Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques populaires à la lecture publique

 | 
Agnès Sandras

Partie II. Les Bibliothèques des Amis de l’Instruction et la Société Franklin, des innovations sous haute surveillance

La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay

Agnès Sandras

Texte intégral

  • 1 Je remercie Éléonore Debar, responsable de la médiathèque d’Épernay, pour son accueil.

1Une bibliothèque des Amis de l’Instruction à Épernay ? Voilà qui étonne aujourd’hui les Sparnaciens ! La demande semble un peu moins saugrenue lorsque sont évoqués les Ateliers des chemins de fer de la compagnie de l’Est qui abritaient ladite bibliothèque. Quelques rares personnes se souviennent encore de ces « Ateliers », fermés en 19741. La Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay (BAI-E), fondée en 1865, a donc vraisemblablement interrompu ses activités entre 1946 (dernière correspondance conservée) et 1974. Restent de cet établissement quelques ouvrages et documents recueillis par la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du IIIe arrondissement (BAI-III). D’autres archives ont été perdues ou font partie des « vieux papiers » vendus pour fabriquer de la pâte à papier selon un livre de comptes du xixe siècle. Des pages préservées ressurgit la lutte passionnée et digne d’hommes qui réclamaient le droit à la lecture. Lire pour apprendre, certes, mais aussi lire pour se distraire, lire comme les Parisiens… À l’émotion succède l’admiration. Pour satisfaire les lecteurs, des individus ont « bricolé » au quotidien les rudiments de la bibliothéconomie, bien loin des textes contemporains des professionnels et des législateurs.

Une naissance trop entourée

2Espérant qu’en sa qualité de presque voisin le romancier Alexandre Chatrian les honorera de sa visite, le vice-président de la BAI-E écrit naïvement en 1879 :

  • 2 Lettre de M. Brisse, vice-président de la BAI-E, à M. Chatrian, 21 novembre 1879, pp. 278-279 du Re (...)

« Vous n’êtes certainement pas sans avoir entendu parler de la bibliothèque de nos ateliers qui par le nombre de ses ouvrages et le nombre de ses lecteurs tient une place honorable parmi les bibliothèques populaires »2.

3Le secrétaire a déjà, le mois précédent, essayé d’obtenir des ouvrages du même auteur, en s’adressant à une connaissance commune :

  • 3 Lettre de M. Brisse, vice-président, à M. Dorré, 13 octobre 1879, pp. 258-259 du Registre I, BAI-E. (...)

« Monsieur Brisse me charge de vous rappeler la promesse que vous lui avez faite de nous servir d’interprète auprès de M. Chatrian pour tâcher d’obtenir pour notre Bibliothèque des Amis de l’Instruction les différents ouvrages qu’il a publiés jusqu’à ce jour. Dans une bibliothèque populaire comme la nôtre, cette collection aurait le plus grand succès surtout si elle était un hommage des auteurs »3.

4Si les administrateurs hésitent – à juste titre – entre « Bibliothèque de nos ateliers » et « Bibliothèque des Amis de l’Instruction », ils utilisent constamment la dénomination « bibliothèque populaire ». La BAI-E, du fait des modalités de sa constitution et du « parrainage » des Amis de l’Instruction, se place résolument au cœur de l’aventure des bibliothèques populaires. Répondant en 1881 à un correspondant en quête d’informations, le secrétaire, Maurice Cerveaux fournit l’explication suivante :

  • 4 Lettre de Maurice Cerveaux à M. [?], 2 février 1881, p. 338 du Registre I, BAI-E.

« En réponse à votre lettre du 19 courant, j’ai l’honneur de vous informer que notre Société des Amis de l’instruction n’est pas comme vous le pensez une société savante ou industrielle. C’est simplement une bibliothèque composée de 4 500 volumes environ, choisis parmi les plus instructifs, qui sont mis à la disposition des ouvriers des ateliers de la Compagnie de l’Est et de ceux de la ville »4.

  • 5 Lettre des « ouvriers de la Ville d’Épernay » au préfet de la Marne, 31 décembre 1864, Archives dép (...)
  • 6 Ibid.

5Le doute de son interlocuteur est légitime. À ses débuts, la BAI-E est une structure déconcertante dont les contradictions reflètent l’histoire complexe des bibliothèques populaires. Elle a pour volonté initiale de permettre à quiconque d’accéder à la lecture grâce à la mutuellisation : « Ces livres trop coûteux pour chacun de nous séparément, l’Union mutuelle nous les donnera »5. Le 31 décembre 1864, le maire transmet au préfet de la Marne une lettre des « ouvriers de la ville d’Épernay », demandant l’autorisation de fonder une Bibliothèque des Amis de l’Instruction « semblable à celles qui existent déjà dans plusieurs centres industriels et notamment dans différents arrondissements de Paris », et dont les statuts seraient semblables à ceux de la BAI « du xviiie arrondissement de Paris, dont son Excellence le ministre de l’Instruction publique est membre bienfaiteur et donateur »6. Le courrier dûment motivé reproduit le discours en vogue sur les vertus sociales et familiales d’une lecture instructive :

  • 7 Ibid.

« Le but que nous cherchons à atteindre en fondant cette bibliothèque, c’est notre Instruction à tous et par suite celle de nos enfants. Nous n’avons pas les avantages de l’Ouvrier de Paris qui peut suivre gratuitement toute espèce de cours ; – si nous voulons étudier soit les sciences qui ont rapport à nos États, soit l’histoire soit la philosophie, nous ne pouvons le faire qu’en nous procurant les ouvrages qui traitent de ces matières ; – mais ces livres trop coûteux pour chacun de nous séparément, l’union mutuelle nous les donnera ; et alors, si nous ne pouvons entendre les hommes éminents qui professent dans les cours publics nous les suivrons au moins dans leurs œuvres et il nous sera facile d’apprendre à nos enfants ce que nous aurons ainsi appris nous-mêmes. Est-il nécessaire d’ajouter qu’un autre bien immense qui résultera de notre association sera de resserrer le lien de la famille ?… Quelle est la cause qui fait que certains hommes laissent leur famille et pour dépenser en un jour ce qu’ils ont si péniblement gagné en une semaine ?… Cette cause, c’est le désœuvrement ; – c’est parce que ces hommes n’ont rien pour occuper leur esprit. – Notre association leur procurera des lectures attrayantes et scientifiques ; par conséquent la cause du mal sera supprimée et le mal n’existera plus ou sera bien diminué »7.

6La suite de la lettre indique que ce petit groupe d’ouvriers sait pertinemment que sa requête peut paraître audacieuse. Précisant qu’ils aimeraient choisir leur président parmi les membres fondateurs, ils se déclarent toutefois prêts à accepter une personne désignée par le préfet. Suivent les noms des pétitionnaires et des fondateurs dont les adresses et professions sont précisées, ce qui permet d’établir qu’ils seraient tous d’origine modeste, ouvriers à l’exception d’un manouvrier. Il est toutefois étrange de ne retrouver aucune de ces personnes dans le registre des souscripteurs ouvert quelques semaines plus tard, bien que plusieurs patronymes réapparaissent associés à d’autres prénoms et professions. Plusieurs suppositions peuvent être émises :

  • la constitution d’un comité de fondateurs fantômes, afin de brouiller les pistes en présence d’un pouvoir enclin à soupçonner la sédition ;

  • une retranscription fantaisiste opérée a posteriori par la mairie désireuse de laisser croire aux autorités préfectorales qu’elle a effectué correctement sa mission de surveillance ;

  • un désengagement des fondateurs lorsque leur projet a été placé entre les mains de la bourgeoisie parisienne.

7La bibliothèque éclot dans un contexte social très nouveau à Épernay. Cette bourgade viticole, dominée par les grandes familles du champagne (Moët et Chandon, Perrier, de Venoge…), a connu en 1848 l’implantation d’ateliers de la Compagnie du chemin de fer Paris-Strasbourg (future Compagnie de l’Est). Plusieurs centaines d’ouvriers, ingénieurs et employés viennent s’installer. Un des premiers donateurs et membres de la BAI-E, Victor Langlois, a rimé, en 1856, l’effervescence liée aux Ateliers de la Compagnie de l’Est :

  • 8 [Victor Langlois], Les inondés et les ateliers d’Épernay, Épîtres en vers, par un employé du chemin (...)

Épernay ne dort plus sous sa vieille poussière,
Autant que commerçante elle est ville ouvrière !
Des artistes choisis, venus de toutes parts,
En font le rendez-vous du génie et des arts.
À côté de ses murs une grande industrie
Expose à tous les yeux le fruit de son génie.
On ne peut résister à son étonnement
Quand on vient visiter cet établissement.
De l’Est la Compagnie, ainsi qu’on la désigne,
Dans les chemins de fer est en première ligne :
Sa traction, sa voie et ses beaux ateliers,
Se classeront toujours dans les rangs des premiers.
Enfin, pour rendre à tous une égale justice,
Son exploitation porte dans son service
Ce tact intelligent et cette activité
Dont rejaillit sur tous l’éloge mérité.
Le pouvoir imposant d’une vaste science
Domine son ressort d’une juste influence ;
Les hommes, honorés de sa fondation,
S’honorent de nouveau dans sa direction8.

  • 9 Cette société coopérative de consommation est mise en place la même année que la BAI-E, en 1866. D’ (...)
  • 10 Délibération municipale du 15 novembre 1864, Registre des délibérations municipales d’Épernay, Arch (...)

8Cette population s’organise, fondant en particulier la « Société de consommation », une coopérative qui permet des achats alimentaires à moindre coût9, et des structures associatives telles que des sociétés de secours mutuel. Les Sparnaciens « de souche » font de même et, le 15 novembre 1864, le maire annonce la création d’une « Société de Saint-Vincent » à destination des vignerons10. Comme à Paris, ce terreau associationniste favorise la naissance d’une bibliothèque populaire. Toutefois, les pionniers de la BAI-E se heurtent au problème des autorisations officielles :

  • 11 Lettre de Maurice Cerveaux à M. Brisse [vice-président de la BAI-E], 29 janvier 1873, p. 106 du Reg (...)

« La Bibliothèque des Amis de l’Instruction de la ville d’Épernay a été créée par un groupe d’ouvriers faisant partie de la Société de consommation des ateliers. Chacun d’entre nous fournit un certain nombre de volumes. Peu de temps après, la société fut véritablement fondée sous les auspices de M. Perdonnet et de M. Guebhard. Cette fondation date du 1er mars 1865. Autorisée par décision ministérielle du 20 avril 1865, elle fut constituée le 24 décembre de la même année, époque de la première assemblée générale »11.

  • 12 Voir l’introduction de cette partie, p. 122.
  • 13 Louis Vuillemin, Alfred Guebhard, et Camille-Henri Dieudonné, Chemins de fer. De la résistance des (...)
  • 14 Renseignements tirés du Catalogue de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction de la ville d’Éperna (...)
  • 15 Alfred Guebhard, De la lumière électrique, Paris, Librairie L. Hachette, 1867 (coll. Conférences po (...)

9Le préfet doit concevoir quelque méfiance devant un groupe d’ouvriers qui a échangé des ouvrages sans en avoir l’autorisation préalable. Peut-être l’administration manœuvre-t-elle habilement en persuadant les fondateurs que des soutiens leur sont indispensables. À moins que, par crainte de risquer une dissolution, le groupe initial, éclairé par les expériences antérieures des Amis de l’Instruction, ait compris qu’il lui fallait des cautions morales irréprochables telles que le ministre de l’Instruction publique cité dans la pétition. Quoi qu’il en soit, l’homme providentiel se nomme Auguste Perdonnet. Celui-ci bénéficie d’une double aura, car il est présenté comme le sauveur de la BAI-III12, et il dirige la Compagnie des chemins de fer de l’Est. Il est alors surnommé le « patriarche des chemins de fer » tant il a œuvré pour le développement de ce nouveau mode de transport. C’est à l’automne 1864 qu’il se préoccupe de sa succession scientifique et fonde un prix pour les ingénieurs civils. La première récompense ira en 1867 à un mémoire intitulé De la résistance des trains et de la puissance des machines, rédigé par trois ingénieurs de la Compagnie de l’Est13, lesquels font partie des donateurs de la BAI-E. Camille-Henri Dieudonné a offert son Mémoire sur les eaux employées à l’alimentation des locomotives des réseaux de l’Est, et Louis Vuillemin, qui travaille aux Ateliers des chemins de fer, dix années de L’Année scientifique et industrielle14. Quant à Alfred Guebhard, le voilà, sur les conseils d’Auguste Perdonnet, désigné en 1865 président de la bibliothèque. Polytechnicien, ingénieur de la Compagnie de l’Est, il donne des cours de technologie industrielle à l’Association polytechnique, et mène des recherches sur l’électricité15. Il adhère pleinement à la vision de l’instruction que prône son mentor :

  • 16 Ibid., p. 49.

« Vous êtes pour la plupart ouvriers, et s’il vous faut travailler pour vivre, rien ne vous empêche de travailler aussi pour vous instruire »16.

10Cette immixtion de la Compagnie des chemins de fer de l’Est ne sera pas sans conséquence on le verra, sur le devenir du rêve porté par les pionniers de la BAI-E…

  • 17 Catalogue de la Bibliothèque des Amis de l’instruction de la ville d’Épernay, Épernay, Imprimerie V (...)
  • 18 La plupart des renseignements sur les Sparnaciens sont issus des « notices nécrologiques » des Alma (...)
  • 19 Tout comme M. Perdonnet, les Guebhard sont d’origine suisse. Le grand-père d’Alfred Guebhard était (...)

11Pour le moment, il faut trouver des finances, attirer les premiers lecteurs, prévoir le fonctionnement de la bibliothèque. Les nouveaux sociétaires doivent avoir la certitude qu’ils auront accès à un large choix d’ouvrages. L’argent procuré par les souscriptions ne suffisant pas à acheter des livres, les donateurs potentiels locaux, ou ceux dont on sait qu’ils ont pour habitude d’apporter leur soutien à ce type d’établissements, sont sollicités. Le premier catalogue, édité en 1866, est subdivisé en 3 colonnes : numéros d’ordre/ouvrages/donateurs17. Sur les 861 numéros d’ordre, 409 correspondent à la mention « Achat de la Bibliothèque », les autres consistant en dons anonymes (32) ou identifiés (420). Il s’agit d’œuvres complètes d’un auteur, de lots d’ouvrages ou d’une simple brochure. Ces mentions permettent de savoir qui a soutenu la naissance de la bibliothèque par désir de s’inscrire dans un horizon philanthropique et/ou par espoir de réclame. Le partage initial de modestes livres appartenant à des ouvriers est déjà loin. Le donateur le plus généreux est M. Eugène Deullin, banquier sparnacien bibliophile, ami d’Auguste Comte18. Il est aidé dans ses largesses par le futur président de la BAI-E, M. Alfred Guebhard, issu d’une famille parisienne aisée (père avocat, oncle banquier)19. Cette prodigalité est parfois plus gênante qu’autre chose. Les éditions précieuses ne correspondent pas forcément aux besoins immédiats des ouvriers qui recherchent des livres récents à emporter chez eux. Ainsi, Deullin offre « Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées et autres contes merveilleux » de Marie-Catherine Le Jumel de Barneville Aulnoy, soit 41 volumes in-12 (édition de 1785), ou bien encore les 97 volumes des « Œuvres complètes » de Voltaire in-8, pendant que Guebhard fait cadeau de 67 volumes in-18 du « Répertoire général du Théâtre français », édition 1821. M. Guélard donne des ouvrages plus légers et contemporains comme Germaine d’Edmond About ou La petite comtesse d’Octave Feuillet. En l’absence d’autre indication, il est difficile de savoir si les donateurs ont passé commande de ces ouvrages en librairie ou s’ils ont tout bonnement désherbé leurs propres bibliothèques. Perdonnet, quant à lui, ne cède que deux ouvrages dont son propre Traité élémentaire des chemins de fer ! À son instigation, sans doute, la Compagnie fournit la « Collection des ordres généraux de la Compagnie des chemins de fer de l’Est – 1862 et 1863 » et le « Rapport présenté par le conseil d’administration de la Compagnie des chemins de fer de l’Est aux assemblées générales annuelles des actionnaires, de 1860 à 1866 » qui n’ont peut-être pas rencontré un franc succès auprès des lecteurs…

  • 20 Voir l’introduction de cette partie, p. 122.

12Notons la présence parmi ces mécènes de « Georges Leclanché », fort probablement l’inventeur de la pile du même nom. Georges Leclanché a été l’élève de Perdonnet, puis ingénieur à la Compagnie des chemins de fer de l’Est. Le jeune ingénieur offre des ouvrages de mathématiques, de chimie, et une vingtaine de livres traduits de l’anglais et de l’allemand ainsi que des grammaires de ces deux langues. Or, son hostilité à Napoléon III avait contraint Leclanché à s’exiler dans des pays voisins. Le catalogue reflète d’ailleurs un horizon fort varié de donateurs. Mgr de Ségur (Louis-Gaston), prélat réputé pour son catholicisme libéral et son antimaçonnisme, y côtoie des maçons ! Il offre ses propres ouvrages, comme les Réponses courtes et familières aux objections les plus répandues contre la religion, et ceux de son frère Anatole, en 5 exemplaires. En effet, Mgr de Ségur, qui est l’un des fondateurs des patronages ouvriers, se targue de connaître l’instruction à apporter aux plus miséreux. L’édition est également très généreuse. Les libraires Cosse et Marchal, spécialistes de la librairie juridique, font don de plusieurs livres, peut-être entraînés dans cette aventure par l’un de leurs collaborateurs occasionnels, Paul Dupont. Ce dernier ne peut que s’intéresser à la création de la BAI-E. Imprimeur et érudit, l’auteur de l’Histoire de l’imprimerie française (1854), développe alors une grande maison d’édition qui travaille, entre autres, pour les publications de la Compagnie des chemins de fer. C’est un patron curieux des avancées sociales, qui construit des logements pour ses ouvriers, est le premier à faire travailler des femmes dans son atelier de typographie, et fonde une bibliothèque pour son personnel. Notons aussi quelques dons de Victor Fiévet, auteur érudit d’une Histoire de la Ville d’Épernay en 3 volumes, imprimeur, rédacteur du Journal d’Épernay. La Librairie Hachette n’est pas en reste pour les dons, ce qui est assez logique : son directeur a pris récemment position sur la question des bibliothèques populaires et a, d’autre part, créé la collection des « Bibliothèques des chemins de fer ». Hachette espère, en effet, que ce nouveau type d’établissement sera une manne pour sa maison, et prévoit des collections spécifiques à destination des bibliothèques populaires20. La présence des maisons d’édition parmi les donateurs ne répond donc pas uniquement à une volonté philanthropique. Figurer sur un des premiers catalogues imprimés de bibliothèque populaire est une publicité intéressante et peu coûteuse : la BAI-III mettait son catalogue à la disposition des possibles fondateurs d’associations du même type, la Société Franklin recommandait des listes d’ouvrages.

13Selon Maurice Cerveaux, chacun des membres fondateurs a fourni « un certain nombre d’ouvrages ». Il aura, quant à lui, probablement participé aux « dons anonymes » (mais accompagnés parfois de la mention de la profession) qui émaillent la liste. Par recoupements avec la liste des souscripteurs, il est loisible de supposer que M. Mensier, « l’ingénieur », offre 24 ouvrages ; M. Brisse, le « chef des ateliers », propose 9 ouvrages (des livres de voyage) ; M. Dravigny serait le « contremaître » se défaisant d’ouvrages d’histoire ; et M. Perthois, « frappeur aux forges », correspondrait au donateur de 4 volumes (dont Le dernier des Mohicans de James Fenimore Cooper)… Les ouvriers partageant des ouvrages utiles à leur rêve d’instruction ont donc été rapidement dominés par une bourgeoisie et une aristocratie dont les dons reflètent pour certains une philanthropie très orientée, assortie d’une volonté de cantonner la lecture ouvrière à des domaines peu séditieux.

  • 21 Photocopies et transcription faites par M. de Sainte-Maréville à partir du fonds maçonnique conserv (...)

14La rédaction de statuts est obligatoire pour fonder une bibliothèque. Après leur validation par les autorités politiques, ils ont valeur de référence. Dès qu’une bibliothèque populaire répond à une enquête administrative ou entame des démarches – pour obtenir des concessions de livres par exemple –, elle s’appuie sur ces textes qu’elle joint aux courriers. Ils répondent aussi à la nécessité d’organiser le fonctionnement de la bibliothèque, et servent de règlement pour les lecteurs à qui ils sont fournis lors de l’adhésion. On connaît pour la BAI-E la version manuscrite adressée au préfet de la Marne pour approbation, et une première édition datant de 1865. Imprimée sur un papier vergé de qualité, cette dernière bénéficie d’une présentation soignée : la couverture, illustrée d’une vignette, rappelle l’importance des sciences et des lettres et l’apparente plutôt à la brochure d’une société savante qu’à celle d’une association ouvrière. Le compas et l’équerre, le livre de sciences, nous orientent du côté franc-maçon. L’imprimeur, Victor Fiévet, appartient aux premiers donateurs. Or la Loge symbolique des Amis de la Philanthropie à l’Orient d’Épernay a été créée six mois avant la naissance de la BAI-E. Parmi ceux qui demandent l’initiation figurent Victor Fiévet, et Frédéric Brisse, sous-chef des Ateliers d’Épernay, futur président de la BAI-E21… Pour autant, la BAI-E ne semble pas avoir relevé d’une initiative maçonnique, car on ne retrouve aucun membre important de la Loge parmi les sociétaires.

  • 22 Voir le tableau comparatif des statuts des BAI, op. cit. [En ligne] <http://www.enssib.fr/presses/catalogue/des-bibliotheques-populaires-a-la-lecture-publique >.

15Partagés en 42 articles, les statuts de la BAI-E ne bénéficient d’aucun préambule, ce qui leur donne une allure sèche que n’ont pas ceux de la BAI-III. Leur confrontation révèle des différences et des convergences éclairantes22. Perdonnet a en effet tiré des enseignements de la présidence de la BAI-III et des expériences menées ailleurs par les différentes BAI. Le préfet de la Marne a sans doute préconisé des modifications. La pétition initiale évoque des statuts dont il ne reste pas trace, et les textes validés en 1865 indiquent des changements. Si la dénomination (« Bibliothèque des Amis de l’Instruction ») et le caractère associatif sont conservés, l’esprit n’est plus le même. Les fondateurs de la BAI-III se contentaient de l’instruction et du délassement via la lecture, ceux de la BAI-E ajoutent la « formation des qualités morales et intellectuelles ».

16Dans les deux bibliothèques sont admis des lecteurs de plus de 15 ans, hommes ou femmes. Cela répond à la préoccupation des élites d’empêcher les jeunes adultes de fréquenter les cafés et autres lieux de perdition, et de les inciter à conserver les rudiments délivrés par l’école, quand ils ont pu la fréquenter. Les statuts de la BAI-E sont plus restrictifs pour les femmes qu’à Paris (où l’influence de Jeanne Deroin était sensible) et reflètent une méfiance quant à leur possible rôle politique. Leur admission en tant que lectrices ne témoigne pas d’une contribution à l’émancipation féminine, même si elles paient moitié moins que les hommes. Pour Auguste Perdonnet, la femme doit savoir lire pour mieux s’occuper de son foyer. Dans une conférence à Vincennes concernant « l’utilité de l’instruction pour le peuple », il affirme :

  • 23 Auguste Perdonnet, De l’utilité de l’instruction pour le peuple, Paris, Librairie L. Hachette, 1867 (...)

« Ce n’est certes pas que je veuille qu’elle devienne supérieure en science à son mari ; non, certes, – l’homme doit gouverner ; la raison le dit aussi bien que la loi […] la femme de l’ouvrier […] peut, dans les livres fournis à domicile par les bibliothèques populaires, puiser les connaissances qu’elle ne peut acquérir dans les cours »23.

17Méfiance vis-à-vis des femmes, mais aussi des hommes qui pourraient profiter de l’association pour émettre des idées répréhensibles : la BAI-E s’entoure d’un luxe de précautions. Est-ce la raison pour laquelle la cotisation est également plus élevée que celle de la BAI-III ? Ou considère-t-on que les ouvriers des chemins de fer ont plus de facilités financières que ceux du faubourg Saint-Antoine à Paris ? Des différences fondamentales se font jour dans le fonctionnement de l’association. La BAI-E prévoit pour les bibliothécaires des tâches lourdes : conservation, classement méthodique, renouvellement et réparation des ouvrages, rédaction du catalogue et de la statistique. À l’opposé, la BAI-III leur demande simplement d’enregistrer les entrées et sorties de livres. Les statuts de la BAI-E reflètent la volonté d’éviter tout débordement politique, ce qui explique, entre autres, le détail des tâches du bibliothécaire, devenu le pivot essentiel de la surveillance grâce à un catalogue tenu à jour et des statistiques de lecture. De la même manière, le président n’est pas nommé par l’assemblée, mais choisi par le ministre de l’Intérieur. Cette condition avait été nécessaire à la réouverture de la BAI-III lors des troubles qui l’avaient agitée en 1863, amenant à sa tête Auguste Perdonnet. Si les ennuis sont ainsi évités, les signataires qui avaient émis le vœu de choisir le président de la BAI-E sont déçus. De surcroît, alors que le président parisien peut déléguer tous ses pouvoirs aux vice-présidents, leurs homologues sparnaciens n’ont d’emblée droit qu’à une procuration partielle, décision qui sera lourde de conséquences…

  • 24 La mention « dr » (démissionnaire) dans le registre des inscriptions n’est confirmée par aucune cor (...)

18La nomination d’Alfred Guebhard peut paraître d’autant plus symbolique qu’il réside à Paris. De fait, pendant vingt-cinq ans, Guebhard complique l’existence de la BAI-E par sa gestion à distance, tyrannique et brouillonne. Nous ne possédons malheureusement pas la correspondance qu’il adresse au secrétaire et au vice-président, mais les réponses conservées nous permettent d’explorer leurs relations. Les membres du bureau hésitent entre soumission et révolte. Dans un premier temps, le vice-président, M. Brisse, qui par ailleurs est le chef des Ateliers d’Épernay, fait scrupuleusement part à M. Guebhard de la marche de la bibliothèque. L’autre vice-président, M. Deullin, se borne à quelques achats de livres. Son mandat n’est pas renouvelé en 1874, il semble d’ailleurs avoir démissionné24. M. Brisse et M. Cerveaux, le secrétaire, se trouvent régulièrement seuls face à des lecteurs mécontents :

  • 25 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 1er avril 1873, pp. 109-110 du Regi (...)

« Je sais qu’en ce moment vous devez avoir fort peu d’instants à vous et qu’il doit vous être assez difficile de vous occuper de cette question, mais j’ai pensé que vous pourriez peut-être charger quelqu’un de cette mission. Depuis longtemps en effet, nous n’avons reçu aucun ouvrage nouveau et je crains que cela n’amène une diminution sensible dans le nombre de nos sociétaires [illisible] déjà. J’avais vu Monsieur Deullin à ce sujet, mais il a dû l’oublier ou le temps lui aura fait défaut »25.

  • 26 Lettre du secrétaire, Maurice Cerveaux, au président, M. Guebhard, 31 décembre 1869, p. 54 du regis (...)

19L’un comme l’autre tentent depuis les débuts de la BAI-E de sensibiliser Guebhard au fait que les sociétaires voudraient que la bibliothèque initiale s’enrichisse. Maurice Cerveaux signale par exemple en 1869 que les lecteurs attendent « avec impatience » des ouvrages promis et que d’autres réclament « à corps et à cris » certaines acquisitions26. Cette stratégie semble sans effets. Pire encore, de temps à autre, Guebhard propose des ouvrages dont ses interlocuteurs sont bien obligés de lui dire que la BAI-E les détient, et même que :

  • 27 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, août 1881, p. 358 du Registre I, BA (...)

« Nous ne croyons pas devoir profiter de l’occasion d’acquérir les œuvres complètes de Regnard : nous les possédons déjà presque en entier, dans le Recueil général du théâtre français qui nous a été offert par Monsieur Guebhard lui-même »27.

20Les courriers s’accumulent, rappelant la date des assemblées générales, donnant à Guebhard le résultat des nouvelles élections, ce qui prouve qu’il n’y a pas assisté comme l’exigent pourtant ses fonctions. En 1875, M. Brisse s’impatiente et glisse au président qui ne répond pas depuis plus de deux mois à des questions concernant le nouveau catalogue et des achats :

  • 28 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 29 janvier 1875, p. 166 du Registre (...)

« Ne pourriez-vous pas pour toutes ces petites choses nous donner carte blanche ? Étant sur place nous sommes plus à même de faire ce qu’il faut. Nous ne ferions du reste sans vous aviser »28.

21Si le ton reste protocolaire, l’ajout en post-scriptum de l’envoi des statuts, sans doute pour rafraîchir la mémoire du président, est plus combatif. Il annonce la tentative de « putsch » développée dans la lettre suivante :

  • 29 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 4 février 1875, p. 167 du Registre (...)

« N’ayant pas reçu de réponse à ma dernière lettre, je suppose que nous pourrons opérer comme je vous le proposais c’est-à-dire directement et en vous donnant seulement avis de nos opérations. En conséquence nous allons donc reconstituer le catalogue, le faire imprimer, remplacer les livres perdus et acheter un certain nombre d’ouvrages qui nous sont demandés »29.

22L’insistance de M. Brisse amène un début d’action : le catalogue et les achats sont lancés. Aussi le vice-président passe-t-il à l’offensive dans un autre domaine délicat :

  • 30 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 26 février 1875, p. 174 du Registre (...)

« Et les conférences ! La promesse qui a été faite nous a procuré quelques nouveaux sociétaires et ils sont un peu déçus »30.

23Les sujets de friction ne manquent pas entre ce président peu conscient des envies du lectorat et les véritables dirigeants qui supportent les doléances. M. Brisse essaie d’obtenir du trésorier que les revues ne transitent pas par le bureau parisien de M. Guebhard :

  • 31 Lettre du vice-président, M. Brisse, au trésorier, M. Duteil, 10 novembre 1876, p. 199 du Registre (...)

« Les membres de la bibliothèque se plaignent que le Tour du Monde et la Revue des Deux Mondes ne leur arrivent pas à la date voulue. La Revue des Deux Mondes du 1er courant ne nous est en effet pas encore arrivée et il faut reconnaître que ces retards lui enlèvent un peu de son actualité. Ne pourrait-on nous la faire adresser directement ? »31

24Il n’a pas obtenu satisfaction puisque deux ans plus tard, c’est au tour de M. Cerveaux d’écrire au trésorier en lui expliquant qu’il est hors de question de renouveler un abonnement supposant un détour par Paris… M. Guebhard décide de l’emploi du budget sans consulter ni l’assemblée générale ni le comité, pas même le trésorier. Par exemple, après avoir pendant des années imploré des acquisitions, M. Brisse doit lui signaler qu’un afflux récent d’achats met le budget en péril car trop important. Le président impose aussi des reliures qui conviendraient pour un fonds privé alors que d’autres bibliothèques populaires ont opté pour les demi-reliures solides préconisées par la Société Franklin :

  • 32 Lettre du « chef des archives » au président, M. Guebhard, 26 avril 1877, pp. 209-210 du Registre I (...)

« Je vous proposerai de renoncer aux belles reliures qui nous coûtent assez cher, sont cachées par la couverture en papier gris dont nous recouvrons les livres et ne sont pas néanmoins de longue durée. À mon avis une solide couverture en toile grise comme celle de nos ordres de service remplirait mieux le but, mais je m’en rapporte à votre appréciation. Pour votre gouverne je dois vous dire que dans un petit magasin de librairie de la rue Ruche du Château d’eau on peut se procurer tous les ouvrages avec une remise de 15 à 20 pour cent »32.

25Lorsque le maire fait un don à la BAI-E destiné à une cérémonie de remise de prix aux jeunes apprentis des Ateliers, la dichotomie entre l’autoritarisme de la Compagnie de l’Est et un quotidien reposant sur des hommes de bonne volonté est évoquée clairement par M. Brisse. Il est vrai que ce dernier, qui avait eu l’idée d’inviter l’édile, est embarrassé :

  • 33 Lettre du vice-président, M. Brisse, au maire d’Épernay, M. Dubar, 29 juillet 1880, p. 309 du Regis (...)

« Je regrette vraiment que le caractère essentiellement privé que la Compagnie tient à conserver à son institution des cours des apprentis ne me permette pas de faire profiter nos jeunes gens de votre offre généreuse. Dans une occasion analogue, la Compagnie n’a pas cru pouvoir accepter une offre semblable. Je ne vous en remercie pas moins de votre bienveillante attention et suis persuadé que vous comprendrez les raisons qui guident la Compagnie dans cette manière de voir. Il n’en est pas de même pour la Bibliothèque des Amis de l’Instruction dont vous faites maintenant partie, et qui, quoique fonctionnant sous le patronage de l’administration, n’en est pas moins pour ainsi dire la propriété des apprentis et des ouvriers des Ateliers ou de la Ville qui en sont membres, et nous serions heureux de vous compter parmi les nombreux donateurs des livres qui forment le fond de notre collection »33.

  • 34 Lettre du secrétaire, Maurice Cerveaux, au président, M. Guebhard, 7 juin 1882, p. 376 du Registre (...)

26C’est donc tout le fonctionnement initial de la BAI-E prévu par les statuts qui est remis en cause au quotidien. Les bibliothécaires sont, par exemple, limogés par le président sur demande du vice-président, l’assemblée générale se bornant à entériner la décision. Autre exemple, le nouveau vice-président est désigné par le président sur les conseils de Maurice Cerveaux34.

27Les gestionnaires sparnaciens de la BAI-E sont une poignée d’hommes qui prennent sur leur temps libre pour faire vivre la bibliothèque contre vents et marées. Seuls sont rétribués :

    • 35 Les renseignements d’ordre financier sont tirés des livres de comptes de la BAI-E, conservés par la (...)
    • 36 Bulletin de la Société des Amis de l’Instruction de Chalon-sur-Saône, 1898, p. 11.

    les bibliothécaires qui ouvrent la bibliothèque de 5 h 1/2 à 6 h 1/2 (« heure de la gare ») en semaine, et de 9 h à 11 h le dimanche. Ces employés de la gare, touchent pour ces 8 heures hebdomadaires (bien plus, s’ils suivent les consignes de tenue des livres) 12,50 francs mensuels jusqu’en 1904, année où leurs honoraires s’élèveront à 14,50 francs mensuels35. À titre de comparaison, les bibliothécaires de la Société des Amis de l’Instruction de Chalon-sur-Saône reçoivent en 1898, pour 4 heures hebdomadaires, 70 francs annuels36.

  • à partir de 1872, un trésorier à raison de 12,50 francs mensuels. On passe ensuite à 25 francs trimestriels, puis ce poste disparaît en 1876.

  • un commissionnaire qui, à partir de 1883, reçoit une gratification annuelle de 18 francs (30 francs en 1912) Ce dédommagement reste très symbolique, si l’on songe qu’il est parfois chargé de courses dans un rayon d’une dizaine de kilomètres.

28Les secrétaires comme Maurice Cerveaux, ou les vice-présidents comme MM. Brisse et Desgeans ne sont pas indemnisés pour leur importante implication. Il leur arrive toutefois de traiter un certain nombre de courriers ou de tâches pendant leurs heures de travail à la Compagnie de l’Est. M. Brisse demande par exemple aux bibliothécaires de lui apporter les registres des lecteurs pour vérification à son bureau. M. Desgeans procède à quelques petits arrangements. Lorsqu’il veut se défaire de sa collection personnelle des Annales des Ponts-et-Chaussées, il contacte la librairie Marpon et Flammarion, en sa qualité de vice-président de la BAI-E, et prévient les objections possibles :

  • 37 Lettre du vice-président, M. Desgeans, à la librairie Marpon & Flammarion, 19 mars 1884, p. 438 du (...)

« Notre bibliothèque n’est pas assez riche pour l’acquérir et les ouvriers qui la composent ne pourraient en tirer aucun profit »37.

  • 38 Lettre du vice-président, M. Desgeans, au directeur de la Revue des Deux Mondes, 13 août 1895, p. 1 (...)

29Il n’hésite pas non plus à réclamer, plusieurs étés de suite, un réacheminement de la Revue des Deux Mondes à son adresse personnelle : « M. Desgeans, Ingénieur, Villa les Flots, avenue Surcouf, Paramé (Ille et Vilaine) »38, et obtient pour son usage personnel (achat d’un atlas, d’un dictionnaire…) les remises consenties par certains libraires. Enfin, il profite des conditions avantageuses accordées à la BAI-E pour faire relier ses propres revues, ouvrages, et partitions à Paris. Notons à sa décharge que M. Desgeans a eu à cœur de compléter les acquisitions de manière à satisfaire le lectorat, gérant au mieux un budget restreint et conservant la bibliothèque en bon état de fonctionnement.

De la pointe du progrès au train-train…

30Suivant leurs homologues parisiens, les véritables animateurs de la BAI-E estiment que l’instruction ouvrière ne se fera pas seulement par la lecture. Il faut aussi divertir et instruire au moyen de conférences scientifiques et littéraires :

  • 39 Lettre du vice-président, M. Brisse, à M. Abel Maurice, rédacteur de La Vérité, 13 avril 1877, p. 2 (...)

« Comme vous, nous avons pensé que la lecture des livres ne suffirait pas et qu’il fallait organiser des Conférences. C’est ainsi que les membres de notre Société et leurs familles ont pu profiter des excellents livres des hommes les plus éminents dans les sciences et dans les lettres et entendre successivement et à plusieurs reprises :
MM. Camille Flammarion, sur l’astronomie, les héros du travail, le Ciel et la Terre, les voyages en ballon, etc.
Perdonnet, sur la métallurgie et les chemins de fer.
Simonin, sur la métallurgie, les mineurs des houillères, etc.
Guebhard, sur l’électricité, la télégraphie, l’air, l’eau, la chaleur, etc.
L. Morin, sur Jeanne d’Arc, Richard Lenoir.
De la Pommeraye, sur Molière, Benjamin Franklin, le théâtre moderne, etc. »39

  • 40 Statuts de la BAI-E, 21 avril 1865, ADM : 4 T 83.
  • 41 Lettre du secrétaire, Maurice Cerveaux, au président, M. Guebhard, 24 août 1869, pp. 39-41 du Regis (...)
  • 42 Comptes de mai 1880, Livre de comptes I, BAI-E.

31La liste dressée ci-dessus, unique dans la correspondance de la BAI-E, est précieuse sur une question qui semble avoir cristallisé une grande part des espoirs et des déceptions. Sujet par trop délicat sous le Second Empire qui craint les réunions politiques déguisées, les conférences ne sont pas même prévues par les statuts de la BAI-III. La BAI-E n’évoque quant à elle que la possibilité de « cours gratuits et publics »40. Et pourtant, sur le modèle parisien, la BAI-E organise des conférences et a même créé des fonds spéciaux, provenant de la souscription initiale. Dans un courrier, le secrétaire indique en 1869 qu’il « reste en caisse spécialement pour les conférences 121 francs et 60 centimes. C’est le reste de la somme résultant de la souscription »41. La précision est isolée, et il n’est plus jamais fait mention d’un fonds spécial dans les registres de correspondance. De la même manière, les livres de compte n’enregistrent pas les frais liés aux conférences, si ce n’est une unique mention en mai 1880 : « Remis à M. Grisel pour conférence : 28 francs », qui correspond au défraiement d’un ouvrier de chez Christofle venu spécialement à Épernay pour aider M. Guebhard dans ses démonstrations42.

  • 43 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 9 décembre 1879, p. 282 du Registre (...)
  • 44 Lettre du secrétaire, Maurice Cerveaux, au président, M. Guebhard, 28 février 1870, p. 57-58 du Reg (...)
  • 45 Lettre du président, M. Guebhard, au rédacteur du Courrier du Nord-Est, 10 octobre 1874, pp. 143- 1 (...)
  • 46 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 26 février 1875, p. 174 du Registre (...)
  • 47 Lettre du vice-président, M. Brisse, au maire d’Épernay, 11 mars 1875, p. 181 du Registre I, BAI-E.
  • 48 Lettre du vice-président, M. Brisse, aux rédacteurs en chef de [illisible], vers le 11 mars 1875, p (...)
  • 49 Lettres du vice-président, M. Brisse, au sous-préfet et au maire d’Épernay, aux rédacteurs en chef (...)

32Les courriers nous renseignent amplement sur l’organisation des premières conférences. On pourrait supposer que des intervenants comme Perdonnet, animés par le désir d’apporter le savoir à une classe ouvrière méritante, contribuent aux frais entraînés par leur venue. Il n’en est rien, et les comptes font apparaître « dîners, vins, cigares », location du théâtre, etc. L’argent procuré par la souscription est ainsi épuisé rapidement, même si les orateurs bénéficient, grâce à la Compagnie de l’Est, de transports gratuits. Cela explique sans doute les nombreuses démissions et le fait que Guebhard décide quant à lui de prendre à sa charge la « note de buffet » associée à ses prestations43. La question des conférences est récurrente. Les sociétaires les apprécient énormément et réclament le retour des orateurs tels que M. Lapommeraye venu parler du théâtre44. En 1874, Guebhard demande au rédacteur du Courrier du Nord-Est d’« appeler l’attention de [ses] lecteurs sur les bons résultats que peut donner notre association et de nous attirer ainsi quelques nouvelles adhésions », ajoutant : « d’ici quelques mois, nous serons en mesure d’organiser quelques conférences scientifiques et littéraires comme nous l’avons déjà fait autrefois. »45 Le calcul est bon et quelques personnes s’inscrivent à la BAI-E afin de bénéficier de la possibilité d’assister aux causeries, lesquelles sont réservées aux sociétaires. Malheureusement, les conférenciers ne se bousculent pas à Épernay : « La promesse qui a été faite nous a procuré quelques nouveaux sociétaires et ils sont un peu déçus. »46 Guebhard annonce alors la venue de M. Lapommeraye en mars 1875 pour un exposé sur le théâtre contemporain. M. Brisse se démène : mise à disposition du théâtre pour accueillir la conférence47, prière aux rédacteurs en chef des journaux locaux d’insérer l’annonce48… Il doit encore multiplier les courriers au sous-préfet, au maire, à la presse, car la conférence est « remise à une date indéterminée »49. En 1880, le même scénario se répète : le président garantit la venue de MM. Simonin et Flammarion, lesquels se décommandent. La belle liste dressée par M. Brisse pour Abel Maurice serait-elle l’énumération des conférences prévues et non pas effectives…? Guebhard décide de se substituer aux orateurs défaillants. La conférence qui marque les esprits durablement est celle qu’il donne en novembre 1879 en compagnie de M. Napoli. Grâce aux journaux comme la Vérité ou l’Indépendant de la Marne et la Moselle, le déroulement en est connu. Dans la même soirée, les Sparnaciens peuvent voir la salle du théâtre s’éclairer grâce à une locomobile actionnant à l’extérieur une machine électrique. Puis ils découvrent comment une « plume électrique » peut « stéréotyper l’écriture », et entendent au téléphone un air chanté la veille à Paris et enregistré sur un rouleau. Enfin, c’est le fonctionnement du phonographe qui leur est démontré : un ouvrier des Ateliers est enregistré, chantant l’air de Fra Diavolo. À l’occasion de cet événement, la presse locale nous donne des détails intéressants sur l’organisation de la soirée par la BAI-E :

  • 50 « Chronique régionale », La Vérité, 27 novembre 1879.

« Hier soir a eu lieu au théâtre d’Épernay la conférence donnée par la Société de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction à ses sociétaires, composés en majeure partie du personnel des Ateliers des chemins de fer de l’Est. Seuls les membres de la Société étaient admis à cette séance, et malgré cela, le théâtre était rempli de monde. On remarquait en grand nombre des dames et des charmantes jeunes filles qui n’avaient pas craint d’affronter les précieuses, mais arides questions annoncées par le programme »50.

33L’Indépendant de la Marne et de la Moselle conclut :

  • 51 « Chronique locale », L’Indépendant de la Marne et de la Moselle, 27 novembre 1879.

« Les membres de la Société des Amis de l’Instruction ont pris un vif intérêt à cette série d’expériences à la fois amusantes et instructives, et ils ont accueilli avec joie l’annonce faite par M. Guebhard de nouvelles conférences »51.

  • 52 Lettre du vice-président, M. Brisse, à M. Guebhard, 26 avril 1877, pp. 209-210 du Registre I, BAI-E
  • 53 Lettre du vice-président, M. Brisse, à M. Guebhard, 5 mai 1877, p. 210 du Registre I, BAI-E.

34En 1880, Guebhard, accompagné de M. Napoli, vient à nouveau de Paris pour donner une conférence sur la galvanoplastie, l’oxygène, l’hydrogène, la lumière oxhydrique. M. Brisse doit demander l’éclairage au gaz de la salle de théâtre, réserver une loge pour le sous-préfet, prévenir les journaux, régler la note pour le déplacement d’un ouvrier de chez Christofle depuis Paris, etc. Une fois encore, M. Guebhard voit trop grand en voulant organiser des conférences à spectacle comme on peut le faire à Paris, mais qui grèvent le budget de la BAI-E. Il n’y aura plus de conférences non plus que de participation à d’autres actions qui s’avèrent trop onéreuses quand elles sont orchestrées par le président. En 1877, quelques « jeunes gens » demandent des ouvrages de paléontologie afin de participer à des « excursions géologiques »52. M. Brisse relaie leur requête en priant M. Guebhard d’acquérir à Paris des ouvrages « à moindre coût »… Pourtant, Guebhard fait l’emplette d’un manuel de paléontologie à un prix si élevé que cela empêche les autres achats envisagés ! Enfin il n’est pas certain que la réponse positive apportée à l’offre de M. Baudry d’installer une collection minéralogique dans la BAI-E a pu se concrétiser53.

35En apprenant qu’il faut une caution morale à la BAI-E, Perdonnet a sans doute pressenti la possibilité d’appliquer l’une de ses idées :

  • 54 Auguste Perdonnet, Notes sur les associations, op. cit., p. 16.

« Nous sommes convaincus que si le Gouvernement obtenait le passage gratuit sur les chemins de fer pour les hommes qui voudraient aller en province répandre la science par ce moyen, le nombre de ceux qui se proposeraient serait considérable, et qu’ils seraient partout bien accueillis. Les compagnies de chemin de fer, auxquelles il a prêté un si puissant appui et dont l’esprit est libéral accorderaient sans aucun doute le libre parcours à ces professeurs »54.

36Le « patriarche des chemins de fer », celui qui a vu souvent avant les autres toutes les potentialités d’un réseau ferroviaire, a probablement aidé son protégé, Guebhard, à inventer une sorte de bibliothèque-laboratoire et résolument moderne qui, grâce à un moyen de locomotion rapide, bénéficierait de toutes les commodités parisiennes. À Épernay, le local, les livres, quelques bonnes volontés et des lecteurs. À Paris, les décisions, les conférenciers, les libraires, les relieurs. Un ballet de caisses, convoyées gracieusement, se met en place : non content de se faire livrer les ouvrages par le train, la BAI-E les renvoie après catalogage pour les faire relier à Paris d’où ils reviendront une nouvelle fois. Par la suite, le système s’allégera, et les livres passeront directement des libraires au relieur quand la commande sera suffisamment importante. La distribution est assurée par des bonnes volontés – il s’agira longtemps du frère de Cerveaux – de la Compagnie de l’Est, travaillant aux Ateliers des chemins de fer de La Villette. Le conditionnement des caisses est aussi assuré par la BAI-E et les bénévoles de la Compagnie de l’Est.

  • 55 Lettre du vice-président M. Brisse et du secrétaire M. Cerveaux aux rédacteurs de L’Indépendant de (...)
  • 56 Bien que cela soit au-delà de notre période d’étude, signalons que selon le registre III des corres (...)

37La BAI-E a été installée de suite dans les locaux des Ateliers des chemins de fer d’Épernay. La comparaison de ses comptes à ceux d’autres bibliothèques populaires montre que les économies sont importantes : pas de location de salle, d’achat de mobilier, de frais d’éclairage et de chauffage… Un des registres de la BAI-E a par exemple été fourni par l’économat des ateliers. L’une des rares assemblées générales évoquées par le registre des correspondances a lieu dans la salle de l’atelier des modèles55. L’ombre de la Compagnie de l’Est peut cependant s’avérer délétère. Ses locaux sont réquisitionnés par les Allemands lors de la guerre de 1870 et cible de bombardements stratégiques pendant la Première Guerre mondiale56. En 1870, le bâtiment des Ateliers devient un hôpital allemand et la bibliothèque est transformée en pharmacie. Quelques livres sont brûlés, d’autres dérobés, mais la BAI-E sera rapidement remise en état de fonctionnement. Signalons pour l’anecdote que les pages du registre de correspondance de cette période politiquement troublée ont été soigneusement découpées, ce dont on ne s’aperçoit qu’en observant la numérotation… gribouillis prussiens ? Correspondance avec les Communards ? Le vœu émis par la BAI-E de faire figurer les pertes de livres sur les listes des dommages de guerre subis par la Compagnie de l’Est n’a apparemment pas été retenu.

38Ce sont surtout sa localisation et sa direction trop intimement liées à la Compagnie de l’Est qui lui font perdre son âme initiale. Le glissement symbolique réside dans le passage de la « Bibliothèque des Amis de l’Instruction » à la « Bibliothèque des Ateliers des chemins de fer ». L’ambiguïté croissante des correspondances se retrouve dans les catalogues de 1887 et 1902. À la vignette des arts et sciences, d’inspiration maçonnique, des statuts de 1866, se substitue dans le catalogue de 1887 une vignette représentant une adorable locomotive, emblème de la spécialisation des Ateliers d’Épernay. De surcroît, il est bien indiqué sur la page de titre que le siège de la BAI-E se trouve aux « Ateliers des Chemins de fer de l’Est ». Cela est d’autant plus troublant que Louis Hachette appartient aux généreux donateurs du début. Ont pesé le fait avéré que la BAI-E est devenue la « bibliothèque des Ateliers », même si des lecteurs étrangers à la Compagnie de l’Est la fréquentent, et le plein succès des « bibliothèques des chemins de fer », librairies de gare fondées par la maison Hachette. Les vendeurs des gares, désignés sous le vocable de « bibliothécaires », viennent de l’univers des cheminots. En 1873, le gendre de Louis Hachette dresse le bilan suivant :

  • 57 Lettre du gendre de M. Hachette à M. Jules Simon, 23 juillet 1873, Bibliothèque de l’Institut : Ms. (...)

« Nous avons en ce moment 425 bibliothèques ou dépôts, exploités dans 410 gares. Le personnel est composé de 425 bibliothécaires responsables d’environ 90 sous agents ou aides-vendeurs. Sur les 425 bibliothécaires, 60 environ sont veuves d’employés des compagnies, et plus de 340, femmes ou filles d’employés »57.

Le lectorat de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction d’Épernay

  • 58 Lettre du ministre de l’Instruction publique au ministre de l’Intérieur, 14 juin 1866 : AN : F/1a/6 (...)

39Répondant à une demande de renseignements émanant de son collègue de l’Intérieur, le ministre de l’Instruction publique, Victor Duruy, présente les fondateurs de la BAI-E comme « divers particuliers »58. La documentation incomplète, les nombreux non-dits voire les dissimulations, liés à un pouvoir qui tout en s’affirmant libéral exerce une surveillance étroite, rendent l’étude sociologique du lectorat initial compliquée. Néanmoins, les motivations locales des lecteurs peuvent être reconstituées en creux pour tenter une approche de ces « divers particuliers ».

40Il est indispensable de connaître les conditions dans lesquelles une bibliothèque municipale recevait les lecteurs pour documenter la naissance d’une bibliothèque populaire dans la même localité. À Épernay, cet éclairage est particulièrement précieux. Au moment de la fondation de la BAI-E, la question de la « Société de la Bibliothèque » est épineuse, provoquant des écrits vengeurs, des délibérations houleuses au conseil municipal, des pétitions et autres libelles… Cette association de lecteurs bénéficie, en contrepartie de sa générosité, d’un accès privilégié à la bibliothèque. Dès 1842, un rapport adressé à la mairie dénonce un cercle déguisé, servant de pied-à-terre pour certains Sparnaciens, et abritant des discussions politiques. Le 20 novembre 1866, M. Dutemple constate devant le conseil municipal que la situation est inchangée et propose les réformes suivantes :

  1. que la Société de la bibliothèque soit rétablie telle qu’elle était constituée au début ;

  2. que la lecture des journaux, revues et autres publications légères lui soit formellement interdite ;
    et pour le cas où il serait reconnu utile de le faire,

  3. que les ouvrages, formant le fonds de notre bibliothèque publique, soient déplacés et mis à la disposition des lecteurs de la ville, qui pourraient les emporter sous leur responsabilité, sauf certaines exceptions, et moyennant une redevance annuelle à déterminer, laquelle serait employée en achats de livres au profit de notre dite bibliothèque ;

    • 59 Délibération municipale du 20 novembre 1866, Registre des délibérations municipales d’Épernay, AME  (...)

    qu’enfin, une salle de lecture à la bibliothèque soit mise, le soir, gratuitement à la disposition du public, retenu dans le jour par ses occupations ou ses travaux59.

  • 60 [A. Dutemple], Quelques explications sur une délibération du conseil municipal d’Épernay concernant (...)

41Si la BAI-E n’est jamais évoquée au cours des conversations retranscrites, il est très net que le but est de lui faire pendant en autorisant l’emprunt et en mettant à disposition une salle de lecture le soir. La proposition de M. Dutemple est votée, et son annonce fait l’effet d’une traînée de poudre à Épernay. Selon ses dires, des protestations sont inscrites contre la délibération dans le registre de la Société de la bibliothèque, et un écrit contre sa personne répandu dans les locaux municipaux. Le maire reconnaît l’existence du libelle, mais indique avoir fait cesser ce manège sitôt qu’il en a connu l’existence. Impressionné par le poids des 140 sociétaires, il donne toutefois l’autorisation de reprendre la délibération du 20, et la Société de la bibliothèque revient à son statut d’origine. M. Dutemple ne se tient pas battu pour autant et décide de faire imprimer Quelques explications sur une délibération du conseil municipal d’Épernay concernant la Société de la bibliothèque60. Revenant de façon très éclairante sur l’histoire récente de la bibliothèque municipale et sur le fonctionnement de la Société, il indique qu’en 1864 le maire a constaté qu’il devenait nécessaire de construire des locaux neufs :

  • 61 Ibid.

« Car si un jour, qui n’est pas si éloigné peut-être, nous devons rendre à la bibliothèque sa véritable destination, c’est-à-dire la rendre publique, il ne restera pas le moindre espace pour y admettre des lecteurs.
Le Gouvernement se préoccupe sérieusement de procurer aux classes laborieuses les moyens de s’instruire. Nous pouvons d’un jour à l’autre être invités à réaliser ce projet et à livrer sur place, à ceux qui le demanderont ; les richesses que nous possédons et qui sont entassées dans nos salles, sans que jamais personne puisse en profiter »61.

  • 62 Un membre du conseil municipal, devant la proposition de s’en tenir au parrainage par deux membres (...)

42Quatre salles sont édifiées rapidement : deux dans lesquelles les livres s’entassent, une pour les collections destinées à un musée, et la quatrième laissée à l’usage de la Société de la bibliothèque. Le fonctionnement de la Société permet de mieux saisir dans quel contexte est née la BAI-E : il faut être parrainé par deux personnes puis subir l’épreuve d’un vote. Les administrateurs redoutent textuellement l’adhésion d’un « taré »62… Une fois admis, les sociétaires ont un grand nombre de droits y compris celui qui est tacite de se servir dans les rayonnages. Le bibliothécaire municipal s’en plaint encore en 1879 :

  • 63 [Louis Paris], Rapport à M. le Maire de la ville d’Épernay sur l’état actuel de la bibliothèque com (...)

« Mais ici nous nous trouvons en face d’un abus considéré comme imprescriptible par ceux qui en ont le bénéfice : nous voulons parler de la liberté laissée aux visiteurs de chercher eux-mêmes et prendre au rayon les livres qu’il leur convient de lire, et par cela même, le droit de toucher à tout, droit qui, certes, a des inconvénients que nous n’avons pas besoin de signaler. Cet usage, ce droit prétendu, a sans doute une sorte de raison d’être. La plupart de nos acquisitions, depuis une vingtaine d’années, ont été faites à l’aide des souscriptions des membres de la Société de la bibliothèque, qui, par cela même, se sont créé non seulement le droit d’emprunt, mais aussi celui de tout voir et de tout manier. – Mais l’intérêt bien entendu de la Société elle-même serait de restreindre ce droit, dont l’usage immodéré nuit à la bonne tenue de l’établissement et jette fréquemment le désordre et la perturbation dans le classement régulier et méthodique des volumes »63.

43Cette Société, pour justifier ses préséances, donne à la bibliothèque les ouvrages qu’elle a achetés. Ses adhérents bénéficient d’un droit d’emprunt exclusif des journaux, revues et volumes récemment acquis. Le lecteur ordinaire, s’il a l’occasion de venir à la bibliothèque, ne consulte par exemple qu’un quotidien défraîchi et obsolète. M. Dutemple remarque que la Société a, en théorie, pour vocation de choisir des documents utiles à la bibliothèque municipale :

  • 64 Délibération municipale du 20 novembre 1866, Registre des délibérations municipales d’Épernay, AME  (...)

« Le même membre s’occupant des avantages que l’on prétend fournir à la bibliothèque communale par l’acquisition de livres, dit que ces avantages n’existent pas, qu’il a remarqué entr’autres, dans les livres acquis, l’Annuaire de la Marne, l’Almanach des mille adresses, le Manuel pour devenir député, l’Histoire de Père Loriquet, des comédies et des romans »64.

44La réponse des autres membres du conseil municipal est peu convaincante :

  • 65 Ibid.

« Il est répondu, en ce qui concerne l’acquisition des livres pour ajouter au fonds communal, que si le membre qui fait la proposition discutée avait eu recours aux comptes annuels, il aurait vu que le tiers des souscriptions était employé en paiement d’ouvrages sérieux. Que, de plus, les revues, certains journaux acquis par la Société, sont collectionnés dans la bibliothèque ; qu’il est vrai que certaines pièces de théâtre en petit nombre font partie des acquisitions (2 ou 3 par an) ; qu’il s’agit de celles qui excitent un intérêt d’actualité. Qu’à l’égard d’autres livres, dont les noms ont été cités, ils ont été l’objet de dons faits par les associés et ne sont pas compris dans les comptes »65.

  • 66 On connaît par exemple le nom d’une trentaine de membres de cette Société grâce à son règlement de  (...)

45La chronologie laisse supposer que la fondation de la BAI-E correspond aux espoirs déçus par l’organisation de la nouvelle bibliothèque municipale. Les horaires ne permettent pas aux travailleurs modestes d’emprunter, voire même de consulter des ouvrages. Les Sparnaciens les plus sensibles aux discours sur les bienfaits de l’instruction, comme M. Deullin, membre de la Société de la bibliothèque, conseiller municipal, donateur généreux de la BAI-E, ont vraisemblablement encouragé une Société de la bibliothèque municipale réformée et la BAI-E. D’autres, comme M. Dutemple, qui n’apparaît ni dans les donateurs ni dans les souscripteurs de la BAI-E, préféreraient que la Société de la bibliothèque change… apparemment sur le modèle implicite de la BAI-E. Le luxe de précautions pris autour de la fondation de la BAI-E, les controverses qui agitent la bourgeoisie d’Épernay quand il est question de réformer la Société de la bibliothèque, les différents non-dits, montrent que bien des enjeux politiques se greffent autour de l’accès aux livres. M. Deullin est apparemment le seul lecteur de la Société de la bibliothèque à avoir approché la BAI-E66. Il y aurait donc un clivage entre une bourgeoisie traditionnelle sparnacienne, faisant de la bibliothèque municipale un bastion réservé à « l’élite locale » masculine (les femmes ne sont pas admises à la Société), et de nouvelles classes sociales arrivées avec les chemins de fer, désireuses que tous accèdent au moins à une forme de lecture.

46Qui sont donc les lecteurs de la BAI-E ? Les hasards de la conservation des archives, la mauvaise tenue des registres, entraînent des frustrations. Nous devinons une sociologie sans pouvoir la cerner totalement. Un répertoire alphabétique de noms, associés à un numéro d’ordre, suivis éventuellement des professions et adresses, comporte parfois la précision « démissionnaire ». Le tri par numéro d’ordre montre que ces inscriptions ont été enregistrées de manière fantaisiste puisqu’il y a quelques doublons et sauts entre les numéros. Le total de 1 184 noms est à rapprocher des étranges 1 032 cotisations inscrites dans le livre des comptes en janvier 1867, qui se substituent à un premier bilan rayé de 266 cotisations, pourtant plus vraisemblable car il se situe dans la moyenne des années suivantes. Ces 1 184 noms seraient ceux des personnes ayant répondu à une souscription en faveur de la bibliothèque en 1865 ou 1866.

47Le tri du répertoire par numéro d’ordre permet d’esquisser à grands traits l’histoire et la sociologie. Les huit premiers inscrits (il n’existe pas de numéros 9 et 10) sont :

  1. GUEBHARD Ingénieur

  2. DEULLIN Eugène Banquier (Épernay)

  3. DUVAL Médecin (Épernay)

  4. MALDAN Avoué (Épernay)

  5. LUQUET Négociant (Épernay)

  6. MENSIER Ingénieur (Épernay)

  7. BRISSE Frédéric Chef des ateliers (Épernay)

  8. DRAVIGNY Jean Contremaître (Épernay)

48Au moment de la souscription, la BAI-E est déjà sous l’emprise de Guebhard, aidé de la bourgeoisie locale. Viennent ensuite les noms des personnages importants de la Compagnie de l’Est, qui figurent aussi parmi les donateurs officiels. L’hypothèse d’un premier groupe ouvrier démissionnant et laissant place à un comité mieux identifié par les pouvoirs politiques n’a rien de surprenant. Il semblerait que les fondations de bibliothèques populaires aient été source de tensions dans plusieurs localités.

49Le registre n’a vraisemblablement pas circulé à travers les quartiers de la ville et les environs : les adresses d’Épernay qui se succèdent dans la liste ne sont pas voisines géographiquement. Les inscriptions de personnes venant de localités voisines (Magenta, Aÿ, Dormans, etc.) ne sont pas simultanées. En revanche, après les inscriptions des « personnalités », le registre débute par des adhésions de Sparnaciens, suivis par des gens des environs. Il a sans doute été ouvert soit à la mairie soit dans les locaux de la Compagnie de l’Est et les gens sont venus s’inscrire au gré de leurs disponibilités, d’où la succession de personnes n’ayant rien en commun. Le tri par numéro d’ordre donne par exemple au n° 557 GOURDIER Octave, mortaiseur résidant à Aÿ ; au n° 558 DELETAN Léon, chaudronnier, résidant à Magenta ; au n° 559 Madame VENOGE (de) Gaétan, résidant Rue du Donjon à Épernay ; au n° 560, LALIQUE René, résidant Rue des Huguenots à Épernay ; etc. La démarche serait volontaire, favorisée par le bouche-à-oreille. Il existe quelques foyers d’inscriptions comme le buffet de la gare où 12 employés, parmi lesquels 6 femmes, s’inscrivent séparément.

50Les professions des uns et des autres n’ont pas toujours été reportées avec rigueur. La précieuse mention « Ateliers de la Cie » est parfois oubliée. Pour 475 souscripteurs, la profession n’est pas notée ou n’a pas de rapport direct avec la Compagnie des chemins de fer de l’Est. Pour les autres, diverses indications (« aux Ateliers de la Compagnie », à « la gare », etc.) entraînent une surreprésentation du milieu ferroviaire très logique. Certains métiers, comme « frappeur aux forges », semblent également indiquer un travail pour les Ateliers de l’Est, même si cela n’est pas précisé. Presque la moitié des souscripteurs viennent d’autres horizons et de toutes les couches sociales. Le milieu viticole se tient relativement à l’écart : si l’on trouve des personnels des grandes maisons du champagne (Moët et Chandon, Mercier, Piper, etc.) et même M. et Mme de Venoge, on rencontre peu de vignerons (2), tonneliers (8) et bouchonniers (11). Les professions « intellectuelles » sont représentées : 3 instituteurs et une institutrice, 5 professeurs et le principal du collège, 5 médecins, 4 notaires, 1 avocat, 2 principaux clercs, 1 juge et 1 juge de paix… Enfin, la variété des situations, du perruquier au marchand de charbon, de la modiste au berger, des banquiers aux bouchers, laisse supposer un élan d’intérêt de la population et/ou une excellente publicité donnée à la pétition.

51La mention « Madame » ou « Mademoiselle » est soigneusement retranscrite. Les souscriptions de femmes, prévues par les statuts, émanent de tous les milieux : elles sont 65 parmi les 1 134 noms, soit 5,7 % des inscrits. 26 d’entre elles sont demoiselles et 7 veuves. Sept couples seulement procèdent à une double inscription car leurs moyens le leur permettent, comme M. et Mme de Venoge, ou bien encore M. et Mme Cerveaux.

52Plus qu’une cartographie des souscriptions, les adresses – lorsqu’elles sont indiquées – dessinent la localisation des gens travaillant aux chemins de fer. Par exemple, 48 souscripteurs résident rue du Pont à Épernay, dont 29 appartiennent à la Compagnie de l’Est. Parmi les souscripteurs 773 Sparnaciens, mais aussi :

  • trois Parisiens (MM. Guebhard, Joseph et Mensier, tous trois ingénieurs) ;

  • soixante-deux habitants d’Aÿ (où se trouve la « Villa », cité ouvrière) ;

  • dix de Binson ;

  • douze de Boursault ;

  • quinze de Damery ;

  • soixante-douze de Dizy-Magenta ;

  • etc.

53Les souscripteurs sont essentiellement localisés dans un rayon d’une dizaine de kilomètres autour d’Épernay. Cette distance peut paraître surprenante, mais le constat sera le même pour les lecteurs. Les livres de comptes constituent une autre source précieuse, car les chiffres des cotisations y ont été inscrits sans discontinuer de 1866 à 1920. Certes, le grand sérieux du début a été abandonné : le trésorier indique jusqu’en 1872 le nombre mensuel de statuts, de livrets et de cotisations, puis se contente d’un chiffre global pour ces trois postes. De mensuel, le total devient enfin trimestriel. Néanmoins, cette série chiffrée donne une idée assez fine du nombre de cotisations, de ses variations, et de son évolution entre 1867 et 1872. Des variations importantes, avec des pics saisonniers, sont observables. Les cotisations sont plus nombreuses en hiver, car il est difficile à cette saison de trouver d’autres loisirs. Sur la longue durée, des reprises de fréquentation sont visibles, indéniablement liées aux nouveaux catalogues, à l’annonce de conférences, ou à l’achat de livres demandés par les sociétaires, mais associées à une érosion globale du nombre d’inscriptions. Enfin, grâce aux registres de correspondances, qui conservent quelques traces des lecteurs étourdis n’ayant pas rendu les ouvrages empruntés, nous savons que si la BAI-E est devenue une « bibliothèque des ateliers des chemins de fer », elle est restée fidèle à sa vocation d’ouverture à un public large dans les années 1880.

54Après l’élan des souscriptions et les dons généreux, il faut s’organiser afin d’attirer les lecteurs et se prémunir d’une mauvaise gestion même si les statuts, inspirés d’une expérience de trois ans à la BAI-III, anticipent un certain nombre de dysfonctionnements possibles. Le premier souci de taille est la démission des souscripteurs. Sur le registre des souscriptions la précision « d » ou « dre », signifiant démissionnaire, est portée à 212 reprises (soit environ 1/5e des souscripteurs) dans les premières pages. Ce recensement n’ayant pas été mené à terme, le 1/3 des souscripteurs doit être logiquement concerné. Notons au passage un désistement qui a sans doute valeur symbolique, celui du plus généreux des donateurs, M. Deullin… En août 1869, le secrétaire Maurice Cerveaux alerte le président et lui donne le motif de ces nombreuses démissions :

  • 67 Lettre du secrétaire, Maurice Cerveaux, au président, M. Guebhard, 24 août 1869, pp. 39-42 du Regis (...)

« Il resterait donc 1 129 francs en caisse. Je crois que l’on ne pourrait mieux utiliser cette somme qu’en faisant un achat important de livres. Beaucoup de membres en effet ont donné leur démission parce qu’ils trouvaient qu’on n’achetait pas assez de livres nouveaux »67.

  • 68 Lettre du vice-président, M. Brisse, à M. Guebhard, 1er mars 1882, p. 374 du Registre I, BAI-E.
  • 69 Chiffres donnés par le Registre IV des lecteurs, BAI-E.
  • 70 Léopold-Auguste Constantin, Bibliothéconomie ou Nouveau manuel complet pour l’arrangement, la conse (...)
  • 71 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 4 mars 1874, p. 124 du Registre I, (...)
  • 72 Lettre du vice-président, M. Brisse, à « Messieurs les Bibliothécaires », 9 juin 1874, p. 135 du Re (...)

55Trop éloigné de la bibliothèque, peu sensible aux demandes réitérées (nouvelles conférences, nouveaux livres), M. Guebhard concourt à une perte du lectorat. Les données des livres de comptes sont confirmées par les correspondances. Le 1er janvier 1868, la BAI-E compte 272 membres contre 216 à la fin de l’année. La baisse se poursuit avec 170 sociétaires en avril 1877. En 1882, grâce au nouveau catalogue, la BAI-E peut se targuer d’avoir 300 membres, dont « 106, habitant la ville et les environs. »68 Les registres du début du xxe siècle, s’ils ne donnent ni la profession ni les adresses des sociétaires, permettent de constater que l’étiage est d’environ 200 à 250 personnes (241 en 1903 ; 222 en 1904 ; 218 en 1905 ; etc.)69. Les gérants, à défaut de disposer d’un pouvoir décisionnaire pour les questions importantes, essaient de régler le quotidien de façon à ce que ni les lecteurs ni la bibliothèque ne pâtissent trop de la situation. Mais les premiers bibliothécaires choisis sont visiblement incapables de remplir des fonctions pourtant explicitées par les statuts. Désignés parmi les employés des Ateliers des chemins de fer, ils n’ont pas reçu de formation, et ne disposent pas des moyens de s’améliorer. Alors que la bibliothèque populaire de Toul est abonnée au Bulletin de la Société Franklin, au Journal des bibliothèques populaires, et au Bulletin trimestriel de la Ligue de l’enseignement, que la BAI-III possède le manuel Roret consacré à la bibliothéconomie70, aucune de ces lectures n’apparaît à la BAI-E. Maurice Cerveaux doit prendre en charge le catalogage, comme il s’en ouvre dans ses courriers à M. Guebhard. Il semble aussi s’être soucié des statistiques, puis les avoir abandonnées, peut-être découragé par le peu de réponses du président. C’est également aux bibliothécaires de s’occuper des entrées et des sorties de livres. En mars 1874, le vice-président suggère de les démettre de leurs fonctions, car ils ne tiennent pas correctement les registres de prêt, et de donner suite à la demande de démission de l’un d’entre eux71. Ce dernier, M. Perthois, avait été choisi parmi les modestes donateurs du début. Le vice-président, dont la suggestion n’a pas été prise en compte, envoie au mois de juin une lettre enjoignant aux bibliothécaires de se conformer strictement aux décisions suivantes : déposer tous les lundis à 8 heures les registres d’entrée et de sortie des livres parfaitement en règle et une liste indiquant, par séries, les numéros des ouvrages sortis, y compris ceux distribués le dimanche, en mentionnant correctement la date et les noms des sociétaires72. La recommandation n’a pas été suivie puisque le 12 septembre 1874 M. Guebhard reçoit cet avis :

  • 73 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 12 septembre 1874, pp. 137-138 du R (...)

« Si vous vous le rappelez, je vous ai écrit déjà pour vous signaler le peu de soin qu’apportent nos bibliothécaires dans la tenue de leurs livres. Malgré mes observations répétées, je n’ai pu arriver à un résultat satisfaisant et j’attribue cela plutôt à leur incapacité qu’à leur mauvaise volonté.
Désirant savoir enfin quels pouvaient être les résultats de ce défaut de soins, je viens de faire faire un inventaire et j’ai reconnu qu’outre les livres perdus pendant la guerre il nous manquait 58 volumes dont les bibliothécaires ne peuvent trouver les traces de sortie. Ce sont donc 58 volumes perdus. Dois-je les leur faire payer ? En attendant, je me suis opposé à ce qu’il leur soit payé le montant de l’indemnité.
Je crois qu’il serait absolument indispensable d’organiser au plus tôt une assemblée générale et de décider quelque chose à ce sujet. Il faudrait, je crois, revoir un peu les statuts, car tant que les bibliothécaires seront élus par les sociétaires, nous nous verrons obligés de garder ceux que nous avons, et, je le répète, ils ne sont pas capables de s’acquitter comme il faut de leur besogne.
On décidera aussi ce que l’on devra faire pour les livres perdus. Je crois que la première chose à faire est de les racheter.
Prière de me dire ce que vous aurez décidé.
Votre tout dévoué serviteur.
Comme rien n’indique dans les statuts que les bibliothécaires sont responsables, je pourrais bien être obligé de les payer quand même »73.

56Les bibliothécaires sont remplacés de manière autoritaire sans vote du conseil. Il n’y a pas trace d’une modification des statuts permettant ce type de désignation. Dix ans après sa fondation, la BAI-E semble fonctionner selon les desiderata de la Compagnie de l’Est. Rien n’indique dans le livre des comptes que le prix des ouvrages perdus ait été retenu sur les gratifications versées aux bibliothécaires. Ces derniers ont-ils été véritablement insouciants ? A-t-on profité de l’occasion pour se débarrasser des derniers initiateurs de la BAI-E ?

57M. Perdonnet se réjouissait dans ses réflexions sur la BAI-III du peu d’ouvrages perdus :

  • 74 Auguste Perdonnet, Notes…, op. cit., p. 18.

On craignait que les livres ne fussent pas rendus, et, dans une ville comme Paris, il devenait difficile de poursuivre ceux qui les détenaient. L’expérience a prouvé que cette crainte n’était pas fondée74.

  • 75 Lettre de M. Prin, bibliothécaire, à M. Mailliet, trésorier, 28 décembre 1875, p. 188 du Registre I (...)

58Les statuts de la BAI-E ont cadré les choses : les domiciles des emprunteurs doivent être connus, le prêt limité à un ouvrage pour vingt jours, les livres remis en bon état. La disparition des 58 ouvrages constatée, les bibliothécaires remplacés, la gestion des livres non retournés ou revenus en mauvais état se met en place, et il est bien rare, désormais, que les ouvrages soient perdus ou détériorés. Le 28 décembre 1875, le bibliothécaire informe le trésorier du prix qu’un sociétaire doit payer pour le remplacement et la reliure d’un livre égaré, ce qui tend à montrer que la procédure n’est pas encore habituelle75. En 1876, le vice-président se réjouit de la gestion plus efficace menée par les nouveaux bibliothécaires :

« J’ai l’honneur de vous adresser ce jour l’inventaire de notre bibliothèque dressé au 1er janvier 1876 par nos bibliothécaires. Cet état se compose :

  1. de la liste des ouvrages perdus pendant la guerre avec indications de ceux rentrés, rachetés ou supprimés ;

  2. de la liste des ouvrages manquants à la date du 10 octobre 1874 depuis l’inventaire dressé après la guerre. Ces livres sont ceux qui ont été perdus par suite de l’incurie de nos deux anciens bibliothécaires qui, du reste, ont été révoqués pour ce fait. Ces livres devant être remplacés peu à peu ;

  3. de la liste des volumes qui, vu leur état, ne peuvent plus être mis en main (le mauvais état de ces livres n’est pas dû au mauvais soin des sociétaires sans cela ils les auraient payés) ;

    • 76 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 28 janvier 1876, pp. 189-190 du Reg (...)

    de la liste des livres manquant depuis la nomination de nos deux nouveaux bibliothécaires, c’est-à-dire depuis le 10 octobre 1874. Comme vous pouvez le voir, deux de ces livres ont été payés par les membres responsables de leur perte. Quant au n° 1000, il a été emporté par un sociétaire qui a disparu du pays. Les bibliothécaires ne pouvaient donc que signaler le fait »76.

59La première lettre du registre concernant un retard ne réclame pas le retour impératif de l’ouvrage même si le délai est dépassé d’un mois. Sa tonalité indulgente est peut-être liée aux fonctions du lecteur, notaire de son état :

  • 77 Lettre du bibliothécaire, M. Frich [?], à M. Pouchet, notaire à Épernay, 2 septembre 1880, p. 320 d (...)

« Monsieur,
Un sociétaire nous réclame depuis quelques jours un ouvrage intitulé Trente et Quarante de E. About, que vous avez sorti de la bibliothèque le 13 juillet. Si vous en avez terminé la lecture, je vous serai bien obligé de le remettre au porteur ; dans le cas contraire, veuillez, je vous prie, considérer ma lettre comme nulle et non avenue.
Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de ma considération distinguée »77.

60Les façons sont plus cassantes quelques mois plus tard lorsqu’un ouvrage est rendu en mauvais état par un apprenti :

  • 78 Lettre du vice-président, M. Brisse, à M. [illisible], apprenti, 15 janvier 1881, p. 325 du Registr (...)

« Monsieur,
Je vous informe qu’une somme d’un franc est portée à votre nom, pour dégradations faites par vous, au volume n° [illisible] série A intitulé Les deux filles du squatter du Capitaine Mayne Reid, qui vous a été confié en bon état et que vous avez remis aux bibliothécaires dans un état impossible de malpropreté »78.

61Les rares lettres promettant des poursuites de police ou des saisies sur salaire, via les employeurs alertés de la situation, sont suivies du paiement ou du retour de l’ouvrage. Enfin, un système plus probant est mis en place pour certifier le remboursement des livres égarés. On trouve collés sur le registre trois reçus, numérotés de 19 à 21, attestant les paiements d’ouvrages perdus, et provenant d’un carnet à souches. Ceux qu’on délivre aux lecteurs sont plus artisanaux à en juger par l’unique reçu conservé où la mention pré-imprimée « pour les cotisations d […] mois de » est barrée et remplacée de manière manuscrite par « la valeur d’un volume perdu (Les Aventures de 3 jeunes Parisiennes) ».

  • 79 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 1er mars 1882, p. 374 du Registre I (...)

62La BAI-E a mis en place un système permettant d’éviter le recours aux menaces et les nombreux courriers, quand les fautifs résident dans l’arrondissement d’Épernay. Il s’agit d’un « commissionnaire », appelé aussi « garçon de courses », un employé des Ateliers des chemins de fer qui, en dehors de ses heures de travail, va chez les particuliers réclamer les cotisations impayées ou les livres non rendus. La tâche s’est avérée suffisamment prenante pour qu’on lui alloue une gratification annuelle de 18 francs à partir de 188279. Il en résulte une gestion apparemment très ouverte et humaine des prêts. Ainsi, en 1895, grâce au commissionnaire, le bibliothécaire fait parvenir à domicile un ouvrage demandé par une lectrice à l’occasion d’une demande de paiement pour ouvrage perdu !

  • 80 Lettre du bibliothécaire, M. Marchal, à Madame Moreau, 11 novembre 1895, p. 152 du Registre II, BAI (...)

« J’ai l’honneur de vous adresser le volume n°B8207 contenant L’Aventurière que vous aviez demandé hier. Je joins le reçu de la somme de quatre francs pour le volume égaré, vous voudrez bien remettre ladite somme au porteur de la présente
Je vous prie d’agréer mes civilités »80.

La politique d’acquisition et les progrès bibliothéconomiques de la BAI-E

  • 81 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 4 mars 1874, pp. 125-128 du Registr (...)

63Dans un de ses courriers où l’agacement vis-à-vis de la gestion sans méthode du président transparaît, M. Brisse indique que celui-ci propose l’acquisition d’ouvrages que la bibliothèque possède et qu’en revanche « il y aurait encore à acquérir pour satisfaire aux vœux des sociétaires »81… Rappelons que dès les premières années, les responsables locaux ont dû lutter contre les démissions par une politique astucieuse d’acquisitions. Ils ont aussi tenté de mettre à la disposition des lecteurs un catalogue plus séduisant que le premier qui pouvait, certes, satisfaire un bibliophile éclairé ou un des donateurs cités, mais dévoilait imparfaitement le contenu du fonds.

  • 82 Roger Bellet, « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour b (...)

64Deux articles (11 et 12) des statuts initiaux de la BAI-E régissent la composition du fonds. En réalité, les donateurs eux-mêmes sont loin d’avoir respecté ces prescriptions. Entre un M. Guélard qui offre les romans légers à la mode, et un M. Deullin qui donne les œuvres complètes de Voltaire, la BAI-E a un fonds initial sujet à controverse. Pour autant les Sparnaciens n’ont pas lancé de pétition comme cela a pu se produire à Saint-Étienne en 186782. Peut-être Mgr de Ségur a-t-il involontairement servi de caution ?

65Le pouvoir central s’inquiète toutefois de cette grande liberté et il s’ensuit un échange assez amusant entre les ministres de l’Instruction publique et de l’Intérieur. Ce dernier a demandé l’avis de Victor Duruy sur les livres du catalogue proposé par la future BAI-E « dans l’intérêt de la moralité, de l’utilité et de la valeur scientifique et littéraire ». Visiblement, Duruy est agacé par cette demande qu’il voit comme une porte ouverte à un travail irréalisable pour la commission permanente s’il devient systématique. Il rappelle assez sèchement quelles sont les bibliothèques relevant de sa compétence et celles relevant du ministre de l’Intérieur. Ayant souligné que c’est à son collègue qu’il incombe de donner ou non une autorisation de fonctionnement à la BAI-E, il indique que le choix des livres doit être laissé aux intéressés eux-mêmes, « dans le droit essentiel pour l’autorité publique d’intervenir dans la composition des catalogues par voie d’exclusion dans un intérêt de moralité ou d’ordre public. » D’où trois règles : interdire tout livre n’ayant pas obtenu l’estampille de colportage ; tolérer des ouvrages aux tendances frivoles ; introduire deux catégories d’ouvrages, la première inoffensive, la seconde pouvant être lue par des lecteurs « plus âgés, plus instruits… » Désireux de ne pas voir le cas de la BAI-E faire jurisprudence, il précise que la commission des bibliothèques scolaires n’est pas habilitée à cette tâche mais qu’elle a écouté la lecture du catalogue, action qu’elle ne pourrait renouveler indéfiniment à chaque nouveau cas de catalogue litigieux. Il s’ensuit une décision quelque peu byzantine : lorsque la commission n’a pas lu un ouvrage et n’est donc pas en mesure de se prononcer sur sa dangerosité potentielle, mais qu’elle conçoit des soupçons en entendant le titre ou le nom de l’auteur, la mention « inconnu » est portée dans le compte rendu. Une fois ces réserves exposées, Duruy propose à son collègue les conclusions suivantes concernant le cas de la BAI-E :

  • 83 Lettre du ministre de l’Instruction publique au ministre de l’Intérieur [au sujet de la BAI-E], 14  (...)

« 1° de ne prononcer aucune exclusion, prenant acte de la réserve faite par les fondateurs, en ce qui touche le Voltaire complet donné par M. Perdonnet.
2° De faire mettre à part et réserver pour des lecteurs choisis : Murger, Le pays latin ; Maurice Sand, Callirhoé ; Littré, Conservation, Révolution et positivisme.
3° de noter comme inconnus sauf le cas où votre Excellence m’enverrait ces ouvrages avec demande spéciale d’examen : Pelletan, Décadence de la monarchie française ; Frémy, Comédie du Printemps ; Du Casse, Quatorze de dames ; Vacquerie, Jean Baudry ; De la philosophie de la nature ou traité de la morale pour le genre humain ; Laurent Pichat, L’art et les artistes en France.
4° de maintenir au catalogue les autres ouvrages indiqués. »83

66Répercutées, ces consignes sont appliquées très provisoirement par la BAI-E. Le Voltaire – offert par Deullin et non pas Perdonnet, mais l’erreur est peut-être cautionnée par Duruy – est soi-disant rangé dans une armoire grillagée…

  • 84 Livre de comptes I, BAI-E.
  • 85 Lettre du secrétaire, M. Cerveaux, au président, M. Guebhard, 24 août 1869, pp. 39-41 du Registre I (...)
  • 86 Lettre du secrétaire, M. Cerveaux, au président, M. Guebhard, septembre 1869, pp. 42-43 du Registre (...)
  • 87 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 7 juin 1872, pp. 99-100 du Registre (...)
  • 88 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 7 juin 1872, pp. 99-100 du Registre (...)

67Une fois les dons reçus, il faut compléter la bibliothèque. L’étude du livre de comptes indique que Deullin s’est chargé des premières acquisitions entre 1867 et 1870 pour un total de 1 231 francs84. Ces « achats de la bibliothèque », notés dans le catalogue de 1866, sont encore loin des desiderata de la population abonnée et reflètent les goûts du bibliophile : œuvres complètes de Balzac, de Cicéron, 39 volumes in 8° des « Voyages imaginaires, songes, visions et Romans cabalistiques (édition de 1787) », etc. MM. Brisse et Cerveaux attirent alors l’attention de M. Guebhard sur les véritables envies des sociétaires, et sur la corrélation qui existe entre satisfaction des lecteurs et adhésions. En août 1869, M. Cerveaux signale des démissions liées au fait que les sociétaires trouvent les achats de livres insuffisants en quantité85. En septembre, il donne des indications précises sur les acquisitions demandées : ouvrages d’histoire, romans (Sand, Sue…), livres traitant des chemins de fer, revues comme le Magasin pittoresque86. En 1872, un livre de suggestions est mis en place dont tiennent compte les listes d’achats possibles jointes aux courriers suivants87. Il s’agit essentiellement de romans à la mode… On est donc passé en peu d’années d’une philosophie paternaliste consistant à choisir les livres pour des ouvriers réputés incapables de le faire par eux-mêmes, à une démarche prosaïque fondée sur l’analyse des statistiques. Les quelques chiffres donnés entre 1868 et 1876 montrent nettement que les lecteurs appréciaient surtout la série A (littérature). Toutefois, si les membres d’une « commission de l’acquisition des ouvrages et à la commission de leur entretien et conservation » sont désignés en octobre 1874, il est difficile de croire que celle-ci fonctionne pleinement88.

68La question des doubles ne pose pas problème du moment que la demande est là :

  • 89 Lettre du secrétaire, Maurice Cerveaux, au Président, M. Guebhard, 23 février 1870, pp. 57-58 du Re (...)

« Quant aux romans d’Alexandre Dumas et d’Eugène Sue, comme ils seront certainement beaucoup lus, il n’y a pas, ce me semble, d’inconvénients à prendre deux exemplaires de chaque roman »89.

69Certains romans d’Alexandre Dumas ont pu d’ailleurs être achetés en trois exemplaires…

  • 90 Lettre du secrétaire, M. Cerveaux au président, M. Guebhard, 24 août 1869, pp. 39-41 du Registre I, (...)

70Soulignons la place croissante des revues dans ce fonds. Absentes du catalogue en 1866, elles occupent une place de choix vingt ans plus tard. Là encore, la demande des lecteurs a infléchi les décisions des dirigeants. Ces derniers avaient décrété en 1866 que la collection de la Revue des Deux Mondes arrivée par don ne serait pas mise à disposition des lecteurs90. L’abonnement est finalement pris et régulièrement renouvelé, et les romans publiés sous forme de feuilletons dans la revue sont catalogués à partir de 1882 ! Une autre preuve de cet engouement pour les journaux est le degré d’usure important de ce type de collection :

71Nous avons encore à remplacer :

  1. Notre collection du Journal pour tous.

    • 91 Lettre du vice-président, M. Brisse au président, M. Guebhard, 20 février 1874, pp. 121-123 du Regi (...)

    Notre collection du Journal du Dimanche. Ces deux ouvrages sont tellement usés qu’ils ne pourront être remis en lecture91.

  • 92 Lettre du président, M. Desgeans, à Madame la Comtesse Agénor de Gasparin, 7 juillet 1890, p. 56 du (...)

72Des dons nourrissent constamment le fonds. Tout au long de la période étudiée, de généreux auteurs envoient leurs ouvrages : X. Marmier en 1873, M. Robinet de Vinay en 1877, etc. Parfois informée de la générosité potentielle d’une personne, la BAI-E est solliciteuse : en 1890, M. Desgeans suggère à Madame la Comtesse Agénor de Gasparin « d’offrir les œuvres de son mari comme elle l’a fait pour toutes les bibliothèques populaires de France »92, demande qu’elle honore aussitôt. Il arrive assez fréquemment que les personnes achetant des livres ou des revues pour l’association donnent l’argent nécessaire à leur reliure comme M. Gallire qui, en 1904, abonne la BAI-E à L’Art pour tous.

  • 93 Lettre du secrétaire, M. Cerveaux, à M. Roret, libraire, 14 mars 1879, pp. 241-242 du Registre I, B (...)
  • 94 Lettre du secrétaire, M. Cerveaux, à M. Roret, libraire, 20 mars 1879, pp. 242-242 du Registre I, B (...)
  • 95 Lettre du vice-président, M. Brisse à M. Dubar, chef des magasins à la Compagnie des Chemins de fer (...)
  • 96 Lettre du vice-président, Monsieur Desgeans, à la maison Marpon & Flammarion, 4 septembre 1887, p.  (...)
  • 97 Lettre du président, Monsieur Desgeans, à Monsieur Victorion, libraire, 15 juin 1897, p. 175 du Reg (...)
  • 98 Lettre du président, Monsieur Desgeans, aux librairies Calmann-Lévy, Marpon & Flammarion, et Victor (...)

73Satisfaire les envies de lecture délassante des sociétaires, tout en leur fournissant des ouvrages instructifs et des revues, suppose un budget dont la BAI-E ne dispose pas. Après avoir rappelé plusieurs années de suite, et en vain, à M. Guebhard que certaines librairies pratiquent des remises, les responsables de la BAI-E passent à l’action. En mars 1879, M. Cerveaux demande au libraire Roret s’il peut fournir sa collection de manuels pratiques sur différents métiers à un prix intéressant93. L’affaire conclue94, M. Cerveaux passe commande d’une demi-reliure simple, et M. Brisse obtient du chef des magasins de fer de l’Est à Paris-Chapelle, le transport bénévole des ouvrages95. La collection Roret répond on ne peut mieux aux besoins des ouvriers : manuels du forgeron, du corroyeur, etc. Vers 1880, la BAI-E a pris l’habitude de commander chez Marpon & Flammarion qui lui octroie une remise de 20 % et accepte un échelonnement des paiements pour de gros achats tels que la « Bibliothèque des merveilles ». Plus offensif, le vice-président, M. Desgeans fait jouer la concurrence, sollicite les catalogues de plusieurs maisons, et informe en 1892 Marpon & Flammarion qu’un libraire d’Épernay accorde une remise de 25 %, remise bientôt consentie par la librairie parisienne96. Néanmoins, en 1897, M. Desgeans découvre l’existence d’un libraire, M. Victorion, à qui il écrit pour savoir s’il est exact que ses rabais sont plus importants que ceux de Flammarion et C-Lévy97. La réponse ayant été affirmative, M. Desgeans envoie aux trois libraires un état des livres à acheter pour s’assurer de la véracité de ces propos98. C’est désormais auprès de M. Victorion, couronné par le test, que la BAI-E se fournira. La BAI-E bénéficie aussi des livres envoyés par le ministère de l’Instruction publique. La première dotation date de 1876. Elle a certainement eu lieu par l’entremise de M. Guebhard qui reçoit une lettre l’informant du contentement des lecteurs :

  • 99 Lettre du président, Monsieur Desgeans, aux librairies Calmann Lévy, Marpon & Flammarion, et Victor (...)

« En réponse à votre lettre du 24 avril, j’ai l’honneur de vous informer que les derniers livres qui nous ont été envoyés par le ministère de l’Instruction publique ont été très appréciés. À part l’ouvrage de littérature du colonel [illisible] que nous possédions déjà, ces livres ont été immédiatement demandés par les sociétaires et presque tous sont déjà retenus pour être sortis dès leur rentrée »99.

74Suivent dix années sans dotations. M. Desgeans, nouveau vice-président, décide alors de solliciter directement l’inspecteur général des bibliothèques de France, M. Ulysse Robert. Après lui avoir rappelé la nature et le fonctionnement de la BAI-E, il insiste sur la mission d’instruction populaire de l’endroit :

  • 100 Lettre du président, Monsieur Desgeans, aux librairies Calmann-Lévy, Marpon & Flammarion, et Victor (...)

« Avec ces modestes ressources, nous faisons tous nos efforts pour développer notre fonds de livres qui se compose d’ouvrages professionnels, historiques, économiques, etc., pouvant contribuer à l’instruction des classes ouvrières »100.

75Afin de justifier sa demande, Desgeans explique comment il connaît le système des dons d’ouvrages du ministère de l’Instruction publique aux bibliothèques. On l’a sans doute désigné vice-président de la BAI-E en raison de ses connaissances bibliothéconomiques :

  • 101 Ibid.

« Membre du Comité d’inspection de la Bibliothèque de la ville d’Épernay et secrétaire du Comité de patronage de l’enseignement secondaire spécial du Collège d’Épernay, j’ai l’occasion, de voir, de temps à autre, les dons d’ouvrages faits à ces établissements par le ministère de l’Instruction publique »101.

  • 102 Lettre du président, M. Desgeans, au chef du 3e bureau du secrétariat et de la comptabilité, du min (...)
  • 103 Lettre du président, M. Desgeans, au chef du 3e bureau du secrétariat et de la comptabilité, du min (...)

76Deux ans et demi plus tard, la BAI-E reçoit 73 volumes du ministère de l’Instruction publique et souhaite échanger ceux des ouvrages qu’elle possède déjà, soulignant qu’il serait fâcheux d’avoir des doubles dans la mesure où elle « commence seulement à développer son fonds »102. Ces courriers attirent sans doute l’attention de l’inspecteur des bibliothèques, Ulysse Robert, qui visite la BAI-E en 1890103 et 1894. Le président profite de la bienveillance de l’inspecteur pour lui demander des conseils d’acquisition :

  • 104 Lettre du président, M. Desgeans, à M. Ulysse Robert, inspecteur général des bibliothèques, 13 juin (...)

« Serais-je indiscret en vous demandant aussi de nous désigner des ouvrages que nous pourrions acheter à nos premiers besoins ? Nous sommes en effet fort embarrassés au moment des acquisitions de livres, et notamment, en consultant notre catalogue, vous pourriez nous donner des indications précieuses »104.

  • 105 Lettre du président, M. Desgeans, à M. Ulysse Robert, inspecteur général des bibliothèques, 6 juill (...)
  • 106 Lettre du président, M. Desgeans, à M. Ulysse Robert, inspecteur général des bibliothèques, 19 août (...)

77M. Robert accède à cette demande de conseils105, et 102 ouvrages parviennent à la BAI-E, mélange de romans, et livres d’histoire principalement106.

  • 107 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 5 février 1866, p. 1 du Registre I, (...)
  • 108 Valérie Forestier a, dans son mémoire comparatif sur ces deux bibliothèques, mené un travail import (...)
  • 109 Catalogue – Bibliothèque des Amis de l’Instruction de la ville d’Épernay, Épernay, Imprimerie Victo (...)

78Les premières correspondances de la BAI-E concernent l’envoi incontournable du catalogue au maire et au préfet107. Les catalogues des bibliothèques populaires ont deux fonctions. Estampillés par les autorités, ils rassurent le pouvoir quant au contenu du fonds et doivent être tenus régulièrement. Les lecteurs les reçoivent contre un droit d’entrée lors de leur inscription, avec les statuts et un livret. L’idée est de permettre aux gens de réfléchir tranquillement chez eux à leurs prochains emprunts. Le catalogue initial de la BAI-E est très différent de celui de sa grande sœur, la BAI-III, laquelle a, au départ, acheté nombre de livres pouvant aider les ouvriers parisiens à acquérir une instruction basique et des rudiments en mathématiques, chimie, etc., utiles dans leurs métiers, et choisi un classement calqué sur le contenu des cours de l’association polytechnique108. La classification retenue par la BAI-E ne semble pas non plus inspirée des conseils de la Société Franklin. Sa présentation simple par ordre alphabétique en trois colonnes (numéros d’ordre, ouvrage, donateurs) et séries est complexifiée par des rubriques parfois mal délimitées ou insuffisamment détaillées109. Ainsi, page 14, l’annonce en caractères gras « Œuvres complètes de Châteaubriant [sic] » est suivie de l’ouvrage de Sainte-Beuve sur cet écrivain, des œuvres de Chateaubriand et sans aucune césure ou précision, de titres les plus divers de Jules Janin à Ponson du Terrail. Si l’on sait, grâce aux gratifications accordées, que les bibliothécaires ont dressé les catalogues suivants, les conditions d’établissement du premier demeurent mystérieuses. Deullin employait une personne pour sa bibliothèque personnelle : l’a-t-il mise à disposition ? Dans les premières années, il semblerait qu’en raison du peu de compétences des bibliothécaires, ce soient MM. Cerveaux et Brisse qui mettent à jour le catalogue. La réserve officielle n’entraîne pas pour autant la disparition des autres œuvres incriminées : Callirhoé, Comédie du Printemps, Quatorze de dames (dons de M. Guélard) ; Jean Baudry (don de M. Langlois) ; Décadence de la monarchie française, L’Art et les artistes en France (dons de M. Dravigny) ; Conservation, révolution et positivisme (dons de M. Deullin) figurent bien dans le catalogue imprimé en 1866, et dans les suivants… Du reste, la BAI-E n’hésite pas à manipuler le catalogue pour plus de tranquillité, plus précisément la série E (Sciences philosophiques et morales) dont le mélange est dès le départ sans doute assez détonnant aux yeux des censeurs puisque les ouvrages incriminés de Littré et de Pichat y voisinent avec Bourdaloue et Massillon… Fin du Second Empire aidant, le numéro d’ordre attribué aux Œuvres de Napoléon III dans le catalogue de 1866 correspond désormais dans le catalogue de 1882 aux Philosophes classiques de Taine, l’ouvrage sur les Associations ouvrières en Angleterre est remplacé par celui du Comte de Paris, et La cause des Grecs de Charles Lacretelle remplacée par le Petit manuel pratique d’économie pratique de Block. Il s’agit bien de modifications volontaires, car lorsqu’un ouvrage a été perdu dans d’autres séries, sa disparition figure en toutes lettres dans le catalogue.

79En 1866, le maire est averti que le catalogue sera actualisé annuellement. Un premier effort est mené en 1867. La guerre de 1870, et l’occupation de la BAI-E par les troupes prussiennes rendent nécessaire une mise à jour. Des ouvrages ont été volés, d’autres brûlés… mais les plus précieux avaient été cachés. Dès le départ des troupes, un appel est lancé via la presse aux Sparnaciens :

  • 110 Lettre du président, M. Guebhard, aux membres de la BAI-E, 2O avril 1871, p. 92 du Registre I, BAI- (...)

« Me proposant de faire renouveler et compléter l’ancien catalogue, et ne pouvant commencer ce travail que lorsque tous les livres actuellement sortis auront été rapportés, je prie les membres qui ont ces livres entre leurs mains de vouloir bien les renvoyer à la bibliothèque. Je compte sur l’obligeance des sociétaires et espère qu’ils répondront tous promptement à cet appel, la distribution des livres ne pouvant être reprise que quand le catalogue sera achevé. Les livres pourront être rapportés tous les jours aux bureaux des ateliers des chemins de fer où le secrétaire de la Société les recevra contre reçu. Je prie également les personnes étrangères à la Société et qui par une circonstance quelconque auraient en leur possession des livres de la bibliothèque de vouloir bien en aviser le secrétaire qui les fera prendre à domicile »110.

  • 111 Lettre du président, M. Desgeans au sous-préfet, 2 août 1901, pp. 262-265 du Registre II, BAI-E.
  • 112 Lettre du président, M. Desgeans, à M. Herbin, 11 octobre 1901, pp. 270-271 du Registre II, BAI-E.

8051 ouvrages sont retrouvés (plus de cent perdus), et un supplément est imprimé avec 200 statuts et livrets. Ce n’est qu’en 1882 qu’un nouveau catalogue est édité. Conservant les mêmes séries, il détaille les œuvres des auteurs enregistrées de manière générique par le catalogue de 1866, n’indique plus les noms des donateurs, et poursuit l’entrée des volumes grâce aux numéros d’ordre par série, sans pouvoir respecter désormais l’ordre alphabétique. Il s’ensuit un fouillis décourageant toute recherche. Aussi, un nouveau catalogue est-il lancé rapidement. Il n’y a pas de correspondances autour de ce gros travail pour lequel M. Prin reçoit, en décembre 1885, une gratification de 100 francs. Le classement par série est plus détaillé donc plus commode. Fière de son « catalogue alphabétique et méthodique par noms d’auteurs », la BAI-E décide une nouvelle impression mise à jour en 1901111. M. Desgeans fait jouer la concurrence et choisit la maison Herbin de Montluçon, réputée pour son savoir-faire en ce domaine qui facturera « 500 exemplaires brochés, foliotés de 1 à 220 », avec des feuilles blanches pour inscrire les nouveaux ouvrages, pour 700 francs112. Le catalogue étant vendu 50 centimes pièce, la BAI-E a par conséquent investi 450 francs dans ce catalogue, auxquels il faut ajouter à nouveau une gratification au bibliothécaire.

  • 113 Lettre du vice-président, M. Desgeans, au directeur du Journal officiel, 15 décembre 1882, p. 390 d (...)

81Lors de ses demandes de remise aux libraires, aux éditeurs ou aux imprimeurs, le vice-président, M. Desgeans ajoute rituellement « notre bibliothèque est une bibliothèque populaire et n’est par conséquent pas trop riche »113. Cette volonté de se fondre dans le paysage des bibliothèques populaires afin d’obtenir des réductions n’occulte-t-elle pas une réalité plus complexe ? La BAI-E est-elle vraiment représentative des Bibliothèques des Amis de l’Instruction et plus largement des bibliothèques populaires ? L’expérience que nous apporte l’étude de documents certes parcellaires, mais riches, peut-elle être élargie à l’histoire des bibliothèques populaires ?

82La BAI-E est rapidement méconnue, après avoir pourtant attiré les regards par son originalité. Ainsi, le bibliothécaire de Soissons, retraçant l’histoire de ce type d’institution dans son plaidoyer pour une bibliothèque populaire, pense à la citer en 1866 :

« La France ne pouvait rester indifférente à ce mouvement général. À Paris, il se fonde chaque jour de nouvelles bibliothèques à l’usage des classes populaires, et qui ont pour base le prêt, moyennant une légère cotisation. La province elle-même a fait sur certains points des efforts considérables. On sait ce qu’a entrepris, en particulier la ville de Mulhouse […] dans toute l’Alsace, l’émulation à cet égard est générale. C’est par centaines qu’on y compte les bibliothèques populaires […], ce mouvement intellectuel commence à se répandre autour de nous. Sous le titre d’Amis de l’Instruction, une société vient de jeter à Épernay les fondements d’une bibliothèque pour le peuple. »

83Il est difficile d’évaluer la notoriété et l’influence de la BAI-E. Le nombre restreint de lecteurs, le fait qu’elle a été vite cantonnée au rang de bibliothèque des ateliers, permettent de supposer que son audience devait être réduite. Un événement assez étrange nous renseigne sur son rayonnement modeste. En 1877 paraît une brochure intitulée « La Ligue de l’enseignement à Épernay », rédigée par Abel Maurice, rédacteur en chef du journal La Vérité. Abel Maurice rappelle le rôle fondamental de la lecture en des pages vibrantes, et quelque peu grandiloquentes :

  • 114 Abel Maurice, La Ligue de l’enseignement à Épernay, Épernay, Typographie de Bonnedame et fils, 1877 (...)

« Savoir lire est un patrimoine qui reste sans doute au jeune homme, mais cet héritage de la prévoyance paternelle subit la vicissitude de tous les patrimoines. Ils sont la source de richesses lorsqu’ils sont cultivés, mais sans utilité et sans profit si on les laisse en friche ; heureux encore si les mauvaises herbes ne les envahissent pas et ne servent de refuge aux animaux immondes »114.

84Puis il explique le rôle de la Ligue de l’enseignement, sa volonté de mettre à disposition des bibliothèques pour les ouvriers, car, précise-t-il, l’ouverture vespérale de la bibliothèque municipale n’est pas suffisante :

« Sans doute, et à cet égard, nous devons féliciter nos édiles. Mais la Ligue de l’enseignement fait plus et mieux, car la bibliothèque publique de la Ville, est, dans la pratique, inaccessible à l’ouvrier : lorsqu’il arrive le soir, brisé de fatigue et qu’il voudrait reposer le corps en donnant à l’esprit cette charmante distraction intellectuelle que procure la lecture, voulez-vous qu’il s’habille, qu’il quitte sa famille et s’en aille là-bas, dans cette salle sévère, demander un livre et en lire quelques feuillets ? Non, cela ne peut pas se faire ainsi. Le livre qui plaît doit être sous la main, à toute heure, et solliciter, par sa présence, le plaisir qu’on attend de lui. Il ne doit pas être le partage exclusif du père ou du fils, mais la nourriture de toute la famille. Voyez quelle différence si le livre est là : pendant que le fricot mijote, la lecture se fait à haute voix, les observations se croisent, l’admiration se communique et l’intérêt se double. Tel est le résultat qu’obtient la Ligue de l’enseignement. On vient choisir un livre et on l’emporte chez soi. Elle ouvre ses bibliothèques à tous les adhérents, bibliothèques où le catalogue des livres est trié avec soin ; ils réunissent à la fois le divertissement, l’attrait, l’utile et l’enseignement moral que doit contenir tout travail de l’intelligence. »

85Abel Maurice ajoute à ce projet des conférences pour toute la famille. Il se félicite d’avoir fédéré des bonnes volontés :

  • 115 Ibid., pp. 17-18.

« Nous n’hésitons pas à en provoquer l’établissement dans notre chère ville d’Épernay. Déjà des hommes considérables, des amis de l’humanité, de grands cœurs et de beaux caractères ont promis leur concours à l’édification de cette œuvre de bienfaisance »115.

86Ici encore, plusieurs hypothèses sont permises. Soit, Abel Maurice vient de s’installer à Épernay. Le fait que la Ligue de l’enseignement ne le prévienne pas de l’existence d’une bibliothèque populaire à Épernay, alors qu’il y a de nombreuses connexions entre la Ligue de l’enseignement et les bibliothèques des Amis de l’Instruction, prouve que la BAI-E est en déshérence ou désormais considérée comme une bibliothèque des chemins de fer. Il est étrange que de surcroît l’imprimeur de cette brochure ne l’ait pas informé de l’existence de la BAI-E. En effet, M. Bonnedame, domicilié à Épernay, a fait partie des souscripteurs initiaux de la BAI-E… Le comble est que dans sa bonne volonté, Abel Maurice décide d’avertir le directeur des Ateliers de sa bonne idée. Il s’adresse donc, sans le savoir, au vice-président de la BAI-E, lequel, loin de s’offusquer, répond avec une grande simplicité. Il est résigné, semble-t-il, devant le peu de visibilité de sa bibliothèque :

  • 116 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 13 avril 1877, pp. 206-207 du Regis (...)

« Monsieur,
J’ai l’honneur de vous accuser réception de la brochure que vous avez bien voulu m’envoyer traitant du projet d’organisation à Épernay d’une Ligue de l’enseignement. J’ai lu cette brochure avec un vif intérêt et je désire ardemment que les idées que vous émettez si éloquemment portent leurs fruits. En dehors de ce qui est dû à l’initiative de la Ville, je dois cependant vous dire qu’il existe déjà à Épernay une bibliothèque populaire, dite des Amis de l’Instruction, qui fonctionne depuis 1865 sous les auspices de la Cie des Chemins de fer de l’Est et qui remplit un peu le but que vous recherchez. »116

87Après avoir présenté rapidement la BAI-E, M. Brisse déplore la disparition des conférences et rappelle celles qui ont été tenues (voir supra). Puis, il termine sa lettre en espérant un renouveau de la BAI-E :

  • 117 Ibid.

« Ce qu’il faudrait donc, c’est comme vous le dites si bien, que tous les hommes d’ordre, tous les pères de famille viennent à notre aide et se fassent inscrire parmi nos sociétaires. Nous pourrions alors comme [illisible] rappeler parmi nous ces hommes dévoués et répandre ainsi dans toutes les classes les bienfaits d’une saine et fructueuse instruction. »117

88De fait, l’isolement est inévitable, car la BAI-E ne semble pas, d’après son registre de correspondances, avoir tenté de rester en contact avec les autres BAI, ou de se rapprocher, malgré la proposition d’Abel Maurice, de la Ligue de l’enseignement. Elle se prive donc de soutiens précieux. Lorsque l’on regarde par exemple la liste des donateurs de la bibliothèque de Toul, les différences sont flagrantes. Jean Macé (fondateur, faut-il le rappeler, de la Ligue de l’enseignement) a été un donateur bien plus généreux qu’Auguste Perdonnet. La bibliothèque de Toul obtient dès sa fondation de nombreux dons de la Société Franklin, et du « ministre » (de l’Instruction publique). La BAI-E ne reçoit à ses débuts aucun don de la Société Franklin, et obtient tardivement des dotations ministérielles. Enfermée par ses soutiens initiaux dans un rôle de bibliothèque des chemins de fer, elle s’éloigne petit à petit de sa vocation.

89Pour autant, l’histoire de la BAI-E est édifiante. Ce qu’on arrive à reconstituer de ses débuts permet de mieux cerner les espoirs et les désillusions qui se jouèrent autour des bibliothèques populaires. La lecture « populaire » peine à se mettre en place, et ceux qui prétendent l’aider ont parfois une grande responsabilité dans son échec. À Paris comme en province, d’autres bibliothèques se retrouvent ainsi aux mains d’hommes dont l’entregent, les facilités sociales et culturelles leur permettent de canaliser aisément un rêve. Néanmoins, entre utopie et réalité, se constitue un entre-deux, un espace de progrès : l’idée que les gens du peuple peuvent lire pour s’instruire et se récréer, et même faire des suggestions d’achats, mûrit. Le fait que les conférences, même lorsqu’elles portent sur des sujets ardus, attirent un public nombreux et passionné ne passe pas inaperçu. Les astuces bibliothéconomiques, les inventions pour faciliter la vie des lecteurs, subsisteront. Ce modèle est stimulant pour les édiles qui, s’ils n’en font pas le constat officiellement, se penchent alors sur le fonctionnement des bibliothèques communales. Ainsi, le maire d’Épernay demande un allongement des horaires en soirée et un catalogue pour la bibliothèque municipale, sans doute pour que celle-ci ne soit pas ridiculisée par les innovations de la BAI-E.

90Il semble évident que, même si aucun document ne l’atteste (pour l’instant !), l’expérience mise en place par Jean-Baptiste Girard à Paris, Vernon, et Hortes d’une fondation de bibliothèques populaires dans la capitale, dans une petite ville alors encore très provinciale, et dans un village, est étendue par Auguste Perdonnet à Épernay, ville en plein développement industriel. C’est pour lui, et ses amis profondément imprégnés des conceptions saint-simoniennes, un essai in vivo. Il faut se garder de ne retenir de cette expérimentation que le côté un peu triste d’une bibliothèque bientôt vouée aux manuels Roret et aux romans faciles, enfermée dans les ateliers ferroviaires. Comme d’autres structures de ce type, la BAI-E a conduit des responsables, à tous les niveaux politiques, à s’interroger sur le prêt de livres, les horaires des bibliothèques, et l’appétit des « masses » pour la culture. C’est de ce questionnement qu’est née la « lecture publique ».

Notes

1 Je remercie Éléonore Debar, responsable de la médiathèque d’Épernay, pour son accueil.

2 Lettre de M. Brisse, vice-président de la BAI-E, à M. Chatrian, 21 novembre 1879, pp. 278-279 du Registre I de correspondances de la BAI-E (conservé à la BAI-III).

3 Lettre de M. Brisse, vice-président, à M. Dorré, 13 octobre 1879, pp. 258-259 du Registre I, BAI-E. Il semblerait que l’écrivain, malgré des sollicitations répétées, n’ait jamais envoyé ses ouvrages ni visité la BAI-E.

4 Lettre de Maurice Cerveaux à M. [?], 2 février 1881, p. 338 du Registre I, BAI-E.

5 Lettre des « ouvriers de la Ville d’Épernay » au préfet de la Marne, 31 décembre 1864, Archives départementales de la Marne (ADM) : 4 T 81.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 [Victor Langlois], Les inondés et les ateliers d’Épernay, Épîtres en vers, par un employé du chemin de fer, Épernay, Impr. Victor Fiévet, 1856. L’auteur de ces Épîtres se dévoile dans son opuscule. Il s’agit de Victor Langlois, l’un des modestes donateurs du fonds initial.

9 Cette société coopérative de consommation est mise en place la même année que la BAI-E, en 1866. D’après Paul Dépret (Étude sur l’œuvre sociale de la Compagnie des chemins de fer de l’Est, Thèse pour le doctorat de droit, université de Paris, Faculté de droit et des sciences économiques, 1936 ; Verdun, Impr. De H. Frémont et fils, 1936), les sociétés de consommation fondées par des cheminots de la Compagnie de l’Est le sont entre 1865 et 1933. Celle d’Épernay est donc une fondation précoce.

10 Délibération municipale du 15 novembre 1864, Registre des délibérations municipales d’Épernay, Archives municipales d’Épernay (AME) : 1 D 27. La naissance et la vie de la BAI-E n’ont laissé aucune trace dans les délibérations municipales… Ce qui n’est sans doute pas un hasard.

11 Lettre de Maurice Cerveaux à M. Brisse [vice-président de la BAI-E], 29 janvier 1873, p. 106 du Registre I, BAI-E.

12 Voir l’introduction de cette partie, p. 122.

13 Louis Vuillemin, Alfred Guebhard, et Camille-Henri Dieudonné, Chemins de fer. De la résistance des trains et de la puissance des machines, Paris, E. Lacroix, 1868.

14 Renseignements tirés du Catalogue de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction de la ville d’Épernay, Épernay, Imprimerie Victor Fiévet, 1866.

15 Alfred Guebhard, De la lumière électrique, Paris, Librairie L. Hachette, 1867 (coll. Conférences populaires faites à l’asile impérial de Vincennes sous le patronage de S. M. l’Impératrice).

16 Ibid., p. 49.

17 Catalogue de la Bibliothèque des Amis de l’instruction de la ville d’Épernay, Épernay, Imprimerie Victor Fiévet, 1866.

18 La plupart des renseignements sur les Sparnaciens sont issus des « notices nécrologiques » des Almanachs Matot-Braine mises en ligne sur le site < http://lavieremoise.free.fr >. Eugène Deullin avait une très belle bibliothèque : une partie a été léguée à la bibliothèque municipale de Reims, l’autre a fait l’objet en 1898 d’une vente dont le catalogue imprimé peut être consulté à la BnF.

19 Tout comme M. Perdonnet, les Guebhard sont d’origine suisse. Le grand-père d’Alfred Guebhard était négociant et consul, son père avocat, son oncle banquier. Ces renseignements généalogiques sont tirés du site « Familles meuchâteloises » : < http://montmollin.ch/heredis/accueil.htm >.

20 Voir l’introduction de cette partie, p. 122.

21 Photocopies et transcription faites par M. de Sainte-Maréville à partir du fonds maçonnique conservé au département des Manuscrits de la BnF (FM2 705 et Rés. FM2 66), Bibliothèque municipale d’Épernay : Ms 330 (1 et 2).

22 Voir le tableau comparatif des statuts des BAI, op. cit. [En ligne] <http://www.enssib.fr/presses/catalogue/des-bibliotheques-populaires-a-la-lecture-publique >.

23 Auguste Perdonnet, De l’utilité de l’instruction pour le peuple, Paris, Librairie L. Hachette, 1867 (coll. Conférences populaires faites à l’Asile impérial de Vincennes), p. 46.

24 La mention « dr » (démissionnaire) dans le registre des inscriptions n’est confirmée par aucune correspondance.

25 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 1er avril 1873, pp. 109-110 du Registre I, BAI-E.

26 Lettre du secrétaire, Maurice Cerveaux, au président, M. Guebhard, 31 décembre 1869, p. 54 du registre I, BAI-E.

27 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, août 1881, p. 358 du Registre I, BAI-E.

28 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 29 janvier 1875, p. 166 du Registre I, BAI-E.

29 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 4 février 1875, p. 167 du Registre I, BAI-E.

30 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 26 février 1875, p. 174 du Registre I, BAI-E.

31 Lettre du vice-président, M. Brisse, au trésorier, M. Duteil, 10 novembre 1876, p. 199 du Registre I, BAI-E.

32 Lettre du « chef des archives » au président, M. Guebhard, 26 avril 1877, pp. 209-210 du Registre I, BAI-E.

33 Lettre du vice-président, M. Brisse, au maire d’Épernay, M. Dubar, 29 juillet 1880, p. 309 du Registre I, BAI-E.

34 Lettre du secrétaire, Maurice Cerveaux, au président, M. Guebhard, 7 juin 1882, p. 376 du Registre I, BAI-E.

35 Les renseignements d’ordre financier sont tirés des livres de comptes de la BAI-E, conservés par la BAI-III.

36 Bulletin de la Société des Amis de l’Instruction de Chalon-sur-Saône, 1898, p. 11.

37 Lettre du vice-président, M. Desgeans, à la librairie Marpon & Flammarion, 19 mars 1884, p. 438 du Registre I, BAI-E.

38 Lettre du vice-président, M. Desgeans, au directeur de la Revue des Deux Mondes, 13 août 1895, p. 148 du Registre II, BAI-E.

39 Lettre du vice-président, M. Brisse, à M. Abel Maurice, rédacteur de La Vérité, 13 avril 1877, p. 207 du Registre I, BAI-E.

40 Statuts de la BAI-E, 21 avril 1865, ADM : 4 T 83.

41 Lettre du secrétaire, Maurice Cerveaux, au président, M. Guebhard, 24 août 1869, pp. 39-41 du Registre I, BAI-E.

42 Comptes de mai 1880, Livre de comptes I, BAI-E.

43 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 9 décembre 1879, p. 282 du Registre I, BAI-E.

44 Lettre du secrétaire, Maurice Cerveaux, au président, M. Guebhard, 28 février 1870, p. 57-58 du Registre I, BAI-E.

45 Lettre du président, M. Guebhard, au rédacteur du Courrier du Nord-Est, 10 octobre 1874, pp. 143- 144 du Registre I. BAI-E.

46 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 26 février 1875, p. 174 du Registre I, BAI-E.

47 Lettre du vice-président, M. Brisse, au maire d’Épernay, 11 mars 1875, p. 181 du Registre I, BAI-E.

48 Lettre du vice-président, M. Brisse, aux rédacteurs en chef de [illisible], vers le 11 mars 1875, p. 182 du Registre I, BAI-E.

49 Lettres du vice-président, M. Brisse, au sous-préfet et au maire d’Épernay, aux rédacteurs en chef de la presse locale, 12 et 17 mars 1875, pp. 183-185 du Registre I, BAI-E.

50 « Chronique régionale », La Vérité, 27 novembre 1879.

51 « Chronique locale », L’Indépendant de la Marne et de la Moselle, 27 novembre 1879.

52 Lettre du vice-président, M. Brisse, à M. Guebhard, 26 avril 1877, pp. 209-210 du Registre I, BAI-E.

53 Lettre du vice-président, M. Brisse, à M. Guebhard, 5 mai 1877, p. 210 du Registre I, BAI-E.

54 Auguste Perdonnet, Notes sur les associations, op. cit., p. 16.

55 Lettre du vice-président M. Brisse et du secrétaire M. Cerveaux aux rédacteurs de L’Indépendant de Marne et Moselle et du Courrier du Nord-Est, 24 juin 1872, p. 102 du Registre I, BAI-E.

56 Bien que cela soit au-delà de notre période d’étude, signalons que selon le registre III des correspondances, la BAI-E contracte en 1917 une assurance spéciale couvrant les bombardements, mais qu’elle sortira sans dommages de ceux qui ont affecté une partie des Ateliers d’Épernay.

57 Lettre du gendre de M. Hachette à M. Jules Simon, 23 juillet 1873, Bibliothèque de l’Institut : Ms. 1577.

58 Lettre du ministre de l’Instruction publique au ministre de l’Intérieur, 14 juin 1866 : AN : F/1a/632.

59 Délibération municipale du 20 novembre 1866, Registre des délibérations municipales d’Épernay, AME : 1 D 28.

60 [A. Dutemple], Quelques explications sur une délibération du conseil municipal d’Épernay concernant la Société de la bibliothèque, Épernay, Impr. Noël-Boucart, 1866.

61 Ibid.

62 Un membre du conseil municipal, devant la proposition de s’en tenir au parrainage par deux membres et de ne plus opérer ensuite de vote sur cette adhésion, répond : « il est certain que sur cent membres composant la Société on en trouvera toujours deux qui, par esprit de camaraderie ou par crainte donneront leur signature ; que plus celui qui la sollicitera sera taré moins on osera la lui refuser, et qu’alors les sociétaires honorables se retireront successivement, et il n’ y aura donc plus de Société. »

63 [Louis Paris], Rapport à M. le Maire de la ville d’Épernay sur l’état actuel de la bibliothèque communale, Reims, Imprimerie coopérative, 1877, pp. 12-13.

64 Délibération municipale du 20 novembre 1866, Registre des délibérations municipales d’Épernay, AME : 1 D 28.

65 Ibid.

66 On connaît par exemple le nom d’une trentaine de membres de cette Société grâce à son règlement de 1879.

67 Lettre du secrétaire, Maurice Cerveaux, au président, M. Guebhard, 24 août 1869, pp. 39-42 du Registre I, BAI-E.

68 Lettre du vice-président, M. Brisse, à M. Guebhard, 1er mars 1882, p. 374 du Registre I, BAI-E.

69 Chiffres donnés par le Registre IV des lecteurs, BAI-E.

70 Léopold-Auguste Constantin, Bibliothéconomie ou Nouveau manuel complet pour l’arrangement, la conservation et l’administration des bibliothèques, Paris, Roret, 1841.

71 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 4 mars 1874, p. 124 du Registre I, BAI-E.

72 Lettre du vice-président, M. Brisse, à « Messieurs les Bibliothécaires », 9 juin 1874, p. 135 du Registre I, BAI-E.

73 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 12 septembre 1874, pp. 137-138 du Registre I, BAI-E.

74 Auguste Perdonnet, Notes…, op. cit., p. 18.

75 Lettre de M. Prin, bibliothécaire, à M. Mailliet, trésorier, 28 décembre 1875, p. 188 du Registre I, BAI-E.

76 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 28 janvier 1876, pp. 189-190 du Registre I, BAI-E.

77 Lettre du bibliothécaire, M. Frich [?], à M. Pouchet, notaire à Épernay, 2 septembre 1880, p. 320 du Registre I, BAI-E.

78 Lettre du vice-président, M. Brisse, à M. [illisible], apprenti, 15 janvier 1881, p. 325 du Registre I, BAI-E.

79 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 1er mars 1882, p. 374 du Registre I, BAI-E. Cette gratification apparaît en effet dans les livres de comptes, et passe à 30 francs en 1912.

80 Lettre du bibliothécaire, M. Marchal, à Madame Moreau, 11 novembre 1895, p. 152 du Registre II, BAI-E.

81 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 4 mars 1874, pp. 125-128 du Registre I, BAI-E.

82 Roger Bellet, « Une bataille culturelle, provinciale et nationale, à propos des bons auteurs pour bibliothèques populaires (janvier-juin 1867) », Revue des sciences humaines, juillet-août 1968, pp. 153-173.

83 Lettre du ministre de l’Instruction publique au ministre de l’Intérieur [au sujet de la BAI-E], 14 juin 1866. AN : F/1a/632

84 Livre de comptes I, BAI-E.

85 Lettre du secrétaire, M. Cerveaux, au président, M. Guebhard, 24 août 1869, pp. 39-41 du Registre I, BAI-E.

86 Lettre du secrétaire, M. Cerveaux, au président, M. Guebhard, septembre 1869, pp. 42-43 du Registre I, BAI-E.

87 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 7 juin 1872, pp. 99-100 du Registre II, BAI-E.

88 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 7 juin 1872, pp. 99-100 du Registre II, BAI-E.

89 Lettre du secrétaire, Maurice Cerveaux, au Président, M. Guebhard, 23 février 1870, pp. 57-58 du Registre I, BAI-E.

90 Lettre du secrétaire, M. Cerveaux au président, M. Guebhard, 24 août 1869, pp. 39-41 du Registre I, BAI-E.

91 Lettre du vice-président, M. Brisse au président, M. Guebhard, 20 février 1874, pp. 121-123 du Registre I, BAI-E.

92 Lettre du président, M. Desgeans, à Madame la Comtesse Agénor de Gasparin, 7 juillet 1890, p. 56 du Registre II, BAI-E.

93 Lettre du secrétaire, M. Cerveaux, à M. Roret, libraire, 14 mars 1879, pp. 241-242 du Registre I, BAI-E.

94 Lettre du secrétaire, M. Cerveaux, à M. Roret, libraire, 20 mars 1879, pp. 242-242 du Registre I, BAI-E.

95 Lettre du vice-président, M. Brisse à M. Dubar, chef des magasins à la Compagnie des Chemins de fer de l’Est, Paris-Chapelle, 25 mars 1879, p. 243 du Registre I, BAI-E.

96 Lettre du vice-président, Monsieur Desgeans, à la maison Marpon & Flammarion, 4 septembre 1887, p. 21 du Registre II, BAI-E.

97 Lettre du président, Monsieur Desgeans, à Monsieur Victorion, libraire, 15 juin 1897, p. 175 du Registre II, BAI-E.

98 Lettre du président, Monsieur Desgeans, aux librairies Calmann-Lévy, Marpon & Flammarion, et Victorion, 15 juin 1897, pp. 177-181 du Registre II, BAI-E.

99 Lettre du président, Monsieur Desgeans, aux librairies Calmann Lévy, Marpon & Flammarion, et Victorion, 15 juin 1897, pp. 177-181 du Registre II, BAI-E.

100 Lettre du président, Monsieur Desgeans, aux librairies Calmann-Lévy, Marpon & Flammarion, et Victorion, 15 juin 1897, pp. 177-181 du Registre II, BAI-E.

101 Ibid.

102 Lettre du président, M. Desgeans, au chef du 3e bureau du secrétariat et de la comptabilité, du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 2 juin 1890, pp. 52-53 du Registre II, BAI-E.

103 Lettre du président, M. Desgeans, au chef du 3e bureau du secrétariat et de la comptabilité, du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 18 mars 1892, p. 67 du Registre II, BAI-E.

104 Lettre du président, M. Desgeans, à M. Ulysse Robert, inspecteur général des bibliothèques, 13 juin 1894, p. 111 du Registre II, BAI-E.

105 Lettre du président, M. Desgeans, à M. Ulysse Robert, inspecteur général des bibliothèques, 6 juillet 1894, p. 113 du Registre I, BAI-E.

106 Lettre du président, M. Desgeans, à M. Ulysse Robert, inspecteur général des bibliothèques, 19 août 1894, p. 120 du Registre II, BAI-E.

107 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 5 février 1866, p. 1 du Registre I, BAI-E.

108 Valérie Forestier a, dans son mémoire comparatif sur ces deux bibliothèques, mené un travail important d’analyse des fonds dont il n’est malheureusement pas possible ici de développer toutes les conclusions. Voir dans la bibliographie indicative à la fin de l’ouvrage.

109 Catalogue – Bibliothèque des Amis de l’Instruction de la ville d’Épernay, Épernay, Imprimerie Victor Fiévet. 1866.

110 Lettre du président, M. Guebhard, aux membres de la BAI-E, 2O avril 1871, p. 92 du Registre I, BAI-E.

111 Lettre du président, M. Desgeans au sous-préfet, 2 août 1901, pp. 262-265 du Registre II, BAI-E.

112 Lettre du président, M. Desgeans, à M. Herbin, 11 octobre 1901, pp. 270-271 du Registre II, BAI-E.

113 Lettre du vice-président, M. Desgeans, au directeur du Journal officiel, 15 décembre 1882, p. 390 du Registre I, BAI-E.

114 Abel Maurice, La Ligue de l’enseignement à Épernay, Épernay, Typographie de Bonnedame et fils, 1877, p. 12.

115 Ibid., pp. 17-18.

116 Lettre du vice-président, M. Brisse, au président, M. Guebhard, 13 avril 1877, pp. 206-207 du Registre I, BAI-E.

117 Ibid.

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search