Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

Les bibliothèques dans la cité

La bibliothèque comme « affirmation de la modernité »

Entretien avec Xavier Le Coutour, adjoint au maire chargé de l’urbanisme, du logement et du renouvellement urbain de la ville de Caen (Calvados), octobre 20111

Texte intégral

  • 1 Ce texte écrit par Grégor Blot-Julienne est issu d’un entretien avec Xavier Le Coutour, le 28 octo (...)

1La place de la bibliothèque municipale à vocation régionale (BMVR) dans la ville

2[…] L’enjeu est de faire en sorte que la BMVR participe à l’animation de la ville. J’ai demandé que le rez-de-chaussée de la BMVR ne ferme pas avant 22 heures, que cela soit ouvert et qu’il y ait de la lumière. Le restaurant prévu au cinquième étage est donc redescendu en rez-de-chaussée. L’organisation interne de la bibliothèque autorise une fermeture des prêts à 19 heures tandis que le rez-de-chaussée, avec les consultations de périodiques, les lieux d’exposition et le restaurant, pourra rester ouvert jusqu’à 21 ou 22 heures. Les portes resteront ouvertes beaucoup plus longtemps. Éviter que cela soit fermé trop tôt, et froid, tel le théâtre maintenant. Autre point important, la BMVR sera traversante, parce que du bassin à la grande pelouse vous pourrez traverser via le hall de la BMVR. C’était l’idée de la bibliothécaire, Noëlla Du Plessis, qui veut que les gens entrent, pénètrent dans la bibliothèque. Des dizaines d’heures de discussion ont été nécessaires pour décider de l’emplacement de l’escalator. L’auditorium étant au rez-de-chaussée, il est possible de proposer des animations. Il est également à moitié enterré, ce qui fait qu’on voit à l’extérieur mais aussi de l’extérieur. Tout ça est fait pour animer l’espace public indirectement.

3Cargö, Esam : vers une planification volontariste d’un cluster culturel ?

4Non, justement pas, c’est notre volonté de ne pas en faire l’île des musées comme à Berlin. Il faut faire en sorte qu’il y ait du logement, pourquoi pas une implantation universitaire ? Je verrais bien un pôle universitaire dans la minoterie, quelque chose d’intéressant et de fort, pourquoi pas ? La volonté est d’éviter le côté monothématique, en proposant du logement, éventuellement une école, etc. [...]

5Néanmoins, le projet caennais se rattache à une volonté de sacraliser et d’accompagner la bibliothèque par un geste de prestige architectural. Ce n’est pas un choix que la ville de Caen a toujours fait parce que certaines bibliothèques de quartier sont dans de mauvaises conditions. Celle du Chemin Vert est complètement cachée, d’une accessibilité inexistante à mon sens.

  • 2 OMA : agence de Rem Koolhaas. Voir l’entretien avec Philippe Duron p. 160-164.

6Ce choix veut aussi signifier la fin d’une forme de classicisme architectural. Mais la bibliothèque n’a pas à donner « le ton », ce projet est une affirmation de la modernité. OMA2 dit qu’il faudrait peut-être réfléchir à l’orientation des bâtiments à côté mais ne pas s’occuper de la forme. Nous ne ferons pas de décalcomanie.

7La bibliothèque comme refuge

8La bibliothèque est un refuge pour beaucoup de gens un peu paumés, et pas forcément perdus économiquement ; je pense qu’il y a en ces lieux une ambiance, une ouverture au monde, dans un contexte protégé, et que cela peut aider beaucoup de gens. C’est précisément pour cela que la bibliothèque doit être ouverte le dimanche et tard le soir. Il est difficile de mettre les gens dehors à 18 heures alors qu’ils se sentent bien, qu’ils ont des ouvertures, et Noëlla Du Plessis l’a dit aussi, la bibliothèque n’est pas seulement un lieu où l’on vient emprunter un livre. Par exemple, la bibliothèque d’Amsterdam a une radio, dispose de plein de micros, de niches où s’isoler, ce qui veut dire beaucoup. Je pense que la fonction change et que donc la bibliothèque en tant que bâtiment doit être complètement souple. Tout cela a été intégré. Quelle sera la bibliothèque de 2050 ? Ça doit être difficile d’être bibliothécaire aujourd’hui ! Engager un bâtiment sur une mission aussi imprécise est donc délicat. Heureusement, nous avions un excellent programmiste. Tous les candidats ont loué les qualités du programmiste.

9Dimension sociale et culturelle de l’urbanisme

10Je pense que derrière l’environnement physique il y a énormément d’actions culturelles à engager. Car l’urbanisme permet de faire se rencontrer les gens. Si l’urbaniste oublie ça, il fait se perdre des occasions de sociabilité. La culture, c’est aussi en partie cela ; rencontres, mélanges des populations, échanges avec des gens différents. L’urbanisme a un rôle crucial pour sensibiliser les gens à la dimension culturelle. Évidemment, il y a l’art plastique, qui est très lié à la question de l’urbanisme. Nous allons par exemple essayer de lancer une opération consistant à offrir des supports architecturaux à des artistes contemporains. On a isolé deux pignons pour qu’ils soient le support d’œuvres contemporaines. Il faut donner à voir. L’urbanisme et la culture sont beaucoup plus liés qu’il n’y paraît car on a trop souvent une vue de l’urbanisme liée au béton. Pourtant, l’urbanisme c’est aussi le vide, la rue, l’organisation des fluidités et des rencontres. La vraie modernité urbanistique concerne le vide et la manière de l’organiser, il me semble. Proposition est faite que l’île soit la grande pelouse et que ce parc soit habité de la BMVR, du tribunal de grande instance, de logements, et cela change radicalement l’approche des trames viaires, etc. Et toutes les bordures sont traitées différemment. Il faut introduire de la sociabilité dans ce système. […]

  • 3 Maire de Caen de 1970 à 2001.

11La politique se fait sur des projets. Nous allons réhabiliter l’îlot Bellivet, l’hypercentre pour la vitalité commerciale, etc. Le bilan n’est malheureusement pas l’essentiel. Malheureusement, parce qu’on a doublé la production de logement, mais cela, personne ne nous en saura gré. Nous allons proposer un nouveau centre des congrès, la Presqu’île, un projet dynamique. « Caen cultive son calme » était le slogan de Girault3. Nous voulons prendre le contre-pied. On est dans la projection d’un territoire dynamique…

Notes

1 Ce texte écrit par Grégor Blot-Julienne est issu d’un entretien avec Xavier Le Coutour, le 28 octobre 2011, dans le cadre d’un mémoire pour le diplôme de conservateur des bibliothèques, dirigé par Thierry Ermakoff : Du choix de l’implantation aux stratégies de localisation : bibliothèques dans la ville, enssib, 2012.

2 OMA : agence de Rem Koolhaas. Voir l’entretien avec Philippe Duron p. 160-164.

3 Maire de Caen de 1970 à 2001.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search