Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques populaires à la lecture publique

 | 
Agnès Sandras

Partie I. Pourquoi des « bibliothèques populaires » ? Quand lire ou emprunter un livre pouvait relever de la gageure au XIXe siècle

Histoire de la « salle B » ou salle publique de lecture « ouverte à tout venant » à la Bibliothèque nationale au xixe siècle (1868-1905)

Marie Galvez

Texte intégral

  • 1 Ève Netchine et Edmée Strauch, « La salle B ou 70 ans de lecture publique à la Bibliothèque nationa (...)
  • 2 Marie Galvez, « Jules-Antoine Taschereau : « un grand administrateur », 1858-1874 », Revue de la Bi (...)
  • 3 Marie Galvez, Accueillir le grand public à la Bibliothèque nationale de France : origines, permanen (...)

1L’histoire de la « salle B », créée en 1868 pour accueillir ce que nous appellerions aujourd’hui le « grand public » ou les « lecteurs non chercheurs », mais que le xixe siècle appelait le « tout venant », par opposition à un lectorat lettré composé de savants et fréquentant les salles de travail des départements spécialisés, demeure assez peu connue. Seul un article d’Ève Netchine et Edmée Strauch1, paru en 1998, y est spécifiquement consacré. La « salle B » pose pourtant, dès le Second Empire, une question fondamentale qui est celle de la place du lectorat populaire à la Bibliothèque nationale. En ce sens, elle renvoie à la mission de lecture publique de l’établissement. C’est une problématique qui, loin de se cantonner à la seconde moitié du xixe siècle, aux administrations de Jules-Antoine Taschereau (1858-1874)2 et de Léopold Delisle (1874-1905), dont il sera plus précisément question dans cet article, trouve au xxe siècle, et encore actuellement, de nombreux échos3.

  • 4 Archives modernes (AM).
  • 5 Archives nationales, sous-série F17 (AN/F17).
  • 6 Nouvelles acquisitions françaises 13026 et 13027 (NAF/13026, NAF/13027).

2Il convient de préciser que les sources archivistiques relatives à cette salle sont peu nombreuses et peu disertes. Il s’agit principalement des archives de l’établissement ou « archives modernes »4, conservées au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale, et des « archives administratives », consultables sur le site François Mitterrand. Les versements du ministère de l’Instruction publique, ministère de tutelle de la Bibliothèque, conservés aux Archives nationales5, représentent également une source d’information précieuse. Enfin, la presse du temps, sélectionnée et conservée dans des registres au département des Manuscrits6, se révèle riche d’enseignements (même s’il convient d’utiliser avec précaution cette nature de documents, souvent de parti pris). Cette discrétion des sources, à une époque où les enquêtes de publics n’existent pas, conduit moins à étudier des lectorats effectifs, sur lesquels il n’existe que peu d’information, que des discours et des structures, dont il est parfois difficile d’évaluer l’impact.

Les débuts de la « salle B » sous l’administration de Jules-Antoine Taschereau (1858-1874)

3Après une première et éphémère expérience commencée en 1833, la question de l’ouverture d’une salle publique de lecture à la Bibliothèque nationale est à nouveau abordée par la Commission de réorganisation présidée par Prosper Mérimée en 1858. La réflexion qui y est menée au cours des débats entraîne la décision de créer la « salle B ».

Vers une salle publique de lecture

4Pendant le premier tiers du xixe siècle, la Bibliothèque ne fait pas de distinction entre ses catégories de lecteurs, accueillant de fait plutôt des érudits dans ses départements spécialisés, et des lecteurs aux motivations diverses dans l’unique salle de lecture des Imprimés. Cette situation est à l’origine de nombreuses plaintes répétées, émanant de « lecteurs sérieux » gênés par le voisinage de ceux qui ne viennent à la Bibliothèque que pour se chauffer ou lire le journal. La figure du clochard ou du dilettante fait en effet partie de ces clichés que les journaux véhiculent à plaisir tout au long du xixe siècle.

  • 7 Ève Netchine et Edmée Strauch, « La salle B ou 70 ans de lecture publique à la Bibliothèque nationa (...)
  • 8 Paul Lacroix, dit le « bibliophile Jacob » (1807-1884) est une personnalité du monde savant de l’ép (...)
  • 9 Paul-Louis Jacob, Réforme de la Bibliothèque du roi, Paris, Alliance des arts ; et chez M. Téchener (...)

5Consciente de cette situation et désireuse d’y remédier, la Bibliothèque crée dès 1833 une salle de lecture ouverte à tous, sur laquelle il n’existe presque pas d’information. Située au premier étage de l’aile est de la cour d’honneur, à l’emplacement de l’ancienne salle de lecture des manuscrits occidentaux faisant face à la Galerie Mazarine7, elle possède un fonds de 20 000 ouvrages, mis à la disposition des lecteurs, avec la possibilité de communiquer d’autres livres des Imprimés grâce à un monte-charge. Chauffée et confortable, la salle souffre bientôt de son abondante fréquentation et, dès 1845, le bibliophile Jacob8 évoque les difficultés qu’entraîne, selon lui, l’afflux d’un public peu choisi rue de Richelieu : « La Bibliothèque du roi ne sert plus à personne pour avoir voulu servir à tout le monde, elle n’offre aucune ressource efficace aux études élevées et profondes ; elle favorise l’oisiveté lisailleuse [alors qu’elle] est fuie et redoutée par les travailleurs sérieux »9.

  • 10 Joseph Van Praet (1754-1837).
  • 11 Paul-Louis Jacob, Réforme de la Bibliothèque du roi, op. cit., p. 9.
  • 12 Cette fermeture s’explique peut-être par la vétusté des locaux. Il est possible, également, que la (...)

6Il rapporte également les impressions de Joseph Van Praet10, directeur de la Bibliothèque, qui s’inquiète de cette « invasion de barbares »11 lisant installés sur les barreaux des échelles ou à même le parquet. Cette affluence prouve que la salle publique rencontra un vif succès qui n’empêcha cependant pas sa fermeture, à une date et pour des raisons qui demeurent inconnues12. En 1857, il n’est, en tout cas, plus du tout fait mention de son existence.

  • 13 AN/F/17/3457, Procès-verbaux des séances de la Commission Mérimée. Voir aussi Marie Galvez, « Mérim (...)
  • 14 Le terme est employé dans les procès-verbaux de la Commission. Il désigne l’accueil du public à la (...)
  • 15 Prosper Mérimée, Rapport présenté à Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des Cul (...)

7L’année 1858 marque un tournant dans l’histoire de la Bibliothèque nationale, alors impériale. Elle est en effet marquée par les travaux de la Commission Mérimée, qui se réunit de janvier à mars13. Cette importante réunion de fidèles de l’Empire, dirigée par l’éminent sénateur, ancien inspecteur des monuments historiques, Prosper Mérimée, a pour mission de réorganiser complètement la Bibliothèque, qui peine à assimiler l’héritage de la Révolution française et l’extraordinaire afflux de collections nouvelles que cet évènement a entraîné. Au cours de ses séances, la Commission pose la question de la place du lectorat « populaire » et de sa cohabitation avec les savants (ce qu’elle appelle la « publicité »14 à donner à l’institution) : « La Bibliothèque impériale doit-elle être publique, ouverte à tout venant ou bien ne faut-il y admettre que des personnes conduites par l’amour de l’étude et munies d’une autorisation ? »15.

  • 16 Notons que Prosper Mérimée s’exprime peu sur cette question, pourtant très importante. Il est vrai (...)
  • 17 Gustave Rouland, Rapport à l’Empereur par Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et d (...)
  • 18 Recueil des lois et actes de l’Instruction publique, année 1858, onzième année, Paris, Jules Delain (...)
  • 19 Claire Lesage, « Henri Labrouste et le département des Imprimés », Mélanges autour de l’histoire de (...)

8En réponse à cette question, le Rapport de la Commission propose la création de deux salles de lecture au département des Imprimés : l’une réservée aux « travailleurs sérieux », aux « personnes dûment autorisées » ; et l’autre « absolument publique », « ouverte à tout venant »16. Le ministre de l’Instruction publique, Gustave Rouland, en ratifiant cette proposition17, investit officiellement la Bibliothèque impériale d’une double mission de recherche et de lecture publique, en même temps qu’il reconnaît l’existence au sein de l’établissement de deux catégories bien distinctes de publics ayant chacune un usage différent des collections. La mesure, qui figure dans le décret impérial de réorganisation du 14 juillet 185818, tarde cependant à être appliquée, en raison des importants travaux de rénovation et de reconstruction que connaît la Bibliothèque au cours de cette période. Si l’aménagement de la salle de travail des Imprimés occupe l’attention des contemporains, devenant pour Henri Labrouste prétexte à un véritable manifeste architectural19, celui de la salle publique de lecture n’est que tardivement étudié par l’administration de la Bibliothèque.

Le tournant de 1868 : la création de la salle B

  • 20 BN/AM/70, registre des procès-verbaux de la Bibliothèque impériale, séance du 28 novembre 1866. Des (...)
  • 21 En octobre 1868, par exemple, Taschereau rappelle au ministre que 30 000 francs, sur les 50 000 rec (...)

9L’administrateur général Taschereau n’aborde la question de la salle publique de lecture qu’en juin 1866, assez tardivement donc, puisque l’ouverture des deux salles est prévue pour 1868 et que, depuis la signature du décret de 1858, la constitution de la salle de travail est un sujet presque quotidiennement abordé à la Bibliothèque. Le comité consultatif, organe décisionnel de l’établissement présidé par Jules-Antoine Taschereau, déclare que les collections de la salle publique seront composées majoritairement de doubles provenant du département des Imprimés ou obtenus par voie d’échanges avec des libraires20. En septembre 1866, c’est la question du coût financier de la mise en place du fonds qui est abordée. Dans la mesure où la nouvelle salle doit compter 30 000 ou 40 000 volumes adaptés aux besoins spécifiques de son public, Taschereau demande une augmentation de 50 000 francs du budget consacré aux acquisitions et reliures pour 1867 (lequel est habituellement de 72 000 francs). L’objectif est de parer au plus pressé en créant un premier fonds d’ouvrages, destiné à s’accroître grâce à un crédit particulier de 10 000 francs annuels (qui ne sera cependant pas toujours versé avec régularité)21.

  • 22 BN/AM/71, séance du 26 septembre 1866.

10Il s’agit d’acquérir les grandes collections que l’établissement ne possède pas en double ainsi que tous les ouvrages d’arts et métiers, dont le dépôt légal, ne fournit qu’un seul exemplaire, car il faut « être en mesure de donner aux lecteurs, dans la salle publique comme dans l’autre, un exemplaire de toute nouvelle édition de ces ouvrages techniques publiés avec les progrès nouveaux de la Science »22. En octobre 1866, le comité consultatif s’occupe de former, avec les doubles du département des Imprimés, la collection « d’ouvrages divers » devant servir de noyau aux 30 000 ou 40 000 volumes appelés à composer le fonds de la « salle B » dite aussi « salle Colbert » en raison de son emplacement le long de la rue Colbert. L’activité de Taschereau et de ses collaborateurs s’accélère l’année suivante, en mars 1867 : il ne s’agit plus alors d’envisager des échanges, de demander des crédits ou de répertorier des doubles, mais bien d’étudier enfin le cœur de la question, c’est-à-dire la nature des ouvrages à disposer dans la salle publique et la place qui doit être laissée au libre accès.

  • 23 Olivier Barbier (1806-1882), Paulin Richard (1798-1871) et Edme Rathery (1807-1875) sont tous trois (...)
  • 24 AM/290. Acquisitions d’imprimés (1868-1871).

11Pour mener à bien ce travail, le directeur fait appel à un personnel élargi, composé des conservateurs du département des Imprimés et de leurs adjoints, et répartit les tâches. Olivier Barbier23 est chargé de réfléchir à l’élaboration d’un nouveau règlement. Paulin Richard et Edme Rathery sont chargés de dresser la liste des livres devant composer le fonds de la salle publique. Ils dressent un premier bilan de leur travail en avril 1867 : pour eux, ce fonds doit en priorité se constituer d’ouvrages de références et de grands recueils généraux de nature historique ou scientifique, comme les Mémoires sur l’Histoire de France par exemple, afin d’éviter d’acquérir des ouvrages séparés consacrés spécifiquement à une époque ou à la vie d’un homme illustre. Mettant à profit la fermeture annuelle de la quinzaine de Pâques, les conservateurs poursuivent sérieusement leur étude, dépouillant le Catalogue de l’Histoire de France, faisant appel à l’expérience des employés afin d’avoir un aperçu des ouvrages les plus demandés et allant, pour Paulin Richard, jusqu’à examiner les collections conservées à la bibliothèque du Conservatoire des arts et métiers. Le personnel se déclare favorable à ce que des recueils d’ornementation et des livres à figures, quelque élevé que puisse en être le prix, soient inscrits sur la liste des acquisitions de la salle publique. La consultation de ces registres d’acquisitions pour l’année 186824 permet de reconstituer une petite partie du fonds d’ouvrages que la « salle B » devait avoir à ses débuts. Grâce à des accords passés avec des libraires parisiens (comme le libraire Charles Poquet), la Bibliothèque acquiert des numéros du Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, des volumes de la Collection des principaux économistes, des Annales de chimie, un Traité de la charpente, un autre sur les ponts métalliques, un Dictionnaire du mobilier français, etc. Il est précisé que « Toutes ces collections sont nécessaires pour la future salle publique de lecture. Elles ne seraient payées que l’an prochain ». Un accord passé avec la maison Firmin-Didot permet d’acquérir des ouvrages plus généraux tels que : Dictionnaire historique de la langue française, Dictionnaire des Beaux-arts, Encyclopédie pratique d’agriculture, Encyclopédie d’histoire naturelle, un Traité d’électricité ou encore un Précis de minéralogie

  • 25 BN/AM/71, séance du 3 avril 1867 : « Certaines collections, le recueil général des Mémoires sur l’H (...)
  • 26 Taschereau espère un temps pouvoir ouvrir les deux salles de lecture des Imprimés pour l’Exposition (...)

12Le travail mené par les conservateurs est donc essentiellement d’ordre pratique ; aucun développement théorique sur la nature précise du public à accueillir, sur ses besoins spécifiques ainsi que sur les missions de la salle de la rue Colbert n’est énoncé. Cependant, en filigrane, à travers l’évocation des ouvrages se rapportant aux sciences et à l’industrie, l’allusion aux arts et métiers ou aux documents figurés, c’est bien un public populaire de commerçants et d’artisans qui s’esquisse. Pourtant, rien n’est clairement dit, ce qui est étonnant de la part de conservateurs, capables d’avoir recours à des trésors d’éloquence quand le sujet (catalogues, acquisitions, dons) les passionne. Cela veut-il dire que la constitution de la salle B aux 30 000 ouvrages jugés « largement suffisants »25 ne les intéresse pas ? Ou bien faut-il voir dans cette discrétion inhabituelle l’expression d’un travail mené à la hâte, une simple manière de « parer au plus pressé » (à une époque où la Bibliothèque est également occupée par les préparatifs de l’Exposition universelle de 1867)26 ?

Inauguration et réception de la « salle B »

13En définitive, la salle publique de lecture est inaugurée le 2 juin 1868 et celle réservée aux « travailleurs autorisés », le 12 du même mois. L’ouverture simultanée des deux salles que souhaitait l’administrateur Taschereau n’a finalement pas été possible, cependant il a été en partie tenu compte de ses avis : la « salle B » a ouvert avant la salle Labrouste.

  • 27 La Bibliothèque ne forme pas encore à cette époque un quadrilatère autonome. Les maisons particuliè (...)
  • 28 AN/F17/3457, Rapport de la Commission Mérimée, op. cit.
  • 29 Règlement de 1868, article 64 : « Il est interdit aux lecteurs de prendre dans les armoires, tablet (...)

14Les sources manquent sur l’inauguration de la salle publique puis sur son fonctionnement. Il est certain cependant que, compte tenu du retard des travaux et des échecs répétés de Taschereau pour acquérir les maisons formant l’angle de la rue Colbert et de la rue Vivienne27, elle se situe encore à l’emplacement de l’ancienne salle de lecture unique des Imprimés. Pour des raisons de surveillance, elle possède sa propre entrée, au numéro 3 de la rue Colbert : une porte discrète sur le côté, écartée de la grande entrée donnant sur le square Louvois qu’empruntent les lecteurs de la salle de travail. Comme la nouvelle salle construite par Labrouste, la « salle B » accueille le public de 10 heures à 4 heures, mais se distingue par son ouverture le dimanche, caractéristique d’un projet de lecture populaire. Prévue pour accueillir 200 personnes, elle se compose de 25 000 volumes et n’a pas encore atteint, faute de crédits suffisants, le chiffre de 30 000 ou 40 000 volumes fixé par le Rapport Mérimée. Aucune édition ou reliure précieuses n’y figure, car la salle publique doit être une bibliothèque « usuelle, instructive, utile à tous »28. Un catalogue de ses ouvrages a été dressé, à la manière d’un catalogue de vente, mais il n’est pas tenu à la libre disposition des lecteurs. Comme le suggérait le Rapport Mérimée, certains ouvrages, probablement les usuels, sont laissés en libre accès29. La salle publique apparaît autonome puisque, contrairement à 1833, elle ne semble pas faire appel aux autres collections du département des Imprimés. Son personnel est peu nombreux, composé d’un bibliothécaire ainsi que de quelques employés et auxiliaires, car le noyau de l’équipe de l’ancienne salle de lecture unique a été majoritairement transféré dans la salle Labrouste. Ainsi, la salle publique présente peu d’éléments nouveaux : son emplacement, ses locaux, et même ses collections, composées de nombreux doubles, paraissent inchangés, ce qui explique en partie l’absence de publicité qui entoure son inauguration.

  • 30 Une commission d’échanges des bibliothèques de Paris est nommée en mai 1860 sous la présidence de M (...)
  • 31 BN/AM/213 (dossier 22) : salle de lecture, lettre de Taschereau à un certain Paris, clerc de notair (...)

15La constitution de la salle publique est souvent présentée, nous l’avons vu, comme un moyen de séparer deux catégories de lecteurs : les travailleurs, hommes de lettres connus pour leurs publications ; et les lecteurs lambda qui ne poursuivent pas de recherches érudites. Cela signifie-t-il que sa création corresponde essentiellement à une volonté de favoriser les études des savants en les délivrant de la bruyante présence des lecteurs communs ? Doit y voir au contraire un réel souci d’adaptation aux besoins spécifiques des classes moyennes et populaires ? Il est d’autant plus difficile de répondre à cette question que les sources manquent. S’il est certain que les commissions ministérielles, celle de 1858 comme celle de 186030, instituées par l’État et composées, notamment dans le second cas, d’intellectuels éclairés, se situent dans la volonté contemporaine de prise en compte d’un lectorat populaire, qu’en est-il du personnel de l’institution ? La correspondance de l’administrateur général ne contient aucun exposé théorique et enthousiaste sur le sujet, comme le directeur est capable d’en rédiger lorsqu’il s’agit de défendre ses projets de catalogues méthodiques, par exemple. Aucune lettre n’indique ce qu’il pense réellement de cette création. Lorsque le personnel évoque cette mesure, c’est pour rappeler qu’elle a été ordonnée par le gouvernement, qu’elle fait partie de la réorganisation de la Bibliothèque, et qu’elle sera très profitable pour les « travailleurs », lesquels cesseront de se plaindre du gênant voisinage des « lecteurs ». L’administrateur-général écrit ainsi pour « présenter » la salle publique à un lecteur : « La Commission [Mérimée] de réorganisation de la Bibliothèque instituée en 1858, frappée des abus et des justes plaintes causés par l’existence d’une salle unique où l’hiver des individus ne venaient que pour être dans un lieu bien chauffé, où l’été ils s’endormaient sur un livre futile, mais, en toute saison, usurpaient aux tables les places des vrais travailleurs, des hommes d’étude sérieux qui ne trouvaient plus jamais passé midi ni moyen de s’asseoir ni moyen d’écrire, la Commission proposa, et dans le décret de réorganisation adopta, la création de deux salles »31.

  • 32 Noë Richter, Du conditionnement à la culture : l’offre de lecture des Lumières à la Troisième Répub (...)
  • 33 BN/AM/208 (dossier 22) : salle de lecture, lettre de Taschereau à M. Brunet, datée du 25 juillet 18 (...)

16Cependant, en décidant de mettre à la disposition de tous des usuels (manuels de grammaire et d’orthographe, dictionnaires, code civil), des ouvrages de référence (l’Histoire de France de Michelet, par exemple), des classiques (œuvres de Molière, Corneille, Voltaire), ainsi que de nombreuses publications techniques, l’établissement agit en partisan d’un type de lecture que Noë Richter nomme « utilitaire »32. Il s’agit, en effet, d’assurer aux personnes l’accès à une première base de connaissances, indispensable à la vie en société et à l’expression de la citoyenneté (d’où la présence de livres juridiques et historiques) ; de permettre l’intégration de l’individu à un certain nombre de références communes (les classiques) ; et d’offrir la possibilité d’un approfondissement des savoirs professionnels de chacun (d’où une attention particulière accordée aux ouvrages scientifiques et techniques)33.

  • 34 BN/AM/206, Règlement du 5 mai 1868.
  • 35 Le règlement de 1868 parle dans son titre III (service public), paragraphe 1 de « La lecture et de (...)
  • 36 BN/AM/206, au sujet du règlement du 5 mai 1868.

17Si la « salle B » se distingue de la salle de travail par une partie de ses collections, elle présente néanmoins un certain nombre de points communs avec cette dernière. En effet, en dotant la nouvelle salle publique de collections provenant pour l’essentiel de ses doubles, l’établissement contribue à créer une réplique, moins étendue et moins riche, de la salle Labrouste. D’ailleurs, le règlement34 qui y figure semble être le même que pour celui des autres sections35 et interdire par conséquent la communication des publications récentes, pourtant très demandées. L’article 72 du règlement de 1868 précise que : « Les ouvrages en livraisons ne sont communiqués au public que quand ces livraisons ont pu être réunies en un volume et reliées. Sont exceptés de cette disposition les ouvrages périodiques d’un intérêt scientifique, français ou en langue étrangère, qui pourront être communiqués en livraisons ». Ainsi, la communication très encadrée des publications périodiques rappelle le souhait de la Bibliothèque d’être avant tout considérée comme un haut lieu d’érudition et de travail. Taschereau déclare : « Nous avons la confiance qu’en bornant la communication aux seuls recueils scientifiques nous nous sommes trouvés d’accord avec vos intentions, M. le ministre, et que, comme nous, vous verrez un très grave inconvénient à ce que la Bibliothèque impériale, en communiquant au moment même de leur publication La Revue des Deux Mondes et Le Charivari, fût transformée non pas seulement en cabinet de lecture, mais en kiosque à journaux […] »36. Par la nature des ouvrages autorisés à être communiqués dans les deux salles, la Bibliothèque affirme à nouveau sa volonté d’être une institution savante, notamment dans l’article 71 : « Ne seront point communiqués les ouvrages contraires aux mœurs. Les romans et les pièces de théâtre modernes ne seront communiqués que pour des travaux sérieux dont il sera justifié ».

18Dans la salle publique comme dans la salle de travail, la Bibliothèque reste donc fidèle à sa mission : favoriser les études, « utiles » dans un cas, savantes dans l’autre, en veillant à ne jamais être comparée à un kiosque à journaux ou à un cabinet de lecture. Dans ce contexte, quelle place occupent les ouvrages distrayants dans « la salle B » ? C’est une question importante, car l’ouverture dominicale, ainsi que l’interdiction faite aux étudiants d’accéder à la salle de travail, risquent d’amener rue Colbert quantité de flâneurs et de jeunes gens friands de ces lectures. Or, l’attitude de l’administration vis-à-vis du roman, genre à la mode, particulièrement prisé par le lectorat populaire, demeure assez floue. Si, comme le laisse à penser la manière dont est conçu le règlement de 1868, les deux salles du département des Imprimés obéissent aux mêmes prescriptions en matière de communication de documents, cela signifie que les romans sont interdits dans la salle publique, tout du moins dans les premiers temps de son existence.

  • 37 BN/AM/215 (dossier 18), réponse de Taschereau à M. Beulé, membre de l’Institut, professeur d’archéo (...)

19En effet, une lettre du 6 décembre 187237 prouve que des romans, « choisis parmi les meilleurs d’Alexandre Dumas, de Victor Hugo et de George Sand dans son beau temps », parangons des lectures populaires, sont communiqués dans la « salle B ». S’agit-il d’une mesure récente, prise après 1870 ou cette situation existait-elle depuis 1868 ? Il n’est pas impossible qu’il s’agisse d’une disposition nouvelle, consécutive au changement de régime et à l’approfondissement de la réflexion en matière de bibliothéconomie populaire. À partir de la IIIe République en effet, les documents officiels emploient fréquemment le terme « populaire » pour désigner le statut et le lectorat de la salle de la rue Colbert.

20Grâce au même document relatif aux romans, nous savons que les ouvrages les plus consultés dans la salle publique le dimanche se répartissent entre :

  • belles-lettres ;

  • histoire ;

  • sciences et arts, technologie ;

  • jurisprudence ;

  • théologie.

21Il est intéressant de remarquer que les ouvrages de théologie, censés être l’une des bases de la lecture populaire, sont les moins consultés et que les sciences ainsi que la jurisprudence, réputées être les matières phares d’une bibliothèque dédiée à la lecture « utile » d’employés, de commerçants ou d’artisans arrivent en troisième et quatrième positions seulement. En réalité, la nature des demandes de la salle publique se rapproche de celles de la salle de travail : Belles-Lettres, ce qui prouve l’intérêt des lecteurs pour la littérature, puis Histoire, la grande passion du xixe siècle, même si, dans la salle de travail, l’ordre aurait sans doute été inversé (Histoire puis Belles-Lettres). La salle publique de lecture serait donc surtout utilisée de manière autodidacte à des fins d’approfondissement de culture générale laissant de côté la consultation de documents très spécialisés ou techniques. Cet usage des collections correspond à celui des lecteurs dits « du dimanche », mais aussi à celui des étudiants qui, rejetés de la salle de travail, peuvent avoir recours à ces matières dans le cadre de leur cursus universitaire.

La séparation des publics

22L’ouverture des deux salles des Imprimés en 1868 suscite bien des réclamations de la part de ceux qui, ne pouvant accéder à la salle de travail, se voient dirigés vers la « salle B ». Ces plaintes, ainsi que les réponses obtenues, permettent de mieux comprendre la manière dont l’administration et le public perçoivent les deux salles en question.

  • 38 BN/AM/208 (dossier 22), lettre de Taschereau datée du 28 mai 1868. Il est à noter que dans les anné (...)

23Quels sont, dans un premier temps, les éléments permettant d’orienter tels lecteurs vers telle salle ? Toute personne désirant étudier dans la salle de travail doit rédiger une demande en ce sens à l’administrateur en indiquant son nom, ses fonctions et la nature des recherches ou publications qui l’occupent. L’obligation de fournir une demande écrite pour la salle de travail constitue une première barrière, un premier test pour le lecteur. En effet, si le courrier contient trop de fautes d’orthographe, l’accès à la salle de travail est refusé au profit de la salle publique de lecture, contenant des manuels de grammaire et des dictionnaires. Pour ceux qui remportent cette première épreuve de l’écrit, l’administrateur engage une enquête, c’est-à-dire qu’il vérifie les titres énoncés par le demandeur en consultant la liste des membres de la Société des gens de lettres, celle des membres de la Société des auteurs dramatiques, etc. Cela signifie qu’il ne suffit pas d’avoir publié pour être admis, encore faut-il être connu, ou plus exactement reconnu, recensé même, par certaines institutions savantes. Par conséquent, les étudiants sont exclus de la salle de travail. À l’un d’entre eux, Taschereau répond : « La salle de travail est exclusivement réservée aux recherches prolongées des érudits, des savants et des hommes de lettres : les recherches nécessaires aux études de droit et de médecine trouveront ample satisfaction dans la salle de lecture publique »38.

  • 39 Ibid., lettre de Léon Boulenger datée du 22 juillet 1868.
  • 40 Ibid., lettre de Taschereau à Fortin, le 20 novembre 1868.

24Le plus souvent, les demandeurs n’acceptent pas de bonne grâce le refus qui leur est opposé, qualifiant d’arbitraires les décisions de l’administrateur-général. Ces accusations vont de pair avec un certain mépris pour la salle publique, qui prend alors l’aspect d’une « salle des refusés », comme le prouve la lettre d’un père en 1868 dont le fils, étudiant, n’a pu obtenir de carte pour la salle de travail : « Il ne saurait profiter du conseil qu’on lui donne d’aller dans la salle commune, avec les chiffonniers, étudiants du dimanche et tous ceux qui ne sont pas dignes de vos faveurs »39. La correspondance de Taschereau abonde de protestations en tout genre concernant la partialité et la méfiance excessive de l’administrateur, son incapacité à distinguer les honnêtes gens des voleurs, ou encore l’injustice de l’État qui crée ainsi des inégalités au sein de la population. Les arguments financiers avancés par certains demandeurs sont, bien sûr, irrecevables et les personnes se présentant comme « propriétaire » ou « contribuable » se voient refuser l’entrée de la salle de travail, car, comme le dit l’administrateur Taschereau : « Le décret n’a pas songé à faire d’une salle celle des petits contribuables et de l’autre celle des plus imposés »40.

  • 41 BN/AM/219 (dossier 18), lettre de M. Darcenoi, maire du IIe arrondissement à Taschereau, datée du 3 (...)

25Mal aimée des lecteurs, la salle publique suscite cependant l’intérêt des professionnels aux yeux desquels elle passe dans les années 1870 pour une sorte de modèle, ou tout du moins un bon exemple d’institution « populaire ». Nombreux sont ceux qui s’intéressent à son fonctionnement et sollicitent des conseils, qu’il s’agisse d’établissements de province ou de particuliers désireux de développer la lecture publique dans leur quartier, comme le maire du IIe arrondissement de Paris, qui ayant trouvé dans son arrondissement « une jeunesse studieuse qui aime à profiter pour s’instruire des longues soirées d’hiver » et ayant vu ses cours du soir et ses classes d’adultes « suivis par un grand nombre d’auditeurs »41, envisage de créer une bibliothèque.

  • 42 BN/AM/213 (dossier 22), lettre de Taschereau à Paris, clerc de notaire, le 26 octobre 1871.

26Après l’instauration de la IIIe République, la situation évolue, dans la mesure où les diplômes universitaires sont davantage pris en considération pour obtenir une carte d’entrée dans la salle de travail, quand auparavant c’était principalement l’appartenance à une Société d’auteurs qui était prise en compte. Les étudiants du supérieur sont même considérés comme y ayant leur place : « nous accueillerons dans les salles de travail, outre tous les fonctionnaires de la magistrature, de l’enseignement, de l’administration [...] tout licencié de faculté, tout diplômé de l’école centrale, tout bachelier à la fois ès-lettres et ès-sciences, tout bachelier ès-lettres ayant déjà pris des inscriptions pour la licence, tout bachelier en droit ayant tiré le sujet de sa thèse de licence, tout étudiant en médecine porteur de la carte d’interne ou d’externe des hôpitaux, tout élève de l’École normale, de l’École des chartes, de l’École des mines ou de Polytechnique »42.

La « salle B » sous l’administration de Léopold Delisle (1874-1905) : de l’ouvrier désireux d’approfondir les connaissances de son métier à la jeunesse studieuse

  • 43 Les sources relatives à l’administration de Léopold Delisle sont plus réduites que pour la période (...)

27Destinée à l’origine à l’ouvrier, au commerçant ou à l’artisan désireux d’approfondir les connaissances de son métier, ainsi qu’aux lecteurs du dimanche et aux curieux soucieux de s’instruire, la « salle B » voit ses missions évoluer au cours de l’administration de Léopold Delisle (1874-1905)43.

Un nouvel emplacement destiné à une nouvelle salle publique ?

  • 44 BN/AM/72, séance du 5 août 1880 : « Le Comité consultatif croit devoir consigner au procès-verbal l (...)
  • 45 BN/AM/72, séance du 5 mars 1884 : « Dans un Rapport du 15 février, Léopold Delisle a exposé au mini (...)
  • 46 BN/NAF/13027 (registre contenant des articles de presse sélectionnés se rapportant à la Bibliothèqu (...)
  • 47 Ibid.

28L’un des évènements marquants de la période est l’acquisition, tant de fois réclamée, mais jamais aboutie jusqu’alors, des maisons particulières formant l’angle des rues Colbert et Vivienne. Le 15 juillet 1880, la Chambre des députés adopte la proposition de loi de 1878 consacrant 3 700 000 francs à l’acquisition de ces maisons, dernière étape de l’extension progressive de la Bibliothèque qui lui permet de former le quadrilatère autonome et circonscrit auquel elle aspire depuis longtemps44. Après cet achat, les travaux tardent à démarrer, faute de moyens. Avisant ces espaces inoccupés, le gouvernement envisage un temps d’y installer des baraquements scolaires45. Finalement, les terrains, clos de palissades, demeurent en friche, suscitant de nombreuses critiques de la part du public et de l’ensemble de la population parisienne. Il est courant alors de parler des « cultures potagères » de la Bibliothèque nationale (le journal L’Éclair écrit le 10 février 1897 : « Vous verrez, formant l’angle de la rue Colbert et de la rue Vivienne, le terrain sauvage, les trois cahutes, les lapins, les poules et la place des 23 choux »)46 et de déplorer la vacuité de cet espace (« Tous les Parisiens connaissent les vilaines palissades qui masquent, imparfaitement d’ailleurs, cette large trouée faite dans un de leurs plus beaux quartiers »)47.

  • 48 BN/AM/122, brouillon non daté et non signé : « […] peut-être c’est à une exposition que sera affect (...)
  • 49 BN/AM/72, séance du 6 novembre 1878 : « Quant à la salle publique de lecture, qui est tout à fait i (...)
  • 50 Henry Marcel, Henri Bouchot, Ernest Babelon, Paul Marchal, Camille Couderc, La Bibliothèque nationa (...)
  • 51 Ibid.

29À cette époque, la destination de ces terrains n’est pas encore clairement définie. La vaste salle que doit construire l’architecte sur cet emplacement sera-t-elle une salle d’exposition ?48 Une salle publique de lecture et d’exposition ?49 La question n’est toujours pas résolue en 1907 lorsque Henry Marcel déclare que : « le quadrilatère compris entre les bâtiments bordant la rue Colbert et Vivienne et le rez-de-chaussée en retour qui ferme le jardin enserrera une vaste rotonde dont la destination : salle publique de lecture, salle de travail servant de décharge à celle de Labrouste, salle spéciale pour la consultation des périodiques, est encore en suspens »50. Il demeure néanmoins certain que l’extension de la Bibliothèque sur les rues Colbert et Vivienne doit servir, d’une manière ou d’une autre, à l’installation de la salle publique de lecture. Henry Marcel déclare encore : « L’installation de la salle publique de lecture n’est du reste que provisoire. Dès que seront terminés les bâtiments que Pascal construit en ce moment en bordure de la rue Vivienne, elle sera transportée, avec ses collections considérablement accrues, dans un local aussi vaste que celui de la salle de travail »51.

Installation provisoire et travaux de la « salle B »

  • 52 BN/AM/229 (dossier 12), lettre de l’architecte à l’administrateur datée du 21 novembre 1880.

30En attendant de trouver un emplacement définitif, la salle publique de lecture connaît sous Delisle une nouvelle installation et plusieurs séries de petits travaux. Le local initial, correspondant à l’ancienne salle de lecture unique du département des Imprimés, se révélant trop vétuste, l’administration décide en 1881 d’ouvrir une nouvelle salle publique provisoire dans « une galerie nouvellement reconstruite sur la rue Colbert ». La salle ouvre le 17 janvier 1881. Située au premier étage, entre la rue Colbert et la cour d’honneur, elle est équipée d’un système de transmission des bulletins et de deux monte-charges52. La question de l’éclairage électrique, finalement repoussée par l’administration, est appelée à susciter bien des réclamations de la part du public tout au long de la période.

  • 53 NAF/13027, La Ville de Paris, « Réouverture de la salle de lecture de la Bibliothèque nationale », (...)

31Les illustrations et les articles de la presse de l’époque évoquent l’ambiance studieuse et l’ordre qui règne dans cette salle, contrastant selon eux avec le laisser-aller de la salle précédente : « On pénètre d’abord dans une pièce octogonale de dix mètres sur dix qui est réservée à la lecture des journaux. […] Si l’on regarde devant soi, on a la perspective riante d’une galerie de trente mètres de long, largement éclairée de chaque côté par sept fenêtres, dont trois sont à plein cintre et forment le motif milieu de la façade sur la grande cour intérieure. Si cette salle toute fraîche et coquettement décorée, est admirablement éclairée, par cela même, le peu de largeur des trumeaux ne laisse aux livres qu’une place tout à fait insuffisante. On a donc coupé la salle en hauteur par un balcon en fer ; ce qui a permis d’installer deux services : en bas, la littérature ; sur l’étagère, la théologie et la jurisprudence. Mais comme il restait deux services, et les plus importants quant au nombre des volumes et à l’accroissement qui leur est donné tous les jours, l’histoire et les sciences, il a fallu les loger dans les combles »53.

  • 54 NAF/13027, Le Petit Journal, « À la Bibliothèque », f. 179.

32La salle publique de lecture a donc changé d’emplacement et connu d’importants embellissements en 1881. De nouveaux travaux ont lieu en 1898 dont Le Petit Journal se fait l’écho, dans un article paru le 3 mai 1898 : « La Bibliothèque nationale a rouvert les portes de la salle publique de lecture, rue Colbert. Le local a revêtu une apparence de fraîcheur, de jeunesse qui lui sied à merveille par cette saison printanière »54.

33Dès son ouverture en 1881, la salle est considérée comme temporaire, l’entrée portant d’ailleurs l’inscription : « Salle publique provisoire de lecture ». L’administrateur la trouve trop exiguë puisque, comme l’ancienne salle, elle n’offre qu’une centaine de places, et envisage déjà son déplacement dans une partie des bâtiments à élever rue Vivienne. Pendant toute la période, le public attend donc l’ouverture d’une salle publique définitive, repensée et moderne ; les rêves et les projets abondent alors, de la part de tous les acteurs concernés. Les journaux appellent de leurs vœux une salle qui aurait son entrée particulière rue Vivienne, pourrait accueillir 400 personnes, ouvrirait le soir et serait, par conséquent, éclairée grâce à la lumière électrique.

Fonctionnement de la « salle B » sous Léopold Delisle

34En attendant ces réalisations, le fonctionnement de la salle publique est encadré par le règlement d’avril 1880, qui remplace celui de 1868 déjà évoqué. Ce document précise dans son article 62 que « la salle publique de lecture du département des Imprimés est ouverte tous les jours même le dimanche, de 10 heures à 4 heures, pour toute personne âgée de 16 ans accomplis » et qu’un « ordre intérieur de service assure à chaque employé auxiliaire ou homme de service un congé hebdomadaire ». Peu à peu, sous la pression des lecteurs, et dans une volonté d’harmonisation des horaires entre la salle de travail et la salle publique, l’ouverture suit la durée du jour (s’étendant par conséquent de 9 heures du matin à 6 heures du soir en été). Le règlement de 1893 est plus disert sur la salle publique, qui fait cette fois l’objet d’un paragraphe entier composé de six articles : les jours de fermeture sont clairement énoncés (les 1er et 2 janvier, le mardi gras, le dimanche des Rameaux et les jours suivants jusqu’au lundi de Pâques inclusivement, le jour de l’Ascension, le dimanche et le lundi de la Pentecôte, le 14 juillet, le 15 août, le 1er novembre et le 25 décembre), les horaires d’ouverture précisés (cette salle est ouverte tous les jours à 9 heures ; la fermeture a lieu à 6 heures du 1er avril au 15 septembre ; à 5 heures du 16 février au 31 mars et du 16 septembre au 15 octobre ; à 4 heures du 16 octobre au 15 février, à 4 heures le dimanche en toute saison) et les modalités de demande d’un document détaillées (bulletin personnel comprenant nom, profession, adresse, numéro de place, etc.).

  • 55 Henry Marcel, Henri Bouchot, Ernest Babelon, Paul Marchal, Camille Couderc, La Bibliothèque nationa (...)
  • 56 Olgar Thierry-Poux (né en 1838) est employé de troisième classe aux Imprimés au moment de l’ouvertu (...)
  • 57 Bibliothèque nationale, Département des Imprimés, Liste des ouvrages communiqués dans la salle publ (...)
  • 58 BN/AM/72, séance du 18 mai 1887, f. 308.
  • 59 Bibliothèque nationale, Département des Imprimés, Catalogue de la salle publique de lecture, supplé (...)

35D’après la description qu’en donne Henry Marcel en 190755, la salle comprend 40 000 volumes choisis parmi les ouvrages les plus usuels de théologie, de droit, d’histoire, de sciences et de belles-lettres. Grâce à son bibliothécaire, Thierry-Poux56, elle possède sous Delisle plusieurs instruments de recherche, modestes, mais utiles. Une liste alphabétique des livres communiqués dans la salle publique est imprimée dès 188757. Ce travail sommaire n’est, selon Delisle, « pas destiné à la publicité », mais aux lecteurs afin de « mettre à leur disposition, à l’aide de découpures, des répertoires alphabétiques de noms d’auteurs et de matières »58. Un catalogue méthodique est également confectionné dont le supplément paraît en 189559. Ces outils, mis à la libre disposition des lecteurs, rencontrent un vif succès, les manipulations constantes auxquelles ils donnent lieu obligeant les conservateurs à les remplacer régulièrement. Enfin, l’accroissement des collections s’effectue toujours grâce à un système d’échanges, selon lequel les ouvrages provenant de souscriptions ministérielles sont transmis à des libraires qui cèdent en retour des livres courants destinés à la salle publique.

Un changement d’orientation

  • 60 Longtemps, les lecteurs de la salle de travail ont envié la table de la salle publique consacrée au (...)

36Comme cela se produisait parfois dans le passé, il existe des passerelles entre les deux salles des Imprimés : des cartes temporaires d’accès à la salle de travail peuvent être délivrées aux lecteurs de la « salle B » et il arrive que des savants préfèrent aller travailler dans la salle publique, pour consulter des ouvrages courants ou certaines grandes collections60.

  • 61 BN/AM/72, séance du 4 février 1880.
  • 62 BN./AM/225 (dossier 22), lettre datée du 6 mars 1881.

37La « salle B » connaît cependant sous Delisle une évolution particulière. Clairement distincte jusqu’alors de la salle Labrouste, elle change progressivement d’orientation et tend à devenir une annexe de cette dernière. En effet, l’administration évoque à maintes reprises sa volonté d’autoriser les savants, que leurs occupations tiennent parfois éloignés de l’établissement la journée, à poursuivre leurs travaux le soir et le dimanche dans la salle publique. Il est donc envisagé de communiquer dans cet espace des manuscrits, des estampes et des cartes anciennes, ce qui revient à en faire implicitement une sorte d’annexe de la salle Labrouste. Cette nouvelle fonction est mentionnée par l’administrateur en février 1880, au moment de la réflexion relative à la prochaine réouverture de la salle publique, lorsqu’il insiste sur la nécessité de « prévoir l’aménagement d’une salle dans laquelle les lecteurs pourraient avoir, le soir, communication de certains livres imprimés ou manuscrits avec les précautions les plus sérieuses contre toute chance de perte et de détérioration »61. Dès l’année suivante, cet usage est appliqué puisqu’en mars 1881. Delisle répond à une lectrice qui demandait à venir travailler à la Bibliothèque au-delà de 16 heures : « J’ai le regret de ne pouvoir accueillir votre demande, mais si vous pouviez venir à la Bibliothèque le dimanche, je donnerais des ordres pour que les volumes qui vous intéressent soient portés à la salle publique de lecture »62.

  • 63 BN/AM/72, séance du 4 février 1880.

38Déjà davantage associée aux travaux érudits par cette nouvelle mesure, la « salle B » voit sa mission originelle de lecture publique remise en cause lorsque Léopold Delisle déclare que : « […] cette salle ne saurait être l’équivalent des bibliothèques populaires, communales ou universitaires, dans lesquelles on vient lire ou consulter des livres de littérature courante et des ouvrages usuels, techniques et élémentaires. Elle devrait plus particulièrement recevoir les élèves des écoles spéciales d’instruction supérieure, les professeurs, les administrateurs, les lettrés, les érudits, surtout ceux qui ne sont pas libres au milieu de la journée et ceux qui pendant un court séjour à Paris voudraient consacrer plus de six heures par jour à la lecture d’ouvrages peu communs ou à la copie et à la collation de certains manuscrits »63.

39Ainsi, Léopold Delisle, tout en confortant la salle publique dans son nouveau rôle d’annexe de la salle Labrouste, réduit le lectorat initial de la « salle B » (qui ne semble plus tellement destinée aux ouvriers ou aux curieux désireux de s’instruire) et évoque clairement l’existence d’un public jusqu’alors un peu délaissé (ou qui n’était en tout cas pas jugé prioritaire pour la salle publique) : la jeunesse studieuse. Même si pour l’instant seuls sont évoqués les étudiants des écoles spéciales, il y a là une évolution qui est appelée à s’imposer.

  • 64 Amédée Paul Chéron (né en 1819) est bibliothécaire en 1869, affecté à la salle publique de lecture.
  • 65 BN/AM/123 (dossier 22), f. 8.
  • 66 Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Rapport sur le service des archives [par A. (...)

40Ce changement d’orientation n’émane pas de la seule réflexion de Delisle ; il correspond à la prise en compte et à la reconnaissance d’un phénomène qui est apparu progressivement, mais que souligne déjà en 1875 le bibliothécaire Paul Chéron64, dans un Rapport intitulé « Salle publique de lecture, 1868-1875 », inséré dans le Journal officiel du 21 février 1876. L’auteur y évoque : « une catégorie de public dont le nombre s’accroît tous les jours, et à laquelle il sera utile de donner, dans la mesure du possible, des éléments de travail de plus en plus complets. Je veux parler des élèves des hautes classes des lycées, à la recherche d’ouvrages sérieux, soit comme complément d’études, soit comme instrument de préparation aux examens et aux écoles du gouvernement. La salle reçoit également en quantité croissante des étudiants en droit et en médecine, en quête des grands ouvrages classiques dont l’achat est souvent dispendieux et auxquels nous ne pouvons que rarement donner satisfaction »65. Cette opinion est reprise la même année par le ministre de l’Instruction publique qui déclare au sujet de la salle publique : « Il est à désirer que la jeunesse studieuse y trouve les ouvrages dont elle a besoin, non seulement pour terminer les études classiques, mais encore pour préparer les examens des facultés et des écoles spéciales »66.

  • 67 BN/AM/223 (dossier 15), lettre datée du 8 novembre 1876.

41Léopold Delisle intègre très tôt cette réalité, allant jusqu’à déclarer en 1876, en réponse à une demande de la bibliothèque de Saint-Pétersbourg qu’en 1858 « on s’occupa de réunir dans la salle publique de lecture une bibliothèque instructive et usuelle de nature à donner satisfaction aux étudiants, aux aspirants aux grades universitaires, ainsi qu’à la partie du public, industriels, commerçants, ouvriers qui ont besoin de se perfectionner dans les connaissances théoriques de leur profession »67. En réalité, cette salle avait été créée en 1868 en priorité pour les artisans.

42Cette reconnaissance de la jeunesse studieuse doit être mise en parallèle avec le développement de la lecture publique à Paris. En effet, dépossédée d’une partie de son lectorat « premier », « officiel » (l’artisan, le commerçant ou l’honnête homme désireux de s’instruire) qui préfère alors fréquenter les bibliothèques municipales récemment créées (lesquelles ont l’immense avantage d’autoriser le prêt), la Bibliothèque nationale doit, pour assurer l’existence de la salle de la rue Colbert, se tourner vers un nouveau public et repenser son offre documentaire. Ce faisant, elle prend acte d’une situation appelée à perdurer bien longtemps…

43Par ailleurs, en reconnaissant comme sérieux le travail des étudiants, qu’elle n’assimile pas cependant aux recherches érudites des savants de la salle Labrouste, l’institution semble prendre conscience qu’il existe une grande diversité d’usages des collections, et parfois même plusieurs « strates » à l’intérieur d’un même usage. Le raisonnement ne s’articule donc plus seulement autour d’une lecture « savante » opposée à une lecture « utilitaire » ou « de divertissement », mais autour d’une lecture « érudite » et d’une lecture « étude » qui, pour être moins spécialisée que celle des chercheurs n’en demeure pas moins sérieuse. Le terme « travail sérieux » se révèle finalement complexe puisqu’il peut aussi bien désigner l’étude que l’érudition.

Une remise en cause progressive de l’ouverture à tous

  • 68 NAF/13027, article « L’achèvement de la Bibliothèque nationale » (f. 46).
  • 69 Ibid.

44Quels que soient les emplacements qu’elle reçoit et les travaux d’embellissement qui peuvent être réalisés, la salle publique continue tout au long de la période de faire l’objet de critiques que se plaisent à véhiculer les journaux. Les reproches sont souvent d’ordre matériel : à défaut de pouvoir critiquer la galerie nouvellement réaménagée, la presse parle du « méchant escalier de bois » menant à cette salle « peu digne » de la Bibliothèque, « peu commode » et qui compte un « trop petit nombre de livres »68 ; elle évoque également la queue que forment les lecteurs contraints d’attendre à l’extérieur, par tous les temps, l’ouverture des portes (« L’hiver, sous la neige et sous la pluie, on voit des savants à cheveux blancs, des prêtres, des vieillards bien légèrement vêtus souvent, qui battent la semelle à l’entrée ou se mettent à l’abri sous des portes cochères ») ainsi que les problèmes d’aération que l’on y rencontre l’été. L’Évènement déclare : « La salle populaire […] est ridiculement exiguë. On y a accès par un escalier vermoulu qui doit être provisoire depuis bien des années […] les vieux bouquins, rebuts des catalogues, qu’on peut y trouver, sont dénués du moindre intérêt »69.

  • 70 AN/F/17/3466, L’Évènement, « Notes parisiennes - À la Nationale », 21 janvier 1899 (f. 188).

45La lenteur des communications est également souvent critiquée. Cependant, c’est surtout une partie du lectorat que se plaisent à railler les journaux, reprenant la figure tant de fois évoquée du pilier de bibliothèque qui ne vient que pour se chauffer : « des vagabonds au visage terreux, à la barbe inculte, des déclassés en redingote graisseuse, au faux-col défraîchi, sont affalés sur les longues tables et le nez dans de vagues dictionnaires se reposent des fatigues de la nuit passée en pérégrinations à travers Paris. Cette salle présente parfois l’aspect d’une cour des miracles silencieuse où les misérables ont des physionomies exagérément sérieuses d’écoliers en retenue surveillés par un pion sévère »70.

  • 71 NAF/13027, op. cit.
  • 72 NAF/13027, op. cit.

46Si certains périodiques tolèrent la fonction d’asile que remplit la salle de la rue Colbert (« Mais qu’importe ce qui amène les lecteurs à la salle publique ! L’essentiel est que cet abri temporaire leur ait été profitable, et, sous ce rapport, ne nous plaignons pas si la bibliothèque, faisant coup double, atténue à la fois la misère physique et la misère intellectuelle »)71, d’autres condamnent l’ouverture à tous au point de réfléchir à un accès limité (« La salle ne serait pas entièrement publique, en ce sens qu’il faudrait justifier, pour y avoir accès du besoin de faire certains travaux et d’opérer des recherches »)72.

  • 73 Eugène Morel (1869-1934) entre à la Bibliothèque nationale en 1892. En 1906, il participe à la fond (...)
  • 74 AN/F/17/3466, Le Soleil du 14 novembre 1904.
  • 75 Émile Laloy (1863-1938), archiviste paléographe, est alors conservateur-adjoint au département des (...)
  • 76 Émile Laloy, La question de la nouvelle salle à la bibliothèque nationale, Calais, Imprimerie de L. (...)

47Cette dernière opinion est plus courante que la première, car l’un des traits marquants de l’histoire de la Bibliothèque nationale au début du xxe siècle est la mise en cause progressive de la mission de lecture publique adoptée par l’établissement des décennies auparavant. Dans un contexte marqué par les premiers travaux d’avant-gardistes comme Eugène Morel73, certains se demandent si l’établissement ne devrait pas s’en tenir à sa seule mission scientifique, c’est-à-dire demeurer un lieu d’érudition. Le Soleil, reprenant les propos de Morel, déclare en 1904 : « Il faudrait à Paris une vingtaine de bibliothèques de renseignements qui pourraient être payantes. Quant aux bibliothèques de lecture, elles existent dans les mairies et elles devraient suffire aux vagues besoins du populaire. La Bibliothèque nationale resterait alors, de même que les autres grandes bibliothèques de Paris, un lieu d’étude : on y pourrait venir consulter […] Lavoisier ou Laplace ; mais on serait poliment mis à la porte quand on désirerait s’égayer aux œuvres d’Alphonse Allais ou Marc Twain. Il y a là un gaspillage ridicule et une concurrence peut-être peu honnête aux libraires et aux cabinets de lecture »74. C’est ce type de remarques, progressivement reprises, qui en 1912 amènent Émile Laloy75 à qualifier l’existence de la « salle B » de « concurrence bizarre faite par un établissement scientifique aux bibliothèques de quartier »76.

  • 77 Julien Cain (1887-1974) est administrateur général de la Bibliothèque nationale de 1930 à 1940 puis (...)
  • 78 Julien Cain, Les transformations de la Bibliothèque nationale et le dépôt annexe de Versailles, Par (...)

48De fait, dès 1914, sa fréquentation ayant beaucoup baissé, en raison du développement des bibliothèques municipales de prêt, ainsi que de la transformation profonde du quartier qui contribue à chasser une partie du lectorat de la « salle B » vers d’autres lieux de lecture, l’administration fait passer la salle publique au dernier rang de ses préoccupations : son catalogue devient obsolète, ses collections ne sont pas renouvelées, une partie de ses locaux est reprise par le département des Manuscrits et son personnel est réduit. Surtout, l’opinion d’Émile Laloy s’impose à l’administration, et Julien Cain77, alors directeur de l’établissement, reprenant les mêmes arguments, déclare que le siège d’une bibliothèque publique « ne saurait être à la Bibliothèque nationale, établissement consacré à la recherche »78. Dans ce contexte, la « salle B » est vouée à disparaître : elle ferme définitivement ses portes le 1er janvier 1935.

Pour conclure

49Ainsi, la « salle B », créée en 1868 dans un contexte très favorable au développement des bibliothèques populaires, et destinée à l’origine à l’honnête homme désireux de s’instruire ainsi qu’aux commerçants et artisans soucieux d’approfondir les connaissances de leurs métiers, évolue dans ses missions sous l’administration de Léopold Delisle. Tenant compte de l’usage réel qui est fait des collections et du public effectif de la salle, l’administrateur la destine plus particulièrement à la « jeunesse studieuse » et laisse de côté sa dimension « populaire ». Peu à peu, c’est le principe même de l’ouverture à tous qui est remis en cause, ce qui aboutit à la fermeture de la salle publique en 1935.

  • 79 Bibliothèque du Haut-de-jardin : <http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/bibliotheque_haut-de-jardin.html#SHDC__Attribute_BlocArticle7BnF> (consulté le 11 avril 2014).

50L’histoire de la « salle B » n’aura donc duré que 67 ans. Cependant, l’ouverture, en 1998, des deux niveaux de la Bibliothèque nationale de France, sur le site François Mitterrand, ne peut-elle dans une certaine mesure être considérée comme la reprise du système de répartition des publics prôné par la Commission Mérimée et appliqué de 1868 à 1935 ? Certes, le contexte a infiniment changé. Pourtant, l’idée d’un Haut-de-Jardin consacré à l’étude, et d’un Rez-de-Jardin dévolu à la recherche n’est pas sans rappeler certains souvenirs… Comme en 1868, l’administration a veillé en 1998 à ouvrir le Haut-de-jardin en premier et à ménager des « passerelles » entre les deux niveaux. De même, le Haut-de-jardin souhaite à son ouverture accueillir une grande diversité de lecteurs, parmi lesquels on retrouve la figure de l’honnête homme désireux de s’instruire. Cependant, peu à peu, ce sont les étudiants qui se sont imposés dans ces salles, contribuant à recréer une situation que notait déjà Léopold Delisle en son temps et à laquelle, après l’avoir reconnue et acceptée, il cherchait à s’adapter, comme s’y emploie actuellement l’établissement en réaménageant les salles de lecture et l’offre documentaire proposée dans le cadre de la « Réforme du Haut-de-Jardin » de la Bibliothèque nationale de France79.

Notes

1 Ève Netchine et Edmée Strauch, « La salle B ou 70 ans de lecture publique à la Bibliothèque nationale », in Bruno Blasselle, Laurent Portes (dir.), Mélanges autour de l’histoire des livres imprimés et périodiques, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1998.

2 Marie Galvez, « Jules-Antoine Taschereau : « un grand administrateur », 1858-1874 », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 2012, n° 40, Arts du mime, pp. 50-55.

3 Marie Galvez, Accueillir le grand public à la Bibliothèque nationale de France : origines, permanences et évolutions, mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Dominique Varry : enssib, 2011, < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-49074 >.

4 Archives modernes (AM).

5 Archives nationales, sous-série F17 (AN/F17).

6 Nouvelles acquisitions françaises 13026 et 13027 (NAF/13026, NAF/13027).

7 Ève Netchine et Edmée Strauch, « La salle B ou 70 ans de lecture publique à la Bibliothèque nationale », Mélanges autour de l’histoire des livres imprimés et périodiques, op. cit. Simone Balayé semble, quant à elle, considérer que cette salle se situait au rez-de-chaussée du petit hôtel de Cotte, Simone Balayé, « Les publics de la Bibliothèque nationale », Histoire des bibliothèques françaises, t. III, Les bibliothèques de la Révolution et du xixe siècle, 1789-1914, [Paris], Éditions du Cercle de la Librairie, 2009.

8 Paul Lacroix, dit le « bibliophile Jacob » (1807-1884) est une personnalité du monde savant de l’époque.

9 Paul-Louis Jacob, Réforme de la Bibliothèque du roi, Paris, Alliance des arts ; et chez M. Téchener libraire, 1845, p. 9.

10 Joseph Van Praet (1754-1837).

11 Paul-Louis Jacob, Réforme de la Bibliothèque du roi, op. cit., p. 9.

12 Cette fermeture s’explique peut-être par la vétusté des locaux. Il est possible, également, que la très grande affluence des lecteurs dans cette salle qui n’avait pas particulièrement été aménagée pour un lectorat populaire, soit devenue trop difficile à gérer pour le personnel.

13 AN/F/17/3457, Procès-verbaux des séances de la Commission Mérimée. Voir aussi Marie Galvez, « Mérimée, les bibliothèques et la bibliothéconomie », Cahiers Mérimée, 2011, n° 3, pp. 35-51.

14 Le terme est employé dans les procès-verbaux de la Commission. Il désigne l’accueil du public à la Bibliothèque.

15 Prosper Mérimée, Rapport présenté à Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des Cultes, Paris, Imprimerie impériale, 1858, pp. 10-11.

16 Notons que Prosper Mérimée s’exprime peu sur cette question, pourtant très importante. Il est vrai que le président a le plus souvent tendance à raisonner en fonction de ce qui passe alors pour le modèle bibliothéconomique de la période : le British Museum de Londres (dont le directeur Antonio Panizzi est de ses amis). Notons aussi que, parmi les membres de la Commission, seul Armand Louis Marie Marchand, conseiller à la cour de cassation, se déclare contre cette scission des publics, considérant que la Bibliothèque doit être une et ne pas créer de distinctions. Voir AN/F/17/3457, Procès-verbaux des séances de la Commission Mérimée.

17 Gustave Rouland, Rapport à l’Empereur par Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des Cultes concernant les améliorations à apporter à l’organisation de la Bibliothèque impériale, Paris, Dupont, 1860.

18 Recueil des lois et actes de l’Instruction publique, année 1858, onzième année, Paris, Jules Delain, 1858.

19 Claire Lesage, « Henri Labrouste et le département des Imprimés », Mélanges autour de l’histoire des livres imprimés et périodiques, op. cit.

20 BN/AM/70, registre des procès-verbaux de la Bibliothèque impériale, séance du 28 novembre 1866. Des exemplaires du Catalogue des manuscrits hébreux et samaritains de la Bibliothèque impériale, récemment publié par la Bibliothèque, sont échangés contre des ouvrages provenant de la maison Firmin-Didot destinés à la salle publique de lecture.

21 En octobre 1868, par exemple, Taschereau rappelle au ministre que 30 000 francs, sur les 50 000 reconnus nécessaires à la dotation de la salle publique, n’ont toujours pas été versés. Or, « si nous ne mettons pas, sans nouveaux délais, la salle publique de lecture où nous désirons appeler les industriels, les ouvriers, en état de leur fournir les livres qui leur sont indispensables, cette création deviendra stérile et la combinaison des deux salles sera complètement manquée », BN/AM/208 (dossier 25).

22 BN/AM/71, séance du 26 septembre 1866.

23 Olivier Barbier (1806-1882), Paulin Richard (1798-1871) et Edme Rathery (1807-1875) sont tous trois conservateurs-sous-directeurs adjoints aux Imprimés depuis 1864.

24 AM/290. Acquisitions d’imprimés (1868-1871).

25 BN/AM/71, séance du 3 avril 1867 : « Certaines collections, le recueil général des Mémoires sur l’Histoire de France, par exemple, dispenseront d’acquérir des ouvrages séparés sur une époque et sur la vie d’un homme. D’autres collections offriront le même avantage en ce qui concerne la science ou la littérature et, bien que MM. les conservateurs n’aient pas encore terminé l’examen préalable [...] ils estiment dès à présent que le chiffre de 30 000 volumes déterminé par le décret impérial sera largement suffisant pour répondre aux besoins des lecteurs de la salle publique ».

26 Taschereau espère un temps pouvoir ouvrir les deux salles de lecture des Imprimés pour l’Exposition universelle de 1867. La chose se révélant impossible en raison de l’inachèvement des travaux, il se consacre à l’organisation de petites présentations des derniers documents acquis ou obtenus grâce aux missions scientifiques menées par le ministère de l’Instruction publique. BN/AM/71, séance du Comité consultatif du 29 mai 1867.

27 La Bibliothèque ne forme pas encore à cette époque un quadrilatère autonome. Les maisons particulières situées à l’angle des rues Colbert et Vivienne n’ont pas encore été rachetées par l’État. Elles ne le seront que sous l’administration de Delisle.

28 AN/F17/3457, Rapport de la Commission Mérimée, op. cit.

29 Règlement de 1868, article 64 : « Il est interdit aux lecteurs de prendre dans les armoires, tablettes ou portefeuilles les objets qu’ils désirent avoir, sauf, toutefois, ceux qui, par une mesure toute particulière, auront été mis à la libre disposition du public ».

30 Une commission d’échanges des bibliothèques de Paris est nommée en mai 1860 sous la présidence de Mérimée, Prosper Mérimée, Échanges entre les bibliothèques de Paris, Rapport de la Commission instituée par décision du 31 mai 1860 et arrêté de Son Excellence le ministre de l’Instruction publique et des Cultes, en date du 15 novembre 1860, Paris, P. Dupont, 1876.

31 BN/AM/213 (dossier 22) : salle de lecture, lettre de Taschereau à un certain Paris, clerc de notaire, le 26 octobre 1871. Dans sa lettre, datée du 16 octobre 1871, le demandeur parlait de « petite salle » pour la salle publique et de « grande salle » pour la salle de travail.

32 Noë Richter, Du conditionnement à la culture : l’offre de lecture des Lumières à la Troisième République, Bernay, Société d’histoire de la lecture, 2003 (coll. Matériaux pour une histoire de la lecture et de ses institutions ; 13).

33 BN/AM/208 (dossier 22) : salle de lecture, lettre de Taschereau à M. Brunet, datée du 25 juillet 1868, au sujet des deux salles : « L’autre salle, entièrement publique, ouverte tous les jours, même le dimanche, rue Colbert n° 3, renferme une collection de 30 000 volumes choisis, parmi lesquels se trouvent, outre les classiques, une série considérable d’ouvrages relatifs à la philosophie, à la théologie, à l’histoire, aux sciences et à l’industrie […] ».

34 BN/AM/206, Règlement du 5 mai 1868.

35 Le règlement de 1868 parle dans son titre III (service public), paragraphe 1 de « La lecture et de l’étude au département des Imprimés ». Ce département est donc un, les deux salles qui le composent sont soumises par conséquent aux mêmes règles.

36 BN/AM/206, au sujet du règlement du 5 mai 1868.

37 BN/AM/215 (dossier 18), réponse de Taschereau à M. Beulé, membre de l’Institut, professeur d’archéologie à la Bibliothèque et également député : « Notre salle publique, outre les services qu’elle rend à la salle de travail en dégageant celle-ci du personnel qu’elle attire à elle, a donc grandement sa raison d’être par elle-même et pour son utilité propre et progressive. J’ajouterai que les recueils périodiques scientifiques et professionnels ont à la salle de la rue Colbert des lecteurs fidèles assez nombreux qui viennent régulièrement les demander le jour où ils paraissent. Voyons maintenant ce qui s’y passe le dimanche, jour dont vous voulez particulièrement étudier les habitudes. Je me suis fait donner le relevé des huit derniers dimanches. Nous sommes forcés de reconnaître que, malgré la sainteté du jour dominical, la théologie n’y foisonne pas. Les romans y sont, il est vrai, en assez grand nombre, mais ces romans choisis sont les meilleurs d’Alexandre Dumas, de Madame Sand, dans son beau temps, et les sciences et arts ainsi que l’histoire y figurent pour un chiffre respectable […]. Dans la semaine, le nombre des lecteurs est plus élevé à peu près de 20 % et le chiffre des ouvrages de technologie demandés s’élève un peu, sans changer toutefois l’ordre numérique qui est toujours : 1) belles-lettres ; 2) histoire ; 3) sciences et arts, technologie ; 4) jurisprudence ; 5) théologie […] ».

38 BN/AM/208 (dossier 22), lettre de Taschereau datée du 28 mai 1868. Il est à noter que dans les années qui suivent l’ouverture de la salle, les expressions « salle publique de lecture » et « salle de lecture publique » sont employées indifféremment par le personnel de la bibliothèque malgré la légère différence qu’elles induisent.

39 Ibid., lettre de Léon Boulenger datée du 22 juillet 1868.

40 Ibid., lettre de Taschereau à Fortin, le 20 novembre 1868.

41 BN/AM/219 (dossier 18), lettre de M. Darcenoi, maire du IIe arrondissement à Taschereau, datée du 3 septembre 1874.

42 BN/AM/213 (dossier 22), lettre de Taschereau à Paris, clerc de notaire, le 26 octobre 1871.

43 Les sources relatives à l’administration de Léopold Delisle sont plus réduites que pour la période précédente et abordent très peu la question de la salle publique. Le recours fréquent à la presse de l’époque s’est donc avéré nécessaire.

44 BN/AM/72, séance du 5 août 1880 : « Le Comité consultatif croit devoir consigner au procès-verbal l’expression de sa profonde reconnaissance pour les pouvoirs publics en voyant s’accomplir un évènement qui réalise ses plus chères espérances et qui donnera à la bibliothèque, en même temps que la sécurité, l’extension réclamée par ses différents services ».

45 BN/AM/72, séance du 5 mars 1884 : « Dans un Rapport du 15 février, Léopold Delisle a exposé au ministre les raisons qui, suivant lui, empêchent de donner suite au vœu du conseil municipal tendant à l’établissement de baraquements scolaires sur les terrains récemment achetés rue Vivienne et Colbert et à la cession de la maison de la rue Colbert dans laquelle est installée l’agence des travaux ».

46 BN/NAF/13027 (registre contenant des articles de presse sélectionnés se rapportant à la Bibliothèque).

47 Ibid.

48 BN/AM/122, brouillon non daté et non signé : « […] peut-être c’est à une exposition que sera affectée la grande salle ovale construite par M. Pascal rue Vivienne et rue Colbert ».

49 BN/AM/72, séance du 6 novembre 1878 : « Quant à la salle publique de lecture, qui est tout à fait insuffisante pour le nombre de lecteurs qui la fréquentent, elle serait transportée dans une partie des bâtiments à élever sur l’emplacement des maisons de la rue Vivienne. Là, il serait possible de lui donner les proportions que réclame sa destination et les deux globes de Coronelli viendraient dignement concourir à sa décoration » (f. 364).

50 Henry Marcel, Henri Bouchot, Ernest Babelon, Paul Marchal, Camille Couderc, La Bibliothèque nationale, Paris, H. Laurens, 1907 (coll. Les grandes institutions de France).

51 Ibid.

52 BN/AM/229 (dossier 12), lettre de l’architecte à l’administrateur datée du 21 novembre 1880.

53 NAF/13027, La Ville de Paris, « Réouverture de la salle de lecture de la Bibliothèque nationale », 17 janvier 1881.

54 NAF/13027, Le Petit Journal, « À la Bibliothèque », f. 179.

55 Henry Marcel, Henri Bouchot, Ernest Babelon, Paul Marchal, Camille Couderc, La Bibliothèque nationale, op. cit.

56 Olgar Thierry-Poux (né en 1838) est employé de troisième classe aux Imprimés au moment de l’ouverture de la salle B en 1868. Il fait par la suite partie du personnel affecté à cette salle.

57 Bibliothèque nationale, Département des Imprimés, Liste des ouvrages communiqués dans la salle publique de lecture, Lille, Imp. de L. Danel, 1887.

58 BN/AM/72, séance du 18 mai 1887, f. 308.

59 Bibliothèque nationale, Département des Imprimés, Catalogue de la salle publique de lecture, supplément 1887-1894, Paris, Imprimerie nationale, 1895.

60 Longtemps, les lecteurs de la salle de travail ont envié la table de la salle publique consacrée aux périodiques, dont les exemplaires étaient mis à la libre disposition des lecteurs.

61 BN/AM/72, séance du 4 février 1880.

62 BN./AM/225 (dossier 22), lettre datée du 6 mars 1881.

63 BN/AM/72, séance du 4 février 1880.

64 Amédée Paul Chéron (né en 1819) est bibliothécaire en 1869, affecté à la salle publique de lecture.

65 BN/AM/123 (dossier 22), f. 8.

66 Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Rapport sur le service des archives [par A. Maury], de la Bibliothèque nationale [par L. Delisle] et des missions [par le Bon de Watteville] pendant l’année 1876, Paris, Imprimerie administrative de Paul Dupont, 1876, pp. 55-56.

67 BN/AM/223 (dossier 15), lettre datée du 8 novembre 1876.

68 NAF/13027, article « L’achèvement de la Bibliothèque nationale » (f. 46).

69 Ibid.

70 AN/F/17/3466, L’Évènement, « Notes parisiennes - À la Nationale », 21 janvier 1899 (f. 188).

71 NAF/13027, op. cit.

72 NAF/13027, op. cit.

73 Eugène Morel (1869-1934) entre à la Bibliothèque nationale en 1892. En 1906, il participe à la fondation de l’Association des bibliothécaires français dont il devient président en 1918. L’un de ses ouvrages les plus célèbres est La librairie publique, paru en 1910, dans lequel il préfigure le développement des bibliothèques publiques au xxe siècle. Marie Galvez, L’avant-garde contemporaine d’Eugène Morel, contribution à la journée d’étude « Eugène Morel, passeur entre deux mondes », organisée à l’enssib le 6 décembre 2010. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48944-avant-garde-contemporaine-de-morel-l-texte.pdf >.

74 AN/F/17/3466, Le Soleil du 14 novembre 1904.

75 Émile Laloy (1863-1938), archiviste paléographe, est alors conservateur-adjoint au département des Imprimés.

76 Émile Laloy, La question de la nouvelle salle à la bibliothèque nationale, Calais, Imprimerie de L. Henry-Gontier, 1912.

77 Julien Cain (1887-1974) est administrateur général de la Bibliothèque nationale de 1930 à 1940 puis de 1945 à 1964.

78 Julien Cain, Les transformations de la Bibliothèque nationale et le dépôt annexe de Versailles, Paris, Éditions des Bibliothèques nationales, 1936.

79 Bibliothèque du Haut-de-jardin : <http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/bibliotheque_haut-de-jardin.html#SHDC__Attribute_BlocArticle7BnF> (consulté le 11 avril 2014).

Auteur

Conservatrice des bibliothèques, archiviste paléographe, Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, responsable de la Bibliographie de la littérature française (xvie-xxie siècles)

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search