Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques populaires à la lecture publique

 | 
Agnès Sandras

Partie V. Les rencontres oubliées des bibliothèques populaires et de la lecture publique au XXe siècle : vers une histoire apaisée ?

De la bibliothèque populaire à la bibliothèque publique : continuités et ruptures

Hind Bouchareb

Texte intégral

  • 1 Nous désignerons par ce terme tout bibliothécaire appelant à la modernisation des bibliothèques pub (...)

1 Les quelques jalons d’histoire des bibliothèques que l’on a coutume de présenter font de la deuxième moitié du xixe siècle le temps des bibliothèques populaires, qui céderait ensuite sa place, dans l’Entre-deux-guerres, à celui de la bibliothèque publique moderne, censée se développer pour de bon après 1945. Mais s’agit-il d’un réel mouvement de substitution d’un modèle à un autre ? La bibliothèque populaire meurt-elle sous les coups des modernistes1 voulant défendre la bibliothèque publique ? Et cette bibliothèque « publique », en quoi est-elle si différente de la « populaire » qui l’a précédée ?

  • 2 Noë Richter, « Introduction à l’histoire de la lecture publique », Bulletin des bibliothèques de Fr (...)
  • 3 Pour une histoire et une analyse plus fine de l’expression « lecture publique », voir Hind Bouchare (...)

2Pour tenter de répondre à ces interrogations, nous avons eu recours aux textes des militants de la lecture publique de la première moitié du xxe siècle, qu’il s’agisse de publications ou de textes privés élaborés dans le cadre de leur action professionnelle. En comparant leurs opinions à l’image des bibliothèques offerte par les archives, nous avons cherché à approcher la réalité de la lecture publique dans l’Entre-deux-guerres, afin de mieux cerner cette période de transition. Rappelons que la lecture publique doit ici s’entendre dans son acception large, telle qu’elle prévalait à l’époque, et telle que l’a définie par la suite Noë Richter : « La lecture publique est l’activité ou, si l’on préfère, le service, ou les fonctions d’une catégorie de bibliothèques que la terminologie professionnelle internationale désigne sous le nom de bibliothèques publiques » ; « est publique toute bibliothèque instituée pour desservir, sans discrimination, les membres d’une collectivité »2, qu’elle soit de statut public ou de statut privé3.

3Si la transition entre le modèle de la bibliothèque populaire et le modèle de la bibliothèque publique nous paraît aujourd’hui complexe, elle ne l’était pas moins à l’époque, car il n’existait aucune définition valable de la bibliothèque populaire ou de la bibliothèque publique. Pour autant, le prétendu « passage » de l’une à l’autre ne fut pas qu’un simple changement de nom sur le fronton des institutions. Deux modèles — sinon plus — étaient effectivement en jeu, impliquant des conceptions particulières du public, des collections, du rôle du bibliothécaire, de l’organisation de l’ensemble. Mais l’un déclinait quand l’autre apparaissait, de sorte que la critique de l’ancienne bibliothèque populaire semble avoir relevé davantage d’une stratégie de promotion de la bibliothèque publique, que d’une réelle concurrence. Enfin, nous verrons que les nouveautés prônées par les militants de la lecture publique dissimulaient des continuités mal assumées entre bibliothèques populaires et bibliothèques dites modernes.

Un simple problème de mots ?

Le flou terminologique et institutionnel

  • 4 Le terme « libre » est ici à entendre dans le même sens que dans l’expression « école libre », forg (...)

4Vouloir comparer bibliothèques publiques et bibliothèques populaires dans l’Entre-deux-guerres n’est rien moins qu’une gageure, car le vocabulaire même brouille les pistes. En effet, les dénominations de l’époque sont incohérentes et ne répondent à aucune règle : bibliothèques municipales, bibliothèques publiques, bibliothèques populaires (religieuses ou laïques), bibliothèques scolaires, bibliothèques libres se mêlent pour le plus grand malheur de l’historien. La « bibliothèque populaire » est sans doute la plus polysémique. Contrairement à la bibliothèque libre4 qui est nécessairement privée, son statut n’est pas clair. Ainsi, bien que le terme de bibliothèque « communale » ou « municipale » tende à se généraliser pour les bibliothèques publiques, on trouve encore, au début des années 1930, des bibliothèques municipales ayant conservé leur épithète de « populaire ». Il s’applique souvent à d’anciennes bibliothèques populaires fondées sur une initiative privée, que la ville a municipalisées sans changer leur titre, mais il peut également s’agir de créations municipales désireuses de se placer sous le signe de la lecture populaire. La confusion grandit encore quand, dans certains cas, la bibliothèque populaire n’est qu’une partie de la bibliothèque municipale, logée dans les mêmes locaux, ouverte aux mêmes horaires et gérée par le même bibliothécaire : elle désigne alors la section de prêt, par opposition à la bibliothèque d’étude. On ne peut pas davantage faire de la bibliothèque populaire une bibliothèque laïque : si beaucoup ont effectivement été créées par des cercles républicains à la fin du xixe siècle, les associations confessionnelles ont eu tôt fait de récupérer l’épithète « populaire » pour leurs propres bibliothèques. Aucun qualificatif ne correspond donc à un type particulier de bibliothèque puisqu’aucune règle ne préside au choix du terme.

  • 5 Noë Richter, « Aux origines de la lecture publique », Bulletin des bibliothèques de France, 1978, n (...)

5Les textes législatifs ne sont d’aucun secours non plus pour définir précisément la bibliothèque populaire. En effet, comme l’a montré Noë Richter, l’administration centrale tend très tôt « à assimiler les deux types de bibliothèques communales, les bibliothèques savantes et les bibliothèques populaires, à étendre aux secondes la réglementation des premières, et à prendre des décisions applicables indifféremment aux unes et aux autres »5. Les bibliothèques populaires, même privées, pouvaient effectivement bénéficier de subventions de l’État en échange de certaines obligations, à commencer par un droit de regard de la puissance publique sur leurs collections.

6Cette difficulté à nommer une réalité multiple se retrouve dans les discours sur les bibliothèques, qu’il s’agisse d’articles de presse ou de manuels professionnels. Invariablement, on rappelle la diversité des établissements de lecture, dont on tente ensuite d’établir une typologie. Quelques exemples suffisent à prouver que la confusion règne :

  • 6 Marcel Langlois, « La bibliothèque pour tous : ce qui a été fait, ce qu’on pourrait faire », Revue (...)

« Dans toutes les grandes villes de France, il existe des bibliothèques populaires ; elles portent à Paris et à Lyon le nom de municipales, et en province, de communales ; […] il importe de ne pas confondre, avec les populaires, les municipales de province, qui comportent des manuscrits et des ouvrages savants et sont en principe destinées à servir à l’étude »6.

  • 7 Christian de Serres de Mesplès, Les bibliothèques publiques françaises : leur organisation, leur ré (...)
  • 8 Laure Léveillé, Les petites bibliothèques de la République : aux origines de la lecture publique pa (...)

7Cette typologie, établie par Marcel Langlois, bibliothécaire de l’Institut catholique, se fonde donc à la fois sur un critère géographique (Paris et Lyon d’un côté, le reste de la France de l’autre) et sur un critère d’usage (bibliothèque d’étude ou non). D’autres privilégient des critères juridiques, tels Christian de Serres de Mesplès, qui distingue bibliothèques publiques d’État, bibliothèques communales et municipales (il emploie indistinctement les deux adjectifs) et bibliothèques dépendant du département de la Seine, véritables bibliothèques territoriales sans aucune intervention de l’État7. Il est vrai que les bibliothèques municipales parisiennes sont un cas à part, comme l’a montré Laure Léveillé, puisqu’elles « procèdent plus d’un modèle de lecture populaire hérité du courant philanthropique »8 que du modèle des bibliothèques municipales de province conservant les dépôts révolutionnaires. Elles ont ainsi leur propre système de fonctionnement et leur propre service d’inspection.

8Citons encore la pyramide définie par Charles Schmidt, dans son rapport à la Commission de la lecture publique, en 1930 :

  • 9 Charles Schmidt, « Les bibliothèques municipales », ABF Chronique, 1930, p. 23.

« Au sommet, les bibliothèques nationales, qui ont leur statut. À la base, les bibliothèques communales, qui vont être créées. À l’étage intermédiaire, les bibliothèques municipales, qui attendent leur statut depuis plus de cent trente ans »9.

9Selon cette logique, les bibliothèques municipales sont les établissements ayant reçu des livres provenant de saisies révolutionnaires. Tout autre établissement de lecture publique est une bibliothèque communale, type nouveau qui devrait remplacer les anciennes populaires : de fait, Schmidt comme Serres de Mesplès évacuent totalement les bibliothèques d’initiative privée. On assiste en effet à un mouvement de récupération des bibliothèques populaires par les municipalités, tout au long de l’Entre-deux-guerres, dont il est pour l’instant difficile de mesurer l’ampleur, en l’absence d’étude précise sur le sujet.

  • 10 L’ABF réclama très tôt une direction des bibliothèques, promise par le ministre de l’Instruction pu (...)

10L’administration ministérielle elle-même n’est pas en mesure de distinguer les différents types de bibliothèques, qui ne relèvent pourtant pas des mêmes tutelles10. Le service des bibliothèques est rattaché à la direction de l’Enseignement supérieur du ministère de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Cultes. Mais les bibliothèques populaires, assimilées aux bibliothèques scolaires, dépendent de la direction de l’Enseignement primaire. Selon le nom qui lui est donné, une petite bibliothèque municipale sans collection patrimoniale peut alors tomber dans le giron de l’une ou l’autre direction.

11L’imprécision des termes durant cette période laisse donc mal deviner comment les théoriciens de la lecture publique ont pu opposer à ce point lecture publique et lecture populaire. De fait, on ne trouve l’origine de cette opposition que dans les écrits d’un seul homme : Eugène Morel.

La « librairie publique » d’Eugène Morel

12Conscient de cet enjeu terminologique, le bibliothécaire Eugène Morel va s’attacher à cristalliser deux modèles, deux concepts, en les définissant l’un par rapport à l’autre. En effet, s’il est loin d’être le premier à louer les exemples étrangers de bibliothèques publiques, il est certainement celui qui attaque avec le plus de véhémence les bibliothèques populaires au profit de ce nouveau modèle. Dans ses deux ouvrages majeurs, Bibliothèques, essai sur le développement des bibliothèques publiques et de la librairie dans les deux mondes (1908) et La librairie publique (1910), il détaille les reproches qu’il adresse aux différentes bibliothèques françaises, dont les bibliothèques scolaires et populaires. Le combat de Morel est d’abord linguistique. S’il plaide pour la « librairie publique », c’est qu’il accuse à la fois la bibliothèque populaire de maintenir son public dans un mépris de classe et la bibliothèque municipale de n’être réservée qu’aux érudits :

  • 11 Eugène Morel, La librairie publique, Paris, A. Colin, p. 158.

« La librairie publique est-elle une populaire ? En aucune sorte, et nulle confusion n’a été plus fatale au développement de la lecture publique, qui a toujours végété lorsqu’elle a pris la forme de bibliothèque pour la plus basse partie du peuple. La librairie publique n’est pas une bibliothèque populaire. Pas plus qu’une "bibliothèque" tout court, telle que nous l’entendons. »11

13Selon lui, il faut donc rejeter l’épithète « populaire » ainsi que le mot même de « bibliothèque », afin de montrer que le modèle qu’il prône est tout à fait différent.

  • 12 Paul Otlet, « L’état actuel des questions bibliographiques et l’organisation internationale de la d (...)

14L’acharnement contre l’expression de « bibliothèque populaire » semble propre à Morel, car ses prédécesseurs comme ses continuateurs n’y mettent pas tant d’ardeur. Parmi ses contemporains, Paul Otlet, fondateur de l’Institut international de bibliographie et dont Morel connaît bien les idées, parle volontiers de « bibliothèques populaires » pour désigner un mouvement nouveau en faveur de la lecture publique12. De même, le directeur du Musée pédagogique, Maurice Pellisson, affirmant comme Morel la supériorité des bibliothèques anglaises et américaines, intitule son ouvrage paru en 1906 Les bibliothèques populaires à l’étranger et en France

  • 13 Ernest Coyecque, « La bibliothèque publique moderne : son rôle social, son organisation », in Henri (...)

15À la suite de Morel, des chartistes comme Ernest Coyecque ou Georges Collon attachent encore du prix à cette question de vocabulaire : il faut selon eux interdire l’adjectif « populaire », car il « déprécie tout ce qu’il qualifie »13. Dans les discours, il ne disparaît pas pour autant, mais on tend à lui préférer les expressions « bibliothèque publique », « bibliothèque pour tous » ou encore « bibliothèque de vulgarisation », « bibliothèque de lecture », voire « bibliothèque de consommation ». Toutefois, contrairement à Morel, il s’agit déjà pour ces modernistes de faire de la lecture publique une prérogative des bibliothèques municipales.

La bibliothèque populaire : une fonction plus qu’un statut

  • 14 Léo Lagrange était sous-secrétaire d’État aux Sports et à l’organisation des loisirs, sous le gouve (...)
  • 15 Léo Lagrange, « Rapport d’activité du sous-secrétaire d’État aux sports et loisirs », in Eugène Rau (...)
  • 16 Bibliothèques populaires et loisirs ouvriers (1933) et Mission sociale et intellectuelle des biblio (...)

16Au cours des années 1930, le retour en grâce de l’épithète « populaire » modifie le propos des militants de la lecture publique. On ne craint plus guère de qualifier une bibliothèque de « populaire », pourvu qu’elle réponde aux critères « modernes ». Ce changement s’inscrit dans un mouvement plus large de « popularisation » des loisirs, et particulièrement des loisirs culturels, comme en témoignent les propos de Léo Lagrange14 à ce sujet. Selon lui, le qualificatif « populaire » n’est pas ou plus à considérer comme dégradant ; il ne s’agit pas de « distribuer une culture au rabais », mais bien « de créer pour les larges masses dans l’ordre de l’esprit l’instrument de leur libération et de leur dignité »15. L’épithète est omniprésente et doit signifier aux masses qu’elles sont désormais actrices de leurs loisirs, pour lesquels le gouvernement se contente en fait de mettre en place des structures et de leur apporter un soutien matériel. Une logique similaire est adoptée dans les institutions internationales qui se préoccupent de ces questions, puisque les deux enquêtes de l’Institut international de la coopération intellectuelle, réalisées à la demande du Bureau international du travail et publiées en 1932 et 1937, portent sur les « bibliothèques populaires »16. De même, la jeune International Federation of Library Associations and Institutions (IFLA) se dote dès sa création en 1929 d’un Committee on Public Libraries, traduit en français par « section des bibliothèques populaires ».

17Concernant les bibliothèques françaises, ce sont sans doute les comptes rendus d’inspection qui nous offrent le sens le plus précis de « bibliothèque populaire » dans les années 1930. Rappelons qu’avant la création d’une direction des bibliothèques en 1945, seule l’Inspection générale des bibliothèques constitue un embryon d’administration centrale, bénéficiant d’une vue d’ensemble intéressante sur le paysage des bibliothèques françaises. Or, durant l’année 1938, les inspecteurs utilisent un formulaire dont l’un des items consiste à caractériser la bibliothèque visitée à l’aide des quatre catégories suivantes : savante, mixte, moderne, populaire. On trouve ainsi des descriptions de ce genre :

  • 17 Archives nationales, F/17/17323, Archives de l’Inspection générale des bibliothèques, dossier dépar (...)

« La bibliothèque de Troyes, par la richesse de son fonds ancien et de ses manuscrits, est une bibliothèque pour érudits. De plus, l’importance de son fonds moderne en fait une bibliothèque mixte, pour travailleurs, étudiants et lecteurs. Elle est même une bibliothèque populaire puisqu’aucune autre bibliothèque n’existe dans la ville. Enfin, elle possède un fonds de livres pour enfants. […] La bibliothèque doit être à la fois : 1) Une bibliothèque savante et une bibliothèque d’étude […] 2) Une bibliothèque de lecture courante, voire une bibliothèque populaire, et les efforts tentés dans ce sens sont couronnés de succès puisqu’il y a trois mille emprunteurs de plus que l’année dernière. »17

18Ainsi l’Inspection des bibliothèques qualifie-t-elle de populaire l’une des plus riches bibliothèques municipales classées de France ! Le sens de l’épithète a bien changé. Si, au départ, la bibliothèque populaire était l’institution destinée à encadrer la lecture du peuple, public qui ne pouvait se confondre avec celui de la bibliothèque d’étude, l’expression en vint à désigner parfois le modèle de bibliothèque publique prôné par les modernistes, mélangeant idéalement tous les publics. S’était donc opéré peu à peu un glissement de sens par lequel la bibliothèque populaire ne représentait plus tant un type de bibliothèque (bibliothèque d’initiative privée, bibliothèque scolaire ouverte aux adultes) que des collections et des usages particuliers. Plus précisément, elle était devenue une fonction parmi d’autres consistant à mettre à disposition d’un large public (notamment par le biais du prêt à domicile) des ouvrages accessibles, en particulier des romans, emblèmes de la lecture populaire.

19Sous l’angle strictement lexical, on comprend dès lors que l’opposition entre bibliothèque publique et bibliothèque populaire se soit peu à peu vidée de son sens. On ne peut nier pour autant que des conceptions différentes de la bibliothèque – parfois opposées, peut-être même concurrentielles – aient coexisté. Ce sont ces divergences que nous nous proposons maintenant d’explorer.

L’idéal moderniste : en finir avec la bibliothèque populaire ?

Des divergences incontestables

  • 18 Pour la clarté de l’exposé, nous désignerons par la suite comme « bibliothèques populaires » toutes (...)
  • 19 Le modèle américain se caractérise notamment par le libre accès aux rayons, l’attention portée au j (...)

20Plusieurs points essentiels opposent le modèle de la bibliothèque populaire18 et le modèle de la bibliothèque publique. Rappelons d’abord les grands principes défendus notamment par les Belges Paul Otlet et Henri La Fontaine, fondateurs de l’Institut international de bibliographie, dont s’est largement inspiré Eugène Morel. D’après eux, la lecture publique a vocation à être assumée par l’État, bien que cette mission puisse en pratique être assurée par d’autres institutions. En effet, leur idée de la lecture publique repose sur le raisonnement suivant : l’homme doit toujours chercher à développer son intelligence puisque c’est cette faculté qui le distingue de l’animal ; la lecture est la nourriture de l’intelligence et, à ce titre, doit être fournie à tout homme. Les gouvernements ont alors le devoir d’assurer un service public de la lecture, à travers la bibliothèque publique. La bibliothèque remplit ainsi une fonction sociale de démocratisation du savoir ; elle n’a pas un rôle passif, mais doit au contraire aller au-devant des lecteurs et leur rendre attrayantes les activités intellectuelles. L’idéal moderniste cherche donc à mettre en œuvre des améliorations propres à adapter la bibliothèque à un plus large public. C’est pourquoi le modèle américain, qui place le lecteur au centre de sa réflexion, paraît si novateur19.

21La pensée moderniste peut se résumer en trois souhaits : la bibliothèque publique doit d’abord être ouverte à tous et bannir la séparation des publics ; de nouvelles formules doivent ensuite être appliquées par des professionnels pour mieux répondre aux besoins des lecteurs (libre accès aux rayons, prêt facilité, horaires commodes, section enfantine, bibliothèques circulantes…) ; enfin, sur l’ensemble du territoire, le système de lecture publique doit être un réseau structuré, décentralisé, avec une direction nationale. De fait, les bibliothèques populaires comme la grande majorité des bibliothèques municipales étaient loin de remplir ce cahier des charges…

  • 20 Enssib, Fonds Grolier, Archives de l’Association pour le développement de la lecture publique (ADLP (...)

22Par sa volonté d’accueillir tous les citoyens, la bibliothèque publique se distinguait effectivement d’une bibliothèque populaire dont le nom l’aurait condamnée à pratiquer une ségrégation sociale considérée comme intolérable. L’idéal moderniste était un idéal de mixité des publics (du point de vue de l’âge, de la condition sociale, du métier, de l’usage de la bibliothèque). Comme l’affirme Georges Collon, directeur de la bibliothèque municipale de Tours de 1922 à 1945, une « bibliothèque fréquentée par une seule catégorie de public est toujours disproportionnée et trop souvent tendancieuse »20. En s’ouvrant à tous, la bibliothèque répondait non seulement à l’exigence de neutralité chère aux modernistes, mais évitait également le gaspillage des efforts et des crédits.

23Les collections qu’offrait la bibliothèque publique devaient donc être adaptées à ce but :

  • 21 Gabriel Henriot, La bibliothèque pour tous : trois conférences sur l’organisation des petites bibli (...)

« Il faut avoir des livres pour toutes les catégories de la clientèle : première enfance ; adolescence ; ouvriers ; paysans ; employés ; gens de basse, de moyenne, de haute culture ; livres pour divertir, pour instruire, pour renseigner »21.

24La bibliothèque publique se situait ainsi à mi-chemin entre la bibliothèque populaire, à laquelle on reprochait souvent de n’offrir que des romans, et la bibliothèque savante qui n’en possédait pas : elle combinait alors des fonctions de distraction et d’instruction. Dans l’absolu, des bibliothèques populaires auraient tout à fait pu proposer de telles collections, d’autant que leurs règlements n’interdisaient que rarement l’accès à tel ou tel public : sans doute fallait-il davantage blâmer le manque de moyens que les objections de principe, pour expliquer la pauvreté de certaines de leurs collections.

25La modernité de la bibliothèque publique devait également se traduire par un mode d’organisation particulier. La notion de réseau était mise en avant, à la fois parce qu’un réseau était gage de collaboration et d’efficacité, et parce qu’il devait permettre de faire bénéficier les communautés les plus isolées (quartiers ouvriers excentrés, zones rurales, etc.) d’un service de qualité. Cela constituait une différence importante entre bibliothèques populaires et bibliothèques publiques puisque, de manière générale, les bibliothèques populaires avaient été conçues comme des bibliothèques indépendantes, issues d’initiatives locales. Certes, certaines avaient été fondées ou étaient approvisionnées par des associations d’envergure nationale (la Ligue française de l’enseignement ou la Société Franklin, par exemple), créant ainsi des liens entre elles, mais cela n’impliquait pas nécessairement de collaboration.

  • 22 Hind Bouchareb, op. cit., pp. 93-124.
  • 23 Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard, Discours sur la lecture : 1880-2000, Paris, Bibliothèque publiqu (...)

26Enfin, la dernière divergence entre bibliothèques populaires et publiques est évidemment capitale, car elle est au principe de l’identité corporatiste des bibliothécaires : contrairement à la bibliothèque populaire, la tenue d’une bibliothèque publique moderne requiert des savoirs techniques que seul un professionnel, c’est-à-dire une personne formée et dédiée à cet emploi, peut mettre en œuvre. Or, la galaxie des bibliothèques populaires, dans toute sa diversité, comptait parmi ses « bibliothécaires » des instituteurs dévoués, des érudits retraités, des paroissiennes investies, et autres bénévoles bien intentionnés, dont fort peu pouvaient être qualifiés de professionnels. L’idée qu’une bibliothèque savante devait être dirigée par une personne formée n’était d’ailleurs pas encore admise par tous. Les bibliothèques de lecture publique, que l’on assimilait à de simples dépôts de livres dont la gestion n’exigeait aucune connaissance autre que la maîtrise de l’écrit, devaient donc lutter encore plus pour obtenir cette reconnaissance22. La plupart des bibliothèques populaires n’avaient aucune revendication de la sorte, bien au contraire. Prenons l’exemple des deux plus grandes associations en faveur de la lecture et des bibliothèques, la Société Franklin et la Ligue française de l’enseignement, respectivement créées en 1862 et 1865. D’après Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard, elles étaient « en définitive plus soucieuses des lecteurs que des livres, des heures de convivialité et d’échange que des heures de lecture silencieuse et solitaire, plus attentives à faire vivre des réseaux qu’à vérifier les progrès des savoirs »23, ce qui explique qu’elles aient accordé peu d’importance à la formation du bibliothécaire, qui n’était au fond qu’un lecteur parmi d’autres. En effet, les conseils de lecture devaient plutôt être donnés de lecteur à lecteur, au sein de cercles de lecture, et l’on devait éviter que le bibliothécaire ne s’approprie la bibliothèque. Quant aux bibliothèques scolaires et aux bibliothèques confessionnelles, seul leur importait le bon choix des livres ; il était donc confié à l’autorité compétente, en l’occurrence l’instituteur ou l’homme d’Église. Il ne leur semblait guère utile d’avoir recours à d’autres personnes pour gérer leurs collections.

27Des différences fondamentales séparaient donc bien les modèles théoriques de la bibliothèque populaire et de la bibliothèque publique.

Le déclin de la bibliothèque populaire : une évolution politique ?

  • 24 Eugène Morel, Bibliothèques : essai sur le développement des bibliothèques publiques et de la libra (...)
  • 25 Henri Comte, Les bibliothèques publiques en France, Presses de l’ENSB, 1977, p. 291.
  • 26 Martine Poulain, « Introduction », Histoire des bibliothèques françaises, 4, Les bibliothèques au x (...)

28Dès le début du xxe siècle, Morel constate que les bibliothèques populaires créées dans les décennies précédentes connaissent un déclin, principalement dû au manque de subsides, qu’il s’agisse d’envois de livres ou de crédits financiers, de subventions ministérielles ou locales. Il souhaite que les conseils municipaux et généraux prennent conscience de leur responsabilité en matière de financement des bibliothèques : « ce qu’on devrait espérer, c’est que l’État ne fasse pas tout »24. Il regrette notamment que l’enthousiasme des créations de bibliothèques n’ait pas perduré et que les efforts pour poursuivre ces entreprises ne soient pas réalisés. D’après Henri Comte, les gouvernements auraient en effet diminué leurs subventions aux bibliothèques scolaires et populaires laïques à mesure que la République se fortifiait, c’est-à-dire à mesure que la finalité politique de ces bibliothèques disparaissait25. L’idée est reprise par Martine Poulain dans son introduction au dernier tome de l’Histoire des bibliothèques françaises, estimant que les modèles de bibliothèques du xixe siècle déclinent non parce qu’ils ont échoué, mais « parce que leur réussite les rend obsolètes »26.

  • 27 Voir, par exemple, la discussion sur le budget de l’Instruction publique à la Chambre, rapportée pa (...)

29Cette explication n’est pas pleinement satisfaisante, car l’État ne met pas pour autant un terme au contrôle qu’il exerce sur le choix des ouvrages contenus dans les bibliothèques, ni à leur surveillance par le biais de l’Inspection générale des bibliothèques. Cette dernière dispose certes d’un rôle plus pédagogique que coercitif. Mais elle peut du moins menacer les bibliothèques récalcitrantes (qui n’ouvrent plus ou ne communiquent plus d’ouvrages, par exemple) de suspendre les envois de livres qui leur sont adressés. Par ailleurs, au début des années 1930, l’idée que la bibliothèque scolaire et populaire est un instrument de propagande au service de la République et, plus encore, de la laïcité, n’a pas disparu, comme en témoignent certains débats parlementaires27. De fait, les adultes ne les ont pas complètement désertées, notamment à la campagne où elles sont les seules sources de lecture :

  • 28 Henri Vendel, « La lecture en province », La pensée française, n° 82, 8 sept. 1924.

« Il faut bien admettre que cette population rurale lit très peu. Le journal quotidien, voire hebdomadaire suffit à satisfaire la curiosité du plus grand nombre. Les bibliothèques scolaires, pauvrement dotées, rendent quelques services. Elles prêtent des livres en hiver surtout, au temps des veillées. »28

  • 29 Maurice Roger, « Situation des bibliothèques scolaires », in « Rapports faits à la Commission minis (...)

30Une enquête menée en 1929 sur les bibliothèques scolaires et populaires aboutit au même constat, soulignant que les adultes fréquentent surtout la bibliothèque s’ils y trouvent des ouvrages récents (romans et livres d’agriculture, de préférence)29. Malgré ces quelques notes positives, le portrait majoritaire des bibliothèques populaires (qu’elles se superposent à des bibliothèques scolaires ou qu’elles aient été créées par des sociétés philanthropiques) n’est pas des plus engageants : faute de moyens ou de compétences, elles seraient de moins en moins utiles.

  • 30 Ernest Coyecque, « Introduction », [placée en tête de tous les catalogues des bibliothèques municip (...)

31La bibliothèque populaire décline donc, laissant toute latitude à ses détracteurs pour la critiquer et proposer une autre conception de la bibliothèque. Morel n’est pas le seul à s’y lancer, mais le mouvement ne s’amplifie réellement qu’après la Première Guerre mondiale. En effet, la guerre marque un changement dans les mœurs et les habitudes, qui influence la place dévolue aux bibliothèques dans la société. D’une part, les valeurs morales sont bousculées et l’on voit dans les bibliothèques un moyen de régénérer les sociétés aussi bien que d’assurer la paix entre les peuples. D’autre part, le conflit signe l’avènement de la technique, terme qui parcourt les discours des modernistes comme une nécessité vitale pour la bibliothèque. Ernest Coyecque écrit ainsi : « l’une des leçons essentielles de la Grande Guerre n’aura-t-elle pas été d’affirmer et d’imposer la suprématie de la technicité ? »30. Formation technique, réorganisation technique, direction technique (par opposition à administrative)… : pas une expression du discours moderniste qui ne comporte cet adjectif, devenu presque synonyme de « moderne ».

  • 31 Voir par exemple : « Heures de loisir », Le Temps, 23 avril 1919 : « n’est-il pas étonnant que [... (...)

32Le contexte politique et économique de la reconstruction est également prépondérant. En effet, la journée de huit heures est accordée aux salariés, par la loi du 23 avril 1919. Or, cela suppose que les travailleurs disposeront d’un temps de loisir accru, ce qui inquiète une part de l’opinion. À droite comme à gauche, l’on craint que ces loisirs soient mal employés. Aussi la lecture est-elle vue comme une solution à ce problème, comme un loisir sain que l’État devrait donc encourager et contrôler31.

  • 32 Le Comité américain pour les régions dévastées (CARD) entreprit ainsi de fonder des bibliothèques f (...)
  • 33 Nous parlons plus volontiers de modèles étrangers que de modèle américain ou anglo-saxon, car les d (...)

33Enfin, la Première Guerre mondiale fait naître sur le territoire français des expériences de lecture publique menées par les Américains32 : le modèle américain de la Public Library peut donc être observé sur place. Si le motif du modèle étranger33 corrélé à celui du retard des bibliothèques françaises se répand alors, c’est aussi que, de plus en plus, les nations sont amenées à se comparer les unes aux autres et à coopérer. Dans le domaine des bibliothèques comme ailleurs, on assiste à un mouvement d’internationalisation de la réflexion, censé assurer l’harmonie entre les peuples : les fondements éthiques et psychologiques qui président à la création de la SDN sont proches de ceux qui sous-tendent le modèle de la bibliothèque publique développé au début du xxe siècle.

34Tout comme le souhait d’une bibliothèque ouverte à tous s’enracine dans les idées pacifistes et démocratiques de l’époque, de même la revendication pour une structuration en réseau est fille de son temps. Elle se développe en effet au milieu des années 1930, au moment où l’organisation des loisirs est inscrite dans le programme du Front populaire. La possibilité d’une prise en charge par l’État des activités culturelles, auparavant réservées aux associations et autres groupements privés, incite à repenser la place des petites bibliothèques de lecture. Les différences observées entre bibliothèques populaires et bibliothèques publiques reflètent donc très largement les évolutions politiques de l’Entre-deux-guerres.

La critique de la bibliothèque populaire comme stratégie rhétorique

35Il n’est guère pertinent de considérer le passage de la bibliothèque populaire à la bibliothèque moderne comme un affrontement entre deux modèles, car les tenants de la bibliothèque populaire ne répliquaient pas vraiment face aux critiques des militants de la lecture publique. Par ailleurs, ces derniers avaient davantage maille à partir avec les adversaires de la bibliothèque ouverte à tous, qui considéraient la lecture publique comme une menace pour les bibliothèques d’étude, à l’instar de ce bibliothécaire intervenant au Congrès international des bibliothécaires de 1923 :

  • 34 Combertus Pieter Burger, « Des qualités requises pour être bon bibliothécaire », in Fernand Mazerol (...)

« On veut que la bibliothèque serve aux besoins des masses, qu’elle contienne les livres qui peuvent contenter ces besoins-là, et on oublie la haute vocation de la bibliothèque, qui est de conserver les trésors de la science et de la pensée des générations et de les rendre accessibles aux études et aux recherches du temps présent et de l’avenir »34.

  • 35 Gabrielle Bouet, « Pour le congrès de la Fédération de l’enseignement : la lecture et les bibliothè (...)

36Alors que la lecture publique a la vocation hégémonique d’encadrer l’ensemble des bibliothèques de lecture d’un territoire, les bibliothèques populaires ne cherchent qu’à survivre, non à influencer les autres. Pour les milieux ouvriers, seules les bibliothèques scolaires et populaires laïques peuvent être utiles ; ils n’essaient pas de réformer la bibliothèque municipale publique, rejetée par principe comme un lieu réservé aux élites. « Il n’y a pas de culture prolétarienne possible sans l’existence de bibliothèques scolaires et populaires bien composées », affirme L’Humanité35. Le seul mouvement de réaction provient des bibliothèques catholiques qui justifient de plus en plus leur existence par la nécessité de faire contrepoids au développement des bibliothèques publiques, mais elles ne remettent pas en cause le modèle défendu par les modernistes. Au contraire, comme nous le verrons plus loin, les initiatives pour rénover les bibliothèques catholiques exploitent une partie des outils et des principes promus par les militants de la lecture publique. On ne saurait donc y voir les traces d’un affrontement entre bibliothèques populaires et bibliothèques publiques.

37Si cette « défaite » de la bibliothèque populaire traditionnelle était bien consommée, comment comprendre alors que les partisans de la bibliothèque publique moderne l’aient attaquée avec tant d’acharnement ? Ils avaient en effet bâti leur argumentation sur l’opposition entre bibliothèques populaires et bibliothèques publiques, comme s’il avait fallu se débarrasser à tout prix des premières pour construire les secondes. Dès la création du Comité français de la bibliothèque moderne (CFBM), institué à la fin de la Première Guerre mondiale pour pérenniser les initiatives américaines en faveur des bibliothèques sur le sol français, le ton était ainsi donné :

  • 36 Archives nationales, F/17/17306, Dossier « Papiers Poindron », Texte de présentation du CFBM par An (...)

« Nous avons l’honneur de vouloir bien vous prier d’adhérer au CFBM. Il a pour objet de provoquer et de faciliter une organisation de la lecture publique en France, moins rudimentaire, plus rationnelle, plus moderne, mieux adaptée aux besoins de la collectivité contemporaine que les bibliothèques dites « populaires » : nom fâcheux, d’ailleurs, qui suffit à faire naître et à propager une conception inexacte, celle d’une institution de classe. Ce que nous voulons, c’est, à l’exemple des Anglais, des Américains et des Belges, la “bibliothèque publique” destinée à tous, à tous nécessaire, et par tous utilisable. »36

38En vérité, la logique est simple, mais mérite d’être rappelée : pourquoi créer quelque chose de nouveau, lorsqu’il suffirait d’améliorer l’existant ? La seule manière de contourner l’obstacle consiste à démontrer que les fondements de l’existant sont viciés et n’ont rien à voir avec ceux sur lesquels on se propose de bâtir. C’est en vertu de cette logique que les successeurs de Morel et, plus largement le courant que l’on appellera « moderniste », entreprirent de dénigrer le modèle de la lecture populaire pour mieux louer celui de la bibliothèque publique moderne, inspiré des bibliothèques étrangères. En dépréciant les initiatives passées et en les détachant radicalement du nouveau modèle, on était mieux à même de faire accepter sa vision des choses.

39Par ailleurs, rejeter la bibliothèque populaire au prétexte qu’elle n’utilisait pas les techniques modernes et n’était pas dirigée par un bibliothécaire professionnel permit de fédérer des sensibilités extrêmement diverses dans la promotion de la lecture publique. En effet, qu’ils aient été chartistes, bibliothécaires titulaires de diplômes professionnels ou anciens élèves de l’École américaine, tous s’accordaient sur le fait qu’une formation était nécessaire pour exercer en bibliothèque publique, à défaut de s’accorder sur le contenu de la formation.

40L’« amnésie » dont semblent souffrir les modernistes vis-à-vis d’initiatives positives prises par des bibliothèques populaires, à commencer par les bibliothèques circulantes, procède de la même démarche. En effet, le système de la bibliothèque circulante avait déjà été expérimenté par quelques bibliothèques populaires, mais aucun militant de la lecture publique n’avait revendiqué cet héritage. Il fallut attendre que certains bibliothécaires aillent observer ce système à l’étranger – où il était plus répandu et plus élaboré – pour qu’il devienne digne d’intérêt. Là encore, il faut mettre en relation l’attitude de rejet de la bibliothèque populaire avec la construction identitaire de la profession qui s’opère au même moment : puisque les bibliothécaires tentent de prouver que leur métier s’apprend et qu’ils sont de véritables techniciens, rien ne leur paraîtrait plus illogique que de prendre modèle sur des pratiques d’amateurs n’ayant reçu aucune formation. Au contraire, le modèle anglo-saxon mettait en avant des pratiques de professionnels, appliquées avec succès à grande échelle et défendues par les associations corporatives.

41Faire de l’effort pour la lecture publique une condition de la reconnaissance de la profession par la société est d’ailleurs un argument qui deviendra récurrent chez les présidents de l’Association des bibliothécaires français (ABF) acquis à la cause. Comme si l’intérêt intrinsèque de la bibliothèque pour tous n’était pas concevable par les bibliothécaires érudits, on tente de leur montrer les avantages qu’ils trouveraient à s’en préoccuper. Cette stratégie est ainsi appliquée par Henri Lemaître lors de l’Assemblée générale de l’ABF de 1931, dans son compte rendu du Congrès d’Alger, moment symbolique de l’histoire de la lecture publique. Il s’y efforce en effet de démontrer que la lecture publique doit intéresser tous les bibliothécaires, y compris ceux des bibliothèques d’études :

  • 37 « Assemblée générale du 21 juin 1931 », ABF Chronique, juillet-décembre 1931, n° 7-12, pp. 116-117.

« Nous aurions mauvaise grâce à ne pas faire profiter le grand public de l’expérience que nous avons acquise dans la gestion des bibliothèques d’études. D’ailleurs si nous nous montrons peu disposés à nous charger de cette tâche, d’autres la prendront, qui n’auront ni notre instruction générale ni notre technique, et les bibliothèques populaires […] formeront des établissements entièrement séparés de nous, effectuant leurs achats de leur côté, sans les conformer aux nôtres, nullement soucieuses d’attirer à elles ceux de nos lecteurs qui pourraient aussi bien les fréquenter, attirant vers elles le gros des crédits de l’État et nous laissant des budgets de famine […].
Il est donc pour nous de bonne politique, de bonne tactique, même si personnellement la question de la lecture publique ne nous attire pas spécialement, de ne pas nous en désintéresser. On ne nous demandera jamais de pourvoir à son fonctionnement, mais si nous acceptons d’étudier les problèmes qu’elle présente, d’y trouver des solutions, de pourvoir à sa direction morale, je crois qu’il n’y aura pour nous aucune déchéance, mais qu’au contraire, le public nous saura gré d’avoir accompli une haute tâche sociale et que notre profession n’en sera que plus estimée et honorée »37.

42Une position aussi cynique peut étonner de la part d’un bibliothécaire qui s’investit personnellement dans la promotion de la lecture publique, mais son discours s’explique sans doute par la volonté de convaincre les plus sceptiques, de tenter par tous les moyens de les rallier à la cause, fût-ce pour des raisons de « bonne politique, de bonne tactique ». Les bibliothèques populaires servent alors d’épouvantail : elles accapareront crédits et lecteurs si les bibliothèques municipales ne sont pas capables de s’ouvrir au grand public.

  • 38 Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard, Discours sur la lecture : 1880-2000, op. cit., 2000, p. 99.

43Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard ont montré que le recours à la référence étrangère relevait d’abord d’un schéma rhétorique38. De même, critiquer la bibliothèque populaire était une stratégie visant à rompre avec le passé et à mieux faire accepter les solutions proposées, parées des atours de la nouveauté et de la modernité.

Une transformation volontaire

L’influence de l’idéal moderniste sur les bibliothèques populaires

44Alors que les discours des militants de la lecture publique critiquaient ouvertement les bibliothèques populaires, des bibliothèques catholiques, associatives, ouvrières s’en inspirèrent et introduisirent certaines innovations que prônaient les modernistes. Une partie de ces changements fut sans doute inconsciente, relevant plus de « l’air du temps » que d’une véritable transmission, mais l’origine de beaucoup d’autres fut clairement revendiquée. On ne craignait pas de citer les noms des bibliothécaires que l’on prenait pour maîtres, transformant ces modernistes en garants de l’originalité et de la qualité des mesures entreprises.

  • 39 Marcel Langlois, « La bibliothèque pour tous : ce qui a été fait, ce qu’on pourrait faire ». Revue (...)
  • 40 La bibliothèque de la rue Fessart fut créée par le CARD pour servir de vitrine parisienne au modèle (...)

45L’influence sur le milieu catholique est la plus manifeste. Les textes de Marcel Langlois, bibliothécaire de l’Institut catholique, fournissent un premier exemple39. Dans un article de 1920 sur les bibliothèques pour tous et sur ce que les catholiques pourraient faire en la matière, il loue abondamment l’exemple anglo-saxon et cite Eugène Morel à plusieurs reprises comme justification de ses propositions, les extraits de La librairie publique semblant faire office d’arguments d’autorité. Il conseille par la suite de prendre modèle sur la bibliothèque de la rue Fessart, créée par le CARD40, notamment sur son système de prêt, directement issu des méthodes américaines. Il s’agit donc d’une assimilation parfaite du discours moderniste, appliqué aux fins catholiques.

  • 41 Marguerite Chaumonot, Comment organiser une bibliothèque paroissiale, Paris, éd. Spes, 1932, p. 5.
  • 42 Voir, par exemple, Alphonse de Parvillez, « La lèpre galopante », La Croix, 10 fév. 1931.

46À leur tour, les bibliothécaires catholiques se font donc militants et défendent le modèle de la free public library. La plus grande réussite du discours moderniste est sans doute alors d’avoir fait comprendre que les fonctions de bibliothécaire tenaient du métier technique et devaient être enseignées comme telles. C’est pourquoi les bibliothécaires catholiques se mettent également à donner des conférences de formation et à publier des livres de bibliothéconomie, parmi lesquels les manuels de Marguerite Chaumonot constituent sans doute l’entreprise la plus aboutie. Marguerite Chaumonot appartenait au Groupe Saint-Augustin pour l’organisation des bibliothèques libres, où elle collaborait notamment avec la chartiste Marie-Louise Arrivot, qui avait suivi les cours de l’École américaine et travaillait auprès du moderniste Gabriel Henriot. Or, la fréquentation d’Henriot ne fut pas sans incidence sur la pensée de ce groupe catholique conservateur. Cette influence est visible dès 1931, dans le manuel consacré aux bibliothèques paroissiales urbaines que publie Marguerite Chaumonot, puisqu’elle cite à la première page les mots du bibliothécaire de Forney : « La bibliothèque, par sa situation, doit “solliciter le public” (G. Henriot) »41. De même, le Jésuite Alphonse de Parvillez, considéré comme le spécialiste de la question des bibliothèques dans le milieu catholique des années 1930, ne manque pas de se référer à Henriot, qu’il qualifie de « maître éminent » et dont il recommande les cours. Il se méfie pourtant de la lecture publique qui, si elle tombait entre les mains des socialistes, communistes et francs-maçons, ne serait à ses yeux qu’une nouvelle tentative de déchristianisation. Ce danger imminent nécessiterait donc de fédérer les œuvres catholiques en un même réseau de bibliothèques, afin de contre-attaquer42… en utilisant les mêmes armes que l’ennemi. La rencontre des idées modernistes et de ces revendications catholiques aboutit finalement à la création du réseau des « Bibliothèques pour tous », vaste mouvement de rénovation des bibliothèques catholiques entrepris par la Ligue féminine d’action catholique à partir de 1936. À travers leurs articles, conférences, cours et manuels, les œuvres catholiques sont donc un puissant relais de certaines idées modernistes, dont elles n’hésitent pas à louer les modèles et les représentants, bien que leurs fins soient opposées.

  • 43 « Le Congrès de la Ligue de l’enseignement », Le Journal des débats…, 1er oct. 1921.
  • 44 ABF Bulletin, mai-déc. 1922, nos 3-6, p. 49.

47Les bibliothèques catholiques ne sont toutefois pas les seules bibliothèques associatives à avoir bénéficié de l’influence moderniste. Nous trouvons chez les laïcs d’autres exemples non seulement d’inspiration, mais aussi de collaboration, notamment avec la Ligue française de l’enseignement. Le rapprochement avec les militants de la lecture publique pouvait s’appuyer sur des idées communes puisque, dès ses débuts – et donc bien avant le mouvement en faveur des bibliothèques publiques –, la fédération avait prôné la circulation des caisses de livres et la mise en réseau des bibliothèques. Toutefois, nous l’avons vu, d’autres points les opposaient, notamment à propos du rôle et de la formation du bibliothécaire. Peu à peu, cette conception évolua. Il est difficile de savoir comment les liens s’établirent entre la Ligue de l’enseignement et les modernistes : nous ignorons si Morel, conscient de l’influence doctrinale de la fédération, alla à sa rencontre ou si, au contraire, c’est la Ligue qui fit appel à lui. Quoi qu’il en soit, cette rencontre fut consommée dès 1921 puisque Morel et l’Américaine Jessie Carson intervinrent au Congrès national de la Ligue à Nancy, respectivement sur l’organisation des bibliothèques circulantes et sur les conceptions américaines au sujet des bibliothèques populaires43. Cette collaboration se fit plus active en 1922 quand la Ligue de l’enseignement, grâce à une subvention du ministère de l’Intérieur, déploya son système de cantines de livres pour lequel Morel et Coyecque avaient participé aux travaux préparatoires, à la demande de la fédération44.

  • 45 Ce n’était pas toujours le cas, bien entendu. Des initiatives naissaient encore, sans prendre en co (...)
  • 46 « La nouvelle bibliothèque de la Semaille à la Bellevilloise », L’Humanité, 2 oct. 1927.
  • 47 Ernest Coyecque, « Les bibliothèques municipales de Paris. Un outillage de travail intellectuel à r (...)
  • 48 Marie-Cécile Bouju, Lire en communiste : les maisons d’édition du Parti communiste français (1920-1 (...)

48Enfin, l’influence moderniste s’exerça, dans une moindre mesure, sur les bibliothèques syndicales et ouvrières45. Ce fut d’abord le cas lorsque la coopérative ouvrière de la Bellevilloise, fondée en 1877 et abritant l’université populaire La Semaille, réaménagea en 1927 sa bibliothèque sur le modèle de celle de la rue Fessart. Ouverte tard le soir et le dimanche matin, pratiquant le libre accès, la lecture sur place et le prêt à domicile (avec un système de fiches à l’américaine)46, elle impressionna même Ernest Coyecque en offrant une grande diversité de journaux, pas seulement de gauche47. Cette bibliothèque servit ainsi de modèle-type à l’Association des bibliothèques prolétariennes (ABP), fondée en 1932, dont le but était de « créer un large front unique de bibliothèques servant la lutte du prolétariat pour son émancipation », au moyen des techniques bibliothéconomiques modernes. La portée de l’ABP fut sans doute très limitée, « d’autant que la question de l’organisation des collections import[ait] moins au PCF que celle de la lecture proprement dite »48, mais son existence témoigne tout de même de contacts entre les idées des modernistes et les milieux communistes.

49Dans les associations laïques comme dans les associations catholiques, dans les milieux révolutionnaires comme dans les milieux conservateurs, les idées modernistes pénétrèrent donc progressivement, imposant deux principes fondamentaux : la gestion d’une bibliothèque requérait une formation et l’efficacité ne pouvait être atteinte que par la structuration des bibliothèques en réseau. Loin d’assister à des débats tumultueux, on vit au contraire apparaître des initiatives conjointes, les discours sur la lecture publique influençant les pratiques de certaines bibliothèques populaires.

Des continuités évidentes

  • 49 Elle crée ainsi, en 1932, 48 bibliothèques circulantes dans les départements de la Lozère et des Ha (...)

50Il faut toutefois nuancer les aspects novateurs et révolutionnaires dont on a fait crédit aux modernistes. Les fondements de leur idéal comme leurs projets devaient encore beaucoup aux bibliothèques ouvertes à tous qui les avaient précédés, à savoir les bibliothèques populaires. La collaboration entre bibliothèques et la mise en place de bibliothèques circulantes n’avaient pas attendu les bibliothécaires du CARD pour exister. En effet, plusieurs associations philanthropiques ou confessionnelles, créées ou développées lors de la Première Guerre mondiale, expérimentaient déjà de tels systèmes. D’abord destinés aux soldats et aux prisonniers de guerre, leurs envois de livres avaient ensuite continué d’alimenter des bibliothèques populaires et circulantes. De même, le principe de la bibliothèque intercommunale fut une solution envisagée par certains cantons (Vitry-le-François, Lunel ou encore La Chaise-Dieu) pour mutualiser les bibliothèques populaires. Au-delà de ces initiatives locales, il faut souligner l’action de la Ligue française de l’enseignement dont les caisses de livres atteignaient de nombreuses communes, urbaines et rurales, et permettaient la circulation des ouvrages entre bibliothèques scolaires d’un même canton49. Les cantines de livres comportaient une section pour adultes et une autre pour enfants et adolescents : elles perpétuaient donc le rôle de bibliothèque populaire de la bibliothèque scolaire. Même s’ils ne s’en réclamèrent pas, les militants de la lecture publique eurent connaissance de ces actions. Nous avons vu pourquoi ils préférèrent démontrer la nouveauté des solutions qu’ils mettaient en avant. Force est aussi de constater que le système anglo-saxon du bibliobus était plus élaboré que ce qui s’était pratiqué jusqu’alors en France. L’apport des modernistes sur ce point était donc réel : en promouvant un mode d’organisation en réseau à partir d’une bibliothèque centrale (généralement une grande bibliothèque municipale), ils proposaient une véritable nouveauté, qui allait d’ailleurs mettre beaucoup de temps à s’implanter en France.

51Ce ne fut pas la seule « innovation » que l’on fit mine de découvrir à travers les modèles étrangers. Le prêt à domicile, souvent considéré comme une des caractéristiques de la bibliothèque anglo-saxonne, était lui aussi déjà pratiqué dans de nombreuses bibliothèques populaires dès le xixe siècle. Tout comme pour la bibliothèque circulante, les modernistes en proposaient surtout la généralisation et l’amélioration technique (par le système des fiches de prêt).

Les préjugés du temps : l’exemple du contrôle des lectures

  • 50 Noë Richter, Cinq siècles de lecture populaire : la formation du système de lecture français de la (...)

52Par certains choix, les militants de la lecture publique restaient fortement marqués par la lecture populaire que Noë Richter a définie comme la lecture octroyée à une population dominée, assurant une « fonction primordiale d’acculturation, d’intégration et de conditionnement »50. La plupart des modernistes demeuraient attachés à un contrôle des lectures, qu’ils voulaient utiles et morales. Cela ne signifie pas qu’ils affichaient un but quelconque d’endoctrinement ; au contraire, ils prônaient la neutralité à tous égards. Otlet distingue ainsi l’assistance intellectuelle de l’assistance morale :

  • 51 Paul Otlet, Léon Wouters, Manuel de la bibliothèque publique, 2e éd., Bruxelles, Union des villes e (...)

« La première consiste à aider le lecteur à mieux se diriger vers ce qu’il cherche réellement. La seconde tend à se substituer à lui dans sa direction morale et à l’influencer dans un certain sens. Le personnel des bibliothèques publiques donnera sa pleine assistance intellectuelle, technique, mais s’abstiendra de toute assistance morale, qui pourrait porter ombrage à la liberté de conscience du lecteur ou transformer la bibliothèque en auxiliaire d’une propagande politique, philosophique ou religieuse. Une bibliothèque publique doit être essentiellement une institution impartiale et neutre. »51

  • 52 Léo Crozet, Manuel pratique du bibliothécaire, Paris, E. Nourry, 1932, pp. 56-57.

53Toutefois, l’étude des manuels de bibliothéconomie montre que la frontière entre conseils et contrôle, exigence de qualité et censure, était parfois bien ténue dans les discours des bibliothécaires. En effet, la plupart de ces manuels traitent de la question du contrôle des lectures. Si ce thème semble logique pour les bibliothèques confessionnelles, il surprend davantage dans le Manuel pratique du bibliothécaire de Léo Crozet ou le Guide du bibliothécaire amateur de Charles-Henri Bach et Yvonne Oddon. Le premier proscrit des bibliothèques de lecture, « dont la fonction est de concourir à l’élévation intellectuelle et morale », tous les ouvrages immoraux, c’est-à-dire les ouvrages pornographiques ou érotiques, les ouvrages « donnant une réfutation de la morale courante et traditionnelle », les ouvrages décrivant « les formes anormales de la vie sentimentale et physiologique », éventuellement certains livres dont l’argent est le thème principal, et les magazines policiers52. Alors que Crozet prône l’impartialité dans les achats, particulièrement en matières religieuse, philosophique et politique, la morale semble échapper à cette exigence. La lecture populaire continue donc d’être encadrée strictement. Le manuel d’Yvonne Oddon se distingue nettement de cette position en affirmant que les achats doivent absolument respecter les goûts des lecteurs, non ceux du bibliothécaire ou du comité d’inspection et d’achat. Elle juge que le choix des romans est beaucoup plus aisé que celui des ouvrages d’instruction générale dont il est difficile d’évaluer la qualité et la complexité. Néanmoins, elle n’échappe pas non plus à la contradiction puisqu’elle se dit favorable au système selon lequel le lecteur ne peut emprunter qu’un roman sur les deux livres autorisés. Le respect des goûts du lecteur ne surpasse donc ni la méfiance à l’encontre du roman, ni la volonté ultime d’instruire plutôt que de distraire.

  • 53 Noë Richter, La lecture et ses institutions, 2, La lecture publique : 1919-1989, Bassac, Éditions P (...)
  • 54 Henri Stein, « Bibliothèques populaires et loisirs ouvriers [recension] », Revue des bibliothèques, (...)

54D’après Noë Richter, « le discours moderniste est un magma idéologique confus charriant pêle-mêle les acquis et les stéréotypes de la bibliothéconomie populaire, et quelques idées neuves »53. Le jugement est sévère dans la mesure où ce discours ne s’est jamais prétendu uni (il n’émane que d’individus, rarement d’un groupe défendant une position commune) : le mouvement moderniste, avant l’apparition de l’Association pour le développement de la lecture publique (et si l’on excepte les deux ou trois textes rédigés par le Comité français pour la bibliothèque moderne), n’est donc qu’une reconstruction a posteriori. Son idéal mêle effectivement d’anciennes pratiques des bibliothèques populaires, redécouvertes voire améliorées grâce au modèle anglo-saxon, des innovations venues de l’étranger et un esprit encore largement imprégné de préjugés sur la mission sociale des bibliothèques. Toutefois, seule notre vision rétrospective qualifie ces préjugés d’archaïsmes. Certes, leur origine sociale et leur formation avaient maintenu la majorité de ces bibliothécaires éloignés des réalités de la lecture ouvrière, dont ils ignoraient presque tout. Mais leurs convictions les poussaient à défendre l’ouverture des bibliothèques à tous et lorsqu’ils réclamaient des lectures morales, elles devaient concerner le public dans son ensemble, pas seulement la classe ouvrière. Leur vision reposait sur l’idée optimiste d’un lectorat potentiel illimité, transcendant les classes sociales et les niveaux de formation. Si leur conception manquait de réalisme, par méconnaissance des pratiques de lecture du grand public, elle était sans doute moins « archaïque » que celles des conservateurs tels qu’Henri Stein pour qui les bibliothèques servaient « à la rédemption morale et intellectuelle des masses ouvrières » et aidait « à leur développement graduel »54. Stein adoptait l’attitude condescendante de l’élite intellectuelle vis-à-vis de la lecture populaire telle qu’elle était souvent conçue au xixe siècle. Il y avait donc une réelle nouveauté dans le discours des modernistes, d’ailleurs perçue par les contemporains. Christian de Serres de Mesplès, auteur d’une thèse de droit sur les bibliothèques, reconnaît ainsi tout le mérite des promoteurs de l’organisation de la lecture publique :

  • 55 Christian de Serres de Mesplès, Les bibliothèques publiques françaises : leur organisation, leur ré (...)

« Dans ces dernières années, une réaction salutaire s’est opérée contre un état de choses qui eût pu devenir alarmant. Des esprits éclairés autant que diligents ont mené une campagne énergique en faveur du redressement de nos dépôts de livres et surtout de leur adaptation aux besoins nouveaux »55.

Conclusion

55Innovations, professionnalisme, coordination et structuration : tels sont les maîtres mots que parvinrent à transmettre les modernistes. La porosité entre les différents milieux préoccupés de lecture publique facilita les influences, plutôt à sens unique. Néanmoins, influer sur ces milieux associatifs n’était pas le but premier des défenseurs de la bibliothèque ouverte à tous : cela participait surtout du mouvement d’opinion qu’ils souhaitaient créer pour atteindre les pouvoirs publics. Les ambiguïtés lexicales autour des expressions « bibliothèque populaire » et « bibliothèque publique » n’étaient que le signe d’une confusion institutionnelle, accentuée dans l’Entre-deux-guerres par la transition qui s’opérait entre deux modèles, conséquence des évolutions politiques du temps. Morel et ses successeurs s’engouffrèrent dans cette brèche pour promouvoir un nouveau type de bibliothèque, inspiré de bibliothèques publiques étrangères. Ils adoptèrent une stratégie rhétorique fondée sur l’opposition de deux conceptions qui divergeaient effectivement sur certains points, mais se rejoignaient de manière plus ou moins consciente sur d’autres.

56Par ailleurs, il ne faut pas oublier que cette transition se manifestait davantage dans les discours que sur le terrain, où les bibliothèques n’évoluaient que lentement, par petites touches que l’on ne pouvait guère qualifier de « conversion » d’un modèle à un autre. Malgré tout, dans une période qui vit naître peu de nouvelles bibliothèques, les bibliothèques populaires comme les bibliothèques municipales se transformèrent irrémédiablement. Enfin, gardons à l’esprit que les débats que nous avons relatés avaient cours dans des cercles extrêmement restreints, et n’émergeaient dans la presse qu’à l’occasion d’événements particuliers. Le reste du temps, les bibliothèques, qu’elles soient populaires, scolaires, publiques, municipales, confessionnelles ou autres, vivotaient bien souvent dans l’indifférence générale.

Notes

1 Nous désignerons par ce terme tout bibliothécaire appelant à la modernisation des bibliothèques publiques, c’est-à-dire à l’application de mesures propres à organiser la lecture publique et à ouvrir les bibliothèques au grand public. Le terme fut popularisé par les historiens de la lecture publique mais était déjà employé, dans ce sens, par les contemporains. Eugène Morel, en 1927, parle ainsi de l’« attitude moderniste » qui se répand. Voir Eugène Morel, « L’effort pour les bibliothèques publiques en France », Cahiers de la République des lettres, oct. 1927, p. 44.

2 Noë Richter, « Introduction à l’histoire de la lecture publique », Bulletin des bibliothèques de France, 1979, n° 4, pp. 167-174. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1979-04-0167-001> (consulté le 30 avril 2014).

3 Pour une histoire et une analyse plus fine de l’expression « lecture publique », voir Hind Bouchareb, La lecture publique en débat (1918-1945), Thèse de doctorat de l’École nationale des chartes, sous la direction d’Élisabeth Parinet, 2012, pp. 7-13 et passim.

4 Le terme « libre » est ici à entendre dans le même sens que dans l’expression « école libre », forgée en 1850 pour désigner les écoles privées.

5 Noë Richter, « Aux origines de la lecture publique », Bulletin des bibliothèques de France, 1978, n° 4, pp. 221-249. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1978-04-0221-001 > (consulté le 30 avril 2014).

6 Marcel Langlois, « La bibliothèque pour tous : ce qui a été fait, ce qu’on pourrait faire », Revue pratique d’apologétique, Paris, 1920, pp. 372-373.

7 Christian de Serres de Mesplès, Les bibliothèques publiques françaises : leur organisation, leur réforme, Montpellier, Impr. de la Charité, 1933.

8 Laure Léveillé, Les petites bibliothèques de la République : aux origines de la lecture publique parisienne, des années 1870 aux années 1930, Thèse de doct., histoire, sous la direction de Philippe Levillain : université Paris-X, 1998, p. 655.

9 Charles Schmidt, « Les bibliothèques municipales », ABF Chronique, 1930, p. 23.

10 L’ABF réclama très tôt une direction des bibliothèques, promise par le ministre de l’Instruction publique dès 1922, mais qui ne fut créée qu’en 1945.

11 Eugène Morel, La librairie publique, Paris, A. Colin, p. 158.

12 Paul Otlet, « L’état actuel des questions bibliographiques et l’organisation internationale de la documentation », Bulletin de l’Institut international de bibliographie, 1908, pp. 179-180 : « On se rend compte que c’est le lecteur qui crée l’utilité du livre. Le vrai rôle d’une bibliothèque apparaît alors de faire circuler les livres et non pas seulement de les conserver […]. Le mouvement démocratique renverse les anciennes conceptions et partout éclate un mouvement irrésistible en faveur des bibliothèques populaires ».

13 Ernest Coyecque, « La bibliothèque publique moderne : son rôle social, son organisation », in Henri Lemaître (éd.), La lecture publique : mémoires et vœux du Congrès international d’Alger, Paris, E. Droz, 1931, p. 40.

14 Léo Lagrange était sous-secrétaire d’État aux Sports et à l’organisation des loisirs, sous le gouvernement du Front populaire.

15 Léo Lagrange, « Rapport d’activité du sous-secrétaire d’État aux sports et loisirs », in Eugène Raude, Gilbert Prouteau, Le message de Léo Lagrange, Paris, La Compagnie du Livre, 1950, p. 106.

16 Bibliothèques populaires et loisirs ouvriers (1933) et Mission sociale et intellectuelle des bibliothèques populaires (1937), Paris, Institut international de coopération intellectuelle.

17 Archives nationales, F/17/17323, Archives de l’Inspection générale des bibliothèques, dossier départemental de l’Aube. Compte rendu d’inspection (1938) de la bibliothèque municipale de Troyes.

18 Pour la clarté de l’exposé, nous désignerons par la suite comme « bibliothèques populaires » toutes les petites bibliothèques uniquement dédiées à la lecture du peuple, par opposition à l’étude. Sous cette expression seront donc rassemblées les bibliothèques scolaires ouvertes aux adultes, comme les bibliothèques d’associations laïques ou religieuses ouvertes à tous.

19 Le modèle américain se caractérise notamment par le libre accès aux rayons, l’attention portée au jeune public, le classement des livres par sujet (classification décimale), la simplification du prêt, les catalogues alphabétiques et thématiques sur fiches, et autres techniques requérant la formation professionnelle du bibliothécaire.

20 Enssib, Fonds Grolier, Archives de l’Association pour le développement de la lecture publique (ADLP), Lettre de Georges Collon à Georgette de Grolier, 13 juillet 1936.

21 Gabriel Henriot, La bibliothèque pour tous : trois conférences sur l’organisation des petites bibliothèques publiques, Paris, Bibliothèque Forney, 1931, p. 18.

22 Hind Bouchareb, op. cit., pp. 93-124.

23 Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard, Discours sur la lecture : 1880-2000, Paris, Bibliothèque publique d’information/Centre Pompidou ; Fayard, 2000 (coll. Nouvelles études historiques), p. 126.

24 Eugène Morel, Bibliothèques : essai sur le développement des bibliothèques publiques et de la librairie dans les deux mondes, t. I, Paris, Mercure de France, 1908, p. 129.

25 Henri Comte, Les bibliothèques publiques en France, Presses de l’ENSB, 1977, p. 291.

26 Martine Poulain, « Introduction », Histoire des bibliothèques françaises, 4, Les bibliothèques au xxe siècle (1914-1990), 2e éd., Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2009, p. 4.

27 Voir, par exemple, la discussion sur le budget de l’Instruction publique à la Chambre, rapportée par La Croix le 17 février 1931 : « M. Gounin aborde le sujet des bibliothèques scolaires. – La lecture publique ne doit s’organiser que sous le signe de la laïcité et de la liberté. »

28 Henri Vendel, « La lecture en province », La pensée française, n° 82, 8 sept. 1924.

29 Maurice Roger, « Situation des bibliothèques scolaires », in « Rapports faits à la Commission ministérielle de la lecture publique », ABF Chronique, 1930, p. 14.

30 Ernest Coyecque, « Introduction », [placée en tête de tous les catalogues des bibliothèques municipales de Paris publiés entre 1917 et 1922], par exemple in Émile Tiget, Ville de Paris. Bibliothèque municipale de prêt gratuit à domicile, boulevard Diderot, 40, 12e arrt. Catalogue, 1918, p. II.

31 Voir par exemple : « Heures de loisir », Le Temps, 23 avril 1919 : « n’est-il pas étonnant que [...] personne ne se soit soucié de savoir où et comment le travailleur passerait ses heures de repos supplémentaires ? […] Où sont, à Paris, les bibliothèques des quartiers populaires des grandes cités anglaises, largement dotées, largement ouvertes, dont l’enseigne flamboyante fait concurrence au public bar ? Où est la multiplication des universités populaires ? ».

32 Le Comité américain pour les régions dévastées (CARD) entreprit ainsi de fonder des bibliothèques fixes et circulantes dans l’Aisne, tout en développant un enseignement professionnel pour les futurs bibliothécaires. Voir, entre autres, Évelyne Diebolt, Nicole Fouché, « 1917-1923 : les Américaines en Soissonnais, leur influence sur la France », Revue française d’études américaines, fév. 1994, n° 59, p. 54.

33 Nous parlons plus volontiers de modèles étrangers que de modèle américain ou anglo-saxon, car les divers promoteurs de la lecture publique font référence à plusieurs pays : outre celles des États-Unis et d’Angleterre, on loue les bibliothèques de Belgique, du Danemark, d’URSS…

34 Combertus Pieter Burger, « Des qualités requises pour être bon bibliothécaire », in Fernand Mazerolle, Charles Mortet (éd.), Congrès international des bibliothécaires et des bibliophiles tenu à Paris du 3 au 9 avril 1923. Procès-verbaux et mémoires, Paris, Jouve, 1925, p. 89.

35 Gabrielle Bouet, « Pour le congrès de la Fédération de l’enseignement : la lecture et les bibliothèques », L’Humanité, 14 août 1922.

36 Archives nationales, F/17/17306, Dossier « Papiers Poindron », Texte de présentation du CFBM par Anne Murray-Dike et Firmin Roz.

37 « Assemblée générale du 21 juin 1931 », ABF Chronique, juillet-décembre 1931, n° 7-12, pp. 116-117.

38 Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard, Discours sur la lecture : 1880-2000, op. cit., 2000, p. 99.

39 Marcel Langlois, « La bibliothèque pour tous : ce qui a été fait, ce qu’on pourrait faire ». Revue pratique d’apologétique, 1920, pp. 368-385 et 434-444. Comment ranger une bibliothèque privée ? Comment fonder une bibliothèque d’œuvre catholique ? Cours donnés au « Livre français » les 6 et 13 février 1923, Autun, Impr. de Pernot, 1923, 16 p.

40 La bibliothèque de la rue Fessart fut créée par le CARD pour servir de vitrine parisienne au modèle américain de bibliothèque moderne. Elle fut ouverte en 1923 et connut une fréquentation importante, dès ses débuts. Voir Paul Gsell, « La lecture publique dans les bibliothèques de la ville de Paris », Revue des bibliothèques, 1930, n° 1-6, p. 32.

41 Marguerite Chaumonot, Comment organiser une bibliothèque paroissiale, Paris, éd. Spes, 1932, p. 5.

42 Voir, par exemple, Alphonse de Parvillez, « La lèpre galopante », La Croix, 10 fév. 1931.

43 « Le Congrès de la Ligue de l’enseignement », Le Journal des débats…, 1er oct. 1921.

44 ABF Bulletin, mai-déc. 1922, nos 3-6, p. 49.

45 Ce n’était pas toujours le cas, bien entendu. Des initiatives naissaient encore, sans prendre en compte les pratiques dites modernes. Voir Noë Richter, L’éducation ouvrière et le livre de la Révolution à la Libération, Le Mans, Bibliothèque de l’université du Maine, 1982, pp. 82-83.

46 « La nouvelle bibliothèque de la Semaille à la Bellevilloise », L’Humanité, 2 oct. 1927.

47 Ernest Coyecque, « Les bibliothèques municipales de Paris. Un outillage de travail intellectuel à rendre utilisable », Revue des bibliothèques, 1928, pp. 21-22.

48 Marie-Cécile Bouju, Lire en communiste : les maisons d’édition du Parti communiste français (1920-1968), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 77.

49 Elle crée ainsi, en 1932, 48 bibliothèques circulantes dans les départements de la Lozère et des Hautes-Alpes. Voir « Rapport de la commission des bibliothèques », Bulletin du Cercle parisien de la Ligue française de l’enseignement, 1933, n° 15, pp. 40-43.

50 Noë Richter, Cinq siècles de lecture populaire : la formation du système de lecture français de la Renaissance à nos jours, Bernay, Société d’histoire de la lecture, 2000, p. 10.

51 Paul Otlet, Léon Wouters, Manuel de la bibliothèque publique, 2e éd., Bruxelles, Union des villes et communes belges, 1923, p. 148.

52 Léo Crozet, Manuel pratique du bibliothécaire, Paris, E. Nourry, 1932, pp. 56-57.

53 Noë Richter, La lecture et ses institutions, 2, La lecture publique : 1919-1989, Bassac, Éditions Plein Chant, 1989, p. 33.

54 Henri Stein, « Bibliothèques populaires et loisirs ouvriers [recension] », Revue des bibliothèques, 1933-1934, p. 238.

55 Christian de Serres de Mesplès, Les bibliothèques publiques françaises : leur organisation, leur réforme, Montpellier, Impr. de la Charité, 1933, p. 8.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search