Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques populaires à la lecture publique

 | 
Agnès Sandras

Partie III. Le réel dynamisme des bibliothèques « “populaires” » au XIXe siècle

La Bibliothèque de Marianne. Les bibliothèques populaires du Jura (1860-1914)

Denis Saillard

Texte intégral

  • 1 Urbain Lardanchet, président de la bibliothèque populaire de Desnes, « Mémoire adressé à M. le Préf (...)

« Établir un courant intellectuel en opposition
à cette ignorance apathique qui est le mal du pays. »1

  • 2 Danielle Ducout, Jacky Theurot et Michel Vernus, L’aventure du livre en Franche-Comté, Besançon, Ce (...)

1Dans le Jura, le développement des bibliothèques populaires a principalement lieu au cours des premières décennies de la IIIe République. Ce mouvement prend une certaine ampleur ; il concerne un cinquième des communes du département, par conséquent des zones majoritairement rurales où la diffusion du livre n’avait souvent été assurée jusque-là que sporadiquement, par le colportage notamment, et concernait en premier lieu des ouvrages de piété2.

2Comment cette toute nouvelle offre de lecture se met-elle en place ? Quels acteurs et réseaux sociopolitiques la prennent en main ? Quelles sont leurs conceptions ? Les bibliothèques populaires ont-elles pu trouver les moyens de perdurer ?

  • 3 Série T (Enseignement général, affaires culturelles, sports) des archives départementales ; archive (...)
  • 4 Ce thème a été défriché par Maurice Agulhon, notamment dans La République au village : les populati (...)

3Les sources dont on dispose pour reconstituer l’histoire des bibliothèques populaires dans le Jura sont lacunaires3, mais donnent des éléments intéressants sur leur création, leur fonctionnement, les lecteurs et les catalogues. Sans méconnaître ni sous-estimer la place occupée par les bibliothèques scolaires dans le développement de la lecture, d’autant que certaines pratiquent également le prêt de livres aux adultes, l’étude présente se focalise sur les bibliothèques populaires communales et associatives, souvent appelées « libres » dans les documents administratifs. L’accent est porté sur ces dernières. Afin d’être reconnues, elles doivent transmettre aux autorités une liste des sociétaires qui, dans la majorité des cas, acquittent une cotisation. Au-delà de leur rôle dans la propagation de la lecture, les bibliothèques populaires, par leur mode d’organisation et de fonctionnement, constituent aussi une forme de sociabilité4. Dans le Jura, les républicains disposent, bien avant 1870, d’une bonne implantation, tandis que les idées des théoriciens socialistes comtois Fourier, Considerant et Proudhon, cheminent sous plusieurs formes. Dans quelle mesure l’histoire des bibliothèques populaires croise-t-elle celle des associations républicaines et socialistes ?

Un terreau favorable…

  • 5 Michel Vernus, « Lecture et bibliothèques populaires dans la région de St-Claude », Les Amis du Vie (...)

4L’absence de données statistiques sur les bibliothèques populaires pour l’ensemble de la France empêche d’évaluer avec précision l’importance de leur développement dans le Jura. Néanmoins, nous savons que la France du Nord et de l’Est s’est alphabétisée plus précocement que celle du Sud et de l’Ouest. Parmi les conscrits de la classe 1858 originaires de l’arrondissement de Saint-Claude, 1,6 % seulement ne savent ni lire ni écrire ; ce taux est de 6,4 % dans l’arrondissement de Dole et de 8,6 % dans celui de Lons-le-Saunier5. Dans les années 1860, le Jura et le département voisin du Doubs font partie des dix départements français comptant les plus forts pourcentages d’enfants scolarisés. Il se pourrait qu’avec près d’une bibliothèque populaire pour 5 communes à l’apogée du développement au milieu des années 1880, notre terrain d’étude se situe au-dessus de la moyenne nationale.

  • 6 Voir Noë Richter, La lecture et ses institutions, 1, La lecture populaire, 1700-1918, op. cit., 198 (...)

5En France, dans les années 1860, simultanément aux bibliothèques scolaires prescrites par l’arrêté du ministère de l’Instruction publique du 1er juin 1862, les bibliothèques populaires se développent sous l’impulsion de quelques personnalités locales, comme le jeune pasteur du Pays de Montbéliard, Léon Brétégnier, et surtout d’associations comme la Société Franklin et la Ligue de l’enseignement créée par Jean Macé en 18666. Au sens strict du terme il s’agit de bibliothèques pour adultes distinctes des scolaires, comme le précisent nombre de circulaires officielles et de textes de promoteurs :

  • 7 Urbain Lardanchet, doc. cité.

« On comprendra que ce n’est pas le tout que de savoir lire à l’École, mais qu’il faut lire pour apprendre à savoir qu’on ignore une foule de choses utiles ; que la vie de l’homme est une culture continuelle à entretenir, si on veut se conserver dans les conditions de notre nature essentiellement perfectible, qui est un progrès continu jamais interrompu. »7

  • 8 Voir les deux listes détaillées I et II à la fin de la contribution.

6Des Sociétés des bibliothèques populaires fleurissent à l’échelle des arrondissements, mais, dans le Jura, leur action reste limitée faute de moyens financiers. Alors qu’en Alsace et dans le département voisin du Doubs le mouvement démarre rapidement, le Jura semble n’avoir compté qu’une seule bibliothèque populaire non scolaire sous le Second Empire : celle de Dole, la ville la plus peuplée du département, créée en 1864 grâce à la Société Franklin. La première grande vague de créations jurassiennes débute peu de temps après la proclamation de la IIIe République. En l’espace de quelques années, jusqu’à la première enquête officielle récapitulative de 1878, une bonne cinquantaine de bibliothèques populaires voient le jour. Sept ans plus tard, ce nombre a quasiment doublé8. Leur répartition géographique est loin d’être équilibrée. Il existe un grand nombre de bibliothèques populaires dans le sud-est du département (arrondissement de Saint-Claude), puisque le tiers des communes en disposent, tandis que cette proportion oscille entre 11 et 18 % dans les trois autres arrondissements, soit de deux à trois fois moins. D’un canton à l’autre, les variations sont bien entendu plus marquées encore : le canton de Bletterans (arrondissement. de Lons-le-Saunier) détient la palme avec une proportion de 83 %, et ceux de Saint-Claude (62 % voire 80 % si l’on comptabilise le nombre brut de bibliothèques et non celui des communes), Lons (42 %), Chaumergy (proche de Dole, 30 %), Les Bouchoux (proche de Saint-Claude, 25 %) et Champagnole (arrondissement. de Poligny, 25 %) bénéficient d’un « réseau » plus dense que la moyenne. Inversement plus de la moitié des cantons ont moins d’une bibliothèque populaire pour dix communes, quatre n’en ont aucune en 1885.

... cultivé par des républicains

  • 9 Voir note 6.

7La multiplication des bibliothèques populaires dans le Jura doit beaucoup à l’action de quelques personnalités locales, des républicains dans la grande majorité. Emmanuel Vauchez, Jean Bourgeois, Ernest Figurey, et davantage encore Victor Poupin et Henri Ponard sont les principaux acteurs de ce mouvement. Vauchez (1836-1926), né à Courlans, un village tout proche de Lons-le-Saunier, n’est autre que le vice-président de la Ligue de l’enseignement, fondée par Jean Macé9 avec le Cercle parisien du même nom. Les Dolois Figurey (1836-1903), journaliste de l’agence Havas à Paris et correspondant de plusieurs titres provinciaux, et Jean Bourgeois (1831-1900), futur député radical, font eux aussi partie des cadres de cette association nationale. De même que Victor Poupin (1838-1906), qui en est le secrétaire à la fois à Paris et dans le Jura, tandis que le jeune Henri Ponard (1861-1928), futur leader socialiste sanclaudien, est lui aussi séduit par les objectifs d’éducation populaire poursuivis par la Ligue de l’enseignement.

  • 10 Denis Saillard, « Victor Poupin et la propagande républicaine radicale dans le Jura 1870-1906 », Tr (...)

8Il convient de s’arrêter sur la figure de Victor Poupin, conseiller général de Champagnole à partir de 1883 et député du Jura de 1885 à 189710. Juriste de formation, il a d’abord tenté une carrière littéraire. Dans ses premières œuvres, notamment Les Labourdière 1789-1859 roman-étude sur le Jura, paru en 1861, l’inclination républicaine de cet écrivain parisien, qui ne connaît guère la région que par les souvenirs d’une famille catholique bourgeoise, n’est guère évidente. Cependant, il fréquente de plus en plus les cercles et les bureaux des journaux de l’opposition, où il côtoie de nombreux républicains : Prévost-Paradol, Macé, Joigneaux... Il lit les œuvres de Voltaire et Michelet et rencontre le fouriériste polinois Wladimir Gagneur qui lui fait prendre conscience des réalités rurales du Jura et lui vante les mérites de la Libre-Pensée. En 1863, il crée la Bibliothèque nationale, collection populaire de textes classiques où paraissent, dans sa propre traduction, les Satires de Juvénal et De la République de Cicéron.

  • 11 Le Patriote morézien, 21 mai 1882.

9C’est sans doute dans les dernières années du Second Empire que Victor Poupin entre dans la franc-maçonnerie. Il s’oriente définitivement vers la propagande et le journalisme politiques. Il lance la Bibliothèque démocratique, une collection bon marché d’ouvrages politiques pour laquelle il s’est assuré la collaboration de figures du « parti » républicain comme Gambetta, Louis Blanc, Schoelcher, Claretie, Garnier-Pagès, Michelet, Quinet, Nadaud, ... ; en 1882, Victor Poupin affirmera avoir écoulé 500 000 exemplaires de cette collection dans toute la France11. Pendant l’Ordre moral, il est révoqué de l’administration des Beaux-Arts et six volumes de sa Bibliothèque démocratique sont poursuivis en justice. Néanmoins, il lance deux nouvelles collections, la Bibliothèque des Libres Penseurs et la Bibliothèque des prolétaires. C’est aussi à ce moment que Poupin tente de s’implanter dans le Jura. Il y diffuse à partir de 1874 un Almanach du bon citoyen et relaie l’action de la Ligue de l’enseignement en faveur de la création de bibliothèques populaires, qui constitue l’un des éléments clefs de sa propagande pour républicaniser l’opinion publique.

Les rouages du réseau républicain

  • 12 Il s’agit probablement d’une bibliothèque populaire scolaire ; ADJ, 5 E 275/63.
  • 13 Dix volumes publiés de 1867 à 1873 représentants au total huit mille pages ; voir Denis Saillard, L (...)
  • 14 ADJ, T 1906.
  • 15 Auteur du Salut par l’éducation et De l’ignorance des populations rurales et ouvrières de la France(...)
  • 16 Lettre de Jeantet au maire de Saint-Claude, 7 mai 1873 ; ADJ, T 1906.

10Les premières bibliothèques populaires jurassiennes fondées sous le Second Empire ou dans les toutes premières années de la IIIe République ne sont que rarement d’inspiration républicaine. Dans la commune de Foncine-le-Haut, en 1867, si la bibliothèque12 comprend des livres de Silvio Pellico et Erckmann-Chatrian reçus du ministère de l’Instruction publique, elle fait la part belle aux ouvrages de religion et possède déjà les premiers volumes de L’Histoire de la persécution révolutionnaire dans le département du Doubs (1789-1801), la somme de Jules Sauzay13 ; la grotte du Creux Maldru, située sur le territoire de la commune, avait en effet constitué un refuge pour de nombreux prêtres réfractaires de la Terreur au Consulat. La Société de secours mutuels la Sanclaudienne de Bon Secours possède l’une des rares bibliothèques associatives qui ait réussi son implantation avant 1876. Son catalogue, imprimé en avril 1873, représente assez bien ceux des bibliothèques populaires non affiliées au réseau de la Ligue de l’enseignement14. Son président, le négociant Henry Jeantet, suit les principes de Charles Robert15 et de la Société Franklin16 pour développer la lecture parmi les ouvriers de la ville. Elle possède 650 volumes, dont 120 d’histoire. Nous y trouvons des ouvrages généralement peu goûtés par les républicains : Lettres édifiantes des missionnaires de 93 d’Exanvillez ; Nodier, épisodes et souvenirs de sa vie par Mme Mennessier-Nodier ; Un séjour en France de 1792 à 1795 de Taine ; La société française pendant la Révolution des frères Goncourt ; les livraisons de la Revue des Deux Mondes, de 1864 à 1873. Ce catalogue est d’une relative hétérogénéité politique puisqu’on y trouve aussi : huit titres d’Erckmann-Chatrian ; Hoche d’Émile de Bonnechose ; Histoire de France d’Henri Martin ; L’ancienne France et la Révolution du philosophe Jean-Félix Nourrisson.

  • 17 La Démocratie franc-comtoise, 27 avril 1874.

11Par l’intermédiaire des bibliothèques populaires, Victor Poupin et ses amis jurassiens entendent bien diffuser les idées républicaines, notamment dans les campagnes jusque-là restées totalement en dehors du mouvement des bibliothèques associatives. En 1874, le préfet du Jura, applaudi par Le Courrier du Jura, suspend le conseil municipal du village de Saint-Pierre (c. de Saint-Laurent) qui a fondé une bibliothèque communale comportant des brochures de la Bibliothèque démocratique. La presse républicaine s’en prend, quant à elle, aux « cléricaux » qui diffusent Les prétendus bienfaits de la Révolution de Mgr de Ségur17. Avec la fin de l’Ordre moral et la victoire des républicains en 1876, les créations de bibliothèques populaires se font désormais avec peu d’entraves ministérielles. Le 24 septembre, Poupin prononce à la mairie un discours lors de la première assemblée des membres fondateurs de la bibliothèque populaire de Lons-le-Saunier (150 adhérents, plus de 400 volumes). Il détaille les avantages financiers et idéologiques que présente l’affiliation au Cercle parisien de la Ligue de l’enseignement :

  • 18 Almanach du bon citoyen, 1877, p. 77.

« Le Cercle n’a pas de catalogue particulier. Mais il accepte toujours et très volontiers de guider dans leur premier choix les personnes qui lui font l’honneur de lui demander un conseil. En tête des livres qu’il recommande figurent à juste titre des livres d’histoire et de science vulgarisée. »18

  • 19 Remarquons que dans ses statuts il était porté que « les dames [étaient] instamment priées d’assist (...)
  • 20 Statuts du 10 janvier 1879. La création de bibliothèques populaires y est explicitement donnée comm (...)

12La création de bibliothèques populaires à Colonne en 1883 et aux Moussières en 1884 nous renseigne sur l’organisation du « réseau jurassien ». C’est la Société républicaine d’instruction de Dole, fondée en 187819, qui gère les demandes de livres des maires ou des responsables. Ceux-ci lui versent 70 francs et la Société leur envoie en retour 83 livres comme base de départ. Grâce à une cotisation annuelle de 6 francs, les bibliothèques populaires font partie de la fédération créée par la Ligue de l’enseignement. Ce système se met également en place dans la région de Saint-Claude où une Société républicaine d’instruction est créée en 187920.

  • 21 ADJ, T 1256.

13Parfois, les fondateurs de bibliothèques populaires doivent batailler avec les maires de leur commune pour obtenir une subvention municipale qui, dans bien des cas, se révèle cruciale pour l’avenir de leur projet de lecture associative. Le 4 mai 1881, les sociétaires de Lect se plaignent au préfet du Jura de l’hostilité, pour des raisons idéologiques, de leur maire21. À Desnes, en 1876-77, le conseil municipal veut bien voter une subvention de 100 francs pour le démarrage de la bibliothèque populaire, mais à la condition expresse qu’elle ne soit pas gérée par Urbain Lardanchet, jugé beaucoup trop extrémiste ; en effet, ce dernier ne cache pas son attachement à la laïcité et ses démêlés avec le curé du village, contre lequel il a porté plusieurs fois plainte pour diffamation. Le curé aurait dit en chaire que :

  • 22 Lettre au préfet du Jura, 26 mai 1876 ; ADJ, T 1906.

« les livres que [Lardanchet voulait] livrer au public sont immoraux sales, orduriers, contre la religion et protestants. »22

14Lardanchet affirme respecter la liberté religieuse, mais justifie la nécessité de propager une morale laïque :

  • 23 Mémoire cité, 10 octobre 1876, ibid.

« Il ne m’appartient pas d’affirmer ou de contester l’utilité du [catéchisme et de la Bible] ; il me suffit de savoir que le Gouvernement les tolère pour les respecter, autant que la liberté de conscience me pousse, au nom de cette même tolérance, à demander, l’autorisation de faire lire aussi à ces mêmes intelligences, d’autres livres, d’une morale aussi sûre, d’une utilité plus pratique, plus circonstanciée aux besoins de chaque jour, et pour tous. »23

15Les recommandations auprès du préfet et du ministère sont souvent décisives pour assurer la pérennité d’une bibliothèque populaire. Le réseau des élus entre alors en action. Le conseiller d’arrondissement Regad plaide pour :

  • 24 Lettre au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 5 avril 1901 ; ADJ, T 1256.

« [...] une œuvre démocratique digne du plus grand intérêt. La population des Hautes Molunes, comme celle des régions montagneuses du Jura, cherche à s’émanciper au point de vue intellectuel. [...] Il est donc nécessaire de l’aider dans cette lutte contre l’esprit rétrograde. »24

  • 25 Républicain modéré certes, mais qui peut se prévaloir d’avoir été exilé en décembre 1851, alors que (...)
  • 26 Le Patriote morézien, 14 mai 1882. Bavoux est réélu.
  • 27 Le Jura socialiste, 18 mars et 15 avril 1899.

16D’autres mettent en avant les derniers résultats électoraux pour montrer qu’il faut absolument entretenir la flamme républicaine dans certains villages. Les bibliothèques populaires deviennent d’ailleurs parfois des enjeux de l’incessante bataille politique qui oppose les partis. Aux élections législatives de 1882, le radical Victor Poupin, affirme que Napoléon Bavoux25, son principal adversaire, se désintéresse de l’éducation puisqu’il était absent lors de la fondation de la bibliothèque populaire de Lajoux en avril. Bavoux se défend en mettant en avant que le Jura est endetté par la construction des chemins de fer et argue que c’est au ministère de l’Instruction de prendre en charge ce genre d’associations ; néanmoins il affirme avoir lui-même souscrit pour une somme de 25 francs à la création de la bibliothèque populaire de Lajoux26. En 1899, Henri Ponard doit se défendre à plusieurs reprises27 de l’accusation, formulée par L.-N. Gauthier, conseiller général et maire de Molinges, d’avoir confisqué les livres de la bibliothèque populaire de Noirecombe qu’il a fondée en 1878.

  • 28 La commune de Moiron utilise en 1878 du papier en feuilles doubles avec deux filigranes : un buste (...)
  • 29 Sur 1848 dans le Jura, voir les études de Pierre Merlin pour la Société d’émulation du Jura et Deni (...)
  • 30 Louis Pernier s’occupe des organisations mutuellistes de Tressus-Chaumont jusqu’à sa mort en 1911. (...)

17Afin de tisser la toile des « bibliothèques de Marianne »28, Poupin et Vauchez s’appuient sur les cadres républicains locaux, qui appelaient de leurs vœux le développement de la lecture publique depuis un certain temps déjà : de nombreux instituteurs et aussi des maires (ou de futurs maires) dont plusieurs agriculteurs, vignerons et artisans. À Saint-Claude et dans ses environs, les traditions mutuellistes qui caractérisent le milieu ouvrier et artisanal (tailleurs de pierres précieuses, métiers sur le bois…) expliquent l’important développement des bibliothèques populaires. Plusieurs présidents de bibliothèques populaires sont francs-maçons et/ou libres penseurs, comme le docteur Pactet, maire de Mont-sous-Vaudrey de 1878 à 1888 et conseiller général de Montbarrey pendant plus de trente ans ; Louis Robert, ancien quarante-huitard29, à Monnières ; Urbain Lardanchet à Desnes ; Célestin Mondragon, maire révoqué du 4 septembre, à Montaigu ; ou donc encore ce jeune paysan-tourneur sur os, bois et corne de dix-sept ans, Henri Ponard qui fonde une bibliothèque populaire dans l’un des hameaux de Cinquétral, près de Saint-Claude, et organise bientôt des lectures à haute voix le dimanche pour créer d’autres bibliothèques dans les communes avoisinantes ; à Tressus-Chaumont, c’est l’ouvrier lapidaire Louis Pernier qui prend les rênes de la bibliothèque populaire puis crée un Patronage des écoles publiques et une Mutuelle30. Plusieurs protestants figurent également dans ce mouvement, tels les pasteurs de Lons-le-Saunier et Morez, la seconde ville ouvrière du Haut-Jura, mais leur rôle est plus limité que celui de Brétégnier dans le Pays de Montbéliard où le culte réformé est majoritaire.

Un large éventail de lecteurs : « couches nouvelles », paysans et ouvriers

  • 31 Nous avons pris la profession indiquée sur le registre de la bibliothèque populaire sans tenir comp (...)

18Lors de la création des bibliothèques, le nombre des sociétaires est souvent conséquent : 19 à Pillemoine (117 habitants) et 39 au Vaudioux (280 hab.), deux villages du canton de Champagnole. Ils sont 46 dans le bourg de Port-Lesney (830 hab.). Les archives préfectorales indiquent la répartition par profession31 dans plusieurs communes, au Vaudioux : 19 cultivateurs, 6 artisans (3 charrons, 1 sabotier, 1 cordonnier, 1 maréchal-ferrant), 4 mécaniciens, 2 cantonniers, 1 fromager, 1 géomètre, 1 marchand de bois, 3 rentiers et 2 retraités ; à Port-Lesney : 14 propriétaires, 5 propriétaires-cultivateurs, 3 rentiers, 4 négociants, 2 fondeurs en cuivre, 9 artisans (menuisiers…), 4 commerçants, 1 employé des chemins de fer, 1 président honoraire de la cour du Sénégal, 1 licencié en droit, 1 clerc de notaire, 1 sous-officier en retraite.

  • 32 ADJ, T 1906.

19Les « couches nouvelles » définies par Gambetta, c’est-à-dire la petite bourgeoisie urbaine, sont très bien représentées : artisans, petits métiers, boutiquiers, employés, fonctionnaires… ; tandis que des médecins, magistrats, négociants ou rentiers ne dédaignent pas emprunter des livres. Leur présence, parfois importante comme à Mont-sous-Vaudrey, la petite ville du président Grévy, peut aussi s’expliquer par leur implication financière dans le fonctionnement de la bibliothèque. Il paraît possible que certains d’entre eux adhèrent surtout par solidarité afin de développer la lecture publique parmi des familles moins aisées. La proportion de cultivateurs, auxquels nous joignons les vignerons du Revermont, est bien entendu très forte en milieu rural et semi-rural, jusqu’à 100 % à Pillemoine et Loulle sur le plateau de Champagnole32. Mais c’est sur l’ensemble qu’elle se révèle la plus intéressante à déterminer : elle avoisine un tiers, ce qui signifie qu’une part significative de ce groupe social a été touchée.

  • 33 Ibid.
  • 34 ADJ, T 1256.

20Les républicains se préoccupent également de la lecture des ouvriers. Ces derniers peuplent les villes où l’industrie se développe (Saint-Claude, Morez, Dole, Champagnole…), mais vivent aussi en milieu rural dans le sud-est du département où la taille de pierres précieuses, la tournerie sur bois et la tabletterie notamment sont très dispersées. Par exemple à Charchilla (303 hab.), dans la Petite Montagne, les tourneurs représentent le tiers des 53 sociétaires de la bibliothèque populaire33. À Tressus-Chaumont, plus de la moitié des 30 membres à la fondation sont des ouvriers. Treize ans plus tard en 1891, 6 au moins des 7 membres du bureau de l’association, qui compte désormais 50 personnes, sont des ouvriers. À Tressus Saint-Claude, en mars 1883, les ouvriers lapidaires forment une large majorité des sociétaires, 22 sur 28, et le président, Henri Vuillet exerce ce métier. La proportion est semblable à Septmoncel (1 430 hab.) en 1898, puisque nous comptons 25 ouvriers lapidaires parmi les 32 membres ; à leurs côtés figurent 3 menuisiers, 1 manœuvre, 1 instituteur, 1 chef de musique et 1 négociant34. Parmi les travailleurs de cette industrie rurale et semi-rurale se détachent par conséquent les tailleurs de pierres précieuses, qui font en quelque sorte figure « d’élite ouvrière » ; les tourneurs apparaissent également dans les associations de plusieurs villages ; les tabletiers, mais notre documentation est fort lacunaire ici, semblent les moins présents en nombre absolu comme en proportion.

21Des femmes se sont inscrites comme sociétaires de bibliothèques populaires dans 8 des 19 communes jurassiennes pour lesquelles nous disposons de la liste des membres, et dans seulement 1 (Tressus-Chaumont) des 5 communes industrieuses du sud-est. Leur nombre est faible, variant de 1 à 4. Une exception : 10 femmes, soit 1/6 des membres, figurent sur la liste de la bibliothèque de Mont-sous-Vaudrey en 1877, dont le président est Jules Grévy qui tient alors le perchoir de la Chambre des députés. Cette commune ne compte pas plus de 930 habitants, mais elle a des allures de petite ville. La très faible présence ou l’absence des femmes parmi les membres n’est pas surprenante, car il était de coutume que ce soit le chef de famille qui s’inscrive. Une poignée d’entre elles seulement semble exercer un métier : une couturière Ester Reffay à Charchilla, deux négociantes, les sœurs Comte à Mont-sous-Vaudrey et une cultivatrice, Adèle Thévenin, peut-être veuve, au Vaudioux. Il est donc très difficile de connaître des détails sur le développement de la lecture des femmes par l’intermédiaire des bibliothèques populaires associatives, mais comme un livre emprunté par un chef de famille est probablement lu par plusieurs personnes, il est évident que la plupart des femmes qui savent lire ont également bénéficié de ce nouveau réseau de lecture.

22Comme, d’autre part, rien n’empêche un emprunteur de prêter un livre à un ami ou un voisin, il faut donc multiplier les prêts indiqués sur les registres des bibliothèques par un coefficient. Ainsi, l’estimation, faite avec la plus grande réserve, étant donné le faible nombre d’éléments à notre disposition permettant de déterminer un coefficient, de 15 000 à 20 000 Jurassiens, pour une population totale qui varie de 288 000 en 1876 à 252 000 habitants en 1911, ayant lu des ouvrages provenant des seules bibliothèques populaires communales ou associatives, nous paraît réaliste. Ce fut sans doute une expérience temporaire pour certains d’eux, ne serait-ce qu’en raison des difficultés rencontrées très tôt par des bibliothèques, et beaucoup plus durable pour d’autres. En 1848, les paysans et, plus généralement, les ruraux jurassiens avaient déjà soutenu les « démocs-socs » dans d’assez fortes proportions, mais le travail de propagande était tout de même à refaire pour la nouvelle génération républicaine épaulée par quelques quarante-huitards. Les bibliothèques populaires communales et associatives leur ont permis de toucher une proportion relativement importante de la population adulte jurassienne et de ne pas compter que sur le maillage lacunaire des bibliothèques scolaires.

Instruction générale et politique

  • 35 Nous aimerions beaucoup connaître la proportion des bibliothèques scolaires (401 déclarées ouvertes (...)
  • 36 C’est-à-dire ici scolaires, communales et associatives.

23L’association au niveau communal permet de surcroît de ne pas dépendre de l’inspecteur académique pour le choix des livres quand la bibliothèque scolaire prête également des livres aux adultes35. Si à partir des années 1880, cette question devient un peu moins importante, il faut garder à l’esprit que, dans les années 1870 comme au cours de la décennie suivante, la plupart des bibliothèques populaires associatives jurassiennes procèdent du combat politique républicain. En novembre 1880, Marius Topin, inspecteur général des bibliothèques populaires36, établit, lors d’une série de conférences dans le département, une longue comparaison de l’enseignement sous l’Ancien Régime et celui qui se met progressivement en place depuis 1789. Il termine par un plaidoyer pour l’enseignement détaillé de l’histoire de la Révolution :

  • 37 À Lons-le-Saunier, devant plus de 200 instituteurs laïques et en présence du préfet, du député, du (...)

« Sait-on quelle était la condition de l’instituteur sous l’ancien régime ? [...] À Orchamps, par exemple, il devait préparer les ornements, sonner les cloches, balayer l’église et en un mot remplir les fonctions d’un sacristain de village. On l’appelait maître d’école ; c’est la Révolution qui lui a donné son beau nom d’instituteur, parce que, d’après le rapport de Barère, il doit être désormais chargé d’instituer des citoyens.
[... M. Topin] recueille de nombreux applaudissements lorsqu’il fait remarquer ce qu’il y a d’anormal à ce qu’un enfant ignore les journées fameuses de la Révolution, lorsqu’il sait sur le bout des doigts l’histoire de Jonas dans le ventre de la baleine et celle des trompettes de Jéricho.
En terminant, il rappelle, aux instituteurs qu’ils sont des prêtres dans l’ordre civil. Ils sont chargés de l’intelligence, de même que les prêtres dans l’ordre religieux sont chargés de l’âme. »37

  • 38 Néanmoins, le ministère de l’Instruction publique dote logiquement en priorité les bibliothèques sc (...)
  • 39 Des œuvres de Goethe, Enfantin, Lefèvre (Pauvre Jacques), Macé, etc. ADJ, T 1257.
  • 40 ADJ, T 1256.
  • 41 ADJ, T 1256.

24À leur création les bibliothèques populaires possèdent un nombre de volumes variant d’une cinquantaine à plusieurs centaines d’ouvrages ; la plupart disposent de 50 à 150 livres. Des subventions municipales, des concessions ministérielles38, des dotations du Cercle parisien de la Ligue de l’enseignement et des dons privés viennent compléter, parfois dans des proportions importantes, la liste de livres que les cotisations des sociétaires permettent d’acheter. À La Chassagne, où 55 sociétaires créent une bibliothèque populaire le 31 décembre 1881, 21 des 145 livres du catalogue, qui compte également 40 brochures, proviennent du Cercle parisien et 59 du ministère de l’Instruction publique39. Victor Poupin multiplie les dons : par exemple c’est lui qui fournit 31 des 72 ouvrages composant à l’origine la bibliothèque populaire de Viry40. En juin 1878, les quatre bibliothèques populaires simultanément fondées, grâce à Jean Bourgeois et la Société républicaine d’instruction de Dole, dans les villages de Gredisans, Amange, Falletans et Champvans, se partagent un don de livres en quantités à peu près égales41.

  • 42 Arlay, Bletterans, Montaigu, Orgelet et Perrigny (arrondissement de Lons) ; Port-Lesney (arrondisse (...)

25Il n’y a pas de rapport automatique, loin s’en faut, entre le nombre de volumes et la population totale des communes. 252 volumes sont disponibles à Port-Lesney (707 habitants en 1876), 163 à Desnes (565 hab.), 135 à Longchaumois (1765 hab., habitat dispersé), 89 à Montaigu (771 hab.), etc. À l’exception des communes où des dons privés de livres ont été effectués, peu de bibliothèques populaires créées dans les années 1876-1879 par l’intermédiaire des sociétés républicaines d’instruction et du « réseau Poupin » s’écartent des recommandations de la Ligue de l’enseignement. Dans les catalogues de dix bibliothèques populaires de communes, dont deux chefs-lieux de canton, réparties dans les quatre arrondissements jurassiens42, nous relevons, aux côtés d’ouvrages pratiques, de morale, de livres d’agriculture, d’économie domestique et rurale, de sciences, de récits de voyages et de livres de géographie, de pièces de théâtre et recueils de poésie, etc., de nombreux ouvrages historiques et idéologiques de sensibilité républicaine ; notamment des titres ayant trait aux Lumières et à la Révolution française :

    • 43 Des ouvrages de vulgarisation, mais pas son Robespierre.

    les ouvrages d’histoire d’Ernest Hamel (9/10)43, Louis Blanc (Napoléon, 7/10), Esquiros (4/10), Henri Martin (3/10) et Lamartine (Toussaint-Louverture à Port Lesney, 1/10).

  • les romans historiques d’Erckmann-Chatrian (8/10) et V. Hugo (Quatrevingt-Treize, 5/10).

  • les ouvrages de vulgarisateurs républicains : Eugène Bonnemère (6/10), V. Poupin (6/10), J. Chanaud (5/10), A. Collignon (3/10), Auguste Deschamps (2/10), Émile de Bonnechose (2/10), etc.

  • des livraisons de l’Almanach du bon citoyen de V. Poupin (2/10).

  • les œuvres des philosophes J.-J. Rousseau (1/10), Condorcet (1/10) et Mably (1/10).

  • 44 La Démocratie jurassienne, 12 février 1905.

26Dans ces bibliothèques liées au réseau des radicaux jurassiens, le catalogue comprend des ouvrages appartenant à différentes sensibilités républicaines : à Pillemoine, on peut emprunter les livres d’Henri Martin, de Lissagaray (Jacques Bonhomme) ou les Mémoires de Madame Roland ; en 1905 à Salins, figurent parmi les 33 acquisitions La République de Quinet ; Robespierre du rousseauiste comtois Hyppolite Buffenoir, admirateur du leader des Montagnards ; La Mort de Danton, la pièce antijacobine de Georg Büchner ; Le Culte de la Raison et La Révolution et les Congrégations d’Alphonse Aulard44. Nous constatons avec ce dernier exemple que les catalogues des années 1890 et 1900 sont bâtis sur le même modèle que ceux des deux décennies précédentes.

  • 45 Faut-il leur ajouter, même si ce ne sont pas des bibliothèques populaires au sens strict du terme, (...)
  • 46 En 1887, il fait encore partie de la Fédération démocratique de l’arrondissement de Saint-Claude (r (...)
  • 47 Voir Alain Mélo, Une maison pour le peuple à Saint-Claude 1880-1940, Saint-Claude, Éditions de la F (...)

27Néanmoins, il existe quelques exceptions de taille, les bibliothèques populaires gérées par des socialistes à Saint-Claude et à Morez45. Les organisations ouvrières sanclaudiennes (le syndicat Le Travail, la coopérative La Fraternelle, etc.) s’affilient à l’organisation socialiste, et plus précisément à sa tendance allemaniste, au cours des années 1892-93. Emmenées par Henri Ponard, apparemment d’abord réticent pour prendre ce tournant, confiant qu’il aurait été dans les idéaux républicains46, elles réussissent à se développer et à se fédérer au sein du projet d’une Maison du peuple. Établi en 1902 et dynamisé par les séances de l’Université ouvrière, créée pendant les grèves de 1906 et animée par Alice Menant, ce projet aboutit en 1910 avec l’inauguration d’un tout nouvel immeuble47. Ponard accorde toujours une place centrale à l’instruction, mais il s’agit désormais que les bibliothèques ouvrières, comme toutes les autres organisations coopératives du mouvement socialiste sanclaudien, soient autonomes, notamment par rapport aux premières associations nationales de lecture publique, qualifiées de « bourgeoises » :

  • 48 Eugen Richter (1838-1906), politicien et journaliste libéral, libre-penseur. L’édition française de (...)
  • 49 « Entretiens communistes », Le Jura socialiste, 23 janvier 1897 ; suit une réfutation de la conclus (...)

« Pour entraver la propagande socialiste, qui manque d’argent et n’a pas encore assez de conférenciers connaissant à fond leur sujet, les capitalistes ont fondé, depuis 1862, la Société Franklin, reconnue d’utilité publique en 1879, ayant pour but de répandre dans le peuple de “bonnes lectures”. Parmi ses membres, il y a des grands banquiers juifs, des manufacturiers, des coopérateurs, des économistes, des endormeurs bourgeois. Elle a distribué, d’après son almanach, 850 000 volumes en France et aux colonies, et a dépensé un million et demi.
Quelle philanthropie à l’égard du peuple ! Reprenant la brochure allemande de Richter, Où mène le Socialisme ?48, elle en a publié une sorte d’édition française dans laquelle on suppose le socialisme autoritaire [...] »49.

  • 50 « Éducation populaire », Le Jura socialiste, 19 juillet 1902.
  • 51 La presse socialiste jurassienne, qui se développe à partir de 1893, comprend quelques articles con (...)

28À noter que ce texte, non signé et émanant probablement de la presse socialiste parisienne, ne fait pas mention de la Ligue de l’enseignement. Tandis que Le Larousse peut être consulté sur place, le catalogue du Cercle d’études sociales, héritier de celui du Cercle du travail (fondé en 1893) possède sur la Révolution française les mêmes titres que les bibliothèques populaires du réseau radical, à l’exception bien entendu de la récente Histoire socialiste de la Révolution française de Jean Jaurès. Dans les premières années du xxe siècle, les sociétaires sanclaudiens peuvent en effet emprunter : Quatrevingt-Treize de Victor Hugo, l’Histoire d’un paysan d’Erckmann-Chatrian, les Histoire de la Révolution française de Louis Blanc, Quinet et Michelet, les œuvres de Voltaire, l’Église et les derniers serfs de Chassaing ou encore la Dissertation sur l’Abbaye de Saint-Claude de Christin50. Mieux même, des ouvrages d’adversaires politiques comme Barrès et Péguy figurent également au catalogue. Certes la bibliothèque du Cercle dirigée par Louis Millet, qui devient celle de la Maison du peuple, se distingue nettement de toutes les autres bibliothèques populaires jurassiennes par la place importante réservée à l’histoire socialiste et ouvrière : Fourier, Considerant, Proudhon, Marx, Malon, Lissagaray (mais ici son Histoire de la Commune), etc. ; parmi les usuels remarquons la Géographie universelle d’Élisée Reclus. Millet fait aussi l’acquisition de nombreux pamphlets et brochures anticapitalistes, dont certains sont l’œuvre d’auteurs, tel Urbain Gohier, qui évolueront vers des rives parfois bien lointaines du socialisme, en cultivant notamment leur antisémitisme51.

Et le roman ?

29En 1909 à Morez, ville conquise par les socialistes, la liste des acquisitions de livres reliés, permises par une subvention de la municipalité de 200 francs, est éloquente sur le plan politique : tous les volumes de l’Histoire socialiste de 1789 à 1900, dirigée par Jaurès ; Le Capital de Marx ; La Misère de Louise Michel ; Les Misérables et Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo ; huit romans d’Anatole France (L’Ile aux pingouins, M. Bergeret à Paris, L’Anneau d’améthyste, L’Orme du mail, Crainquebille, Le Mannequin d’osier, Sur la pierre blanche, Histoire comique) et sept d’Émile Zola (Fécondité, Germinal, Nana, Travail, Vérité, La Débâcle, La Terre). Une vive polémique sur ce choix éclate immédiatement entre Le Jura socialiste et Le Patriote morézien :

  • 52 Le Jura socialiste, 9 janvier 1909.

« Nous ne discuterons pas avec le rédacteur du Patriote la valeur d’auteurs tels que France et Zola ; il serait dans le cas de contester leur talent sans jamais avoir lu un seul de leurs ouvrages. [...] Nous avons pu, le premier jour même, avant qu’ils ne soient catalogués et sériés, constater que de nouveaux lecteurs s’étaient fait inscrire pour les œuvres de Zola, Hugo et – ô calamité ! – de Louise Michel.
Quant à l’Histoire socialiste, […] la commission en a fait l’acquisition parce qu’elle a pensé on ne peut plus judicieusement qu’il était de son devoir, dans une ville où la classe ouvrière est socialiste, de mettre entre les mains de la jeunesse une Histoire qui lui enseigne vraiment ce qui s’est passé de la Révolution française à nos jours.
La commission l’a déclaré : elle cherchera à enrichir la Bibliothèque municipale de volumes instructifs, éducatifs, agréables, au fur et à mesure que les fonds dont elle dispose le lui permettront. Si elle n’arrive pas à contenter les sots ou les adversaires quand même, tant pis ! »52

  • 53 Leurs premiers romans avaient déjà été promus par le Second Empire ; Denis Saillard, « Diffusion et (...)
  • 54 À la grande colère de La Croix du Jura et des journaux conservateurs qui, dans le contexte de l’aff (...)
  • 55 Près de 200 romans figurent dans son catalogue de 1873 ; ADJ, T 1906.
  • 56 Catalogue de la bibliothèque populaire communale de Champagnole, Lons-le-Saunier, Impr. Gauthier fr (...)
  • 57 La Démocratie jurassienne, 12 février 1905.

30Cette liste morézienne offre également l’occasion de s’interroger davantage sur la place du roman. Les bibliothèques du réseau républicain lui accordent une place assez restreinte en dehors des ouvrages d’Erckmann-Chatrian53, Hugo, Verne et… des romans anticléricaux de Marie-Louise Gagneur promus par Victor Poupin dans nombre de bibliothèques54. Certes nous voyons dans leurs catalogues la présence beaucoup plus diffuse d’autres auteurs comme George Sand, Balzac, Eugène Sue, Montépin, Walter Scott, Dickens, Beecher-Stowe (La Case de l’Oncle Tom), etc. et de romanciers dont la mémoire s’est estompée au xxe siècle. En dehors des bibliothèques socialistes, l’association comportant la plus forte proportion de romans est la Sanclaudienne de Bon Secours55, qui n’a pas de liens avec la Ligue de l’enseignement. La bibliothèque communale de Champagnole constitue, semble-t-il, une exception dans le réseau républicain : vers 1880, parmi ses 3 200 volumes figurent des dizaines de titres d’Alexandre Dumas et quelques romans de Féval, Ponson du Terrail, Verne (Le docteur Ox), Souvestre et Montépin56. À la Belle Époque encore, les bibliothèques républicaines paraissent réticentes à inclure trop de romans dans leur catalogue. À Salins, le roman n’a qu’une portion congrue parmi les nouvelles acquisitions réalisées en 190557.

  • 58 « Lettre ouverte à M. Clerc » par Claude Gueux, Le Jura socialiste, 19 février 1899.
  • 59 Rapport du directeur pour 1912-13, cité par J. Gavoille, L’école publique dans le département du Do (...)
  • 60 Les chercheurs qui, depuis une vingtaine d’années, ont travaillé sur les bibliothèques et le roman (...)

31L’ouverture des bibliothèques socialistes à l’œuvre de Zola et de France constitue donc une évolution notable. La présence d’œuvres naturalistes dans les bibliothèques populaires n’était pas seulement redoutée par les catholiques conservateurs. Si La Croix du Jura taxe la lecture de Zola de « pornographie »58, il est, par exemple, fortement déconseillé aux élèves instituteurs de l’École normale de Besançon de fréquenter cet auteur59. Cependant, de façon générale, les responsables de bibliothèques populaires, y compris socialistes, gardent une grande défiance vis-à-vis du roman60. Les bibliothèques doivent avant tout servir à l’instruction des lecteurs. Si les socialistes considèrent que les fictions de Zola et Hugo remplissent également cette fonction, ils accusent les romans-feuilletons de la presse parisienne bon marché de tous les maux, comme d’être l’une des causes de la prostitution :

  • 61 Le Jura socialiste, 2 juillet 1904.

« [Dans notre] nation où l’on compte dans les classes laborieuses de moins en moins d’illettrés, nous sommes affligés d’une littérature “populaire” vraiment ignoble. Le mal que font aux mentalités mi-incultes les feuilletonistes sont insondables »61.

32Comment associer instruction et plaisir de lecture ? Les socialistes sanclaudiens se sont bien posé la question :

  • 62 Le Jura socialiste, 30 janvier 1909.

« De toutes les organisations fonctionnant à Saint-Claude, celle dont la tâche n’est pas la moins ardue est l’Université ouvrière. Cela, tout simplement parce que le but d’éducation qu’elle s’est proposé correspond à un effort individuel que tous n’ont pas la faculté de donner. Il n’y a pas à cacher que parfois les réunions manquent de charme ; les sujets de causerie sont ingrats pour des cerveaux non habitués au mécanisme de la discussion. Pour s’y complaire et en tirer quelque profit, il faut posséder la volonté de réagir contre une paresse d’esprit qui pèse sur le monde du travail.
[...] L’Université ouvrière n’est pas pour satisfaire les désirs de ceux qui aimeraient à en faire un lieu de distraction parmi tant d’autres.
Pour la Bibliothèque, il faut veiller au bon fonctionnement du prêt de livres, procurer au lecteur les ouvrages susceptibles de captiver l’attention et provoquer la réflexion.»62

  • 63 Noë Richter, tout en insistant lui aussi sur le caractère fortement encadré des bibliothèques popul (...)

33Ce texte montre que l’instruction reste prioritaire et la lecture encadrée. Le déclin des bibliothèques populaires a parfois été attribué de manière réductrice, à l’époque comme a posteriori, à ce facteur63, mais en réalité les causes des difficultés des bibliothèques paraissent multiples.

Difficultés et renouveau partiel (1885-1914)

  • 64 ADJ, T 1256.

34Après 1885, l’élan en faveur des bibliothèques populaires retombe. Les créations deviennent rarissimes. Pire, de nombreuses bibliothèques récemment créées vivotent, voire périclitent. À La Chassagne, de 1881 à 1887, le nombre de sociétaires tombe de 55 à 11, celui des prêts de 520 à 9464. Cette situation affecte au moins un tiers des associations, dont une bonne trentaine semble ne plus fonctionner du tout. Le faible nombre de prêts est souvent expliqué à l’époque par le fait que les agriculteurs n’auraient le temps de lire que pendant les trois mois d’hiver. Mais dans le Haut-Jura, pendant l’hiver, beaucoup plus long, les paysans se transforment souvent en tourneurs et cette pluriactivité sur toute l’année n’empêche pas certaines bibliothèques de continuer à prospérer.

  • 65 Sans pour autant disparaître ; nous repérons des concessions ministérielles pour les bibliothèques (...)
  • 66 Michel Vernus, art. cité, 2002, p. 302.

35Quatre causes principales doivent être retenues. La première est tout simplement d’ordre matériel et financier. Les dotations du gouvernement et de la Ligue de l’enseignement semblent se raréfier65, peut-être parce que le combat pour Marianne paraît définitivement gagné aux yeux de nombreux républicains. Il ne suffit pas de fonder une bibliothèque populaire, encore faut-il pouvoir entretenir et développer son catalogue de livres. Comment lire un livre qui part en lambeaux et pourquoi continuer à être sociétaire si très peu d’acquisitions sont réalisées ? Or une petite minorité seulement d’associations ont eu les moyens de relier les livres. Chez les particuliers (instituteurs, cafetiers, buralistes, agriculteurs, ouvriers…) où les ouvrages sont en général déposés, ils ne sont pas tous, loin de là, rangés dans une armoire66.

36D’autre part, le degré d’implication du responsable de la bibliothèque, qui garde bien souvent les livres à son domicile, et du comité de gestion, quand il existe, constitue un paramètre fondamental. À Noirecombe, il suffit que Ponard parte accomplir son service militaire en 1882 pour que l’activité de la bibliothèque, abritée chez son père, décline rapidement puis cesse. La pérennité d’une bibliothèque dépend donc aussi du développement d’une sociabilité autour d’elle, souvent préexistante à sa fondation.

  • 67 Denis Saillard, « La Belle Époque en Franche-Comté, une rupture culturelle ? », in Marita Gilli (di (...)
  • 68 Jean-Yves Mollier, Jean-François Sirinelli et François Vallotton, Culture de masse et culture média (...)
  • 69 Noë Richter, op. cit., 1978, p. 149.

37Enfin, deux causes externes doivent être évoquées. La lecture subit sans doute la concurrence des imprimés bon marché de toutes sortes qui se multiplient à la fin du xixe siècle et se diffusent dans les villes comme dans les campagnes67. C’est l’époque où la culture de masse commence à se développer68. D’autre part, la bibliothèque populaire répond de moins en moins « aux besoins nouveaux nés de la généralisation et des progrès de l’instruction »69.

  • 70 Maurice Pellisson, Les bibliothèques populaires en France et à l’étranger, Paris, Impr. nationale, (...)
  • 71 La moyenne départementale des bibliothèques populaires aidées par l’État avoisine 30, mais nous ign (...)

38Cependant la disparition d’un nombre important de bibliothèques populaires en l’espace de quelques années seulement ne doit pas faire oublier que d’autres sont florissantes, d’autant qu’un renouveau se dessine à partir de 1895-96, c’est-à-dire dix bonnes années avant que les responsables de la lecture publique au niveau national ne tentent une réforme pour les relancer. Il est rarement mentionné dans les histoires de la lecture publique, sans doute en raison des différents rapports et analyses publiés à la Belle Époque stigmatisant le mauvais état des bibliothèques françaises par rapport à la situation bien plus florissante des libraries britanniques et américaines70. Néanmoins, il a bel et bien lieu dans le Jura, dans un contexte où la lutte anticléricale tient à nouveau une large part. Une vingtaine au moins de bibliothèques populaires voit le jour, dont plusieurs dans des zones du département peu ou pas touchées jusque-là par ce mouvement. Au total, selon l’Annuaire du Jura, environ 80 bibliothèques populaires communales et associatives fonctionnent en 191071. Ce recensement quasi-officiel est peut-être un peu optimiste, mais le dépouillement des archives et de la presse locale confirme incontestablement le regain d’intérêt porté aux bibliothèques populaires.

39En 1905 encore, Victor Poupin intervient dans son journal local, en reprenant un article de l’historien Alphonse Aulard, connu comme lui pour son anticléricalisme, s’inquiétant de la mauvaise situation des bibliothèques publiques en France. La conclusion réitère les élans des années 1870 et lance un vibrant appel à :

  • 72 « Les lectures démocratiques », La Démocratie jurassienne, 3 janvier 1906.

« l’[…]éducation sociale du peuple. Car le mot de Danton, “Après le pain, l’éducation est le premier besoin du peuple” ne sera pas oublié, mais il sera traduit dans cette formule plus moderne : l’organisation des lectures populaires est une des formes supérieures de l’assistance sociale. Dans cette organisation, la France de la Révolution ne se laissera pas dépasser plus longtemps par les nations qu’elle a jadis tirées des ténèbres. »72

  • 73 La Démocratie jurassienne, 26 janvier 1896.
  • 74 ADJ, T 1256.

40Bien avant cette date, un autre républicain de la circonscription électorale de Poupin, Roberet, président de la bibliothèque populaire de Poligny, envisage en 1896, afin de « développer l’instruction dans les campagnes », de déposer des ouvrages dans les villages voisins et de les renouveler chaque mois, contre une cotisation collective annuelle de 15 à 20 francs par commune73. Nous ignorons si ce système a été mis en place, toujours est-il que, peu après, deux bibliothèques sont fondées dans le canton, à Brainans et Villers-les-Bois. Comme cela avait été le cas au cours de la période 1873-1885, à La Rixouse par exemple en 1879 avec l’adhésion collective de 19 sapeurs-pompiers, certaines bibliothèques populaires sont créées à partir d’une autre association : à Septmoncel, en 1897, la société de tir est à l’origine de la constitution de la bibliothèque74.

  • 75 Sa conférence à Lons avait dégagé un bénéfice de 179,40 francs ; La Sentinelle du Jura, 26 avril 18 (...)
  • 76 La Montagne socialiste, 15 février et 22 août 1896 ; Le Jura socialiste, 19 décembre 1896.
  • 77 Le Jura socialiste, 4 mars 1899.
  • 78 Le Jura socialiste, 5 mai 1904.
  • 79 La Gazette du Haut-Jura, 4 avril 1914.

41Pour pallier le manque de soutiens financiers extérieurs, les associations organisent des quêtes à l’occasion de diverses manifestations. Là aussi donc les sociétaires reprennent un procédé utilisé pendant les années 1870, par exemple quand Jean Macé était venu faire des conférences de promotion de la Ligue de l’enseignement en 187875. Néanmoins, le recours à la collecte publique semble se multiplier à la Belle Époque dans les milieux socialistes du Haut-Jura. En 1896, la bibliothèque populaire de Tressus-Chaumont reçoit le produit d’au moins trois quêtes : 9,10 francs en février au restaurant de la Main-Morte, 15,75 francs en août à la distribution des prix des écoles et une somme indéterminée en décembre lors de la fête du Haut Crêt, spécialement organisée en sa faveur76. En mars 1899, au café Vandel à La Cure, « après une chanson fin-de-siècle », une collecte produit 11,25 francs pour la bibliothèque des Rousses77. Le 1er mai 1904 est célébré à Longchaumois par plusieurs personnes qui entonnent des chansons socialistes ; une collecte rapporte 6,35 francs à la bibliothèque associative78. En mars 1914, le concert de la Société forestière à Saint-Lupicin, où La Muse et l’Ouvrier de Maurice Bouchor notamment est jouée, produit 13 francs pour la bibliothèque populaire créée en 187879.

  • 80 Marandier, Chaumont d’antan, Amicale de Chaumont, 1994.
  • 81 Le Jura socialiste, 13 mai 1899.

42Grâce aux archives de la bibliothèque de Tressus-Chaumont, fondée en avril 1880, nous avons un bon aperçu de la gestion financière d’une association villageoise assurée par des ouvriers lapidaires80. Fondée en avril 1880, le nombre de ses sociétaires croît régulièrement : 31 en 1881, 41 en 1890, 58 en 1900, 71 en 1897, 86 en 1905. En 1898, les cotisations rapportent 92 francs, les quêtes et les tombolas 65,75 francs ; avec ce produit elle achète 65 volumes, 22 reliures, un registre et acquitte une prime d’assurance. Son bilan annuel enregistre un déficit de 10,70 francs absorbé l’année suivante81. De 1897 à 1905 son catalogue passe de 757 à 1 359 volumes.

Les bibliothèques populaires dans le Jura, une étape importante dans le développement de la lecture

43Si la bibliothèque populaire de Tressus-Chaumont fête son cinquantenaire en 1930 par un banquet, un faible nombre de ses « consœurs » survit à la Première Guerre mondiale. La lecture publique se réorganise différemment en France à partir des années 1920 et le « réseau » des bibliothèques populaires jurassiennes avait déjà donné dès le milieu des années 1880 des signes de sa grande fragilité. Il a été souvent déploré que les républicains aient atteint des résultats fort éloignés des objectifs qu’ils affichaient pour le développement de la lecture publique et que les catalogues de ces bibliothèques populaires aient été trop ambitieux, délaissant par trop les aspects de divertissement et de plaisir. Cependant, c’est précisément parce que les conditions dans lesquelles furent créées et développées les bibliothèques populaires paraissent relativement précaires et difficiles, que leur présence dans une commune jurassienne sur cinq est remarquable.

44Si ce mouvement s’est révélé éphémère pour beaucoup d’associations, il n’en reste pas moins que le moment des bibliothèques populaires reste important dans l’histoire des communes concernées. Outre leurs rapports avec l’école, elles sont souvent liées à d’autres associations comme des sociétés de patronage, de tir, etc. Non seulement la lecture s’est développée grâce aux bibliothèques populaires, mais le livre s’est retrouvé au cœur d’une sociabilité, villageoise notamment. La part prise dans cette évolution par le mouvement républicain, porté par sa lutte en faveur de l’instruction et son anticléricalisme, et « l’école socialiste sanclaudienne », qui partage ce double combat, mais se caractérise en outre par son mutuellisme et ses structures coopératives, se révèle très forte.

I. Les 57 communes82 jurassiennes disposant d’une bibliothèque populaire en 1878

  • 82 Ou hameaux. Sources : Almanach du bon citoyen, 1879, et recoupements. Entre parentèses, le nom du p (...)

Arrondissement de Lons-le-Saunier (24/212)
Canton de Lons (7/21) : Lons (L. Rousseau) ; Chilly-le-Vignoble (Lebrun) ; Courlans (Emmanuel Prudent) ; Frébuans (Robelin) ; Macornay (Bouvier) ; Trenal (Aldouce Leutet) ; Vernantois (C. Guichard). Canton d’Arinthod (1/27) : Arinthod (Jules Hugon). Canton de Beaufort (2/19) : Cousance ; St-Laurent-la-Roche (E. Charnot). Canton de Bletterans (5/12) : Bletterans (Chavet fils) ; Chapelle-Voland (J.-C. Grappin) ; Desnes (Rameaux) ; Quintigny (Arsène Prudent) ; Ruffey (G. Pelletier). Canton de Clairvaux (2/25) : Clairvaux ; Thoiria (J. Guyenet). Canton de Conliège (4/18) : Conliège (L. Berthet) ; Montaigu (Célestin Mondragon) ; Perrigny (Elie Trouillot) ; Revigny (A. Crolet). Canton d’Orgelet (2/25) : Orgelet (Menouillard) ; Cressia (J.- B. Guyot). Canton de Voiteur (1/19) : Baume (Chamberland). Aucune dans les cantons de St-Amour, St-Julien-sur-Suran, Sellières1.
Arrondissement de Dole (11/138)
Canton de Dole (3/16) : Dole ; Champvans (Maître) ; Monnières (Louis Robert). Canton de Chaumergy (3/18) : Chaumergy (Adolphe Bacheley) ; Commenailles (Désiré Lamard) et hameau du Vernois (Cordelier) ; Vincent (C. Doyennard). Canton de Chaussin (1/19) : Les Essards (J-B. Rousseaux). Canton de Montbarrey (1/13) : Mont-sous-Vaudrey (Pactet). Canton de Rochefort (3/19) : Amange (Henri Georgeon) ; Falletans (B. Souret) ; Gredisans (Bey). Aucune dans les cantons de Chemin, Dampierre, Gendrey, Montmirey.
Arrondissement de Poligny (10/152)
Canton de Poligny (1/31) : Poligny (F. Jacquin). Canton de Champagnole (6/35) : Champagnole (Casimir Blondeau) ; Châtelneuf (A. Bousson) ; Loulle (A-F. Racle) ; Ney (Albert Guy) ; Pillemoine ; Le Vaudioux. Canton des Planches-en-Montagne (1/8) : Foncine-le-Haut. Canton de Salins (1/25) : Ivory (Ch. Boilley). Canton de Villers-Farlay (1/12) : Port-Lesney (L. Billet). Aucune dans les cantons d’Arbois et de Nozeroy.
Arrondissement de Saint-Claude (11/82)
Canton de Saint-Claude (5/24) : Saint-Claude (la Sanclaudienne de Bon Secours) ; Noirecombe, hameau de Cinquétral (Henri Ponard) ; La Rixouse (Eugène Buffard) ; Saint-Lupicin ; Villars-la-Rixouse (Séraphin Cautez-Dido). Canton de Moirans (2/17) : Charchilla (Arsène Berthet) ; les Crozets (Jules-Alix Girod). Canton de Morez (3/10) : Morez (temple) ; Longchaumois (A. Boudier-Moret) ; Les Rousses (Édouard Lamy). Canton de Saint-Laurent (2/19) : L’Abbaye, hameau de Rivière-Devant (François Villet) ; Saint-Pierre (Groz-Martin). Aucune dans le canton des Bouchoux.
1. Les bibliothèques populaires de Moiron (c. de Lons) et de Chaussin dans l’arrondissement de Dole, toutes deux fondées en 1877-78 (ADJ, T 1906), semblent avoir échoué très vite.

II. Les 10083 communes jurassiennes disposant d’une bibliothèque populaire en 188584

  • 83 106 bibliothèques populaires au total puisque des communes en possèdent plusieurs.
  • 84 Sources : Almanach du bon citoyen, ADJ, T 1906, Le Patriote morézien du 14 mai 1882 et recoupements

Arrondissement de Lons-le-Saunier (38/212)
Canton de Lons (9/21) : + l’Etoile, Gevingey, Colonne ; Courlans. Canton d’Arinthod (0/27) : Arinthod1. Canton de Beaufort (3/19) : + St-Laurent-la-Roche. Canton de Bletterans (10/12)2 : + Arlay, Cosges, Larnaud, Nance, Relans. Canton de Clairvaux (3/25) : + Doucier. Canton de Conliège (4/18). Canton d’Orgelet (2/25). Canton de Saint-Julien-sur-Suran (1/17) : + Dessia. Canton de Sellières (2/13) : + Passenans, Saint-Lothain. Canton de Voiteur (4/19) : + Domblans, La Marre, Lavigny. Aucune dans le canton de St-Amour.
Arrondissement de Dole (20/138) Canton de Dole (4/16) : + Azans. Canton de Chaumergy (5/18)3 : + Saint-Vivant, La Chassagne. Canton de Chaussin (2/19) : + Sergenon. Canton de Chemin (2/11) : + Les Hays, Peseux. Canton de Dampierre (1/15) : + Salans. Canton de Gendrey (1/14) : + Serre-les-Moulières. Canton de Montbarrey (1/13). Canton de Montmirey-le-Château (1/13) : + Champagney. Canton de Rochefort (3/19).
Arrondissement de Poligny (16/152) Canton de Poligny (4/31) : + Grozon, Montholier, Oussières. Canton de Champagnole : + Ardon, Montrond (8/31). Canton des Planches-en-Montagne (1/8) Canton de Salins (2/25) : + Champagny. Canton de Villers-Farlay (1/12). Aucune dans les cantons d’Arbois et de Nozeroy.
Arrondissement de Saint-Claude (26/82)
Canton de Saint-Claude (15/24)4 : + Chassal, Lajoux, Lamoura, Leschères, Prés de Valfin, Saint-Maurice, Tressus-Chaumont, Viry, Vouglans (Lect). Canton des Bouchoux (3/12) : + Choux, Coyserette, Les Moussières. Canton de Moirans (3/17) : + Moirans. Canton de Morez (3/10). Canton de Saint-Laurent (3/19) : + Château-des-Prés.
1. Arinthod et Courlans : échec, semble-t-il au bout de quelques années, des bibliothèques fondées vers 1878.
2. 11 bibliothèques en réalité, mais 2 pour la seule commune de Cosges ; à Sottessard et Cosges.
3. 5 bibliothèques en réalité, mais 2 pour la seule commune de Commenailles.
4. 19 bibliothèques en réalité, mais 2 pour les communes de Cinquétral et Lamoura, et 3 à Saint-Claude, où la bibliothèque du Cercle républicain commence à fonctionner en 1879 et où il existe aussi une bibliothèque populaire à Tressus St-Claude.

III. Les 20 bibliothèques populaires créées de 1886 à 1914

Arrondissement de Lons-le-Saunier (5) :
* Condamine (c. de Lons) * Thoirette (c. d’Arinthod) * Saint-Julien * Nevy-sur-Seille et Plainoiseau (c. de Voiteur).
Arrondissement de Dole (1) :
* Abergement-la-Ronce (c. de Dole), 1898.
Arrondissement de Poligny (7) :
* Brainans, 1900 et Villers-les-Bois (c. de Poligny) * Arbois * Crotenay, 1901 et Montigny-sur-l’Ain (c. de Champagnole) * Charency (c. de Nozeroy) * Salins, 1900.
Arrondissement de Saint-Claude (7) : * Cuttura, 1903 et Septmoncel, 1898 (c. de St-Claude)1 * Hautes Molunes2 (c. des Bouchoux), vers 1900 * Morbier, Morez (bib. pop. communale) et Servagnat, hameau de Longchaumois (c. de Morez), vers 1903 * Coyron, 1903 (c. de Moirans).
1. La très grande majorité et peut-être la totalité d’entre elles sont créées après 1896.
2. Aujourd’hui La Pesse ; la bibliothèque populaire fonctionne de façon étroite avec la société de patronage des adultes ; La Gazette du Haut-Jura, 29 novembre 1913.

Notes

1 Urbain Lardanchet, président de la bibliothèque populaire de Desnes, « Mémoire adressé à M. le Préfet [du Jura] en faveur des bibliothèques populaires du canton de Bletterans », 12 p., 10 octobre 1876, Archives départementales du Jura (ADJ), T 1906.

2 Danielle Ducout, Jacky Theurot et Michel Vernus, L’aventure du livre en Franche-Comté, Besançon, Centre régional de documentation pédagogique, 1987.

3 Série T (Enseignement général, affaires culturelles, sports) des archives départementales ; archives municipales et communales ; archives d’associations ; presse locale ;…

4 Ce thème a été défriché par Maurice Agulhon, notamment dans La République au village : les populations du Var, de la Révolution à la IIe République, Paris, Seuil, 1979 (coll. L’univers historique).

5 Michel Vernus, « Lecture et bibliothèques populaires dans la région de St-Claude », Les Amis du Vieux Saint-Claude, 2009, n° 32, p. 20.

6 Voir Noë Richter, La lecture et ses institutions, 1, La lecture populaire, 1700-1918, op. cit., 1987, p. 201 et sq.

7 Urbain Lardanchet, doc. cité.

8 Voir les deux listes détaillées I et II à la fin de la contribution.

9 Voir note 6.

10 Denis Saillard, « Victor Poupin et la propagande républicaine radicale dans le Jura 1870-1906 », Travaux de la Société d’émulation du Jura, 1994, pp. 183-212.

11 Le Patriote morézien, 21 mai 1882.

12 Il s’agit probablement d’une bibliothèque populaire scolaire ; ADJ, 5 E 275/63.

13 Dix volumes publiés de 1867 à 1873 représentants au total huit mille pages ; voir Denis Saillard, La mémoire de la Révolution en Franche-Comté (1815-1914), thèse de doctorat, sous la direction de Maurice Agulhon : Paris, université Panthéon-Sorbonne, 1995, pp. 920-945.

14 ADJ, T 1906.

15 Auteur du Salut par l’éducation et De l’ignorance des populations rurales et ouvrières de la France, 1863. Voir Noë Richter, op. cit., p. 201 et sq.

16 Lettre de Jeantet au maire de Saint-Claude, 7 mai 1873 ; ADJ, T 1906.

17 La Démocratie franc-comtoise, 27 avril 1874.

18 Almanach du bon citoyen, 1877, p. 77.

19 Remarquons que dans ses statuts il était porté que « les dames [étaient] instamment priées d’assister aux séances ».

20 Statuts du 10 janvier 1879. La création de bibliothèques populaires y est explicitement donnée comme faisant partie des buts poursuivis par la Société ; ADJ, T 1256.

21 ADJ, T 1256.

22 Lettre au préfet du Jura, 26 mai 1876 ; ADJ, T 1906.

23 Mémoire cité, 10 octobre 1876, ibid.

24 Lettre au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 5 avril 1901 ; ADJ, T 1256.

25 Républicain modéré certes, mais qui peut se prévaloir d’avoir été exilé en décembre 1851, alors que Poupin doit se défendre des allusions à son emploi à la Direction des Beaux-Arts dans les années 1860.

26 Le Patriote morézien, 14 mai 1882. Bavoux est réélu.

27 Le Jura socialiste, 18 mars et 15 avril 1899.

28 La commune de Moiron utilise en 1878 du papier en feuilles doubles avec deux filigranes : un buste de Marianne, avec des fleurs et des épis de blé, et le mot « Concorde » en bandeau sur le front ; des feuilles de chêne et en toutes lettres l’inscription « République française » ; ADJ, T 1906. Poupin, par ailleurs, tente de diffuser l’effigie de la République dans l’espace public, notamment les sculptures de Marguerite Gagneur (Syamour), la fille de Marie-Louise et Wladimir Gagneur.

29 Sur 1848 dans le Jura, voir les études de Pierre Merlin pour la Société d’émulation du Jura et Denis Saillard, th. citée.

30 Louis Pernier s’occupe des organisations mutuellistes de Tressus-Chaumont jusqu’à sa mort en 1911. Il fut enterré civilement, selon La Franche-Comté socialiste, 21 janvier 1911.

31 Nous avons pris la profession indiquée sur le registre de la bibliothèque populaire sans tenir compte de la pluriactivité, fréquente en milieu rural. Par exemple, au Vaudioux, le sabotier Romain Cretin est désigné comme « agriculteur » dans les actes d’état-civil.

32 ADJ, T 1906.

33 Ibid.

34 ADJ, T 1256.

35 Nous aimerions beaucoup connaître la proportion des bibliothèques scolaires (401 déclarées ouvertes en 1879 ; elles disposent de 37 443 ouvrages et enregistrent 24 079 prêts ; Michel Vernus, « Le mouvement des bibliothèques populaires dans le Jura (1862-1914) », Travaux de la Société d’émulation du Jura, 2002, pp. 289-290) fonctionnant ainsi. Plusieurs indices nous laissent penser qu’elle est beaucoup plus faible que ce que les circulaires officielles proclament. Alphonse Aulard, en 1905, suivant sans doute les rapports de Maurice Pellisson, affirme que très peu d’adultes fréquentent les bibliothèques scolaires en France ; La Dépêche de Toulouse, 30 novembre 1905, citée par V. Poupin, in La Démocratie jurassienne, 3 janvier 1906.

36 C’est-à-dire ici scolaires, communales et associatives.

37 À Lons-le-Saunier, devant plus de 200 instituteurs laïques et en présence du préfet, du député, du maire, du président du tribunal et de celui de la Société d’émulation, puis à Salins, Poligny, Champagnole, ... La Sentinelle du Jura, 5 novembre 1880.

38 Néanmoins, le ministère de l’Instruction publique dote logiquement en priorité les bibliothèques scolaires. Nous avons trouvé peu de traces de concessions ministérielles aux bibliothèques associatives pour la période 1874-1885.

39 Des œuvres de Goethe, Enfantin, Lefèvre (Pauvre Jacques), Macé, etc. ADJ, T 1257.

40 ADJ, T 1256.

41 ADJ, T 1256.

42 Arlay, Bletterans, Montaigu, Orgelet et Perrigny (arrondissement de Lons) ; Port-Lesney (arrondissement de Dole) ; Le Vaudioux et Pillemoine (arrondissement de Poligny) ; Les Crozets et Longchaumois (arrondissement de Saint-Claude).

43 Des ouvrages de vulgarisation, mais pas son Robespierre.

44 La Démocratie jurassienne, 12 février 1905.

45 Faut-il leur ajouter, même si ce ne sont pas des bibliothèques populaires au sens strict du terme, les bibliothèques des Bourses du travail de Dole (voir ADJ, Mp 73) et de Lons-le-Saunier ? Leur catalogue, en dehors des dotations officielles, nous est mal connu ; néanmoins nous savons que celle de Lons récupère en 1900, sur décision du conseil municipal, les 328 livres de la bibliothèque populaire communale, donc une collection républicaine ; Le Courrier du Jura, 26 juillet 1900.

46 En 1887, il fait encore partie de la Fédération démocratique de l’arrondissement de Saint-Claude (radicaux) aux côtés du docteur Reybert et de Poupin ; voir Adrien Billeret, « Un pionnier de la coopération, du syndicalisme et du socialisme à Saint-Claude : Henri Ponard », Annales de la Faculté des lettres et sciences humaines d’Aix, 1964, t. XXXVIII, pp. 243-272.

47 Voir Alain Mélo, Une maison pour le peuple à Saint-Claude 1880-1940, Saint-Claude, Éditions de la Fraternelle, 1995.

48 Eugen Richter (1838-1906), politicien et journaliste libéral, libre-penseur. L’édition française de cette brochure, sous-titrée Histoire d’un ouvrier, date de 1892.

49 « Entretiens communistes », Le Jura socialiste, 23 janvier 1897 ; suit une réfutation de la conclusion de Richter et un très long développement (nos des 6 et 20 février ainsi que du 6 mars) sur les idées socialistes.

50 « Éducation populaire », Le Jura socialiste, 19 juillet 1902.

51 La presse socialiste jurassienne, qui se développe à partir de 1893, comprend quelques articles contre des « capitalistes juifs ». Mais, dès 1894, Le Montagnard publie La question juive de Cardot et lors de l’affaire Dreyfus, Le Jura socialiste emboîte vite le pas à Jean Jaurès.

52 Le Jura socialiste, 9 janvier 1909.

53 Leurs premiers romans avaient déjà été promus par le Second Empire ; Denis Saillard, « Diffusion et réception de l’œuvre d’Erckmann-Chatrian en Franche-Comté (1865-1914) », in Actes du colloque universitaire Erckmann-Chatrian. Entre imagination, fantaisie et réalisme : du conte au conte de l’histoire, 22-24 octobre 1996, Clermont-Ferrand ; Phalsbourg, Éditions du musée de Phalsbourg, 1999, pp. 317-328.

54 À la grande colère de La Croix du Jura et des journaux conservateurs qui, dans le contexte de l’affaire Dreyfus, relancent une offensive contre les bibliothèques du « réseau Poupin » ; cf. « Une épuration nécessaire », Le Courrier du Jura, 2 février 1899, cité in Denis Saillard, « Victor Poupin... », op. cit., 1994, p. 208.

55 Près de 200 romans figurent dans son catalogue de 1873 ; ADJ, T 1906.

56 Catalogue de la bibliothèque populaire communale de Champagnole, Lons-le-Saunier, Impr. Gauthier frères, circa 1880.

57 La Démocratie jurassienne, 12 février 1905.

58 « Lettre ouverte à M. Clerc » par Claude Gueux, Le Jura socialiste, 19 février 1899.

59 Rapport du directeur pour 1912-13, cité par J. Gavoille, L’école publique dans le département du Doubs, 1976, thèse, t. III, annexes, textes, p. 50.

60 Les chercheurs qui, depuis une vingtaine d’années, ont travaillé sur les bibliothèques et le roman populaire en France, l’ont relevée quasiment partout. Voir notamment les ouvrages universitaires dirigés par Roger Bellet, Jacques Migozzi et Jean-Claude Vareille.

61 Le Jura socialiste, 2 juillet 1904.

62 Le Jura socialiste, 30 janvier 1909.

63 Noë Richter, tout en insistant lui aussi sur le caractère fortement encadré des bibliothèques populaires, a relativisé ce type d’explication ; Les bibliothèques populaires, Paris, Cercle de la librairie, 1978, p. 145 et sq.

64 ADJ, T 1256.

65 Sans pour autant disparaître ; nous repérons des concessions ministérielles pour les bibliothèques de Saint-Lupicin et de Coyron en 1903, de Servagnat en 1905, etc.

66 Michel Vernus, art. cité, 2002, p. 302.

67 Denis Saillard, « La Belle Époque en Franche-Comté, une rupture culturelle ? », in Marita Gilli (dir.), Les limites de siècles, lieux de ruptures novatrices depuis les temps modernes, Actes du colloque international organisé par le laboratoire Littérature et Histoire des pays de langues européennes de Besançon, du 29 au 31 mai 1997, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 1998, pp. 559-572.

68 Jean-Yves Mollier, Jean-François Sirinelli et François Vallotton, Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques 1860-1940, Actes du colloque international, Lausanne, 22-24 sept. 2004, Paris, PUF, 2006 (coll. Le nœud gordien).

69 Noë Richter, op. cit., 1978, p. 149.

70 Maurice Pellisson, Les bibliothèques populaires en France et à l’étranger, Paris, Impr. nationale, 1906 ; Ch.-V. Langlois, Bulletin des bibliothèques populaires, 1906 et sq. ; Eugène Morel, La librairie publique, Paris, A. Colin, 1910.

71 La moyenne départementale des bibliothèques populaires aidées par l’État avoisine 30, mais nous ignorons combien ont échappé aux statistiques officielles en raison principalement de leur fonctionnement complètement autonome ; voir Noë Richter, op. cit., 1987, p. 215 et Jean Hassenforder, Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis dans la seconde moitié du xixe siècle (1850-1914), Paris, Cercle de la librairie, 1967, p. 72.

72 « Les lectures démocratiques », La Démocratie jurassienne, 3 janvier 1906.

73 La Démocratie jurassienne, 26 janvier 1896.

74 ADJ, T 1256.

75 Sa conférence à Lons avait dégagé un bénéfice de 179,40 francs ; La Sentinelle du Jura, 26 avril 1878.

76 La Montagne socialiste, 15 février et 22 août 1896 ; Le Jura socialiste, 19 décembre 1896.

77 Le Jura socialiste, 4 mars 1899.

78 Le Jura socialiste, 5 mai 1904.

79 La Gazette du Haut-Jura, 4 avril 1914.

80 Marandier, Chaumont d’antan, Amicale de Chaumont, 1994.

81 Le Jura socialiste, 13 mai 1899.

82 Ou hameaux. Sources : Almanach du bon citoyen, 1879, et recoupements. Entre parentèses, le nom du président.

83 106 bibliothèques populaires au total puisque des communes en possèdent plusieurs.

84 Sources : Almanach du bon citoyen, ADJ, T 1906, Le Patriote morézien du 14 mai 1882 et recoupements.

Auteur

Docteur en histoire, chercheur associé au laboratoire Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’université de Versailles/ Saint-Quentin-en-Yvelines

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search