Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques populaires à la lecture publique

 | 
Agnès Sandras

Partie IV. Les fascinants exemples des bibliothèques populaires étrangères

Introuvables bibliothèques populaires anglaises

Marie-Françoise Cachin

Texte intégral

  • 1 Dans The New Oxford English Dictionary, “popular”, dans ses différents sens, renvoie aux “ordinary” (...)
  • 2 Samuel Smiles (1812-1904), écrivain écossais, a été un ardent défenseur de l’autodidaxie, en partic (...)
  • 3 Voir l’objectif de cette Commission, p. 312.
  • 4 “The popular libraries which have been formed up to a comparatively recent period have generally be (...)

1Si le terme “popular” est employé à propos d’éducation, de lecture, de littérature, de culture, dans le sens de « destiné aux gens ordinaires ou adapté à leur goût »1, l’expression popular libraries, bibliothèques populaires, n’apparaît que rarement dans les ouvrages traitant de l’histoire des bibliothèques en Grande-Bretagne au xixe siècle. On la trouve utilisée dans le témoignage de Samuel Smiles2 devant la Commission sur les bibliothèques publiques de 18493, où il parle « des bibliothèques populaires instituées jusqu’à une période récente »4 et souligne leur échec fréquent. Il cite une lettre reçue d’un certain M. Milburn, secrétaire de la Société agricole de Thirsk (Yorkshire), mentionnant la création de trois bibliothèques populaires publiques et précisant que deux d’entre elles sont « mortes ». Il est d’ailleurs frappant que dans la nomenclature des 48 différents types de bibliothèques existant en Grande-Bretagne à l’époque, incluse à la fin du rapport de 1849, la catégorie « bibliothèques populaires » n’apparaît pas.

  • 5 Rev. Frederick W. Naylor, Popular Libraries in Rural Districts, their Adaptibility to meet one of t (...)

2À ma connaissance, le seul ouvrage sur le sujet est celui du Révérend Frederick William Naylor, paru en 1855. Son titre dont la traduction française est : « Les bibliothèques populaires des zones rurales, leur capacité à s’adapter aux nécessités sociales de leur époque, avec des remarques sur les avantages de la lecture pour toutes les classes de la société et des suggestions pour l’établissement de bibliothèques populaires dans les zones rurales sur une base autonome peu onéreuse », est particulièrement explicite5.

3Naylor souligne la nécessité d’éduquer les classes populaires dont il déplore qu’elles n’aient pas de livres à leur disposition, et il appelle de ses vœux la création de bibliothèques populaires attrayantes, autonomes financièrement, gérées par les utilisateurs, condition essentielle à ses yeux de leur succès.

  • 6 “The movement to establish more popular libraries gathered force in the 1820s, borne along by the t (...)

4Même dans les études récentes, on ne rencontre l’appellation « bibliothèques populaires » que de manière fortuite, comme dans la Cambridge History of Libraries in Britain and Ireland, où l’un des auteurs, Joanna Innes, signale l’ampleur prise par le mouvement en faveur de ce type d’établissement dans les années 1820, époque favorable à l’instruction du peuple6.

  • 7 “‘Public Library’ is the proper description of what is in fact the common property of the public … (...)

5En France, les références aux bibliothèques populaires anglaises sont le plus souvent erronées. Ainsi, Camille Bloch publie dans la Revue bleue du 14 février 1899 un article intitulé « Les Bibliothèques populaires en Angleterre », mais il apparaît vite qu’il décrit sous ce vocable les free public libraries, équivalent des bibliothèques municipales françaises créées en Grande-Bretagne à partir de 1850 et pas seulement à destination du peuple. Un article antérieur, publié dans le magazine de Charles Dickens, All the Year Round, déclare qu’elles appartiennent au public et qu’elles sont utilisées par toutes les classes de la communauté, et pas spécifiquement par la classe ouvrière qui n’y est d’ailleurs guère attirée7. De son côté, Maurice Pellisson consacre le chapitre 2 de son ouvrage de 1906, Les bibliothèques populaires à l’étranger et en France, aux bibliothèques municipales en Angleterre, avec la même confusion dans les termes.

6Un bref rappel de la création de ces bibliothèques publiques et gratuites permettra de comprendre pourquoi elles ne furent jamais une institution « éminemment populaire », contrairement à ce que laisse entendre Camille Bloch.

Page de titre, Frederick William Naylor, Popular Libraries in Rural Districts, 1855.

Source : The British Library, 2014.

  • 8 Le titre officiel était Select Committee on Public Libraries.
  • 9 Voir mon ouvrage, Une nation de lecteurs ? La lecture en Angleterre (1815-1945), Villeurbanne, Pres (...)

7C’était pourtant le but du projet. La commission gouvernementale réunie en 18498 avait été organisée à la suite du petit ouvrage publié l’année précédente par Edward Edwards, alors assistant bibliothécaire à la British Library, qui dénonçait le retard de la Grande-Bretagne en matière de bibliothèques publiques9. Elle avait pour objectif de trouver les moyens d’améliorer cette situation calamiteuse, surtout par rapport au reste de l’Europe, et d’instituer des bibliothèques ouvertes gratuitement au public, en Grande-Bretagne et en Irlande, en particulier dans les grandes villes. Entre le 19 avril et le 12 juin 1849, ses quinze membres entendirent plus d’une trentaine de « témoins », interrogés à titre d’experts sur les bibliothèques de leur connaissance, sur l’éventuelle réussite de ces institutions et les conséquences à en tirer. À noter que parmi eux on trouve François Pierre Guillaume Guizot, interrogé le 24 avril sur le fonctionnement des bibliothèques en France. Un long rapport reproduisant toutes les interventions a été publié très rapidement.

  • 10 Alistair Black, “Social Class and the Public Library”, Library History, May 2000, Vol. 16, Number 1 (...)
  • 11 John Pateman, “Public Libraries and the Working-Classes”, in Information for Social Change, <www.libr.org/isc/articles/20-Pateamn-1.html>, May 2</www> (...)

8Le résultat de cette commission fut la loi votée en février 1850 qui permit l’ouverture de bibliothèques publiques dans les villes d’au moins 10 000 habitants dont les conseils municipaux acceptaient de consacrer ½ penny de taxe par habitant pour leur financement. En raison de la réticence de nombreuses municipalités, leur création se fit extrêmement lentement et on n’en recense qu’environ 500 à la fin du xixe siècle. Certes destinées a priori aux classes populaires dont on voulait favoriser l’instruction et le progrès individuel, elles étaient en fait financées par les classes moyennes qui les regardaient souvent d’un mauvais œil. Alistair Black va même jusqu’à considérer qu’en fait, elles ont été promues par les classes moyennes, pour elles-mêmes10. Ce que confirme John Pateman qui n’hésite pas à affirmer que « les bibliothèques publiques étaient marginales, périphériques et ne répondaient pas aux besoins des membres de la classe ouvrière […] L’affirmation courante – devenue un mythe qui perdure – est que les bibliothèques publiques ont été instituées pour fournir aux travailleurs une instruction en dehors du cadre scolaire. La réalité, c’est qu’elles furent établies et gérées par l’establishment victorien pour contrôler les habitudes de lecture et l’oisiveté des “pauvres méritants” »11. Une tout autre vision que celle de Camille Bloch ou de Maurice Pellisson !

Page de titre, Report from the Select Committee on Public Libraries, 1849.

Source : Bibliothèque nationale de France, Département philosophie, histoire, sciences de l’homme, 2014.

Fausses bibliothèques populaires ?

  • 12 Voir Une nation de lecteurs ?, op. cit., pp. 26-28. Sur le sens de ‘mechanics’, voir p. 315, n. 17.
  • 13 Camille Bloch, op. cit., p. 244.
  • 14 Report of the Select Committee, p. 212, “Many of the books are gift books, turned out of people’s s (...)
  • 15 Ibid., p. 124, “generally speaking, they are not Mechanics’ institutes, and it is a misnomer to des (...)

9Est-ce à dire qu’aucune bibliothèque destinée aux couches inférieures de la société n’existait en Grande-Bretagne au xixe siècle, époque du développement de l’alphabétisation et de l’éducation populaire ? Dans ce contexte, les deux auteurs français cités plus haut classent également comme populaires les bibliothèques créées au sein d’institutions destinées à la classe ouvrière, les Mechanics’ Institutes, qui virent le jour dans les années 1820, d’abord en Écosse puis en Angleterre12. Camille Bloch évoque ces instituts, qu’il qualifie d’écoles professionnelles, destinés aux ouvriers et travailleurs manuels et dont la création a été antérieure à celle des bibliothèques publiques13. Maurice Pellisson en parle, lui aussi, et indique à juste titre que la plupart de ces instituts avaient une bibliothèque. Plusieurs personnalités interrogées par la commission de 1849 les décrivent de manière plus détaillée. Pour certains, comme George Dawson, représentant de l’Association des Mechanics’ Institutes, ce sont les principales bibliothèques existant alors pour les ouvriers, mais il en déplore les défauts : « de nombreux livres sont des dons, retirés des rayonnages des donateurs, jamais utilisés, et de vieux magazines de toutes sortes, si bien que sur 1 000 volumes, il n’y en a peut-être que 400 ou 500 d’utiles »14. Samuel Smiles est beaucoup plus critique et admet que ces instituts ne sont en fait fréquentés que par les ouvriers les plus qualifiés et par les membres des couches inférieures des classes moyennes. À ses yeux, ces instituts relèvent des classes moyennes et respectables (mot-clé de l’époque victorienne) et, le plus souvent, à peine une moitié de leurs membres sont ouvriers. Il résume sa pensée dans une phrase cinglante : « en général, ce ne sont pas des instituts pour les ouvriers, il est erroné d’utiliser une telle expression »15.

  • 16 Elizabeth Nicholson, Working Class Readers and Libraries : a Social History 1800-1850, London, Univ (...)
  • 17 Peter Hoare, “‘The Operatives’ Libraries of Nottingham : A Radical Community’s Own Initiative”, Lib (...)

10Cette vision des Mechanics’ Institutes est partagée aujourd’hui par tous les historiens de la lecture en Grande-Bretagne, même si la plupart reconnaissent qu’au départ leur fonction était d’instruire et de faire lire la working class (classe ouvrière). Mais que faut-il entendre par là ? Il n’est pas rare de voir souligner l’ambiguïté du terme working class qui en fait recouvrait plusieurs catégories socioprofessionnelles avec des niveaux de salaire différents. Dans sa thèse, Elizabeth Nicholson en définit trois : (1) les ouvriers qualifiés gagnant entre 30 et 40 shillings par semaine, (2) les manœuvres et ouvriers non qualifiés avec un salaire hebdomadaire de 10 à 15 shillings, et (3) les pauvres et les mendiants16. De son côté, Peter Hoare indique que si les termes utilisés renvoyaient tous à des tâches manuelles, il existait apparemment une échelle sociale des travailleurs, avec en haut les “mechanics” et en bas les “operatives17. De toute façon, pour ces publics, le coût de l’inscription dans une bibliothèque posait souvent problème.

  • 18 Mabel Tylecote, The Mechanics’ Institutes of Lancashire and Yorkshire before 1851, Manchester, Manc (...)

11Cependant, comme le souligne Mabel Tylecote dans son livre sur les Mechanics’ Institutes du Lancashire et du Yorkshire avant 185118 (c’est-à-dire avant la création des premières bibliothèques publiques), les services rendus pas ces établissements ont été indéniables, au moins à leurs débuts. Un de leurs points positifs était qu’ils ne se contentaient pas de dons et achetaient des livres, même parfois à la demande de leurs membres, comme à Keighley, ville de l’ouest du Yorkshire. Les raisons de leur échec que Tylecote ne nie pas, elle non plus, proviennent à son avis de la fatigue des ouvriers après leur journée de travail, du manque de temps libre et de la faiblesse de leur instruction élémentaire. Pourtant ces bibliothèques proposaient des horaires en principe adaptés au rythme de vie de la classe ouvrière, comme à Manchester où la bibliothèque était ouverte de 8 heures du matin à 10 heures du soir. Les tableaux fournis en annexe de l’étude de Tylecote sur les membres du Mechanics’ Institute de Manchester et leur évolution sont particulièrement intéressants et révèlent la faible proportion de travailleurs manuels, ouvriers, maçons et artisans qui ne dépasse jamais le quart des inscrits et diminue même au fil des années.

  • 19 Gordon Armstrong, “Libraries in Burnley, 1900, and the Absence of a Public Library”, Library Histor (...)

12Dans certains cas, comme au Mechanics’ Institute de Burnley, dans le Lancashire, l’ouvrier pouvait même être refusé, si l’on en croit Gordon Armstrong qui estime que cet institut était devenu un club pour l’élite de la ville19.

  • 20 Kelly Thomas, Early Public Libraries. A History of Public Libraries in Great-Britain before 1850, L (...)

13L’échec vient donc souvent de la mainmise des classes moyennes, voire des patrons. Si parfois l’institut a été créé par des ouvriers, le contrôle leur a échappé au fil des années en raison, d’une part, de la diminution de la proportion de travailleurs manuels impliqués et, d’autre part, de l’augmentation des inscrits venant des classes moyennes. Thomas Kelly considère que ces bibliothèques ont souffert de la méconnaissance de leurs fondateurs qui ont surestimé les capacités de lecture de l’ouvrier moyen, d’autant plus que lors de leur création, les Mechanics’ Institutes proposaient des cours de science qui ont entraîné en priorité l’achat de livres scientifiques, pas nécessairement recherchés ou appréciés par les lecteurs20. Les ouvrages portant sur des controverses religieuses ou des sujets politiques étaient exclus, tout comme les romans, surtout dans les premières années, malgré une forte demande qui finit par obliger les responsables à en acquérir. Car ce que souhaitaient les travailleurs après une longue et pénible journée de travail en usine, c’étaient des activités délassantes et des lectures distrayantes.

14Toutefois, bien qu’assez rarement, les bibliothèques de certains de ces instituts ont été organisées et dirigées par des membres de la classe ouvrière. C’est le cas de Sheffield où la Mechanics’ and Apprentices’ Library, est fondée sur la suggestion du directeur du Sheffield Independent en 1823. Dans les années 1840, on y trouvait entre 600 et 700 inscrits et en 1850, le fonds s’élevait à plus de 6 000 volumes, les prêts atteignant le chiffre de 30 000 par an. Pourtant, cette bibliothèque interdisait les romans, les pièces de théâtre et les livres hostiles à la religion chrétienne, au moins à ses débuts. On notera que cet établissement a été absorbé vers 1860 dans la bibliothèque municipale qui vit le jour suite à la loi de 1850. Créés en partie afin de contrer l’influence des associations religieuses très puissantes de l’époque et malgré leurs limites, les Mechanics’ Institutes ont indéniablement contribué au développement de la lecture dans les couches inférieures de la société victorienne. Mais compte tenu des réserves évoquées ci-dessus, leurs bibliothèques ne peuvent malgré tout être qualifiées de populaires.

Extract from Mabel Tylecote, The Mechanics’ Institutes of Lancashire and Yorkshire before 1851, Manchester, Manchester University Press, 1957.

Source : La Bibliothèque nationale de France, Département sciences et techniques, 2014.

À la recherche de bibliothèques populaires en Grande-Bretagne

  • 21 Associations de connaissances utiles, Associations de progrès mutuel, Institutions pour la progress (...)

15Tout n’est peut-être finalement qu’une question de définition. Si par bibliothèques populaires on entend des bibliothèques à destination de la classe ouvrière, alors la Grande-Bretagne n’en a pas manqué. Elles ont été créées dès la fin du xviiie siècle par des organisations philanthropiques originaires des classes moyennes, ou un peu plus tard, dans le contexte des mouvements radicaux, entre autres le mouvement chartiste, mais sous des appellations diverses : Useful Knowledge Societies, Mutual Improvement Societies, Institutions for the Advancement of Knowledge, Cooperative Societies, People’s Colleges, Lyceums, Institutes of Popular Science, Artizans’ Institutes21, sans oublier les Mechanics’ Institutes décrits ci-dessus. En tout cas, la formation de bibliothèques semble avoir été une des préoccupations premières des ouvriers regroupés dans ces associations.

16Il existait par ailleurs des bibliothèques d’usines (factory libraries), clairement et officiellement instituées par les employeurs, dans les régions industrielles du sud du Pays de Galles par exemple, d’autant plus que deux lois votées en 1802 et 1833 imposèrent aux patrons de l’industrie textile l’obligation de pourvoir à l’éducation des enfants de leur secteur, ce qui dans le meilleur des cas s’accompagna de la création d’une bibliothèque. Cet exemple fut suivi par des employeurs d’autres secteurs industriels, mais plutôt dans le cadre d’associations de progrès mutuel où, si bibliothèque il y avait, elle était gérée par le patronat qui contrôlait l’acquisition des livres.

17En revanche, pour la plupart des historiens, l’expression working class libraries ne s’applique qu’aux bibliothèques dont les membres issus de la classe ouvrière sont tout à la fois les propriétaires et les gestionnaires. Ce genre de bibliothèques entre dans la catégorie des “subscription libraries” parfois mentionnées comme “proprietary”, c’est-à-dire des établissements pour lesquels il fallait payer un droit d’entrée et une cotisation régulière, en général assez faible, et dont les membres avaient la mainmise sur le choix des livres à acquérir.

  • 22 Keith A. Manley, “Scottish and Subscription Libraries as Community Libraries”, Library History, Nov (...)
  • 23 Voir le meilleur ouvrage sur les bibliothèques en Écosse paru récemment, Keith A. Manley, Books, Bo (...)
  • 24 Ibid., p. 72.

18Les premières bibliothèques que, dans le cadre de cette définition, on peut qualifier de populaires sont apparues très tôt, les toutes premières étant celle de la Leadhills Reading Society, fondée en 1741, la Wanlockhead Miners’ Library fondée en 1756 et la Westerkirk Library fondée en 1792, bien que Keith Manley juge trompeuse l’appellation working-class library utilisée pour les désigner, car elles étaient destinées aux mineurs qui, selon lui, constituaient une élite22. À noter que toutes les trois étaient situées en Écosse, région à la pointe du progrès en matière de lecture populaire. Et s’il se peut que la fondation de la première ait été suscitée par le patron réformiste de la mine, James Stirling, celui-ci, tout comme les autres dirigeants, a été expressément écarté de sa gestion23. À ces trois-là, il faut ajouter la bibliothèque située à Airdrie, près de Glasgow, elle aussi créée en 1792. À l’origine, le public qui la fréquentait comprenait des tisserands, des ouvriers, deux aubergistes, un cordonnier, un chirurgien, quelques fermiers, etc. Le premier président en fut le pasteur local (sans que cela implique a priori la mainmise de la religion) et le premier bibliothécaire, James Downie, était le maître d’école du village, qui garda cette fonction jusqu’à sa mort en 1823. Le droit d’entrée de dix shillings était assez élevé, compensé par une cotisation annuelle relativement basse de deux shillings. L’emprunt de livres se faisait avant 9 heures du matin et après 4 heures de l’après-midi, probablement en raison du métier du bibliothécaire24.

  • 25 Voir Mabel Tylecote, op. cit., pp. 78-79.

19Une autre catégorie d’établissement, les Lyceums, a vu le jour dans les années 1830, en particulier à Manchester et dans sa région. Établis dans des quartiers ouvriers, ils étaient destinés à des couches sociales inférieures à celles censées fréquenter les Mechanics’ Institutes. La cotisation était de 2 shillings pour les hommes et un shilling et demi pour les femmes. Certains d’entre eux étaient entièrement gérés par les travailleurs, parfois avec succès. L’atmosphère y était plus délassante que studieuse, et les salles de lecture où on pouvait lire la presse étaient très populaires25.

  • 26 Angus B. Reach, “The Coffee Houses of London”, New Parley Library, (13 July 1844), 1, pp. 293- 294, (...)
  • 27 “You may go into these places, and see a great number of the working-classes reading”, Report from (...)

20À y regarder de plus près, on constate qu’il existait, en fait, bien d’autres bibliothèques ouvrières sous toutes sortes d’appellations diverses, liées aux différents lieux où elles pouvaient se trouver, dont les plus surprenantes sont celles installées dans des cafés (coffee-houses) qui ont proliféré dans les années 1820-1830. Dans un article qui leur est consacré, paru en 1844 dans le New Parley Library, Angus B. Reach souligne que leur succès venait de leur atmosphère plus paisible et plus propice à la lecture que celle des pubs perturbée par l’ébriété de certains, et plus délassante que celle des Mechanics’ Institutes à l’ambiance studieuse et sérieuse. À la différence des autres bibliothèques, il n’y avait aucune cotisation à payer, il suffisait de payer son café. En général, ces établissements étaient reconnaissables par leur large vitrine couverte d’affiches de théâtre, et à l’intérieur la salle principale était divisée en petits compartiments avec chacun une table. Les lecteurs échangeaient journaux et périodiques et, lorsqu’il y en avait, des romans et autres ouvrages distrayants ou instructifs. Selon Reach, la majorité des clients étaient des ouvriers respectables, qui ne venaient pas seulement y lire la presse, mais aussi des ouvrages politiques ou philosophiques, et même des romans26. D’après diverses sources, il aurait existé entre 1 600 et 1 800 de ces cafés-bibliothèques vers 1840, dont environ un quart comportait une bibliothèque pouvant contenir parfois près de 2 000 ouvrages. Plusieurs témoignages devant la Commission de 1849 les évoquent, par exemple celui de William Lovett, créateur de l’Association des travailleurs londoniens, qui déclare que dans ces endroits, on peut voir un grand nombre de lecteurs de la classe ouvrière27.

21Des bibliothèques étaient également organisées au sein de clubs de travailleurs (working men’s clubs). En 1903, on recense près de 900 de ces clubs représentant plus de 300 000 membres, dont environ 500 comportaient des bibliothèques avec au total 187 000 volumes. Leur fonctionnement était véritablement coopératif dans la mesure où au départ, une vingtaine de membres se mettaient d’accord pour acheter des ouvrages qui circulaient ensuite entre eux. Au bout d’un an, il était fréquent que ces livres soient vendus ou partagés entre les membres. En principe, la plupart de ces clubs abritaient une salle de lecture avec des journaux et des périodiques, ainsi que des ouvrages de référence. Les plus grands, comme à Swansea, offraient même un service de prêt.

  • 28 Jean Everitt, “Co-operative Society Libraries”, Library History, 1999, Vol. 15, p. 36.

22Autre lieu d’implantation de bibliothèques : des sociétés coopératives. Dans les années 1860-1880, elles dépassaient même en nombre les bibliothèques publiques créées depuis la loi de 185028, les travailleurs continuant à développer leurs propres lieux de lecture jusqu’à la fin du xixe siècle. Car ils s’y sentaient plus à l’aise que dans les nouvelles bibliothèques publiques que seulement une minorité d’entre eux fréquentaient, mais où, en revanche, les autodidactes semblent avoir été nombreux.

  • 29 Chris Baggs, “Radical Reading ? Working-class libraries in the nineteenth and early twentieth centu (...)
  • 30 Voir Chris Baggs, “How Well Read Was My Valley ? Reading, Popular Fiction, and the Miners of South (...)
  • 31 Voir n. 23.

23Vers la fin du xixe siècle, on voit par ailleurs apparaître des bibliothèques créées par certaines catégories de travailleurs, comme les mineurs du sud du Pays de Galles. Selon Chris Baggs, ce sont là sans aucun doute les bibliothèques ouvrières fonctionnant de la manière la plus indépendante. Si certains propriétaires miniers apportaient parfois une aide financière limitée, ces institutions ont été fondées, gérées et contrôlées par les mineurs eux-mêmes qui avaient alors la réputation d’être de grands lecteurs. On a recensé jusqu’à 200 de ces bibliothèques dans les vallées minières du sud du Pays de Galles entre les années 1870 et 1939. L’ensemble de leurs fonds s’élevait à près d’un demi-million de volumes, auxquels il faut ajouter des milliers de magazines et de journaux29. Baggs tente de fournir d’ailleurs une explication à ce phénomène et considère que si la lecture était si appréciée et pratiquée par les mineurs, c’est parce qu’elle représentait soit une activité éducative allant dans le sens du progrès individuel et/ou de la promotion sociale, soit une activité de délassement profitable, voire un moyen de s’échapper du labeur et des soucis quotidiens30. On notera aussi que dans la liste établie par Keith A. Manley dans son ouvrage déjà cité31 sur les bibliothèques d’Écosse, on trouve d’autres bibliothèques pour des publics spécifiques, par exemple pour les employés du gaz à Glasgow ou des ouvriers du textile à Rothesay.

Un modèle en matière de bibliothèques populaires : Nottingham

  • 32 Peter Hoare, “The Operatives’ Libraries of Nottingham : A Radical Community’s Own Initiative”, Libr (...)
  • 33 “I have a note of what a working man said about that ; he said that he and nine other subscribers t (...)

24Certaines villes, dans le nord industriel de l’Angleterre, mais pas seulement, ont été particulièrement efficaces et actives pour le développement de la lecture publique. Nottingham, ville des Midlands, est à maints égards une ville exemplaire en matière de bibliothèques populaires au xixe siècle. Dans un long article intitulé “The Operatives’ Libraries of Nottingham : A Radical Community’s Own Initiative”, Peter Hoare présente les bibliothèques ouvrières (operatives’ libraries) de cette ville comme remarquables. Destinées à la classe inférieure des travailleurs manuels, elles ont été lancées et gérées par les ouvriers eux-mêmes, et jamais imposées par les membres d’une classe supérieure. Les premières ont vu le jour dans les années 1830 et il y en a eu au moins une douzaine, parfois basées à l’intérieur des pubs dans les quartiers ouvriers. Certaines ont existé pendant 50 ans et ont rassemblé plusieurs milliers d’ouvrages32. Elles sont aussi mentionnées dans le rapport de la commission sur les bibliothèques de 1849 par George Dawson dont le témoignage est particulièrement intéressant. Il explique que la première de ces bibliothèques a été fondée en 1835 par une dizaine d’inscrits dans une bibliothèque d’artisan qu’ils ont quittée parce que les livres portant sur des sujets politiques ou religieux en étaient exclus. Ils se sont alors cotisés pour acheter des ouvrages de ces genres, à commencer par L’histoire du cléricalisme de William Howitt, et ce fut le début des bibliothèques ouvrières à Nottingham33. Howitt était éditeur dans cette ville et son ouvrage avait attiré des commentaires positifs et négatifs au niveau national. Cette première bibliothèque était installée à l’étage d’un pub, réputé pour les idées radicales qui s’y discutaient, et son objectif était d’aider chacun à progresser par la lecture individuelle et à améliorer ainsi ses connaissances, selon le principe de self-help cher à Samuel Smiles et à de nombreux Victoriens.

25Le premier article du règlement est très révélateur de cette orientation et souligne la différence avec d’autres bibliothèques :

  • 34 “The objects of this Society are the dissemination of useful and entertaining knowledge ; and as po (...)

« Les objectifs de cette Association sont la dissémination de savoirs utiles et distrayants ; et comme la politique concerne notre bien-être ici-bas et que la religion affecte notre bonheur dans l’au-delà, et que nous croyons qu’aucune institution politique ne devrait exister sans avoir été analysée, et qu’on ne devrait adhérer à aucune croyance sans en avoir discuté, nous décidons en conséquence d’acheter des ouvrages de toutes sortes, politiques et théologiques, ainsi que ceux qui traitent d’histoire, de science ou de littérature. » 34

  • 35 “the only lever that can raise the working class into a fit condition to possess electoral privileg (...)

26La création d’autres établissements du même genre s’est faite rapidement, dans le contexte du mouvement chartiste dont Nottingham a été un foyer indéniable. Car l’instruction était considérée comme le levier indispensable au progrès de la classe ouvrière afin de lui permettre d’accéder aux « privilèges électoraux »35, combat au cœur du Chartisme.

27Leur organisation était fondée sur l’autogestion, les membres acceptant de participer au fonctionnement de la bibliothèque sans recevoir aucun salaire. L’adhésion impliquait un droit d’entrée de 6d (sixpence) ou un shilling, et une cotisation hebdomadaire d’un penny. Ce fractionnement hebdomadaire du paiement était évidemment bienvenu. La bibliothèque était ouverte pendant une heure un, deux ou trois soirs par semaine, ainsi que, souvent, deux ou trois heures le samedi matin. Des réunions mensuelles ou trimestrielles au cours desquelles on discutait des achats à faire, où l’on prenait les décisions qui s’imposaient à l’égard des membres défaillants et où l’on élisait ou ré-élisait les responsables, y avaient lieu.

28Peu de catalogues ont survécu permettant de savoir quels livres étaient achetés et proposés aux lecteurs. Mais dans le catalogue de 1843 de la première bibliothèque, Peter Hoare relève le nombre élevé de romans, bien qu’on y recense aussi de la poésie et des essais, de nombreux ouvrages d’histoire, des biographies et de volumes regroupés sous le chapeau “Natural Philosophy, Manufactures, Politics, Theology, etc.” On y trouve, entre autres, des œuvres de Thomas Paine et d’Adam Smith ainsi que des livres pratiques scientifiques et techniques.

  • 36 Informations provenant de l’extrait de l’autobiographie de Christopher Thomson, “Edwinstowe Artisan (...)

29Si les bibliothèques ouvrières de Nottingham sont le plus souvent citées comme exemplaires, il en a existé d’autres du même type ailleurs, surtout dans le nord industriel de l’Angleterre ou au Pays de Galles. Dans son autobiographie, Christopher Thomson, un artisan de la ville d’Edwinstowe, au nord du Nottinghamshire, relate comment avec quelques amis il a créé en janvier 1838 une bibliothèque pour les artisans. Une petite vingtaine de personnes a accepté de donner un penny, contribution qui a permis dans un premier temps d’acheter des périodiques populaires, auxquels furent ajoutés par la suite quelques romans de Walter Scott et de Fenimore Cooper. Au bout de neuf ans de travail patient, selon ses termes, le fonds avait atteint 500 volumes. En outre, des conférences étaient organisées de temps en temps ainsi que des cours hebdomadaires, cinq soirs par semaine d’octobre à mars où on enseignait la lecture, l’écriture, l’arithmétique, la musique et le dessin. Il s’y tenait par ailleurs une séance de discussion (conversation class) sur différents sujets36. On trouve une autre bibliothèque coopérative à Burnley, à propos de laquelle un commentateur souligne la différence avec celle du Mechanics’ Institute local puisque la gestion de la première était entre les mains d’un comité constitué de travailleurs, tandis que l’autre était supervisée par des hommes d’affaires appartenant aux classes moyennes, voire par quelques représentants du capitalisme. La bibliothèque coopérative de cette ville était de loin la plus populaire des deux avec 3 000 inscrits en 1897, d’autant plus que la cotisation ne coûtait qu’un penny, contre 8 shillings à la bibliothèque du Mechanics’ Institute.

Conclusion

30Introuvables, les bibliothèques populaires britanniques ? Oui, si on s’en tient à cette appellation précise popular libraries, non si l’on veut parler des bibliothèques destinées à des usagers de la classe laborieuse. Celles-ci ont existé sous différents noms, utilisés de manière assez vague et imprécise. Leur création et leur organisation ont été variées, selon qu’elles ont été le fait d’employeurs, d’associations philanthropiques, ou des ouvriers eux-mêmes. Certaines ont perduré jusqu’à la fin du xixe siècle, voire au-delà, en dépit de la création de bibliothèques municipales après 1850. Car l’accès des ouvriers aux ouvrages politiques, surtout radicaux, ne s’y faisait pas si facilement et ceux-ci ne s’y sentaient pas à l’aise. Loin de revendiquer un système national de bibliothèques publiques, les lecteurs de la classe ouvrière britannique, soucieux de s’instruire et de progresser par eux-mêmes, préféraient créer leurs propres bibliothèques et continuer de les fréquenter dans la mesure du possible. C’est bien là que sont les véritables bibliothèques populaires de la Grande-Bretagne, fonctionnant démocratiquement au service du progrès individuel, valeur fondamentale intégrée par toutes les couches de la société victorienne.

Notes

1 Dans The New Oxford English Dictionary, “popular”, dans ses différents sens, renvoie aux “ordinary” ou “common people”.

2 Samuel Smiles (1812-1904), écrivain écossais, a été un ardent défenseur de l’autodidaxie, en particulier dans son bestseller Self-Help (1859) et, de ce fait, favorable à tout ce qui pouvait aider les classes populaires à s’instruire par elles-mêmes. Le titre de cet ouvrage utilise un terme typiquement victorien, qui renvoie à l’adage « Aide-toi, le Ciel t’aidera ».

3 Voir l’objectif de cette Commission, p. 312.

4 “The popular libraries which have been formed up to a comparatively recent period have generally been failures”, Report of the Select Committee on Public Libraries, p. 124. Toutes les traductions de l’anglais sont de l’auteur.

5 Rev. Frederick W. Naylor, Popular Libraries in Rural Districts, their Adaptibility to meet one of the social necessities of the times, with remarks on the advantages of General Reading to All Classes and Suggestions for the Establishment of Popular Libraries in Rural districts, on a self-supporting and inexpensive plan, London, Simpkin, Marshall & Co., 1855.

6 “The movement to establish more popular libraries gathered force in the 1820s, borne along by the tide of enthusiasm for educating ‘the people’”, Joanna Innes, “Libraries in context : social, cultural and intellectual background”, in The Cambridge History of Libraries in Britain and Ireland, 1640-1850, Vol. II, 2014, p. 298.

7 “‘Public Library’ is the proper description of what is in fact the common property of the public … made use of by all classes of the community… But at the present time the working classes of the population are not much attracted.” “A Day at the London Free Libraries”, All the Year Round, 35, (1892), article non signé, pp. 305-308. Cité dans Andrew King and John Plunkett (eds.), Victorian Print Media, Oxford, Oxford University Press, 2005, pp. 281-284.

8 Le titre officiel était Select Committee on Public Libraries.

9 Voir mon ouvrage, Une nation de lecteurs ? La lecture en Angleterre (1815-1945), Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2010 (coll. Papiers), p. 72 et sq.

10 Alistair Black, “Social Class and the Public Library”, Library History, May 2000, Vol. 16, Number 1, p. 6. “In fact, public libraries have always been promoted in varying degrees by the middle classes, for themselves”.

11 John Pateman, “Public Libraries and the Working-Classes”, in Information for Social Change, <www.libr.org/isc/articles/20-Pateamn-1.html>, May 2004, p. 1. “Public libraries were marginal, peripheral or irrelevant to the needs of working class people. […] The common assumption – which has become an enduring myth – is that public libraries were established to provide informal education for working people. The reality is that they were set up and run by the Victorian establishment to control the reading habits and idle time of the ‘deserving poor’”.

12 Voir Une nation de lecteurs ?, op. cit., pp. 26-28. Sur le sens de ‘mechanics’, voir p. 315, n. 17.

13 Camille Bloch, op. cit., p. 244.

14 Report of the Select Committee, p. 212, “Many of the books are gift books, turned out of people’s shelves, and are never used, old magazines of different kinds, so that out of 1,000 volumes, perhaps there may be only 400 or 500 useful ones”.

15 Ibid., p. 124, “generally speaking, they are not Mechanics’ institutes, and it is a misnomer to designate them as such”.

16 Elizabeth Nicholson, Working Class Readers and Libraries : a Social History 1800-1850, London, University College, 1976.

17 Peter Hoare, “‘The Operatives’ Libraries of Nottingham : A Radical Community’s Own Initiative”, Library History, November, 2003, Vol. 19, p. 173. “Three terms, ‘mechanics’, ‘artisans’ and ‘operatives’, all imply manual trades but […] there seems to have been a descending social scale of workers, with ‘mechanics’ at the top and ‘operatives’ at the bottom.” De ce fait, la traduction française de ces trois termes pose problème. Mechanics est parfois traduit par « mécanicien », operatives par « ouvriers », et artisans correspond plutôt à « ouvriers qualifiés ».

18 Mabel Tylecote, The Mechanics’ Institutes of Lancashire and Yorkshire before 1851, Manchester, Manchester University Press, 1957.

19 Gordon Armstrong, “Libraries in Burnley, 1900, and the Absence of a Public Library”, Library History, November 2003, Vol. 19, Number 3, pp. 216-217. “The working man was ignored […] it had become a gentlemen’s club for the Burnley élite”, p. 216.

20 Kelly Thomas, Early Public Libraries. A History of Public Libraries in Great-Britain before 1850, London, The Library Association, 1966.

21 Associations de connaissances utiles, Associations de progrès mutuel, Institutions pour la progression du savoir, Sociétés coopératives, Collèges du peuple, Lycées, Instituts de science populaires, Instituts pour artisans.

22 Keith A. Manley, “Scottish and Subscription Libraries as Community Libraries”, Library History, November 2003, Vol. 19, p. 190. “The designation ‘working-class library’ is misleading. The miners were an élite”.

23 Voir le meilleur ouvrage sur les bibliothèques en Écosse paru récemment, Keith A. Manley, Books, Borrowers, and Shareholders. Scottish Circulating and Subscription Libraries before 1825, Edinburhg, Edinburgh Bibliographical Society, 2012.

24 Ibid., p. 72.

25 Voir Mabel Tylecote, op. cit., pp. 78-79.

26 Angus B. Reach, “The Coffee Houses of London”, New Parley Library, (13 July 1844), 1, pp. 293- 294, reproduit dans Andrew King & John Plunkett, op. cit., pp. 246-249.

27 “You may go into these places, and see a great number of the working-classes reading”, Report from the Select Committee on Public Libraries, p. 177. William Lovett créa la London Working Men’s Association en 1836.

28 Jean Everitt, “Co-operative Society Libraries”, Library History, 1999, Vol. 15, p. 36.

29 Chris Baggs, “Radical Reading ? Working-class libraries in the nineteenth and early twentieth centuries”, in Alistair Black and Peter Hoare (eds.), The Cambridge History of Libraries in Britain and Ireland, 1850-2000, Cambridge, Cambridge University Press, Vol. III, 2014, pp. 174-175.

30 Voir Chris Baggs, “How Well Read Was My Valley ? Reading, Popular Fiction, and the Miners of South Wales, 1875-1939”, Book History, 2001, Vol. 4, pp. 277-301.

31 Voir n. 23.

32 Peter Hoare, “The Operatives’ Libraries of Nottingham : A Radical Community’s Own Initiative”, Library History, November 2003, Vol. 19, pp. 173-184.

33 “I have a note of what a working man said about that ; he said that he and nine other subscribers to the artisan’s library seceded from it because they could not get such books on political and religious subjects as they wished to read. They ‘clubbed’ together and bought Howitt’s History of Priestcraft, and that was the beginning of operative libraries in Nottingham”, Report from the Select Committee, p. 80.

34 “The objects of this Society are the dissemination of useful and entertaining knowledge ; and as politics concern our welfare here, and religion affects our happiness hereafter, and as we believe, no political institution ought to stand that cannot bear examination, and no creed ought to be believed that cannot bear discussion, we, therefore, resolve to purchase works of every description, political and theological, as well as those embracing history, science, and literature.”, cité par Peter Hoare, p. 176.

35 “the only lever that can raise the working class into a fit condition to possess electoral privileges”, expression utilisée dans l’article du 30 décembre 1836 de la Nottingham Review, cité par Peter Hoare, p. 176.

36 Informations provenant de l’extrait de l’autobiographie de Christopher Thomson, “Edwinstowe Artisans’ Library by Christopher Thomson”, Library History, 1990, Vol. 8, Number 5, pp. 140-144.

Table des illustrations

Légende Page de titre, Frederick William Naylor, Popular Libraries in Rural Districts, 1855.
Crédits Source : The British Library, 2014.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Page de titre, Report from the Select Committee on Public Libraries, 1849.
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, Département philosophie, histoire, sciences de l’homme, 2014.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12463/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Extract from Mabel Tylecote, The Mechanics’ Institutes of Lancashire and Yorkshire before 1851, Manchester, Manchester University Press, 1957.
Crédits Source : La Bibliothèque nationale de France, Département sciences et techniques, 2014.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12463/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search