Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques populaires à la lecture publique

 | 
Agnès Sandras

Partie I. Pourquoi des « bibliothèques populaires » ? Quand lire ou emprunter un livre pouvait relever de la gageure au XIXe siècle

Les bibliothèques populaires : un remède à la question sociale dans la première moitié du xixe siècle ?

Carole Christen

Texte intégral

  • 1 Catherine Duprat, « Pour l’amour de l’humanité », Le temps des philanthropes, t. 1, La philanthropi (...)
  • 2 Benjamin Delessert, Fondations qu’il serait utile de faire, Paris, Impr. De Maulde et Renou, 1845, (...)
  • 3 Ibid., p. 11.
  • 4 Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie : pauvreté, action sociale et lien social, (...)
  • 5 Ibid., p. 779.
  • 6 Joseph-Marie de Gérando, Proposition relative à la composition et au choix d’ouvrages destinés aux (...)

1 En 1845, Benjamin Delessert, « l’un des tout premiers inspirateurs de la philanthropie contemporaine »1, alors président et principal fondateur de la première Caisse d’épargne française, celle de Paris qui a ouvert ses portes en 1818, publie un ouvrage sur « Les fondations qu’il serait utile de faire ». Il range en trois classes les institutions philanthropiques qu’il faut fonder ou encourager : « La première renfermant les fondations qui se rapportent à l’éducation. La seconde, celles qui peuvent contribuer au bonheur intellectuel et matériel encourageant la prévoyance, la tempérance, et la bonne conduite. La troisième, celles qui auraient pour objet de soulager les maux actuels, c’est-à-dire les maladies, les infirmités, la misère »2. Parmi les institutions de la première classe qu’il énumère, on trouve les bibliothèques populaires3. Mais elles auraient aussi très bien pu être rangées dans la deuxième classe par les objectifs de « tempérance » et de « bonne conduite » que leur attribuent nombre de contemporains comme on le montrera dans cette contribution. Dès 1818, le baron de Gérando qui « depuis le début du xixe siècle […] avait été, avec Delessert, l’acteur principal de la philanthropie de son temps »4 et était devenu « le maître à penser de cette génération de philanthropes »5, soulignait la nécessité d’organiser la lecture populaire6. Pourquoi sous la Restauration et essentiellement sous la monarchie de Juillet les philanthropes s’intéressent-ils aux bibliothèques populaires ?

  • 7 Carole Christen, « Paupérisme », in Alain Vaillant (dir.), Dictionnaire du romantisme, Paris, CNRS (...)
  • 8 Fondées par l’initiative privée, les Caisses d’épargne sont peu nombreuses sous la Restauration (un (...)
  • 9 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes et des moy (...)
  • 10 Noë Richter s’était intéressé à ces écrits et projets, voir en particulier La lecture et ses instit (...)
  • 11 À Grenoble en 1817, à Bordeaux en 1820, des bibliothèques populaires catholiques sont créées et la (...)
  • 12 Voir la contribution d’Hélène Lanusse-Cazalé : « Entre édification et culture : les bibliothèques p (...)

2À la fin des années 1820 et surtout au cours des années 1830-1840, les enquêtes, études et écrits sur le paupérisme se multiplient. Ce terme, apparu en Angleterre en 1815 – pauperism –, puis utilisé en France à partir de 1822, concrétise la compréhension de la pauvreté comme un phénomène économique et social, massif et constant, en rapport avec la nouvelle civilisation industrielle et urbaine7. C’est au cours de cette période que la nécessité de fonder des bibliothèques populaires et de diffuser des « bons livres » est soulignée par plusieurs contemporains. Les philanthropes sont soucieux de proposer des remèdes à la question sociale par l’instruction et l’épargne8. Dans quelle mesure les bibliothèques populaires et les « bons livres » qui doivent les composer peuvent être un de ces remèdes ? Comment peuvent-elles transformer les « classes laborieuses » – si facilement assimilées aux « classes dangereuses »9 – et modifier leurs comportements ? À partir d’une relecture des écrits et projets des observateurs sociaux du premier xixe siècle10, il s’agira de revenir sur ce moment de la « gestation » des bibliothèques populaires. On écartera les bibliothèques populaires chrétiennes dont les premières ont été fondées dans les années 182011, car elles ne sont pas issues directement du libéralisme philanthropique qui nous intéresse ici12.

Prise de conscience de la question sociale et premiers projets de bibliothèques populaires

  • 13 François Jacquet-Francillon, Naissances de l’école du peuple : 1815-1870, Paris, Les Éditions de l’ (...)
  • 14 Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie…, op. cit.
  • 15 Alain Bataille, Michel Cordillot, Former les hommes et les citoyens : les réformateurs sociaux et l (...)
  • 16 Carole Christen, « L’éducation populaire sous la Restauration et la monarchie de Juillet ». La Révo (...)
  • 17 Jean-Luc Chappey, Carole Christen, Igor Moullier (dir.), Joseph-Marie de Gérando (1772-1842). Conna (...)
  • 18 « Rapport fait au conseil d’administration de la Société pour l’enseignement élémentaire, au nom d’ (...)
  • 19 Pour une présentation du programme de lecture proposé par la commission, voir Noë Richter, La lectu (...)
  • 20 Joseph-Marie de Gérando, Cours normal des instituteurs primaires ou directions relatives à l’éducat (...)
  • 21 Adam Maeder, Manuel de l’instituteur primaire, ou principes généraux de pédagogie, Paris, F.-G. Lev (...)
  • 22 Le rapport est publié dans le Moniteur universel du 14 août 1831.

3Les travaux de François Jacquet-Francillon sur les nombreuses tentatives pédagogiques entreprises auprès des enfants du peuple et des jeunes ouvriers13 et surtout ceux de Catherine Duprat sur la philanthropie14, ont montré que la question de l’éducation et de l’instruction du « peuple » est au cœur des préoccupations des philanthropes dans la première moitié du xixe siècle. Elle occupe également une place centrale chez les réformateurs sociaux comme l’atteste le recueil de textes, commentés par Alain Bataille et Michel Cordillot15, traitant des problèmes de l’éducation et de la formation de l’homme et du citoyen en général, et du travailleur en particulier. Sous la Restauration, la Société pour l’instruction élémentaire, fondée en juin 1815, cherche à promouvoir l’enseignement primaire des enfants pauvres et l’éducation des adultes16 en encourageant l’établissement des écoles élémentaires et en diffusant l’enseignement mutuel. L’éducation des pauvres doit permettre leur intégration sociale et leur moralisation. D’emblée s’impose la nécessité de prolonger après l’école la pratique de la lecture afin d’en maintenir les acquis et de bien orienter les lectures du peuple, de choisir ce qui est « bon pour lui ». Il faut donc mettre à sa disposition de « bons livres ». C’est pourquoi, en mai 1818, Joseph-Marie de Gérando (1772-1842)17, premier président de la Société pour l’instruction élémentaire et secrétaire général de la Société pour l’encouragement à l’industrie nationale, propose de former une commission spéciale pour, d’une part, réaliser et publier des « ouvrages utiles, moraux et instructifs » destinés au peuple et, d’autre part, former des bibliothèques à l’usage des enfants qui fréquentent les écoles et de leurs familles. Cette commission insiste, dans le rapport qu’elle rend quelques mois plus tard, sur l’importance et le caractère à la fois délicat et difficile du « choix des ouvrages qui peuvent former une bibliothèque à peu près complète pour les classes inférieures de la société »18. Une division en trois classes des « bons livres élémentaires » – « nécessaires », « utiles », « agréables » – est présentée ainsi qu’une liste des auteurs envisagés pour écrire d’autres ouvrages répondant à ces critères19. Après ce rapport, la commission est transformée en comité permanent chargé de diffuser les bons livres populaires. Gérando, dans le cours normal des instituteurs primaires qu’il donne entre 1816 et 1819 et qu’il publie en 1832 sous forme d’entretiens, consacre également le sixième et dernier au « choix de lectures à l’usage des adolescents et des adultes » qui appartiennent à la classe laborieuse20. Cet entretien, et plus généralement les travaux menés par la Société pour l’instruction élémentaire, mettent en évidence le rôle de l’instituteur dans la promotion de la lecture populaire et le lien entre l’école élémentaire et les bibliothèques populaires. Au début de la monarchie de Juillet, Adam Maeder fait suivre son Manuel de l’instituteur primaire « d’un choix de livres à l’usage des maîtres et des élèves »21 et le ministre de l’Instruction publique, Montalivet, établit un rapport approuvé par le roi Louis-Philippe sur la nécessité de créer une commission de spécialistes chargés de répertorier les livres élémentaires existant en France, Allemagne et Hollande et de susciter l’écriture de nouveaux ouvrages22. C’est au cours de cette période que les observateurs sociaux formalisent plus concrètement des projets de bibliothèques populaires présentés comme devant prolonger les bienfaits de la loi Guizot du 28 juin 1833 sur l’instruction élémentaire.

  • 23 Séverine de Coninck, Banquiers et philanthrope : la famille Delessert, 1735-1868, aux origines des (...)
  • 24 Mavidal et Laurent, Archives parlementaires (A. P.), 2e série, vol. 104, séance à la Chambre des dé (...)
  • 25 Ibid., p. 480.
  • 26 Voir le Moniteur universel, 18 février 1837, p. 526. Le contenu précis de ce projet sera présenté u (...)
  • 27 Marie-Ève Thérenty, Alain Vaillant, 1836 : l’an 1 de l’ère médiatique. Analyse littéraire et histor (...)
  • 28 Émile de Girardin, De l’instruction publique : élémentaire, générale, nationale, complémentaire, sp (...)

4François Delessert (1780-1866) est un philanthrope protestant, élu député orléaniste depuis 1831. Il dirige avec son frère Benjamin (1773-1847) la banque fondée par leur père23 et il est l’un des directeurs de la Caisse d’épargne de Paris dont il deviendra le président à la mort de son frère. Le 31 mai 1836, il fait une intervention à la Chambre des députés24 sur la nécessité d’encourager la publication de nouveaux ouvrages élémentaires, de faire des catalogues de « bons livres » et de les réunir dans des bibliothèques populaires. Il invite le gouvernement à donner « une impulsion à cette formation de bibliothèques populaires » pour développer « dans les classes les plus nombreuses, celles qui ont le plus besoin d’instruction, les sentiments moraux et religieux, les connaissances pratiques les plus utiles au développement de l’intelligence »25. Quelques mois plus tard, le 11 décembre 1836, il propose aux administrateurs de la troisième succursale de la Caisse d’épargne de Paris, à la mairie du VIe arrondissement, de créer une bibliothèque populaire26. On reviendra sur ce lien étroit entre les Caisses d’épargne et les bibliothèques populaires, entre l’épargne populaire et la lecture populaire. L’année suivante, Émile de Girardin (1802-1881), journaliste, élu député libéral de la Creuse depuis 1834, fondateur de la presse moderne à grand tirage27, expose brièvement (une page sur plus de quatre cents) dans l’ouvrage qu’il consacre à l’instruction publique, un projet de bibliothèques populaires – bien qu’elles ne soient pas clairement nommées – destinées aux enfants à la sortie de l’école28.

  • 29 Louis René Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufacture (...)
  • 30 Michèle Riot-Sarcey, Le réel de l’utopie : essai sur le politique au xixe siècle, Paris, Albin Mich (...)
  • 31 Giovanna Procacci, Gouverner la misère : la question sociale en France (1789-1848), Paris, Éditions (...)
  • 32 Saint-Marc Girardin, Journal des débats, 8 décembre 1831.
  • 33 Joseph-Marie de Gérando, De la bienfaisance publique, Bruxelles, Société belge de librairie, 1839, (...)
  • 34 Charles Dupin, La Caisse d’épargne et les ouvriers, leçon donnée au Conservatoire royal des arts et (...)
  • 35 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes…, op. cit.(...)
  • 36 Eugène Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France : de la nature de la (...)
  • 37 Ibid., t. 2, pp. 309-310.
  • 38 Ibid., p. 463.
  • 39 A. P., 2e série, vol. 85, Chambre des députés, séance du 18 janvier 1834, p. 693.
  • 40 Ibid., vol. 91, Chambre des députés, séance du 13 décembre 1834, p. 233.
  • 41 Issue d’une scission de l’Association polytechnique fondée en août 1830, l’Association pour l’instr (...)
  • 42 Louis-Marie Cormenin de Lahaye, Les caisses d’épargne, utilité de ces banques populaires et la néce (...)
  • 43 Louis-Marie Cormenin de Lahaye, Entretiens de village, Paris, Pagnerre, 1845, pp. 160-175.
  • 44 Ibid., pp. 103-118.
  • 45 Henri-Léon Curmer, De l’établissement des bibliothèques communales en France, Paris, Guillaumin et (...)

5À la fin des années 1830 et au début des années 1840, de nombreuses sociétés philanthropiques et académies savantes, au premier rang desquelles l’Académie des sciences morales et politiques rétablie par Guizot en 1832, commandent directement des enquêtes dont la plus importante est celle publiée par le médecin Louis René Villermé29 ou mettent régulièrement aux concours des sujets sur la misère des classes populaires et sur les moyens d’y remédier. L’émergence de cette « question sociale » et surtout de sa prise de conscience est liée, en France, à la peur suscitée par la révolution de Juillet 1830 dans laquelle le peuple parisien a tenu un rôle majeur et par les insurrections des canuts de Lyon en novembre 1831 et des républicains à Lyon et Paris en avril 1834. Les grandes grèves parisiennes de l’été 1840 confirment les oppositions qui traversent la société française30. Le paupérisme est le fruit des bouleversements socio-économiques provoqués par la révolution industrielle, c’est une des conséquences de la modernité et du libéralisme économique et, paradoxalement, un défi à ce dernier. Avec l’afflux croissant de migrants dans les villes industrielles, la concentration de pauvres s’aggrave dans les vieux quartiers centraux et les faubourgs. On est passé de la question des pauvres « naturels » (les malades, vieillards, enfants trouvés et mendiants) à la question ouvrière. Le pauvre n’est plus celui qui n’a pas de travail, mais celui qui travaille dans l’industrie et vit en ville. Par le paupérisme, la question de la misère quitte le champ du religieux – et de la charité chrétienne qui la soulageait – et de la bienfaisance privée pour entrer dans celui du politique31. Les pauvres ne sont plus pensés en tant qu’individus à la marge, mais en tant que forces collectives, au cœur de la société libérale et de son appareil de production capitaliste. Ces « nouveaux prolétaires » sont perçus comme de « nouveaux barbares »32 qui semblent menacer l’ordre social. Les vices supposés des hommes deviennent les facteurs explicatifs de leur pauvreté alors qu’en fait ce sont des comportements consécutifs à leur condition. Les élites bourgeoises ne s’attaquent pas à la pauvreté comme signe de l’injustice et de l’inégalité sociale, mais au paupérisme comme ensemble de comportements, porteur de différences incompatibles avec le projet libéral. Les pauvres sont considérés comme responsables de leur misère, car ils sont censés être imprévoyants. Tels des enfants, ils doivent être éduqués : « la pauvreté est à la richesse, ce que l’enfance est à l’âge mûr » écrit le baron de Gérando en 182633. Le thème de l’imprévoyance renvoie donc à l’idée que le pauvre et l’ouvrier ont une commune destinée de misère. La pauvreté est vue comme une conduite à combattre par l’enseignement de comportements vertueux. Les Caisses d’épargne ont pour objectif, affirme Charles Dupin, de « lutter contre les habitudes de dissipation, d’oisiveté, de jeu, d’imprévoyance [et] inspirer les vertus contraires »34. Ainsi, avoir un livret de Caisse d’épargne et y déposer régulièrement ses modestes économies, se rendre à la bibliothèque pour y emprunter des « bons livres », doivent permettre de lutter contre le paupérisme. Ces « classes laborieuses », jugées responsables d’une misère causée par leurs mauvaises habitudes – le jeu, la fréquentation du cabaret, la consommation d’alcool, la débauche – sont assimilées aux « classes dangereuses » comme le révèle le mémoire couronné en 1838 par l’Académie des sciences morales et politiques de Honoré-Antoine Frégier (1789-1860), chef de bureau à la préfecture de police. Le second volume de ce mémoire consacre un chapitre aux bibliothèques populaires35. En 1840, le travail de l’économiste Eugène Buret (1810-1842) est récompensé36. Il y présente brièvement le fonctionnement de la bibliothèque populaire du Mechanics’ Institute de Manchester, « asile moral ouvert à la population laborieuse »37 et les « ouvrages utiles » confiés à l’instituteur et à l’école qui « deviendrait ainsi une bibliothèque publique, un petit musée, un lieu de réunion, de lecture et de conversation pour les moments de loisirs »38. En 1845, on l’a évoqué, Benjamin Delessert (1773-1847) place les bibliothèques populaires parmi les fondations les plus utiles pour les classes populaires, avant les Caisses d’épargne, bien qu’il soit le principal fondateur, en 1818, de celle de Paris et son président depuis 1827. Il s’agit de rendre le peuple « prévoyant » – la prévoyance, concept hérité du siècle des Lumières, est la valeur centrale des philanthropes comme l’a analysé Catherine Duprat. L’émancipation intellectuelle des « pauvres travailleurs » doit s’accompagner d’une émancipation financière pour leur permettre de sortir de la misère. L’école permet l’affranchissement du pauvre et la Caisse d’épargne son autonomie matérielle. Lors de la discussion en 1834 à la Chambre des députés de la première loi sur les Caisses d’épargne, Benjamin Delessert a souligné le lien qui unit, depuis la Restauration, ces deux institutions dans la pensée de nombre de philanthropes : cette loi « sera le complément de celle sur l’instruction primaire ; car, l’instruction, sous le rapport intellectuel, et l’ordre et l’économie sous le rapport matériel, sont, après les sentiments religieux, ce qui peut exercer le plus d’influence sur le bonheur des individus qui doit être le but de tout gouvernement »39. Quelques mois plus tard, en décembre 1834, il affirme à nouveau devant la Chambre que « ces deux grandes institutions [l’école et la Caisse d’épargne], en assurant l’aisance et le bonheur des individus, finiront par changer la face de la société »40. Louis-Marie de Lahaye, vicomte de Cormenin (1788- 1868), juriste réputé et député qui siège à l’extrême gauche depuis 1831, vice-président de l’Association libre pour l’éducation gratuite du peuple de sa création en juin 1831 à sa liquidation en avril 183441, est convaincu qu’une « Caisse d’épargne prévient l’envahissement du paupérisme, cette plaie des sociétés industrielles »42. C’est dans la douzième publication du Populaire, journal fondé par Étienne Cabet, que Cormenin écrit ces pages sur l’utilité des Caisses d’épargne. On retrouve cette institution dans les Entretiens de village publiés en 1845 qui rassemblent les Dialogues de Maître Pierre parus de 1833 à 1835 et enrichis d’une édition à l’autre. Maître Pierre, qui est le porte-parole de Cormenin, a convaincu François d’aller déposer son argent à la Caisse d’épargne plutôt que de le dépenser au cabaret43. Il lui montre aussi l’intérêt des bibliothèques populaires – celles des villes et celles des campagnes44. L’année suivante, Henri-Léon Curmer (1801-1870), grand éditeur romantique, publie un opuscule d’une centaine de pages consacré aux bibliothèques populaires45.

6C’est dans ce contexte de prise de conscience de la question sociale et d’approche morale de la misère qu’émergent ces projets de bibliothèques populaires. Comme l’attestent les arguments utilisés pour justifier leur création et les titres et contenus des « bons livres » qui formeront les collections, elles doivent lutter contre la misère par l’élimination de l’ignorance et de la superstition et par la moralisation du peuple.

Des « bons livres » pour de « bons ouvriers »

7Comme le rappelle François Delessert à la Chambre des députés en mai 1836, les bibliothèques populaires ont pour objectif de prolonger les bienfaits de l’école :

  • 46 A. P., 2e série, vol. 104, séance à la Chambre des députés du 31 mai 1836, p. 481.

« Je crois, Messieurs, cette institution de bibliothèques populaires de la plus haute importance, et qu’elle peut avoir les plus heureux résultats. Il y a longtemps qu’on dit qu’enseigner à lire, et à écrire n’était pour un gouvernement qu’un engagement de fournir de bons livres à ceux qui avaient l’instruction, et que les abandonner après ce premier présent, c’était ne leur avoir fait qu’un présent inutile et quelquefois même funeste. »46

  • 47 Louis-Marie Cormenin de Lahaye, Entretiens de village, op. cit., chap. XIV : « Bibliothèques popula (...)
  • 48 François Delessert, Moniteur universel, 18 février 1837, p. 526.

8Dans ces différents projets, elles sont donc destinées aux enfants, mais également aux adultes, ouvriers et artisans des villes et aussi des campagnes47, « tous ceux qui veulent chercher des moyens d’instruction et d’amélioration morales »48, ainsi que l’expose François Delessert :

  • 49 A. P., 2e série, vol. 104, séance à la Chambre des députés du 31 mai 1836, p. 481.

« Ce n’est pas seulement pour la jeunesse sortant des écoles que des bibliothèques populaires seraient nécessaires, tous les âges pourraient en profiter […] ceux qui ont vu dans les grandes écoles d’adultes de la capitale des centaines d’ouvriers consacrer tous les soirs après le travail pénible du jour quelques heures prises sur leur sommeil à apprendre à lire, à écrire, à calculer, comprendront facilement combien il sera précieux pour ceux qui ont été chercher volontairement dans ces écoles l’instruction qui leur manquait, de trouver dans des bibliothèques populaires les moyens de les augmenter.»49

9Selon Frégier les bibliothèques populaires éviteront que l’instruction donnée aux ouvriers puisse devenir « funeste », dangereuse :

  • 50 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes…, op. cit.(...)

« Répandre l’instruction parmi les classes pauvres sans leur offrir en même temps de bonnes lectures, c’est risquer de faire tourner au profit des penchants vicieux des individus qui ont reçu cette instruction, une force qui pourrait être une source d’avantages pour ces derniers, ainsi que pour le pays. Il importe donc, alors qu’un grand développement vient d’être donné à l’instruction primaire, d’encourager par tous les moyens possibles, la publication de nouveaux ouvrages élémentaires, et de fonder dès à présent pour la population ouvrière, des bibliothèques capables de réunir les meilleurs de ces ouvrages déjà connus. »50

  • 51 Carole Christen et François Vatin (dir.), Charles Dupin (1784-1873). Ingénieur, savant, économiste, (...)
  • 52 Charles Dupin, Progrès moraux de la population parisienne depuis l’établissement de la Caisse d’épa (...)

10On retrouve l’idée d’infériorité morale du peuple (ouvriers, pauvres) qui doit être constamment éduqué par les élites dans ses pensées et ses actions. Nombreux sont en effet les contemporains convaincus, comme le baron Charles Dupin51, que les classes ouvrières « produisent leur propre misère par de funestes habitudes ! »52 Les bibliothèques populaires ont pour mission de combattre la pauvreté en s’attaquant à l’ignorance, aux « instincts brutaux » et aux « funestes habitudes » qui, pense-t-on, en sont responsables :

  • 53 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes…, op. cit.(...)

« Cette institution des bibliothèques populaires est de la plus haute importance et pourrait avoir les plus heureux résultats parmi nous. C’est en faisant prévaloir l’intelligence chez l’homme laborieux, qu’on imposera silence aux instincts brutaux, qui le sollicitent et le dégradent dans l’état d’ignorance où il est plongé. »53

  • 54 Eugène Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France…, op. cit., t. 2, p.  (...)
  • 55 Ibid., t. 1, p. 275.

11Pour Buret, elles doivent « arracher la population laborieuse aux amusements grossiers et corrupteurs, qui convertissent le repos du corps en moyen d’abrutissement pour l’esprit »54. On retrouve exactement le même discours à propos des Caisses d’épargne comme on l’a évoqué. À l’instar des bibliothèques populaires qui ont pour tâche de moraliser l’instruction reçue à l’école, les Caisses d’épargne doivent moraliser le travail. Car, écrit encore Frégier, par « l’abus des ressources qu’il procure, le travail peut devenir un élément de désordre », aussi faut-il donner « à l’emploi du salaire une direction sage et éclairée »55. Sans les bibliothèques populaires et les « bons livres » qu’elles contiennent, l’abus d’instruction pourrait devenir « funeste » pour les classes laborieuses.

  • 56 François Delessert, Moniteur universel. 18 février 1837, p. 526.
  • 57 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes…, op. cit.(...)

12« Bons livres, »« livres utiles », « meilleurs ouvrages », « bonnes lectures qui offrent un préservatif contre l’entraînement des mauvaises compagnies, des mauvais livres, des mauvaises conservations »56, reviennent fréquemment dans tous les projets de bibliothèques populaires élaborés sous la monarchie de Juillet. Les « mauvaises lectures » et les « écrivains qui infectent la société de leurs productions immorales » sont dénoncés, car « il est certain que cette influence peut altérer profondément la pureté des mœurs de celui qui ne sait pas s’y soustraire »57. Il faut donc susciter le développement d’une littérature spécifique. Au début de la Restauration, le duc de la Rochefoucauld-Liancourt avait proposé à la Société pour l’instruction élémentaire d’offrir un prix pour le meilleur ouvrage destiné au peuple. François Delessert reprend ce discours pour montrer l’avantage d’une bibliothèque populaire et justifier le projet qu’il présente en décembre 1836 :

  • 58 François Delessert, Moniteur universel, 18 février 1837, p. 526.

« Ne serait-il pas temps de préparer les moyens d’offrir aux classes industrielles de bonnes lectures qui, en les entretenant dans l’exercice des connaissances élémentaires qu’elles ont acquises dans les écoles, les familiariseraient avec les idées saines de leurs différents devoirs, les prépareraient à ces éternelles vérités aussi utiles pour elles que pour la société, de l’influence de la religion sur le bonheur, de l’influence non moins douteuse de bonnes mœurs, de la probité, de l’accomplissement de ses devoirs sous le rapport de père, de fils, de mari, de maître, d’ouvrier, de citoyen enfin, qui les pénètreraient de la nécessité des lois et de leur exacte observance, pour que chacun puisse jouir entièrement, avec sécurité, des bienfaits de la liberté et de la prospérité publique. »58

  • 59 Au texte imprimé de l’intervention de François Delessert à la Chambre des députés le 31 mai 1836 es (...)
  • 60 Noë Richter, La lecture et ses institutions, 1, La lecture populaire : 1700-1918, op. cit., p. 76.

13Le premier prix avait été remporté en 1817 par Simon de Nantua de Laurent-Pierre de Jussieu. Petit livre de morale familière en action, réédité plus de vingt fois jusqu’en 1880, traduit dans plusieurs langues, il se trouve dans la liste des ouvrages qui peuvent servir à la formation de bibliothèques populaires établie par François Delessert en 183659, et il figurera dans le catalogue de nombreuses bibliothèques populaires pendant tout le siècle60.

14C’est un discours similaire qu’avait prononcé le duc de La Rochefoucauld-Liancourt, alors président de la Caisse d’épargne de Paris, à propos des bienfaits de cette institution :

  • 61 Rapport et compte rendu des opérations de la Caisse d’épargne et de prévoyance de Paris, année 1819(...)

« L’ouvrier, l’artisan, le domestique qui contractent l’habitude d’y apporter ce qu’il peut ménager de ses salaires, s’attache à la conservation de ce superflu ; il renonce, pour l’accroître, aux mauvaises habitudes, aux vices qui consommaient auparavant le fruit de ses travaux ; il devient meilleur fils, meilleur mari, il ne donne plus autour de lui que de bons exemples, et dans cette leçon, la plus efficace que des enfants puissent recevoir, la société tout entière trouve déjà l’espérance et la garantie que ceux-ci deviendront des citoyens bons et utiles comme leur père. »61

  • 62 Carole Christen, « Les Caisses d’épargne et la littérature dans la première moitié du xixe siècle » (...)
  • 63 Jean-Claude Vareille, « Les images d’Épinal sont-elles édifiantes ? », René Guise, « Le roman popul (...)

15Le duc de la Rochefoucauld-Liancourt avait, avant même l’ouverture de la Caisse d’épargne, encouragé la publication d’une littérature spécialisée inspirée des procédés utilisés par Benjamin Franklin dans La science du bonhomme Richard. Cet ouvrage considéré comme le premier opuscule de morale populaire de la prévoyance et à ce titre, maintes fois réédité en France de 1777 à 184062, figure également dans la liste proposée par François Delessert. La Rochefoucauld-Liancourt rédige deux apologues : Dialogue d’Alexandre et de Benoît sur la Caisse d’épargne et Entretien d’un curé avec ses paroissiens sur la Caisse d’épargne. La même année, en 1819, paraît l’apologue de l’académicien Pierre-Édouard Lemontey (1763-1826), ancien député à la Législative, Des bons effets de la Caisse d’Épargne et de Prévoyance ou les Trois visites de M. Bruno – ouvrage également mentionné dans la liste de Delessert. Ces apologues mettent en scène des personnages issus de milieux modestes et dénoncent les éternels ennemis de l’épargne dans les classes laborieuses : le jeu et la loterie d’une part, le cabaret et l’alcoolisme d’autre part. Cette littérature de propagande est construite selon une conception manichéenne du monde dont l’imaginaire populaire est censé bien s’accommoder63.

  • 64 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes…, op. cit.(...)

16Les philanthropes sont convaincus que les « bons livres » permettent de changer l’homme du peuple, de le soustraire à ses mauvaises habitudes, de le rendre meilleur mari, meilleur père, meilleur travailleur et enfin meilleur citoyen : ils « adouciraient les cœurs […] fortifieraient l’esprit de famille en même temps que l’amour de l’ordre »64. Ce sont donc d’abord des livres moraux dont l’importance est longuement développée par Curmer :

  • 65 Henri-Léon Curmer, De l’établissement des bibliothèques communales…, op. cit., p. 69.

« Non, la morale n’est pas l’ennemie du talent : si le génie a donné à l’homme, c’est assurément pour servir de guide à son semblable, et dussent les incapacités de l’époque crier au scandale, nous répéterons sans cesse que toute œuvre littéraire doit avoir un but moral, qu’elle se produise par la presse ou par le théâtre.
Il faut donc pour les bibliothèques communales des livres essentiellement moraux, et quand l’enfant ou l’adulte auront sans cesse présents à l’esprit de bons exemples et de saines doctrines, dégagés de cette niaise et prétentieuse forme doctorale qu’adoptent les pédagogues du peuple, ils songeront que dans la bonne conduite réside le repos, dans l’assiduité la certitude du travail, dans le travail l’amour de l’ordre, dans la pratique de l’ordre l’économie, dans l’habitude constante de l’économie la source de la richesse et la paix du cœur. »65

  • 66 François Delessert, Moniteur universel, 18 février 1837, p. 526.
  • 67 Ibid.
  • 68 Louis-Marie Cormenin de Lahaye, Entretiens de village, op. cit., p. 107.
  • 69 Ibid., p. 107
  • 70 Ibid., p. 109.
  • 71 Ibid., pp. 111-112.

17Les livres de religion et de morale sont les premiers à figurer sur la liste établie par François Delessert car la bibliothèque populaire qu’il projette d’établir dans le VIe arrondissement de Paris, doit, comme le précise l’article 1 de son règlement, « répandre dans la population de l’arrondissement, principalement parmi les ouvriers et les artisans, l’instruction morale et religieuse, ainsi que les connaissances utiles pour les professions industrielles »66. Et dans l’article 4, il est stipulé qu’« on n’admettra dans la bibliothèque que des livres de piété, de morale, d’éléments des sciences et leurs applications aux arts et métiers, d’arithmétique, de géographie, de grammaire, de voyages, d’histoire, principalement celle de France, et en particulier les ouvrages composés pour l’instruction, soit des classes ouvrières, soit de la jeunesse »67. Les bibliothèques populaires des villes envisagées par Cormenin doivent être composées de « plus de cent petits volumes, qui traiteraient de toute sorte de manières »68. Ces ouvrages doivent porter sur les besoins, les intérêts, les préjugés, l’éducation du peuple, sur le commerce, les Caisses d’épargne, l’hygiène urbaine. Il insiste sur les manuels industriels destinés en particulier aux menuisiers, serruriers, tailleurs, cordonniers, teinturiers, car « il ne faut souvent que l’étude de la théorie pour éveiller, dans la pratique, l’intelligence d’un ouvrier, et pour le conduire soit à des inventions utiles à l’art, soit à des procédés plus sûrs, plus rapides, plus ingénieux ou plus féconds »69. En conclusion, il souhaite « peu de livres, mais tous moraux, usuels, intéressants, bien choisis […] et on inscrirait sur la porte ces mots : Bibliothèque des ouvriers »70. Pour les bibliothèques populaires rurales des « petits traités sur la morale, les préjugés populaires, les droits et devoirs municipaux, le dessin linéaire, l’arpentage, les notions des sciences usuelles, la météorologie, l’histoire de France, la géographie et les préceptes de l’agriculture »71 composeraient le fonds. Mais la littérature et le livre de divertissement semblent exclus de son programme, contrairement à ceux de Delessert, Frégier et Curmer.

  • 72 Henri-Léon Curmer, De l’établissement des bibliothèques communales…, op. cit., p. 70.
  • 73 Ibid., p. 70.
  • 74 Ibid., p. 90.
  • 75 Ibid., p. 95.

18À côté de « livres amusants et conduisant par un chemin doux et agréable le lecteur à une conclusion morale »72, Curmer préconise aussi des ouvrages qui doivent « déterminer des vocations, donner des connaissances élémentaires sur toutes les branches de l’agriculture, du commerce, de l’industrie, des arts et des sciences »73. Ouvrages moraux et instructifs, traités élémentaires de toutes les sciences, complétés par des cours professés à Paris (au Collège de France, à la Bibliothèque royale, au Conservatoire des arts et métiers, au Muséum d’histoire naturelle), doivent former le fonds des bibliothèques communales envisagées par Curmer74. Ces livres sont supposés présenter « sous la forme la plus séduisante […] les secrets de la science, les bienfaits du travail » et éviter la « sécheresse pédagogique qui éloigne les lecteurs intelligents »75. Curmer souhaite que les sciences puissent être transmises à tous par les bibliothèques populaires, servant ainsi de relais :

  • 76 Ibid., p. 92.

« N’est-il pas vrai de dire qu’un cours spécial d’astronomie élémentaire, professé à Paris par M. Arago, et envoyé gratis à toutes les bibliothèques communales, pour être lu dans les écoles primaires du royaume, atteindrait le véritable but que se propose le gouvernement en fondant des cours, et l’illustre professeur en y recherchant la gloire qu’il est en droit d’attendre ?
Si la science doit travailler courageusement à repousser les ténèbres qui l’entourent, elle ne doit pas marcher seule, et laisser ignorer ses traces à ceux qui sont en état de la suivre, il faut que le lien soit constant entre tous les degrés de la science, et que le chemin soit rendu accessible à toutes les intelligences »76.

  • 77 Ibid.
  • 78 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes…, op. cit.(...)

19Un « choix des classiques français et des livres existants »77 est censé compléter ce fonds, mais aucun titre précis n’est donné. Seul François Delessert a proposé une sélection précise d’ouvrages pour les bibliothèques populaires, qu’il a répartis en six catégories : livres de religion et de morale ; méthodes de calcul, de grammaire, d’orthographe, de dessin ; histoire, voyages, géographie ; traités sur les éléments des sciences et leur application, histoire naturelle, etc. ; histoires morales, contes instructifs, mémoires, poésie, almanachs, etc. ; livres pour les jeunes enfants. Les quelque 300 titres témoignent d’un esprit éclectique très ouvert : les classiques de la littérature (Corneille, Molière, Racine, La Fontaine, etc.) côtoient les succès de la lecture populaire (Franklin, Berquin, Laurent de Jussieu, Lemontey, etc.), et des collections de vulgarisation (Manuels Roret ; Bibliothèque populaire ou l’instruction mise à la portée de toutes les intelligences fondée par Ajasson de Grandsagne) jouxtent des ouvrages très savants (l’Almanach des longitudes, le Dictionnaire de l’Académie française, l’Histoire ancienne de Rollin). On retrouve cette volonté d’ouverture de la lecture populaire au roman chez Frégier : « Des romans fondés sur une pensée morale, composés avec art, et appropriés par une imagination souple et brillante au goût des classes laborieuses, seraient un incomparable bienfait dans l’état présent des esprits, et offriraient un jour une lecture salutaire aux enfants pauvres qui fréquentent les écoles gratuites. »78

20Si les avantages des bibliothèques populaires et le contenu des « bons livres » qu’elles doivent contenir pour former des « bons ouvriers » et des « bons citoyens » sont assez longuement présentés dans ces projets, l’organisation concrète de ces établissements est peu évoquée.

Organiser les bibliothèques populaires

  • 79 Art. 1 des statuts de la Caisse d’épargne de Paris, Acte de société du 22 mai 1818, modifications, (...)
  • 80 Carole Christen, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne…, op. cit., p. 552 et sq.

21Au début de la monarchie de Juillet, certains libéraux considèrent que l’État, tout en respectant l’initiative individuelle au plan économique, doit être un moteur bienfaisant de tout l’organisme social ; ils reconnaissent que son intervention dans le domaine de la protection sociale est indispensable. Ces tenants d’un libéralisme bienfaisant voient la loi Guizot de 1833 sur l’instruction publique et celle de 1835 sur les Caisses d’épargne comme des moyens de combattre l’ignorance et l’imprévoyance des classes laborieuses, des remèdes à la question sociale. La dernière, qui prévoit en effet de placer « les petites sommes qui seront confiées par les cultivateurs, ouvriers, artisans, domestiques et autres personnes économes et industrieuses »79 à la Caisse d’épargne sous la garantie de l’État, incite les préfets à encourager le développement de cette institution caractérisée d’établissement d’utilité publique80. François Delessert, comme son frère Benjamin qui est à l’origine de cette loi, s’inscrit dans ce libéralisme social lorsque le 31 mai 1836, il attire l’attention du gouvernement sur les bibliothèques populaires et déplore que le budget consacré à l’achat de livres pour l’instruction du peuple soit si faible :

  • 81 A. P., 2e série, vol. 104, séance à la Chambre des députés du 31 mai 1836, p. 480.

« C’est seulement 75 000 francs qui sont consacrés aux dépenses relatives à la propagation de livres pour l’instruction de la classe la plus nombreuse, de celle qui a le plus grand besoin d’encouragement ; tandis que nous voyons au chapitre XII [du budget de l’instruction publique] 500 000 francs consacrés à des souscriptions pour des ouvrages destinés aux classes supérieures de la société qui peuvent par elles-mêmes subvenir aux frais de l’instruction. Je ne veux pas dire que ces encouragements ne sont pas d’une nature utile, mais ils semblent hors de proportion avec ce qui est consacré aux livres élémentaires, et c’est ce que j’ai cherché à établir par la comparaison de ces deux chiffres.
L’action du ministère de l’Instruction publique, pour favoriser la création de nouvelles publications destinées à éclairer, à instruire les classes nombreuses, ne peut sans doute être que lente et progressive ; mais ce qui peut être encouragé d’une manière plus facile, plus rapide, est la formation des bibliothèques populaires, où l’on mettrait à la portée des enfants, des adultes, des ouvriers, des collections de bons ouvrages élémentaires ; c’est sur cet objet que je désirerais appeler spécialement l’attention du gouvernement de la Chambre. »81

  • 82 Henri-Léon Curmer, De l’établissement des bibliothèques communales…, op. cit., pp. 99-101.

22Dix ans plus tard, Curmer affirme aussi la responsabilité de l’État dans l’organisation de la lecture populaire ; il souhaite même que le gouvernement ait seul l’initiative des bibliothèques populaires et qu’il lui appartienne de dégager les moyens financiers nécessaires au choix, à la fabrication et à l’achat des livres. Il propose alors un plan décennal très détaillé pour financer ce système centralisé82. Pour Curmer, les initiatives privées doivent être écartées (sauf les dons en argent) pour éviter tout choix de mauvaises lectures qui pourraient s’avérer dangereuses pour le peuple :

  • 83 Ibid., pp. 65-66.

« C’est l’initiative obligée du gouvernement ; lui seul peut fonder, avec certitude de durée, toute la garantie possible quant aux choix des livres, des établissements sur lesquels reposent toutes les espérances de l’avenir, toutes les conséquences des principes de l’instruction.
La charité publique, les idées libérales et progressives n’auront jamais une telle unité, une telle simultanéité, qu’on puisse leur confier, pour toute la France, l’exécution de l’établissement des bibliothèques. Le soin abandonné aux particuliers d’entretenir l’attention des jeunes élèves par des lectures mises à leur discrétion entraînerait des inconvénients graves ; une bibliothèque léguée par un riche particulier, laissée à la disposition de la jeunesse, amènerait les mêmes résultats que le colportage. Il s’ensuivrait ainsi que la bibliothèque communale serait un lieu banal où chacun, sous prétexte de munificence, viendrait déposer le trop-plein de sa bibliothèque particulière. Qui serait le juge du plus ou moins de convenance de l’adoption des livres légués ? Nous croyons que la bibliothèque communale doit être un sanctuaire dont le gouvernement doit avoir la clef pour n’en ouvrir l’accès qu’aux ouvrages reconnus et approuvés comme devant y obtenir droit de cité. »83

  • 84 Le VIe correspond au IIIe arrondissement actuel.

23La troisième succursale de la Caisse d’épargne, ouverte en 1833, a été installée dans les locaux de la mairie du VIe arrondissement de Paris84. Le projet d’y ouvrir une bibliothèque populaire que François Delessert soumet le 11 décembre 1836 aux administrateurs ne fait cependant appel qu’à la bienfaisance privée, aux dons et souscriptions et au bénévolat des administrateurs sur lesquels reposent aussi la fondation et le fonctionnement (hormis pour le caissier qui est rétribué) de la Caisse d’épargne et de ses succursales :

  • 85 François Delessert, Moniteur universel, 18 février 1837, p. 526.

« Monsieur le maire vient de vous rendre compte du bien que la 3e succursale de la Caisse d’épargne a déjà produit, et de nos espérances que ces avantages ne feront que s’étendre encore ; il vous a aussi entretenu de l’idée de mettre à profit votre zèle et votre dévouement pour le bien public, en attachant votre utile patronage à une autre institution qui ne nous permettrait pas moins d’heureux résultats : la formation d’une bibliothèque populaire, ouverte soit aux adultes qui fréquentent nos écoles, soit aux ouvriers et artisans […] Pour cela Messieurs, votre concours est nécessaire ; mais ce n’est pas seulement des souscriptions, quelques contributions en argent que nous vous demandons, c’est aussi votre appui, c’est votre précieuse coopération pour agir auprès des ouvriers qui vous entourent, afin de leur faire sentir le prix des bonnes lectures, et les encourager à profiter de celles qui seront mises à leur disposition »85.

  • 86 Louis-Marie Cormenin de Lahaye, Entretiens de village, op. cit., p. 109.

24Dans le projet de bibliothèque populaire de Cormenin, ce sont aussi des « citoyens instruits, zélés, philanthropes, qui tiendraient lieu, tour à tour, de bibliothécaires, de la même manière qu’un administrateur préside gratuitement, chaque dimanche, aux opérations de la caisse d’épargne »86.

25La première succursale de la Caisse d’épargne de Paris a été ouverte en avril 1832. En 1836, une douzaine de succursales ont été ouvertes à Paris et en banlieue proche. La succursale du VIe arrondissement est celle qui attire le plus d’épargnants et dont les dépôts sont les plus élevés, c’est pourquoi François Delessert a choisi cet arrondissement pour fonder une bibliothèque populaire. Les « bons ouvriers » du VIe arrondissement qui possèdent un livret de Caisse d’épargne, se rendront à la bibliothèque lire de « bons livres ». Pour les philanthropes, lire et épargner sont deux comportements qui vont de pair et doivent permettre de lutter contre le paupérisme, de résoudre la question sociale :

  • 87 François Delessert, Moniteur universel, 18 février 1837, p. 526

« Elle est à la tête de toutes celles de la capitale. Servons nous aussi d’exemple et de modèle pour la formation de bibliothèques populaires ! Soyez persuadés, Messieurs, que notre population ouvrière répondra à notre appel, et que, par le zèle qu’elle montrera à profiter de ce nouveau bienfait dû à nos soins, elle saura prouver de plus en plus tout ce qu’il y a de bon chez elle, et qu’ainsi elle continuera à se rendre digne de l’intérêt que lui témoignent tant de citoyens honorables. »87

  • 88 Cette congrégation religieuse est aussi appelée Frères de la doctrine chrétienne.
  • 89 J. Salvi, Les cours d’adultes des Frères des Écoles chrétiennes à Paris de 1830 à 1848, Mémoire de (...)
  • 90 Steven E. Rowe, “Educating the people : Cours d’adultes and social stratification in France, 1830- (...)
  • 91 François Jacquet-Francillon, Renaud d’Enfert, Laurence Loeffel, (dir.), Une histoire de l’école : a (...)
  • 92 Bulletin de la Société pour l’instruction élémentaire, année 1833.
  • 93 Ni dans les archives de Paris, ni dans les archives lasalliennes, on ne trouve de documents sur les (...)
  • 94 François Delessert, Moniteur universel, 18 février 1837, p. 526.

26De surcroît, dans le VIe arrondissement se trouve, en 1836, la plus importante et la plus dynamique des six écoles d’adultes fondées à Paris par les Frères des Écoles chrétiennes88, celle de la rue Montgolfier, près du marché Saint-Martin, appartenant à la paroisse de Saint-Nicolas des Champs89. Des classes d’adultes ouvertes le soir ont aussi été créées dans les locaux des écoles primaires par les municipalités à Paris90. Leur création a été encouragée par la circulaire qui accompagne la loi Guizot de 1833 envoyée aux préfets et aux recteurs en juillet 1833 prévoyant l’ouverture de cours du soir pour adultes afin que « la génération déjà laborieuse, déjà engagée dans la vie active, puisse venir recevoir l’instruction qui a manqué à son enfance »91. Le nombre d’écoles pour adultes passe, à Paris, de six (avec 238 élèves) en 1828 à vingt-trois (avec 1 280 élèves) en 1834. Et l’arrêté du 22 mars 1836 sanctionne légalement l’existence des cours d’adultes créés au cours des années 1820 et les réglemente précisément. L’école de la rue Montgolfier accueille tous les soirs de 19 h 30 à 22 h 30, 260 ouvriers, âgés de 16 à 43 ans, qui suivent des cours de lecture, d’écriture, d’arithmétique, de géométrie, de géographie et de dessin linéaire et d’ornement92. D’après Delessert, cette école aurait ouvert une bibliothèque93 : « il existe déjà dans l’école des Frères de la rue Montgolfier, un commencement de bibliothèque, dont les livres sont, pendant quelques heures du dimanche, à la disposition des adultes qui fréquentent cette école. Il faudrait augmenter et compléter cette institution »94. François Delessert, bien que protestant, propose alors d’installer la bibliothèque populaire dans les locaux d’une école fondée par une congrégation catholique qui sera aussi chargée de la gérer. Les quinze articles du règlement de la bibliothèque populaire du VIe arrondissement présentent son organisation – une association formée de membres versant une souscription annuelle de 15 francs au moins – et son fonctionnement. Pour y avoir accès, il faut être patronné par un administrateur de la Caisse d’épargne : contre 3 francs, les souscripteurs reçoivent une carte d’entrée à la bibliothèque qu’ils peuvent remettre à la personne de leur choix, mais ils ont l’opportunité de demander des cartes supplémentaires « pour ceux des ouvriers de leurs fabriques qui mériteraient cette faveur par le travail et la bonne conduite, et qui auraient des livrets à la Caisse d’épargne ». Les élèves des cours d’adultes de l’arrondissement seront également admis à la bibliothèque. Bien que très élaboré, ce projet de bibliothèque n’a pas débouché sur une réalisation concrète comme le laisse supposer l’absence de document sur son existence.

27C’est aussi à Paris, grâce aux subventions municipales que Frégier projette la fondation des bibliothèques populaires dont il décrit précisément l’organisation et le fonctionnement :

  • 95 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes…, op. cit.(...)

« Paris, en raison de sa division par arrondissements, se prêterait mieux que toute autre grande cité à la création de ces établissements. Il suffirait pour réaliser un tel projet de recourir au zèle d’hommes sages, bienfaisants et animés d’un dévouement sincère pour les intérêts du peuple. Le conseil municipal pourrait se charger des dépenses du premier établissement, telles que le loyer d’un local propre à recevoir les livres de chaque bibliothèque, le chauffage dans la saison d’hiver, le salaire d’un garçon de service et les frais d’entretien. Des bibliothécaires sans traitement, ayant le titre de conservateur, veilleraient aux besoins du dépôt confié à chacun d’eux, et exposeraient ces besoins à un comité de surveillance et d’administration, lequel arrêterait les mesures à prendre, sous la sanction du préfet de la Seine, représentant, supérieur de l’autorité municipale. Les membres du comité, aussi bien que les conservateurs, seraient à la nomination du préfet, qui prendrait préalablement l’avis du conseil municipal […] En établissant une bibliothèque par arrondissement, c’est-à-dire douze bibliothèques, on parviendrait aisément à créer le fonds commun de ces divers dépôts avec quatre mille huit cents volumes, à raison de quatre cents volumes par bibliothèque. Le roulement de cette masse de volumes s’opérerait tous les six mois, de telle sorte que le fonds partiel de chaque bibliothèque ne rentrerait qu’au bout de six ans dans le local où il aurait été primitivement placé. »95

  • 96 Joseph-Marie de Gérando, De la bienfaisance publique, op. cit., t. 2, p. 167.

28Cette fondation doit s’appuyer sur l’« heureux concours de la bienfaisance publique et de la bienfaisance privée »96 auquel appelle Gérando dans son Traité de la bienfaisance publique. On suppose que c’est sur cette complémentarité que doit reposer le système d’échange et de circulation de livres au sein du département qu’évoque Girardin :

  • 97 Émile de Girardin, De l’instruction publique, op. cit., p. 65.

« […] il suffirait que l’association centrale du département eût successivement un délégué par ville et commune, chargé de l’échange et du renouvellement des volumes. Le nombre des livres envoyés au délégué serait en raison de la population de la ville ou de la commune. Avec un bon système d’échange et de circulation, 5 ou 6 000 volumes de roulement par département suffiraient pour entretenir tous les mois les communes de livres nouveaux. »97

29Cormenin souhaite aussi un système de « livres ambulatoires et circulants » qui reposerait sur la bienfaisance privée :

  • 98 Louis-Marie Cormenin de Lahaye, Entretiens de village, op. cit., p. 106.

« Il n’y a pas de petite ville ou bourg de 15 000 âmes agglomérées, où ne se rencontrent des gens d’état marchands, notaires, médecins, chirurgiens, officiers en retraite, négociants et bourgeois de leurs revenus, et parmi eux, il faut bien croire, François pour l’honneur de l’humanité, qu’il s’en trouve plusieurs, plus même qu’on ne le croit, qui aiment le peuple et qui songent à lui. Et bien, François, rien ne serait plus facile à ces honnêtes gens que de se réunir en comité autorisé par le maire ou le préfet, au nombre de cinq, six, huit, ou dix personnes, et de se cotiser entre elles, pour une somme de dix francs chacune, par exemple ; cela fait, elles recevraient pour cette bonne œuvre, des souscriptions volontaires qui monteraient vite au double de la somme. »98

  • 99 Ibid., p. 107.
  • 100 Ibid., p. 108.
  • 101 Ibid., pp. 114-118.

30Les livres seraient déposés dans la boutique de « quelque petit marchand, honnête, bon citoyen »99. Il prévoit aussi d’établir dans chaque ville d’arrondissement ou de canton, une bibliothèque populaire « mais non déplaçable, qui serait confiée à la garde et direction de l’instituteur communal du second degré »100. Et dans les campagnes la bibliothèque serait, à la fois, sédentaire et portative, selon l’exemple concret d’une bibliothèque cantonale qui fonctionnerait depuis dix ans101. Mais on ne sait si cet établissement a réellement existé ou s’il a été imaginé pour les besoins de la démonstration.

  • 102 Ibid., p. 109.

31Dans tous ces projets, le jour d’ouverture de la bibliothèque populaire est fixé, comme pour la Caisse d’épargne, le dimanche qui correspond au repos pour les ouvriers lesquels ont reçu leur paie la veille, la huitaine étant généralement distribuée tous les samedis soir. Aussi pour éviter que le dimanche, ils dépensent leur argent au cabaret et perdent leur temps, ils doivent se rendre à la Caisse d’épargne pour y déposer une partie de leur salaire hebdomadaire et lire des « bons ouvrages » dans les bibliothèques populaires : « Ouverte le dimanche, la bibliothèque admettrait les ouvriers et les jeunes élèves qui vaguent dans les rues en bâillant, ou qui fréquentent les billards, les cabarets, et les maisons de débauche. »102

32Dans le premier xixe siècle, l’idée de créer des bibliothèques populaires et de diffuser la lecture est portée par des hommes représentatifs d’un libéralisme teinté de conservatisme moralisateur et assorti de « bienfaisance » au sens des Lumières, car ils considèrent que l’État doit encourager cette initiative qui émane souvent de l’action privée. Élaborés au moment où la question sociale, désignée par le terme nouveau de « paupérisme », est révélée avec acuité par les observateurs sociaux sous la monarchie de Juillet, les projets de bibliothèques populaires destinées à moraliser, instruire, former de bons citoyens et de bons ouvriers, ne semblent pas avoir débouché sur des réalisations concrètes de grande importance. On est très loin de la prévision que Cormenin prêtait à François :

  • 103 Ibid., p. 113.

« Votre double plan est simple, clair, économique et réalisable à l’instant même, maître Pierre, et si nous ne vivions pas dans un temps d’égoïsme, avant six mois il n’y aurait pas une ville, une bourgade, un village, qui n’eût sa bibliothèque ; pas un maire, pas un conseil municipal, pas un citoyen de quelque fortune, qui ne voulût contribuer à cette pacifique révolution de l’intellectualité populaire. »103

33Comme les Caisses d’épargne, qui pourtant connaissent un fort développement dans les années 1830-1840, les bibliothèques populaires n’ont pas résolu la question sociale. C’est avec lucidité que Curmer soulignait leurs avantages, mais aussi leurs limites et pointait la nécessité de les compléter par la mise en place d’une formation professionnelle et citoyenne continue :

  • 104 Henri-Léon Curmer, De l’établissement des bibliothèques communales…, op. cit., p. 105.

« Nous savons aussi ce que les bibliothèques communales peuvent produire de bon, d’utile, d’influent sur le moral de la population ; les proposer comme une panacée à toutes les maladies morales qui affligent les esprits serait aussi déraisonnable que d’exiger des écoles primaires de former des élèves parfaits sous le rapport de l’instruction et de la morale. Les bibliothèques sont un moyen qui a sa puissance et qui vient en aide à ce qui existe. Elles produiront leur effet ; mais la même raison que les bibliothèques ont eu besoin de l’enseignement de la lecture, elles initieront à leur tour les lecteurs à une multitude de connaissances qui seront expliquées et développées par d’autres moyens, par des cours spéciaux, par des lectures en commun, accompagnées de commentaires et d’analyses.
Faire espérer d’un moyen proposé, et dont on connaît la portée, plus qu’il ne doit tenir, c’est en compromettre l’efficacité et le succès. »104

34Il faudra attendre les années 1860 pour que se développent les bibliothèques populaires et que se renforcent les « cours spéciaux » ou l’enseignement technique sous l’impulsion du ministre de l’Instruction publique, Gustave Rouland, qui institue les bibliothèques scolaires et lance un appel à l’initiative privée pour la création de bibliothèques populaires, et de son successeur Victor Duruy, qui organise des cours d’adultes dans les communes rurales et encourage les instituteurs à y annexer des bibliothèques. Dans les nombreuses associations nationales et locales qui encouragent après 1862 la création de bibliothèques communales ou libres, laïques ou confessionnelles, les idées et projets des années 1840 ont laissé des traces, en particulier dans le contenu des fonds où les « bons livres » d’éducation morale et de connaissances élémentaires occupent une place importante.

Notes

1 Catherine Duprat, « Pour l’amour de l’humanité », Le temps des philanthropes, t. 1, La philanthropie parisienne des Lumières à la monarchie de Juillet, Paris, Éd. du CTHS, 1993 (coll. Mémoires et documents ; 47), p. 435.

2 Benjamin Delessert, Fondations qu’il serait utile de faire, Paris, Impr. De Maulde et Renou, 1845, p. 10. Les mots en italique le sont dans le texte.

3 Ibid., p. 11.

4 Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie : pauvreté, action sociale et lien social, à Paris, au cours du premier xixe siècle, Paris, Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité sociale, 1997, p. 1082.

5 Ibid., p. 779.

6 Joseph-Marie de Gérando, Proposition relative à la composition et au choix d’ouvrages destinés aux lectures du peuple, soumise au conseil d’administration de la Société pour l’instruction élémentaire, dans la séance du 27 mai 1818, Paris, Impr. de Fain, [s. d.].

7 Carole Christen, « Paupérisme », in Alain Vaillant (dir.), Dictionnaire du romantisme, Paris, CNRS éditions, 2012 (coll. « CNRS Dictionnaires »), pp. 547-548.

8 Fondées par l’initiative privée, les Caisses d’épargne sont peu nombreuses sous la Restauration (une vingtaine). Elles se multiplient sous la monarchie de Juillet : en 1835, il y a 159 caisses d’épargne, 55 succursales et le solde dû aux déposants est de 62 millions de francs pour 122 000 livrets, Carole Christen, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne en France, 1818-1881, Paris, Économica, 2004 (coll. Économies et sociétés contemporaines), pp. 135-137.

9 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes et des moyens de les rendre meilleures, Paris, J.-B. Baillière, 1840, 2 volumes.

10 Noë Richter s’était intéressé à ces écrits et projets, voir en particulier La lecture et ses institutions, 1, La lecture populaire, 1700-1918 ; Le Mans, Bibliothèque de l’université du Maine, Bassac, Éditions Plein Chant, 1987, pp. 151-163.

11 À Grenoble en 1817, à Bordeaux en 1820, des bibliothèques populaires catholiques sont créées et la Société catholique des bons livres est fondée à Paris en 1824 ; Noë Richter, La lecture et ses institutions, op. cit., pp. 80-82.

12 Voir la contribution d’Hélène Lanusse-Cazalé : « Entre édification et culture : les bibliothèques populaires protestantes dans le Sud aquitain au xixe siècle », Partie III, p. 239.

13 François Jacquet-Francillon, Naissances de l’école du peuple : 1815-1870, Paris, Les Éditions de l’Atelier – Les Éditions ouvrières, 1995 (coll. Patrimoine).

14 Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie…, op. cit.

15 Alain Bataille, Michel Cordillot, Former les hommes et les citoyens : les réformateurs sociaux et l’éducation, 1830-1880, Paris, Les Éditions de Paris-M. Chaleil, 2010 (coll. Essais et documents).

16 Carole Christen, « L’éducation populaire sous la Restauration et la monarchie de Juillet ». La Révolution française, Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution française, 2013, n° 4, Pédagogies, utopies et révolutions (1789-1848). [En ligne] < htttp://Irf.revues.org/905 >.

17 Jean-Luc Chappey, Carole Christen, Igor Moullier (dir.), Joseph-Marie de Gérando (1772-1842). Connaître et réformer la société, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014 (coll. « Carnot »). Voir en particulier la contribution de Caroline Fayolle, « Gérando et l’éducation du peuple. Rationaliser le savoir pédagogique pour moraliser les pauvres » et celle de Corinne Doria, « Joseph-Marie de Gérando et Pierre Paul Royer-Collard : réglementation de l’enseignement et normalisation sociale ».

18 « Rapport fait au conseil d’administration de la Société pour l’enseignement élémentaire, au nom d’une commission spéciale pour les livres élémentaires, par M. Marc-Antoine Jullien, séance du 14 octobre 1818 », Journal d’éducation, décembre 1818, p. 160.

19 Pour une présentation du programme de lecture proposé par la commission, voir Noë Richter, La lecture et ses institutions, op. cit., p. 77.

20 Joseph-Marie de Gérando, Cours normal des instituteurs primaires ou directions relatives à l’éducation physique, morale et intellectuelle dans les écoles primaires, Paris, J. Renouard, 1839 (1re édition 1832), pp. 302-309.

21 Adam Maeder, Manuel de l’instituteur primaire, ou principes généraux de pédagogie, Paris, F.-G. Levrault, 1833, pp. 109-150.

22 Le rapport est publié dans le Moniteur universel du 14 août 1831.

23 Séverine de Coninck, Banquiers et philanthrope : la famille Delessert, 1735-1868, aux origines des Caisses d’épargne françaises, Paris, Économica : Association pour l’histoire des Caisses d’épargne, 2000 (coll. Économies et sociétés contemporaines).

24 Mavidal et Laurent, Archives parlementaires (A. P.), 2e série, vol. 104, séance à la Chambre des députés du 31 mai 1836, pp. 480-481.

25 Ibid., p. 480.

26 Voir le Moniteur universel, 18 février 1837, p. 526. Le contenu précis de ce projet sera présenté ultérieurement.

27 Marie-Ève Thérenty, Alain Vaillant, 1836 : l’an 1 de l’ère médiatique. Analyse littéraire et historique du journal La Presse de Girardin, Paris, Nouveau Monde éditions, 2001.

28 Émile de Girardin, De l’instruction publique : élémentaire, générale, nationale, complémentaire, spéciale, professionnelle, Paris, A. Desrez, 1838, p. 65.

29 Louis René Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, Paris, J. Renouard, 1840, 2 volumes.

30 Michèle Riot-Sarcey, Le réel de l’utopie : essai sur le politique au xixe siècle, Paris, Albin Michel (coll. Bibliothèque Albin Michel Histoire), 1998, pp. 213-230.

31 Giovanna Procacci, Gouverner la misère : la question sociale en France (1789-1848), Paris, Éditions du Seuil, 1993.

32 Saint-Marc Girardin, Journal des débats, 8 décembre 1831.

33 Joseph-Marie de Gérando, De la bienfaisance publique, Bruxelles, Société belge de librairie, 1839, t. 4, p. 611.

34 Charles Dupin, La Caisse d’épargne et les ouvriers, leçon donnée au Conservatoire royal des arts et manufactures, le 22 mars 1837, Paris, Impr. de Firmin-Didot, 1837, p. 10.

35 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes…, op. cit., t. 2, chap. VIII.

36 Eugène Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France : de la nature de la misère, de son existence, de ses effets, de ses causes et de l’insuffisance des remèdes qu’on lui a opposés jusqu’ici, avec les moyens propres à en affranchir les sociétés, Paris, Paulin, 1840, 2 volumes.

37 Ibid., t. 2, pp. 309-310.

38 Ibid., p. 463.

39 A. P., 2e série, vol. 85, Chambre des députés, séance du 18 janvier 1834, p. 693.

40 Ibid., vol. 91, Chambre des députés, séance du 13 décembre 1834, p. 233.

41 Issue d’une scission de l’Association polytechnique fondée en août 1830, l’Association pour l’instruction du peuple est dissoute suite aux émeutes de juin 1832 et renaît en octobre 1832 sous le nom d’Association libre pour l’éducation du peuple, voir Carole Christen, « L’éducation populaire sous la Restauration et la monarchie de Juillet », loc. cit.

42 Louis-Marie Cormenin de Lahaye, Les caisses d’épargne, utilité de ces banques populaires et la nécessité d’en fonder de nouvelles à Paris et dans les départements dans l’intérêt du prolétaire, Paris, Impr. d’Herhan, 1833, p. 6. 12e publication du Populaire.

43 Louis-Marie Cormenin de Lahaye, Entretiens de village, Paris, Pagnerre, 1845, pp. 160-175.

44 Ibid., pp. 103-118.

45 Henri-Léon Curmer, De l’établissement des bibliothèques communales en France, Paris, Guillaumin et Cie, 1846.

46 A. P., 2e série, vol. 104, séance à la Chambre des députés du 31 mai 1836, p. 481.

47 Louis-Marie Cormenin de Lahaye, Entretiens de village, op. cit., chap. XIV : « Bibliothèques populaires des villes » ; chap. XV : « Bibliothèques des campagnards ».

48 François Delessert, Moniteur universel, 18 février 1837, p. 526.

49 A. P., 2e série, vol. 104, séance à la Chambre des députés du 31 mai 1836, p. 481.

50 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes…, op. cit., t. 2, p. 114.

51 Carole Christen et François Vatin (dir.), Charles Dupin (1784-1873). Ingénieur, savant, économiste, pédagogue et parlementaire du Premier au Second Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009 (coll. « Carnot »).

52 Charles Dupin, Progrès moraux de la population parisienne depuis l’établissement de la Caisse d’épargne, Paris, Firmin Didot frères, 1842, p. 51.

53 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes…, op. cit., t. 2, p. 121.

54 Eugène Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France…, op. cit., t. 2, p. 310.

55 Ibid., t. 1, p. 275.

56 François Delessert, Moniteur universel. 18 février 1837, p. 526.

57 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes…, op. cit., t. 2, pp. 117-118.

58 François Delessert, Moniteur universel, 18 février 1837, p. 526.

59 Au texte imprimé de l’intervention de François Delessert à la Chambre des députés le 31 mai 1836 est jointe une liste « d’ouvrages qui peuvent servir à la formation de bibliothèques populaires ».

60 Noë Richter, La lecture et ses institutions, 1, La lecture populaire : 1700-1918, op. cit., p. 76.

61 Rapport et compte rendu des opérations de la Caisse d’épargne et de prévoyance de Paris, année 1819, Assemblée générale du 24 janvier 1820, p. 5.

62 Carole Christen, « Les Caisses d’épargne et la littérature dans la première moitié du xixe siècle », in Nicole Edelman, François Vatin (dir.), Économie et littérature : France et Grande-Bretagne (1815-1848), Paris, Éd. Le Manuscrit, 2007, pp. 219-241.

63 Jean-Claude Vareille, « Les images d’Épinal sont-elles édifiantes ? », René Guise, « Le roman populaire est-il un moyen d’endoctrinement idéologique ? », in Stéphane Michaud (dir.), L’édification : morales et cultures au xixe siècle, Paris, Créaphis Éditions ; Villeurbanne, Programme Rhône-Alpes recherches en sciences humaines, 1993, p. 96 et sq.

64 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes…, op. cit., t. 2, p. 120.

65 Henri-Léon Curmer, De l’établissement des bibliothèques communales…, op. cit., p. 69.

66 François Delessert, Moniteur universel, 18 février 1837, p. 526.

67 Ibid.

68 Louis-Marie Cormenin de Lahaye, Entretiens de village, op. cit., p. 107.

69 Ibid., p. 107

70 Ibid., p. 109.

71 Ibid., pp. 111-112.

72 Henri-Léon Curmer, De l’établissement des bibliothèques communales…, op. cit., p. 70.

73 Ibid., p. 70.

74 Ibid., p. 90.

75 Ibid., p. 95.

76 Ibid., p. 92.

77 Ibid.

78 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes…, op. cit., t. 2, p. 119.

79 Art. 1 des statuts de la Caisse d’épargne de Paris, Acte de société du 22 mai 1818, modifications, ordonnances du roi, lois sur les Caisses d’épargne.

80 Carole Christen, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne…, op. cit., p. 552 et sq.

81 A. P., 2e série, vol. 104, séance à la Chambre des députés du 31 mai 1836, p. 480.

82 Henri-Léon Curmer, De l’établissement des bibliothèques communales…, op. cit., pp. 99-101.

83 Ibid., pp. 65-66.

84 Le VIe correspond au IIIe arrondissement actuel.

85 François Delessert, Moniteur universel, 18 février 1837, p. 526.

86 Louis-Marie Cormenin de Lahaye, Entretiens de village, op. cit., p. 109.

87 François Delessert, Moniteur universel, 18 février 1837, p. 526

88 Cette congrégation religieuse est aussi appelée Frères de la doctrine chrétienne.

89 J. Salvi, Les cours d’adultes des Frères des Écoles chrétiennes à Paris de 1830 à 1848, Mémoire de maîtrise dirigé par M. David, soutenu à l’Institut des sciences sociales du travail, 1967, pp. 31- 32. Nous remercions Magali Devif, la directrice des archives lasalliennes qui se trouvent à Lyon, de nous avoir transmis ce mémoire.

90 Steven E. Rowe, “Educating the people : Cours d’adultes and social stratification in France, 1830- 1870”, Paedagogica Historica, 2010, 46 /1, pp. 179-192.

91 François Jacquet-Francillon, Renaud d’Enfert, Laurence Loeffel, (dir.), Une histoire de l’école : anthologie de l’éducation et de l’enseignement en France. xviiie-xxe siècle, Paris, Retz, 2010 (coll. Les usuels Retz), p. 505.

92 Bulletin de la Société pour l’instruction élémentaire, année 1833.

93 Ni dans les archives de Paris, ni dans les archives lasalliennes, on ne trouve de documents sur les bibliothèques au sein des écoles fondées par les Frères de la Doctrine chrétienne. Le mémoire de J. Salvi ne mentionne pas non plus leur existence.

94 François Delessert, Moniteur universel, 18 février 1837, p. 526.

95 Honoré-Antoine Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes…, op. cit., t. 2, pp. 122-123.

96 Joseph-Marie de Gérando, De la bienfaisance publique, op. cit., t. 2, p. 167.

97 Émile de Girardin, De l’instruction publique, op. cit., p. 65.

98 Louis-Marie Cormenin de Lahaye, Entretiens de village, op. cit., p. 106.

99 Ibid., p. 107.

100 Ibid., p. 108.

101 Ibid., pp. 114-118.

102 Ibid., p. 109.

103 Ibid., p. 113.

104 Henri-Léon Curmer, De l’établissement des bibliothèques communales…, op. cit., p. 105.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lille Nord de France-Lille 3 – UMR CNRS 8529 Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHiS) – et membre de l’Institut universitaire de France

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search