Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

Contours architecturaux des bibliothèques

Quelle place pour la couleur en bibliothèque ?

Hélène Valotteau

Texte intégral

Villeurbanne, bibliothèque Marie-Curie du Service commun de la documentation Doc'INSA

1À l’heure où les notions de convivialité et d’accueil sont remises au cœur des préoccupations pour attirer les lecteurs dans la bibliothèque physique, il est intéressant de détailler les ingrédients qui constituent le bâtiment. Les couleurs sont le premier élément matériel perceptible et participent de l’impression de confort qui se dégage d’un espace. Pourtant, elles sont rarement au centre des réflexions dans la conception architecturale.

2Le traitement des couleurs en bibliothèque a évolué au cours des dix dernières années. Il ne sera question ici que des teintes utilisées en intérieur, étudiées à partir d’une sélection d’établissements français et européens, universitaires ou de lecture publique, construits ou rénovés entre 1998 et 2010. Les utilisations de la couleur à des fins signalétiques, dans la mesure où elles influent de façon visible sur l’ambiance chromatique (en particulier la signalétique directionnelle), seront évoquées ; en revanche tout ce qui renvoie à un usage plus pratique et ponctuel de la couleur comme code (l’équipement des ouvrages) sera laissé de côté.

3Quelles sont les évolutions perceptibles dans le traitement de la couleur en bibliothèque ces dix dernières années ? Son assimilation à un matériau architectural permet d’analyser où et sous quelle forme elle se manifeste dans les espaces, ainsi que les teintes plébiscitées au fil du temps. C’est aussi l’occasion de se pencher sur le rôle que la couleur joue en bibliothèque, tant pour la lecture du bâtiment que pour l’architecte qui y modèle son identité.

Villeurbanne, bibliothèque Marie-Curie du Service commun de la documentation Doc'INSA

LA COULEUR COMME MATÉRIAU : SOUS QUELLES FORMES ET OÙ LA TROUVE-T-ON ?

4Il y a des lieux et des objets où la couleur est privilégiée en bibliothèque. Cela répond à des poncifs, parfois de l’ordre du réflexe, et en dit long sur la bibliothèque comme lieu de savoir. Mais quelles mutations, généralisations, disparitions ont été à l’œuvre ces dix dernières années lors des constructions et réaménagements, tant du point de vue des espaces que des teintes chromatiques utilisés ?

Les lieux de la couleur : en dix ans, elle gagne tous les espaces

5Si elle se déploie de préférence sur les éléments mobiliers, et en particulier sur les assises, renouvelables plus facilement, la couleur a, de manière évidente, colonisé petit à petit toute la bibliothèque, murs et sols compris, quels que soient la section et le public.

6« Les couleurs, c’est pour les enfants ». Cette assertion permet de pointer une première évidence : la section jeunesse concentre les couleurs en bibliothèque. C’est en apparence le (seul) lieu légitime de son foisonnement, au point que le pluriel semble de rigueur : il n’est pas tant question de LA que DES couleurS, les plus vives possibles. Au début de la décennie, ce sont les couleurs primaires « sorties du tube » (rouge, jaune, bleu, auxquels on adjoint le vert) qui dominent. Néanmoins la mode de l’ameublement intérieur exerce aussi son influence. Bien que ce soit moins rapide que dans l’univers domestique, on assiste à une certaine évolution des primaires vers des teintes aussi vives et éclatantes mais plus acidulées. Les pointes de vert anis, parme, fuchsia, orange, turquoise des médiathèques Louise-Michel à Paris, Hélène-Oudoux à Massy ou Le Passage à Agen illustrent bien cette multiplication des coloris, moins purs mais plus variés. La polychromie se situe donc nettement du côté du jeu, du divertissement, du plaisir ; elle revêt un côté festif, qui stimule l’éveil. Elle serait plutôt impropre à la concentration intellectuelle, par opposition à la « bibliothèque pour grands » plus monochrome, lieu de savoir silencieux, de mesure. Le contraste est flagrant quand on confronte les sections jeunesse et adulte de médiathèques comme le Passe-Muraille à Saint-Julien-de-Concelles ou Diderot à Rezé (deux communes de Loire-Atlantique). Ce constat est également lié aux catalogues de fournisseurs qui rivalisent de mobiliers aux formes amusantes et multicolores… à destination des enfants uniquement.

7Toutefois, la bibliothèque en général est-elle pour autant un espace de non-couleur ? Dans l’imaginaire collectif, elle a plutôt une image austère, sérieuse, poussiéreuse, voire inconfortable, en tout cas peu attrayante et dédiée à l’étude. Ces lieux ne suscitent aucun souvenir, ils semblent interchangeables, impersonnels. Ainsi les médiathèques Elsa-Triolet (Villejuif) ou Diderot (Rezé) s’avèrent-elles difficiles à décrire car rien ne ressort, ne vient rompre la monotonie des alignements. Ce n’est pas tant l’absence de couleur qui frappe mais le non-usage des contrastes ou de dominantes chromatiques perceptibles, une sorte de non-choix et de désintérêt pour la question. Les bibliothèques universitaires ont longtemps répondu à ce stéréotype, comme si esthétique et convivialité n’avaient pas lieu d’être dans le temple du savoir. Les constructions ou réhabilitations récentes (de la bibliothèque universitaire (BU) de Paris 8 à la BU des sciences de Lyon 1 à la Doua, Villeurbanne) prouvent à l’inverse que ces dimensions sont désormais prises en compte aussi bien par les architectes que par les bibliothécaires, qui soignent leur cadre de travail et d’accueil. La couleur fait même, à la marge, son apparition dans les espaces internes, jusque dans les magasins, qui utilisent son pouvoir signalétique et discriminant. À l’inverse, l’absence totale de couleur vive, loin d’être insipide, peut aussi devenir un choix esthétique frappant, comme l’est la blancheur ouatée qui règne au Rolex Learning Center de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, ouvert en 2010.

Massy, médiathèque Hélène-Oudoux

  • 1 Les diagonales sociales regroupent tous les services et espaces collectifs satellites des lieux de (...)

8En outre, au fur et à mesure que la palette employée se diversifie, les couleurs ont nettement tendance à s’exporter de la section jeunesse vers les autres espaces. Cela s’explique en partie du fait de l’organisation en grands plateaux où se fait jour la nécessité de trouver une harmonie entre l’espace jeunesse multicolore et le reste de la bibliothèque. Cela évite aussi de stigmatiser par un mobilier « bébé » les adolescents qui hésitent entre les rayons. Le sentiment que la couleur relève de la décoration et qu’elle est porteuse de chaleur domine. Ces notions sont d’autant plus importantes dans la bibliothèque physique aujourd’hui qu’elle est en concurrence avec les services à distance : le premier avantage offert est bien un espace qui se veut accueillant. La bibliothèque n’est plus seulement un lieu d’étude mais aussi de détente et de partage, et le bâtiment « annonce la couleur ». Ce sont naturellement les zones de convivialité, grâce au mobilier (chauffeuse, pouf, canapé ou simple chaise), qui disséminent la couleur à travers tout le bâtiment, à destination des grands comme des petits. En BU, les coins de lecture de la presse servent de prétexte pour inviter la couleur dans l’édifice, à la bibliothèque Michel-Serres de l’école de commerce de Lyon par exemple, avant de gagner du terrain, comme le montre l’omniprésence des fauteuils roses et verts de la BU sciences de Lyon1. Les bibliothèques municipales ne sont pas en reste, avec des sièges design dispersés dans tous les espaces des dernières médiathèques parisiennes que sont Chaptal, Marguerite-Yourcenar et Marguerite-Duras… Même la Bibliothèque publique d’information (BPI) a souhaité ajouter des touches colorées au rez-de-chaussée, par opposition au gris-violet « de demi-deuil » prôné par Jean-François Bodin lors de la rénovation des années deux-mille. Les couleurs vives sont encore plus présentes dans les zones dites « de sociabilité » intégrées à la bibliothèque, tels que les points de restauration (on pense à la cafétéria orange de la BPI ou aux sièges translucides, du rouge au jaune, du café de la bibliothèque municipale de Lyon à la Part-Dieu) ou les diagonales sociales 1 dans les learning center. À Lausanne, une des rares taches de couleur dans la blancheur immaculée provient ou bien des poufs (orange, gris, bleu) que les étudiants déplacent à leur guise, ou bien de la délicate lumière rose-violet qui illumine l’arrière-plan du restaurant Paul-Klee. De ludique, la couleur devient le symbole de l’échange et d’une forme de confort.

Paris, bibliothèque universitaire Pierre-et-Marie-Curie : Mathématiques Informatique Recherche (MIR) – site Jussieu

Paris, bibliothèque universitaire Pierre-et-Marie-Curie : Mathématiques Informatique Recherche (MIR) – site Jussieu

Quelles couleurs ? Des gammes primaires restreintes à des teintes acidulées en vogue

  • 2 DR Media House : bâtiment culturel ouvert en 2007 à Copenhague qui regroupe la radio et la télévis (...)

9Après ce bref aperçu des lieux d’expression privilégiés de la couleur et de la généralisation de son utilisation comme porteuse des valeurs d’accueil et de convivialité, il est intéressant de s’attarder sur les choix chromatiques récurrents. Un panorama des tendances permet de discerner les effets de mode mais aussi la portée symbolique de la couleur en bibliothèque. La complexité du choix est renforcée par le fait que la bibliothèque est un lieu public: il s’agit de séduire tout un chacun, tout de suite, mais aussi sur la durée. C’est pourquoi les fournisseurs de mobilier de « l’école de l’invisible » conseillent des teintes neutres, choisies dans un nuancier plutôt restreint. Des évolutions sont néanmoins notables, car l’époque des couleurs primaires comme celle des teintes plutôt pastel et layette semblent toutes deux révolues. De même, l’ère du « tout béton, verre et matériaux bruts » plébiscitée lors du programme de construction des bibliothèques municipales à vocation régionale (BMVR) a fait son temps ; les chantiers récents reviennent à des espaces plus colorés, avec des identités chromatiques assez tranchées. Les couleurs chaudes sont omniprésentes, entre rouge et violet, tandis que blanc et noir jouent les antithèses « tendance ». Les quatre ensembles qui se dessinent (noir et blanc, rouge, violet) offrent l’occasion de se pencher sur la symbolique de ces teintes au sein du monde occidental. Il faut, en effet, garder en tête que ces couleurs très utilisées aujourd’hui correspondent à une certaine culture et des nuances géographiques sont à noter. Le vert et l’orange, omniprésents aux Pays-Bas (à la DOK de Delft, à la Hoensbroek et à la Heerhugowaard Public Library), ont pour les Français un arrière-goût de seventies qui en proscrit plutôt l’usage (toutefois en passe de revenir, plus vintage que jamais). Le blanc, avant de s’imposer en France, a dans un premier temps caractérisé les bibliothèques nordiques érigées en modèle (que ce soit la Hjørring Public Library ou la DR Media House à Copenhague2).

10Les deux valeurs « sûres » que représentent le noir et le blanc, recommandés car « indémodables », en font des couleurs constamment utilisées en bibliothèque, lieu de mémoire atemporel par excellence. C’est donc leur association contrastée ou l’omniprésence de l’une de ces deux couleurs qui se démarque comme un phénomène récent et chic. L’éclairage zénithal renforce l’omniprésence du blanc qui en devient quasi surnaturel, à l’Insa de Lyon ou dans la nouvelle Open Bare Bibliotheek d’Amsterdam. À l’inverse, s’il est inconcevable de penser une maison à l’intérieur entièrement noir, les lieux publics deviennent des terrains d’expérience, avec la création d’atmosphères inédites, comme au centre culturel de la Sagrada familia à Barcelone.

11L’une de ces deux teintes peut aussi être révélée par une couleur chaude en contrepoint, telle que le rouge dans l’atmosphère immaculée à Rouffach ou un camaïeu orangé tranchant sur le noir de la médiathèque de Carnac. C’est également en opposant le noir et le blanc, l’ombre et la lumière, que les architectes les revisitent. Le sol pied-de-poule de la BU sciences humaines, arts et Moyen-Âge (Bushama) de Poitiers en est un parfait exemple. Les « non-couleurs » deviennent ainsi visibles en étant systématisées. L’utilisation de la connotation double du noir (à la fois austérité, puritanisme, mélancolie mais aussi élégance, raffinement) comme du blanc (fadeur, atonie ou pureté, sérénité) détourne les couleurs classiques de l’écrit pour inventer l’originalité, à l’image du défi auquel sont confrontées les bibliothèques, lieux traditionnels en quête de modernité et de visibilité.

12Le rouge est une autre couleur traditionnellement attachée aux bibliothèques, dont l’usage ne faiblit pas. Étymologiquement et historiquement, le rouge est la teinte qui, de tout temps et sur tous les continents, incarne LA couleur. D’un point de vue symbolique, il renvoie à la force, à l’énergie, au dynamisme. C’est une couleur chaude qui porte les valeurs de l’hospitalité. On comprend mieux ainsi pourquoi de nombreux sièges ont adopté des tons chauds : c’est une invitation à s’installer, à échanger, qui incite à pénétrer dans la bibliothèque. C’est une teinte qui peut être employée dans tous les espaces, sur tous les supports : sols (bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg), murs et banques de prêt (centre Pierre-Mendès-France de Paris 1), plafonds (la bibliothèque mathématiques, informatique et recherche de Paris 6), rayonnages (BU Belle-Beille à Angers), chariots (BU de la Fonderie à Mulhouse) rouges sont assez courants et proposés dans la gamme standard de la majorité des fournisseurs. De plus, en chromothérapie, le rouge est la teinte la plus active physiologiquement car elle a pour effet d’accroître la pression sanguine et d’accélérer le rythme cardiaque. Des salles de lecture rouges auraient donc un pouvoir énergisant, stimuleraient l’intellect et la concentration, autant de qualités recherchées en bibliothèque. D’un point de vue culturel, le rouge est étroitement associé aux honneurs et au prestige. Il s’inscrit traditionnellement dans les lieux de pouvoir ; c’est la couleur de la science, de la connaissance ésotérique. Il paraît donc légitime que la bibliothèque, lieu du savoir, cherche, même inconsciemment, à être associée à cette teinte synonyme de mérite et de distinction… sans verser pour autant dans l’élitisme.

Rennes, bibliothèque Les Champs Libres

13Enfin, une évolution plus récente, mais massive, se fait jour avec l’utilisation de plus en plus fréquente de teintes très à la mode allant du parme au prune. Cette tendance est plus surprenante, car ce camaïeu a été longtemps absent des intérieurs et de la mode vestimentaire. Il souffre d’un déficit de symbole, rose et violet étant traités comme des couleurs intermédiaires du spectre. Ces teintes sont en outre plus difficiles à utiliser en bibliothèque car les déclinaisons du rose sont traditionnellement associées à l’érotisme, à l’univers de la naissance ou au féminin, tandis que le violet, dans la culture chrétienne occidentale, est couleur de deuil. Néanmoins, elles restent du côté chaud du cercle chromatique avec une valeur de convivialité, même si la symbolique est moins forte que pour le rouge. Par ailleurs, les fournisseurs de mobilier se sont empressés de réagir à l’arrivée de ces couleurs dans les intérieurs privés en mettant à jour leurs catalogues. Ainsi sont nées les banques de prêt violettes à Marguerite-Duras (Paris) pour s’accorder au mur prune de l’escalier voulu par l’architecte. Les bibliothèques universitaires, loin de rester à la traîne, jouent sur les couleurs des murs et des sols pour suivre la mode, comme en témoignent le sol fuchsia de la BU sciences de Lyon I dans les circulations ou la moquette parme de l’École nationale supérieure de la rue d’Ulm. Tant que ces nuances restent d’actualité, l’effet positif généré par une ambiance chromatique dans l’air du temps est à la hauteur des risques encourus. L’adoption de teintes tendance aide à rajeunir l’image et le public de la bibliothèque.

LES RÔLES DE LA COULEUR

14L’omniprésence de la couleur en bibliothèque, monochromatique ou multicolore, n’est plus à démontrer. Toutefois, elle n’a pas seulement une vocation esthétique : c’est un matériau à part entière. Si les teintes évoluent, les buts recherchés restent les mêmes : aider visuellement le lecteur à se repérer et laisser une empreinte identifiable.

Clarifier la lecture de l’espace

15Le pouvoir identifiant des couleurs en signalétique n’est pas une nouveauté et ses applications pratiques sont nombreuses dans notre quotidien. Dans la bibliothèque, ce premier usage existe aussi. Les « couleurs de la sécurité » sont omniprésentes et cet usage est normalisé à l’échelle européenne. Rouge et jaune, teintes chaudes et dynamiques, signalent un danger, une interdiction, un dispositif incendie ou une anomalie. Nombreuses sont les bibliothèques qui ont adapté des panneaux de sens interdit pour séparer les espaces internes et publics, ou des sigles barrés interdisant de manger et boire dans les salles de lecture. Le balisage des points d’information, des nouveautés ou des services indisponibles est souvent en jaune. À l’inverse, le vert et le bleu renvoient à la sécurité (issues de secours) et à l’obligation (zones de téléphonie délimitées à la BPI par un cerne bleu).

Rennes, bibliothèque Les Champs Libres

16Indépendamment de ces codes couleurs normalisés, les architectes ont de plus en plus souvent recours à des indices chromatiques pour faciliter le repérage du lecteur dans le bâtiment, en particulier quand il se déploie sur plusieurs niveaux. Cela peut être porté par divers supports dédiés à la signalétique directionnelle, dont l’ampleur en fait un enjeu esthétique confié à des professionnels. C’est le cas des bannières de Pipo Lionni à la BU de Paris 8, ou des chiffres colorés de Ruedi Baur à la BPI. Ces dernières années ont surtout vu l’essor d’un marquage plus intense, sur des surfaces beaucoup plus massives, en particulier les sols. Cela consiste à associer une couleur à un pôle documentaire et à un étage. La Public Library de Rotterdam avait adopté cette idée il y a déjà soixante ans, mais des applications plus récentes sont notables en France, à Persépolis (médiathèque de Saint-Ouen inaugurée en 2009) ou encore aux Champs Libres à Rennes (2006). Les teintes retenues prennent alors une triple fonction esthétique, informative et identifiante : elles figurent dans l’architecture, la signalétique, sur tous les documents émis par la bibliothèque et guident les usagers pour l’utilisation des automates de prêt/retour centralisés.

Une signature visuelle

17Quand il est question de couleur en bibliothèque, le rôle de l’architecte ne peut être négligé. Il contribue en général au choix de la couleur du bâtiment, mais parfois cela va au-delà. La couleur est alors travaillée comme un élément identifiant de son travail, une sorte de « fil rouge » qui relie ses réalisations. L’architecte Philippe Bodin, qui vient de signer le réaménagement de la Bushama à Poitiers, joue ainsi avec les couleurs pour fonder un principe architectural qui traverse son œuvre, quelle que soit la fonction du bâtiment traité. Il utilise systématiquement des combinaisons de tons clairs (sable, ivoire, crème) pimentés par plusieurs surfaces de couleurs vives (rouge, orange, jaune, vert pomme, plus rarement bleu ciel). À partir de ce principe itératif, la démarche de Philippe Bodin se structure en fonction des lieux, chacun suscitant des harmonies colorées différentes. Elle s’exprime aussi bien dans les espaces internes que publics. Dans le cas de Pierre Riboulet (BU de Paris 8, BU Le Mirail à Toulouse, bibliothèque francophone multimédia de Limoges), le blanc associé à la lumière zénithale est fondamental. La blancheur devient mimétique de la bibliothèque comme lieu de culture. L’idée de pureté et d’unité ressort nettement quand l’architecte parle de la BU de Paris 8. Les valeurs symboliques du blanc sont convoquées : espace vierge favorable à la création de l’esprit, atmosphère monacale lorsqu’elle se conjugue avec le silence feutré des lieux propices au travail et à la méditation. La couleur prend alors une tonalité militante, par contraste avec le monde réel qui l’entoure :

  • 3 Riboulet (Pierre), « Une bibliothèque dans son espace », Penser, bâtir : la bibliothèque de l’univ (...)

18« Nous sommes dans la vie quotidienne aujourd’hui harassés par le nombre et la présence des signes et souvent pire encore, des signaux. Nous obéissons, assujettis que nous sommes à ce pouvoir sans visage. Les réflexes tiennent lieu de connaissance et de jugement. Une bibliothèque doit précisément dire l’inverse, signifier par elle-même, donner à voir et à comprendre, créer les conditions sereines et légères favorables à la libre circulation des personnes et des idées. La page blanche est à l’opposé des conditionnements3

19Enfin, l’expression « porter la couleur de » au sens de « être l’emblème de » peut prendre tout son sens, quand la bibliothèque devient, du fait de son identité chromatique, un symbole de la culture dans une collectivité. À Borås (Suède), les ronds de couleurs vives qui ornent les stores de la façade vitrée sont rapidement devenus la bannière de la bibliothèque, au point de figurer sur les sacs proposés à la vente. Le design a également été repris sur les supports de communication de la bibliothèque et sur son site Internet, de la même façon que les rectangles colorés sérigraphiés sur les panneaux signalétiques et les vitres des Champs Libres. La bibliothèque Boris-Vian de Ville-d’Avray présente un autre cas où couleurs, identité et aménagements intérieurs sont intrinsèquement liés, puisqu’un travail mené en 2006 sur la rénovation de la signalétique a donné lieu à un parcours typographique coloré au sein de la bibliothèque, associant chaque discipline à une lettrine, une typographie et une couleur. Un parcours multicolore a vu le jour, reproduit sous forme de plan adossé à un abécédaire, distribué avec le guide du lecteur, afin d’inviter à la déambulation. Le logotype des vingt-six lettrines rassemblées a ensuite été choisi par la ville pour en faire le logo identifiant la bibliothèque.

20La couleur est donc un outil de communication et de visibilité de la bibliothèque. De simple finition esthétique, elle devient un matériau architectural à part entière, qui suscite la réflexion conjointe des architectes, des tutelles et des professionnels. Son rôle esthétique perdure et se renforce, doublé de ses applications pratiques.

21De nouvelles tendances se dessinent, dues à l’apparition de nouvelles gammes de matériaux utilisant la transparence. Les jeux alliant couleurs et lumière se trouvent renforcés par l’usage de panneaux translucides placés à proximité des vitrages comme à Augsburg, ou de filtres dans les puits de lumière ou en façade, comme à la BU Saint-Serge d’Angers. De même, les mobiliers rétroéclairés ont tendance à se généraliser au service de deux conceptions différentes de la bibliothèque. Dans un cas, la désintermédiation prime, en attirant l’attention sur des services à utiliser en autonomie (automates, bornes de consultation) ; dans l’autre les bureaux de renseignement et les points d’accueil sont mis en valeur pour souligner l’importance du conseil humain. La couleur, associée à la lumière, symbolise alors deux modèles de bibliothèque en réflexion.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Nuanciers et ouvrages généraux

Batchelor (david), La peur de la couleur, Paris, Autrement, coll. « frontières », 2001, 132 p.

Pastoureau (Michel), Bleu, histoire d’une couleur, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 2006, 216 p.

Les utilisations de la couleur

Edde (Gérard), Les Couleurs pour votre santé : méthode pratique de chromothérapie (utilisation des propriétés thérapeutiques des couleurs), Saint-Jean-de-Braye, Dangles, 1991.

Lahire (Bernard), La culture des individus : dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La découverte, coll. « Textes à l’appui », 2004, 777 p.

Patrix (Georges), Design et environnement, Paris, Casterman, coll. « Mutations-orientations », 1973, 169 p.

Couleur et architecture

Jullien (Madeleine), « une bibliothèque dans son temps », Penser, bâtir : la bibliothèque de l’université Paris 8 [recueil réalisé dans le cadre de l’inauguration de la bibliothèque les 18 et 19 mai 1998], p. 5-20.

Noury (Larissa), Pastoureau (Michel), La couleur dans la ville, Paris, Le Moniteur Éditions, 2008, 167 p.

Paty (Agnès), Une bibliothèque : la bibliothèque de l’université Paris 8 à Saint-Denis, de Pierre Riboulet, architecte, Bobigny, CAUE 93, coll. « Architectures à lire en Seine-Saint-Denis », 2004, 87 p.

Riboulet (Pierre), « une bibliothèque dans son espace », Penser, bâtir : la bibliothèque de l’université Paris 8, [recueil réalisé dans le cadre de l’inauguration de la bibliothèque les 18 et 19 mai 1998], p. 41-54.

Texier (Bruno), « Les bibliothèques se mettent à la couleur », Archimag, n° 255, juin 2012, p. 28-30.

Valotteau (Hélène), Couleurs en bibliothèque : architecture, signalétique, esthétique, Mémoire d’étude, diplôme de conservateur des bibliothèques, Villeurbanne, enssib, 2011, 147 p.

Valotteau (Hélène), « Couleurs et bibliothèques », communication de la journée d’étude BPI-enssib Images de la bibliothèque, 17 mai 2011. [En ligne] <http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-49366>.

Valotteau (Hélène), « La place de la couleur dans les bibliothèques jeunesse, quelles tendances esthétiques ? », La Revue des livres pour enfants, n° 264, avril 2012, p. 143-148.

Notes

1 Les diagonales sociales regroupent tous les services et espaces collectifs satellites des lieux de cours et de la bibliothèque : points de restauration, services commerciaux (librairie-papeterie, reprographie, banque, bornes d’achat de titres de transport...) ainsi que des espaces conviviaux non soumis à des impératifs de travail silencieux ou studieux, où il est possible de grignoter tout en discutant, avec des titres de presse, des accès wifi, des sièges confortables, des tables basses.

2 DR Media House : bâtiment culturel ouvert en 2007 à Copenhague qui regroupe la radio et la télévision publiques danoises (Danish Broadcasting Corporation), et au centre duquel se trouve une bibliothèque publique.
C’est un peu comme si Radio France, l’INA et France Télévision étaient regroupés sur un site avec un centre de documentation ouvert à tous.

3 Riboulet (Pierre), « Une bibliothèque dans son espace », Penser, bâtir : la bibliothèque de l’université Paris 8 [recueil réalisé dans le cadre de l’inauguration de la bibliothèque les 18 et 19 mai 1998], p. 41-54.

Table des illustrations

Légende Villeurbanne, bibliothèque Marie-Curie du Service commun de la documentation Doc'INSA
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Villeurbanne, bibliothèque Marie-Curie du Service commun de la documentation Doc'INSA
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1240/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Massy, médiathèque Hélène-Oudoux
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1240/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Légende Paris, bibliothèque universitaire Pierre-et-Marie-Curie : Mathématiques Informatique Recherche (MIR) – site Jussieu
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1240/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Paris, bibliothèque universitaire Pierre-et-Marie-Curie : Mathématiques Informatique Recherche (MIR) – site Jussieu
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1240/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Rennes, bibliothèque Les Champs Libres
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1240/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Légende Rennes, bibliothèque Les Champs Libres
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1240/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 421k

Auteur

Après des études de lettres et d’histoire, un DUT métiers du livre, Hélène Valotteau a participé comme bibliothécaire adjointe spécialisée au déménagement des collections de la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, dans le département conservation-communication. En 2010-2011, elle a suivi la formation de conservateur à l’enssib et réalisé son mémoire sur l’utilisation des couleurs en bibliothèque. Elle est aujourd’hui responsable adjointe de l’Heure Joyeuse (ville de Paris) et membre du conseil d’administration de l’Association des bibliothécaires de France à Paris.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search