Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

Les bibliothèques dans la cité

Bibliothèque, ville attractive, ville créative

Entretien avec Philippe Duron, député, maire de Caen (Calvados), président de la communauté d’agglomération Caen-la-Mer, janvier 20121

Texte intégral

  • 1 Ce texte écrit par Grégor Blot-Julienne est issu d’un entretien avec Philippe Duron, le 14 janvier (...)

1Un équipement d’agglomération

  • 2 Détruit lors des bombardements de l’été 1944.

2Vous avez bien fait de parler de l’agglomération. Il se localisera dans la ville centre pour des raisons évidentes de publics et de centralité. C’est un projet né sous l’ancien mandat que j’ai eu à connaître alors que j’étais président de Région ; l’ancien président de l’agglomération est venu me demander de le cofinancer. Ce projet répondait à deux objectifs. Le premier était de remplacer un bâtiment ancien, dont la taille était insuffisante pour développer, à côté des services d’une bibliothèque, ceux d’une vraie médiathèque et qui, à près de quarante ans, aurait nécessité des travaux extrêmement importants de consolidation, de mise aux normes de sécurité, etc. Travaux qui n’auraient pas eu une grande pertinence compte tenu de la taille réduite du bâtiment existant. Le second objectif était la volonté de l’agglomération de s’inscrire dans le cadre de l’appel à projets BMVR (bibliothèque municipale à vocation régionale) et dans la norme BMVR. Puis le hasard démocratique a remis ce projet sur ma route, non plus en tant que financeur mais en tant que maître d’ouvrage lorsque je suis arrivé à la présidence de l’agglomération. Un projet scientifique était déjà en cours d’élaboration et a été conduit jusqu’à son terme, je crois, intelligemment et systématiquement. Ensuite, il a fallu mener un travail pour traduire ce projet scientifique en cahier des charges pour une bibliothèque. L’agglomération a demandé à la ville de lui proposer un certain nombre de sites d’implantation. Les services de l’urbanisme avaient identifié jusqu’à huit sites possibles compte tenu de l’importance du projet et de son emprise foncière. Deux sites ont finalement été retenus pour être présentés à l’agglomération. Le premier sur la place de la République, pour la refermer telle qu’elle existait avant-guerre, à la place de l’ancien hôtel de ville2.

3Ce n’était pas une mauvaise situation : très forte centralité, grande densité de bus, intérêt en termes d’urbanisme et d’architecture, etc. La deuxième hypothèse était de s’installer de l’autre côté du bassin Saint-Pierre, en périphérie de l’hypercentre, sur un territoire bien desservi par la deuxième ligne de tramway et non éloigné de la première, à l’articulation du cœur de ville et de l’extension urbaine prévue dans la Presqu’île, et parce que c’était également situé dans un sous-ensemble urbain où l’on trouverait un nombre important d’édifices à vocation culturelle tels l’Esam (European School of Advanced Management), le Cargö et donc cette bibliothèque.

4C’est ce second site qui a été choisi par mes collègues de l’agglomération, après une discussion où ce choix s’est imposé assez vite. Parmi ceux qui ont fait ce choix, certains pensaient que c’était du bon côté de la ville pour leur permettre un bon accès, notamment les Hérouvillais, les Mondevillais, les gens du Plateau. Pour nous, il s’agissait de dire qu’il y avait ici sûrement une pertinence à arrimer ce nouveau quartier de la Presqu’île au cœur de ville mais aussi à favoriser des circulations autour de la culture et des loisirs entre plusieurs établissements.

5Une BMVR : du concept au bâtiment

  • 3 OMA: Office for Metropolitan Architecture (bureau pour une architecture métropolitaine) est l’agen (...)

6Le problème est ensuite de savoir comment passer du concept de BMVR au bâtiment de BMVR. Nous sommes passés en phase projet à un moment où heureusement le nombre de grands projets de ce type n’était pas si élevé et nous avons donc reçu, je crois, soixante-dix-huit dossiers de candidature au concours. Avec des équipes étonnantes, françaises, internationales, des architectes confirmés, d’autres moins connus, plus jeunes, etc. Nous avons fait le choix avec la Drac d’avoir au moins une équipe étrangère, deux équipes françaises de renommée internationale et deux autres équipes un peu moins confirmées. On a choisi OMA3 pour l’équipe internationale, Perrault et Ricciotti parmi les équipes françaises et puis deux autres équipes. Le concours était complexe parce que le projet scientifique et le cahier des charges demandaient à ce que les choses s’organisent autour de quatre sections bien différenciées mais communiquant entre elles : littérature, sciences humaines, arts, sciences et techniques. Le plan d’occupation des sols (POS) de la ville est assez classique et contraignant et les services disaient que le bâtiment devait occuper la totalité de la parcelle et les quatre côtés frôler les limites de celle-ci. Nous sommes actuellement en train d’établir le plan local d’urbanisme (PLU), or tout ici a été déterminé par le plan de la reconstruction. Les politiques comme les services ont été impressionnés par cette reconstruction au point de ne jamais remettre en cause le travail de l’architecte en chef qui avait conduit ce projet après-guerre.

7Les deux projets des équipes non confirmées se sont perdus dans les questions des circulations ; c’était honorable, mais on voyait bien que l’essentiel de leur travail n’avait pas été la lecture publique mais la réponse à la complexité du cahier des charges pour la constitution des quatre pôles et des circulations entre ceux-ci.

8Le projet de Dominique Perrault était très minimaliste, comme souvent chez cet architecte qui privilégie l’aspect environnemental. Son bâtiment était très bas, très végétalisé, mais la salle de lecture prévue, un grand quadrilatère évoquant la salle de lecture d’une bibliothèque universitaire des années soixante, l’a un peu disqualifié.

9Le projet de Ricciotti était un très bel objet, où les circulations étaient remarquablement pensées, mais desservi à nouveau par les salles de lecture. Il proposait des grilles de béton qui enchâssaient le bâtiment, presque comme un moucharabieh. Bien qu’il soit tourné vers la ville, on y était très enfermé et puis, surtout, les hauteurs des salles de lecture étaient assez écrasantes.

10En revanche, la réponse d’OMA a été tout à fait séduisante, tout d’abord parce qu’elle respectait formellement le cahier des charges tout en faisant un grand pied de nez au POS. Leur projet respectait formellement les règles pour mieux les transgresser et les dépasser. Si chacun des côtés du bâtiment tangente bien les côtés de la parcelle, la forme ne s’inscrit pas en superposition avec celle-ci. Ils ont aussi résolu autrement la question des circulations. Au lieu de faire quatre sections reliées par des parcelles assez compliquées, ils ont proposé une croix où les quatre sections se rejoignent en une rotule centrale abritant les escalators et les ascenseurs. Ce bâtiment a été aussi extrêmement séduisant par la conception des salles, sur deux niveaux en mezzanine, qui propose une vraie scénographie sur chacune des salles. Bien au-delà d’un simple bâtiment utilitaire, il permet aussi de mettre en scène la lecture, la réflexion, la rêverie. Chacune des quatre sections a reçu un traitement particulier. La relation entre intérieur et extérieur aussi était séduisante parce que c’est un bâtiment très ouvert, sur la ville, sur le canal, sur l’espace vert qui prendra place derrière. Dernier atout, c’est le bâtiment le plus performant en termes d’énergie. Il n’y a pas eu trois ou deux tours de scrutin mais un seul. OMA a emporté la conviction du jury dès le premier tour.

11C’est un projet que je me plais à défendre parce qu’il donne une nouvelle image de la ville qui s’affranchit un peu des codes anciens et qui s’inscrit dans une modernité affirmée. Je crois que ce sera le bâtiment iconique de ce nouveau quartier de la Presqu’île où nous voulons construire un morceau de ville du XXIe siècle et non pas répéter la ville de la reconstruction ou celle du XXe siècle.

12Nous avons choisi Rem Koolhaas parce qu’il répondait le mieux aux conditions du concours. Ensuite, j’ai été ravi que ce soit Rem Koolhaas et sa façon de poser les problématiques de l’architecture dans des termes différents parce que je pense que nous avions besoin de ça. Il y a aussi une troisième raison que nous ne connaissions pas à l’époque, c’est que c’est un plaisir de travailler avec OMA. On est face à des gens d’un professionnalisme étonnant mais qui sont aussi d’une grande humilité et d’une grande exigence. Je me permets d’aller à chacun des rendez-vous à Rotterdam parce qu’on en revient à chaque fois un peu plus sûrs du choix fait et aussi un peu plus riches dans la façon de regarder l’urbanisme et l’architecture. Ce qui est intéressant, c’est que chaque problème est traité d’une façon systématique ; lorsque nous soulevons une question, on ne nous apporte pas une solution mais on étudie quatre, cinq, six solutions si c’est nécessaire, on fait une analyse de chacune d’entre elles, on regarde tous les aspects économiques. On n’a pas toujours cette chance d’être dans un dialogue aussi valorisé par un travail technique vraiment étonnant.

13Monumentalité ou banalisation ?

14Le projet caennais est audacieux sans afficher une monumentalité écrasante. On a tous à l’esprit de grandes bibliothèques ou de grands musées qui peuvent être, par leur charge symbolique, extrêmement intimidants. Ce n’est pas le cas ici, le bâtiment s’ouvre largement sur la ville et sur les gens. Il est d’un fonctionnalisme qui sera une invitation à la fois à l’étude et à la récréation. Ce n’est pas un bâtiment qui a vocation à poser la ville et la lecture en majesté et de façon intimidante. Ce bâtiment porte la volonté d’apporter une réponse à la hauteur de l’enjeu d’une grande bibliothèque-médiathèque mais qui traduise aussi le souci permanent de chercher à la fois la commodité et le plaisir du lecteur.

15BMVR tête de réseau

16D’autres bibliothèques sont en train de se construire dans l’agglomération : à Hermanville-sur-Mer, à Mathieu, le réseau va se compléter. La BMVR est le vaisseau amiral mais elle doit assumer des fonctions plus larges que le seul cadre de l’agglomération. Comme toutes les BMVR, elle a des fonctions de conservation et de mise à disposition de fonds à vocation nationale (culture scandinave), elle a un rôle de référence au niveau régional et elle est aussi le dépôt légal pour la Basse-Normandie (le deuxième dépôt légal de province après Aix). On s’inscrit dans deux dimensions : la dimension de réseau communautaire et une dimension d’ouverture.

17Quels rapports à la métropolisation ?

18Je pense que la métropolisation tourne autour de trois piliers : l’enseignement − la transmission du savoir −, la recherche, la culture et l’innovation. Dans le cas d’une bibliothèque, on est à la croisée des chemins : éducation, culture et innovation technologique. La construction de cette bibliothèque par cette équipe Koolhaas est l’un des éléments qui vont créer de la notoriété, participer de la ville attractive et même de la ville créative. Depuis qu’on a arrêté ce projet et ce choix, depuis que des images ont commencé à circuler, beaucoup d’équipes sont venues sur le marché multi-attributaire de la société publique locale d’aménagement (SPLA) de la Presqu’île parce qu’elles savaient que Koolhaas allait travailler dans cet espace. Des équipes internationales ont participé à cette procédure qui avaient repéré Caen dans des revues mentionnant la bibliothèque. Quant à Koolhaas, il avait travaillé sur le projet de la BnF, sur Jussieu, mais ses projets de bibliothèques en France n’avaient pas été retenus, il n’avait jamais construit de bâtiments publics sur le territoire français et il souhaitait le faire. La BMVR de Caen est d’ailleurs une bonne entrée en matière puisqu’il va maintenant construire le centre des expositions de Toulouse.

19Caen, ville du livre

20Le livre s’inscrit dans la tradition intellectuelle et culturelle de cette ville. C’est une ville et une université qui ont été séduites par la Réforme. Caen a été une ville d’éditeurs et d’imprimeurs et aujourd’hui encore, en Basse-Normandie, il existe entre cinquante et soixante éditeurs. Plus de cinq mille personnes travaillent dans les métiers du livre et la dimension du dépôt légal en est le marqueur. L’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (Imec), qui est maintenant installé à l’abbaye d’Ardenne, est aussi un marqueur d’excellence autour du livre et l’université propose des formations. Le livre et l’édition sont à un moment charnière et sont des sujets stratégiques. C’est pourquoi nous avons décidé de donner un peu plus d’importance au Salon du livre de Caen, avec une journée professionnelle sur les mutations de l’édition, de l’impression, du livre. Nous voulons conserver un savoir-faire et une compétitivité autour du livre. Créer des collaborations entre institutions ne s’impose pas d’évidence. Ici, la présidente de l’université est aussi maire adjoint. Mais il y a des traditions d’indépendance, une autonomie de chaque institution qu’il faut préserver. Cela dit, nous cherchons la mise en réseau sur certains carrefours, comme le Salon du livre auquel participent l’Imec, l’université, l’Esam, les libraires, etc. Ce n’est pas toujours facile mais on avance. Toutes les problématiques entre la culture et les technologies nouvelles vont nous amener à développer cette coopération. Il me semble que nous aurions intérêt à métisser les savoir-faire technologiques et culturels. Le théâtre s’approprie déjà ces thématiques mais d’autres institutions pourront le faire également.

21L’intérêt des élus pour la ville créative

22La culture est plus complexe à appréhender aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a vingt-cinq ou trente ans. Les langages de la culture se sont parfois éloignés des langages de chacun des spectateurs ou des élus. Mais quand nous avons organisé une journée d’étude autour de la ville créative et des concepts de Richard Florida, nous avons accueilli environ trois-cents personnes, et tous les acteurs culturels de la ville étaient présents. Est-ce à dire que c’était une marque d’évolution ou une marque de curiosité ? Les concepts de ville créative commencent à susciter l’intérêt au-delà des milieux culturels. Sciences-Po Rennes voudrait créer par exemple une section à Nantes autour de cette question de la ville créative. Je serais preneur de ça ! Beaucoup d’élus commencent à réfléchir à ces métissages et à ces croisements.

23Le rôle d’expertise de l’État

24L’État finance moins mais il reste quand même la source la plus importante d’expertise et d’orientation. Les services culturels communaux n’ont pas les mêmes niveaux de compétences que ceux des directions régionales des affaires culturelles (Drac). Celles-ci ont encore des conseillers arts plastiques, danse, musique, de haut niveau. Nous avons mutualisé les services culturels de la ville et de l’agglomération pour avoir plus de moyens, et nous avons recruté deux chargés de mission : arts plastiques et livre. Mais, jusqu’à présent, l’État conserve une bonne capacité d’expertise et nous avons un dialogue de qualité avec la Drac. Les services de l’État, en matière de patrimoine autant que de création, peuvent et doivent conserver leur rôle d’expertise. C’est ainsi que l’on pourra faire évoluer l’approche et l’appropriation culturelles des élus de terrain. Ce qui est vrai en revanche, c’est que les thématiques qui intéressent les élus locaux ont changé en trente ans. Dans les partis politiques, il y a une trentaine d’années, les commissions thématiques attiraient beaucoup plus de monde et celles qui attiraient le plus étaient la culture et l’éducation. Quand j’ai été premier secrétaire de la fédération socialiste du Calvados, on a voulu relancer une commission éducation. Nous n’avons pas réussi à tenir, faute de participants. Ce sont des évolutions sociologiques.

Notes

1 Ce texte écrit par Grégor Blot-Julienne est issu d’un entretien avec Philippe Duron, le 14 janvier 2012, mené dans le cadre d’un mémoire pour le diplôme de conservateur des bibliothèques, dirigé par Thierry Ermakoff : Du choix de l’implantation aux stratégies de localisation : bibliothèques dans la ville, enssib, 2012.

2 Détruit lors des bombardements de l’été 1944.

3 OMA: Office for Metropolitan Architecture (bureau pour une architecture métropolitaine) est l’agence de Rem Koolhaas.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search