Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques populaires à la lecture publique

 | 
Agnès Sandras

Partie I. Pourquoi des « bibliothèques populaires » ? Quand lire ou emprunter un livre pouvait relever de la gageure au XIXe siècle

Du maréchal d’Empire à la lingère : lecteurs et prêts de livres dans les bibliothèques de la Couronne au xixe siècle (1807-1870)

Charles-Éloi Vial

Texte intégral

Introduction : le réseau des bibliothèques de la Couronne

  • 1 Par « domestique », on entend toute personne payée par le ministère de la Maison du Roi ou de l’Emp (...)

1Depuis les décrets sur la Liste civile des 26 mai et 1er juin 1791, les souverains français disposaient de plusieurs palais dans lesquels ils pouvaient résider avec leurs courtisans, leurs collaborateurs et leurs domestiques1. À l’exception de Versailles, délaissé définitivement en 1789, les rois et empereurs occupèrent régulièrement les Tuileries, Saint-Cloud, Rambouillet, Compiègne et Fontainebleau, où des voyages de Cour furent organisés jusqu’en 1870.

2En l’absence des monarques, le personnel des palais de la Couronne était relativement réduit. À Fontainebleau comme à Compiègne, environ 30 personnes étaient employées à surveiller et entretenir les vastes demeures, le mobilier, les œuvres d’art, ainsi que les jardins. De manière honorifique, chaque palais était placé sous la responsabilité d’un gouverneur, fonction confiée à un grand seigneur ou à un militaire haut gradé en fin de carrière. Au quotidien, la surveillance était confiée à un adjudant, à la tête d’une petite équipe, tandis que le personnel d’entretien était dirigé par un concierge. Un architecte, assisté de quelques commis, était en charge des bâtiments, une équipe de jardiniers et de fontainiers s’occupait des jardins, tandis que des gardes forestiers surveillaient les forêts voisines.

  • 2 BnF, Mss, nouv. acq. Fr. 15461, fol. 7, rapport de Montesquiou, Grand chambellan, à Napoléon, porta (...)
  • 3 Anne-Marie Rabant, « Les bibliothèques de Fontainebleau », Bulletin d’informations de l’Association (...)

3Sous le Premier Empire, il avait été décidé que tous les palais disposeraient d’une bibliothèque, confiée à un bibliothécaire, parfois qualifié de « conservateur »2. D’importantes collections furent constituées par Antoine-Alexandre Barbier (1765-1825), célèbre bibliographe devenu bibliothécaire de Napoléon en 1807, qui installa 30 000 volumes à Fontainebleau3 et 20 000 à Compiègne. Barbier, qui avait participé à la création des bibliothèques de district en 1794 et à celle des écoles centrales des départements en 1795, avait conservé une vision républicaine et égalitaire de l’accès aux livres. Il divisa ainsi les collections des palais en deux ensembles : la « bibliothèque particulière », installée dans le bureau du monarque, et la « grande bibliothèque », destinée aux ministres, aux fonctionnaires et aux « employés de la Maison », ce terme pouvant aussi bien désigner le Grand chambellan Talleyrand ou les dames du palais de l’Impératrice que les palefreniers, les cuisiniers, les lingères ou les frotteurs.

  • 4 François Roguet, Mémoires militaires du lieutenant général comte Roguet, Paris, J. Dumaine, 1863, v (...)

4La Cour était à l’époque une véritable ville de plus de 3 000 habitants, avec son gouvernement civil et militaire, ses enfants, ses personnes âgées, ses malades, un service de santé, une police et une justice à part. La « grande bibliothèque » devait ainsi répondre aux besoins de documentation et de distraction de différents types de lecteurs. Les ministres et leurs secrétaires pouvaient avoir besoin de références juridiques, géographiques, statistiques. Les invités de marque de l’Empereur – qui s’ennuyaient parfois loin de l’animation de la capitale – pouvaient aussi souhaiter occuper leurs journées en lisant. Sans bibliothèque, certains domestiques risquaient, quant à eux, de rechercher des distractions moins honorables dans les auberges ou d’employer leurs moments de repos à se quereller. C’était sans compter les militaires de la Garde impériale, que Napoléon avait équipée, à ses frais, d’une bibliothèque installée dans leur caserne de Courbevoie, destinée à leur procurer des lectures saines et à leur éviter de se trouver en contact avec les « agents de désordre »4. À ce titre, les bibliothèques des palais furent donc ouvertes, dès le départ, à différentes classes sociales.

  • 5 Hélène Dufresne, Le bibliothécaire Hubert-Pascal Ameilhon (1730-1811) : érudition et esprit public (...)
  • 6 Voir la contribution de Marie Galvez : « Histoire de la “salle B” ou salle publique de lecture “ouv (...)

5Il s’agissait d’une nouveauté : un arrêté du 7 janvier 1813 stipulait que seuls les membres de l’Institut, les hommes de lettres, les « gens du monde », les ministres, les conseillers d’État, les érudits et les étudiants agréés par le gouvernement suite à une enquête de police pouvaient obtenir un droit de prêt dans les bibliothèques de l’Empire – Bibliothèque impériale comprise5. Les palais étaient ainsi de véritables exceptions, puisqu’il s’agissait des seules institutions dépendantes de l’État permettant à n’importe quel sujet, quelle que soit sa condition sociale, d’accéder aux catalogues et d’emprunter des livres. Les pratiques de prêt mises en place et progressivement perfectionnées dans les palais jusqu’en 1870 font ainsi figure d’expérience pionnière, annonçant celles tentées quelques années plus tard dans les bibliothèques populaires. Leur ouverture préfigurait également celle de la Bibliothèque impériale aux classes populaires, tentée sous le Second Empire, qu’analyse Marie Galvez6.

  • 7 Catherine Granger, Jean-Michel Leniaud (préf.), L’Empereur et les arts : la liste civile de Napoléo (...)

6À Fontainebleau, malgré les travaux d’aménagement de la bibliothèque, des livres furent prêtés dès 1807, et à Compiègne, les premiers emprunts datent de 1810. En 1813, le bibliothécaire de Compiègne, Gaspard Escuyer (1754-1832), finit par ouvrir un registre des prêts. Il inaugura une pratique qui fut perpétuée par ses successeurs et par leurs collègues bellifontains jusqu’à la chute du Second Empire, et parfois même au-delà. Jusqu’en 1870, la Liste civile alloua environ 40 000 francs par an aux frais d’acquisition et de reliure7. La bibliothèque centrale de la Couronne, installée au Louvre, se chargeait d’abonner les palais aux périodiques et d’y expédier les nouveautés.

  • 8 Les registres des bibliothèques du Louvre, de Saint-Cloud et de Meudon, incendiées en 1870 et 1871, (...)
  • 9 Henry Martin, Histoire de la Bibliothèque de l’Arsenal, Paris, Plon, 1900, p. 596.
  • 10 Cette cohabitation était d’ailleurs une des caractéristiques essentielles de la Cour, d’après Xavie (...)

7Les sources pour l’histoire des bibliothèques des palais sont aujourd’hui conservées en deux endroits distincts8 : les catalogues manuscrits, les registres des prêts et la correspondance administrative de la bibliothèque de Fontainebleau se trouvent encore in situ, tandis que les documents concernant Compiègne ont été déposés en 1891 à la bibliothèque de l’Arsenal, où ils furent longtemps considérés comme des papiers « de médiocre intérêt »9. Ces registres ne manquent pourtant pas d’allure : tous comportent des pages pré-imprimées permettant de mentionner le nom de l’emprunteur, la date, le titre de l’ouvrage, l’étagère et la date de retour. Ceux de Compiègne sont recouverts de parchemin ou de peau retournée verte avec une pièce de titre en maroquin rouge, et ceux de Fontainebleau sont couverts de toile noire avec les armes impériales gaufrées sur le plat supérieur. Leur dépouillement est un travail ardu, car si chaque nouveau régime voyait apparaître un autre registre, l’ancien était toujours entretenu durant un temps. De plus, à chaque nouveau bibliothécaire, la méthode de comptabilisation des prêts changeait : Jean-Joseph-François Pelassy de l’Ousle, bibliothécaire de Compiègne sous le Second Empire, inscrivait les lecteurs selon les préséances, débutant son registre avec Napoléon III pour le terminer par un employé des cuisines. Les registres tenus par Jacques Joseph Champollion-Figeac (1778-1867), bibliothécaire de Fontainebleau à la même époque, sont plus difficiles à déchiffrer, car ce dernier griffonnait les noms et les titres d’une écriture hâtive, en usant de nombreuses abréviations, qu’il biffait généreusement après chaque retour. Mais le désordre même des registres révèle la diversité des expériences tentées au fil des années pour assurer le suivi du prêt, et met aussi en valeur la particularité de ces bibliothèques, où la cohabitation sociale était de mise10 et où, du fait des allées et venues de la Cour, les domestiques étaient souvent les seuls à emprunter des livres durant de longues périodes.

L’Empire et la Restauration

Les premiers emprunteurs

  • 11 Jacques-Olivier Boudon, Le roi Jérôme, frère prodigue de Napoléon (1784-1860), Paris, Fayard, 2008  (...)
  • 12 BnF, Arsenal, ms. 7430, registre des prêts de la bibliothèque du palais de Compiègne, 1813-1830.

8À Compiègne, entre 1813 et 1830, le bibliothécaire inscrivit les lecteurs dans le registre par ordre d’arrivée et non de préséance. La première lectrice fut la lingère du palais, Mme Belleville, suivie par Duval, le concierge, puis par Crouzet, commis de la conciergerie. Après ces premiers inscrits arrivèrent les occupants occasionnels : la cour en exil de Jérôme Bonaparte, roi de Westphalie, vint s’installer à Compiègne du 15 novembre 1813 au 15 janvier 1814, peu avant la chute de l’Empire11. La reine Catherine de Westphalie fut la 22e inscrite : elle emprunta la Vie de Marie de Médicis12.

  • 13 Henri Muller, « Gaspard Escuyer, historien de Compiègne », Bulletin de la Société historique de Com (...)
  • 14 Arch. nat., O2 42, dossier 8, pièce 643, « état de la dépense occasionnée pour le chauffage de la G (...)
  • 15 « Hérité du xviiie siècle, [le cabinet de lecture] permettait, notamment, d’offrir de la lecture à (...)

9En tout, le bibliothécaire reçut la visite de 62 lecteurs à l’hiver 1813- 1814, ce dont il se félicita auprès de sa hiérarchie : en quatre mois, il avait indifféremment accueilli des membres de la famille Bonaparte, les officiers de l’armée prussienne qui occupèrent le château après la chute de Napoléon et les courtisans qui accompagnaient Louis XVIII, de retour d’exil, en direction de Paris13. On doit toutefois signaler que la bibliothèque était un des endroits les mieux chauffés du château, ce qui favorisa peut-être sa fréquentation14 : confortablement équipées de tables, de chaises et de fauteuils, abonnées aux principaux journaux, les bibliothèques des palais servaient aussi de cabinets de lecture, rôle qu’elles conservèrent durant tout le xixe siècle15.

La bibliothèque de Compiègne sous la Restauration

10Compiègne n’ayant été que rarement occupé sous la Restauration, le même registre continua à être utilisé malgré les changements de régime de 1814 et 1815. Les domestiques eurent aussi plus de temps à consacrer à la lecture. Mme Belleville emprunta ainsi 73 titres entre 1813 et 1821. Elle se distingua par un fort intérêt pour les sciences naturelles (18 titres) et la littérature de voyage (8 titres) : ses deux premières lectures furent le Cours d’agriculture de François Rozier et le Voyage à Barège de Jean Dusaulx, le 9 juin et le 8 août 1813. Elle emprunta ensuite la Chimie de Jean-Antoine Chaptal, la Galerie des femmes fortes, la Médecine des voyageurs, l’Histoire des insectes de René-Antoine de Réaumur, le Voyage en Espagne, l’Histoire des Papes et des Cardinaux, l’Esprit de l’histoire, et les Mille et une nuits. Bouchard, concierge du palais, emprunta 188 titres de 1815 à 1825, notamment des romans anglais tels que les Hommes volans ou les aventures de Pierre Wilkins par Robert Paltock, mais aussi plusieurs histoires des rois de France. Le tapissier du château, Dubois, choisit 99 titres entre 1815 et 1823, et le menuisier Bonnet 65 entre 1816 et 1830. Mme Bullard, l’épouse d’un garde Suisse, emprunta 88 titres entre 1823 et 1827, tous consacrés à l’histoire militaire. Cambronne, l’adjudant du château, emprunta 99 titres entre 1815 et 1827, dont certains étaient destinés à son épouse et à leur petite fille. Le lecteur le plus assidu fut Fleschelles, secrétaire du concierge, qui se rendit 122 fois à la bibliothèque entre 1822 et 1830.

11Tous les employés sont identifiés par le registre, à quelques exceptions : discret, le bibliothécaire laissa en blanc le nom de l’emprunteur de l’Art de procréer les sexes à volonté. Il identifia en revanche Berthon, secrétaire du gouverneur du château, qui emprunta le 20 mai 1828 des ouvrages plus légers, la Nymphomanie et la Saxe galante.

  • 16 À Fontainebleau, le conservateur de la bibliothèque du château plaidait même pour son ouverture au (...)
  • 17 On précise que, lors des dépouillements, chaque titre porté sur le registre a été compté comme un p (...)

12Les courtisans et les membres de la famille royale continuèrent à fréquenter la bibliothèque : la duchesse d’Angoulême, très intéressée par les provinces de France, emprunta ainsi le 1er octobre 1822 l’Histoire du duché de Valois, le Voyage pittoresque de France, et la Description du département de l’Oise. La bibliothèque n’était pas non plus fermée aux habitants de la ville16 : « l’inspecteur des enfants trouvés », le sous-préfet, le juge, ainsi que plusieurs professeurs au collège de la ville, purent emprunter à la bibliothèque du palais, où ils choisirent surtout des classiques grecs et romains. Entre 1813 et 1830, 128 personnes vinrent s’inscrire auprès du bibliothécaire, le registre recensant 2 787 opérations de prêt en 17 ans17.

Louis-Philippe et ses domestiques

Un palais peu habité : Compiègne

13Durant la monarchie de Juillet, les palais furent peu fréquentés par la Cour. Les employés de Compiègne, uniquement occupés à l’entretien des appartements, purent accéder librement à la bibliothèque, qui fut dirigée par le poète Alexandre Soumet (1786-1845) de 1830 à 1845, puis par le bibliophile Jean-Baptiste Tenant de la Tour (1772-1862) jusqu’en 1848. De 1832 à 1845, la bibliothèque effectua 2 045 opérations de prêt. En revanche, de 1845 à 1854, la bibliothèque fut moins fréquentée : après la chute de la monarchie, seules 21 personnes empruntèrent des livres, dont le concierge, le sous-concierge, la lingère et l’aide-lingère, le tapissier, le sous-chef ébéniste, l’inspecteur des bâtiments, le garde général et l’inspecteur de la forêt voisine, les portiers et les garçons d’appartement. Deux lecteurs extérieurs, l’un rédacteur de l’Écho de l’Oise, l’autre professeur de langues au lycée de la ville, vinrent également emprunter.

14Les lectures des habitants du palais traduisent un intérêt croissant pour les périodiques et les romans. Julien, le concierge, lut par exemple en 1839 et 1840 la Revue de Paris, la Revue du Grand monde, le roman Atala de François-René de Chateaubriand, le très technique Traité complet de la peinture de Jacques-Nicolas Paillot de Montabert, la Révolution française d’Adolphe Thiers et Notre-Dame de Paris de Victor Hugo. En 1841 et 1842, il lut Arthur d’Eugène Sue, les Crimes célèbres d’Alexandre Dumas, L’Antiquaire et Le Pirate de Walter Scott, mais aussi l’Esquisse de la souffrance morale d’Édouard Alletz et le recueil du Plutarque français, vie des hommes et femmes illustres de la France : en tout, 86 emprunts entre octobre 1838 et octobre 1844, dont 37 romans. Le commis de la conciergerie, Monavon, emprunta 126 titres sur la même période, et Mlle Bourgeois, la lingère en chef, 179, dont les Œuvres de Corneille, la Chronique scandaleuse, les Oraisons funèbres de Jean-Baptiste Massillon et les Œuvres de Voltaire. L’aide-lingère, Mme Boillon, emporta 34 titres, dont plusieurs volumes de la Revue de Paris, où paraissaient en feuilleton les Mémoires d’un maître d’armes d’Alexandre Dumas. D’autres lecteurs étaient moins voraces : le surveillant Duportail et le garçon d’appartement Grandvoinnot empruntèrent tous deux un seul et même titre, la Révolution française d’Adolphe Thiers. Délaissant les autres genres, certains lecteurs ne choisirent plus que des romans : Philippe, sous-chef ébéniste, lut ainsi tous les volumes des Mystères de Paris d’Eugène Sue en 1845, avant d’emprunter les deux volumes du Juif errant en juin et juillet 1846.

15Lors des séjours de la Cour, les domestiques de la suite de Louis-Philippe étaient aussi admis à la bibliothèque. Le 11 novembre 1833, Lebouc, garçon de service, emprunta trois livres sur l’histoire de France. Le 9 janvier 1837, Dubois, pâtissier, opta pour deux ouvrages comiques, Les Étudiants de Paris de Paul Avenel et le Roman de l’avenir de Félix Bodin, et un ouvrage d’histoire politique, l’Essai sur l’établissement monarchique de Napoléon, par Camille-Pierre Paganel.

Fontainebleau

  • 18 Jean-François Foucaud, « Jacques-Joseph Champollion-Figeac, conservateur au département des Manuscr (...)
  • 19 Voir le tableau 2. Livres empruntés à Fontainebleau entre 1845 et 1859, p. 119.

16À Fontainebleau, les registres des prêts de l’Empire au début de la monarchie de Juillet n’ont pas été conservés. Le plus ancien retrouvé, ouvert de 1845 à 1859, fut tenu par l’homme de lettres Léon Laya (1811- 1872), puis par Champollion-Figeac, qui fut nommé conservateur en 185218. La fin du règne de Louis-Philippe correspond à une période creuse : il y n’eut que 58 prêts entre 1845 et 184719. À cette époque, les livres furent principalement empruntés par le personnel du palais, par les officiers et sous-officiers du 8e régiment de hussards stationné dans les Grandes écuries, par les agents des Eaux et Forêts et les employés du télégraphe, et enfin par quelques notables de la ville : le juge de paix, un médecin, un ingénieur-géomètre et un secrétaire de la sous-préfecture. Les registres ne précisent pas les professions de la plupart des emprunteurs, ce qui complique singulièrement leur étude.

17Parmi les volumes les plus demandés se retrouvent les traités d’histoire des châteaux royaux, à commencer par ceux écrits par Jean Vatout (1791-1848), premier bibliothécaire de Louis-Philippe, ainsi que les études ou mémoires historiques sur la Révolution et l’Empire, comme le Napoléon et Marie-Louise du baron de Méneval, ancien secrétaire de l’Empereur, emprunté par presque tous les lecteurs de la bibliothèque dès l’année de sa parution, en 1845. En revanche, les romans, moins bien représentés dans la collection, ne furent quasiment pas lus, à l’exception de titres anciens : en 1845, le fontainier du palais emprunta ainsi les Mystères d’Udolphe d’Ann Radcliffe, et Mlle Lamy, la fille du concierge, L’an 2440, un roman de Louis-Sébastien Mercier.

Les « séries » de Napoléon III

À Compiègne

  • 20 BnF, Arsenal, ms. 7433, registre des prêts de la bibliothèque du palais de Compiègne, 1845-1854.
  • 21 Voir le tableau 1. Livres empruntés à Compiègne entre 1855 et 1858, p. 117.

18En décembre 1852, Napoléon III organisa un premier voyage de Cour à Compiègne. Dès lors, il passa chaque année une partie de l’automne dans l’Oise, en compagnie d’invités de marque. Ces séjours nécessitaient la présence d’un personnel important. La bibliothèque réalisa 464 opérations de prêt entre 1852 et 185420 et 1 787 entre 1855 et 185821. Sur cette dernière période, seuls 320 prêts concernèrent les invités et les domestiques employés durant les voyages, les autres étant dus au personnel du château. Le régisseur du palais emprunta 20 titres entre 1852 et 1854, le commis d’administration du château 42 titres, le concierge 103 titres, la lingère 48 titres, le tapissier 25, le jardinier en chef 6 titres, le sous-adjudant du palais 30 titres et l’aide-lingère 7 titres. Tous semblent s’être passionnés pour les romans-feuilletons et les vaudevilles : les noms de Jules Sandeau, Prosper Mérimée, Alexandre Dumas, Eugène Sue, Alphonse de Lamartine, Victor Hugo reviennent à toutes les pages du registre, comme la Revue de Paris et la Revue des Deux Mondes. Les romans d’aventure de Walter Scott et de Fenimore Cooper paraissent avoir été également en faveur.

19Certains semblent avoir entrepris de lire les œuvres complètes de leurs auteurs préférés : la lingère, Mlle Bourgeois, emprunta le 15 février 1857 les Trois mousquetaires, qu’elle rendit le 16 avril, jour où elle choisit le Vicomte de Bragelonne. Certains domestiques se rendaient ensemble à la bibliothèque pour emprunter : le 1er mai 1855, le surveillant Chancrin emprunta ainsi Le Juif errant d’Eugène Sue et son collègue Leclaire le Commandeur de Malte, du même auteur. Plusieurs ouvrages un peu lestes furent également prêtés, dont deux œuvres de Louis Lurine, Ici on aime et la Chronique scandaleuse, choisies par le garçon de service Leblanc. L’horloger du château, Camus, se passionna pour la science et emprunta les Notices scientifiques de François Arago, qu’il conserva six mois. Les classiques n’étaient qu’occasionnellement empruntés : le tapissier Ternissier, gros lecteur de romans-feuilletons, emprunta en 1856 et 1857 la Jérusalem délivrée et les Œuvres dramatiques de Voltaire en même temps que des romans d’Eugène Sue ou des pièces d’Eugène Scribe. L’histoire, notamment celle du Moyen Âge et de l’Ancien Régime, semble avoir eu moins de succès à partir de cette époque, à l’exception des titres concernant l’épopée napoléonienne. Le portier Bulliard paraît ainsi s’être passionné pour l’Empire, ce qui suggère un fort attachement à la dynastie Bonaparte : il sélectionna le 15 décembre 1855 deux biographies de Napoléon III, qu’il rendit le 17 janvier suivant, avant d’emprunter Napoléon et la Grande armée et l’Histoire de Napoléon Ier et de sa famille.

  • 22 Catherine Granger, L’Empereur et les arts : la liste civile de Napoléon III, op. cit., p. 248.
  • 23 Jean-Marie Moulin, « La Cour à Compiègne sous le Second Empire », Revue du souvenir napoléonien, ju (...)
  • 24 BnF, Arsenal, ms. 7444, idem, 1859-1872.

20Située à quelques mètres du fumoir, la bibliothèque devint un lieu incontournable pour les occupants du château. En 1860, l’architecte Jean-Louis Victor Grisart l’agrandit à la demande de Napoléon III et y plaça un calorifère, ce qui permit aux invités de s’y installer pour lire22, de préférence en matinée, la seconde moitié de la journée étant réservée aux chasses et aux divertissements23. Les domestiques s’y rendaient donc l’après-midi. Les invités lurent des romans, mais aussi des livres sur l’Oise et l’histoire de Compiègne : invités pour une semaine, ils souhaitaient mettre à profit leur séjour pour découvrir les curiosités locales. L’architecte Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, invité à Compiègne en décembre 1859, lut par exemple Manon Lescaut, tandis que le peintre Gustave Moreau emprunta en septembre 1863 plusieurs titres sur l’histoire du palais24. Les ministres accompagnant Napoléon III eurent des lectures peu studieuses : en 1857, Gustave Rouland, ministre de l’Instruction publique, emprunta les Portraits politiques d’Alfred-Auguste Cuvillier-Fleury, les Œuvres complètes de Napoléon III, et la Revue des Deux Mondes, qu’il passa au maréchal Pélissier, tandis que le maréchal Canrobert préféra lire le Spectateur militaire.

  • 25 BnF, Arsenal, ms. 7437, idem, 1858-1860.

21Les domestiques venus de Paris avec la Cour semblent avoir eu les mêmes lectures que ceux de Compiègne : en novembre 1857, Dupuis, maître d’hôtel de l’Empereur, lut du Jules Sandeau et Dehainault, aide-portier, emprunta deux romans d’Alexandre Dumas et trois d’Eugène Sue. Entre 1858 et 1860, le cuisinier Odin emprunta trois titres, dont le Consulat et l’Empire de Thiers, et Bonnet, le préposé à la distribution du courrier dans le palais, un ouvrage sur Compiègne25.

22Les militaires stationnés dans les dépendances du château purent eux aussi accéder aux livres. Le registre des prêts tenu entre 1865 et 1870 pour les dragons de la Garde impériale montre que 130 officiers et sous-officiers s’inscrivirent auprès du bibliothécaire. Celui des chasseurs à cheval de la Garde compte 74 lecteurs, et celui des carabiniers de la Garde 10 inscrits : la plupart des militaires empruntèrent des mémoires historiques, des périodiques comme le Spectateur militaire et la Bibliothèque militaire, et des romans récents.

  • 26 BnF, Arsenal, ms. 7442, registre des prêts de la bibliothèque du château de Compiègne, 1865-1867.
  • 27 BnF, Arsenal, ms. 7443, idem, 1868-1870.

23Le registre des années 1865 à 1867 montre un maintien des pratiques de lecture. Roy, l’adjudant du château, emprunta 52 titres en deux ans, dont la biographie de Marie-Antoinette par les frères Goncourt et le roman Madelon d’Edmond About. Quentin, lieutenant de la gendarmerie des chasses, lut 72 titres, dont 11 de Walter Scott, entre avril et juillet 1865. Mignol, surveillant, emprunta 10 ouvrages en 1865, dont cinq d’Eugène Sue. En deux ans, les 20 membres du personnel du palais empruntèrent 467 ouvrages26. De 1868 à 1870 enfin, 33 employés empruntèrent 627 livres : notons que le 2 septembre 1870, deux jours avant la proclamation de la IIIe République, le surveillant Chadauf emprunta Le Secret du bonheur27

À Fontainebleau

  • 28 Voir le tableau 2. Livres empruntés à Fontainebleau entre 1845 et 1859, p. 119.
  • 29 Vincent Cochet, « Les coulisses de Fontainebleau. Le service du palais et l’organisation des séjour (...)
  • 30 Thierry Sarmant, Fontainebleau : mille ans d’histoire de France, Paris, Tallandier, 2013, p. 323.

24De 1848 à 1859, il y eut 2 055 prêts28, avec un pic à 287 prêts en 1851, et un autre à 280 en 1858. Selon le second registre, la fréquentation resta stable entre 1860 et 1870, avec 1 710 prêts. En plus des domestiques et des lecteurs autorisés, la bibliothèque fut très fréquentée au moment des « séries », ces longs séjours de la Cour auxquels Napoléon III et Eugénie invitaient toutes les semaines des personnalités différentes, des membres de la bonne société, des hommes de lettres, des banquiers, des artistes ou des scientifiques29. La bibliothèque fut alors installée dans la somptueuse Galerie de Diane et des salons confortables qui permettaient de lire sur place furent aménagés30.

25Napoléon III lui-même y choisit ses lectures. En mai 1868, il se fit apporter une sélection importante de livres, parmi lesquels La Révolution, le Consulat et l’Empire de Thiers, les Mémoires de Saint-Simon et le Journal d’un bourgeois de Paris, ainsi qu’un « choix de mémoires relatifs à l’histoire de France », où on trouvait les Mémoires de Joinville, ceux de Blaise de Montluc, mais aussi les Œuvres de Grégoire de Tours, d’Eginhart, de Monstrelet et de Geoffroy de Villehardouin. En 1862, le Prince impérial emporta quant à lui le recueil de gravures du Sacre de Napoléon Ier et les Mille et une nuits.

26Il y eut aussi des emprunts parmi le personnel du château ou celui accompagnant la cour : le valet de pied Pidancier emprunta le 8 juin 1863 une Histoire de l’Inde, le fontainier Lambert les Œuvres de Goethe le 4 juillet suivant. Le garde forestier Maisonneuve emporta une Histoire des Papes Farnèse, tandis que Lambert, un des piqueurs de la vénerie impériale, lut plusieurs volumes de la « collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France » de l’éditeur Petitot. En 1869, Boyer, le régisseur du palais, choisit la Femme en blanc de William Wilkie Collins et le Comte Kostia de Victor Cherbuliez. L’aide-lingère, Mme Lamy, emprunta des recueils de gravures coloriées sur la Garde impériale et la Revue des Deux Mondes.

  • 31 Valérie-Marie Elvire Dubois Feuillet, Quelques années de ma vie, Paris, Calmann-Lévy, 1899, pp. 321 (...)

27Champollion-Figeac tint le registre des prêts jusqu’à sa mort, le 9 mai 1867, à l’âge de 89 ans. Il fut remplacé par l’homme de lettres Octave Feuillet (1821-1890), qui ne prit pas ses fonctions au sérieux. Il ne fit qu’une apparition, au moment du séjour de la Cour en 1868 : à la recherche de son logement de fonction, il se perdit dans les couloirs du palais. À peine installé, il reçut une liste de titres réclamés par l’Empereur. Incapable de les trouver, il dut demander l’aide du régisseur qui lui expliqua le fonctionnement du catalogue et l’organisation de la collection31.

  • 32 Fontainebleau, archives de la bibliothèque, lettres de Tiron, secrétaire du 2e bureau du ministère (...)

28En réalité, à partir de 1867, la bibliothèque de Fontainebleau fut « autogérée » par les habitants du château : le régisseur Boyer se chargea de tenir le registre des prêts, de ranger et d’entretenir les livres, avec l’autorisation tacite du ministère de la Maison de l’Empereur32.

Conclusion : des pratiques de lecture en pleine évolution

Liberté et uniformisation des pratiques de lecture

  • 33 Noë Richter, La lecture et ses institutions, 1, la lecture populaire, 1700-1918, op. cit., 1987, pp (...)
  • 34 Voir l’intervention de Jean-Charles Geslot : « Édouard Charton et la création de la bibliothèque po (...)

29Bien que partielle, cette première étude permet de tirer plusieurs conclusions sur les lectures des domestiques des palais. Contrairement aux bibliothèques municipales à la même époque33, ces bibliothèques disposaient d’importants moyens et menaient une politique d’acquisition variée, pouvant répondre aux besoins de différentes catégories de lecteurs : cette situation particulière explique leur succès, qu’il faut cependant relativiser. En effet, sur les quelques milliers de personnes travaillant pour la Cour, seules celles évoluant dans « l’intérieur » des palais, notamment celles en charge de l’entretien des appartements, semblent avoir été des lecteurs assidus. Les domestiques vivant dans les dépendances, comme les employés des écuries, de la vénerie, des forêts et jardins ne se rendirent que rarement dans les bibliothèques. Lisaient-ils autre chose ? Profitaient-ils des livres empruntés par leurs collègues ou participaient-ils à des séances de lecture collective ? Il est impossible de le confirmer. Il semble aussi difficile de savoir s’ils empruntaient ailleurs, par exemple dans les nombreuses bibliothèques populaires qui ouvrirent leur porte sous le Second Empire à Paris et à Versailles34, villes où étaient implantés la plupart des services de la Cour ainsi que les grandes maisons aristocratiques à la domesticité nombreuse. De même, les registres ne révéleront jamais les pratiques personnelles de lecture des domestiques, ou ce qu’ils pensaient des livres qu’ils avaient pu lire. Tout au plus peut-on se hasarder à évaluer la fréquence de leurs emprunts et essayer de définir quels étaient leurs goûts.

  • 35 Françoise Parent-Lardeur, Les cabinets de lecture : la lecture publique à Paris sous la Restauratio (...)
  • 36 Cette impression semble correspondre au schéma traditionnel de la « crise d’identité » de la littér (...)
  • 37 Voir le tableau 1. Livres empruntés à Compiègne entre 1855 et 1858, p. 117.

30Leurs choix de lectures reflètent ainsi l’évolution de la mode littéraire : les genres du roman historique, du récit de voyage et de la biographie connurent un important succès au tournant des années 1820 et 183035, avant d’être progressivement remplacés par les premiers romans réalistes, les romans-feuilletons et le théâtre de boulevard. Les auteurs les plus goûtés comptaient parmi les plus en vue de l’époque : Victor Hugo, Walter Scott, Honoré de Balzac, Alphonse de Lamartine, Alexandre Dumas, et surtout Eugène Sue et Émile de Bonnechose (le roman Christophe Sauval figure parmi les titres les plus empruntés). Sous la monarchie de Juillet, les lecteurs n’échappèrent pas non plus à la mode des « physiologies ». Malgré cet intérêt pour les nouveautés, les classiques continuèrent à être lus. Voltaire fut très apprécié et des romans du xviiie siècle comme Gil-Blas ou Manon Lescaut connurent un certain succès. Les emprunts successifs révèlent également l’intérêt des lecteurs pour les autobiographies et l’histoire, notamment celle des rois de France et des résidences royales, dû en partie au contexte géographique. On remarque aussi un fort intérêt pour les révolutions – qu’il s’agisse de celle d’Angleterre au xviie siècle ou de celles de 1789, de 1830 ou de 1848. En revanche, les ouvrages scientifiques, la littérature de voyage, les descriptions de pays lointains, fréquemment lus jusqu’à la Restauration, furent de moins en moins empruntés. Seuls de rares emprunts indiquent un intérêt ponctuel, en lien avec les nouvelles des conquêtes coloniales. Les ouvrages philosophiques ou religieux ne furent presque jamais lus, à l’exception de quelques traités de morale ou de vies de saints. Enfin, on constate une présence de plus en plus forte des périodiques. Tous les palais étaient abonnés à une large sélection de journaux et de revues, mais les périodiques qui éveillèrent le plus l’intérêt furent ceux publiant des romans en feuilletons, des articles de variétés ou des mélanges historiques : la Revue de Paris et la Revue des Deux Mondes figurent parmi les titres de revues les plus lus. De l’étude des registres de prêt, on retire donc l’impression d’une montée en flèche des romans populaires à partir de 1830, qui se poursuivit jusqu’au Second Empire, ce genre finissant par surpasser l’histoire dans les lectures des occupants des palais36. Un constat semblable put être dressé, quelques années plus tard, dans le cadre des bibliothèques populaires. À la fin de la période, le roman, l’histoire et les revues représentaient la quasi-totalité des emprunts37.

31Néanmoins, malgré l’uniformisation progressive des pratiques de lecture, ces bibliothèques apparaissent comme des espaces de liberté : selon leurs goûts, les domestiques pouvaient emprunter sans restriction les romans à la mode, les traités scientifiques les plus complexes, et même des ouvrages grivois, sans qu’aucun contrôle ne s’exerce sur eux. Cette liberté favorisa certains emprunteurs assidus, qui lurent parfois plusieurs dizaines de titres par an.

32En dépit de la faible présence des courtisans et des ministres dans les palais, leurs emprunts soulignent des goûts comparables à ceux du personnel. Les romans dits « populaires » étaient en réalité tout aussi souvent empruntés par les domestiques que par les grands aristocrates.

Les bibliothèques de palais après 1870

  • 38 Gabriel Richou, Traité de l’administration des bibliothèques publiques, Paris, Paul Dupont, 1885, p (...)

33La disparition de la Cour et du personnel qui en dépendait entraîna la fermeture progressive des bibliothèques des palais. Rattachées au ministère de l’Instruction publique, elles purent rouvrir en 1873 et fonctionnèrent comme des bibliothèques municipales. Cependant, le prêt fut restreint : seuls pouvaient emprunter « les membres de l’université, les officiers, les professeurs et élèves de l’École spéciale militaire de Fontainebleau, les fonctionnaires de l’État en résidence dans la ville, ainsi que les personnes jouissant d’une honorable notoriété »38. Elles continuèrent à connaître le succès, et celle de Compiègne fut même agrandie en 1881.

  • 39 Voir l’introduction de la partie I, p. 20.

34Cependant, les bibliothèques des palais, par leur tradition d’ouverture et leurs collections encyclopédiques, représentaient une véritable « anomalie ». En 1880, Lorédan Larchey, conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal, fut mandaté par le ministre de l’Instruction publique afin de les inspecter. S’affichant clairement contre l’ouverture des collections à un public non-érudit39, à l’instar de nombreux bibliothécaires de l’époque, il rédigea plusieurs rapports très critiques :

  • 40 BnF, Arsenal, ms. 9299, dossier 15, rapport de Lorédan Larchey au ministre de l’Instruction publiqu (...)

« Il serait en effet temps que le régime provisoire institué pour les bibliothèques des palais prenne fin, et qu’on examine les questions de savoir si elles doivent être maintenues dans des petites localités, où la bibliothèque communale suffirait généralement aux besoins. [...] Les bibliothèques de palais, sont, il ne faut pas l’oublier, des bibliothèques anciennes, des établissements d’ordre supérieur, à ce titre [appelées à servir] non au public qui veut s’instruire, mais au public plus restreint, plus choisi et aussi plus exigeant qui se donne comme mission de travailler à l’instruction des autres. Ce public est clairsemé en France, c’est pourquoi Paris et les grands centres intellectuels de la province (c’est-à-dire dix villes tout au plus), conviennent seuls aux établissements dont je viens de parler. Une bibliothèque de palais ne peut en effet devenir établissement d’instruction populaire. [Elles ne sont] ni outillées, ni organisées à cette fin. Leurs livres sont trop beaux, trop chers et trop difficiles à remplacer. »40

  • 41 Voir l’introduction de la partie I, p. 18.

35Les bibliothèques des palais furent donc fermées et leurs collections dispersées entre la Bibliothèque nationale, la bibliothèque Sainte-Geneviève, la bibliothèque de l’Arsenal et la bibliothèque Mazarine, ce qui sonna le glas de l’expérience originale d’ouverture et de mélange des publics menée à Fontainebleau et à Compiègne depuis 1813. Dans ces palais, les livres reliés en maroquin aux armes impériales ou royales n’étaient pas réservés aux seuls savants, mais pouvaient être empruntés à tour de rôle par un ministre, une duchesse d’Empire, un palefrenier ou un valet de pied : l’aspiration des lecteurs, constatée dans les bibliothèques populaires, de disposer de livres « cossus » était ici parfaitement comblée41. Le registre d’emprunt était, en ce sens, un symbole de cohabitation sociale et d’égalité face à la lecture.

Tableau 1. Livres empruntés à Compiègne entre 1855 et 1858

Tableau 1. Livres empruntés à Compiègne entre 1855 et 1858

Tableau 2. Livres empruntés à Fontainebleau entre 1845 et 1859

Tableau 2. Livres empruntés à Fontainebleau entre 1845 et 1859

Notes

1 Par « domestique », on entend toute personne payée par le ministère de la Maison du Roi ou de l’Empereur, et occupant une tâche de domesticité « réelle », par opposition aux fonctions honorifiques réservées aux courtisans, comme celles de chambellans, de gouverneurs, etc., ainsi que les postes d’administrateurs. On peut cependant inclure dans la définition de « domestique » les commis et garçons de bureau. En moyenne, les salaires des employés de la Maison de Napoléon Ier étaient de 1 011 francs par an dans le service du Grand maréchal du palais. Une lingère gagnait 800 francs par an, un frotteur 960 francs : voir Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Fr. 11212, Règlement pour le service du Grand maréchal du palais, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1er mars 1812. Sous le Second Empire, les salaires moyens étaient de 1 694 francs annuels, avec de très fortes disparités : voir Xavier Mauduit, Le ministère du faste : la Maison du président de la République et la Maison de l’empereur (1848-1870), Thèse de doctorat en histoire, sous la direction du professeur Christophe Charle : Paris, université Paris-I Panthéon Sorbonne, 2012, vol. 1, p. 284. Ces salaires se situaient dans la moyenne parisienne de l’époque : voir Pierre Guiral et Guy Thuillier, La vie quotidienne des domestiques en France au xixe siècle, Paris, Hachette, 1978 (coll. La vie quotidienne ; 94), p. 62.

2 BnF, Mss, nouv. acq. Fr. 15461, fol. 7, rapport de Montesquiou, Grand chambellan, à Napoléon, portant sur l’organisation et le règlement des bibliothèques de la Couronne, Paris, [décembre 1810], apostillé « approuvé. Nap. ».

3 Anne-Marie Rabant, « Les bibliothèques de Fontainebleau », Bulletin d’informations de l’Association des bibliothécaires français, 1967, n° 55, pp. 95-102. [En ligne] : < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/index-des-revues?id_article=52437 > (consulté le 2 avril 2014).

4 François Roguet, Mémoires militaires du lieutenant général comte Roguet, Paris, J. Dumaine, 1863, vol. 2, p. 418.

5 Hélène Dufresne, Le bibliothécaire Hubert-Pascal Ameilhon (1730-1811) : érudition et esprit public au xviiie siècle, Paris, Nizet, 1962, p. 449.

6 Voir la contribution de Marie Galvez : « Histoire de la “salle B” ou salle publique de lecture “ouverte à tout venant” à la Bibliothèque nationale au xixe siècle (1868-1905) », Partie I, p. 77.

7 Catherine Granger, Jean-Michel Leniaud (préf.), L’Empereur et les arts : la liste civile de Napoléon III, Paris, École nationale des chartes, 2005 (coll. Mémoires et documents de l’École des chartes ; 79), p. 101.

8 Les registres des bibliothèques du Louvre, de Saint-Cloud et de Meudon, incendiées en 1870 et 1871, ont été perdus. Ceux des autres palais n’ont pas été retrouvés. La perte des archives et des catalogues des bibliothèques des palais empêche d’en savoir plus sur le personnel, sur les abonnements de périodiques ou sur les acquisitions d’imprimés, les archives de la série O des Archives nationales (Maisons des rois et des empereurs) restant muettes sur ces questions.

9 Henry Martin, Histoire de la Bibliothèque de l’Arsenal, Paris, Plon, 1900, p. 596.

10 Cette cohabitation était d’ailleurs une des caractéristiques essentielles de la Cour, d’après Xavier Mauduit, « Le ministère du faste : la Maison de l’Empereur Napoléon III », Parlement[s]. Revue d’histoire politique, 2008, hors-série no 4, pp. 77-78.

11 Jacques-Olivier Boudon, Le roi Jérôme, frère prodigue de Napoléon (1784-1860), Paris, Fayard, 2008 (coll. Biographies), p. 400.

12 BnF, Arsenal, ms. 7430, registre des prêts de la bibliothèque du palais de Compiègne, 1813-1830.

13 Henri Muller, « Gaspard Escuyer, historien de Compiègne », Bulletin de la Société historique de Compiègne, 1960, no 25, p. 103.

14 Arch. nat., O2 42, dossier 8, pièce 643, « état de la dépense occasionnée pour le chauffage de la Grande bibliothèque du palais impérial de Compiègne », par Gaspard Escuyer, Compiègne, 28 décembre 1813 ; pièce 645, « état de la dépense occasionnée pour le chauffage de la bibliothèque du palais impérial de Fontainebleau », par Rémard, Fontainebleau, 27 décembre 1813.

15 « Hérité du xviiie siècle, [le cabinet de lecture] permettait, notamment, d’offrir de la lecture à l’aristocratie dans ses résidences de campagne » : Alexis Vaillant, « Prospérité et déclin du cabinet de lecture », in Graham Falconer (dir.), Autour d’un cabinet de lecture, Toronto, Centre d’études du xixe siècle J. Sablé, 2001, p. 93.

16 À Fontainebleau, le conservateur de la bibliothèque du château plaidait même pour son ouverture au public de la ville. Voir Charles Rémard, Le guide du voyageur à Fontainebleau, ou nouvelle description historique abrégée de cette ville, mais principalement du château royal, ..., Fontainebleau, E. Durant, 1820, p. 64.

17 On précise que, lors des dépouillements, chaque titre porté sur le registre a été compté comme un prêt, ce qui permet de rendre compte du nombre d’œuvres empruntées par un lecteur à chacune de ses visites, ou au cours d’une période donnée. Un lecteur a cependant pu emprunter les différents volumes d’un même ouvrage en plusieurs fois, ou choisir plusieurs titres le même jour. Les titres des ouvrages mentionnés dans le texte ne le sont qu’à titre d’exemples destinés à éclairer les choix et les goûts de certains lecteurs, une édition complète de ces registres dépassant largement le cadre de cette contribution.

18 Jean-François Foucaud, « Jacques-Joseph Champollion-Figeac, conservateur au département des Manuscrits », Revue de la BnF, 2011, no 37, pp. 54-59.

19 Voir le tableau 2. Livres empruntés à Fontainebleau entre 1845 et 1859, p. 119.

20 BnF, Arsenal, ms. 7433, registre des prêts de la bibliothèque du palais de Compiègne, 1845-1854.

21 Voir le tableau 1. Livres empruntés à Compiègne entre 1855 et 1858, p. 117.

22 Catherine Granger, L’Empereur et les arts : la liste civile de Napoléon III, op. cit., p. 248.

23 Jean-Marie Moulin, « La Cour à Compiègne sous le Second Empire », Revue du souvenir napoléonien, juillet 1978, no 300, pp. 17-23.

24 BnF, Arsenal, ms. 7444, idem, 1859-1872.

25 BnF, Arsenal, ms. 7437, idem, 1858-1860.

26 BnF, Arsenal, ms. 7442, registre des prêts de la bibliothèque du château de Compiègne, 1865-1867.

27 BnF, Arsenal, ms. 7443, idem, 1868-1870.

28 Voir le tableau 2. Livres empruntés à Fontainebleau entre 1845 et 1859, p. 119.

29 Vincent Cochet, « Les coulisses de Fontainebleau. Le service du palais et l’organisation des séjours », in Xavier Salmon, Bernadette de Boysson (dir.), Napoléon III et Eugénie reçoivent à Fontainebleau : l’art de vivre sous le Second Empire, catalogue de l’exposition organisée au musée des Beaux-Arts de Bordeaux du 9 décembre 2011 au 5 mars 2012, puis au musée national du château de Fontainebleau du 31 mars au 2 juillet 2012, Dijon, Faton, 2011, p. 14.

30 Thierry Sarmant, Fontainebleau : mille ans d’histoire de France, Paris, Tallandier, 2013, p. 323.

31 Valérie-Marie Elvire Dubois Feuillet, Quelques années de ma vie, Paris, Calmann-Lévy, 1899, pp. 321-322, lettres d’Octave Feuillet, Fontainebleau, 10 et 15 juin 1868.

32 Fontainebleau, archives de la bibliothèque, lettres de Tiron, secrétaire du 2e bureau du ministère de la Maison de l’Empereur, à Casis, régisseur-adjoint, Paris, 14 et 17 mars 1868.

33 Noë Richter, La lecture et ses institutions, 1, la lecture populaire, 1700-1918, op. cit., 1987, pp. 101-103.

34 Voir l’intervention de Jean-Charles Geslot : « Édouard Charton et la création de la bibliothèque populaire de Versailles (1864) » présentée au colloque « Des bibliothèques populaires à la lecture publique », organisé les 6 et 7 juin 2014 par la Bibliothèque des Amis de l’Instruction.

35 Françoise Parent-Lardeur, Les cabinets de lecture : la lecture publique à Paris sous la Restauration, Paris, Payot, 1982 (coll. Bibliothèque historique), p. 155.

36 Cette impression semble correspondre au schéma traditionnel de la « crise d’identité » de la littérature française : Cassandra Hamrick L., « La crise d’identité littéraire en 1837 selon la presse périodique », in Autour d’un cabinet de lecture, op. cit., p. 69.

37 Voir le tableau 1. Livres empruntés à Compiègne entre 1855 et 1858, p. 117.

38 Gabriel Richou, Traité de l’administration des bibliothèques publiques, Paris, Paul Dupont, 1885, p. 206.

39 Voir l’introduction de la partie I, p. 20.

40 BnF, Arsenal, ms. 9299, dossier 15, rapport de Lorédan Larchey au ministre de l’Instruction publique, minute, s. d. [1880].

41 Voir l’introduction de la partie I, p. 18.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Livres empruntés à Compiègne entre 1855 et 1858
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12373/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12373/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Tableau 2. Livres empruntés à Fontainebleau entre 1845 et 1859
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12373/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search