Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques populaires à la lecture publique

 | 
Agnès Sandras

Partie IV. Les fascinants exemples des bibliothèques populaires étrangères

Des bibliothèques populaires aux bibliothèques publiques en Belgique. L’émergence d’un service public de lecture dans une société pilarisée

Bruno Liesen

Texte intégral

  • 1 Hugues Dumont, Le pluralisme idéologique et l’autonomie culturelle en droit public belge, Bruxelles (...)

1 L’histoire culturelle de la Belgique contemporaine ne peut se comprendre sans tenir compte d’un phénomène caractéristique de la société belge, la pilarisation. Ce belgicisme désigne le compartimentage de la société entre trois « piliers » ou ensembles culturels distincts formés successivement au cours du xixe siècle par les trois grands mondes idéologiques, catholiques, libéraux et socialistes. Ceux-ci ont développé non seulement des partis-relais sur la scène politique, mais aussi tout un réseau d’organisations relevant de leur sphère d’influence : écoles, universités, syndicats, mutuelles, hôpitaux, associations et infrastructures sportives et de loisirs, mouvements de jeunesse, associations de femmes, de pensionnés, banques, sociétés d’assurance, etc. Ces réseaux couvrent pratiquement tous les aspects de la vie sociale et culturelle et accompagnent leurs membres – ou plutôt leurs « clients » – du berceau à la tombe. Les clivages entre ces piliers suivent essentiellement deux axes, l’axe philosophique : catholicisme versus laïcité, cette dernière étant défendue à la fois par le monde libéral et par le monde socialiste sans pour autant former un front uni et constituer un véritable pilier laïque ; l’axe politico-idéologique : socialisme versus capitalisme ou libéralisme économique. Le clivage linguistique entre flamands et francophones s’est croisé avec les trois piliers. Cette diversité culturelle quasi institutionnalisée a permis à la société belge d’évoluer sur base de compromis et non de révolutions comme en France. Comme l’a brillamment démontré le constitutionnaliste Hugues Dumont dans sa thèse consacrée au pluralisme idéologique dans le droit public belge1, la pilarisation est au centre de toutes les politiques culturelles depuis que l’État intervient dans ces matières et notamment dans la question de la lecture publique.

  • 2 Ferdinand Buisson (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hache (...)
  • 3 Ger Schmook (1898-1985) a exercé les fonctions de bibliothécaire de l’Algemene Diamantbewerkersbond (...)
  • 4 Cité par Relinde Raeymaekers, « Naissance des bibliothèques communales », Bulletin du Crédit commun (...)
  • 5 Ibid., p. 16.
  • 6 Ibid., p. 17.

2Les bibliothèques populaires belges ne diffèrent guère de leurs consœurs françaises et répondent parfaitement à la définition qu’en donne le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson : « Ces bibliothèques ont pour but de répandre le goût de la lecture et de l’instruction parmi le peuple, en mettant les livres à la portée de tous. Leur création est due, soit à l’initiative des municipalités, soit à celle des particuliers ou d’associations. Les premières sont communales, les autres privées »2. Elles s’adressent prioritairement à un public populaire, c’est-à-dire aux gens du peuple récemment alphabétisés : ouvriers, artisans, paysans. Plus caustique, Ger Schmook, pionnier des bibliothèques publiques en Flandre3, définit la bibliothèque populaire comme « un ensemble autonome, en économie fermée, chargé de fournir des lectures réconfortantes, dans la mesure où les réserves le permettent, ces dernières étant constituées par des bonnes âmes qui s’en désintéressent complètement. Il s’agit donc d’une bibliothèque pour les petites gens »4. Lors d’un colloque sur la politique culturelle des communes, Relinde Raeymaekers déplorait qu’en 1987 « certaines personnes gardent cette idée préjudiciable de la bibliothèque populaire : des personnes animées des meilleures intentions mendient régulièrement les livres écartés des bibliothèques publiques de manière à constituer de nouvelles bibliothèques de quartier »5. L’émergence d’un réseau de lecture publique au xxe siècle n’a donc pas empêché la survivance de ce type de structure formée et organisée sur un mode compassionnel : « donnez au peuple quelques livres pour qu’il puisse s’amuser tout en s’enrichissant un peu intellectuellement »6. Nous tenterons de déterminer les facteurs qui expliquent leur persistance.

Bibliothèque populaire du syndicat libéral flamand Liberale Strijdersbond, Anvers. Peinture à l’huile d’Henri Van der Borcht, vers 1900.

Source : Museum Vleeshuis, © KIK-IRPA, Bruxelles.

3En Belgique comme en France, le mouvement des bibliothèques populaires prend son envol au début des années 1860. La circulaire du ministre de l’Intérieur datée du 13 septembre 1862 marque le départ de leur développement. Les premières initiatives en matière de lecture populaire apparaissent toutefois dès le début du siècle.

Prémices des bibliothèques populaires belges

4Après la chute de l’Empire napoléonien, les territoires qui constituent aujourd’hui la Belgique sont enlevés à la France, qui les avait annexés en 1795, pour être amalgamés au sein du royaume des Pays-Bas. Sous le régime hollandais, la Maatschappij tot Nut van’t Algemeen (« Société au profit de tous »), fondée en 1784 à Edam par le pasteur Jan Nieuwenhuyzen, tente de s’implanter dans les villes belges, surtout en pays flamand. Cette société de bienfaisance et d’éducation a créé la première bibliothèque populaire (volksbibliotheek) hollandaise en 1791, à Haarlem. Elle ouvre des bibliothèques à Nieuport, Ostende, Bruges, Anvers, Termonde, Gand et Namur. L’objectif est de promouvoir l’instruction mais ces établissements ne proposent que des ouvrages en néerlandais, considéré alors comme une langue étrangère, même par la population flamande. L’opposition du clergé catholique, qui voit dans l’association hollandaise un organe de propagande calviniste, achève de compromettre le succès de ces tentatives et la révolution de 1830, qui rejette la domination hollandaise et mène à l’indépendance de la Belgique, y mettra un terme définitif.

5Entre 1825 et 1830, des Sociétés d’encouragement pour l’instruction élémentaire voient le jour à Namur, Bruxelles, Mons et Liège. Elles n’ont pas pour objet de fonder des bibliothèques, mais procurent des livres élémentaires aux écoles et aux familles. Formées sous l’égide du gouvernement, elles s’appuient sur la Maatschappij tot Nut van’t Algemeen pour étendre leur action en Flandre. Leur activité de diffusion des « bons livres » a probablement exercé une certaine influence sur la création des bibliothèques populaires.

6Dans les années 1830-1840, les initiatives connues dans le domaine de la lecture populaire sont toutes d’inspiration catholique et visent à enrayer le mouvement de déchristianisation de la classe ouvrière engendré par l’industrialisation, en favorisant la diffusion de « bonnes lectures ». Par exemple, la Société pour la propagation des bons livres, créée en 1835 à Bruxelles et placée sous la houlette du jésuite Jean-Baptiste Boone, fonde une Bibliothèque des bons livres à Bruxelles en 1835 et une Bibliothèque choisie à Gand trois ans plus tard. La société publie, achète et vend des ouvrages de religion, de sciences, de philosophie, d’art et de littérature, des livres pour la jeunesse et les écoles et des livres populaires destinés à répandre des idées morales et religieuses parmi les classes laborieuses. Cette dernière catégorie est destinée à former des bibliothèques populaires paroissiales.

  • 7 Journal historique et littéraire, t. 2, 1835-1836, p. 52.
  • 8 Catalogue des livres de la Bibliothèque choisie près de S. Bavon, n° 7 à Gand, Gand, Vanryckegem, s (...)

7Ces bibliothèques catholiques ne sont toutefois pas destinées exclusivement aux classes populaires. Ainsi, la Bibliothèque des bons livres de Bruxelles est constituée de deux sections, l’une gratuite, pour les « classes pauvres » et l’autre payante, pour les « classes moyennes et supérieures » ; « la première sera composée d’ouvrages en tous genres à la portée de la classe ouvrière ; l’autre, d’ouvrages de sciences, d’arts, de littérature, d’histoire, voyages, d’ouvrages en un mot traitant de toutes les connoissances [sic] humaines […] »7. Quant à la Bibliothèque choisie établie à Gand en 1838, il s’agit au départ d’un cabinet de lecture tenu par un particulier, où on ne trouve que des ouvrages en français, loués à un tarif relativement élevé. Le public est donc recruté au sein de la bourgeoisie, qui en Flandre est majoritairement francophone. Il faut attendre 1840 pour voir s’ouvrir une section populaire flamande, où les ouvrages sont prêtés gratuitement « sur le témoignage d’un membre actif ou honoraire de la Société [pour la propagation des bons livres], d’un ecclésiastique ou d’une personne constituée en autorité »8, garantie qui n’est pas requise à la section francophone…

  • 9 Sur cette bibliothèque toujours en activité, voir Bruno Liesen, « La Bibliothèque choisie », in Bib (...)

8Dans les années 1850, la Société de Saint-Vincent-de-Paul, bien connue pour son action au service des plus démunis, est à l’origine de plusieurs bibliothèques, notamment à Namur, Tirlemont, Bruges, Anvers et Bruxelles. La Bibliothèque choisie de Namur, fondée en 1852 sous le patronage de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, est conçue comme une bibliothèque paroissiale, ouverte en principe aux familles catholiques de toutes les classes, mais fréquentée essentiellement par un public bourgeois. Malgré leurs efforts, les vincentiens de Namur auront beaucoup de mal à ouvrir cet établissement aux lecteurs d’origine plus modeste9.

9Les « bons livres » vont aussi être propagés au sein des sociétés ouvrières catholiques créées dans les années 1850-1860, généralement sur l’initiative des membres de la Société de Saint-Vincent-de-Paul. Ainsi, les patronages, destinés aux jeunes ouvriers, disposent tous d’une bibliothèque. Il faut encore citer l’action de l’Archiconfrérie de Saint-François-Xavier, fondée en 1854, qui développe des bibliothèques au sein de ses œuvres d’éducation populaire et l’Association du Rosaire vivant, fondée à Lyon en 1826, par Marie-Pauline Jaricot, qui établit des bibliothèques en Belgique, notamment dans le Hainaut. Les bibliothèques du Rosaire vivant ont, dans plusieurs cas, donné naissance à des bibliothèques paroissiales.

  • 10 Édouard Ducpétiaux (1804-1868), avocat, criminaliste, sociologue, économiste et homme politique bru (...)

10Jusqu’au milieu du xixe siècle, l’action en faveur des bibliothèques populaires est donc dominée de manière écrasante par l’Église catholique. C’est l’un des multiples instruments de la « pastorale indirecte » déployée par l’Église sur le terrain de l’éducation et de la culture. Les exemples connus pour cette période, notamment ceux de Gand, Bruges et Namur, tendent à démontrer que les premières bibliothèques de lecture sont en général fondées par des bourgeois et pour des bourgeois. Dans bien des cas, les sections gratuites destinées aux classes dites populaires ne s’ouvrent que sur le tard et semblent parfois peiner à trouver leur public. Quant aux communes, qui jouissent d’une grande autonomie dans les matières d’intérêt local, elles commencent à s’intéresser aux bibliothèques populaires suite au choc des révolutions de 1848, qui épargnent la Belgique mais secouent les élites dirigeantes et les amènent à envisager les moyens susceptibles de mieux contrôler les classes laborieuses – « classes dangereuses » – notamment par le biais de l’instruction et de la moralisation. En 1848, Édouard Ducpétiaux10, chantre du réformisme social en Belgique, propose au conseil communal de Bruxelles d’établir une bibliothèque populaire à laquelle seraient adjoints des cours publics pour les ouvriers. Le projet bruxellois, qui s’inspire des Mechanics’ Institutes britanniques, est adopté sur le principe mais, freiné par d’obscures considérations budgétaires, il ne sera réalisé que quinze ans plus tard ! Dans d’autres communes du pays, des bibliothèques populaires communales sont ouvertes, à Andenne (1848), Vracene (1849), Furnes (1849), Termonde (1850), Verviers (1851). Jusqu’en 1862 cependant, l’initiative communale amène peu de créations.

L’essor des bibliothèques populaires

  • 11 Alphonse Vandenpeereboom (1812-1884), avocat et historien, a été co-fondateur et conservateur de la (...)
  • 12 La Belgique est alors divisée en neuf provinces, entités administratives issues des départements cr (...)
  • 13 Bulletin administratif du ministère de l’Intérieur, t. XVI, 1863, pp. 538-539.

11La première intervention de l’État dans le domaine des bibliothèques populaires prend la forme d’une modeste circulaire du ministre de l’Intérieur, Alphonse Vandenpeereboom11, datée du 13 septembre 1862 et adressée aux gouverneurs de province12. On y lit : « Il serait heureux que bientôt chaque commune vît se former à côté de l’école [primaire], la bibliothèque populaire qui en est le véritable complément »13. Reconnaissant l’utilité des bibliothèques populaires, le ministre exclut cependant toute intervention financière de l’État. C’est aux administrations communales qu’il revient d’organiser et d’entretenir de telles institutions. Cependant il ajoute : « À défaut de ces administrations, il est à espérer qu’il se trouvera des sociétés ou des particuliers qui auront à cœur d’attacher leur nom à la création de ces établissements ». La circulaire ne peut donc avoir qu’un seul effet, dans l’esprit de son auteur : encourager, stimuler un mouvement déjà amorcé et qui recueille la faveur de l’opinion publique. Dans l’esprit, sinon dans la lettre, ce texte est manifestement inspiré par la circulaire du ministre français Gustave Rouland (31 mai 1860), qui marque le départ du mouvement des bibliothèques populaires en France. La circulaire de Vandenpeereboom inaugure elle aussi une période d’expansion pour les bibliothèques populaires. Dans les deux cas, l’initiative privée est invitée à compenser les faiblesses éventuelles de l’action communale.

Bibliothèque populaire, Saint-Ghislain (Hainaut), vers 1900. Carte postale ancienne.

Source : collection Bruno Liesen.

  • 14 Isidore-Benoît Annoot, Les bibliothèques populaires, Bruxelles, Ligue de l’enseignement, 1866. Les (...)

12Selon l’enquête statistique publiée en 1865-1866 par la Ligue de l’enseignement, groupe de pression laïque très actif dans le domaine de la lecture populaire14, la Belgique compte, au 1er décembre 1865, 52 bibliothèques populaires fondées par des communes. Hormis 4 bibliothèques – situées en pays wallon – dont la date de fondation nous est inconnue, 7 établissements communaux sont fondés entre 1848 et 1861 et 41 entre 1862 et 1865. L’accélération du mouvement démarre indubitablement en 1862. La province de Liège, qui est alors l’une des régions les plus industrialisées du pays, se distingue nettement des autres avec un total de 17 bibliothèques communales. Le conseil provincial de Liège est le seul, pour cette période, qui ait décidé de soutenir concrètement la création de bibliothèques populaires en votant dès 1863 une subvention annuelle de 1 000 francs. La ville de Liège, qui n’a pas attendu la circulaire Vandenpeereboom, a inauguré sa bibliothèque populaire le 9 février 1862. La ville de Bruxelles réanime le projet Ducpétiaux adopté en 1848 et ouvre sa première bibliothèque populaire le 31 mai 1863. Son règlement est largement calqué sur celui de la bibliothèque de Liège. À Anvers, un projet de bibliothèque populaire est discuté par le conseil communal dès le 15 décembre 1862, mais après avoir longtemps hésité entre le soutien à l’initiative privée et la création d’une bibliothèque communale, le conseil se ralliera à cette seconde option en janvier 1865 et ouvrira sa Stedelijke Volksboekerij (Bibliothèque populaire communale) en octobre de l’année suivante. Par la suite, encouragées par le succès de leur initiative, les villes de Liège, Bruxelles et Anvers développeront chacune un réseau de bibliothèques populaires destiné à mieux desservir les différents quartiers.

13En ce qui concerne l’initiative privée, le rapport de la Ligue de l’enseignement recense 32 bibliothèques populaires, dont 3 seulement fondées par des associations francophones et les 29 autres par des associations flamandes, quasi toutes de tendance libérale et liées au mouvement flamand. Ce déséquilibre pourrait s’expliquer en partie par la prédominance de l’initiative privée du côté flamand, où les bibliothèques communales sont moins nombreuses. Toutefois ces statistiques sont largement incomplètes, car elles ne reprennent pas les bibliothèques d’associations catholiques, prétextant l’insuffisance des renseignements recueillis à leur sujet. Rétention d’information de la part du monde catholique ? Refus de la Ligue de donner une trop large visibilité aux réalisations de leurs adversaires idéologiques ? Quoi qu’il en soit, cette oblitération de l’action catholique dans le domaine des bibliothèques populaires est symptomatique du clivage catholique-libéral qui marque fortement ce champ d’activité.

Les bibliothèques populaires belges : un monde pilarisé

Initiatives libérales15

  • 15 Sur les initiatives libérales, voir notamment Jacques Lory, Libéralisme et instruction primaire, 18 (...)
  • 16 Il contient uniquement des livres en français mais en 1870, la Ligue publiera un catalogue de livre (...)
  • 17 Le rapport, accompagné du catalogue modèle et des résultats de l’enquête statistique déjà évoquée p (...)
  • 18 Comme la province de Liège subsidie déjà les bibliothèques populaires, la Ligue s’adresse aux huit (...)

14Fondée à Bruxelles en 1864 par un groupe de libéraux radicaux, la Ligue de l’enseignement s’est donnée pour but de propager et de perfectionner l’instruction et l’éducation en Belgique. Jean Macé s’en inspirera pour créer la Ligue française de l’enseignement en 1866. Acquise aux idées progressistes du « jeune libéralisme » et au principe du libre examen, la Ligue sera l’un des fers de lance des revendications en faveur de l’école publique, obligatoire, laïque et gratuite. Elle sera aussi très active dans le secteur de l’éducation populaire et à ce titre, deviendra l’un des principaux acteurs du développement des bibliothèques populaires. Dans ce domaine, la Ligue va surtout exercer un rôle de groupe de pression. Elle commence par publier un catalogue modèle16, précédé d’un important rapport établi par Jean-Baptiste Annoot à partir de son enquête sur la situation des bibliothèques populaires en Belgique17. Ce rapport, qui constitue un véritable traité sur la question, servira à la fois de manifeste et de guide pour toute l’action future de l’association dans ce domaine. Les moyens mis en œuvre incluent des subventions sous forme de dons en livres, de requêtes aux conseils provinciaux18, de propagande et de lobbying au niveau communal par le biais des cercles locaux de la Ligue. Le cercle local de Waterloo poussera l’initiative jusqu’à organiser lui-même un réseau de quatre bibliothèques. À la fin du siècle, jugeant insuffisant le bilan de son action envers les bibliothèques « fixes », la Ligue de l’enseignement va innover en lançant en 1898 le premier réseau de bibliothèques circulantes du pays.

15Malgré son objectif déclaré de défendre les intérêts de la langue flamande dans l’enseignement et ses efforts dans ce sens, la Ligue de l’enseignement n’a jamais réussi à étendre suffisamment son action au nord du pays. Il est vrai que le terrain était déjà largement occupé par des associations flamandes de même tendance, en particulier le Willemsfonds (Fonds Willems) avec lequel la Ligue conclura un accord de coopération en 1907. En Wallonie, d’autres associations libérales vont créer des bibliothèques populaires, mais contrairement à la Ligue de l’enseignement qui cherche à couvrir l’ensemble du pays, leur champ d’action reste limité à l’échelon local. C’est le cas de la Société Franklin fondée à Liège, le 30 décembre 1865, par des libéraux doctrinaires dont beaucoup sont juristes, magistrats, avocats ou professeurs à l’université de Liège. À l’instar de l’association française du même nom créée à Paris en 1862, « le Franklin », comme l’appellent les Liégeois, va agir comme groupe de pression dans le domaine des bibliothèques populaires. Par ses dons de livres et d’argent, la Société Franklin suscite la création de plusieurs bibliothèques communales et libres dans la région liégeoise, mais l’essentiel de ses moyens est consacré à l’organisation de « séances populaires », où l’on peut assister à une conférence agrémentée de parties musicales, de tombolas de livres ou encore à des représentations théâtrales. Ces séances, qui se tiennent le dimanche après-midi, ont connu très rapidement un succès considérable. En quelques années, des cercles locaux apparaissent dans une dizaine de communes de l’agglomération liégeoise et à Verviers.

  • 19 Ernest Gilon (1846-1902), homme politique libéral progressiste, écrivain, éditeur et imprimeur, col (...)
  • 20 Marylen Descamps, Un aspect de l’éducation populaire en Hainaut : les sociétés d’instruction de Mon (...)

16L’écrivain et éditeur Ernest Gilon19 suscite en 1866 la création à Verviers – capitale de l’industrie lainière – d’une société analogue à la Société Franklin de Liège, l’Œuvre des soirées populaires de Verviers, dont les résultats resteront modestes. Gilon est aussi à la base de la fondation à Mons, fin 1876, de l’important Cercle des réunions populaires de Mons et du Hainaut. De 1877 à 1879, cette société d’éducation populaire établit une multitude de cercles locaux un peu partout dans le Hainaut et en 1879, la section montoise ouvre une bibliothèque populaire dans un local cédé par l’administration communale. Quatre cercles locaux organisent eux aussi une bibliothèque. Celle de Mons connaîtra un vif succès, affichant à partir de 1883-1884 des chiffres de fréquentation de l’ordre de 500 à 600 lecteurs réguliers, qui empruntent chacun, en moyenne, 80 ouvrages par an20. La section locale de Morlanwelz va à son tour donner naissance, en septembre 1880, à une nouvelle association, la Société d’instruction populaire de Morlanwelz et des communes avoisinantes. La plupart des fondateurs étaient des ingénieurs travaillant aux charbonnages de Mariemont et Bascoup. Une première bibliothèque est ouverte à Morlanwelz en 1880. Trois ans plus tard, les huit sections locales de la société disposent chacune d’une bibliothèque dont les services sont offerts gratuitement à tous les membres. Les lecteurs extérieurs peuvent obtenir des livres en prêt moyennant une contribution de 2 ou 5 centimes par ouvrage, selon le format. Le nombre de lecteurs connaît une progression constante, quoique modérée. Chacun d’entre eux emprunte en moyenne dix volumes par an. Le classement des lectures effectué par les bibliothécaires révèle une grande prédilection pour les romans, mais aussi un goût pour l’histoire, les récits de voyage et les sciences appliquées.

  • 21 Cité dans Marylen Descamps, Un aspect de l’éducation populaire…, ibid., p. 141.

17Parmi les multiples initiatives d’envergure locale, il convient de citer une société de lecture créée le 30 novembre 1879 par quelque 25 ouvriers, travaillant pour la plupart dans les houillères de Courcelles et habitant la commune voisine de Souvret, dans la banlieue de Charleroi. Dénommée « Les Amis de l’Instruction », cette société est manifestement inspirée de l’association ouvrière du même nom, fondée à Paris en 1861 pour y établir des bibliothèques populaires. Les promoteurs de l’association hennuyère se donnent pour but de « répandre dans les masses, en propageant le goût de la lecture, les idées saines et droites qui peuvent seules assurer l’amélioration du sort des travailleurs »21. En 1879-1880, deux bibliothèques sont ouvertes, l’une à Souvret et l’autre à Courcelles. En outre, la société organise des « séances populaires », avec conférences, concerts et tombolas de livres, ainsi que des excursions. Elle bénéficiera de l’appui des administrations communales de Courcelles et Souvret, ainsi que des dons de livres du gouvernement et de l’aide pécuniaire d’un certain nombre de membres protecteurs. En 1880, les bibliothèques possèdent 478 volumes ; en 1885, ce nombre passe à 1 527. Le nombre de volumes prêtés s’élève alors à 2 673 pour 926 lecteurs.

18Des bibliothèques sont aussi fondées par des industriels philanthropes, en particulier dans les charbonnages du bassin liégeois. Ces structures font généralement partie d’un ensemble d’œuvres sociales, incluant des logements, des magasins, des écoles, des caisses d’épargne et de secours, des sociétés de loisirs et même des chapelles ou des églises, destinées à fixer la main-d’œuvre autour des usines en pourvoyant à ses besoins matériels et moraux. L’objectif est triple : moraliser en diffusant des valeurs comme le mariage, la tempérance, etc., accroître la productivité en valorisant l’effort, le respect de l’autorité, la discipline, et contrôler le comportement social et politique en privilégiant la soumission à l’ordre établi.

19En Flandre, la plupart des sociétés d’éducation populaire s’inscrivent dans le cadre spécifique du mouvement flamand (Vlaams beweging) qui défend les intérêts de la population flamande, majoritaire sur le plan démographique mais confrontée à une domination du français, langue des élites tant en Flandre qu’en Wallonie et seule langue officielle. Entre 1840 et 1860, le mouvement flamand s’exprime essentiellement dans le champ culturel et littéraire pour ensuite évoluer vers un mouvement politique de masse qui deviendra un acteur de premier plan sur la scène politique. L’objectif des bibliothèques populaires flamandes est non seulement d’instruire et d’éduquer les masses laborieuses tout en les distrayant, mais aussi de promouvoir la langue et la culture vernaculaires.

  • 22 Nommé ainsi en mémoire de Jan Frans Willems (1793-1846), poète, historien et philologue, considéré (...)

20Fondé en 1851, le Willemsfonds22 rassemble au départ des libéraux et des catholiques flamands soucieux avant tout de soutenir et d’encourager l’usage de la langue néerlandaise et l’éducation populaire. L’association évoluera ensuite, dans les années 1860, vers un libéralisme – et un anticléricalisme – plus marqué. Son idéologie, ses objectifs et ses moyens d’action sont semblables à ceux de la Ligue d’enseignement. Elle établit sa première bibliothèque populaire (volksboekerij) à Gand en 1865, dans une salle de café puis dans un local communal. La section gantoise ouvrira quatre autres bibliothèques dans d’autres quartiers de la ville. Le prêt est gratuit et les lecteurs ne sont pas tenus d’être membres du Willemsfonds pour en bénéficier. La plupart des ouvrages sont en néerlandais, quoique certaines bibliothèques possèdent aussi des ouvrages en français. Ces établissements sont fréquentés surtout par des ouvriers, qui empruntent en majorité des œuvres littéraires. En 1904, pour répondre à la concurrence catholique, le Willemsfonds lance un réseau de bibliothèques circulantes, comme son association-sœur bruxelloise la Ligue de l’enseignement. En 1910, le Willemsfonds dispose de 52 bibliothèques populaires et de 36 bibliothèques itinérantes, couvrant ainsi pratiquement l’ensemble du territoire flamand.

  • 23 Helmut Gaus, Pers, kerk en geschreven fictie. Groeiproblemen en conflicten in een democratiseringsp (...)

21Toujours à Gand, apparaît la Maatschappij der vereenigde werklieden, société chorale fondée le 18 mars 1849, sur laquelle vient se greffer plus tard une caisse de secours mutuel. La société possède une bibliothèque qui bénéficie, semble-t-il, de subventions de l’administration communale pour l’achat de livres. Détail caractéristique de cette époque de pionniers, elle est établie dans un local du café où se réunissent les membres de l’association. D’autres associations de travailleurs établissent des bibliothèques, parfois ouvertes aux non-membres. Par exemple, la Maatschappij der gedecoreerden der werkers-orde, fondée le 16 juin 1850, s’adresse exclusivement aux travailleurs qui ont reçu la médaille du travail instaurée par arrêté royal du 7 novembre 184723. Rebaptisée Maatschappij der gedecoreerden voor land- en hovingbouw, elle devient en 1889 la Koninklijke Maatschappij der gedecoreerden voor nijverheid, land- en hovingbouw van Gent. Son but est d’organiser une assistance mutuelle entre les membres et de diffuser au sein de la classe ouvrière la connaissance des arts et des sciences. La bibliothèque fondée par la Maatschappij est ouverte à tous les travailleurs et bénéficie dès 1856 de subventions communales. Ses rayons contiennent notamment les ouvrages publiés par le Willemsfonds, avec lequel l’association a conclu un partenariat en 1854.

  • 24 François Laurent (1810-1887), juriste, philosophe de l’histoire, publiciste et philanthrope, est pr (...)

22En 1868, une autre société gantoise remarquable, la Société Callier, est fondée par le professeur François Laurent24 et quarante-deux élèves d’une école d’adultes. Elle a pour but de moraliser la classe ouvrière en améliorant sa situation matérielle et intellectuelle. L’association est dirigée par des bourgeois mais les membres, issus des classes laborieuses, se réunissent dans des cercles ouvriers appelés plus tard « cercles Laurent » et réservés aux élèves des écoles d’adultes officielles. La Société Callier établit des bibliothèques dans la plupart des cercles.

  • 25 Cité dans Jan Vandamme, Het bibliotheekwezen in Brugge voor 1920, Bruges, Raaklijn, 1971, p. 141.

23Enfin, il faut citer l’association brugeoise « Les Amis du Progrès », fondée en 1864 et administrée par de « jeunes libéraux » aux idées avancées, qui veulent en faire une « œuvre pour l’émancipation morale et intellectuelle des classes ouvrières »25. Ils commencent par organiser des meetings et des conférences dans les « estaminets » brugeois acquis aux idées libérales. Mais très vite, la bibliothèque populaire va monopoliser toute l’activité des Amis du Progrès. En 1866, ils obtiennent de la ville de Bruges une aide financière et un local pour fonder une bibliothèque libre et gratuite. Les rapports, publiés dans le Bulletin communal de Bruges, témoignent d’un certain succès auprès du public, essentiellement composé d’ouvriers. Mais la fréquentation commence à fléchir en 1870 et, en 1876, le Bulletin communal cesse de publier les rapports de l’association. L’arrivée au pouvoir des catholiques après les élections communales de 1875 précipite le déclin de cette bibliothèque. Malgré une tentative de fusion avec la bibliothèque de la section locale du Willemsfonds en 1883- 1884, elle disparaît vers 1888.

Réaction catholique

  • 26 Voir Pascale Delfosse, « La formation des familles politiques en Belgique (1830-1914) », Res public (...)

24Devant l’émergence de ce réseau associatif libéral, qui investit le terrain de l’éducation populaire jusque-là dominé par les œuvres catholiques, l’Église ne va pas tarder à réagir en renforçant son action et en lui donnant une nouvelle dimension. Conscients que les bibliothèques, tout comme les cours, conférences et autres activités socio-culturelles mises en place par les associations libérales n’ont pas seulement pour but de développer l’instruction et l’éducation des masses, mais aussi de diffuser l’idéologie libérale, les catholiques belges vont aborder la question de l’éducation populaire lors des congrès qu’ils organisent à Malines, siège central de l’Église de Belgique. Ces congrès, qui ont lieu en 1863, 1864 et 1879, sont à l’origine de la structuration des catholiques en famille politique, destinée à contrer les libéraux sur le plan électoral. Les catholiques sont en effet minorisés dans leur représentation politique alors qu’ils bénéficient d’une base sociale très large mais composite. Cette stratégie sera payante puisqu’ils occuperont le pouvoir sans discontinuer de 1884 à 191426.

25En 1863, le premier Congrès de Malines pose la question des bibliothèques populaires dans le cadre du problème global de la diffusion des « bonnes lectures ». Sans renier les réalisations du passé, les congressistes soulignent la nécessité de coordonner les actions isolées afin d’étendre leur influence :

  • 27 Assemblée générale des catholiques de Belgique. Première session à Malines, 18-22 août 1863, t. I, (...)

« Sans doute, il y a longtemps qu’on a établi dans les endroits plus ou moins populeux des bibliothèques, organisées par des particuliers zélés, des prêtres dévoués, ou même par des associations qui trouvent leurs ressources dans les souscriptions annuelles ; sans doute, il y a eu bien des essais heureux en fait de publications et de distributions gratuites et autres, des livres destinés à combattre, dans tous les ordres d’idées, la pernicieuse influence des mauvais ouvrages ; et certes aucune de ces œuvres ne peut et ne doit disparaître. Mais pour les fortifier là où elles existent et pour les faire naître là où elles n’existent pas, il faut recourir à la puissante influence d’une organisation centrale, basée elle-même sur l’association des efforts isolés et à l’agrégation des associations qui ne sont point encore reliées entre elles. »27

  • 28 Assemblée générale des catholiques de Belgique. Troisième session à Malines, 2-7 septembre 1867, t. (...)
  • 29 Assemblée générale des catholiques… 1867, t. II, Bruxelles, Goemaere, 1868, p. 207.
  • 30 Voir Jacques Lory, Libéralisme et instruction primaire, 1842-1879, Introduction à l’étude de la lut (...)
  • 31 Pascale Delfosse, « La formation des familles politiques… », art. cit., p. 483 et p. 491 ; Hugues D (...)

26Au Congrès de 1867, on réitère le vœu de voir s’établir des « bibliothèques populaires de bons livres », en particulier dans les campagnes28. L’accent est mis sur la concurrence des bibliothèques populaires communales : « Les administrations communales des grandes villes, qui deviennent d’année en année plus libérales, donnent l’exemple qui ne tardera pas à être suivi par les administrations des communes rurales. Il ne nous reste donc qu’une chose à faire : c’est de les devancer et de fonder nous-mêmes des bibliothèques »29. Pour contrer ce qui est perçu comme une entreprise de déchristianisation des masses, les congressistes décident de s’approprier, dans une perspective catholique, les moyens d’action mis en œuvre par la Ligue de l’enseignement : bibliothèques, cours, lectures publiques et conférences en particulier30. Cette riposte catholique par imitation est caractéristique de ce que Pascale Delfosse qualifie d’« effet de miroir »31. Pour promouvoir les bibliothèques populaires, les congressistes jettent leur dévolu sur une association déjà active en Belgique depuis dix ans, la Société de Saint-Charles-Borromée.

27Fondée à Tournai en 1857, la Société de Saint-Charles-Borromée est la déclinaison belge d’une association allemande, le Verein vom heiligen Karl Borromäus, fondé à Bonn en 1845 pour répandre les « bons livres ». La Société de Saint-Charles établit des comités locaux dans les grandes villes du pays et, à partir de 1878, dans les paroisses. Elle sélectionne et diffuse des « bons livres », fonde des bibliothèques ou apporte son soutien à des structures existantes. À Tournai, par exemple, la bibliothèque populaire de la société, gratuite, jouxte une « Bibliothèque des Bonnes Lettres », payante et réservée aux membres de l’association. Cet établissement a été créé pour concurrencer un projet similaire du conseil communal libéral. Le comité a également mis sur pied un réseau de bibliothèques paroissiales dans les campagnes de l’arrondissement, approvisionnées par un fonds de livres qui circule d’une localité à l’autre. Ce type de bibliothèque ambulante – qui préfigure la bibliothèque circulante de la Ligue de l’enseignement – fonctionne aussi dans la province de Liège. La Société de Saint-Charles publie, à partir de 1884, un Bulletin bibliographique des familles et des institutions catholiques mensuel, qui donne une cotation morale des livres.

  • 32 Jan-Baptist David (1801-1866) est prêtre, philologue, historien et professeur à l’université cathol (...)

28Une autre association catholique va entreprendre, plus tardivement, une action d’envergure en matière de bibliothèques populaires, quoique limitée à la partie flamande du pays. Il s’agit du Davidsfonds (Fonds David), créé en 1875 pour concurrencer le Willemsfonds. C’est un autre exemple frappant de l’« effet de miroir ». Le Davidsfonds, qui tire lui aussi son nom d’un père-fondateur du mouvement flamand, le chanoine Jan-Baptist David32, deviendra très vite la plus importante association culturelle flamande. Au niveau de l’organisation et des moyens d’action, le Davidsfonds est calqué sur son concurrent libéral. Il reprend les mêmes objectifs généraux – encourager l’usage du néerlandais, assurer le développement intellectuel et moral du peuple flamand, défendre en tant que groupe de pression les intérêts flamands – mais dans une optique chrétienne. Le Davidsfonds va donc établir, par le biais de ses sections locales, un réseau de bibliothèques populaires destinées à contrer les bibliothèques libérales.

29À Gand, bastion du Willemsfonds, cinq bibliothèques sont ouvertes en 1876 : une bibliothèque centrale (middenbibliotheek) et quatre annexes (hulpbibliotheken). Il va sans dire que l’administration communale de Gand, qui soutient les bibliothèques du Willemsfonds, refuse toute aide aux bibliothèques catholiques. Elle refuse même à la section locale du Davidsfonds l’autorisation d’organiser une tombola au profit de ses bibliothèques. L’association catholique n’a donc pour ressource que l’argent des cotisations. Les années 1880 sont plus favorables, car l’administration centrale du Davidsfonds décide d’aider régulièrement ses sections locales et en 1885, le conseil provincial devenu majoritairement catholique vote une subvention annuelle de 1 000 francs. Après 1891, la ville de Gand accorde également des subventions. En 1905, la section gantoise crée une cinquième hulpbibliotheek et en 1906, réagissant à l’ouverture d’une bibliothèque par le Willemsfonds, elle en établit une autre dans la même rue. En 1914, la section locale du Davidsfonds possède en tout dix établissements. Le prêt est gratuit et ouvert à tous, moyennant une recommandation du curé de paroisse. Il s’agit donc, comme dans le cas des bibliothèques du Willemsfonds, d’un réseau ouvert au public extérieur à l’association. Les ouvriers représentent la majorité des lecteurs, le reste étant composé de domestiques et de petits commerçants. Les préférences des emprunteurs vont vers les récits de voyages et d’aventures et… les histoires de brigands. En 1889, le nombre de lecteurs des ouvrages de religion, de sciences, de littérature et d’histoire aurait – selon le Jaarboek van het Davidsfonds voor 1889 – augmenté dans de fortes proportions. Mais on ne dispose pas de chiffres détaillés sur la fréquentation des bibliothèques et les choix de lecture avant 1896.

  • 33 Marylen Descamps, Un aspect de l’éducation populaire…, op. cit.

30À la veille de la Première Guerre mondiale, le Davidsfonds dispose de 74 bibliothèques populaires, dont 18 bibliothèques circulantes. Une tournée d’inspection organisée par le bureau central de la société, en 1912-1913, révèle toutefois un relâchement généralisé dans la gestion des bibliothèques. Dans le domaine culturel et en particulier au niveau des bibliothèques populaires, le Davidsfonds n’a guère fait preuve d’originalité et s’est contenté d’imiter les réalisations de son concurrent libéral. L’association catholique flamande ne comblera son retard dans ce secteur qu’après l’entrée en vigueur de la loi de 1921 sur les bibliothèques publiques, qui lui donnera les moyens de se développer pleinement. Le retard accusé par le Davidsfonds est peut-être révélateur d’une situation touchant l’ensemble des bibliothèques catholiques. C’est ce que laisse entendre une résolution concernant les « bibliothèques publiques » adoptée par le Congrès national des œuvres catholiques de 1909 : « 1° Il est de toute importance de réorganiser les bibliothèques catholiques à quelque public qu’elles s’adressent. 2° Il faut que cette organisation leur permette de faire concurrence aux mauvaises bibliothèques. 3° Il est à souhaiter qu’on vise moins à fonder des petites “boîtes à lettres” locales, bientôt vieillies, que d’assurer la vitalité d’organismes puissants, efficaces dans la lutte générale pour le bien [...] »33.

Le pilier socialiste

  • 34 Sur les bibliothèques et l’action éducative du POB, voir notamment Jean-Luc Degée, Le mouvement d’é (...)

31Par un nouvel « effet de miroir », les conceptions éducatives du mouvement ouvrier socialiste sont clairement inspirées des pratiques d’éducation populaire initiées par les « jeunes libéraux » dès les années 1860. L’intégration d’intellectuels radicaux d’origine bourgeoise au sein des instances dirigeantes du Parti ouvrier belge (POB), fondé en 1885, favorise la transmission de thèmes culturels du libéralisme au socialisme. Les socialistes adoptent le discours de l’éducation populaire élaboré par les libéraux, marqué par l’intention moralisatrice (lutte contre l’alcoolisme et le jeu, notamment par la lecture), le paternalisme latent (l’ouvrier est considéré comme un récepteur passif auquel on transmet un savoir) et l’élitisme (priorité donnée à la formation des éléments les plus brillants). Les moyens utilisés par le POB rappellent ceux des libéraux : brochures bon marché, voyages, excursions, chorales, conférences-spectacles, bibliothèques populaires. Il faut attendre le début du xxe siècle pour voir le POB se dégager du modèle libéral et concevoir sa propre politique éducative et culturelle, qui aura pour instrument la Centrale d’éducation ouvrière (1911)34.

32L’organisation de « bibliothèques ouvrières » a été un des premiers soucis des militants socialistes dans le domaine éducatif. Il semble que les premières bibliothèques populaires socialistes font leur apparition dans le cadre du mouvement coopératif. La coopérative Vooruit (« En avant »), fondée à Gand en 1880 et qui marque la naissance de la coopération socialiste en Belgique, s’est dotée d’une bibliothèque dont le noyau est l’ancienne Vrijzinnige Werkmansbibliotheek (bibliothèque du travailleur libéral) du syndicat des tisserands. Le but initial des coopératives socialistes est de fournir à leurs adhérents des marchandises à meilleur compte que le commerce privé. Le succès considérable qu’elles remportent les incite à étendre leurs activités dans le domaine culturel. La création de « Maisons du peuple » fournit le cadre matériel idéal aux premières réalisations du mouvement socialiste en matière d’éducation populaire. Les ouvriers peuvent venir à la Maison du peuple non seulement pour participer aux activités à caractère politique (meetings, réunions politiques et syndicales, etc.), mais aussi pour se détendre (salles de café, fêtes, spectacles, chorales, fanfares, sociétés de gymnastique, groupes d’art dramatique, etc.) et pour s’instruire (bibliothèques, clubs de lecture, cercles d’études, etc.). Outre les coopératives, des bibliothèques sont également établies par certains groupes comme les Jeunes Gardes socialistes ou des syndicats sectoriels (employés, métallos, ...).

  • 35 Jules Destrée (1863-1936), avocat, écrivain et homme politique socialiste, est député de Charleroi (...)
  • 36 Jules Destrée, « Préoccupations intellectuelles, esthétiques et morales du Parti socialiste belge » (...)
  • 37 Jules Destrée, Bibliothèques ouvrières, Bruxelles, Veuve Brismée, 1901, p. 2.

33Jules Destrée35, figure de proue du POB et futur auteur de la première loi sur les bibliothèques publiques, dresse en 1897 un premier bilan de l’action culturelle socialiste. En matière de lecture populaire, il relève les exemples du Vooruit de Gand – qui possède plus de 7 000 volumes –, de la coopérative « Le Progrès » de Jolimont (Hainaut) et du « Temple de la Science » de Charleroi. Mais il reconnaît que « l’organisation généralement libérale des bibliothèques populaires suffisant aux besoins de la classe ouvrière, les institutions socialistes sont restées, sauf les exemples ci-dessus, sommaires et limitées à des corporations »36. Destrée tente de redynamiser les bibliothèques socialistes en lançant en 1900 le projet d’en installer une dans chaque Maison du peuple. À cette fin, il demande aux lecteurs du journal Le Peuple de lui désigner « les ouvrages qui ont le plus profondément marqué dans [sic] leur vie »37. Ce référendum place largement en tête Les Misérables de Victor Hugo et Germinal d’Émile Zola. En se fondant sur cette enquête, Destrée dresse une liste d’ouvrages censés composer la bibliothèque idéale. Suite à cette initiative, une douzaine de bibliothèques voient le jour dans les régions de Charleroi, Huy et Liège, souvent conjointement à un cercle d’études. Par ailleurs, des militants diffusent leurs propres listes d’ouvrages afin de développer le mouvement.

  • 38 Louis de Brouckère (1870-1951), homme politique socialiste, professeur à l’université nouvelle puis (...)

34En 1910, presque toutes les Maisons du peuple disposent d’une bibliothèque, mais leur organisation laisse encore à désirer. Les modes d’acquisition des ouvrages – dons indifférenciés et achats de lots à prix réduits – nuisent à la cohérence des collections, les bibliothécaires sont bénévoles et manquent de compétence pour gérer une bibliothèque et guider les lecteurs. Pour remédier à ces lacunes, Louis de Brouckère38 propose de centraliser les commandes et de mieux contrôler la sélection des ouvrages. Il souligne également la nécessité de lier l’action éducative et culturelle à la pratique militante.

  • 39 Henri de Man, Le mouvement d’éducation ouvrière en Belgique, Bruxelles, Centrale d’éducation ouvriè (...)

35Conçue au départ comme un dérivatif à l’alcoolisme, dans une perspective libérale de moralisation, la lecture populaire va progressivement apparaître comme un outil de formation des militants du parti ouvrier. La création, en 1911, de la Centrale d’éducation ouvrière, organe de coordination des œuvres d’éducation populaire socialistes, qui deviendra plus tard Présence et action culturelles (PAC), contribue à affranchir les réalisations socialistes de leur modèle libéral tout en remédiant aux faiblesses organisationnelles. Le développement de structures locales et régionales englobant notamment les bibliothèques ouvrières débute peu avant 1914 et se poursuivra après la guerre. Une enquête menée par le POB en 1911 recense 49 bibliothèques ouvrières pour l’ensemble du pays. Un Office central d’achat des bibliothèques socialistes et syndicales est mis sur pied en mars 1912 au sein de la Centrale d’éducation ouvrière, en vue de soutenir la création de nouvelles structures et d’améliorer le fonctionnement de celles qui existent. L’Office assure à la fois un service de librairie sans but lucratif et un service d’assistance visant à informer et conseiller les gestionnaires de bibliothèques pour qu’ils puissent remplir dans les meilleures conditions leur fonction éducative. À cette fin, l’Office élabore des catalogues modèles à l’usage des organisateurs et même des militants pris individuellement, en vue de les guider dans le choix des lectures. Il prévoit aussi d’organiser des « conférences » réunissant les délégués des bibliothèques affiliées, dont les décisions seraient exécutées après ratification par le comité directeur de la Centrale d’éducation ouvrière39. Ces méthodes sont donc comparables à celles de la Société Franklin parisienne, qui organise aussi un double service de librairie et d’information technique.

36Dès la fin du xixe siècle, la vie socioculturelle belge est très largement pilarisée. Les bibliothèques populaires, comme l’ensemble des initiatives privées dans le domaine social et éducatif, y compris celles qui s’inscrivent dans le mouvement flamand, sont colorées idéologiquement. Ce fait sociologique persistera au siècle suivant et déterminera les interventions futures des pouvoirs publics. Avant 1914, leur action dans le domaine des bibliothèques et de l’éducation populaire en général est encore très parcimonieuse. Vers 1880, l’État belge commence à intervenir auprès des bibliothèques communales et libres par des envois irréguliers d’ouvrages. En 1898, un service des bibliothèques populaires est créé et les distributions gratuites d’ouvrages deviennent régulières. Pour bénéficier des dons de livres du gouvernement, les bibliothèques doivent être publiques et gratuites. Elles doivent aussi envoyer le catalogue complet de leurs collections et, chaque année, la liste détaillée des nouvelles acquisitions et des ouvrages rayés du catalogue. Vers 1913, le ministère des Sciences et des Arts distribue pour plus de 50 000 francs d’ouvrages et de publications périodiques. Au niveau provincial, seules les provinces de Liège, de Brabant, de Hainaut et d’Anvers octroient des subventions aux bibliothèques populaires.

De la bibliothèque populaire à la bibliothèque publique

  • 40 Pasinomie, 4e série, t. I, 1865-1866, p. 251.
  • 41 Charles Masson, « Les bibliothèques populaires », Revue de Belgique, 1875, t. XXI, pp. 5-18.

37Dans sa circulaire du 13 septembre 1862, le ministre Vandenpeereboom souhaitait que « chaque commune vît se former à côté de l’école, la bibliothèque populaire qui en est le véritable complément ». Quelques années plus tard, dans son rapport au Roi précédant le règlement général des écoles d’adultes du 1er septembre 1866, le même ministre annonce que « la bibliothèque [...] sera à l’école des adultes ce que celle-ci est à l’école primaire ; elle en formera le complément indispensable »40. Ce thème de la bibliothèque complément indispensable de l’école semble avoir été particulièrement cher au cœur des libéraux. Ainsi, dans un article paru en 1875 dans la Revue de Belgique41, Charles Masson définit les liens qui unissent les trois piliers de l’instruction populaire que sont l’école primaire, l’école d’adultes et la bibliothèque populaire : « La bibliothèque populaire est le complément naturel de l’école primaire et de l’école d’adultes. Ces trois institutions se complètent et se fortifient. Elles apparaissent étroitement unies entre elles ; il est presque impossible de les séparer sans danger, car elles constituent les trois bases de l’instruction publique ». L’école primaire a pour fonction première de dispenser aux enfants une instruction élémentaire ; l’école d’adultes offre aux ouvriers la possibilité de conserver le fruit de cette instruction et d’en combler les lacunes. Quant à la bibliothèque populaire, elle mettra à leur disposition l’instrument de connaissance par excellence, le livre. En toute logique, l’instituteur est considéré comme le bibliothécaire idéal. Les bibliothèques de la ville de Bruxelles, par exemple, recrutent leur personnel exclusivement parmi les instituteurs des écoles communales. Le lien avec l’école est d’autant plus marqué que les bibliothèques du réseau bruxellois se situent dans des locaux d’écoles primaires communales. Les instituteurs-bibliothécaires sont chargés de guider les lecteurs dans leurs choix, prolongeant ainsi leur mission d’éducateurs du peuple au-delà de la période de scolarité. Ils sont placés sous la supervision d’un fonctionnaire de la ville chargé des fonctions de bibliothécaire en chef. Aucune formation spécifique ne sera requise jusqu’en 1911, lorsque le Collège des bourgmestres et échevins recommandera de suivre les cours de l’École du livre qui venait de s’ouvrir dans la capitale.

38La moralisation est au cœur des institutions de lecture populaire, qu’elles soient catholiques, libérales ou socialistes, du moins au sein des bibliothèques ouvrières de la première génération. L’action « moralisatrice » de la bibliothèque populaire est liée essentiellement au contenu des ouvrages, mais elle s’exerce aussi dans l’acte même d’emprunter un livre et d’en faire la lecture. En revenant de l’usine, l’ouvrier ne passera plus par le cabaret mais par la bibliothèque populaire locale ; le père de famille, en lisant à voix haute le livre qu’il a emprunté, réunira autour de lui le cercle familial. Cette vision idéale des bienfaits de la lecture populaire est développée surtout du côté libéral. L’économiste Charles Le Hardy de Beaulieu en donne une expression très achevée :

  • 42 Charles Le Hardy de Beaulieu, « Étude de morale et d’économie politique : l’éducation de la classe (...)

« La lecture [...] commence par exciter la curiosité de l’ouvrier qui lui accorde d’abord quelques instants de loisir d’une manière assez distraite et sans y attacher grande importance. Il ne tarde pas cependant à y prendre un goût plus prononcé, qui finit lui-même par devenir une habitude tellement invétérée qu’il y sacrifie le cabaret et ses jouissances naguère si estimées. Le foyer domestique reprend son légitime empire, et le père, désirant faire participer sa famille aux jouissances que lui fait éprouver la lecture, l’entreprend à haute voix en y ajoutant parfois des commentaires de sa façon. Quelle source de douce satisfaction, d’union intime pour la famille entière, et qu’elle est bienfaisante et moralisatrice cette modeste bibliothèque populaire d’où elle émane ! »42

  • 43 A. Ortsval [pseudonyme d’Alphonse-Simon Rastoul de Mongeot], Des bibliothèques communales à fonder (...)
  • 44 J.-B. Du Triannet, « Les bibliothèques populaires », Les Échos de Malonne, 1911, t. III, pp. 70-72.
  • 45 Charles Le Hardy de Beaulieu, « Étude de morale… » art. cit., p. 76.

39Cette vision des choses trouve un certain écho dans les milieux catholiques et même chez les socialistes, qui voient dans la lecture une arme de choix dans la lutte contre l’alcoolisme et les ravages qu’il sème dans la classe ouvrière. Pour les catholiques comme pour les libéraux, la bibliothèque est « le dépôt des remèdes de l’âme »43, une « pharmacie morale et spirituelle »44. Elle doit offrir au lecteur, « outre la diversion et l’instruction, le soulagement de ses peines et de ses souffrances, le baume consolateur de ses afflictions »45. Des divergences apparaissent toutefois quant à la nature des remèdes – les « bons livres » – distribués dans ces « pharmacies de l’âme ». Qu’est-ce qui différencie l’officine libérale de sa concurrente catholique ? Les emballages sont assez semblables de part et d’autre. En effet, libéraux et catholiques recommandent les mêmes genres d’ouvrages : récits historiques, biographies d’hommes illustres, récits de voyage, vulgarisation scientifique. Toutefois, les critères déterminant le choix des livres appartenant à ces catégories peuvent être fort différents. Ainsi, dans la catégorie « histoire et biographie », on choisira, d’un côté, des œuvres illustrant les idées de progrès, de liberté et de tolérance, de l’autre, des œuvres à caractère apologétique. Un autre point de convergence – encore plus remarquable – est la défiance vis-à-vis des œuvres de fiction, défiance qui peut aller jusqu’au rejet pur et simple, comme c’est le cas pour les « romans modernes », dont Émile Zola est le représentant le plus souvent cité, et les romans-feuilletons, qui heurtent les valeurs bourgeoises et le sens moral commun aux deux courants idéologiques. Cette attitude est plus accentuée dans les milieux catholiques, qui tendent à jeter le discrédit sur l’ensemble de la littérature d’imagination, tandis que du côté libéral, le jugement est plus nuancé puisqu’on laisse une place non négligeable à la littérature classique et qu’on admet la littérature contemporaine, à l’exception de quelques catégories comme les romans naturalistes et les récits à sensation.

40Dans l’ensemble, le discours libéral sur le « bon livre » paraît plus positif que le discours catholique. Pour les libéraux, le « bon livre » est avant tout le remède contre l’ignorance et la déchéance morale, qui arrachera l’individu aux dangers de l’oisiveté et des occupations malsaines (boisson, jeu, ...) pour lui dispenser ses richesses au sein du cercle familial ou qui lui donnera les moyens de se perfectionner dans l’exercice de sa profession. Pour les catholiques, si le « bon livre » est aussi – positivement – instrument de salut, il est avant tout un contrepoison, un antidote destiné à combattre les effets désastreux de la diffusion des « mauvaises lectures ».

Bibliothèque populaire centrale, la salle de lecture et les bibliothécaires, Liège, vers 1908.

Source : collection Dieudonné Boverie.

  • 46 Paul Otlet (1868-1944), avocat, bibliographe et sociologue, fondateur en 1919 du Palais mondial ou (...)
  • 47 Henri La Fontaine (1854-1943), avocat, bibliographe, homme politique socialiste, militant pacifiste (...)

41À l’exception notable du rapport d’I.-B. Annoot publié par la Ligue de l’enseignement, il faut attendre les années 1900 pour voir se développer une véritable réflexion sur le plan bibliothéconomique, réflexion qui sera une étape déterminante dans l’évolution vers un nouveau modèle inspiré par les bibliothèques publiques anglo-saxonnes. Deux Belges d’envergure internationale, Paul Otlet46 et Henri La Fontaine47, sont à l’origine de ce renouveau conceptuel. Fondateurs en 1895 de l’Institut international de bibliographie, créateurs du Mundaneum, souvent décrit comme un « internet de papier », ces deux précurseurs vont contribuer à la naissance d’une branche nouvelle de la bibliothéconomie, qu’ils appelleront documentation et dans laquelle ils voient une extension des activités de la bibliothèque savante et de la bibliothèque populaire. En 1908, ils présentent à la quatrième Conférence internationale de bibliographie un rapport qui est un véritable manifeste de la bibliothèque publique moderne. Ce texte soutient que pour réaliser la démocratisation du savoir, il faut « mettre les résultats de la science universelle » à la disposition de tous en réunissant l’ensemble des bibliothèques dans un même service public « chargé de pourvoir à l’alimentation intellectuelle de la masse ». Le rapport poursuit :

  • 48 Henri La Fontaine, Paul Otlet, « L’état actuel des questions bibliographiques et l’organisation int (...)

« La conservation des livres n’est plus envisagée comme une fin en soi. On se rend compte que c’est le lecteur qui crée l’utilité du livre. Le vrai rôle d’une bibliothèque apparaît alors de faire circuler les livres et non pas seulement de les conserver. Et cette circulation se fait dans deux directions, celle des études scientifiques et littéraires, d’une part, celle de la vulgarisation, d’autre part. Le mouvement démocratique renverse les anciennes conceptions et partout éclate un mouvement irrésistible en faveur des bibliothèques populaires. »48

  • 49 Paul Otlet, « Le programme du ministère des Sciences et des Arts. Résumé du rapport présenté à la L (...)

42En mai 1907, Otlet présente à la Libre Académie de Belgique, qui réunit les avant-gardes littéraires, artistiques et scientifiques, un rapport sur le programme du tout nouveau ministère des Sciences et des Arts. Il émet notamment le vœu de voir le ministère développer les bibliothèques publiques « dans le sens d’une connexion plus étroite entre nos diverses collections nationales, d’une réforme radicale de nos bibliothèques populaires, d’une alliance méthodique entre elles et nos écoles pour répandre à travers le pays tout entier le goût et l’usage du livre considéré comme instrument de l’enseignement autodidacte et de la culture généralisée »49. Des idées semblables sont également débattues au sein de l’association Biblion, créée le 10 février 1907 sur l’initiative de l’Institut international de bibliographie et de la Revue des Bibliothèques et Archives de Belgique. Biblion publiera, la même année, une liste générale des bibliothèques de Belgique et en 1908, le premier – et unique – volume d’une revue à caractère professionnel, La Bibliothèque publique.

  • 50 La Bibliothèque publique. Revue bimestrielle pour l’amélioration et le développement des bibliothèq (...)
  • 51 Oscar Colson, « La nouvelle bibliothèque publique de Liège », Wallonia, 1907, t. XV, pp. 51-64 (cit (...)
  • 52 La Bibliothèque publique, t. I, nos 1-2, 1908, p. 3.

43Le mouvement réformateur qui apparaît dans les années 1900 est basé sur une critique des bibliothèques populaires et une mise en valeur du modèle anglo-saxon de la free public library. La critique des bibliothèques populaires aboutit à une double constatation : leur nombre est insuffisant et leur organisation ne répond plus aux besoins. D’un point de vue général, les bibliothèques populaires, telles qu’elles existent en Belgique, ne contribuent pas à faire du livre « ce qu’il est devenu chez d’autres peuples : l’instrument généralisé de la culture, de l’instruction et de la distraction intellectuelle »50. Les réformistes reprochent aux promoteurs des bibliothèques populaires de se méprendre sur les besoins réels du public dit populaire en lui offrant – sous prétexte de vulgarisation – des ouvrages médiocres ou encore en sacrifiant « les intérêts de la masse des curieux aux goûts douteux qui se manifestent [...] sous l’influence, notamment, des romans-feuilletons »51. L’aménagement des locaux, la formation – ou plutôt l’absence de formation – du personnel, le manque de salles de lecture, les horaires d’ouverture incompatibles avec les horaires des lecteurs sont aussi pointés par les critiques. L’organisation d’ensemble des bibliothèques populaires laisse à désirer : « ces bibliothèques manquent de cohésion ; elles sont sans liens les unes avec les autres ; aucun principe général n’a présidé à leur organisation et aucun programme n’a été formulé pour leur multiplication et leur développement systématique »52. À cette évaluation très sévère vient s’ajouter la référence au modèle de la bibliothèque publique anglo-saxonne, référence que l’on retrouvait dès les années 1860 et qui apparaît en filigrane dans les réformes proposées.

  • 53 Ibid., p. 3.
  • 54 Ibid., p. 3.

44La réforme à accomplir, toujours selon les rédacteurs de La Bibliothèque publique, consiste à « faire de nos bibliothèques dites “populaires”, de véritables “bibliothèques publiques” utiles à toutes les classes de la société »53. Pour cela, il faut former des collections « d’ouvrages systématiquement choisis, représentant les diverses branches des connaissances, parfaitement catalogués et placés largement à la disposition des lecteurs de toutes catégories. Il y a lieu d’en exclure les fonds anciens de livres surannés et inutiles [...] et aussi tout ce qui est mauvais, insignifiant ou médiocre et chercher par tous les moyens à faire lire et à accroître le rendement intellectuel de la lecture »54. La réorganisation proposée est fondée sur le principe du réseau unique intégrant, au sein d’une ville ou d’une agglomération de communes, les bibliothèques de diverses natures : bibliothèques avec salles de lecture, bibliothèques de prêt à domicile, bibliothèques circulantes, bibliothèques scolaires. Leurs services doivent être connectés à l’école, aux institutions postscolaires et aux bibliothèques scientifiques. De plus, les bibliothèques publiques entretiendront entre elles des rapports de collaboration : prêt entre bibliothèques, acquisitions en commun, publication de catalogues collectifs, préparation et diffusion de guides de lectures. En bref, il faut établir un service public, avec le concours des pouvoirs publics et des acteurs privés (associations, mécènes, etc.), qui fonctionne sur la base de méthodes rationnelles.

  • 55 Oscar Colson, « La nouvelle bibliothèque publique… », art. cit., p. 63.

45Dans l’esprit des réformateurs, la bibliothèque n’est plus conçue comme instrument de diffusion d’un savoir partiel, voire partial, destiné à un public « populaire » et déterminé par les conceptions ou l’idéologie de ses organisateurs. Dénonçant implicitement les effets néfastes de la pilarisation du secteur, les réformateurs veulent faire de la bibliothèque un agent de culture générale, ouvert à tous sans distinction, au-dessus des divisions partisanes. C’est l’affirmation du droit de tous à la culture et à l’information et l’évacuation des attitudes philanthropiques et paternalistes qui subsistent au sein des bibliothèques populaires. La bibliothèque publique moderne doit être un établissement où l’on voit « l’homme du peuple et le bourgeois voisiner aux tables de lecture et de travail avec le lettré et le savant »55. À côté des fonctions traditionnelles d’instruction, de formation professionnelle et de moralisation, qui restent de mise, la bibliothèque publique se voit attribuer une nouvelle fonction d’information et une fonction de récréation qui n’est plus considérée comme accessoire. En effet, même si les romans et la fiction ont pris une place de plus en plus grande dans les rayons des bibliothèques populaires et constituent l’essentiel des prêts, les promoteurs de la lecture populaire n’ont, pendant longtemps, admis ce type de lecture que comme moyen d’attirer le public visé à la bibliothèque. Les livres distrayants ont donc pour fonction de donner au lecteur le goût de lire et l’habitude de fréquenter régulièrement la bibliothèque, dans l’espoir qu’il se tourne ensuite vers des lectures plus « utiles ». C’est en quelque sorte un produit d’appel, ni plus ni moins, auquel on n’attribue aucune valeur propre, sauf s’ils sont en même temps instructifs, comme les romans de Jules Verne. Il aura donc fallu un demi-siècle pour attribuer à la lecture-plaisir une fonction à part entière, ayant elle aussi une valeur éducative.

46Les idées réformatrices portées par Otlet, La Fontaine et leurs émules, qui s’inscrivent dans le vaste mouvement inspiré par les bibliothèques anglo-saxonnes et touchant la plupart des pays d’Europe, n’ont abouti qu’à de rares réalisations concrètes en Belgique avant la Grande Guerre. L’exemple le plus remarquable est celui d’une bibliothèque pour enfants créée en 1910 à Gand par la Maatschappij voor openbare kinderbibliotheken (Société pour les bibliothèques publiques enfantines), sur le modèle des bibliothèques enfantines américaines. Les administrations communales de Liège et de Bruxelles ont aussi accompli des efforts notables pour mettre en application les nouveaux principes au sein de leurs réseaux de bibliothèques.

  • 56 Liste générale des bibliothèques de Belgique, Bruxelles, Biblion, 1907 (Biblion. Publications, n° 1 (...)
  • 57 Théodore Rouvez, « Les bibliothèques populaires en Belgique », in Pierre Verhaegen (éd.), L’enseign (...)

47En 1907, selon les chiffres publiés par l’association Biblion56, 30 % seulement des communes disposent d’au moins une bibliothèque populaire sur leur territoire. Au total, on recense 629 bibliothèques communales et 407 bibliothèques libres, dont plus de la moitié est d’obédience catholique. Dans les provinces wallonnes et le Brabant, les bibliothèques communales sont plus nombreuses que les bibliothèques libres alors que dans les provinces flamandes (sauf le Limbourg), le rapport est inversé. Cette situation est donc, grosso modo, très semblable à celle révélée par l’enquête d’Annoot en 1865. Un rapport publié en 1911 par le directeur du service central des bibliothèques populaires au ministère des Sciences et des Arts donne un aperçu quantitatif de l’évolution du mouvement des bibliothèques populaires belges57. Selon lui, il y avait avant 1862 environ 100 bibliothèques populaires en Belgique. Sous l’impulsion de la circulaire du ministre Vandenpeereboom, les bibliothèques populaires fondées par des communes, des associations ou des particuliers, se sont multipliées de telle sorte qu’en 1880, on en comptait entre 550 et 600. Ensuite, toujours selon le rapport, le mouvement s’est ralenti, le nombre de bibliothèques augmentant d’environ 300 unités entre 1880 et 1898. À partir de 1898, un nouvel élan se produit, avec notamment la création d’un service spécial au ministère de l’Intérieur, l’organisation d’un réseau de bibliothèques circulantes par la Ligue de l’enseignement, le développement des bibliothèques paroissiales et des œuvres sociales. Notons au passage que le rapporteur veille très diplomatiquement à mettre en valeur l’apport respectif de l’État et des piliers libéral, catholique et socialiste… Il comptabilise un total de plus de 1 600 bibliothèques populaires dans l’ensemble du Royaume en 1911. De tels chiffres sont à prendre avec réserve, car les données statistiques officielles de l’époque posent de nombreux problèmes, mais ils donnent un ordre de grandeur intéressant.

48L’histoire des bibliothèques populaires en Belgique suit une trajectoire assez similaire à celle des bibliothèques françaises. Elles naissent dans un contexte particulièrement favorable : l’instruction publique se généralise et gagne progressivement l’ensemble de la population en âge de scolarisation, les idées démocratiques gagnent du terrain et le développement économique se poursuit. Les premières réalisations sont à mettre à l’actif du monde catholique, déjà très investi dans le domaine de l’enseignement. La première intervention de l’État, qui prend la forme d’une simple circulaire, est plus symbolique que concrète puisqu’elle se contente d’encourager l’initiative privée et celle des pouvoirs locaux. Elle a néanmoins pour effet de lancer un vaste mouvement en faveur des bibliothèques populaires, où l’initiative privée est prédominante. La liberté dont jouit ce mouvement favorise l’innovation par rapport aux bibliothèques d’étude et de conservation : les heures d’ouverture sont adaptées aux horaires de travail (ouverture le soir, le dimanche), le prêt à domicile est généralisé, des animations sont organisées pour attirer les lecteurs : conférences ou causeries « populaires » avec distribution gratuite de livres et parties musicales, séances de lectures publiques, bibliothèques circulantes, décentralisation par l’ouverture de services de prêt dans les quartiers, etc. Les salles de lecture et l’accès libre restent toutefois peu pratiqués avant le début du xxe siècle.

49La dispersion des efforts, accentuée par les conflits idéologiques qui s’exacerbent au cours de la seconde moitié du xixe siècle, le non-interventionnisme de l’État, la pauvreté des ressources matérielles et les déficiences de l’encadrement ont empêché l’élaboration d’un réseau de lecture publique structuré et puissant, comme il s’en développe alors aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Viennent s’ajouter aux facteurs de blocage l’indifférence des bibliothécaires professionnels à la question de la lecture populaire et la quasi-absence d’une réflexion bibliothéconomique dans ce domaine, le rapport de I.-B. Annoot constituant à cet égard une exception. Ce n’est qu’à partir du moment où des spécialistes de la bibliographie et de la bibliothéconomie comme Paul Otlet et Henri La Fontaine vont se pencher sur le problème de la diffusion du livre au sein de toutes les couches de la population que l’on verra la situation évoluer, surtout sur le plan théorique.

La loi Destrée

Neutralité et liberté subventionnée

50Au cours de la Première Guerre mondiale, la demande de lecture augmente dans des proportions considérables. Pour la satisfaire, un Comité central des œuvres de lecture populaire est formé en 1915. Grâce aux fonds de la Commission for Relief in Belgium, il organise aussitôt 950 bibliothèques itinérantes. Après la guerre, le Comité central est maintenu et le service des bibliothèques populaires du ministère des Sciences et des Arts reprend son activité, interrompue sous l’occupation allemande. La nécessité d’une réforme de la lecture publique se fait de plus en plus sentir. L’esprit de reconstruction nationale, l’instauration de l’instruction obligatoire jusqu’à l’âge de quatorze ans (loi du 19 mai 1914) et de la journée de huit heures (loi du 14 juin 1921) sont autant de circonstances favorables à la naissance de la première loi belge sur les bibliothèques publiques.

  • 58 Autre fait significatif de la pilarisation, ce sont les organisations syndicales de chaque tendance (...)

51La loi du 17 octobre 1921 est adoptée sur proposition de Jules Destrée, ministre des Sciences et des Arts. Comme d’autres textes législatifs marquants, le nom de son promoteur lui restera attaché, ce qui souligne son importance. Il est vrai que Destrée est une personnalité hors normes. Socialiste de la première heure – il est l’un des premiers députés du POB – , il s’est fait le chantre de la cause ouvrière, d’une législation sociale, du suffrage universel et de l’enseignement obligatoire et gratuit. Il est aussi engagé dans le mouvement wallon, né en grande partie en réaction au mouvement flamand et qui vise à affirmer une identité wallonne. La Lettre au Roi sur la séparation administrative de la Wallonie et de la Flandre qu’il publie en 1912 est l’un des textes fondateurs de ce mouvement, qui n’atteindra toutefois jamais l’ampleur de son pendant flamand. Après avoir servi comme ambassadeur à Saint-Pétersbourg puis à Pékin pendant la Première Guerre mondiale, Destrée entre en 1919 dans le premier gouvernement belge à participation socialiste et se voit attribuer le portefeuille des Sciences et des Arts, qui inclut l’instruction publique. En un temps record, ce gouvernement d’après-guerre fera voter notamment l’établissement du suffrage universel, l’abolition de l’article 310 du code pénal qui réprimait indirectement le droit de grève, l’impôt progressif sur le revenu, la pension des travailleurs à 65 ans, la journée de huit heures, la loi Vandervelde contre l’alcoolisme, l’établissement d’un fonds de crise et d’allocations de chômage58 ou encore la création d’une Société nationale des habitations à bon marché. La loi Destrée s’inscrit donc dans une déferlante progressiste sans précédent dans l’histoire législative du pays.

  • 59 L’action culturelle de l’État, Bruxelles, Ministère de l’Éducation nationale et de la Culture, 1967 (...)

52La loi du 17 octobre 1921 reconnaît trois types de bibliothèques publiques : communales, adoptées et libres. Les premières sont fondées, organisées et administrées par une administration communale. Les bibliothèques adoptées sont conçues par des associations ou des particuliers, mais « adoptées » par une commune en vertu d’une convention qui fixe « le statut du personnel, la gestion et les droits et devoirs réciproques » de l’autorité communale adoptante et de l’association ou personne privée adoptée59. La loi n’a pas de caractère impératif en ce sens qu’elle n’est applicable qu’aux bibliothèques qui déclarent s’y soumettre (art. 1er). Les administrations communales sont obligées de donner des subventions aux bibliothèques publiques communales ou adoptées, en consacrant « au moins 25 centimes par tête d’habitant à l’aménagement, à l’entretien et au développement de la bibliothèque » (art. 4). Moyennant le respect de certaines conditions, les bibliothèques publiques reçoivent des subventions de l’État. Les bibliothèques dites libres sont « organisées et administrées par des particuliers », mais admissibles au bénéfice des mêmes aides publiques que les bibliothèques communales et adoptées (art. 6). Parmi les conditions requises pour obtenir l’aide de l’État (art. 6), on peut relever que les bibliothèques doivent être accessibles à tous, gratuites – hormis une légère perception pour le prêt à domicile –, soumises à l’inspection de l’État et gérées par un bibliothécaire porteur d’un titre prouvant ses aptitudes.

  • 60 Jean Charlier, « Les bibliothèques », in La Wallonie, le pays et les hommes, lettres-arts-culture, (...)
  • 61 Hugues Dumont, Le pluralisme idéologique et l’autonomie culturelle en droit public belge, t. I, Bru (...)

53L’ambition du ministre Destrée était de « transformer le faisceau hétéroclite des bibliothèques, dites populaires, en un véritable service public »60, sur le modèle de la public library anglo-saxonne, ce qui impliquait une obligation de neutralité et donc une rupture par rapport à un système dominé par les piliers catholiques, libéral et socialiste. Comme l’a souligné Hugues Dumont dans sa thèse, « en soi, la logique du service public aurait dû conduire Destrée à imposer à chaque commune la création d’une bibliothèque publique ou au moins l’adoption d’une bibliothèque privée disposée à respecter la neutralité inhérente à tout service public, fût-il fonctionnel »61. Lors des travaux de la commission mise en place en 1920 pour préparer la loi, Destrée a été saisi d’un avant-projet qui allait dans ce sens, mais il y renonce en février 1921, pour ne pas heurter de front à la fois les défenseurs de l’initiative privée et plus encore ceux de la sacro-sainte autonomie communale. Selon la loi, les communes ont donc le choix entre plusieurs options : créer une bibliothèque publique, en adopter une, se satisfaire de l’existence d’au moins une bibliothèque libre dans leur ressort ou, en l’absence de toute bibliothèque reconnue, se contenter… de ne rien faire. La loi prévoit néanmoins, dans ce dernier cas de figure, que l’administration communale est tenue d’établir un des trois types de bibliothèques publiques « dès qu’elle sera sollicitée par des électeurs représentant le cinquième du corps électoral » (art. 2, § 2). Ce compromis « à la Belge » est le prix payé par Destrée pour obtenir une très large adhésion à son projet, voté à l’unanimité à la Chambre et par 65 oui, 20 non et 5 abstentions au Sénat.

Jules Destrée (1863-1936).

Source : collection privée.

  • 62 Hugues Dumont, Le pluralisme idéologique…, op. cit., t. I, p. 221.
  • 63 Cité dans Charles Depasse, Historique et organisation des bibliothèques publiques en Belgique, Brux (...)

54Hugues Dumont résume ainsi le paradoxe du système mis en place par la loi Destrée : « Il impose une obligation de neutralité à chacune des catégories de bibliothèques publiques prévues, tout en accordant ce label à des bibliothèques “libres” dont personne n’ignore le caractère engagé sur le plan idéologique et philosophique »62. La neutralité est inscrite notamment dans l’obligation pour les bibliothèques d’être accessibles à tous. L’arrêté royal du 19 octobre 1921 précise que « l’accès de la bibliothèque [...] ne peut être réservé [...] aux membres d’un groupement quelconque » (art. 2) et les instructions administratives interdisent aux bibliothécaires d’acquérir, au moyen des subventions de l’État, des publications « de propagande ou de polémique politique ou religieuse »63. Pourtant, fait révélateur, la loi elle-même n’impose aucune directive en ce qui concerne le choix des ouvrages. Elle se contente de fixer le minimum de livres à posséder et le minimum de prêts à effectuer pour pouvoir obtenir les subventions. Pour le reste, les bibliothécaires ont toute latitude dans le choix des livres, à condition de satisfaire à la demande des lecteurs.

  • 64 Charles Depasse, Historique et organisation…, ibid., p. 30.

55Par conséquent, les bibliothèques libres « installées dans des locaux dont l’étiquette indique nettement la couleur (maison du peuple, maison libérale, cercle catholique) » et dont les catalogues sont orientés idéologiquement, peuvent être légalement admises au titre de bibliothèques publiques – et prétendre au soutien financier de l’État –, puisqu’elles sont fréquentées « par des lecteurs qui ont les mêmes convictions que les dirigeants »64 et qui y trouvent des ouvrages conformes à leurs attentes.

  • 65 Cité dans Charles Depasse, op. cit., p. 20.

56En définitive, l’exigence de neutralité va inévitablement se plier au principe de la liberté subventionnée, nettement avantagé par son enracinement historique et sociologique. La neutralité sera interprétée non pas dans le sens d’un réseau de bibliothèques publiques ouvertes à toutes les tendances, mais dans le sens d’un réseau constitué de bibliothèques reflétant chacune l’une ou l’autre de ces tendances en fonction des personnes qui les fréquentent et formant ensemble un réseau représentatif des différents courants idéologiques. Destrée lui-même avait clairement formulé cette interprétation en déclarant à la commission centrale de la Chambre chargée de discuter le projet de loi : « Il est évident que, pour chacun de nous, il y a de mauvais livres, mais il est évident aussi que ce ne sont pas les mêmes. La qualité que nous attribuons à un livre correspond à notre tendance et dépend donc de l’esprit de parti. Si nous voulons éviter celui-ci, nous devons renoncer à l’immixtion de l’État dans le choix de nos livres et constituer les bibliothèques, non selon les préférences du pouvoir, mais au gré des gens qui les fréquentent, c’est-à-dire répondre aux demandes des lecteurs »65.

Rupture et continuité

  • 66 Le député Heyman, rapporteur de la loi, avance le chiffre de 1 404 bibliothèques en 1921, en soulig (...)

57La loi Destrée a incontestablement bouleversé le paysage de la lecture publique en Belgique. Avant la guerre, la Belgique comptait moins de 1 500 bibliothèques populaires66 dont l’organisation était laissée à l’initiative de leurs promoteurs institutionnels ou privés et sans aucune coordination les unes avec les autres. Ces bibliothèques aux horaires très divers et aux collections hétéroclites étaient tenues par des personnes sans statut véritable et sans formation spécifique. L’État n’intervenait qu’avec parcimonie, par des dons de livres essentiellement. Sous le régime de la nouvelle loi, il devient un acteur de premier plan, prenant une part active dans le développement des bibliothèques publiques tout en laissant une marge de liberté à l’initiative communale ou privée. L’intervention financière de l’État constitue un élément déterminant du développement des bibliothèques. Elles se multiplient, du moins jusqu’à la crise des années 1930. En contrepartie de leur reconnaissance, elles se soumettent à des règles de fonctionnement communes, destinées à garantir l’accès le plus large à la population. Les bibliothécaires bénévoles restent en place, mais le métier va se professionnaliser progressivement, grâce à l’instauration de filières de formation et de concours.

58Le nouveau régime des bibliothèques publiques conserve toutefois au moins deux axes de continuité avec le passé : le lien avec l’école et la pilarisation. Tout d’abord, la bibliothèque est toujours présentée comme le complément de l’école. Dans son exposé des motifs de la loi du 17 octobre 1921, Destrée proclame : « J’ai toujours considéré la bibliothèque publique comme le complément indispensable de l’école ». C’est un lointain écho à la circulaire de son prédécesseur Jules Vandenpeereboom, qui désignait la bibliothèque populaire comme « le véritable complément » de l’école. Le principe de la liberté subventionnée, adopté pour les bibliothèques publiques comme pour l’ensemble des institutions d’éducation populaire, est d’ailleurs celui qui gouverne la politique scolaire. Ce principe convient parfaitement au monde catholique, qui depuis la fin du xviiie siècle redoute l’interventionnisme de l’État, perçu comme une menace potentielle contre les prérogatives de l’Église. Le monde libéral, qui a perdu ses éléments radicaux, y voit un système conforme à la primauté de l’initiative privée. Le monde socialiste est plus divisé. Certains s’en accommodent, les autres préfèreraient l’instauration d’un véritable service public neutre, impliquant que l’État prenne lui-même en charge les bibliothèques plutôt que de se contenter d’un rôle d’encouragement. Ils comprennent néanmoins qu’un tel bouleversement se heurterait à des blocages insurmontables et se rangent donc à la meilleure solution possible, moyennant la mise en place d’un certain contrôle. En entérinant le principe de liberté subventionnée – seul consensus possible entre les trois grands mondes sociopolitiques – la loi Destrée maintient intacte la pilarisation du système. Elle institutionnalise en un sens le régime ancien des bibliothèques populaires, en permettant à celles-ci de bénéficier des aides publiques sans pour autant changer de nature, sans compter celles qui subsistent en dehors du cadre légal, qui reste facultatif.

  • 67 Arrêté royal du 19 octobre 1921, art. 2 a.

59Elle met aussi en place un Conseil supérieur des bibliothèques publiques qui a pour mission essentielle de rendre un avis « sur toutes les questions relatives aux bibliothèques publiques, dont l’examen lui est confié par le ministre »67. Il doit être consulté sur les propositions de retrait de reconnaissance des bibliothèques publiques qui cesseraient de remplir les conditions légales. Il dispose aussi d’un droit d’initiative puisqu’il peut faire des propositions au ministre compétent en vue d’améliorer et de développer le service de la lecture publique. C’est notamment sur sa proposition que seront organisés des cours et des examens pour candidats-bibliothécaires en vue de l’obtention du certificat d’aptitude à la tenue d’une bibliothèque.

  • 68 David-J. Blume, Les bibliothèques publiques en Belgique, dix années d’activité (1921-1931), Bruxell (...)
  • 69 Charles Depasse, Guide pratique…, op. cit., p 47.

60Un bilan de la première décennie d’application de la loi Destrée est publié en 193468. Établi par le chef de la section francophone de l’administration des bibliothèques publiques, il se présente comme un constat de réussite. Les statistiques officielles recensent, en 1922, 1 370 bibliothèques qui possèdent plus d’1,5 million de volumes et ont laissé en prêt environ 2,7 millions d’ouvrages. En 1936, 2 600 bibliothèques, riches de 6 millions de volumes, ont distribué 10 millions d’ouvrages69. Cependant, cette expansion concerne surtout les communes qui étaient déjà pourvues de bibliothèques. La lecture publique peine à se répandre dans les petites localités. Par ailleurs, les crédits alloués aux bibliothèques ont subi une réduction drastique en 1932, suite à la crise économique et financière. Dans l’Entre-deux-guerres, la loi Destrée a abouti à créer des centaines de bibliothèques de tailles très variables, relevant le plus souvent d’un statut privé et affichant presque toujours une couleur idéologique ou philosophique bien déterminée. Les critiques sont unanimes pour constater le manque de structuration et de coordination de l’ensemble des bibliothèques publiques de diverses catégories et la dispersion de subventions dont les montants sont jugés dérisoires.

  • 70 Arrêté du Régent du 1er juillet 1946.
  • 71 Arrêté royal du 23 juillet 1950.
  • 72 Arrêté royal du 23 décembre 1950.

61Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les responsables belges de la lecture publique participent au mouvement d’échanges internationaux organisés sous l’impulsion de l’Unesco, du Conseil de l’Europe et de la Fédération internationale des associations de bibliothécaires. Ils prennent ainsi de plus en plus conscience de la nécessité d’une réforme pour adapter la loi Destrée à l’évolution des impératifs bibliothéconomiques, notamment en hiérarchisant les bibliothèques. Quelques mesures seront adoptées, comme la création de trois catégories – ordinaire, de grande importance et du degré moyen –, l’assimilation des bibliothèques itinérantes à des bibliothèques permanentes70, une révision des indemnités aux bibliothécaires71, une refonte des concessions d’ouvrages72 et de nouvelles règles pour l’octroi de subventions extraordinaires, en particulier pour l’acquisition d’équipements, en vue de constituer des sections jeunesse, des discothèques, des filmothèques, de nouvelles salles de lecture ou des catalogues. Des projets de réforme en profondeur de la loi Destrée sont élaborés en 1956 et 1966, mais aucun d’entre eux n’aboutit.

  • 73 Marcel Deprez, « Quelques réflexions à propos des bibliothèques et de leur passé », in La loi Destr (...)
  • 74 Jean Charlier, « Vers une nouvelle loi organique de la lecture publique », in La loi Destrée a 45 a (...)

62En 1966, à l’occasion du 45e anniversaire de la loi Destrée, des voix s’élèvent pour dénoncer « la misère des bibliothèques publiques » et appeler à une réforme axée sur les besoins du public, qui mette fin à la « pulvérisation de l’effort financier », à la « concurrence des réseaux » et au fait que « le respect de la liberté locale telle qu’elle a été comprise par la loi Destrée a conduit à la folle injustice qui fait que certains citoyens ont une bibliothèque publique et d’autres pas »73. Jean Charlier, président du Conseil supérieur des bibliothèques publiques, va jusqu’à se demander si le principal obstacle qui empêche une organisation rationnelle de la lecture publique n’est pas lié au fait que les Belges se défient de « l’autorité, d’où qu’elle vienne, et quels que soient ses pouvoirs et la façon dont elle les exerce. Il n’est pas pensable, dans notre pays qu’une autorité culturelle s’exerce au départ de l’État, et qu’elle descende l’échelle, de pouvoir en pouvoir, jusqu’à s’imposer dans la plus petite des bibliothèques rurales »74.

63Par ailleurs, les conditions de reconnaissance et le statut des bibliothécaires n’ont pas été adaptés alors que le public – ou plutôt les publics – et leurs besoins ont fortement évolué depuis les années 1920. Paradoxalement, la loi Destrée a donc contribué à pérenniser les bibliothèques populaires et son influence prolongée au-delà de la Seconde Guerre mondiale a eu des effets néfastes sur l’émergence d’un réseau de lecture publique digne de ce nom.

Les décrets de 1978 : un nouveau départ

  • 75 La Belgique fédérale est divisée en trois communautés linguistiques, flamande, française et germano (...)

64Il faut attendre la révision constitutionnelle de 1971, qui transforme la Belgique en État fédéral, pour voir s’engager enfin le processus qui aboutira à une réorganisation en profondeur de la lecture publique, compétence désormais transférée aux entités fédérées. Deux décrets sont votés respectivement par le Conseil culturel de la Communauté culturelle française, le 21 février 1978, et par le Cultuurraad voor de Nederlandse Cultuurgemeenschap (Conseil culturel de la Communauté culturelle néerlandaise), le 6 juillet 197875. La loi Destrée sera donc restée en vigueur pendant plus d’un demi-siècle.

65La question du pluralisme est au cœur des deux décrets. Du côté francophone, le législateur a opté résolument pour un réseau unique et pluraliste, structuré selon un schéma pyramidal et coordonné géographiquement pour répondre aux besoins de l’ensemble de la population. Le décret de 1978 prévoit que l’exécutif peut obliger les pouvoirs locaux à créer et organiser une bibliothèque publique. Il laisse toutefois aux structures existantes la possibilité de s’adapter progressivement aux nouvelles conditions de reconnaissance. Le décret et ses arrêtés d’application de 1987 puis de 1995 instaurent des normes contraignantes en matière de nombre de lecteurs inscrits, de prêts, de livres disponibles, d’horaires d’ouverture, de surfaces accessibles au public. Les exigences professionnelles requises des bibliothécaires sont renforcées. Le Centre de lecture publique de la Communauté française (CLPCF) est chargé de coordonner le réseau et d’organiser la formation du personnel. Outre son programme de formation continuée, le CLPCF édite des ouvrages de référence et une revue professionnelle, Lectures.

  • 76 Hildegaard Van De Velde, « Ger Schmook en het openbare bibliotheekwezen in Vlaanderen », in Eresalu (...)

66Le décret flamand, quant à lui, impose à chaque commune l’obligation de créer une bibliothèque publique, soumise à des conditions de reconnaissance strictes, garantissant ainsi le pluralisme. Stimulée par la prospérité économique de la Flandre et par des choix politiques dynamiques en matière culturelle, la Communauté flamande accordera à ses bibliothèques un financement important. Il faudra cependant plusieurs années pour atteindre les objectifs fixés par le décret. Ces objectifs prévoyaient notamment qu’en 1984, toutes les communes d’au moins 10 000 habitants disposeraient d’une bibliothèque publique locale (Plaatselijke openbare bibliotheek) fonctionnant à temps partiel. Les communes de 20 000 habitants avaient un an de plus pour mettre en place une bibliothèque locale à temps plein avec éventuellement des filiales, des postes de prêts multiples et des bibliobus. En 1985, seulement 62 bibliothèques locales à plein temps sont reconnues, alors que la Flandre compte plus de 80 communes de 20 000 habitants. Quant aux bibliothèques locales à temps partiel, elles sont reconnues dans 158 localités, soit la moitié des entités communales qui entrent en ligne de compte pour ce type d’établissement. Quant aux bibliothèques publiques centrales (Centrale openbare bibliotheek), chargées de coordonner, centraliser et soutenir les bibliothèques locales, une seule est reconnue sur les treize prévues par le décret76. Ce n’est qu’au début des années 2000 que l’objectif de disposer d’une bibliothèque publique dans chaque commune est pratiquement atteint. La Flandre dispose alors d’un réseau de bibliothèques solidement structuré, avec des infrastructures modernes et de larges heures d’ouverture.

67En Communauté française, l’application du décret se heurte à des difficultés encore plus grandes, d’autant que la situation économique de la Wallonie est loin d’être aussi brillante que celle de la Flandre. Il faudra près de dix ans et pas moins de 26 arrêtés de l’exécutif ou circulaires ministérielles pour que les premières bibliothèques publiques du nouveau régime soient reconnues ! Marcel Deprez, inspecteur des bibliothèques et l’une des « consciences » de la lecture publique, met le doigt sur les facteurs de blocage de la mise en œuvre du réseau de lecture publique :

Bibliothèque communale n° 3, Bruxelles.

Source : Institut royal du patrimoine artistique © KIK-IRPA, Bruxelles.

  • 77 Marcel Deprez, « Le décret de 1978 », in Jean-François Gilmont et Marie-Blanche Delattre-Druet (éd. (...)

« Une structure de cette nature est simple, elle devrait être automatique, n’étaient les ambitions des hommes à être facteurs privilégiés des réalisations. C’est encore trop souvent la dispersion des efforts, l’émiettement des initiatives et le particularisme qui sont les plus redoutables écueils qui puissent se présenter. Ne croyez pas que j’exagère. Nous avons déjà laissé passer les trois quarts du temps de l’élaboration que nous donnait le décret de 78 sans que l’on soit plus avancé dans l’organisation du réseau que quelques initiatives centrales et locales. Le financement des bibliothèques publiques qui constitue, bien entendu, le problème capital n’est toujours pas résolu. Il est à peine abordé. L’escarmouche est quasi constante entre les autorités auxquelles incombent les dépenses […] »77

68À ces facteurs d’ordre politique viennent s’ajouter les effets néfastes de la période transitoire pendant laquelle coexistent les bibliothèques « Loi Destrée » et les bibliothèques qui se soumettent aux conditions du décret. Cette coexistence a de facto institué un système à plusieurs vitesses. En dépit de la lenteur et des difficultés de sa mise en application, le décret francophone de 1978 a globalement permis des progrès significatifs en terme de qualité de l’offre. Il n’a toutefois pas réussi à assurer l’accès de tous à la lecture publique. En effet, certaines communes n’ont pas respecté l’obligation de créer ou d’organiser un réseau local de bibliothèques. En outre, faute de moyens suffisants, les bibliothèques n’ont pas toujours pu s’adapter aux nouveaux médias et aux besoins réels des publics. Tous ces éléments ont sans doute contribué à la survivance du modèle ancien, compassionnel, de la bibliothèque populaire orientée quasi exclusivement vers le prêt à domicile, entretenant vaille que vaille, avec des moyens souvent dérisoires, un fonds de livres destiné aux « masses populaires » – les « petites gens » pour reprendre l’expression de Ger Schmook – et gérée par des bibliothécaires bénévoles ou des professionnels encore imprégnés du modèle traditionnel et paternaliste du bibliothécaire-instituteur. En l’absence d’étude approfondie sur la lecture publique au xxe siècle, il est difficile de déterminer l’étendue relative et la durée précise de ce phénomène, qui était encore pointé à la fin des années 1980 comme nous l’avons vu au début de notre exposé.

69Jean-François Füeg, directeur du service de lecture publique francophone, dresse ce bilan tout en nuances en 2009 :

  • 78 Jean-François Füeg, « La lecture publique en Belgique francophone. À la croisée des chemins », Bibl (...)

« Le réseau de lecture publique de la Communauté française se compose d’environ 140 réseaux locaux ou intercommunaux totalisant près de 600 implantations. Cela signifie que 80 % des francophones ont accès à une bibliothèque fixe là où ils habitent. Sur une population francophone estimée à 4 225 000 personnes, on compte quelque 800 000 usagers emprunteurs dont 320 000 inscrits dans une collectivité.
Si le pourcentage d’affiliés reste stable avec environ 18,5 % de la population, celui des inscrits individuels a en revanche tendance à diminuer. Il est aujourd’hui de 11,2 % contre 13 en moyenne entre 2002 et 2006. Il faut cependant noter qu’aucun secteur culturel subventionné par l’État n’atteint ce niveau de performance. Ni les théâtres, ni les salles de danse, ni les musées ne peuvent revendiquer pareil taux de pénétration dans la population.
Les bibliothèques francophones disposent de onze millions et demi de documents en libre accès et réalisent onze millions deux cent mille prêts. Ce qui indique un taux de rotation très faible. »78

  • 79 Sur l’évolution récente de la législation en Flandre, voir Joke Schauvliege, De openbare bibliothee (...)

70À l’aube du xxie siècle, tant la Communautés flamande que la Communauté française ont décidé de moderniser leur législation afin de mettre le service public des bibliothèques en phase avec les nouvelles technologies – la société de l’information – et les nouvelles pratiques de lecture, mais aussi pour mieux l’adapter aux réalités locales. Du côté flamand, le décret Lokaal Cultuurbeleid (politique culturelle locale) du 13 juillet 2001 marque un mouvement de décentralisation qui accorde à l’échelon communal une large autonomie de décision en matière culturelle. Ce décret réglemente aussi bien les bibliothèques publiques que les centres culturels communaux, qui deviennent ensemble les instruments d’une politique culturelle qui se veut plus proche des citoyens et libre de toute influence philosophique, politique ou commerciale. Ce décret a été remplacé récemment par le nouveau décret Lokaal Cultuurbeleid du 6 juillet 2012, qui renforce encore l’autonomie locale en intégrant complètement la politique culturelle locale dans les plans stratégiques pluriannuels des villes et communes flamandes. L’obligation pour chaque commune d’organiser une bibliothèque publique est maintenue79.

  • 80 Sur le décret francophone de 2009, voir Jean-François Füeg, « La lecture publique en Belgique franc (...)

71Du côté francophone, la refonte est réalisée par le décret du 28 avril 2009 relatif au développement des pratiques de lecture organisé par le réseau public de la lecture et les bibliothèques publiques. Ce nouveau décret et ses arrêtés d’application de juillet 2011 ont pour ambition de mieux adapter les bibliothèques aux réalités locales en renforçant leur autonomie. Ils visent aussi à ancrer la lecture publique dans la perspective de l’éducation permanente. Cette démarche initiée par le décret de 1978 n’avait pas été suffisamment traduite dans la réalité quotidienne des bibliothèques, qui étaient restées essentiellement des institutions de prêt. Dans l’esprit du nouveau décret, les bibliothèques sont amenées à entrer dans une logique de projet axé sur la demande du public et à se développer dans une perspective stratégique. Le décret de 2009 exprime donc clairement le choix de la démocratie culturelle, dont l’objectif est la réhabilitation des cultures dites populaires, la participation de tous à la culture et la formation de l’esprit critique des citoyens. Dans cette optique, l’autre axe fondamental du décret est de développer des synergies entre les bibliothèques et les autres acteurs culturels, comme les centres culturels, les écoles, les maisons de jeunes, les associations d’alphabétisation, etc. Enfin, pour remédier aux errements du passé, les bibliothèques sont désormais obligées de soumettre des plans quinquennaux de développement des pratiques de lecture, assortis d’une évaluation continue. Ces nouvelles logiques de fonctionnement impliquent une mutation au sein du personnel des bibliothèques, qui doit à présent s’ouvrir à de nouvelles compétences en termes d’animation socioculturelle, d’éducation permanente, de construction de projet et d’évaluation80.

  • 81 [Céline Romainville], Le droit à la culture et les bibliothèques publiques. Analyse du décret du 28 (...)

72Cette réorientation fondamentale de la bibliothèque institution de prêt vers la bibliothèque projet n’a pas été sans provoquer quelques remous au sein de la profession, comme en témoignent les critiques formulées notamment par l’Association professionnelle des bibliothécaires et documentalistes81. Ceux-ci se sont émus, entre autres, de constater que contrairement au décret flamand, le décret francophone ne reprend pas l’obligation pour les communes de créer ou d’organiser une bibliothèque. Cette différence se justifie toutefois par le fait qu’en Flandre, où Communauté et Région ont été fusionnées, la Communauté flamande exerce la tutelle sur les communes, ce qui n’est pas le cas pour la Communauté française, restée distincte des Régions wallonne et bruxelloise afin de conserver un lien structurel entre francophones des deux régions. Le décret de 1978 avait conservé l’obligation pour les communes de créer une bibliothèque mais cette obligation était de pure forme et en contradiction avec la réalité institutionnelle.

  • 82 Marco Martiniello, Marc Swyngedouw (éd.) Mawhin Marie (trad.), Où va la Belgique ? Les soubresauts (...)

73Ce très rapide aperçu des évolutions de la législation réglementant les bibliothèques publiques en Belgique démontre que les particularismes locaux et la pilarisation ont joué un rôle non négligeable qui a ralenti considérablement la mise en place d’un véritable réseau de bibliothèques publiques, au sens où l’entendaient déjà Otlet, La Fontaine et leurs émules à la fin du xixe siècle. L’un de ces obstacles a commencé à s’amenuiser dans le milieu des années 1970, période où la société belge a commencé à se « dépilariser » sous l’effet des mutations de l’économie, de l’augmentation du niveau de scolarisation et du bien-être pour la grande majorité de la population et de l’influence de médias de masse non attachés à un parti. Les élites politiques, par contre, sont restées en partie attachées au système des piliers, qui continue à fonctionner dans les nominations à la tête des partis, de l’administration, de la magistrature ou encore, dans une moindre mesure, dans le monde académique82. Cette dépilarisation intervient au moment où la fédéralisation du pays permet le transfert de l’essentiel de la politique culturelle au niveau des communautés linguistiques, offrant ainsi l’occasion d’opérer une réforme législative longtemps retardée. Par ailleurs, les efforts législatifs successifs ont sans doute renforcé l’identification des bibliothèques – y compris celles relevant d’un statut privé – à un service public ouvert à tous sans exclusive. La professionnalisation croissante des bibliothécaires et la nécessité de se conformer à des normes fixées à l’échelon international ont aussi permis des avancées. Néanmoins, comme on l’a vu, les particularismes locaux et les clivages politiques ont nui à la mise en application des réformes. L’avenir dira si le recentrage récent de la politique de lecture publique sur le modèle d’une politique culturelle intégrée organisée à l’échelon local contribuera à l’épanouissement du service public et à relever le défi que représente le développement des pratiques de lecture dans une société plurielle confrontée à des supports d’information de plus en plus complexes et diversifiés.

Bibliographie

Références bibliographiques

Depasse Charles, Historique et organisation des bibliothèques publiques en Belgique, Bruxelles, Ligue de l’enseignement, 1931.

Dumont Hugues, Le pluralisme idéologique et l’autonomie culturelle en droit public belge, Bruxelles, Facultés universitaires Saint-Louis ; Établissements Émile Bruylant, 1996 (Publications des Facultés universitaires Saint-Louis ; 68), 2 vol.

Lecture publique (La). Le décret illustré et commenté, Bruxelles, Direction générale de la jeunesse et des loisirs du ministère de l’Éducation nationale et de la Culture française, 1978 (Cahiers JEB Jeunesse, éducation populaire, bibliothèques publiques ; 5).

Lemesre Olivier, Lagendries Pierre (dir.), Le décret sur la lecture publique de février 1978, Déjà 20 ans ! Itinéraire et promesses, Bruxelles, Centre de lecture publique de la Communauté française (CLPCF), 1999.

Liesen Bruno, Bibliothèques populaires et bibliothèques publiques en Belgique (1860-1914). L’action de la Ligue de l’enseignement et le réseau de la ville de Bruxelles, Liège, Centre de Lecture publique de la Communauté française (CLPCF), 1990.

Valgaeren Luc, Plaats en taak van de openbare bibliotheek in Vlaanderen. Schets van de evolutie van volksbibliotheek naar openbare bibliotheek. Toekomstperspectieven, Anvers, Vlaamse Vereniging van Bibliotheek-, Archief- en Documentatiepersoneel, 1976 (Bibliotheekkunde. Verhandelingen aansluitend bij Bibliotheekgids, n° 33).

Van Aelbrouck André, Éducation populaire et bibliothèques publiques, Les conditions historiques, sociales et psychologiques de leur évolution, Bruxelles, Éditions de la Librairie encyclopédique, 1956.

Notes

1 Hugues Dumont, Le pluralisme idéologique et l’autonomie culturelle en droit public belge, Bruxelles, Facultés universitaires Saint-Louis ; Établissements Émile Bruylant, 1996, 2 vol.

2 Ferdinand Buisson (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1911.

3 Ger Schmook (1898-1985) a exercé les fonctions de bibliothécaire de l’Algemene Diamantbewerkersbond van België (Fédération générale des travailleurs du diamant de Belgique) de 1919 à 1937, de conservateur du Museum van de Vlaamsche Letterkunde (Musée de la littérature flamande) de 1937 à 1963, de directeur de l’école moyenne de la ville d’Anvers pour la formation du personnel de bibliothèques, d’archives et de musées (1945-1963) et de directeur de la bibliothèque municipale d’Anvers (1945-1963). Il est l’auteur notamment d’un ouvrage fondamental sur la lecture publique, Boek en bibliotheek. Handleiding voor de bibliotheekpractijk, Anvers, De Sikkel, 1937. Cf. Emiel Willekens et Martina De Moor, « Schmook, Ger [diminutif de Gerard] », in Nieuwe encyclopedie van de Vlaamse Beweging, t. 3, Tielt, Lannoo, 1998, pp. 2709-2711.

4 Cité par Relinde Raeymaekers, « Naissance des bibliothèques communales », Bulletin du Crédit communal de Belgique, 1988, n° 164, pp. 16-18.

5 Ibid., p. 16.

6 Ibid., p. 17.

7 Journal historique et littéraire, t. 2, 1835-1836, p. 52.

8 Catalogue des livres de la Bibliothèque choisie près de S. Bavon, n° 7 à Gand, Gand, Vanryckegem, s.d. [1840 ?], pp. III-VI.

9 Sur cette bibliothèque toujours en activité, voir Bruno Liesen, « La Bibliothèque choisie », in Bibliothèques namuroises. Autour de la Bibliothèque publique de Namur, 1797-1997, Namur, Centre de documentation-actualités, 1997, pp. 151-168.

10 Édouard Ducpétiaux (1804-1868), avocat, criminaliste, sociologue, économiste et homme politique bruxellois, inspecteur général des prisons et des établissements de bienfaisance de 1830 à 1861, est l’un des plus éminents réformistes sociaux de son temps, préoccupé par la question ouvrière. Attaché au parti libéral dès sa jeunesse, conseiller communal de Bruxelles de 1845 à 1848, il se rallie aux catholiques en participant à l’organisation de leur congrès de 1863 (Roger Aubert, « Ducpétiaux (Édouard-Joseph) », in Biographie nationale, t. XXXII, Bruxelles, Bruylant, 1964, col. 154-176).

11 Alphonse Vandenpeereboom (1812-1884), avocat et historien, a été co-fondateur et conservateur de la bibliothèque publique d’Ypres (Flandre-Occidentale), créée en 1839, avant d’entamer une carrière politique au sein du parti libéral. Il siégera comme député d’Ypres à la Chambre des représentants de 1848 à 1879 et sera ministre de l’Intérieur de 1861 à 1868 (Alphonse Diegerick, « Peereboom (Alphonse vanden) », in Biographie nationale, t. XVI, Bruxelles, Bruylant, 1901, col. 827-836 ; Auguste Collard, Annuaire des bibliothèques de Belgique, Roulers, Deraedt-Verhoye, 1912, pp. 175-177).

12 La Belgique est alors divisée en neuf provinces, entités administratives issues des départements créés sous le régime français en 1795. Maintenues sous le régime hollandais, elles ont repris le nom des anciennes provinces des Pays-Bas méridionaux qui correspondaient plus ou moins à leur territoire.

13 Bulletin administratif du ministère de l’Intérieur, t. XVI, 1863, pp. 538-539.

14 Isidore-Benoît Annoot, Les bibliothèques populaires, Bruxelles, Ligue de l’enseignement, 1866. Les données de cette enquête, la seule publiée en Belgique sur le sujet au xixe siècle, ont été corrigées en les recoupant avec d’autres sources, voir Bruno Liesen, Bibliothèques populaires et bibliothèques publiques en Belgique (1860-1914). L’action de la Ligue de l’enseignement et le réseau de la ville de Bruxelles, Liège, CLPCF, 1990, p. 100, notes 22, 23.

15 Sur les initiatives libérales, voir notamment Jacques Lory, Libéralisme et instruction primaire, 1842-1879, Introduction à l’étude de la lutte scolaire en Belgique, Louvain, Bibliothèque de l’université ; Nauwelaerts, 1979 (Recueil de travaux d’histoire et de philologie, 6e série, fasc. 17-18), 2 vol. et id., « Les sociétés d’éducation populaire de tendance libérale, 1860-1880 », Revue belge d’histoire contemporaine, 1979, t. X, pp. 217-254.

16 Il contient uniquement des livres en français mais en 1870, la Ligue publiera un catalogue de livres en néerlandais composé en collaboration avec l’association libérale flamande Willemsfonds.

17 Le rapport, accompagné du catalogue modèle et des résultats de l’enquête statistique déjà évoquée plus haut, est publié dans le Bulletin de la Ligue de l’enseignement, 1865-1866 ; t. 1, pp. 77- 210. Il paraît aussi en brochure sous le titre Les bibliothèques populaires, Bruxelles, Alliance typographique, M. J. Poot et Cie, 1866, 84 p. Jean-Baptiste Annoot (1819- ?) – qui signe son rapport des initiales I.-B. correspondant à Isidore-Benoît – est docteur en sciences physiques et mathématiques de l’université libre de Bruxelles et professeur de mathématiques à l’Athénée de Bruxelles. Il est, en outre, membre du Conseil général de la Ligue de l’enseignement en 1866- 1867 et collaborateur de la Revue trimestrielle, organe d’inspiration libre-exaministe (Bibliographie nationale, dictionnaire des écrivains belges et catalogue de leurs publications, 1830-1880, t. I, Bruxelles, P. Weissenbruch, 1886, pp. 39-40 ; Léon Vanderkindere, 1834-1884, L’université de Bruxelles, Notice historique faite à la demande du Conseil d’administration, Bruxelles, P. Weissenbruch, 1884, p. CLXI ; Manifestation en l’honneur de MM. Ch. Buls, P. Tempels, H. Bergé, E. Féron, fondateurs de la Ligue de l’enseignement et de l’École modèle, Bruxelles, G. Cops, 1911, p. 7 et 104).

18 Comme la province de Liège subsidie déjà les bibliothèques populaires, la Ligue s’adresse aux huit autres provinces du pays, mais seules deux d’entre elles, le Brabant et le Hainaut, réagiront favorablement. Les demandes réitérées de 1869 à 1872 ne modifieront pas la position des autres conseils provinciaux, inquiets, en particulier, de l’insuffisance du contrôle qu’ils pourraient exercer sur le choix des livres.

19 Ernest Gilon (1846-1902), homme politique libéral progressiste, écrivain, éditeur et imprimeur, collaborateur de divers journaux et revues, est connu en particulier pour la Bibliothèque Gilon, collection de livres populaires à succès publiée de 1877 à 1899. Conseiller communal de Verviers, sénateur de la province de Liège de 1894 à 1898, il est membre de la loge « Le Travail ». Voir, notamment, Eugène de Seyn, Dictionnaire biographique des sciences, des lettres et des arts en Belgique, t. I, Bruxelles, Éditions L’Avenir, 1935-1936, p. 503 ; Paul Van Molle, Le parlement belge, 1894-1972, Anvers, Standaard, 1972, p. 157.

20 Marylen Descamps, Un aspect de l’éducation populaire en Hainaut : les sociétés d’instruction de Mons et de Morlanwelz (1876-1914), mémoire de licence inédit, Louvain-la-Neuve, université catholique de Louvain, 1981, pp. 209-212.

21 Cité dans Marylen Descamps, Un aspect de l’éducation populaire…, ibid., p. 141.

22 Nommé ainsi en mémoire de Jan Frans Willems (1793-1846), poète, historien et philologue, considéré comme le père du mouvement flamand.

23 Helmut Gaus, Pers, kerk en geschreven fictie. Groeiproblemen en conflicten in een democratiseringsproces (Gent 1836-1860), Bruges, De Tempel, 1975, pp. 199-200.

24 François Laurent (1810-1887), juriste, philosophe de l’histoire, publiciste et philanthrope, est professeur à l’université de Gand de 1836 à 1882. Il siège au conseil communal de Gand de 1863 à 1872. Polémiste et publiciste attaché aux valeurs du protestantisme libéral, il a fondé plusieurs cercles ouvriers dans sa ville (G. Baert, « Laurent, François », in Nationaal biografisch woorden-boek, 1972, t. V, Bruxelles, Paleis der Academiën, col. 502-513).

25 Cité dans Jan Vandamme, Het bibliotheekwezen in Brugge voor 1920, Bruges, Raaklijn, 1971, p. 141.

26 Voir Pascale Delfosse, « La formation des familles politiques en Belgique (1830-1914) », Res publica, 1979, t. 21, n° 3, pp. 465-493 (en particulier pp. 470-471, p. 477).

27 Assemblée générale des catholiques de Belgique. Première session à Malines, 18-22 août 1863, t. I, Bruxelles, Goemaere, 1864, p. 134.

28 Assemblée générale des catholiques de Belgique. Troisième session à Malines, 2-7 septembre 1867, t. I, Bruxelles, Goemaere, 1868, p. 329.

29 Assemblée générale des catholiques… 1867, t. II, Bruxelles, Goemaere, 1868, p. 207.

30 Voir Jacques Lory, Libéralisme et instruction primaire, 1842-1879, Introduction à l’étude de la lutte scolaire en Belgique, t. I, Louvain, Bureau du « Recueil » : Nauwelaerts, 1979, pp. 405-406.

31 Pascale Delfosse, « La formation des familles politiques… », art. cit., p. 483 et p. 491 ; Hugues Dumont, Le pluralisme…, op. cit., t. 1, 1996, p. 110.

32 Jan-Baptist David (1801-1866) est prêtre, philologue, historien et professeur à l’université catholique de Louvain, où il enseigne la langue et la littérature néerlandaises de 1835 à 1865 et l’histoire de Belgique de 1836 à 1865 (Lode Wils, « David (Jan-Baptist) », in Biographie nationale, t. XXXV, Bruxelles, Émile Bruylant, 1969, col. 157-160).

33 Marylen Descamps, Un aspect de l’éducation populaire…, op. cit.

34 Sur les bibliothèques et l’action éducative du POB, voir notamment Jean-Luc Degée, Le mouvement d’éducation ouvrière. Évolution de l’action éducative et culturelle du mouvement ouvrier socialiste en Belgique, des origines à 1940, Bruxelles, Vie ouvrière, 1986 (Histoire du mouvement ouvrier en Belgique, t. 9) et Paul Aron, Les écrivains belges et le socialisme (1880-1913), L’expérience de l’art social : d’Edmond Picard à Émile Verhaeren, 2e éd. corr., Bruxelles, Labor, 1997 (Archives du Futur).

35 Jules Destrée (1863-1936), avocat, écrivain et homme politique socialiste, est député de Charleroi de 1894 à 1936, ministre des Sciences et des Arts de 1919 à 1921 et à, ce titre, fondateur de l’Académie royale de langue et de littérature françaises. Considéré comme l’un des pères du mouvement wallon, il est membre (1920) puis président (1932) de l’Académie royale de Belgique. Sur son action dans le domaine culturel, voir Rita Lejeune et Jacques Stiennon (dir.), « Jules Destrée », in La Wallonie, le pays et les hommes, lettres-arts-culture, t. III, Bruxelles, La Renaissance du livre, 1979, pp. 11-18.

36 Jules Destrée, « Préoccupations intellectuelles, esthétiques et morales du Parti socialiste belge », Revue socialiste, 1897, t. XXVI, pp. 307-329 (citation p. 310).

37 Jules Destrée, Bibliothèques ouvrières, Bruxelles, Veuve Brismée, 1901, p. 2.

38 Louis de Brouckère (1870-1951), homme politique socialiste, professeur à l’université nouvelle puis à l’université libre de Bruxelles, directeur du journal Le Peuple (1907-1910), conseiller communal de Bruxelles (1898-1904), conseiller provincial du Brabant (1900-1906), sénateur (1925- 1932), ministre d’État (1945), auteur de nombreux ouvrages d’économie politique et sociale, membre de l’Académie royale de Belgique (1934). Voir notice de Pierre Van den Dungen, in Nouvelle biographie nationale, t. 11, Bruxelles, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, 2012, pp. 73-76.

39 Henri de Man, Le mouvement d’éducation ouvrière en Belgique, Bruxelles, Centrale d’éducation ouvrière, 1922, pp. 3-9, 20-23.

40 Pasinomie, 4e série, t. I, 1865-1866, p. 251.

41 Charles Masson, « Les bibliothèques populaires », Revue de Belgique, 1875, t. XXI, pp. 5-18.

42 Charles Le Hardy de Beaulieu, « Étude de morale et d’économie politique : l’éducation de la classe ouvrière », Revue trimestrielle, 1866, t. XLIX, pp. 1-80 (citation, p. 76). L’auteur, professeur à l’École des mines de Mons, fondateur et premier président de la Société belge d’économie politique, est un apôtre de la liberté commerciale et du libre-échange, qui voit dans la vulgarisation scientifique le meilleur moyen d’améliorer la condition ouvrière (Albert Marchant, « Le Hardy de Beaulieu (Jean-Charles-Marie-Joseph) », in Biographie nationale, 1890-1891, t. XI, Bruxelles, Bruylant, col. 709-714).

43 A. Ortsval [pseudonyme d’Alphonse-Simon Rastoul de Mongeot], Des bibliothèques communales à fonder en Belgique, comme couronnement de l’école, Bruxelles, Philippe Hen, 1862, p. 18.

44 J.-B. Du Triannet, « Les bibliothèques populaires », Les Échos de Malonne, 1911, t. III, pp. 70-72.

45 Charles Le Hardy de Beaulieu, « Étude de morale… » art. cit., p. 76.

46 Paul Otlet (1868-1944), avocat, bibliographe et sociologue, fondateur en 1919 du Palais mondial ou Mundaneum qui rassemble toutes les organisations qu’il a créées auparavant avec son partenaire et ami La Fontaine : Institut et Office international de bibliographie, Bibliothèque internationale, Musée international de la presse, Union des associations internationales. Professeur à l’Institut des hautes études de Belgique, il donne le premier cours de bibliothéconomie du pays. Il élabore la classification décimale universelle à partir de la classification Dewey et publie en 1934 un Traité de documentation avant-gardiste, qui préfigure Internet. Voir notamment Jacques Gillen (dir.), Paul Otlet, fondateur du Mundaneum (1868-1944), architecte du savoir, artisan de paix, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2010.

47 Henri La Fontaine (1854-1943), avocat, bibliographe, homme politique socialiste, militant pacifiste et féministe, prix Nobel de la paix en 1913. Parallèlement à sa longue carrière de sénateur, il collabore étroitement aux grands projets de son ami Paul Otlet. Spécialiste du droit international, il participe à la création de la Société des nations et préside le Bureau international de la paix. Voir notamment Henri La Fontaine, prix Nobel de la paix en 1913. Un Belge épris de justice, Bruxelles : Éditions Racine ; Mons : Mundaneum, 2012.

48 Henri La Fontaine, Paul Otlet, « L’état actuel des questions bibliographiques et l’organisation internationale de la documentation », Bulletin de l’Institut international de bibliographie, 1908, t. XIII, pp. 165-191 (citation, p. 179).

49 Paul Otlet, « Le programme du ministère des Sciences et des Arts. Résumé du rapport présenté à la Libre Académie de Belgique en sa séance du 16 mai 1907 », La Belgique artistique et littéraire, avril-juin 1907, t. VII, pp. 455-506 (citation, p. 502).

50 La Bibliothèque publique. Revue bimestrielle pour l’amélioration et le développement des bibliothèques publiques, 1908, t. I, nos 1-2, p. 2.

51 Oscar Colson, « La nouvelle bibliothèque publique de Liège », Wallonia, 1907, t. XV, pp. 51-64 (citation, p. 61).

52 La Bibliothèque publique, t. I, nos 1-2, 1908, p. 3.

53 Ibid., p. 3.

54 Ibid., p. 3.

55 Oscar Colson, « La nouvelle bibliothèque publique… », art. cit., p. 63.

56 Liste générale des bibliothèques de Belgique, Bruxelles, Biblion, 1907 (Biblion. Publications, n° 1). Cette brochure quasiment introuvable a été reproduite dans l’Annuaire de la Belgique scientifique, artistique et littéraire, Bruxelles, Institut international de bibliographie, 1908, pp. 223-240.

57 Théodore Rouvez, « Les bibliothèques populaires en Belgique », in Pierre Verhaegen (éd.), L’enseignement populaire en Belgique, Bruxelles, Albert Dewit, 1913, pp. 246-251.

58 Autre fait significatif de la pilarisation, ce sont les organisations syndicales de chaque tendance qui sont chargées de distribuer les allocations de chômage à leurs membres respectifs.

59 L’action culturelle de l’État, Bruxelles, Ministère de l’Éducation nationale et de la Culture, 1967 (Cahiers JEB, n° 4), p. 255.

60 Jean Charlier, « Les bibliothèques », in La Wallonie, le pays et les hommes, lettres-arts-culture, 1981, t. IV, [Bruxelles], La Renaissance du livre, pp. 339-348 (citation, p. 341).

61 Hugues Dumont, Le pluralisme idéologique et l’autonomie culturelle en droit public belge, t. I, Bruxelles, Facultés universitaires Saint-Louis ; Émile Bruylant, 1996, p. 220.

62 Hugues Dumont, Le pluralisme idéologique…, op. cit., t. I, p. 221.

63 Cité dans Charles Depasse, Historique et organisation des bibliothèques publiques en Belgique, Bruxelles, Ligue de l’enseignement, 1931, p. 30, note 1.

64 Charles Depasse, Historique et organisation…, ibid., p. 30.

65 Cité dans Charles Depasse, op. cit., p. 20.

66 Le député Heyman, rapporteur de la loi, avance le chiffre de 1 404 bibliothèques en 1921, en soulignant qu’il recouvre des réalités très diverses : « pour la plupart insuffisamment organisées, près de la moitié (625) comptent moins de 300 volumes. 1 180 avaient moins de 1 000 volumes ; 178 seulement avaient de 1 000 à 3 000 volumes ; enfin, on n’en comptait que 46 possédant plus de 3 000 volumes » (cité dans Charles Depasse, Guide pratique du bibliothécaire, 3e éd., Liège, Éd. Biblio, 1939, p. 47).

67 Arrêté royal du 19 octobre 1921, art. 2 a.

68 David-J. Blume, Les bibliothèques publiques en Belgique, dix années d’activité (1921-1931), Bruxelles, Ministère des Sciences et des Arts, 1934.

69 Charles Depasse, Guide pratique…, op. cit., p 47.

70 Arrêté du Régent du 1er juillet 1946.

71 Arrêté royal du 23 juillet 1950.

72 Arrêté royal du 23 décembre 1950.

73 Marcel Deprez, « Quelques réflexions à propos des bibliothèques et de leur passé », in La loi Destrée a 45 ans, Bruxelles, Ministère de l’Éducation nationale et de la Culture, 1966 (Cahiers JEB, n° 4), pp. 247-256.

74 Jean Charlier, « Vers une nouvelle loi organique de la lecture publique », in La loi Destrée a 45 ans..., op. cit., p. 323.

75 La Belgique fédérale est divisée en trois communautés linguistiques, flamande, française et germanophone, chargées de gérer les matières dites culturelles et personnalisables (action sociale, aide aux personnes...) et en trois régions, Flandre, Wallonie et Bruxelles, chargées des matières « territorialisables ». Chacune de ces entités est dotée d’un gouvernement et d’un parlement. La Communauté française, qui exerce ses compétences sur les territoires de la Wallonie et de Bruxelles, a été rebaptisée Fédération Wallonie-Bruxelles en 2011. La Communauté germanophone, beaucoup plus petite que les deux autres, adoptera son propre décret sur les bibliothèques publiques, le 15 juin 1994.

76 Hildegaard Van De Velde, « Ger Schmook en het openbare bibliotheekwezen in Vlaanderen », in Eresaluut aan Ger Schmook, Anvers, Vlaamse Vereniging voor Bibliotheek-, Archief- en Documentatiewezen (Bibliotheekkunde, 36), 1986, pp. 43-51 ; Cyriel Camiel De Keyser, « Het nieuw decreet op het openbare bibliotheekwezen in Vlaanderen : ook een nieuwe kans voor permanente educatie ? », in Facetten van het socio-cultureel vormingswerk in Vlaanderen, Louvain, Acco, 1979, pp. 94-118.

77 Marcel Deprez, « Le décret de 1978 », in Jean-François Gilmont et Marie-Blanche Delattre-Druet (éd.), Bilan d’une décennie. Les bibliothèques et la documentation en Belgique romane, 1975-1985, Bruxelles, Association professionnelle des bibliothécaires et documentalistes, 1986, pp. 21-27. Sur Marcel Deprez (1920-2007), historien, inspecteur des bibliothèques puis inspecteur général à la Communauté française, chargé de cours à l’université de Liège et professeur à l’université libre de Bruxelles, militant communiste puis socialiste et militant du Mouvement populaire wallon, voir la notice de Paul Delforge sur le site de l’Institut Destrée < http://www.wallonie-en-ligne.net/Encyclopedie/Biographies/Deprez_Marcel.htm > (consulté le 15 septembre 2013).

78 Jean-François Füeg, « La lecture publique en Belgique francophone. À la croisée des chemins », Bibliothèque(s). Revue de l’Association des bibliothécaires de France, juin 2011, n° 56, pp. 71-79.

79 Sur l’évolution récente de la législation en Flandre, voir Joke Schauvliege, De openbare bibliotheek van morgen. Inspiratie bij de implementatie van de Vlaamse beleidsprioriteiten lokaal cultuurbeleid, Bruxelles, Vlaamse Overheid, 2013.

80 Sur le décret francophone de 2009, voir Jean-François Füeg, « La lecture publique en Belgique francophone... », art. cit. Merci à l’auteur pour les précisions utiles qu’il nous a communiquées sur la philosophie du décret.

81 [Céline Romainville], Le droit à la culture et les bibliothèques publiques. Analyse du décret du 28 avril 2009, Association professionnelle des bibliothécaires et documentalistes, [en ligne] < http://www.apbd.be/documents/note_decret.pdf > (consulté le 12 septembre 2013).

82 Marco Martiniello, Marc Swyngedouw (éd.) Mawhin Marie (trad.), Où va la Belgique ? Les soubresauts d’une petite démocratie européenne, Paris ; Montréal, Éditions L’Harmattan, 1998, pp. 53-54.

Table des illustrations

Légende Bibliothèque populaire du syndicat libéral flamand Liberale Strijdersbond, Anvers. Peinture à l’huile d’Henri Van der Borcht, vers 1900.
Crédits Source : Museum Vleeshuis, © KIK-IRPA, Bruxelles.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Bibliothèque populaire, Saint-Ghislain (Hainaut), vers 1900. Carte postale ancienne.
Crédits Source : collection Bruno Liesen.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12468/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Bibliothèque populaire centrale, la salle de lecture et les bibliothécaires, Liège, vers 1908.
Crédits Source : collection Dieudonné Boverie.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12468/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Jules Destrée (1863-1936).
Crédits Source : collection privée.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12468/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Bibliothèque communale n° 3, Bruxelles.
Crédits Source : Institut royal du patrimoine artistique © KIK-IRPA, Bruxelles.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12468/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

Auteur

Doctorant en histoire, assistant chargé d’exercices à l’université libre de Bruxelles (Belgique)

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search