congrès international d’Alger, 1931, p. 412. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-48831 > (consulté le 29 aout 2013).

17 Léo Crozet, ibid.

18 Noë Richter, Les bibliothèques populaires, Paris, Cercle de la librairie, 1978, p. 100.

19 Odile Vacher, « Contradiction de l’offre et de la demande sur le marché du savoir ? », in Lectures et lecteurs au xixe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, op. cit., p. 81.

20 Eugène Morel, Bibliothèques : essai sur le développement des bibliothèques publiques et de la librairie dans les deux mondes, Paris, Mercure de France, 1908, p. 395. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48752-bibliotheques-essai-sur-le-developpement-des-bibliotheques-publiques-et-de-la-librairie-dans-les-deux-mondes-tome-ii.pdf > (consulté le 5 mai 2014).

21 Léo Crozet, ibid.

22 Julien Barthe, « Histoire de la bibliothèque municipale de Chartres », Bulletin SAEL, n° 88, 2006.

23 Jean Bleton, « Les nouvelles bibliothèques de Douai et de Beauvais », Bulletin des bibliothèques de France, 1957, n° 5. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1957-05-0363-001 > (consulté le 30 août 2013).

24 Jean Bleton, « La nouvelle Bibliothèque municipale de Brest », Bulletin des bibliothèques de France, 1959, n° 3, pp. 113-127. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1959-03-0113-001 > (consulté le 30 août 2013).

25 Odette Crombez, « La bibliothèque municipale de Lille », Bulletin des bibliothèques de France, 1966, nos 9-10. [En ligne] <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1966-09-0349-002> (consulté le 30 août 2013).

26 Jean Bleton, « Les nouvelles bibliothèques de Douai et de Beauvais », op. cit.

27 Jean Jenny, « La Bibliothèque municipale de Bourges », Bulletin d’information de l’ABF, n° 035, 1961, pp. 071-077. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/51015-la-bibliotheque-municipale-de-bourges-anciens-et-nouveaux-locaux-suite > (consulté le 30 août 2013).

28 Suzanne de Cazeneuve, « La nouvelle bibliothèque municipale de Chartres », Bulletin des bibliothèques de France, 1963, n° 4, pp. 175-182. [En ligne] <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1963-04-0175-002> (consulté le 30 août 2013).

29 Annie Moro, Enquête sur la bibliothèque municipale de Rennes de 1959 à nos jours, Maîtrise d’histoire, sous la direction de Michel Denis : Rennes, université Rennes 2, 1989.

30 Jean Bleton, « La nouvelle Bibliothèque municipale de Brest », op. cit.

31 Jean Bleton, « Les nouvelles bibliothèques de Douai et de Beauvais », Bulletin des bibliothèques de France, 1957, op. cit.

32 Jean Bleton, « La nouvelle Bibliothèque municipale de Brest », Bulletin des bibliothèques de France, n° 3, 1959, ibid.

33 Anne-Marie Bertrand, Collections et publics en bibliothèque, Colloque ADBDP, 2005. [En ligne] <http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article513> (consulté le 29 aout 2013).

34 Annie Moro, Enquête sur la bibliothèque municipale de Rennes de 1959 à nos jours, op. cit.

35 Madeleine Gouverneur, « Un congrès des bibliothèques d’entreprises : 15-16 octobre 1958 », Bulletin d’information de l’ABF, n° 28, 1959, p. 43. [En ligne] <http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/index-des-revues?id_article=50513 < http://bbf.enssib.fr/> (consulté le 3 juillet 2013).

36 Service technique de la Direction des bibliothèques de France, « Pourquoi lisez-vous ? », Bulletin des bibliothèques de France, 1957, n° 9, pp. 633-652. [En ligne] <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1957-09-0633-002> (consulté le 30 août 2013).

37 Service technique de la Direction des bibliothèques de France, « Pourquoi lisez-vous ? », op. cit.

38 René Fillet : biographie à plusieurs voix, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1997

39 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.

40 Michel Bouvy, « Tribune libre pour la bibliothèque publique », Bulletin d’information de l’ABF, n° 53, 1966.

41 Daniel Compère (dir), Dictionnaire du roman populaire francophone, Paris, Nouveau monde éditions, 2007.

42 Juliette Raabe, Fleuve noir, 50 ans d’édition populaire, Paris, Paris-Bibliothèques, 1999.

43 Annie Moro, Enquête sur la bibliothèque municipale de Rennes de 1959 à nos jours, op. cit.

44 Courriel à l’auteur du 2 juillet 2013 de Mme Colette Puynège-Batard, conservateur de la bibliothèque de Bourges.

45 Madeleine Deloule, « Choisir les romans », Bulletin des bibliothèques de France, 1988, n° 4, pp. 276-281. [En ligne] <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1988-04-0276-002> (consulté le 03 juillet 2013).

46 Anne Renoult, Quelle politique documentaire pour les bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris ? Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Françoise Bérard : Villeurbanne, enssib, 2010. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48300-quelle-politique-documentaire-pour-les-bibliotheques-specialisees-de-laville-de-paris.pdf > (consulté le 30 août 2013).

47 Cécile Rabot, « La fabrication de l’auteur par les bibliothécaires de lecture publique », Bulletin des bibliothèques de France, 2011, n° 5, pp. 46-49. [En ligne] <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2011-05-0046-008> (consulté le 30 août 2013).

48 Cécile Rabot, « Le rapport des bibliothécaires de lecture publique aux auteurs », Sociologie, n° 4, 2012, pp. 359-376.

49 Laurent Séguin, Les collections de romans populaires et leur conservation dans les fonds patrimoniaux de la Bibliothèque nationale de France : l’exemple du « Livre populaire » de la Librairie Arthème Fayard, Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Frédéric Barbier : Villeurbanne, enssib, 2004.

50 Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard, Discours sur la lecture, Paris, Fayard ; Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1989.

51 Louis Morin, « Bulletin officiel de l’Union syndicale des Maîtres-Imprimeurs » cité par Christian Serres de Mesplès, Les bibliothèques publiques françaises, Montpellier, Imprimerie de la Charité, 1933, p. 9. [En ligne] < www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-48800> (consulté le 28 août 2013).

Auteur

Conservatrice des bibliothèques, responsable de formation à Médiadix et enseignante au Pôle métiers du livre de l’université de Paris-Ouest, La Défense Nanterre, chercheur au laboratoire du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’université de Versailles/ Saint-Quentin-en-Yvelines

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search