Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

Les bibliothèques dans la cité

Concevoir l’architecture urbaine d’un réseau

Entretien avec Souad El Maysour, vice-présidente de la communauté urbaine de Strasbourg (Bas-Rhin) déléguée à la culture et à la lecture publique, novembre 20111

Texte intégral

  • 1 Ce texte écrit par Grégor Blot-Julienne est issu d’un entretien avec Souad El Maysour, le 14 novem (...)

1Construire un nouvel équipement

2La communauté urbaine de Strasbourg (CUS) gère directement trois médiathèques implantées sur différents territoires de la communauté urbaine. C’est un héritage partagé. La première a été construite à Illkirch. Celle de Lingolsheim a été rénovée et restructurée. La construction de la médiathèque André-Malraux sur le môle Seegmuller paraissait une évidence pour tout le monde, pour la simple et bonne raison qu’autant du côté de l’opposition de l’époque que de l’équipe Grossmann-Keller, il y avait tout un travail de réflexion autour de la restructuration de cet espace urbain. C’était un choix judicieux et adapté aux demandes des citoyens. Et il continue puisque nous sommes toujours dans cette logique de développement de ce territoire. Les terrains appartenaient au port autonome de Strasbourg. D’ailleurs, la transaction n’avait pas été encore faite à la livraison du bâtiment.

3La médiathèque André-Malraux était juste une évidence pour tous, permettant de combler un retard qu’il fallait notamment réduire en matière de métrage. Et nous étions bien en dessous de ce que préconisait simplement l’Unesco, puisque à moins de 10 % d’inscrits sur le territoire de Strasbourg : une catastrophe au regard de la moyenne nationale. […]

4Un équipement de réseau

5Il fallait ensuite travailler au-delà de la phase de construction pour faire vivre cet équipement au cœur d’un réseau. […]

6La médiathèque André-Malraux est proche du centre comme du quartier des étudiants et des facultés. Il faut prendre en compte aussi le travail autour de la bibliothèque nationale universitaire (BNU) de Strasbourg également en chantier – ce qui permet de localiser les équipements. Les habitants sont aussi des multi-fréquentants grâce à la carte Pass’relle. Il a fallu expliquer aux autres communes que quelqu’un peut habiter à un endroit, travailler ou déposer ses enfants à Strasbourg, et donc fréquenter la bibliothèque de Strasbourg à un moment donné et sa bibliothèque de proximité à un autre. La mobilité rend les gens multi-fréquentants et nous cherchons donc à développer de véritables complémentarités. Sur la médiathèque André-Malraux, nous avons fait le choix d’une offre importante de DVD et de CD qui a permis la d’attirer les plus jeunes (40 %). C’est lié à l’architecture mais aussi à l’offre. Ils n’ont pas le permis et ils aiment se retrouver dans des lieux plus modernes. Les personnes âgées ont plus de difficultés à s’y rendre, ne serait-ce que par l’accès via les passerelles ou à cause de l’architecture monumentale qui implique de beaucoup marcher. Les personnes âgées comme les enfants préfèrent fréquenter une bibliothèque de proximité. La médiathèque André-Malraux a un côté plus anonyme et plus jeune mais qui fonctionne, car c’est un public qu’il était nécessaire de capter et d’attirer dans les bibliothèques.

7Il était prévu d’installer un lustre monumental qui devait couter 350 000 €. La commande n’a pas été passée et le budget a servi à l’achat de documents. C’est bien d’avoir un bâtiment, mais il faut travailler sur les fonds surtout en période de crise économique où tout est prétexte à tension. Mieux vaut des livres qu’un lustre monumental, fût-il très beau et très bien intégré.

8La médiathèque André-Malraux vient surtout en complémentarité d’un réseau. Elle est certes monumentale : nous avons besoin d’un lieu emblématique, où l’action culturelle permette aux citoyens de se retrouver de manière un peu symbolique, un lieu architecturalement imposant mais qui soit aussi un lieu de travail. Elle n’en fait pas moins partie d’un réseau de vingt-huit bibliothèques et médiathèques. Seule, cette médiathèque n’aurait pas beaucoup d’intérêt. Mais à aucun moment les lecteurs ne doivent nous échapper. La proximité permet aussi l’autonomie (enfants, personnes âgées).

9C’est important d’avoir un vrai lieu, un lieu d’échange, un lieu de conservation mais aussi de convivialité. Dans cette médiathèque, dès l’entrée, il y a une cafétéria où vous pouvez parler, vous sentir à l’aise, être dans la convivialité. Nous en avons besoin dans ce monde où se réduisent de plus en plus les espaces de convivialité et de rencontre, dans cette société individualiste. Un lieu de culture où tout est gratuit ; les médiathèques sont le lieu de la gratuité des expositions, de l’accès à la presse, de l’accès aux ordinateurs. C’est l’avenir et cela permet aux gens de se retrouver dans un lieu de culture qui gomme les différences entre classes sociales. Tout le monde est abordé de la même manière. Nous avons besoin de lieux phares pour cela et tout autant besoin de lieux de proximité où l’on noue des liens avec des personnes plus jeunes.

10Construire avec une communauté urbaine

11Pour défendre un outil communautaire, il faut que l’interlocuteur soit communautaire. Chacun respecte parfaitement son champ. Du coup, une commune nous a rejoints, une autre envisage de le faire. La mise en place d’une aide de la CUS permet ce processus. Il doit être clair qu’on ne cherche pas à investir tous les moyens dans un équipement phare mais à favoriser une meilleure répartition des moyens (comme par exemple la mise en commun des expositions).

12On travaille notamment à une politique des horaires pour faciliter la compréhension du réseau, pour que les usagers sachent où ils peuvent se rendre et à quelle heure. Nous travaillons aussi à un projet de navette à l’échelle communautaire et nous souhaitons que l’outil informatique permette de rationaliser les retours mais aussi les politiques d’acquisition, grâce à un catalogue commun.

13En revanche, il est évident que la dimension de l’action culturelle n’a pas été pensée au départ. Par rapport à l’ensemble du bâtiment, la salle d’exposition est petite. La question de l’accès autonome, lorsqu’il faut fermer tout le bâtiment pour n’en ouvrir qu’une partie, pose également souci. Nous insistons pour l’ouverture d’autres accès, mais c’est difficile car cela n’a pas été anticipé, ce qui est dommage.

14Nous avons réinvesti un bâtiment industriel et nous sommes encore dans la même logique avec les bâtiments d’à côté, car raser serait symboliquement difficile. C’est l’histoire de Strasbourg et son patrimoine. Continuité républicaine : la médiathèque André-Malraux a été implantée dans le bâtiment restauré ; pour les bâtiments voisins, les murs seront conservés en respectant au mieux l’architecture industrielle du site.

15La médiathèque André-Malraux s’intègre dans une architecture urbaine. Nous y travaillons tous.

Notes

1 Ce texte écrit par Grégor Blot-Julienne est issu d’un entretien avec Souad El Maysour, le 14 novembre 2011, dans le cadre de son mémoire pour le diplôme de conservateur des bibliothèques, dirigé par Thierry Ermakoff : Du choix de l’implantation aux stratégies de localisation : bibliothèques dans la ville, enssib, 2012.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search