Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques populaires à la lecture publique

 | 
Agnès Sandras

Partie III. Le réel dynamisme des bibliothèques « “populaires” » au XIXe siècle

Entre édification et culture : les bibliothèques populaires protestantes dans le Sud aquitain au xixe siècle

Hélène Lanusse-Cazalé

Texte intégral

  • 1 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ADPA), Fonds du Centre d’étude du protestantisme (...)

« Puisse ce don de la Société pour l’impression de livres religieux
à Toulouse être béni du Père des lumières, de qui procède
en Jésus-Christ toute grâce excellente et tout don parfait apporter
des fruits abondants à la gloire de son saint nom et
à la sanctification des âmes »1.

  • 2 Jean-Yves Carluer, « Les enjeux culturels de l’évangélisation protestante au xixe siècle. Les trois (...)
  • 3 Patrick Cabanel, André Encrevé, « De Luther à la loi Debré : protestantisme, école et laïcité », Hi (...)

1Cette prière, qui ouvre le catalogue de la bibliothèque protestante d’Osse-en-Aspe, fondée en 1838 grâce à un don de la Société des livres religieux de Toulouse2, rend compte de l’importance conférée par les protestants à la lecture. En effet, dès la Réforme, en rupture avec l’enseignement oral de la religion par les élites catholiques, Luther puis Calvin ont insisté sur la nécessaire alphabétisation des croyants, qui permet, par la médiation des Écritures et donc leur lecture, le rapport direct du fidèle avec Dieu. Dès lors s’instaure « un rapport particulier » entre le protestantisme, l’instruction et la lecture, un lien étroit qui se perpétue au fil des siècles, malgré les vicissitudes de l’Histoire3.

  • 4 Daniel Robert, Les églises réformées en France (1800-1830), Paris, PUF, 1961, 632 p. ; André Encrev (...)
  • 5 Le Réveil est une théologie inspirée du méthodisme anglo-saxon et du piétisme allemand.
  • 6 Jean Baubérot, Le retour des Huguenots : la vitalité protestante, xixe-xxe siècle, Paris/Genève, Ce (...)
  • 7 Marianne Carbonnier, « Une bibliothèque populaire au xixe siècle : la bibliothèque populaire protes (...)

2Au xixe siècle, la création de bibliothèques protestantes, dites « populaires » en raison de leur ouverture au plus grand nombre, s’inscrit dans un processus de réaffirmation de la minorité confessionnelle au terme d’un siècle de persécutions et de clandestinité. La Révolution puis les Articles organiques du 18 germinal an X réintègrent les protestants dans la société civile en octroyant au protestantisme le statut de confession reconnue4. À partir des années 1820, les protestants, à la faveur du Réveil5, investissent massivement le domaine des œuvres. Selon Jean Baubérot, ces dernières répondent, tout d’abord, à la nécessité de défendre les intérêts de la minorité protestante – environ 2 % de la population française au xixe siècle – face à la prépondérance de l’Église catholique. Elles permettent ensuite d’« enraciner » auprès des fidèles un protestantisme renaissant et d’affirmer sa présence dans la sphère publique6. Si les études des œuvres de bienfaisance protestantes sont nombreuses, plus rares sont celles qui ont trait aux bibliothèques populaires fondées par cette minorité ainsi qu’à leur insertion dans un plus vaste réseau à la fois confessionnel et culturel7.

  • 8 Jacques Revel, « Micro-analyse et construction du social », in Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelle (...)

3Une telle analyse nécessite d’avoir recours à l’histoire locale et à des jeux d’échelle8. Le choix des Églises réformées du Sud aquitain se révèle alors pertinent à bien des égards. L’histoire de ces protestants au xixe siècle est celle d’une extrême minorité, environ 1,25 % de la population totale des Basses-Pyrénées, département où les isolats protestants sont les plus denses. Conformément aux Articles organiques du 18 germinal an X, l’Église consistoriale d’Orthez, créée en 1803, est divisée à l’origine en quatre sections placées sous l’autorité du Consistoire général. À la suite du décret du 26 mars 1852, son ressort s’accroît des Landes et des Hautes-Pyrénées. Présidant aux destinées des communautés de l’ensemble du sud aquitain, elle prend alors une véritable vocation régionale.

4Les archives, certes lacunaires, des bibliothèques populaires de cette Église consistoriale offrent l’occasion d’étudier la mise en réseau des œuvres protestantes et leur mode de fonctionnement. Malgré le caractère religieux de la majorité des livres conservés, les catalogues de ces bibliothèques s’ouvrent progressivement aux ouvrages scientifiques et culturels. De la sorte, ces établissements participent à la diffusion de la culture de masse dans la seconde moitié du xixe siècle. Toutefois, les bibliothèques peinent à fidéliser leurs utilisateurs.

Fondation et fonctionnement des bibliothèques populaires protestantes

La construction progressive d’un réseau de bibliothèques protestantes

  • 9 ADPA, CEPB, 1 Mi 109/8, règlement de la bibliothèque du temple de Bagnères fondée en 1849, liste de (...)
  • 10 ADPA, CEPB, 60 J 50/68, registre des délibérations du consistoire général d’Orthez, réponse à la ci (...)
  • 11 ADPA, CEPB, 60 J 50/70, registre des délibérations du consistoire général d’Orthez, 30/11/1865.
  • 12 Idem, 20/03/1867. À partir des années 1830 émergent, en Béarn, de nouvelles communautés protestante (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 Dominique Kalifa, La culture de masse en France, t. 1 : 1860-1930, Paris, Éditions La Découverte, 2 (...)

5Si l’existence d’une bibliothèque est attestée à Osse-en-Aspe dès 1838, il faut attendre 1849 pour voir apparaître une nouvelle mention d’une bibliothèque protestante dans les archives des Églises réformées sud-aquitaines. Cette année-là, sous l’égide de son pasteur Émilien Frossard, la communauté protestante de Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées), encore indépendante, se dote elle aussi d’une bibliothèque populaire9. La fondation des premières œuvres relève ainsi d’initiatives personnelles de pasteurs de l’Église consistoriale. Toutefois, à partir des années 1860, les nouvelles ouvertures sont intégrées à un processus de réaffirmation de l’autorité du Consistoire d’Orthez, représentant légal des Églises réformées sud-aquitaines. Si, dès 1834, cette assemblée délibérative a reconnu que la fondation de bibliothèques religieuses « offrirait de grands avantages »10, ce n’est qu’en 1865 que se développe, au sein du Consistoire, une politique globale en faveur des bibliothèques populaires. Cette année-là, l’assemblée prend la décision de fonder, à Orthez, une institution qui est placée directement sous la tutelle de l’assemblée11. Deux ans plus tard, elle encourage également les sections qui n’en possèdent pas encore à procéder à la création d’une bibliothèque populaire. Le consistoire espère ainsi réfréner le désintérêt croissant des fidèles pour la cause religieuse, mais aussi endiguer l’émiettement de la communauté protestante confrontée depuis les années 1830 à de nombreux schismes12. Cette résolution n’a alors plus rien d’exceptionnel et s’insère dans un mouvement plus vaste de diffusion et d’accès à la lecture, puisque, depuis le début des années 1860, « procédant à la fois de la philanthropie des Lumières et du désir des élites ouvrières d’accéder au savoir », le réseau des bibliothèques populaires se développe rapidement grâce à l’action de Sociétés à vocation non religieuse, telles que la Société des Amis de l’Instruction, la Ligue de l’enseignement ou la Société Franklin. Pour obtenir des ouvrages, les bibliothèques protestantes font appel à ces Sociétés ainsi qu’à la Société des livres religieux de Toulouse, spécialisée dans la publication de traités et de romans protestants13. L’État n’est pas en reste, puisqu’il participe à ce mouvement notamment à travers la création de bibliothèques scolaires14.

Carte. Les bibliothèques populaires protestantes sud-aquitaines en 1873

Carte. Les bibliothèques populaires protestantes sud-aquitaines en 1873

Sources : ADPA, CEPB, 60J 50/75, rapports généraux de l’Église consistoriale d’Orthez, 1873

  • 15 ADPA, CEPB, 60 J 50/75, rapports généraux de l’Église consistoriale d’Orthez, 1873 et 1879. La sect (...)
  • 16 ADPA, CEPB, 60 J 56/2/4, registre des délibérations de l’Église évangélique libre de Toulouse, asse (...)

6En 1873, chacune des paroisses de la Consistoriale, alors au nombre de huit, possède sa propre bibliothèque, la plus complète étant celle de Bagnères où sont conservés près de 2000 ouvrages. En 1879, il y a treize bibliothèques, Orthez en possédant deux, Tarbes et Pau chacune trois15. En 1894, imitant les Églises réformées, l’Église évangélique libre de Pau fonde, elle aussi, sa propre bibliothèque qui est constituée d’une centaine de volumes mis gratuitement à la disposition de ses membres16.

  • 17 ADPA, CEPB, 1 Mi 109/8, règlement de la bibliothèque de Bagnères-de-Bigorre, 11 mars 1849.

7À leur fondation, les bibliothèques se dotent d’un règlement à l’instar de celui de Bagnères-de-Bigorre adopté le 11 mars 1849. Les ouvrages sont placés sous la responsabilité du pasteur et la bibliothèque, située dans une salle attenante au temple, est ouverte chaque dimanche à l’issue du culte religieux de l’après-midi (articles 1 et 5). Cette disposition, qui se retrouve dans la majorité des bibliothèques protestantes béarnaises, vise à accroître le contrôle du pasteur sur les fidèles. Pour bénéficier des services de la bibliothèque, les protestants doivent signaler leur nom et leur adresse au pasteur (art. 2) et payer un abonnement dont le prix s’élève à 1 franc pour trois mois et à 2,50 francs pour un an (art. 3). Afin de n’empêcher personne d’accéder à la lecture, un tarif réduit est mis en place pour les enfants de moins de 12 ans, les ouvriers et les domestiques, qui n’ont alors à payer que la moitié des prix indiqués (art. 4). Ces conditions remplies, l’abonné peut emprunter un volume de son choix pour une durée de deux semaines, un retard entraînant une amende de 10 centimes par semaine supplémentaire (art. 6). Ces rentrées d’argent, ainsi que celles liées à la compensation donnée par les lecteurs en cas de perte ou de détérioration des ouvrages (art. 7), sont employées « intégralement à l’augmentation et à l’entretien de la bibliothèque » (art. 8). Enfin, un dernier article précise que « les dons en argent ou en livres offerts pour augmenter ou entretenir la bibliothèque seront reçus avec reconnaissance »17.

De l’importance des libéralités

8D’un point de vue strictement financier, rares sont les archives qui offrent un panorama complet de la situation des bibliothèques populaires protestantes sud-aquitaines. Lorsqu’elles existent, elles sont extrêmement lacunaires et ne permettent l’étude des comptes que sur quelques années à l’image de ceux d’Osse-en-Aspe, disponibles uniquement pour les années 1871-1876.

Figure. Les finances de la bibliothèque populaire protestante d’Osse-en-Aspe en francs courants (1871-1876).

Figure. Les finances de la bibliothèque populaire protestante d’Osse-en-Aspe en francs courants (1871-1876).

Source : ADPA, CEPB, 60 J 612/83.

  • 18 La bibliothèque fondée en 1838 a fermé ses portes à une date indéterminée.
  • 19 Ibid.
  • 20 Philippe Chareyre, « Osse-en-Aspe : l’illusion d’une Cévennes pyrénéenne », in Serge Brunet, Nicole (...)
  • 21 ADPA, CEPB, 60 J 612/83, archives de la bibliothèque populaire protestante d’Osse-en-Aspe, comptes, (...)

9Leur analyse démontre que les finances de la bibliothèque populaire protestante de ce petit village de montagne sont saines au moment de sa réouverture en 1871 et qu’elles le demeurent les premières années18. Les recettes proviennent essentiellement de dons annuels, voire bisannuels effectués par de riches protestants, membres de l’Église d’Osse-en-Aspe (40 francs en 1873 par exemple). Chaque année à l’exception de 1876, des livres de la bibliothèque sont également vendus pour renflouer les caisses de l’œuvre : il s’agit pour l’essentiel d’almanachs, de Bibles, de Nouveaux Testaments, de catéchismes protestants ou de livres de cantiques et de psaumes. Les abonnements dépassent, quant à eux, rarement la somme de cinq francs par année. De ce fait, la majorité des sommes perçues par la bibliothèque sont externes à l’Église réformée d’Osse-en-Aspe – à l’exemple des libéralités consenties par les pasteurs de Bagnères-de-Bigorre, Émilien Frossard et son fils Charles-Louis en 1871 – voire sont la conséquence d’une solidarité protestante qui dépasse le seul cadre de la France. En effet, sur les 257,55 francs récoltés en 1875, 196,50 francs ont été prélevés sur une « collecte faite en Écosse »19. Celle-ci a été réalisée par le pasteur Alfred Cadier, qui a épousé, le 22 avril 1873 à Ayr en Écosse, Helen Bost, petite-fille du célèbre prédicateur du Réveil, Ami Bost. En Grande-Bretagne, il parvient à collecter 15 000 francs, dont 14 672 en Écosse, qui doivent servir à la concrétisation des desseins ambitieux du pasteur, qui souhaite transformer le temple d’Osse-en-Aspe en un « enclos missionnaire ». Sa restauration, envisagée dès 1871, débute en 1873 et est complétée par la construction d’une maison d’école et d’un presbytère attenants à l’édifice cultuel. La réouverture de la bibliothèque en 1871 s’inscrit ainsi dans un plus vaste projet de réaffirmation de la présence d’une minorité protestante au sein du village et de la vallée d’Aspe20. La part accordée à la bibliothèque sur les libéralités collectées reste toutefois minime, puisqu’elle n’implique pas la construction d’un bâtiment : environ 200 francs sont octroyés à cette œuvre et financent l’achat de livres, dont le détail n’est pas communiqué dans les archives. Le reste de la somme collectée sert à la reliure d’ouvrages et au paiement des abonnements à des journaux protestants, tels que Le christianisme au xixe siècle ou au Journal des Missions évangéliques de Paris21.

Vers une diversification des catalogues

Des bibliothèques religieuses

  • 22 Voir notamment le catalogue de la bibliothèque d’Orthez de 1914 conservé sous la cote 60 J 50/209.
  • 23 ADPA, CEPB, 60 J 612/82 ; 83. Il existe également pour cette bibliothèque un catalogue qui daterait (...)

10Peu de catalogues des bibliothèques du xixe siècle sont aujourd’hui connus. En effet, bien que les bibliothèques populaires protestantes aient été versées au fond du Centre d’étude du protestantisme béarnais ces dernières années22, il est parfois bien difficile de distinguer les ouvrages possédés avant 1905 de ceux qui ont été achetés plus tardivement. Seuls quelques rares inventaires nous renseignent à ce sujet à l’instar des listes dressées par le bibliothécaire d’Osse-en-Aspe en 1838 et 184223.

Tableau 1. Répartition thématique des livres composant la bibliothèque populaire d’Osse-en-Aspe

Tableau 1. Répartition thématique des livres composant la bibliothèque populaire d’Osse-en-Aspe
  • 24 Marianne Carbonnier, op. cit., pp. 624-625.

11De l’analyse de ce répertoire, il résulte qu’à cette époque, la totalité des ouvrages conservés ont un caractère religieux. Les livres destinés à l’édification de la foi, à la connaissance des textes bibliques occupent une très grande partie des rayonnages de la bibliothèque (41,4 % puis 49,2 %). Les ouvrages du même type, mais destinés aux enfants, constituent une catégorie à part et d’une importance non négligeable en 1832 (17,2 %), qui tend toutefois à décroître en 1842 (10,6 %). Dans cette communauté en proie aux divisions dans les années 1840 et, où l’Église catholique se montre particulièrement active, 15,5 % des publications concernent la controverse, une proportion qui croît en 1842 (18,9 %). Viennent ensuite les mémoires et biographies (12,1 ; 10,6 %) puis les ouvrages consacrés aux missions, probablement pour éveiller des vocations (8,6 % ; 6,8 %). Enfin, quelques rares recueils comme Les chemins de fer ou La vie à la campagne, abordent la question religieuse sous un aspect plus récréatif, mais aussi les nouveautés du siècle et la vie quotidienne dans les sociétés rurales (3,5 % ; 2,3 %). À date équivalente et toutes proportions gardées, puisque les deux bibliothèques ne disposent pas des mêmes budgets et ne s’adressent pas au même public, les catalogues d’Osse-en-Aspe et de Lyon s’avèrent fort différents. En effet, aux côtés des ouvrages proprement religieux, Marianne Carbonnier indique la présence d’ouvrages instructifs, comme des livres de lecture, d’histoire ou de sciences24. Ce type de livres est introduit plus tard dans les bibliothèques béarnaises, lorsque des dons leur permettent de diversifier la nature des ouvrages comme à Bagnères-de-Bigorre.

La bibliothèque de Bagnères-de-Bigorre : un catalogue international et diversifié

  • 25 Les livres les plus récents dans ce catalogue datent de 1856. Il est toutefois antérieur à 1873, pu (...)

12Le catalogue de la bibliothèque de cette station thermale des Pyrénées présente deux spécificités par rapport à celui d’Osse-en-Aspe. En premier lieu, il est composé de livres en différentes langues. Ainsi, un catalogue non daté nous apprend que, sur 495 ouvrages conservés dans les rayonnages de cette bibliothèque, seuls 68,1 % sont en français25.

Tableau 2. Répartition par langue des ouvrages conservés dans la bibliothèque populaire protestante de Bagnères-de-Bigorre, [s.d.]

Tableau 2. Répartition par langue des ouvrages conservés dans la bibliothèque populaire protestante de Bagnères-de-Bigorre, [s.d.]
  • 26 Alexander Taylor, On the curative influence of the climate of Pau and the mineral waters of the Pyr (...)
  • 27 Sur les débats autour du climat palois, voir Pierre Tucoo-Chala, Pau, ville anglaise, 2e éd., Pau, (...)
  • 28 Hélène Lanusse-Cazalé, « Joseph Nogaret et l’évangélisation de l’Espagne : réseaux épistolaires et (...)
  • 29 ADPA, CEPB, 1 Mi 109/8, catalogues de la bibliothèque populaire protestante de Bagnères-de-Bigorre.

13Cette diversité répond à la situation spécifique des communautés protestantes de ces villes. En effet, la population protestante française côtoie, dans les Pyrénées, une importante colonie britannique venue profiter du climat local loué par les médecins anglais ou écossais, tels qu’Alexandre Taylor, auteur de On the curative influence of the climate of Pau and the mineral waters of the Pyrénées on disease26. Véritable succès en Grande-Bretagne, cet ouvrage attire de nombreux insulaires dans la chaîne montagneuse, malgré les nombreuses critiques émises par les climatologues étrangers dans le Times27. Dans ces villes, le culte est à la fois célébré en français et en anglais, dans des édifices cultuels le plus souvent distincts. Néanmoins, dans les œuvres de bienfaisance, les deux communautés font cause commune afin de favoriser à la fois le « réveil » des protestants, mais aussi l’évangélisation. C’est cette même volonté de diffuser les Écritures et autres traités religieux auprès de populations catholiques qui expliquent la présence du Nouveau Testament et de livres de théologie en espagnol dans l’inventaire de cette bibliothèque. À cette époque, Émilien Frossard participe, aux côtés du pasteur de Bayonne Joseph Nogaret, à l’évangélisation des populations espagnoles28. Un autre catalogue, incomplet et non daté, mentionne également trente-neuf livres en allemand, probablement conservés à l’intention des touristes29.

14En second lieu, l’analyse d’un répertoire des livres en français datant de 1890 (cf. tableau ci-contre) met en évidence la diversité des thèmes abordés par les livres conservés.

  • 30 Ibid.
  • 31 Mme Durand-Dassier, Conseils aux jeunes filles à l’époque de leur entrée dans le monde : prières ch (...)

15En effet, sur les 1 007 ouvrages présents dans les rayonnages de la bibliothèque, 289 livres traitent de sujets divers. La moitié d’entre eux a pour thème l’histoire (145), le plus souvent celle du protestantisme. À travers ces livres, il s’agit d’entretenir la mémoire des persécutions subies par les protestants depuis le xvie siècle, à l’image des Camisards auxquels sont consacrés plusieurs livres de la bibliothèque. Viennent ensuite les livres de géographie et de voyages (94) et de sciences (55). Ils ont trait, pour l’essentiel, à la géologie et à la découverte des Pyrénées. La conservation de ces ouvrages s’explique, entre autres, par l’intérêt porté par Émilien et Charles-Louis Frossard à la chaîne montagneuse. Tous deux sont d’ailleurs à l’origine de la fondation, en 1865, de la première Société francophone dédiée à l’étude des Pyrénées, la Société Ramond, dont la bibliothèque populaire protestante conserve tous les bulletins. Rares sont en revanche les livres traitant de l’économie ou de la politique (un seul livre)30. Les livres en faveur de la jeunesse sont eux aussi plus variés : les catéchismes et autres ouvrages d’instruction religieuse côtoient des livres récréatifs comme les romans de Jules Verne ou des Histoires pour les enfants de 5 à 9 ans. L’éducation des jeunes filles n’est, quant à elle, pas négligée, puisque celles-ci sont invitées à lire notamment les Conseils aux jeunes filles à leur entrée dans le monde ou Hélène Maurice, ouvrage pour les jeunes filles, publiés par les éditions protestantes31.

Tableau 3. Répartition thématique des livres composant la bibliothèque populaire de Bagnères-de-Bigorre, 1890

Tableau 3. Répartition thématique des livres composant la bibliothèque populaire de Bagnères-de-Bigorre, 1890
  • 32 ADPA, CEPB, 60 J 50/75, rapport général de l’Église consistoriale d’Orthez par Alfred Cadier, 1889.

16Une telle diversité dans le choix des ouvrages présentés aux lecteurs tend à devenir la norme au sein des bibliothèques populaires protestantes du Sud de l’Aquitaine à la demande des pasteurs. En 1891, Alfred Cadier propose en outre de centraliser les achats et la gestion des bibliothèques. Il s’inspire en cela de l’expérience de l’archevêque du diocèse de Bordeaux qui dispose d’un fonds et de livres dans chaque paroisse et renouvelle annuellement les ouvrages. Une telle pratique d’échange entre bibliothèques aurait l’avantage, selon le pasteur, d’insuffler régulièrement de la nouveauté afin d’intéresser des lecteurs généralement peu nombreux32.

Un succès en demi-teinte

Face à la concurrence des œuvres laïques

  • 33 ADPA, CEPB, 60 J 50/70, registre des délibérations du Consistoire d’Orthez, 30 novembre 1865.
  • 34 André Encrevé, « Les premières années du Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme fra (...)
  • 35 Pierre-Louis Tourasse est également à l’origine de l’édition d’un Bulletin d’éducation et d’instruc (...)
  • 36 Félix Pécaut, Rapports d’inspection générale sur l’Académie de Bordeaux, Paris, Impr. nationale, Bo (...)

17Bien que disposant d’un réseau qui leur est propre, les Églises réformées du sud de l’Aquitaine et plus particulièrement les pasteurs de la Consistoriale entretiennent des relations avec les représentants des bibliothèques publiques. En 1865, Alphonse Cadier, pasteur de Pau, loue notamment les mérites de Léon Soulice, bibliothécaire de la ville, qui a permis au pasteur de découvrir plusieurs ouvrages susceptibles de lui permettre d’écrire l’histoire du protestantisme dans la capitale béarnaise33. Toutefois, cette démarche n’est pas spécifique au Béarn et s’inscrit dans un mouvement de reconstitution de l’histoire des huguenots. En 1852 est ainsi fondée, à Paris, la Société de l’histoire du protestantisme français suivie de l’ouverture, en 1880, d’une bibliothèque conservant archives et livres imprimés ayant trait au protestantisme34. Par la suite, la IIIe République voit se développer une offre laïque conséquente, dans les Basses-Pyrénées, grâce, entre autres, aux dons de Pierre-Louis Tourasse, qui a, en partie, permis la fondation d’une bibliothèque dans chacun des quarante cantons que compte le département35. Ce qui fait dire, en 1880, à Félix Pécaut, auteur d’un rapport d’inspection générale sur l’Académie de Bordeaux, que « les bibliothèques populaires ne sont nulle part plus florissantes »36.

  • 37 ADPA, CEPB, 60 J 50/75, rapports généraux de l’Église consistoriale d’Orthez, 1887.
  • 38 Marianne Carbonnier, op. cit., p. 622.
  • 39 Thierry Issartel, Les bourgeois d’Orthez, Étude d’une élite urbaine (1870-1914), TER de maîtrise, u (...)
  • 40 Le conseil d’administration de la bibliothèque populaire cantonale est présidé par Henri Vidal puis (...)

18Face à cette concurrence de plus en plus aiguisée, seules deux bibliothèques protestantes parviennent à tirer leur épingle du jeu. À Osse-en-Aspe, Alfred Cadier ouvre les portes de sa maison, où sont conservés les livres, tous les dimanches après-midi. En 1887, trente lecteurs empruntent 390 ouvrages, soit une moyenne de treize livres par personne37. Rapporté à la population protestante de la commune, le nombre de lecteurs apparait dérisoire, contrairement à Orthez, où un peu plus du tiers des fidèles consultent des ouvrages (409 lecteurs). Cette année-là, 6 065 prêts sont enregistrés par le bibliothécaire, un nombre important si on le compare à celui de Lyon où 2 967 ouvrages sont lus en 1882, 1 395 en 188938. Si la bibliothèque populaire protestante de Lyon pâtit de la concurrence de l’offre laïque, il ne semble pas que cela soit le cas à Orthez, où une bibliothèque populaire cantonale a été fondée en 1880 et est dirigée par un « conseil d’administration élu par les souscripteurs en dehors de tout esprit de parti politique et religieux »39. Bien que l’initiative de la fondation de cette bibliothèque soit protestante, cette œuvre laïque est un trait d’union entre notables protestants et catholiques, qui s’unissent afin de favoriser le développement de la lecture40. En dehors de ces deux cas, les bibliothèques protestantes sud-aquitaines peinent à fidéliser leur lectorat.

Un déficit d’infrastructures et un manque d’encadrement des lecteurs

  • 41 Ibid., rapports généraux de l’Église consistoriale d’Orthez, 1876.

19Malgré les diverses mesures prises par les Églises réformées, la plupart des bibliothèques ne rencontrent pas le succès escompté, comme en témoignent les rapports annuels dressés par les pasteurs, qui regrettent le manque d’intérêt des protestants pour la lecture. En 1876, Alphonse Cadier souligne ainsi que « les lecteurs ne sont pas nombreux »41. L’autre déception des pasteurs concerne la nature des ouvrages consultés. En 1890, le pasteur de Sauveterre-de-Béarn, Daniel Bourchenin, insiste sur ce point dans son rapport annuel :

  • 42 ADPA, CEPB, 60 J 50/82, rapports annuels de l’Église réformée de Sauveterre, 1890.

« On ne lit pas les ouvrages d’agriculture et d’économie, très peu l’histoire et la littérature, les sermons et la théologie, mais beaucoup les publications de Toulouse et les romans religieux »42.

  • 43 ADPA, CEPB, 60 J 50/75, rapport général de l’Église consistoriale d’Orthez par Jean Roth, 1891.
  • 44 Ibid., rapports généraux de l’Église consistoriale d’Orthez, 1876.

20Cette remarque est renouvelée, l’année suivante, par Jean Roth, pasteur d’Orthez, qui critique le fait que les romans religieux soient plébiscités par les lecteurs au détriment des « sermons et autres ouvrages d’un genre grave »43. Alphonse Cadier, le pasteur de Pau, attribue cette désaffection du public protestant au manque d’organisation des bibliothèques et d’accompagnement des lecteurs. Pour remédier à ce problème, il préconise la formation de personnes aptes à conseiller les protestants dans leurs lectures44.

  • 45 Elle rouvre durant quelques années sous le pastorat de Bourchenin, mais sans réel succès.
  • 46 ADPA, CEPB, 60 J 50/82, rapports de l’Église réformée de Sauveterre-de-Béarn, 1874
  • 47 Ibid., 1876. Nous ne connaissons pas la date exacte de la fermeture de la bibliothèque ; elle est e (...)
  • 48 Ibid., 1888-1904.

21La situation de ces bibliothèques se dégrade dans le dernier tiers du xixe siècle : en 1887, le pasteur de Bellocq juge celle de son Église en « mauvais état » ; celle de Salies-de-Béarn est « peu suivie » ; à Bayonne, les livres sont « peu lus ». La situation est analogue à Pau et dans les Hautes-Pyrénées alors que celle de Sauveterre-de-Béarn a fermé ses portes, malgré les diverses tentatives de réorganisation45. Ce dernier exemple démontre bien les difficultés liées à l’entretien d’une bibliothèque et l’investissement, tant humain que financier, qu’elle nécessite. En 1874, Armand Dupin de Saint-André insiste sur la prospérité de la bibliothèque et sur le nombre important de lecteurs, notamment en raison de l’engagement régulier du pasteur, qui commande chaque année de nouveaux livres auprès des Sociétés de livres religieux et du ministère de l’Instruction publique. Il s’adjoint les services d’un particulier, Pierre Casalis, qui fonde dans sa demeure, à Navarrenx, une bibliothèque de taille plus modeste46. À son arrivée en 1876, son successeur, Jean-Jacques Edmond Cerisier, dresse un bilan plus mitigé et s’investit moins dans cette cause, ce qui provoque la fermeture de la bibliothèque quelques années plus tard47. Il faut attendre le ministère de Daniel Bourchenin (1888) pour que cette petite bibliothèque connaisse un nouvel essor48.

Un lectorat principalement féminin

  • 49 ADPA, CEPB, 60 J 612/82-84, bibliothèque populaire protestante d’Osse-en-Aspe. Pour 1871-1877, nous (...)
  • 50 ADPA, CEPB, 60 J 612/11, registre des délibérations du conseil presbytéral d’Osse-en-Aspe, 29/10/18 (...)
  • 51 ADPA, CEPB, 60 J 612/82-84, bibliothèque populaire protestante d’Osse-en-Aspe.

22Le profil des lecteurs et leurs comportements sont, néanmoins, difficiles à appréhender tant les données sont sporadiques. À Osse-en-Aspe, nous disposons de trois listes datant respectivement de 1838, 1842-1844, 1871- 187749. L’existence de la bibliothèque n’est pas linéaire : en 1871, au lendemain de son installation, Alfred Cadier décide, avec l’accord du conseil presbytéral, de la « création d’une bibliothèque protestante » sans faire référence à l’ancienne50. Le nombre global de lecteurs n’évolue guère entre 1838 (18 abonnés), 1842-1844 (15) et 1871-1877 (26), malgré une augmentation du nombre d’emprunts annuels (35 en 1838, 61 en 1871-1877). En revanche, les usagers ne sont guère assidus dans leurs lectures, puisque seule la moitié des abonnés consulte plus d’un ouvrage au cours de l’année 1838. Cette proportion décroît fortement en 1842-1844, période au cours de laquelle les lecteurs réguliers ne représentent plus qu’un 1/5e des inscrits. Enfin, en 1871-1877, dix individus, soit 38 % des lecteurs, réalisent à eux seuls 85 % des emprunts. La généralisation de l’alphabétisation, la diversification du catalogue de la bibliothèque, ainsi qu’un meilleur encadrement des usagers sont probablement à l’origine de ces évolutions. Toutefois, il importe de souligner que les emprunteurs sont, en 1871-1877, principalement des membres de l’élite protestante locale, alors que les paysans et leurs familles se montrent beaucoup plus irréguliers dans la pratique de la lecture, du moins à la bibliothèque. En effet, parmi les abonnés, figurent notamment l’institutrice, Madame Callon, une belle-sœur du pasteur, Caroline Bost, ou encore des propriétaires et/ou leurs épouses51.

  • 52 ADPA, CEPB, 60 J 50/75, tableau synoptique de la situation des Églises de la Consistoriale par Eugè (...)

23Si la répartition par genre des individus démontre une prédominance générale des hommes parmi les lecteurs (56 % en 1838, 58 % en 1871-1877), les deux sexes ont des comportements différents, puisque les femmes empruntent généralement plus d’ouvrages. En 1838, sept personnes ont lu chacune trois livres, mais les femmes représentent près de 70 % de ce groupe. Il en est de même entre 1871 et 1877 où sur dix lecteurs ayant emprunté plus de dix livres, sept sont des femmes. Cette tendance à la féminisation du lectorat est une constante que plusieurs pasteurs, dont Jean Roth d’Orthez et Daniel Bourchenin de Sauveterre-de-Béarn, mettent en évidence. À la même occasion, ils constatent que les garçons se détournent aisément de la lecture52. Généralement, les parents prennent tout de même soin de donner goût à la lecture, mais aussi à la religion, à leurs enfants ; un comportement analogue est d’ailleurs souligné par le pasteur Cerisier de Sauveterre-de-Béarn, en 1876 :

  • 53 ADPA, CEPB, 60 J 50/82, rapports annuels de l’Église réformée de Sauveterre-de-Béarn, 1876.

« Cependant, il y a beaucoup de familles dans lesquelles les enfants font le soir, une lecture à haute-voix »53.

24Ainsi, les bibliothèques populaires protestantes sud-aquitaines, nées d’initiatives strictement locales, se structurent, en marge des œuvres populaires laïques et catholiques, en un réseau cohérent, qui couvre l’ensemble des sections de l’Église consistoriale. Si la gouvernance de ces œuvres demeure l’apanage des pasteurs, le Consistoire d’Orthez tente, au cours de la seconde moitié du xixe siècle, d’encadrer leur fonctionnement afin de faciliter l’accès régulier des protestants à la lecture et d’éviter tout morcellement supplémentaire de la minorité protestante. Ces bibliothèques s’adressent également aux populations catholiques et en cela apparaissent comme un outil d’évangélisation.

25Parce que la Bible et les traités religieux occupent naturellement une place de choix dans leurs répertoires, ces bibliothèques participent à l’édification des fidèles, qu’il convient de familiariser avec la lecture quotidienne des Écritures. Par la suite, grâce à la diversification de leurs catalogues, elles participent également à la diffusion de savoirs historiques et scientifiques au sein de la communauté protestante. Les enfants ne sont pas négligés, puisque bon nombre d’ouvrages conservés leur sont adressés, comme les catéchismes, dans l’objectif de consolider leur instruction religieuse. Quelques livres récréatifs viennent compléter leur éducation.

26Toutefois, les bibliothèques ne rencontrent pas le succès escompté par le Consistoire d’Orthez et par les pasteurs, qui se plaignent régulièrement du manque de lecteurs, mais aussi du type de lecture auquel s’adonnent les rares inscrits. Si elles parviennent à séduire les femmes membres des petites élites locales, les hommes semblent, selon les dires des pasteurs, se détourner de la lecture de livres religieux. Une attitude symptomatique de la sécularisation progressive de la société française, processus que les Églises réformées n’ont de cesse de tenter d’enrayer alors que se profile la séparation des Églises et de l’État, qui bouleverse les équilibres en présence, y compris dans le domaine des œuvres religieuses.

Notes

1 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ADPA), Fonds du Centre d’étude du protestantisme béarnais (CEPB), 60 J 612/82, catalogue de la bibliothèque populaire protestante d’Osse-en-Aspe, 25 avril 1838.

2 Jean-Yves Carluer, « Les enjeux culturels de l’évangélisation protestante au xixe siècle. Les trois âges de la Société des livres religieux de Toulouse (1820-1891) », Théologie évangélique, 2007, vol. 6, n° 3, p. 221.

3 Patrick Cabanel, André Encrevé, « De Luther à la loi Debré : protestantisme, école et laïcité », Histoire de l’éducation, mai 2006, n° 110, pp. 5-21.

4 Daniel Robert, Les églises réformées en France (1800-1830), Paris, PUF, 1961, 632 p. ; André Encrevé, Protestants français au milieu du xixe siècle : les réformés de 1848 à 1870, Paris/Genève, Labor et Fides, 1986 (coll. Histoire et société), 1121 p.

5 Le Réveil est une théologie inspirée du méthodisme anglo-saxon et du piétisme allemand.

6 Jean Baubérot, Le retour des Huguenots : la vitalité protestante, xixe-xxe siècle, Paris/Genève, Cerf/Labor et Fides, 1985, pp. 47-50.

7 Marianne Carbonnier, « Une bibliothèque populaire au xixe siècle : la bibliothèque populaire protestante de Lyon au xixe siècle », Revue d’histoire du livre, 1978, n° 20, pp. 613-645.

8 Jacques Revel, « Micro-analyse et construction du social », in Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles, la micro-analyse à l’expérience, Paris, Seuil-Gallimard, 1996 (coll. Hautes études), p. 17.

9 ADPA, CEPB, 1 Mi 109/8, règlement de la bibliothèque du temple de Bagnères fondée en 1849, liste des livres français et anglais ; comptabilité (1874-1894).

10 ADPA, CEPB, 60 J 50/68, registre des délibérations du consistoire général d’Orthez, réponse à la circulaire de la commission pastorale de Paris du 16 mai, 28/11/1834.

11 ADPA, CEPB, 60 J 50/70, registre des délibérations du consistoire général d’Orthez, 30/11/1865.

12 Idem, 20/03/1867. À partir des années 1830 émergent, en Béarn, de nouvelles communautés protestantes dans le Sud aquitain : les Églises évangéliques libres, séparées de la tutelle de l’État, qui insistent sur la dimension personnelle de la religion et la nécessité d’une profession de foi, et le darbysme, qui se dispense de toute formation ecclésiastique.

13 Ibid.

14 Dominique Kalifa, La culture de masse en France, t. 1 : 1860-1930, Paris, Éditions La Découverte, 2001 (coll. Repères ; 323), pp. 30-31 ; Noë Richter, « Aux origines de la lecture publique », Bulletin des bibliothèques de France, 1978, n° 4, pp. 221-249. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1978-04-0221-001 >.

15 ADPA, CEPB, 60 J 50/75, rapports généraux de l’Église consistoriale d’Orthez, 1873 et 1879. La section de Tarbes comprend les bibliothèques de Tarbes, Bagnères-de-Bigorre et Cauterets. Pau possède une bibliothèque populaire dirigée par l’Église, une dédiée aux missions et une dernière possédée par l’École du Dimanche.

16 ADPA, CEPB, 60 J 56/2/4, registre des délibérations de l’Église évangélique libre de Toulouse, assemblée générale de l’Église, rapport annuel, 14/10/1894.

17 ADPA, CEPB, 1 Mi 109/8, règlement de la bibliothèque de Bagnères-de-Bigorre, 11 mars 1849.

18 La bibliothèque fondée en 1838 a fermé ses portes à une date indéterminée.

19 Ibid.

20 Philippe Chareyre, « Osse-en-Aspe : l’illusion d’une Cévennes pyrénéenne », in Serge Brunet, Nicole Lemaître (dir.), Clergés, communautés et familles des montagnes d’Europe : actes du colloque Religion et montagnes, Tarbes, 30 mai-2 juin 2002, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005 (coll. Histoire moderne ; 50), pp. 381-396.

21 ADPA, CEPB, 60 J 612/83, archives de la bibliothèque populaire protestante d’Osse-en-Aspe, comptes, 1875.

22 Voir notamment le catalogue de la bibliothèque d’Orthez de 1914 conservé sous la cote 60 J 50/209.

23 ADPA, CEPB, 60 J 612/82 ; 83. Il existe également pour cette bibliothèque un catalogue qui daterait au mieux de 1907 (60J 612/84). Jean-Yves Carluer, op. cit., pp. 218-223.

24 Marianne Carbonnier, op. cit., pp. 624-625.

25 Les livres les plus récents dans ce catalogue datent de 1856. Il est toutefois antérieur à 1873, puisque cette année-là, le pasteur de l’Église de Bagnères-de-Bigorre précise que la bibliothèque dispose de deux mille ouvrages.

26 Alexander Taylor, On the curative influence of the climate of Pau and the mineral waters of the Pyrénées on disease, Pau, Vignancour, 1842. Traduction française : De l’influence curative du climat de Pau et des eaux minérales des Pyrénées sur les maladies... Traduit de l’anglais par Patrick O’Quin, Pau, É. Vigancour, 1843.

27 Sur les débats autour du climat palois, voir Pierre Tucoo-Chala, Pau, ville anglaise, 2e éd., Pau, Librairie des Pyrénées et de Gascogne/Princi Néguer, 1999, pp. 47-102.

28 Hélène Lanusse-Cazalé, « Joseph Nogaret et l’évangélisation de l’Espagne : réseaux épistolaires et pratiques clandestines (1840-1860) », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, janvier-mars 2013, t. 159, n° 1, n° spécial « Correspondances pastorales », Marianne Carbonnier-Burkard (dir.), pp. 181-197.

29 ADPA, CEPB, 1 Mi 109/8, catalogues de la bibliothèque populaire protestante de Bagnères-de-Bigorre.

30 Ibid.

31 Mme Durand-Dassier, Conseils aux jeunes filles à l’époque de leur entrée dans le monde : prières chrétiennes, choix de cantiques, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1878, 356 p. ; Hélène Maurice, ouvrage pour les jeunes filles, traduit de l’anglais, Toulouse, Société des livres religieux, 1870.

32 ADPA, CEPB, 60 J 50/75, rapport général de l’Église consistoriale d’Orthez par Alfred Cadier, 1889.

33 ADPA, CEPB, 60 J 50/70, registre des délibérations du Consistoire d’Orthez, 30 novembre 1865.

34 André Encrevé, « Les premières années du Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, 2002, t. 148, n° 4, pp. 709-733.

35 Pierre-Louis Tourasse est également à l’origine de l’édition d’un Bulletin d’éducation et d’instruction populaires des Basses-Pyrénées, qui paraît après la mort du bienfaiteur en 1882, sous la direction d’Albert Piche, exécuteur testamentaire de Pierre-Louis Tourasse. Cette revue porte le sous-titre suivant « organe spécial des bibliothèques cantonales ».

36 Félix Pécaut, Rapports d’inspection générale sur l’Académie de Bordeaux, Paris, Impr. nationale, Bordeaux, 1880, p. 55.

37 ADPA, CEPB, 60 J 50/75, rapports généraux de l’Église consistoriale d’Orthez, 1887.

38 Marianne Carbonnier, op. cit., p. 622.

39 Thierry Issartel, Les bourgeois d’Orthez, Étude d’une élite urbaine (1870-1914), TER de maîtrise, université de Bordeaux III, 1986, p. 135.

40 Le conseil d’administration de la bibliothèque populaire cantonale est présidé par Henri Vidal puis par Philippe Armstrong, deux protestants, mais il réunit un nombre à peu près équivalent de notables catholiques et protestants.

41 Ibid., rapports généraux de l’Église consistoriale d’Orthez, 1876.

42 ADPA, CEPB, 60 J 50/82, rapports annuels de l’Église réformée de Sauveterre, 1890.

43 ADPA, CEPB, 60 J 50/75, rapport général de l’Église consistoriale d’Orthez par Jean Roth, 1891.

44 Ibid., rapports généraux de l’Église consistoriale d’Orthez, 1876.

45 Elle rouvre durant quelques années sous le pastorat de Bourchenin, mais sans réel succès.

46 ADPA, CEPB, 60 J 50/82, rapports de l’Église réformée de Sauveterre-de-Béarn, 1874

47 Ibid., 1876. Nous ne connaissons pas la date exacte de la fermeture de la bibliothèque ; elle est encore signalée dans le rapport de 1881.

48 Ibid., 1888-1904.

49 ADPA, CEPB, 60 J 612/82-84, bibliothèque populaire protestante d’Osse-en-Aspe. Pour 1871-1877, nous ne disposons que du nom des lecteurs et du numéro attribué par le bibliothécaire aux livres qu’ils ont consultés.

50 ADPA, CEPB, 60 J 612/11, registre des délibérations du conseil presbytéral d’Osse-en-Aspe, 29/10/1871.

51 ADPA, CEPB, 60 J 612/82-84, bibliothèque populaire protestante d’Osse-en-Aspe.

52 ADPA, CEPB, 60 J 50/75, tableau synoptique de la situation des Églises de la Consistoriale par Eugène Balfet, 1891.

53 ADPA, CEPB, 60 J 50/82, rapports annuels de l’Église réformée de Sauveterre-de-Béarn, 1876.

Table des illustrations

Titre Carte. Les bibliothèques populaires protestantes sud-aquitaines en 1873
Crédits Sources : ADPA, CEPB, 60J 50/75, rapports généraux de l’Église consistoriale d’Orthez, 1873
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Figure. Les finances de la bibliothèque populaire protestante d’Osse-en-Aspe en francs courants (1871-1876).
Crédits Source : ADPA, CEPB, 60 J 612/83.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Tableau 1. Répartition thématique des livres composant la bibliothèque populaire d’Osse-en-Aspe
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12423/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Tableau 2. Répartition par langue des ouvrages conservés dans la bibliothèque populaire protestante de Bagnères-de-Bigorre, [s.d.]
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12423/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau 3. Répartition thématique des livres composant la bibliothèque populaire de Bagnères-de-Bigorre, 1890
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12423/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search