Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

Contours architecturaux des bibliothèques

Les bibliothèques « haute qualité environnementale »

Fanny Clain

Texte intégral

Ces vingt dernières années, la question du traitement architectural des espaces dévolus aux fonds patrimoniaux a, en effet, été abordée d’une façon nouvelle permettant d’inscrire la valorisation du patrimoine dans l’architecture du bâtiment et de la rendre ainsi plus visible et pérenne que lors des expositions temporaires.
Pauline Darleguy

Colomiers, médiathèque-centre d’art Pavillon Blanc

1En 1996 est lancé le premier projet de bibliothèque HQE (haute qualité environnementale) en France, celui de la médiathèque de Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes), dont la livraison intervient en 2001. En 1997, c’est le projet de la bibliothèque universitaire de Caen (Calvados) qui voit le jour ; le bâtiment est livré en 2004. Les bibliothèques universitaires de Reims (Marne) et du Havre (Seine-Maritime) suivent de peu, avec des projets HQE lancés en 1999 et livrés tous deux en 2006. La médiathèque de Sainte-Luce-sur-Loire (Loire-Atlantique) est la première à faire suite en 2001, pour la lecture publique, à la médiathèque de Mouans-Sartoux. Depuis, le paysage de la HQE appliqué aux bibliothèques ne cesse de s’étendre en France.

  • 1 Caraco (Alain), « Les bibliothèques à l’heure du développement durable », BBF, 2008, t. 53, n ° 3, (...)
  • 2 Voir la Déclaration des bibliothèques et du développement durable adoptée par l’Ifla lors de la ré (...)

2La brève recension que l’on vient de faire n’a pas pour but d’amorcer un inventaire mais plutôt de signaler un tournant en matière de construction de bibliothèques, celui des années deux mille, où l’on voit de plus en plus des projets architecturaux se doubler de préoccupations environnementales : « Jusqu’au début des années deux mille, l’impact écologique du bâtiment n’était pas un critère de choix1 »; dès lors, il le devient. Dans un contexte où la réglementation thermique se durcit tous les cinq ans et où la thématique du développement durable interroge de plus en plus les bibliothécaires2, la « démarche HQE » apparaît comme une solution structurée et complète pour maîtriser l’impact environnemental des bâtiments de bibliothèques.

Colomiers, médiathèque-centre d’art Pavillon Blanc

  • 3 Clain (Fanny), Constructions HQE: un nouveau modèle architectural pour les bibliothèques ? Mémoire (...)

3Afin d’évaluer l’impact de la HQE à la fois sur l’architecture de la bibliothèque et sur son fonctionnement, cinq exemples ont été étudiés en 20093 : les bibliothèques universitaires du Havre et de Reims, les médiathèques de Sainte-Luce-sur-Loire, du Bachut à Lyon et de Colomiers (Haute-Garonne), cette dernière encore en construction en 2009. Ces exemples permettent d’appréhender à la fois la variété des réalisations HQE et les changements induits par cette démarche dans la conception et la gestion du bâtiment de bibliothèque.

QU’EST-CE QU’UNE BIBLIOTHÈQUE HQE ?

La démarche HQE en quelques mots

  • 4 Voir la version 2011 du référentiel QEB, Référentiel Générique Neuf Bâtiments Tertiaires, applicab (...)

4La démarche HQE a été initiée dans les années quatre-vingt-dix à la suite de différents travaux de recherche sur la qualité environnementale des bâtiments. Depuis 1996, cette démarche est portée par l’« Association HQE », régie par la loi du 1er juillet 1901 et reconnue d’utilité publique en 2004. La démarche HQE a pour ambition d’améliorer la qualité environnementale du cadre de vie bâti dans une perspective de développement durable. Elle est rendue applicable par un référentiel dit « QEB » (qualité environnementale du bâtiment), qui se décline en quatorze cibles, elles-mêmes réparties autour de deux thématiques : « Maîtriser les impacts du bâtiment sur l’environnement extérieur » et « Créer un espace intérieur confortable et sain4 ». Des niveaux de traitement différents sont admis pour l’ensemble de ces cibles mais l’Association HQE définit néanmoins un profil environnemental minimal à atteindre, devant faire l’objet d’une certification par l’Association française de normalisation (Afnor) qui a créé la marque « NF Bâtiments tertiaires – Démarche HQE® ». Cette certification doit permettre de distinguer les constructions ayant effectivement les meilleures pratiques environnementales de celles qui se prétendent HQE sans se soumettre à l’évaluation d’un organisme indépendant. Dans les faits, la majorité des projets préfèrent se passer de la certification HQE et éviter un processus d’évaluation contraignant et coûteux. Précisons ici que les réalisations non certifiées ne donnent pas nécessairement lieu à des réalisations au rabais du point de vue de la qualité environnementale. Les cabinets d’études HQE, qui accompagnent techniquement les maîtres d’ouvrage dans leurs projets HQE, sont même plutôt d’un avis contraire : certains projets non certifiés sont plus intelligents car menés plus librement.

Colomiers, médiathèque-centre d’art Pavillon Blanc

Comment les bibliothèques s’approprient la démarche HQE

5Pour les raisons que l’on vient d’évoquer, les bibliothèques dites HQE sont très rarement certifiées et bien plutôt librement inspirées de la démarche HQE. Les bibliothèques étudiées en 2009 s’inscrivent dans ce cas de figure et représentent ainsi un échantillon assez diversifié de ce que peuvent être les bibliothèques HQE.

6La bibliothèque universitaire (BU) de Reims présente le profil environnemental le plus ambitieux et illustre le cas d’un projet non certifié mais pleinement satisfaisant à l’arrivée :

  • les produits de construction et matériaux ont été choisis sur la base de notices détaillées, fournies par les fabricants, prouvant leur « aptitude à l’emploi » (cible 2 du référentiel QEB, choix intégré des produits de construction) ;
  • la bibliothèque a été raccordée au réseau de chauffage urbain ; la bonne isolation du bâtiment empêche les déperditions thermiques ; le recours à la climatisation est évité par un dispositif de ventilation naturelle complété par de nombreuses protections solaires intérieures et extérieures ; l’éclairage artificiel est basse consommation et un système de gestion technique du bâtiment (GTB) doit permettre le suivi des différents postes de consommation (cible 4, gestion de l’énergie) ;
  • les façades en bois bakelisé sont durables en ce qu’elles offrent une bonne résistance aux intempéries et aux variations climatiques et sont faciles à entretenir (cible 7, maintenance-pérennité des performances environnementales) ;
  • le confort d’hiver ne pose pas de problème grâce à la bonne isolation du bâtiment ; le confort acoustique repose sur le choix de matériaux offrant un bon niveau d’isolation phonique et sur un zonage de la bibliothèque destiné à isoler les locaux bruyants (cible 8, confort hygrothermique, et cible 9, confort acoustique) ;
  • un zonage a également été effectué pour permettre une complémentarité entre lumière naturelle et lumière artificielle dans les espaces intérieurs (cible 10, confort visuel).

7À l’usage, seuls deux points faibles apparaissent : le confort d’été (cible 8) n’est pas toujours satisfaisant car le système de ventilation naturelle connaît des défaillances ; le système de récupération des eaux de pluie ne permet pas réellement de faire des économies au vu des frais d’installation et de maintenance qui lui sont liés (cible 5, gestion de l’eau). Pour Carine El Bekri-Dinoird, directrice du service commun de la documentation (SCD) de l’université de Reims, ces points faibles comptent cependant peu au regard de la qualité de la HQE dans son ensemble.

8Un autre exemple de réalisation réussie est celui de la médiathèque HQE du Bachut à Lyon. Ici le nombre de cibles choisies était plus restreint que dans le cas de Reims, mais toutes sans exception ont été traitées de façon satisfaisante : la consommation énergétique est maîtrisée ; le confort thermique est exceptionnel été comme hiver ; le confort acoustique est garanti dans des espaces pourtant ouverts ; le confort visuel repose à la fois sur une grande lumière naturelle et sur des vues donnant sur l’extérieur.

9Pour la BU du Havre et pour la médiathèque de Sainte-Luce-sur-Loire, en revanche, les retours d’expérience fournis en 2009 faisaient apparaître un bilan HQE plus mitigé. Au Havre, une même cible a pu être traitée de façon inégale : le confort visuel est ainsi exceptionnel du point de vue de la lumière naturelle, mais très insuffisant du point de vue de l’éclairage artificiel dont les besoins ont été sous-évalués. De la même façon, le confort thermique est très satisfaisant en été, malgré de grandes façades vitrées, grâce au système de ventilation naturelle ; en hiver en revanche, certains espaces sont froids car le système de chauffage est sous-dimensionné.

  • 5 Les informations sur les performances environnementales des bâtiments étudiés ont été fournies dan (...)

10À Sainte-Luce-sur-Loire, la seule cible traitée de façon satisfaisante sur les quatre choisies concerne la durabilité des performances environnementales (cible 7) : les matériaux choisis pour l’extérieur et l’intérieur de la bibliothèque sont résistants, recyclables et demandent peu d’entretien. Sur les autres cibles en revanche, beaucoup de défaillances sont à déplorer : la mauvaise isolation du bâtiment conduit à chauffer beaucoup en hiver ; le confort thermique est très insatisfaisant car le système de ventilation est peu performant ; l’éclairage naturel est rarement suffisant dans les espaces de lecture.5

Opportunité de la démarche HQE pour les problématiques de confort dans la bibliothèque

11Les quelques exemples évoqués ne sont pas destinés à pointer du doigt de « bonnes » ou de « mauvaises » réalisations, mais à donner un aperçu de la façon dont les bibliothèques s’approprient la démarche HQE, en choisissant telle ou telle cible du référentiel QEB et tel ou tel traitement pour chaque cible. Les réalisations sont finalement très diversifiées et concernent autant des projets de petite taille que des projets de plus grande envergure. Un point récurrent apparaît malgré la variété des réalisations : l’importance donnée, dans les projets de bibliothèques HQE, aux cibles de confort inscrites dans le référentiel QEB. L’intérêt de la démarche HQE est qu’elle définit une qualité environnementale du bâtiment qui recouvre tout autant l’impact de ce bâtiment sur l’environnement naturel que son impact sur l’homme qui l’utilise. Le référentiel QEB approfondit en effet de façon significative la notion de confort à l’intérieur d’un bâtiment, la déclinant selon les quatre acceptions du terme : confort hygrothermique, visuel, olfactif et acoustique. Le confort des espaces intérieurs ne peut donc être renvoyé à un simple choix optionnel dans une construction HQE. À cet égard, la démarche HQE se présente comme une véritable opportunité pour les bibliothécaires, au sens où elle impose de traiter de façon au moins correcte des points de confort auxquels la profession est attachée vis-à-vis de ses usagers, et qui pourraient être traités de façon plus aléatoire (disons plus économique) dans une construction traditionnelle.

12Certains projets, pour lesquels les bibliothécaires ont participé activement en définissant le profil environnemental, sont d’ailleurs beaucoup plus orientés confort d’usage que développement durable. C’est le cas du projet de la médiathèque du Bachut, dont le cahier des charges a été élaboré sur la base des préconisations des bibliothécaires : sur les quatre cibles HQE retenues, trois sont des cibles de confort (thermique, acoustique et visuel). Les préoccupations bibliothéconomiques qui placent l’usager au centre du bâtiment et des services, trouvent donc un écho favorable dans la démarche HQE, grâce à la place qu’elle garantit à la qualité de vie dans les espaces intérieurs du bâtiment.

Influence de la HQE sur l’architecture de la bibliothèque

13La question se pose également de savoir si le choix de la HQE modifie l’architecture de la bibliothèque au sens où celle-ci deviendrait reconnaissable et serait porteuse d’un certain type architectural. Sur ce sujet, l’Association HQE ne fait aucune préconisation concernant les procédés ou les matériaux de construction à employer. L’analyse des différentes réalisations de bibliothèques HQE ne fait pas non plus apparaître un standard architectural. Bien au contraire, les bibliothèques HQE s’illustrent par une grande variété de formes et de matériaux, et leur qualité environnementale, bien que réelle, n’est pas pour autant visible dans leur architecture. Deux points sont cependant à signaler, qui deviennent des caractéristiques récurrentes des constructions de bibliothèques HQE : l’usage du bois et le recours à la végétation en façades.

  • 6 Les médiathèques de Béziers et du Bachut utilisent majoritairement de la pierre pour ses qualités (...)

14Le bois, parce qu’il est durable, résistant et recyclable – et sans doute aussi parce qu’il symbolise le matériau naturel par excellence – se généralise avec la construction HQE. Toutes les bibliothèques HQE ne sont certes pas en bois6, mais à peu près toutes intègrent ce matériau à plus ou moins grande échelle. Pour la bibliothèque universitaire de Reims et pour la médiathèque de Sainte-Luce-sur-Loire, le bois occupe au moins la moitié de la surface des façades. Quand il n’est pas en façade, le bois est utilisé à l’intérieur de la bibliothèque, mais il reste souvent visible de l’extérieur à travers la façade vitrée, comme pour les médiathèques du Bachut et de Colomiers.

15Le recours à la végétation devient lui aussi quasi systématique avec la construction HQE, au niveau du bâti et/ou au niveau de la parcelle sur laquelle le bâtiment est implanté. Là encore, plusieurs déclinaisons sont possibles : les bibliothèques universitaires de Reims et de Versailles sont implantées sur des îlots de verdure, la façade est de la médiathèque de Béziers donne sur un patio arboré qui filtre le rayonnement solaire ; les médiathèques du Bachut et de Sainte-Luce-sur-Loire sont dotées de toitures végétales, la façade de la médiathèque de Colomiers doit être, selon le projet initial, recouverte de glycines.

16Plus que l’architecture, c’est le fonctionnement de la bibliothèque qui se voit modifié en profondeur par la construction HQE : les systèmes de fonctionnement traditionnels (climatisation, chauffage) laissent place à des modèles passifs, économes en énergie (chauffage solaire, ventilation naturelle) ; la gestion du bâtiment a tendance à s’automatiser (gestion centralisée des ouvertures, des pare-soleil, ou du parc informatique par exemple), de sorte que la maintenance suppose de plus en plus l’intervention de techniciens ; l’entretien général du bâtiment est facilité par le choix de matériaux nécessitant peu d’entretien et l’accès aisé aux parties à entretenir.

17La démarche HQE ne révolutionne donc pas tant l’architecture de la bibliothèque que les pratiques qui l’entourent. Le produit architectural est finalement peu différent, mais c’est la façon dont il est conçu et ensuite utilisé qui change fondamentalement dans le cadre de la HQE.

DE NOUVEAUX PARAMÈTRES À INTÉGRER AU PROJET DE CONSTRUCTION

18La construction HQE fait intervenir de nouvelles contraintes techniques pour lesquelles des études supplémentaires doivent être commandées, des méthodes de travail nouvelles introduites, des équipements et des matériaux performants garantis. Le projet de construction d’une bibliothèque HQE doit ainsi intégrer de nouveaux paramètres par rapport à un projet de construction plus traditionnel. La prise en compte suffisamment tôt de ces paramètres détermine bien souvent la réussite de l’ouvrage.

Le surcoût à l’investissement

  • 7 Y compris pour les projets qui ne choisissent pas d’avoir recours à la certification.

19Le premier paramètre à considérer avec la construction HQE est celui du coût : à l’investissement, un projet HQE occasionne un surcoût7 représentant, selon les ambitions du maître d’ouvrage, de 5 à 20 % du coût total du projet. Pour la bibliothèque universitaire de Reims, ce surcoût s’est élevé à 15 % du montant des opérations, soit 3,3 millions d’euros sur un budget total de 22 millions d’euros. Il se justifie par les économies de fonctionnement qu’il doit permettre de réaliser tout au long de la vie du bâtiment : en l’occurrence, il doit permettre d’éviter tous les travaux de renouvellement ou de réparation sur les façades et toitures extérieures pendant trente ans, sur le reste de l’ouvrage pendant quinze ans.

20Dès lors, la première condition de réussite du projet HQE réside dans la prise en compte et dans l’anticipation de ce surcoût par la maîtrise d’ouvrage. Parmi les exemples de bibliothèques étudiés, les projets HQE les plus satisfaisants sont ceux qui ont été portés par une volonté politique et financière forte. À Reims notamment, des budgets complémentaires ont été apportés en cours de projet pour absorber le surcoût nécessaire à la réalisation d’une bibliothèque HQE, de sorte que le coût total de l’opération, estimé initialement à 15 millions d’euros, a finalement été porté à un peu plus de 22 millions d’euros. Pour Carine El Bekri-Dinoird, cette vision à long terme de la bibliothèque était nécessaire pour ne pas rogner sur la qualité environnementale. À l’inverse, pour le projet de la BU du Havre, certaines ambitions ont dû être revues à la baisse en cours de route par manque d’anticipation sur le surcoût HQE : les matériaux qui devaient être choisis pour leur durabilité ont finalement été remplacés par des matériaux moins chers mais de mauvaise qualité, qui ont déjà commencé à se détériorer. Le respect de l’enveloppe budgétaire initiale a déterminé des choix économiques à court terme, aux dépens de la pérennisation du bâti.

Les rapports de force pouvant peser sur la qualité du dialogue entre professionnels

  • 8 Nicolas Molle, directeur du cabinet HQE Étamine. Propos recueillis en novembre 2009.

21La construction HQE se caractérise par la survenance d’un nouveau type d’experts, porteurs de compétences que n’ont pas les architectes et les bureaux d’études techniques traditionnels. Ingénieurs spécialistes en énergétique du bâtiment, en constructions durables, en thermique, en acoustique… Ces experts s’organisent en cabinets d’études spécialisés en HQE, qui proposent leurs services aux maîtres d’ouvrage pour les aider à mener à bien leurs projets. Leur intervention peut être celle d’une assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) ou d’une maîtrise d’œuvre (MOE) associée à l’architecte. Leur rôle se révèle tout à fait central et conditionne la réussite du projet, au point qu’aujourd’hui, aucun maître d’ouvrage ne peut raisonnablement se passer de leur expertise. Le dialogue entre ce nouveau type d’expert et les professionnels habituels nous semble déterminant quant à la réussite du volet HQE du projet, voire du projet dans son ensemble. Dans les faits, les nouveaux projets de bibliothèques voient plutôt entrer en opposition experts HQE et architectes, les premiers ayant désormais un réel pouvoir de contrainte sur les seconds : « Avant la HQE, l’architecte dessinait et les bureaux d’études techniques n’intervenaient pas dans le dessin. L’architecte avait son pré carré, ses prérogatives. Avec la HQE, les bureaux d’études HQE interviennent avant et pendant le dessin. Le principe est que les compétences sont partagées.8 »

Reims, bibliothèque universitaire section Droit-Lettres

22En faisant peser sur eux de nouvelles contraintes par le biais de ces nouveaux experts, la démarche HQE est largement perçue par les architectes comme une remise en question de leurs compétences et pratiques professionnelles. En 2005, le conseil national de l’Ordre des architectes a ainsi quitté l’Association HQE, dont il était pourtant membre actif depuis plusieurs années, récusant une démarche HQE jugée « minimaliste », « technicienne » et « castratrice9 ». Xavier Bouanchaud, architecte de la médiathèque de Sainte-Luce-sur-Loire, interrogé à ce sujet en 2009, indiquait que, tout en étant pourtant favorable à la démarche HQE, le respect de la norme et l’intervention de cabinets d’études HQE avaient pour effet de transformer le projet architectural en art de « placer la petite croix dans la bonne case, plutôt que de penser à chaque fois à une réponse adaptée10 ». Au vu de cette position largement partagée par la profession des architectes, les projets HQE équivalent souvent à des situations tendues dans lesquelles le dialogue et le partage de compétences entre les différents intervenants sont largement compromis.

  • 11 Voir son ouvrage : HQE, Marseille, Transbordeurs, 2006. 33 p.

23À Colomiers, la toute nouvelle médiathèque HQE a eu pour maître d’œuvre l’architecte Rudy Ricciotti, qui ne cache pas son opposition farouche à la démarche HQE11. Sans préjuger de la qualité environnementale du bâtiment concerné, se pose néanmoins la question de savoir comment et dans quelle mesure il est possible de faire de la HQE avec un maître d’œuvre qui y est fondamentalement hostile.

24Le constat relayé ici des tensions existant entre architectes et experts HQE n’a certes pas valeur de loi, mais dès lors qu’il est officialisé par l’une des deux parties (en l’occurrence par l’Ordre des architectes), il doit attirer l’attention des professionnels de bibliothèques qui auraient à prendre part à un projet de construction HQE.

La formation des utilisateurs à la gestion technique du bâtiment HQE

25La nouveauté et la complexité de la démarche HQE peuvent inciter à la traiter comme un aspect complémentaire du projet architectural. Or traiter à part le volet HQE conduit – ce fut le cas au Havre − à le traiter techniquement, sans le relier à la réflexion sur la fonctionnalité du bâtiment.

26Cette technicité pose des problèmes dans la gestion quotidienne du bâtiment HQE, quand demeurent seuls aux commandes les utilisateurs, peu familiers des techniques et outils au service de la HQE. Au Havre, la complexité technique du système de chauffage-refroidissement ne permet pas toujours au personnel de la bibliothèque de maîtriser la température intérieure des espaces. À la médiathèque de Sainte-Luce-sur-Loire, le personnel est également confronté à une gestion très pointue du bâtiment, pour laquelle il n’a pas été formé et qui contraint les utilisateurs à subir des températures anormalement hautes l’été et basses l’hiver.

27Les bénéfices de la HQE peuvent donc facilement être perdus en phase d’exploitation, du fait de l’absence de formation des personnels utilisateurs à la gestion du bâtiment HQE.

La question du suivi du bâtiment en phase d’exploitation

28La qualité environnementale d’un bâtiment suppose enfin la durabilité de ses performances. Ces performances cependant ne font que rarement l’objet d’un suivi en phase d’exploitation. Les cabinets d’études HQE sont censés, dans le cadre de leur intervention en qualité d’assistance à la maîtrise d’ouvrage, assurer ce suivi pendant les premières années de vie du bâtiment. Dans les faits, leur participation s’arrête généralement à la livraison de l’ouvrage.

Reims, bibliothèque universitaire section Droit-Lettres

29À Reims, la nécessité d’un suivi du bâtiment a été intégrée par la maîtrise d’ouvrage, qui a demandé à ce que soit effectué un relevé régulier des consommations de chauffage, d’eau et d’électricité. Ce suivi n’a plus été assuré pendant un temps car l’université de Reims Champagne-Ardenne avait supprimé le poste d’agent d’entretien responsable de ces relevés. Pour tous les autres exemples étudiés, aucun système de suivi de l’ouvrage n’a été mis en place, de sorte qu’aucune évaluation objective – et par là nous entendons quantifiée – des performances environnementales ne peut aujourd’hui être fournie.

30En l’absence de suivi, il est difficile de savoir si un projet qui s’est voulu HQE mérite toujours cette appellation après quelques années de fonctionnement. Il est difficile également d’apporter d’éventuelles corrections sur des cibles dont le traitement ne peut être évalué que par un contrôle régulier mené sur la durée. Pour les constructions non certifiées, la HQE pourrait alors n’être plus qu’un nom, sans garantie de performances environnementales réelles. Les projets librement inspirés de la démarche HQE atteignent sans doute ici leur limite.

31L’architecture des bibliothèques doit désormais compter avec la démarche HQE, seule voie reconnue en France à ce jour pour une construction durable et responsable. Depuis les années 2000, les projets de bibliothèques HQE ne cessent de se multiplier et permettent d’intégrer bien mieux que par le passé la réflexion sur les frais de fonctionnement, sur les problématiques de confort et sur l’impact environnemental du bâtiment.

32La démarche HQE n’est cependant qu’une étape dans la progression rapide des réglementations thermiques et des labels qui y sont associés. En 2020 entrera en vigueur la norme « bâtiments à énergie positive », désignant des constructions qui ne sont plus seulement économes en énergie mais qui en produisent. Cette nouvelle norme appliquée à la bibliothèque conduira à des changements architecturaux beaucoup plus flagrants que ceux induits actuellement par la démarche HQE.

Bibliographie

PISTES BIBLIOGRAPHIQUES

Ademe, Bâtiment et démarche HQE. [En ligne] <http://www2.ademe.fr/servlet/&amp;p1=5863&amp;p2=&amp;ref=12441>.

Association HQE, [En ligne] <http://www.assohqe.org/>.

Belmont (Yves), Qu’est-ce que le développement durable ? Les bâtiments. Intervention à la journée d’étude Médiat Rhônes-Alpes, janvier 2009. [En ligne] <http://mediat.upmf-grenoble.fr/61392489/0/fiche___pagelibre/&amp;RH=MEDIATFR&AMP;RF=MEDIATFR_PROF>.

Caraco (Alain), « Les bibliothèques à l’heure du développement durable », Bulletin des bibliothèques de France, 2008, t. 53, n° 3, p. 75-83.

Drognat-Landre (Noëlle), « Bibliothèques et développement durable », Bulletin des bibliothèques de France, 2009, t. 54, n° 4, p. 96-97.

Gauzin-Müller (Dominique), L’architecture écologique : 29 exemples européens : enjeux et perspectives, urbanisme et développement durable, architecture et qualité environnementale, Paris, Le Moniteur Éditions, 2001, 287 p.

International Federation of Library Associations (Ifla), Déclaration des bibliothèques et du développement durable, août 2002. [En ligne] <http://archive.ifla.org/III/eb/sust-dev02-fr.html>.

Quereux-Sbaï (Delphine), « De la difficulté de prévoir… », BIBLIOthèque(s) : revue de l’Association des bibliothécaires français, mai 2009, n° 44, p. 26-28.

Vesque-Jeancard (Valérie), « développement durable : quel impact financier pour les bibliothèques », BIBLIOthèque(s) : revue de l’Association des bibliothécaires français, mai 2009, n° 44, p. 34-37.

Notes

1 Caraco (Alain), « Les bibliothèques à l’heure du développement durable », BBF, 2008, t. 53, n ° 3, p. 82.

2 Voir la Déclaration des bibliothèques et du développement durable adoptée par l’Ifla lors de la réunion qui s’est tenue à Glasgow à l’occasion du 75e anniversaire de sa formation. Site de l’Ifla : <http://www.ifla.org/en/publications/statement-on-libraries-and-sustainable-development>.

3 Clain (Fanny), Constructions HQE: un nouveau modèle architectural pour les bibliothèques ? Mémoire d’étude, diplôme de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Delphine Quereux-Sbaï, Villeurbanne, enssib, 2010.

4 Voir la version 2011 du référentiel QEB, Référentiel Générique Neuf Bâtiments Tertiaires, applicable au 12 octobre 2011 sur le site de Certivéa.

5 Les informations sur les performances environnementales des bâtiments étudiés ont été fournies dans chaque cas par la direction de la bibliothèque.

6 Les médiathèques de Béziers et du Bachut utilisent majoritairement de la pierre pour ses qualités isolantes (isolation thermique et acoustique) ; la bibliothèque universitaire du Havre et la médiathèque de Béziers utilisent de la brique en terre cuite, également pour ses qualités isolantes ; la médiathèque de Colomiers utilise massivement le béton, matériau peu polluant et dont la construction demande peu d’énergie.

7 Y compris pour les projets qui ne choisissent pas d’avoir recours à la certification.

8 Nicolas Molle, directeur du cabinet HQE Étamine. Propos recueillis en novembre 2009.

9 Site de l’Ordre des architectes : <http://www.architectes.org/developpement-durable/debats/l2019ordre-des-architectes-quitte-l2019association-hqe/l-ordre-des-architectes-quitte-l-association-hqe>.

10 Propos recueillis en novembre 2009.

11 Voir son ouvrage : HQE, Marseille, Transbordeurs, 2006. 33 p.

Table des illustrations

Légende Colomiers, médiathèque-centre d’art Pavillon Blanc
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Colomiers, médiathèque-centre d’art Pavillon Blanc
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1244/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Colomiers, médiathèque-centre d’art Pavillon Blanc
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1244/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende Reims, bibliothèque universitaire section Droit-Lettres
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1244/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Reims, bibliothèque universitaire section Droit-Lettres
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1244/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Titulaire d’un master d’histoire de la philosophie, conservateur d’État des bibliothèques, Fanny Clain est actuellement en poste au SCD de l’université d’Aix-Marseille où elle est chargée de la communication et de l’évaluation des bibliothèques. Elle a consacré son mémoire d’étude pour le diplôme de conservateur des bibliothèques à l’impact de l’architecture « haute qualité environnementale » sur la construction des bibliothèques.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search