Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques populaires à la lecture publique

 | 
Agnès Sandras

Partie V. Les rencontres oubliées des bibliothèques populaires et de la lecture publique au XXe siècle : vers une histoire apaisée ?

La bibliothèque populaire d’Asnières en plein succès (1894-1945) : de la lecture populaire à la « lecture publique » ?

Étienne Naddeo

Texte intégral

  • 1 Jean-Baptiste Girard s’est installé à Asnières en 1867 avec sa femme Zoé, sa fille Anna et son gend (...)
  • 2 Les statuts originaux de la bibliothèque populaire libre d’Asnières ont été conservés par Mme Moniq (...)

1La bibliothèque populaire libre d’Asnières est fondée en 1871 par des militants socialistes de la lecture populaire, dont certains ont déjà participé activement à la fondation d’autres bibliothèques. Parmi ces premiers dirigeants se trouve Jean-Baptiste Girard, fondateur de la bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement de Paris (BAI-III), dix ans plus tôt1. Ce n’est donc pas un hasard si la bibliothèque populaire d’Asnières est dotée de statuts initiaux très proches de ceux de la BAI-III et fonctionne sur les mêmes principes2.

  • 3 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé provisoirement aux Amis de l’I (...)

2La bibliothèque peine cependant à trouver sa place dans la vie culturelle asniéroise et, au contraire de la BAI-III, vivote modestement durant deux décennies3. Ce n’est qu’à partir des années 1890 qu’elle connaît une augmentation significative du nombre de ses lecteurs et de ses prêts, et s’ancre plus profondément dans un paysage culturel local en plein développement. Ce succès se prolonge ensuite par-delà les secousses de la Première Guerre mondiale et de la crise économique des années 1930. Ces épisodes parfois gros de menaces et de dangers, considérés sur une longue période, ne ralentissent que provisoirement et sans conséquences durables le formidable développement de la bibliothèque. La Seconde Guerre mondiale, loin d’être une période de repli, apparaît comme l’aboutissement de cette croissance de la bibliothèque et de son fonds.

  • 4 Noë Richter, Les bibliothèques populaires. Paris, Éd. du Cercle de la librairie, 1977, 227 p.

3Ce succès, mesuré à l’aune des statistiques de prêts et de fréquentation, est impressionnant pour une bibliothèque populaire, autant par son ampleur que par sa longévité, alors même que son déclenchement est tardif. Des auteurs comme Noë Richter montrent précisément un essoufflement des bibliothèques populaires dans les années 1890, lié à une désaffection des lecteurs devant le peu de renouvellement des fonds4. Asnières, au contraire, a connu un réel succès grâce à l’énergie et aux moyens financiers consacrés par le Conseil d’administration à l’enrichissement et au rafraîchissement des collections. La politique d’acquisition menée par le Conseil explique aussi le succès rencontré par la bibliothèque auprès de certains habitants d’Asnières. Là encore, les années 1890 apparaissent comme une période charnière marquant le début d’une orientation plus libérale, qui inclut le divertissement et le recul d’une conception rigide de la lecture.

  • 5 La bibliothèque est fermée durant plusieurs mois pendant l’année 1878 par le préfet de police de Pa (...)

4Le Conseil de la bibliothèque, même s’il tente de moins en moins d’influencer les lectures des « sociétaires », se montre soucieux de garder la main sur les acquisitions et n’accepte aucune aide trop contraignante de la part de l’administration locale. Les relations entre le Conseil, composé à l’origine d’hommes issus de mouvements socialistes, et les autorités publiques, sont donc marquées par la volonté d’indépendance du premier, à une époque où la République n’est pas encore certaine de triompher et où la répression exercée par l’Ordre moral oblige bientôt la bibliothèque à fermer quelques mois5. Malgré la pérennisation du régime républicain, le Conseil de la bibliothèque conserve une certaine méfiance vis-à-vis des autorités. À partir des années 1890, la bibliothèque est de plus en plus subventionnée par la municipalité et le Conseil général de la Seine ; les relations avec ces administrations se détendent peu à peu et la bibliothèque accepte progressivement d’être partie intégrante de la politique culturelle naissante de la ville d’Asnières.

5Cette tendance sur le temps long a pour conséquence un attachement grandissant de la bibliothèque à la ville d’Asnières dans son ensemble et non plus à certaines classes sociales. La bibliothèque populaire d’Asnières, des dernières années du xixe siècle à la Libération, se serait éloignée progressivement de la lecture populaire pour se rapprocher de la « lecture publique », prise comme politique de lecture offrant à la population dans son ensemble des possibilités d’information, de documentation, de distraction et d’étude, sans peut-être en appliquer tous les aspects. Asnières reste, de toute façon, dans les années 1920 en marge du foyer initial de la « lecture publique », à savoir les associations professionnelles de bibliothécaires réformistes qui ont été les premiers lieux d’échange à ce sujet en France. Il ne s’agit donc pas de faire a posteriori de la bibliothèque populaire d’Asnières ce qu’elle n’a pas été, à savoir une bibliothèque de « lecture publique ». Toutefois, des similitudes troublantes avec des bibliothèques publiques contemporaines existent et l’on peut se demander si la bibliothèque populaire d’Asnières n’a pas en réalité abandonné son caractère « populaire libre », si elle s’adresse toujours en priorité aux classes populaires et continue autant d’affirmer son indépendance administrative, politique et financière vis-à-vis des autorités. Des années 1890 à la Libération, elle semble en effet parfois se rapprocher du rôle, des missions et des choix d’une bibliothèque publique de prêt. Dans quelle mesure le succès évoqué et les dimensions prises par le fonds de livres ont-ils été accompagnés ou suivis de choix significatifs de la part du Conseil, mettant la bibliothèque sur la voie d’une politique plus proche de la « lecture publique » ? Quel rôle la bibliothèque a-t-elle joué dans la politique culturelle municipale, en l’absence d’autre bibliothèque aussi importante et de véritable politique de lecture sur le territoire de la commune ? La Seconde Guerre mondiale et la censure des autorités d’Occupation ont-elles brisé cet élan vers un espace de lecture plus démocratique tenant un plus grand rôle dans le paysage culturel d’Asnières ?

6Dans un premier temps, l’analyse des statistiques de prêts et de fréquentation de la bibliothèque permet de démontrer que la bibliothèque populaire d’Asnières, au contraire de beaucoup de ses consœurs, connaît l’apogée de son succès entre la fin du xixe siècle et la Libération. L’étude des politiques d’acquisition successives sera l’occasion de proposer une périodisation et de marquer certaines étapes de l’évolution de la bibliothèque vers une conception différente de la lecture. Enfin, ses relations avec les établissements publics de formation et les autorités locales indiqueront, sans toutefois tirer de conclusion définitive, son rôle dans le paysage culturel local et l’évolution de son degré d’intégration dans la politique culturelle de la commune.

Un succès étonnant et tardif

  • 6 Archives de Paris, D2N1 22, Conseil général de la Seine, délibérations.

7La bibliothèque populaire libre d’Asnières est déjà un établissement de taille respectable parmi ses consœurs des années 1870 et 1880. Son fonds de livres compte plus de 4 300 volumes en 1879 et elle est fréquentée régulièrement par 450 membres, ce qui en fait, selon une enquête de l’administration préfectorale pour l’attribution des subventions départementales aux bibliothèques populaires de la Seine6, la plus grande bibliothèque populaire de banlieue parisienne. La population reste cependant peu intéressée par la bibliothèque qui ne parvient pas à grossir le nombre de ses adhérents, alors que la ville d’Asnières connaît une véritable explosion démographique dans les trois dernières décennies du xixe siècle. Le déménagement de 1894, lorsque la bibliothèque quitte son ancien local pour s’installer au 31 avenue d’Argenteuil, lui permet enfin de connaître, outre une amélioration de ses conditions d’installation, une hausse du nombre de ses lecteurs et de ses prêts.

  • 7 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du I (...)

8Les statistiques, assez complètes pour les vingt années précédant la Première Guerre mondiale, montrent clairement ce changement de dimensions7 : si la moyenne mensuelle des prêts s’élevait en 1874, trois ans après l’ouverture, à 477 volumes prêtés, elle est de 977 volumes prêtés par mois vingt ans plus tard. Le nombre de prêts en un an augmente ensuite continuellement durant les dernières années du xixe siècle. 1899 est la première année durant laquelle la bibliothèque dépasse les 18 000 prêts par an, avec une moyenne de 1 504 prêts par mois. L’année 1905 voit une nouvelle augmentation encore plus importante que les précédentes, puisque la bibliothèque effectue 25 938 prêts cette année-là, contre 19 278 prêts l’année précédente. L’année record avant la Première Guerre mondiale est l’année 1907, avec 26 917 prêts.

  • 8 Ibid.
  • 9 Deux exemplaires du catalogue de 1874 sont conservés à la BnF, site Tolbiac, cote 017.094 4 ASNI 2  (...)

9Cette augmentation du nombre de prêts est permise par une hausse de la fréquentation de la bibliothèque durant cette période8. Dans les années 1880, le nombre de lecteurs semble avoir décru de manière considérable. Malgré l’absence de statistiques précises pour cette décennie, il est établi que la bibliothèque, qui comptait 450 adhérents en 1879, ne rassemble plus que 248 lecteurs en 1895, ce qui constitue quasiment une division par deux de la fréquentation. Le chiffre des adhérents reprend toutefois sa marche vers le haut dans les années 1890 et la bibliothèque annonce pouvoir compter sur 372 lecteurs début 1902. Un sommet est atteint durant l’année 1910 avec 508 membres inscrits, alors que l’association n’avait jamais dépassé jusque-là le nombre des 500 adhérents. Ce nombre baisse ensuite légèrement avant la Grande Guerre, tout comme celui des prêts, sans toutefois retrouver le bas niveau des années 1880 : la bibliothèque compte encore 434 membres qui empruntent 19 552 volumes durant l’année 1914. Outre le déménagement, en 1894, dans un local plus grand et plus en vue, disposant notamment d’une vitrine sur la rue, les constants renouvellements et enrichissements du fonds par les promoteurs de la bibliothèque expliquent aussi l’afflux de nouveaux lecteurs. Le catalogue de 18749 ne recense encore que 1 731 titres et le fonds rassemble ensuite 8 000 volumes en 1890. En 1905, le fonds de livres de la bibliothèque compte désormais 10 000 volumes, puis 13 959 en 1913, suivant un rythme de croissance toujours plus rapide. Cet accroissement du fonds de livres est permis par les nouveaux crédits dont dispose la bibliothèque.

  • 10 Archives de Paris, D2N1 22. Conseil général de la Seine, délibérations.
  • 11 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du I (...)

10En matière de moyens financiers, la bibliothèque populaire d’Asnières se démarque nettement de ce qui semble avoir été la réalité d’une majorité de bibliothèques populaires. Elle reçoit dès l’année 1880 une subvention départementale, versée par le Conseil général de la Seine10. C’est l’époque durant laquelle les pouvoirs publics semblent s’intéresser au mouvement des bibliothèques populaires qui connaît alors un grand succès. La première subvention départementale n’est que de 500 francs, mais elle augmente par la suite sans interruption, s’élevant à 800 francs en 1896, puis à 1 811 francs en 191211. La subvention allouée chaque année par la municipalité à la bibliothèque augmente aussi peu à peu au fil des décennies. Alors qu’elle n’est que de 100 francs aux débuts de la bibliothèque, elle monte à 500 francs en 1896. Ces subventions publiques représentent à la veille de la Première Guerre mondiale environ la moitié des recettes alimentant le budget de la bibliothèque.

  • 12 Noë Richter, op. cit.

11C’est en réalité, à Asnières, une situation inverse de celle décrite par Noë Richter pour les fonds de bibliothèques populaires à l’échelle de la France12. Il évoque le vieillissement et la mauvaise conservation des fonds de livres, faute de moyens, comme possibles raisons de la perte de vitesse des bibliothèques d’associations ouvrières. Ce déclin amorcé selon lui dès les années 1890, d’abord visible dans les statistiques de prêts et d’inscriptions, devient par la suite flagrant après l’Armistice, offrant pour seule alternative à la plupart des bibliothèques populaires la disparition ou le regroupement avec d’autres établissements, associatifs ou municipaux.

12Cette version des faits, établie sur plusieurs études, avait pour but de dégager de grandes tendances et une périodisation nationale pouvant s’appliquer au mouvement des bibliothèques populaires en France. Elle ne convient pas dans le cas d’Asnières où les statistiques de prêts, le nombre de lecteurs et la taille du fonds ont au contraire augmenté. Ce constat est d’autant plus fort qu’il s’impose sur le temps long. Si le tournant du siècle témoigne déjà d’un essor étonnant à Asnières, ce développement se poursuit après le ralentissement que constitue la Première Guerre mondiale et atteint des sommets de plus en plus surprenants et surdimensionnés pour une bibliothèque populaire.

  • 13 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du I (...)
  • 14 Ibid.

13Après avoir prêté 20 944 volumes en 1918, la bibliothèque connaît une nouvelle hausse spectaculaire du nombre de ses prêts qui s’élève à 36 041 en 192113. C’est la première fois que la bibliothèque donne plus de 30 000 volumes en un an en lecture à ses adhérents, désormais au nombre de 600. Cette brusque augmentation durant l’Après-guerre se confirme dans les années qui suivent et il faut la crise économique des années 1930 pour ralentir quelque peu cette hausse d’activité. Si le nombre des adhérents préoccupe alors de nouveau le Conseil de la bibliothèque, puisqu’il est en en nette baisse et tourne autour de 550 au milieu de la décennie 1930, il reste tout de même au-dessus du niveau qui était le sien durant la Grande Guerre. En outre, le fonds de livres devient encore plus imposant, représentant 28 000 volumes lors du déménagement de 1934. La bibliothèque est soutenue dans son essor par l’augmentation des subventions publiques qu’elle reçoit chaque année de la mairie et du Conseil général de la Seine14. La subvention municipale de 1 000 francs par an après la Première Guerre mondiale passe à 3 000 francs par an en 1934. Celle du département, quant à elle, passe de 1 851, 20 francs en 1919 à 3 385 francs en 1931, puis 4 500 francs en 1935. Elle est toujours très conséquente avant la guerre, s’élevant à 4 220 francs pour 1938 et encore 3 737 francs en 1940. Ces subventions représentent la moitié des ressources de la bibliothèque, le produit des cotisations des membres oscillant entre 6 000 et 7 000 francs par an durant l’Entre-deux-guerres.

  • 15 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du I (...)
  • 16 Ibid.

14La Seconde Guerre mondiale, durant laquelle de nombreuses bibliothèques populaires semblent survivre difficilement, menacées constamment par les nouvelles autorités d’Occupation et désertées parfois par les lecteurs, n’est pas du tout une période de repli pour la bibliothèque populaire d’Asnières. Elle a certes été victime de la censure nazie qui tarde à délivrer les autorisations administratives nécessaires15 et applique de manière stricte la « liste Otto » au fonds de la bibliothèque. Les combats lors de la Libération d’Asnières en août 1944 forcent le Conseil à fermer la bibliothèque aux lecteurs durant tout le mois et à se tenir prêt en cas d’urgence, les bombardements aériens constituant une menace pour le fonds de livres. Toutefois, les difficultés rencontrées ne doivent pas masquer ce qui est le temps le plus prospère de la bibliothèque, en termes de fréquentation et de rayonnement parmi la population asniéroise. Très vite, la hausse du nombre de sociétaires devient la première préoccupation du Conseil, tant il dépasse les capacités de l’association. Il faut alors réorganiser le personnel et étendre les horaires d’ouverture. Malgré ces aménagements, la bibliothèque, qui compte 825 membres en janvier 1942, puis 1 000 en septembre de la même année, ne peut ensuite accepter toutes les inscriptions et, pour la première fois, un nombre maximal de lecteurs est fixé, tout d’abord à 1 400 en mai 1943, puis à 1 550 en novembre, après la mise en place de nouveaux horaires d’ouverture16.

  • 17 Le catalogue de 1942 est conservé à la BnF, site Tolbiac, sous la cote 8-Q-6889.
  • 18 Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées : les bibliothèques françaises sous l’Occupati (...)
  • 19 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du I (...)

15Conséquence de cet engouement dépassant toutes les attentes, les statistiques des prêts augmentent corrélativement et sont alors comparables à celles de certaines bibliothèques publiques municipales actuelles. 62 061 volumes sont prêtés en 1942 puis 74 992 en 1944. Ces statistiques peuvent paraître d’autant plus étonnantes compte tenu de la censure imposée par les autorités d’Occupation. Le catalogue de 194217 permet d’estimer la perte de diversité du fonds, puisqu’il 17 689 titres différents et environ 22 000 volumes, alors que le chiffre de 31 000 volumes avait été avancé par le Conseil en 1941, à une époque où la Propaganda Staffel ne s’était pas encore intéressée à la bibliothèque. Le fonds reste cependant de taille importante pour une bibliothèque populaire et la perte en quantité et qualité ne freine en rien le succès durant cette période. On se trouve donc dans une situation très différente de celles décrites par Martine Poulain dans son livre Livres pillés, lectures surveillées18. Lors d’un entretien avec le maire d’Asnières le 19 février 194419, Bescol, nouveau président de la bibliothèque, déplore l’écart qui subsiste, malgré le succès de celle-ci, entre le nombre des habitants d’Asnières et celui des lecteurs. Selon lui, pour remplir pleinement sa mission d’unique bibliothèque de la commune et devenir plus représentative de la population d’Asnières, bien qu’étant toujours d’association et non pas municipale, elle devrait rassembler entre 2 000 et 2 500 membres. Ce constat de Bescol, qui grossit peut-être un peu le trait dans le but d’obtenir une hausse significative de la subvention municipale, témoigne tout de même du rôle que la bibliothèque, l’une des plus grandes du département, entend désormais jouer sur le territoire de la commune, forte de statistiques exceptionnelles et disposant d’un fonds de livres d’un nombre de volumes et d’une richesse rares. La bibliothèque tente de gagner la confiance des autorités en s’affirmant capable de mettre en œuvre une politique de lecture pour l’ensemble de la commune, alors qu’aucune politique publique dans ce domaine n’a encore été menée à Asnières.

16Ces statistiques aussi bien que la place dans le paysage culturel local à laquelle aspire la bibliothèque à la fin de la Seconde Guerre mondiale témoignent d’un développement remarquable et très long, entrecoupé de périodes de régression que furent la Grande Guerre et la crise des années 1930. Peu à peu ou au contraire, comme durant l’Occupation, de manière très rapide, la bibliothèque populaire d’Asnières a changé complètement de visage et de dimensions et a vu sa capacité financière s’accroître. Elle atteint le sommet de sa réussite et sa pleine activité durant la Seconde Guerre mondiale, un état de fait qui souligne encore la destinée particulière de cette bibliothèque populaire. Il semble en effet que la description des grandes étapes de l’histoire des bibliothèques populaires tentée par Noë Richter ne correspond pas, dans le cas d’Asnières, à ce que fut la réalité. Le cas particulier d’Asnières appelle donc une périodisation particulière, ou nécessite en tout cas de s’éloigner des études jusqu’ici menées sur les périodes et les grandes tendances de l’histoire des bibliothèques populaires en France. Il s’agit par conséquent d’établir cette périodisation propre à Asnières, avec pour marqueurs les évolutions de la politique d’acquisition du Conseil de la bibliothèque qui ont conditionné et accompagné son succès.

L’ouverture progressive au divertissement et au débat public

17La politique d’acquisition, à la fois soutenue, mais aussi dictée par le succès, peut servir à marquer les différentes périodes que la bibliothèque a connues durant ce demi-siècle. Les lignes directrices qui ont pu exister ou coexister durant cette période paraissent fondamentales pour comprendre les différentes étapes qui ont amené le Conseil à reconsidérer progressivement le rôle de la bibliothèque et à façonner un nouveau programme de lecture, bien éloigné de celui que souhaitaient mettre en place les fondateurs.

  • 20 La bibliothèque « a pour but de procurer à ses adhérents tous les livres nécessaires à leur instruc (...)

18Les années 1890 marquent le début d’un tournant dans l’histoire de cette politique d’acquisition menée par les membres du Conseil. En effet, même si le « délassement » était déjà inscrit dans les statuts de la bibliothèque parmi les buts qu’elle se proposait20, la lecture d’ouvrages divertissants était très peu tolérée par la première génération de ses promoteurs. Les procès-verbaux du Conseil d’administration, durant les années 1870, regorgent de témoignages inquiets et de lamentations des premiers dirigeants devant l’écrasante domination du roman dans les statistiques de prêts :

  • 21 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction par (...)

Il faut bien l’avouer, la lecture du roman a survécu à nos effroyables désastres, et par notre statistique, nous sommes effrayés de voir combien l’emporte la lecture du roman sur le livre d’histoire ou de science21.

  • 22 Ibid.

19Cette citation datant de février 1873 résume la situation au cours des premières années de fonctionnement de la bibliothèque. Le rapport entre lecteurs et dirigeants est alors marqué par la tentative d’imposer un programme de lecture visant à l’instruction et à la moralisation du lectorat. Ce programme est cependant refusé par la plupart des lecteurs qui choisissent clairement le roman et se montrent peu intéressés par les livres documentaires que les fondateurs leur proposent. Les statistiques de prêts pour les années 1874 sont éloquentes à ce titre22 : le roman représente tous les mois plus de 83 % des prêts en moyenne (83,28 %). En comparaison, la deuxième série la plus lue est alors la série F « Histoire-biographies » qui correspond seulement à 7 % des emprunts effectués chaque mois.

20Les années 1890 marquent la fin de cette opposition entre d’un côté, la volonté des promoteurs et de l’autre, les choix des lecteurs. En effet, une deuxième génération de dirigeants de la bibliothèque arrive alors au Bureau, dont la figure principale est Charles Mansart, président à partir de 1889. Issu d’une des grandes familles de notables d’Asnières, Mansart est déjà membre du Conseil depuis le milieu des années 1880, mais il est difficile de dire si certaines expériences faites à Asnières ou ailleurs ont pu modifier sa conception de la lecture et du rôle d’une bibliothèque. C’est sous son impulsion que le Conseil, au milieu de débats internes qui ralentissent souvent ce processus, décide de placer progressivement les choix et les goûts des lecteurs au centre de sa politique d’acquisition, oubliant les principes quelque peu austères de ses prédécesseurs. Déjà, en 1874, Girard avait proposé sans succès qu’un cahier de suggestions pour les achats de livres soit mis à la disposition des lecteurs. Ce dispositif est appliqué en revanche, vingt ans plus tard, par Mansart, qui choisit en outre de s’appuyer sur la statistique des prêts pour établir les listes désormais mensuelles d’achat de livres :

  • 23 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du I (...)

Soucieux de satisfaire aux goûts de tous, nous avons pris pour base directrice de nos achats les renseignements que nous fournit la statistique des prêts de livres23.

21Cette nouvelle politique menée par Mansart, réaffirmant l’importance de la distraction au côté de l’instruction comme but à atteindre pour la bibliothèque et moyen d’attirer le lecteur, rencontre pourtant bien des oppositions au sein même du Conseil. La génération précédente, celle des fondateurs, n’a en effet pas abandonné certaines idées qui ont guidé son action dix ou vingt ans plus tôt et certains de ses représentants sont encore présents au Conseil. C’est le cas d’un des deux frères Pradel, parmi les premiers à avoir classé le fonds de livres originel de la bibliothèque, qui attribue le déclin des bibliothèques populaires aux romans-feuilletons :

  • 24 Ibid.

Depuis quelques temps, les romans des journaux hebdomadaires ont fait un tort immense aux bibliothèques populaires24.

  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.

22Mansart répond à cette critique en affirmant la nécessité de prêter aussi des romans, sous peine de disparaître. Il est difficile de lui donner tort au vu des statistiques de prêts de la bibliothèque qui indiquent encore, en 1905, une large domination du roman (71,71 % des prêts en 1905). D’autres membres du Conseil s’opposent par principe à la politique nouvelle voulue par Mansart C’est le cas de Froideval, lui aussi parmi les fondateurs et les premiers donateurs de la bibliothèque. Il affirme ainsi, lors de l’Assemblée générale de 1899, que « la bibliothèque était une institution de principe et non pour ainsi dire un cabinet de lecture de romans »25. Cette critique en des termes assez durs rappelle ce que les fondateurs ont tenté de faire de la bibliothèque dans les vingt premières années de son existence. Les contradicteurs de Mansart, tout d’abord poussés à réagir par les changements que le nouveau président veut mettre en place, se font ensuite de plus en plus discrets. Le débat qui agite le Conseil entre ces deux conceptions de la lecture et du rôle de la bibliothèque se fait peu à peu moins présent et disparaît ensuite complètement après la Grande Guerre. Entre temps, Mansart, gravement malade, a démissionné en 1913 et meurt l’année suivante. Il est alors loué pour son rôle majeur dans le développement de la bibliothèque, le Conseil n’hésitant pas à le qualifier de « véritable fondateur de la bibliothèque »26, oubliant les Girard et autres Fauvéty, pour qui pourtant cet hommage aurait été plus approprié. La nouvelle conception de la lecture portée par Mansart et d’autres membres du Conseil à partir des années 1890 semble donc avoir triomphé.

23Cette politique d’acquisition nouvelle peut-elle être, bien avant que les premières manifestations n’en agitent le monde des bibliothèques et des bibliothécaires français, considérée comme une préfiguration de la politique de « lecture publique », ou comme un tournant rapprochant peu à peu la bibliothèque populaire d’Asnières de cette conception de la lecture ? Le passage de la lecture populaire à la « lecture publique » aurait-il connu à Asnières sa première étape dans les vingt années qui ont précédé la Première Guerre mondiale ?

  • 27 Noë Richter, Bibliothèque et éducation permanente : de la lecture populaire à la lecture publique, (...)
  • 28 Noë Richter, La conversion du mauvais lecteur et la naissance de la lecture publique, Le Mans, Bibl (...)

24La tentative ou tentation de rapprocher « lecture publique » et populaire, faisant de la seconde la préfiguration de la première, n’est pas nouvelle. Déjà, Noë Richter, dans un ouvrage paru en 1981, Bibliothèque et éducation permanente : de la lecture populaire à la lecture publique27, posait la question du rôle qu’ont joué les bibliothèques dans l’éducation des adultes. Ses autres ouvrages, comme La conversion du mauvais lecteur et la naissance de la lecture publique28 témoignent de l’intérêt qu’il a porté au passage de la lecture populaire à la « lecture publique » et de la possible continuité à établir entre les deux. La conclusion à laquelle il semble parvenir est une opposition entre lecture populaire et « lecture publique », qu’il serait impossible de trop rapprocher. Il insiste tout d’abord sur la différence d’origine de ces deux conceptions de la lecture. Le mouvement des bibliothèques populaires débuterait en s’articulant autour d’une conception philanthropique de la lecture chez des élites désireuses de civiliser le « peuple criminel ».

  • 29 Noë Richter, La lecture et ses institutions, 1, La lecture populaire : 1700-1918, op. cit., 1987, 3 (...)

« On ne situait pas bien cette éducation permanente dans le cadre des institutions françaises, mais la régénération du peuple criminel s’inscrivait dans celui des œuvres philanthropiques. L’activisme paternaliste a donc très naturellement considéré l’organisation de la lecture comme une œuvre charitable »29.

  • 30 Noë Richter, Les bibliothèques populaires, op. cit.

25Noë Richter insiste sur l’universalité de cette conception de la lecture partagée par tous les promoteurs de bibliothèques populaires, conservateurs comme républicains. La politique de l’État en matière de bibliothèque populaire reste peu influente dans la pratique au xixe siècle, et ce, malgré la circulaire de Jules Simon, ministre de l’Instruction, en 1873 et les autres mesures prises par la suite par les différents gouvernements comme par les autorités administratives pour réglementer ces bibliothèques. Leur origine diffère donc bien de celle de la « lecture publique », venue des associations professionnelles de bibliothécaires. Noë Richter évoque aussi la différence d’attitude par rapport à la culture de masse, élément selon lui très clivant, entre les responsables des bibliothèques populaires et un bibliothécaire réformiste, précurseur de la politique de « lecture publique », comme pouvait l’être Eugène Morel. Comme cela semble être encore le cas à Asnières parmi les fondateurs, les administrateurs de nombreuses bibliothèques populaires acceptent de prêter des romans juste pour éviter une baisse de fréquentation de leur bibliothèque ; Morel préconise au contraire de consacrer des moyens importants à ce type d’acquisition, arguant que la survie des bibliothèques est en jeu30.

  • 31 En 1908 paraît La librairie publique, premier ouvrage dans lequel Eugène Morel exprime ses idées po (...)
  • 32 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du I (...)
  • 33 Ibid.

26La bibliothèque populaire d’Asnières se rattache au grand mouvement de la lecture populaire commencé dans les années 1860, mais la politique voulue par Mansart dans les années 1890 s’éloigne de celle des fondateurs et se rapproche plutôt du constat quasiment contemporain d’Eugène Morel, dont l’action débute dès les années 190031. Sans romans, la bibliothèque populaire d’Asnières semble être elle aussi menacée de disparition, si l’on en croit les statistiques de prêts. Les nombreuses oppositions et réticences, au sein même du Conseil, freinent la mise en place de la nouvelle politique d’acquisition voulue par Mansart jusqu’à la Première Guerre mondiale. La principale de ces résistances concerne les romans, lesquels sont séparés strictement de la « vraie littérature » 32en deux séries distinctes. Les naturalistes et réalistes sont certes désormais reconnus comme partie intégrante de la « vraie littérature » : des écrivains comme Zola ou Alphonse Daudet sont cités parmi les auteurs « les plus justement réputés »33. En revanche, les romans-feuilletons, surtout les plus récents, sont souvent rejetés par les dirigeants de la bibliothèque. Il est donc possible de lire des auteurs comme Alexandre Dumas ou Eugène Sue, dont les succès commencent à vieillir, mais des romanciers contemporains de la fin du xixe siècle, comme Xavier de Montépin, ou du début du xxe siècle, comme Gaston Leroux, sont presque totalement absents du fonds de la bibliothèque encore à cette époque. Dans la pratique, le Conseil d’administration de la bibliothèque ne semble pas encore prêt à accepter toutes les manifestations de la culture de masse, surtout les plus récentes.

27La situation aurait pu évoluer dès 1913, avec la présidence de Froideval, jusqu’alors vice-président, qui succède à Mansart. Fils d’un des fondateurs et premiers administrateurs de la bibliothèque, qui, on l’a dit, défendait le programme de lecture originel de la bibliothèque, Charles Froideval ne suit toutefois pas l’opinion de son père. Sa politique d’acquisition est au contraire dans la droite ligne de celle installée par Mansart et il poussera même ces nouveaux principes encore plus loin dans la pratique. Dans l’immédiat, la Première Guerre mondiale entraîne un ralentissement de l’activité de l’association lié principalement à la hausse générale des prix, à l’amoindrissement du nombre de sociétaires, un grand nombre d’entre eux ayant été mobilisés, enfin à la baisse des subventions publiques allouées à la bibliothèque. La bonne gestion du Conseil permet cependant à la bibliothèque de ne jamais fermer ses portes entre 1914 et 1918, ce qui constitue un très bon résultat pour une bibliothèque populaire au vu des circonstances.

  • 34 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du I (...)

28C’est en réalité à partir du début des années 1920 que la nouvelle politique d’acquisition du Conseil se déploie et devient plus libérale, portée par une hausse significative du nombre d’adhérents (voir plus haut). La censure que le Conseil exerçait durant la période précédente, qu’elle soit politique ou littéraire, disparaît peu à peu. L’ouverture du débat sur la « question coloniale », par exemple, est visible dans les listes d’achats de livres de la bibliothèque à cette époque34. À côté de l’ouvrage de Charles Dumas, Libérez les indigènes ou renoncez aux colonies, on trouve le livre classique de Gabriel Hanotaux, L’Empire colonial. De même les ouvrages traitant de la Première Guerre mondiale sont à la fois des livres critiques tels que le roman de Louis Dumur, Le boucher de Verdun, et d’autres plus classiques, issus de l’historiographie du Souvenir, comme L’invasion de 1914 de Raymond Poincaré ou L’histoire de la Grande Guerre de Mirmon.

29Enfin, la bibliothèque accepte même désormais les ouvrages les plus controversés, comme Mein Kampf qui est acheté en 1938 par le Conseil. Cet achat, qui a certes fait polémique parmi le Conseil et nécessité un vote, est le symbole d’une ouverture désormais très large des acquisitions. La lecture semble devenir à Asnières un espace d’information et de débat dans lequel le lecteur peut effectuer des choix de plus en plus libres. Loin de l’imposition d’un programme de lecture et d’encadrement des lecteurs, caractéristique de la politique des fondateurs, l’information et l’ouverture d’un débat de plus en plus large et démocratique résultent de la volonté des nouveaux promoteurs. En outre, le Conseil est désormais unanime pour mener une politique d’acquisition tolérante. Mein Kampf est le seul livre dont l’achat est véritablement contesté par une partie des administrateurs durant l’Entre-deux-guerres. Les dissensions du tournant du siècle disparaissent.

  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid.

30Les périodiques entrent aussi massivement dans le fonds de la bibliothèque. Des titres jugés pourtant parfois réactionnaires tels que L’Illustration ou La Revue des Deux Mondes, sont donnés alors à la bibliothèque35 dans des collections très complètes. Bien qu’elle ne soit pas abonnée à ces journaux, elle ne refuse plus, désormais, ces dons des sociétaires. La seule limite qui demeure à cette époque dans la politique d’acquisition de la bibliothèque populaire d’Asnières est celle de l’atteinte aux bonnes mœurs. En janvier 1922, les Mémoires de Casanova sont ainsi retirés du fonds de la bibliothèque, décision qui peut paraître sévère, mais courante à cette époque dans les bibliothèques publiques, justifiée par le « caractère immoral »36 que le Conseil leur attribue. Enfin, le travail de plus en plus étroit de la bibliothèque avec des établissements locaux de formation, tels que, à partir de 1924, l’Office d’orientation professionnelle de Courbevoie et de la Banlieue Ouest, marque le début du partage de la décision quant au fonds de livres entre le Conseil et d’autres instances. Cet accord prévoit l’envoi de listes d’achats de livres par l’Office pour lesquels le Conseil de la bibliothèque vote les crédits nécessaires. Ces crédits sont ensuite remboursés par la mairie d’Asnières. Pour la première fois, un établissement extérieur à la bibliothèque intervient donc dans sa politique d’acquisition.

  • 37 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du I (...)

31La Seconde Guerre mondiale met fin à cette ouverture vers une lecture de plus en plus démocratique, le Conseil étant sommé d’accepter la censure des nouvelles autorités d’Occupation sous peine de voir la bibliothèque fermer ses portes. Néanmoins, le début de la guerre ne marque pas une rupture avec la période précédente, tout comme la capitulation de juin 1940. Elle se produit, fin 1941, quand la Propaganda Staffel d’Angers puis celle de Paris réagissent et obligent les dirigeants de la bibliothèque, toujours présidée par Froideval, à appliquer la « liste Otto » au fonds de la bibliothèque37. En janvier 1942, la Propaganda Staffel d’Angers refuse le visa pour l’impression du nouveau catalogue de la bibliothèque. La présence de titres figurant sur la « liste Otto » motive ce refus et ce n’est qu’en juin 1942 que l’autorisation d’imprimer est délivrée, après que les titres interdits aient tous été retirés du catalogue et des rayons. Tenter une mesure précise de cette amputation du fonds de la bibliothèque par la censure nazie est difficile. Le fonds a perdu moins d’un tiers de ses titres (voir plus haut), mais il ne semble pas que cette richesse se soit reconstituée jusqu’à la fin de la guerre. Les acquisitions ont été peu nombreuses durant cette période et il est difficile de savoir si la politique d’acquisition menée par le Conseil a véritablement changé ou non. Certains achats ont sûrement été repoussés pour ne pas s’attirer les foudres de la censure nazie, mais il est impossible, en l’absence de listes d’achat de livres, de savoir précisément lesquels. À partir de 1942, la politique d’acquisition du Conseil devient très floue et n’est plus représentative de l’évolution sur le long terme qui l’a marquée depuis la fin du xixe siècle.

  • 38 Laure Léveillé, Les petites bibliothèques de la République : aux origines de la lecture publique pa (...)

32La nouvelle politique d’acquisition mise en place par Mansart semble rapprocher la bibliothèque populaire d’Asnières des « petites bibliothèques » de Paris, étudiées par Laure Léveillé dans sa thèse, dont le rôle d’encadrement était moins important que celui d’information du public38. Le but de ce travail était de retrouver, si possible, le lien entre les bibliothèques de Paris ouvertes à un lectorat populaire dès la fin du xixe siècle et le développement de la « lecture publique » en région parisienne au début du xxe siècle. Laure Léveillé a notamment établi une chronologie précise de ce mouvement des années 1870 aux années 1930. La bibliothèque populaire d’Asnières semble, quant à elle, peu à peu rentrer dans ce mouvement à partir des années 1890, connaissant toutefois des hésitations et des débats ; les vingt années précédant la Première Guerre mondiale sont une période d’évolution lente, durant laquelle la pratique ne suit pas toujours les considérations plus libérales à propos de la lecture d’une partie du Conseil. Après la Grande Guerre, en revanche, les limites conditionnant l’admission de nouveaux livres dans le fonds sont moins étroites. Cette politique d’ouverture et de libéralisation de la lecture atteint son plus haut point de développement à la fin des années 1930. La bibliothèque populaire d’Asnières mène alors une politique d’acquisition de plus en plus ouverte et destinée à l’information du public et non plus à son encadrement intellectuel. Les achats et l’acceptation dans le fonds d’ouvrages de toute tendance politique et philosophique montrent cette évolution qui fait de la lecture un espace démocratique plus libre, dans lequel le débat républicain est ouvert et de moins en moins dirigé. La Seconde Guerre mondiale ouvre une période plus mouvementée pour le fonds de livres, où les acquisitions tiennent peut-être désormais compte des listes successives d’ouvrages interdits. Ces entraves mettent fin à la continuité de l’ouverture qui caractérisait la politique de lecture du Conseil depuis les années 1890. Les autorités de la IIIe République semblaient au contraire pousser la bibliothèque vers une voie plus libérale. La Préfecture de la Seine et la commune d’Asnières s’appuyaient parfois sur la bibliothèque, lui confiant un rôle de plus en plus important dans leur politique culturelle naissante. Elles ont à cette occasion procédé à des envois de livres et à des versements de subvention, mais aussi développé des sociabilités avec les responsables de la bibliothèque populaire qui ont joué un grand rôle dans son évolution progressive vers une lecture plus ouverte.

Les relations avec les autorités locales : une intégration progressive de la bibliothèque dans une politique publique de lecture

33Au cours de la période, les relations entre le Conseil de la bibliothèque et les autorités locales évoluent beaucoup, au gré des changements d’attitude de la bibliothèque, de ces contacts avec différentes institutions, mais aussi de relations de personne.

  • 39 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction par (...)
  • 40 Voir Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard, fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction », i (...)
  • 41 Pierre Durand a été maire d’Asnières de 1848 à 1878. Charles Fauvéty, écrivain, essayiste et journa (...)

34Il est cependant possible de dégager une tendance générale de cette évolution. Comme pour le fonds de livres, elle est à l’ouverture ; la bibliothèque populaire d’Asnières s’oriente en effet vers un plus grand travail commun avec les autorités et également les institutions de formation locales et accepte finalement un rapprochement durant l’Entre-deux-guerres. Sa place dans le paysage culturel asniérois en est ainsi profondément modifiée et à ce titre, l’Occupation, période du plein succès de la bibliothèque, ne constitue pas une rupture. D’abord méfiante vis-à-vis des autorités d’Occupation, la bibliothèque tente ensuite de conserver sa place dans la politique culturelle de la ville d’Asnières, au prix d’importantes concessions. L’attitude de la deuxième génération des dirigeants de la bibliothèque, celle de Mansart, ne diffère pas de celle des fondateurs sur le plan des relations avec les autorités. Farouchement attachés à l’indépendance de la bibliothèque, les administrateurs font tout ce qui est en leur pouvoir pour la conserver, assortie d’une neutralité politique de principe. Déjà, lors de la toute première séance du Conseil, le 13 novembre 1871, les fondateurs avaient refusé de s’installer dans une salle offerte pourtant gratuitement par la mairie pour y accueillir la bibliothèque39. Ils n’avaient pas non plus suivi les recommandations de la Société Franklin, dont L’instruction pour la fondation d’une bibliothèque populaire, parue en 1868, conseillait de choisir le maire de la commune comme président d’honneur de la bibliothèque, afin de garantir de bonnes relations avec la mairie. Il est possible que Girard n’ait pas souhaité engager la bibliothèque dans une collaboration trop étroite avec les autorités en raison des déboires que connut la BAI-III avec le maire d’arrondissement Arnaud-Jeanti en 186340. Enfin, une règle tacite, non mentionnée dans les statuts originaux de la bibliothèque ni dans ceux de 1942, interdisait même aux membres du Conseil de siéger à la fois au Conseil de la bibliothèque et dans un Conseil municipal. Cette règle n’empêcha pas le maire d’Asnières Pierre Durand et Charles Fauvéty41 de siéger au Conseil dans les années 1870. Lorsque la République s’installa, de nombreux administrateurs de la bibliothèque, républicains, furent cependant élus au Conseil municipal d’Asnières et durent simultanément démissionner du Conseil de la bibliothèque. Une petite crise s’ensuivit, durant laquelle le Conseil était trop réduit pour se réunir. Finalement, d’anciens membres du Conseil comme Girard furent rappelés et siégèrent quelque temps jusqu’à ce que la situation revienne à la normale.

  • 42 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du I (...)
  • 43 Cette série apparaît dans les plus vieilles archives disponibles à propos du cadre de classement de (...)
  • 44 À l’origine, deux prix étaient distribués dans chaque classe de l’école communale de filles et dans (...)

35Cette intransigeance des débuts quant à l’indépendance politique et à l’autonomie de la bibliothèque se poursuit ensuite jusqu’à la Première Guerre mondiale. Les deux déménagements successifs, au 31 avenue d’Argenteuil en 1894, puis rue Saint-Denis en 1909, voient la bibliothèque s’installer dans des locaux privés loués par des particuliers à l’association42. Certains maires d’Asnières, tels que Maillard ou Fontaine, ont pu siéger au Conseil de la bibliothèque, mais ils démissionnent tous au début de leur mandat d’élu municipal. Enfin, bien qu’ayant des liens avec les administrations et certains hommes politiques, la bibliothèque se garde toujours de pousser trop loin les relations avec ces-derniers. Tout juste peut-on citer le Conseiller général Laurent-Cély qui défend à plusieurs reprises les intérêts de la bibliothèque devant l’assemblée dont il fait partie. C’est après la Grande Guerre que la situation change. D’abord, les subventions publiques allouées augmentent de manière significative. Ensuite, la bibliothèque s’intègre dans la politique culturelle et le système de formation local. La collaboration entamée avec l’Office d’orientation professionnelle de Courbevoie et de la Banlieue Ouest lui donne un nouveau rôle dans la formation des adultes. Jusqu’alors, la bibliothèque avait concentré ses efforts sur le public enfantin, créant dès les premières années une série « Livres pour enfants »43 et distribuant des livrets de lecteur gratuits aux meilleurs élèves des écoles communales, filles comme garçons44. Son travail commun avec l’Office d’Orientation professionnelle fait entrer la bibliothèque dans une aide systématique et permanente à la formation des jeunes adultes, tandis qu’elle abandonne sa publicité annuelle auprès des écoliers.

  • 45 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du I (...)
  • 46 Le local se trouve au 16 place de l’Hôtel de Ville à Asnières.

36Plusieurs initiatives sont aussi prises par la mairie d’Asnières, qui renforcent l’impression d’une plus grande intégration de la bibliothèque dans le paysage culturel de la ville. Un accueil gratuit à la bibliothèque pour les chômeurs résidant à Asnières est mis en place. Cette mesure, voulue par la mairie en avril 1935, est acceptée par le Conseil de la bibliothèque qui s’inquiète alors du recul du nombre d’adhérents observé depuis 193145. Les cotisations des chômeurs sont payées à la bibliothèque par la mairie ; la bibliothèque devient un service social et culturel destiné à la population asniéroise. Le principal marqueur de ce rapprochement entre la bibliothèque et la mairie reste tout de même le déménagement de 1934. Pour la première fois, le Conseil accepte d’emménager dans un local municipal, situé au sous-sol du Centre administratif nouvellement bâti. Plusieurs raisons ont sans doute contraint le Conseil à accepter cette nouvelle installation. D’abord, le propriétaire de l’ancien local demande des conditions très défavorables pour renouveler d’un an le bail de la bibliothèque : 5 000 francs de loyer pour un an et 200 francs de charge, alors que la mairie propose de louer son espace de 170 m2 pour seulement 3 000 francs par an. Ensuite, le fonds de livres, comptant désormais 28 000 volumes, ne peut pas être installé dans n’importe quel lieu. La mairie propose ainsi un local assez grand et bien situé au centre d’Asnières46 qui fait figure d’aubaine pour les dirigeants de la bibliothèque.

37Outre les contraintes matérielles, le Conseil paraît souhaiter ce rapprochement avec la mairie. Les comptes-rendus de ses réunions témoignent de ce nouvel état d’esprit. Ainsi peut-on lire dans les archives du Conseil cette phrase révélatrice :

  • 47 Ibid.

« Nous ne pouvons que féliciter le maire et son Conseil municipal d’avoir permis à notre bibliothèque de procéder à une installation aussi parfaite dans l’immeuble municipal, ce qui continuera à faire de notre bibliothèque la première du département »47.

  • 48 Ibid. La lettre du maire n’a pas été conservée dans les archives de la bibliothèque.

38Loin d’un sentiment d’impuissance devant son incapacité à conserver l’indépendance originelle de la bibliothèque, le Conseil exprime au contraire ses remerciements à la municipalité. L’intervention de celle-ci est considérée comme très bénéfique et l’Assemblée générale de la bibliothèque tenue en janvier 1935 n’hésite pas à voter la nomination de Billiet, alors maire d’Asnières, à la présidence d’honneur de la bibliothèque. L’intéressé accepte cet ultime remerciement en avril 193548. Cet acte de rapprochement spatial entre la bibliothèque et les autorités locales s’accompagne donc d’un acte symbolique de reconnaissance de l’autorité au moins morale du maire. Ce changement de place de la bibliothèque dans l’espace asniérois marque durablement les contemporains et avant tout les lecteurs. Bescol, nouveau président de la bibliothèque à partir de 1944, peut ainsi déclarer, lors de la séance du Conseil du premier juillet de la même année :

  • 49 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du I (...)

« Tant d’Asniérois pensent qu’elle est bibliothèque municipale, puisqu’elle fonctionne dans un édifice communal »49.

  • 50 Ibid.

39Durant l’Occupation, la bibliothèque populaire d’Asnières conserve le même rôle qu’elle a joué précédemment dans la commune et son évolution vers une plus grande intégration dans le maillage municipal s’accélère. Certes, les deux années qui suivent la capitulation de juin 1940 modifient l’attitude des responsables de la bibliothèque populaire dans le sens d’une plus grande méfiance envers les autorités. Cette crainte des débuts de l’Occupation qui transparaît dans les archives des années 1940 et 1941 est bien naturelle : les administrateurs de la bibliothèque ont à première vue tout à redouter des autorités nazies. En tant qu’association fondée dans le cadre du mouvement ouvrier, visant à libérer et élever intellectuellement les classes populaires, prêtant des livres ou des auteurs déjà pointés du doigt par l’idéologie nazie, la bibliothèque heurte à plusieurs points de vue les opinions que les nouvelles administrations souhaitent désormais dominantes et répandues parmi la population. L’obtention, en juin 1942, de l’autorisation à fonctionner et du visa d’autorisation à imprimer pour le catalogue marque la détente progressive des relations entre les administrations de l’Occupation et la bibliothèque. Celle-ci semble se rapprocher peu à peu de l’Occupant et de la nouvelle administration française, ou, du moins, tenter de présenter un nouveau visage, peut-être plus acceptable. En novembre 1942, par exemple, l’achat d’un portrait du Maréchal Pétain à afficher dans le local de la bibliothèque est proposé par Froideval et accepté à l’unanimité par le Conseil50. Cette décision ne prouve cependant pas grand-chose : le portrait du chef de l’État français trônait dans de nombreux lieux et établissements publics. Les administrateurs semblent de plus en plus accepter l’idée d’une situation d’Occupation durable, dans laquelle la bibliothèque doit se résoudre à continuer son œuvre, malgré les difficultés rencontrées. Toutefois, sous la présidence de Froideval, l’association ne s’ouvre jamais largement aux administrations extérieures et conserve toujours jalousement son indépendance. Ainsi, lorsque Pesset, inspecteur des bibliothèques, en visite à la bibliothèque populaire d’Asnières, propose le versement d’une subvention départementale que la bibliothèque n’a plus touchée depuis 1941, en échange de l’abandon du caractère « populaire libre » de l’association, le président de la bibliothèque refuse catégoriquement. Il est soutenu en cela par le Conseil dans sa séance du 6 février 1943, durant laquelle, parlant au nom des administrateurs, il peut ainsi déclarer :

  • 51 Ibid.

« À l’avis général, notre situation financière nous le permettant, nous préférons rester libres »51.

  • 52 Le procès-verbal de cette Assemblée générale est conservé dans les archives de la bibliothèque popu (...)
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid.

40Cette défense de l’indépendance et de la neutralité politique traditionnelles de la bibliothèque prend fin avec l’arrivée à la présidence de Bescol, en février 1944. Les circonstances de l’éviction de Froideval, lors de l’Assemblée générale du 29 janvier 194452, sont mal connues. Candidat à sa réélection au Conseil, il y échoue et quitte alors la bibliothèque visiblement en mauvais termes, refusant la présidence d’honneur qui lui est proposée dans les mois suivants par le Conseil. Bescol est élu président lors de la première séance du Conseil après l’éviction de Froideval, le 12 février 194453. Occupant « un poste de confiance », selon ses propres termes, à la mairie d’Asnières et bientôt une place de maire-adjoint du xviie arrondissement de Paris, Bescol possède de solides relations dans la nouvelle administration de la région parisienne, sans pouvoir être qualifié de collaborationniste. L’entretien qu’il obtient avec le maire seulement une semaine après son élection à la présidence, le 19 février 1944, a pour but d’obtenir une hausse de la subvention municipale. Pour y parvenir, Bescol tient un discours visant à positionner la bibliothèque comme seule offre de lecture dans le paysage culturel asniérois et à conserver la confiance de la mairie. Il évoque ainsi, face au maire, « la grande ville d’Asnières, où il y a une population choisie et en grande partie cultivée »54, tentant par ce discours aux accents élitistes de faire oublier le caractère populaire de l’association, soulignant que le fonds de livres, estimé par lui à 1,2 million de francs, constituerait un héritage de valeur, « si d’aventure l’organisation actuelle de la bibliothèque devenait défaillante »55.

41Un peu plus tard, en juin de la même année, la mairie promet à la bibliothèque une subvention de 50 000 francs pour l’année. Bescol réussit donc à atteindre l’objectif principal fixé avec les administrateurs, mais l’augmentation de subvention désirée s’accompagne d’une contre-partie difficile à accepter pour le Conseil. La mairie exige la présence de deux conseillers municipaux durant les séances du Conseil de la bibliothèque. C’est en tout cas de cette manière que Bescol présente cette réforme au Conseil, le premier juillet 1944. Néanmoins, pour y mettre les formes, il propose la rédaction d’une lettre adressée au nom du Conseil à la mairie, dont les premiers mots seraient les suivants :

  • 56 Ibid.

« Bien que la bibliothèque soit une association libre, […] en raison de l’intérêt que la municipalité voudra bien lui porter, mes collègues et moi-même vous serions reconnaissants s’il vous était possible de faire désigner, par exemple, deux membres de l’assemblée communale pour prendre part toutes les fois qu’ils le désireraient aux réunions mensuelles du Conseil d’Administration de la bibliothèque »56.

  • 57 Ibid.

42Les administrateurs s’inquiètent de cette réforme qui doit entraîner une modification des statuts et surtout du rôle que joueront ces deux délégués municipaux dans le Conseil de la bibliothèque. Bescol les rassure, affirmant que les envoyés du Conseil municipal n’auront pas voix délibérative au Conseil de la bibliothèque. Il reste que cette présence nouvelle semble témoigner de la réduction sensible de l’indépendance de la bibliothèque dans son organisation même. Désormais surveillée par le Conseil municipal, elle paraît devenir une institution subordonnée à la mairie, dans une relation verticale lui laissant de moins en moins de marge de manœuvre. Le changement du nom de l’association, enfin, indique lui aussi la mise en place de cette politique de Bescol en faveur d’une plus grande intégration de la bibliothèque au sein de l’administration locale. Décidé à l’unanimité par le Conseil le 29 juillet 1944, un mois seulement avant la Libération d’Asnières, il témoigne bien de cette nouvelle intégration et de la place désormais occupée par la bibliothèque dans la commune57. Les adjectifs « populaire libre », qualifiant la bibliothèque depuis l’origine, sont supprimés et la bibliothèque renommée sobrement « Bibliothèque d’Asnières ». Les attaches de l’association ne sont donc manifestement plus à rechercher auprès d’une certaine catégorie de population ou d’une certaine conception du livre et de la lecture assortie d’une neutralité et d’une indépendance politique. Son ancrage se trouve désormais lié à la ville d’Asnières, à son territoire et à sa population dans son ensemble.

43Le Conseil de la bibliothèque populaire d’Asnières accepte peu à peu, de la fin du premier conflit mondial à la Libération, un rapprochement entre les administrations publiques et la bibliothèque. Il s’effectue au moyen de diverses initiatives, venues des administrations et de certains établissements de formation comme de la bibliothèque, et au gré des événements. Chacun dans son intérêt bien compris semble s’en satisfaire et le modus vivendi qui en résulte perdure ainsi jusque bien après la Seconde Guerre mondiale ; la municipalité se dote d’une politique de lecture publique moins chère, se contentant de subventions sans avoir à fonder de bibliothèque municipale, et la bibliothèque capte l’ensemble de la demande des lecteurs sur la commune. L’Occupation, à ce titre, peut être envisagée dans la continuité des deux décennies précédentes : les efforts de la bibliothèque en direction du Conseil municipal, sous la présidence de Bescol, doivent lui permettre de rester l’unique offre de lecture sur le territoire de la commune. L’association entend conserver le rôle de bibliothèque municipale sans le titre qu’elle a acquis peu à peu depuis une vingtaine d’années. Elle y parvient encore plusieurs décennies, puisque la bibliothèque ne ferme ses portes qu’en 1976, après une dernière séance du Conseil qui décide la cession du fonds de livres à la municipalité, afin d’ouvrir la première bibliothèque municipale d’Asnières.

44La bibliothèque populaire d’Asnières, au cours de cette période centrale de son histoire, connaît des transformations qui semblent la rapprocher du rôle et de la position d’une bibliothèque publique de prêt. La période 1871-1894 est certes celle des glorieux débuts et présente de nombreux intérêts, en raison notamment du programme de lecture très riche souhaité par les fondateurs. Toutefois, c’est bien au cours du demi-siècle suivant que la bibliothèque prend des dimensions et un rôle sans doute rares parmi les bibliothèques populaires de région parisienne. La période précédant la Grande Guerre, celle du premier essor, voit la politique d’acquisition s’infléchir lentement, au milieu des débats, vers une plus grande liberté pour les lecteurs. L’arrivée du divertissement comme objectif avoué de la bibliothèque et, surtout, la prise en compte des choix et suggestions des lecteurs comme des données centrales pour guider les achats de livres marquent un premier tournant. Cette inversion progressive du rapport entre promoteurs et lecteurs se poursuit toujours plus avant durant l’Entre-deux-guerres, période également du début de la participation de plus en plus grande de la bibliothèque à la vie publique, en tant qu’institution quasiment officielle. Encouragée par la mairie et la préfecture de la Seine, la bibliothèque développe un lien à la population asniéroise dans son ensemble et des attaches à la ville d’Asnières jusqu’à sacrifier, sous l’Occupation, son caractère populaire et ses principes originels d’indépendance. Elle demeure ainsi auprès des nouvelles autorités cette bibliothèque officieusement municipale, unique offre de lecture sur le territoire de la commune.

45C’est une lente transformation d’une bibliothèque populaire, farouchement indépendante, en une bibliothèque publique à laquelle il est possible d’assister au travers des archives de l’association. Les conceptions de la lecture et du rôle d’une bibliothèque changent peu à peu au sein du Conseil et un vrai passage de la lecture populaire à la lecture publique semble s’opérer durant cette longue période, sans toutefois se réaliser complètement. En 1945, la bibliothèque d’Asnières, ainsi renommée, n’est pas devenue pour autant une bibliothèque publique municipale : Asnières est encore loin du modèle américain, les livres ne sont toujours pas disposés sur des rayons accessibles aux lecteurs et le rôle intermédiaire du bibliothécaire, attendant les adhérents derrière son guichet, est toujours nécessaire. Néanmoins, le fonctionnement, la manière d’envisager la gestion du fonds et le contenu intellectuel qu’elle propose aux lecteurs se rapprochent beaucoup de ce qu’il est donné d’observer à la même époque dans les bibliothèques municipales. Un siècle après ses débuts, le destin de la bibliothèque et de son fonds, réutilisé pour l’ouverture d’une première bibliothèque municipale à Asnières, est le résultat de cette lente évolution amorcée au tournant du xxe siècle.

Notes

1 Jean-Baptiste Girard s’est installé à Asnières en 1867 avec sa femme Zoé, sa fille Anna et son gendre Alphonse Baillif. La maison du 88 avenue d’Argenteuil qu’ils occupent alors à Asnières est la propriété de Théodore Brout, oncle de Zoé. Girard passe les dernières années de son existence dans la nouvelle maison d’Alphonse Baillif au 7 rue Sainte-Sophie, toujours à Asnières.

2 Les statuts originaux de la bibliothèque populaire libre d’Asnières ont été conservés par Mme Monique Stieffatre et provisoirement déposés à la BAI-III en 2012. Ces statuts suivent le même plan et reprennent en grande partie le texte de ceux des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement.

3 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé provisoirement aux Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement par Mme Monique Stieffatre. Registre n° 1. Procès-verbaux (Réunions du Conseil), 13 nov. 1871-14 mai 1874. Registre n° 4. Procès-verbaux (Réunions du Conseil), 11 sept. 1882-12 avril 1886.

4 Noë Richter, Les bibliothèques populaires. Paris, Éd. du Cercle de la librairie, 1977, 227 p.

5 La bibliothèque est fermée durant plusieurs mois pendant l’année 1878 par le préfet de police de Paris. De plus amples recherches dans le fonds de la préfecture de police de Paris permettront peut-être d’obtenir plus de détails, cette fermeture intervenant à un moment où les archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières n’ont vraisemblablement pas été conservées.

6 Archives de Paris, D2N1 22, Conseil général de la Seine, délibérations.

7 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement par Mme Monique Stieffatre. Procès-verbaux et Rapport aux Assemblées générales n° 3. 1894-1924. Procès-verbaux Réunion du Conseil, Registre n° 8. 1906-1920.

8 Ibid.

9 Deux exemplaires du catalogue de 1874 sont conservés à la BnF, site Tolbiac, cote 017.094 4 ASNI 2 et 8- Q- 8409 (1874).

10 Archives de Paris, D2N1 22. Conseil général de la Seine, délibérations.

11 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement par Mme Monique Stieffatre. Procès-verbaux et Rapport aux Assemblées générales n° 3. 1894-1924. Procès-verbaux Réunion du Conseil, Registre n° 8. 1906-1920.

12 Noë Richter, op. cit.

13 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement par Mme Monique Stieffatre. Procès-verbaux du Conseil n° 9. 1920-1941.

14 Ibid.

15 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement par Mme Monique Stieffatre. Procès-verbaux des séances du Conseil d’administration. 1942-1949.

16 Ibid.

17 Le catalogue de 1942 est conservé à la BnF, site Tolbiac, sous la cote 8-Q-6889.

18 Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées : les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2008 (NRF Essais).

19 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement par Mme Monique Stieffatre. Procès-verbaux des séances du Conseil d’administration. 1942-1949.

20 La bibliothèque « a pour but de procurer à ses adhérents tous les livres nécessaires à leur instruction et à leur délassement », extrait de l’art. 3 des statuts de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, 1871.

21 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction par Mme Monique Stieffatre. Rapport aux Assemblées Générales, Registre n° 1, 9 nov. 1871-17 jan. 1875.

22 Ibid.

23 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement par Mme Monique Stieffatre. Procès-verbaux et rapports aux Assemblées générales, Registre n° 3. 1894-1925.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Noë Richter, Bibliothèque et éducation permanente : de la lecture populaire à la lecture publique, Le Mans, Bibliothèque de l’université du Maine, 1981, 135 p.

28 Noë Richter, La conversion du mauvais lecteur et la naissance de la lecture publique, Le Mans, Bibliothèque de l’université du Maine, 1981, 135 p.

29 Noë Richter, La lecture et ses institutions, 1, La lecture populaire : 1700-1918, op. cit., 1987, 301 p.

30 Noë Richter, Les bibliothèques populaires, op. cit.

31 En 1908 paraît La librairie publique, premier ouvrage dans lequel Eugène Morel exprime ses idées pour une refonte des bibliothèques publiques en France.

32 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement par Mme Monique Stieffatre. Procès-verbaux Réunion du Conseil, Registre n° 8. 1906-1920.

33 Ibid.

34 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement par Mme Monique Stieffatre. Procès-verbaux du Conseil n° 9. 1920-1941.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement par Mme Monique Stieffatre. Procès-verbaux des séances du Conseil d’administration. 1942-1949.

38 Laure Léveillé, Les petites bibliothèques de la République : aux origines de la lecture publique parisienne des années 1870 aux années 1930, Thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Philippe Levillain : université Paris X-Nanterre, 1998.

39 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction par Mme Monique Stieffatre. Rapport aux Assemblées Générales, Registre n° 1. 9 nov. 1871-17 janv. 1875.

40 Voir Ian Frazer, « Jean-Baptiste Girard, fondateur des bibliothèques des Amis de l’Instruction », in Lectures et lecteurs au xixe siècle : la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, [actes du colloque tenu le 10 nov. 1984], Paris, Bibliothèque des Amis de l’Instruction, 1985, pp. 53-79.

41 Pierre Durand a été maire d’Asnières de 1848 à 1878. Charles Fauvéty, écrivain, essayiste et journaliste franc-maçon est l’une des grandes figures de la génération des fondateurs de la bibliothèque. Il en est le premier vice-président, de 1871 à 1873, puis à partir de cette date, président jusqu’en 1876.

42 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement par Mme Monique Stieffatre. Procès-verbaux et rapports aux Assemblées générales, Registre n° 3. 1894-1925.

43 Cette série apparaît dans les plus vieilles archives disponibles à propos du cadre de classement de la bibliothèque, les statistiques de prêts de l’année 1874.

44 À l’origine, deux prix étaient distribués dans chaque classe de l’école communale de filles et dans celle de garçons. L’instituteur Retrou était l’un des premiers membres du Conseil de la bibliothèque.

45 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement par Mme Monique Stieffatre. Procès-verbaux du Conseil n° 9. 1920-1941.

46 Le local se trouve au 16 place de l’Hôtel de Ville à Asnières.

47 Ibid.

48 Ibid. La lettre du maire n’a pas été conservée dans les archives de la bibliothèque.

49 Archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières, fonds déposé aux Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement par Mme Monique Stieffatre. Procès-verbaux des séances du Conseil d’administration. 1942-1949.

50 Ibid.

51 Ibid.

52 Le procès-verbal de cette Assemblée générale est conservé dans les archives de la bibliothèque populaire libre d’Asnières déposées par Mme Monique Stieffatre aux Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 Ibid.

Auteur

Elève de l’École nationale des chartes

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search