Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

Contours architecturaux des bibliothèques

Hall d’entrée de bibliothèque : entre seuil et accueil

Élodie Colinet

Texte intégral

Grenoble, bibliothèque Kateb-Yacine

« AMI, N’ENTRE PAS SANS DÉSIR1 »

  • 1 Vers de Paul Valéry gravé sur la façade du Palais Chaillot de Paris.

1Et si le franchissement du seuil de la bibliothèque répondait au désir que chaque usager projette sur « sa » bibliothèque ? Les bibliothèques municipales sont des espaces publics ouverts à tous, qui remplissent différentes fonctions. Tandis que pour certains l’accès à la culture constitue l’une des missions premières de la bibliothèque, d’autres y voient un espace de divertissement, de formation, de socialisation. Chacun est libre de se créer une représentation de la bibliothèque, selon ses attentes et ses projections.

  • 2 Ekambi-Schmidt (J.), La perception de l’habitat, p. 173.

2Entrer dans cet espace aux multiples fonctions engage aussi à s’introduire dans un espace « intérieur » caractérisé par ses aspects pratiques et esthétiques. L’utilisation du lieu rencontrerait ainsi des éléments affectifs. Ceci nous amène à nous demander quelle est la vision de l’espace dans une bibliothèque et comment « l’esprit et les sens2 » deviennent alors des cadres de la perception du lieu. Cette perception est-elle déterminante pour les usagers ?

3Premier espace franchi, le hall d’entrée est aussi le premier espace perçu. Il apparaît ainsi intéressant de s’arrêter sur cet espace, à l’entrée de la bibliothèque, d’en observer l’agencement, la structuration et les choix esthétiques et de se demander comment ces options sont reçues par les usagers. De quelle façon les usagers vivent-ils ce premier contact avec la bibliothèque ?

Grenoble, bibliothèque Kateb-Yacine

PREMIER CONTACT, PREMIÈRES IMPRESSIONS

4L’interrogation sur les notions de hall d’entrée et d’espace a conduit à replacer la notion de hall d’entrée non seulement dans la réflexion sur la politique d’accueil des établissements publics, mais aussi dans les analyses sociologiques et psychosociologiques qui interrogent la perception de l’environnement physique.

L’espace nous parle

  • 3 Entretien avec É. Pélegrin-Genel (le 25 septembre 2009).

5L’espace n’est pas neutre, il délivre des messages. Élisabeth Pélegrin-Genel, psychologue et architecte, développe l’idée que l’espace « contribue ou démolit sans que l’on s’en rende compte3 » et souligne ainsi l’attention qu’il faut lui accorder.

  • 4 Temessek-Behi (A.), L’environnement physique des services : synthèse et analyse conceptuelle, acte (...)

6Azza Temessek-Behi, auteur d’études sur les perceptions liées à l’environnement du service et son influence sur l’expérience du client, propose une définition de la notion d’environnement physique qui se veut la synthèse des différentes conceptualisations : « L’ensemble des conditions artificielles, naturelles et sociales partiellement contrôlables et qui exercent (seules ou en interaction) une influence sur les états affectifs, cognitifs, physiologiques et comportementaux des occupants du service (clients et employés)4. » Dans cette analyse est ainsi mise en avant la prise en compte de différents niveaux : celui des émotions provoquées par l’environnement, celui des croyances, des attentes, et de l’évaluation et enfin celui des états de confort ou d’inconfort physique.

  • 5 Cohen (A.) et Cohen (E.), Designing and space planning for libraries : a behavioral guide, 1979.

7Facteur fonctionnel, esthétique et identitaire, l’environnement physique joue un rôle majeur dans la perception de l’espace. Il donne la première impression avant même que les usagers ou clients n’entrent en contact avec le personnel. Saisir les effets de l’environnement physique sur les usagers permet ainsi de développer des stratégies et de créer des espaces plus adaptés et performants. Les auteurs de Designing and space planning for libraries5 invitent les architectes, programmistes et bibliothécaires à prendre en compte cette influence de l’espace sur les usagers. Ils insistent sur les implications des objets et de l’aménagement de l’espace sur le comportement des personnes et soulignent l’importance de faire tenir ensemble les aspects fonctionnels et esthétiques des espaces de bibliothèque ; c’est ainsi qu’ils mettent en avant le triptyque : esthétique, fonctionnalité et comportement.

Le hall d’entrée, espace premier

  • 6 Caroux (H.) et Melot (M.), Architecture & lecture : les bibliothèques municipales en France, 1945- (...)

8Le hall d’entrée pose d’emblée les enjeux de l’environnement physique car il « constitue l’espace d’accueil par excellence6 ». Premier espace franchi, il conditionne dans une certaine mesure la qualité de l’accueil ; espace intermédiaire, il annonce et organise les autres espaces. C’est en cela un objet aux contours multiples.

9Cet espace d’orientation et de découverte est aussi un lieu de déambulation, de rencontre, d’attente. Espace de l’entre-deux, ni tout à fait dedans, au cœur des collections, ni tout à fait dehors, sur la place publique, le hall d’entrée des bibliothèques peut apparaître comme un espace peu légitime. Pourtant, s’emparer de cet espace d’entrée comme objet d’étude nous amène à poser la question suivante : comment les usagers reçoivent-ils la configuration de ce premier espace franchi ?

QUELLES RELATIONS S’ÉTABLISSENT ENTRE LA BIBLIOTHÈQUE ET LES USAGERS QUAND ILS FRANCHISSENT LE SEUIL ?

10Si la première impression est cruciale, quel est alors le rôle du hall d’entrée dans la satisfaction des usagers et l’image qu’ils ont de la bibliothèque ? Que voient-ils quand ils franchissent le seuil de la bibliothèque ?

11Nous avons cherché à saisir les représentations que les usagers se font du hall d’entrée de la bibliothèque, en nous fondant sur une enquête de terrain ; nous avons interrogé près d’une centaine de personnes dans trois bibliothèques municipales : la médiathèque de Mérignac, celle du Bachut (réseau des bibliothèques de Lyon, 8 e arrondissement) et la bibliothèque Kateb-Yacine (réseau des bibliothèques de Grenoble). Sans dépeindre chacun de ces halls, nous verrons ici les caractéristiques principales qui se détachent de l’étude. L’enquête s’est attachée à provoquer des réponses spontanées, à mettre des mots sur des sensations. Ainsi avons-nous privilégié une perception du connotatif du hall d’entrée.

Un espace esthetique

12Les usagers se montrent particulièrement sensibles aux éléments physiques du hall d’entrée, caractérisé par ses matériaux, ses couleurs, sa lumière et son aménagement. Le décloisonnement et la transparence ne sont pas directement évoqués ; les usagers parlent plus volontiers d’ouverture et de sensation d’espace. Les premiers attributs qui nous sont proposés montrent des entrées spacieuses et aérées, indépendamment de la superficie réelle ou supposée du hall. Pourquoi les usagers perçoivent-ils cette impression de grandeur ? Une réponse peut être trouvée dans la configuration des lieux : le hall d’entrée « ouvert » sur l’extérieur, ou sur les autres espaces, participe à en donner une dimension sublimée.

13La première donnée exprimée est donc purement visuelle : dimensions, luminosité et style architectural caractérisent le premier espace. Les usagers soulignent ces aspects tout en apportant des nuances. Un hall d’entrée spacieux contribue à donner une impression d’aération, de grandeur ; cependant, certains usagers avouent préférer les espaces confinés et plus chaleureux des petites bibliothèques de quartier. Les nouvelles bibliothèques peuvent être vues comme de beaux bâtiments, mais « froids » et « sans âme ». Resterait donc à trouver un équilibre entre modernité et « chaleur ».

Un espace fonctionnel

14Le hall d’entrée, aussi esthétique soit-il, n’en reste pas moins un espace fonctionnel, pratique, qui doit orienter et faciliter la circulation. Lieu de confort, de culture et de convivialité, le hall d’entrée se veut avant tout espace « accueillant ». Si ce qualificatif est incontournable, il semble aussi résumer la condition suffisante du hall d’entrée, comme si les usagers ne demandaient rien de plus à un hall d’entrée.

15Qu’attendre d’un hall d’entrée ? Rien de particulier, la principale motivation de la venue étant souvent liée à l’offre documentaire elle-même. Les usagers viennent pour rendre et emprunter des documents, pour passer le temps en lisant la presse, ou pour travailler. Si cet utilitarisme peut primer sur l’aspect architectural, physique du hall d’entrée, il se trouve facilité dans l’aménagement même des espaces. La fonctionnalité du hall d’entrée permet en effet un repérage aisé, une circulation fluide, et une attente réduite. Les commentaires des usagers soulignant qu’ils ne remarquent ou n’attendent rien dans cet espace viennent donc corroborer l’idée que le hall d’entrée doit faciliter la venue et les usages ; le hall d’entrée apparaît donc comme une première étape aux limites plus ou moins perceptibles et palpables selon les usagers.

Un espace convivial

16Enfin, les usagers se montrent sensibles à l’atmosphère du hall d’entrée. Ce dernier est apprécié pour son atmosphère chaleureuse, sa convivialité. Cet espace public devient un lieu de sociabilité où l’on peut partager des envies, des besoins. La venue à la bibliothèque permet d’être parmi d’autres personnes, de se fondre dans un établissement public, avec ses activités et ses usages. La bibliothèque reste l’un des rares lieux de fréquentation gratuite, sans but lucratif ou commercial. Cela engage des relations particulières entre les usagers et les bibliothécaires, mais aussi entre les usagers eux-mêmes. Le hall est perçu comme un point de rendez-vous, un espace de rencontre, un lieu d’attente de l’autre, de la suite des activités au sein ou en dehors de la bibliothèque.

17En allant plus avant dans l’évocation des qualificatifs, les usagers soulignent que différents éléments de l’entrée contribuent à « mettre à l’aise » les usagers. Les qualificatifs « ouvert » et « calme » pourraient sembler contradictoires ; pourtant, ils se complètent pour donner la représentation d’une atmosphère apaisée en un lieu qui s’inscrit en même temps pleinement dans son environnement : une bulle au cœur de l’agitation quotidienne. Entre protection et connexion, l’usager recherche un entre-deux agréable.

  • 7 Ekambi-Schmidt, J. op. cit., p. 59.
  • 8 Le concept d’affordance fait référence aux propriétés premières des objets qui déterminent la faço (...)
  • 9 Norman (D. A.), The design of everyday things, p. 9.

18La mention des objets paraît particulièrement significative. Des études ont montré que l’usage d’une pièce est défini par ses meubles et son équipement. C’est ainsi que « le superflu fait la personnalité, l’originalité, la variété7 ». Les plantes, représentation de la nature, sont appréciées : elles apportent un peu de vie dans des espaces jugés parfois trop « froids ». La présence de canapés ou de bancs est tout à la fois appréciée et critiquée ; ce mobilier, a priori confortable et convivial, n’incite pas les usagers à l’utiliser. Le concept d’« affordance8 », développé par James J. Gibson dans son Approche écologique de la perception visuelle et repris par Donald A. Norman9 se trouve malmené : la fonction de convivialité est battue en brèche par des usagers qui trouvent ces canapés beaux mais peu propices à la conversation. La possibilité d’une action suggérée spontanément par les canapés, en l’occurrence s’asseoir et discuter, se trouve fragilisée : selon certains, la distance qui sépare les canapés et leur disposition n’engageraient pas les usagers à les utiliser.

Mérignac, médiathèque municipale

Mérignac, médiathèque municipale

Un espace culturel

19Les usagers ne sont donc pas indifférents à la configuration physique et spatiale du hall d’entrée. Ils recherchent aussi un espace « culturellement » marqué. S’ils attendent du hall qu’il soit efficace comme tout hall d’entrée avec ses côtés lumineux, esthétique et pratique, ils souhaitent aussi y trouver l’identité de la bibliothèque.

20Qu’il soit directement ouvert sur les collections de la bibliothèque, ou qu’il présente une sélection de documents, le hall d’entrée constitue le premier contact avec l’offre documentaire. Il donne un avant-goût de cette offre. Les informations culturelles sous forme de prospectus ou d’affiches sont également appréciées, à condition qu’elles s’intègrent bien dans cette démarche de proposition. Les usagers rejettent le caractère artificiel et bricolé des supports de communication. L’harmonie et la pertinence sont donc au cœur de leurs attentes. Ils se disent également très friands d’expositions, de fenêtres ouvertes sur la culture et le divertissement. Les réponses des usagers montrent un attachement à l’identification et à la reconnaissance du lieu en tant que bibliothèque. L’idée que « ça fait bibliothèque » est significative, elle marque une rupture avec le monde extérieur, avec les espaces commerciaux et standardisés.

21Les usagers ont donc une idée de ce que doit être ou ne pas être un hall d’entrée de bibliothèque. Lieu physique, le hall d’entrée est aussi un premier espace culturel. Se dégagent des caractéristiques qui rendent cet espace accueillant, attractif et identifiable. La valeur culturelle vient donner de l’épaisseur à ce lieu. Passé le seuil physique, l’usager se trouve confronté à la symbolique de cet espace et à la question du seuil mental. Le hall d’entrée donne une image singulière de la bibliothèque qui doit attirer. Entre singularité de la bibliothèque et ouverture à tous, le hall d’entrée marque une rupture avec l’image traditionnelle des « vieilles bibliothèques ». Comment la bibliothèque gère-t-elle ce seuil physique qui devient seuil mental ? Partagée entre un schéma mental de la bibliothèque traditionnelle et celui de la bibliothèque nouvellement démythifiée, quelle est la valeur du seuil ?

UN SEUIL EFFACÉ ?

  • 10 Propos de P. Franqueville recueillis lors du congrès de l’ABF en 2009.

22Les bibliothèques développent des stratégies liées au hall d’entrée. Dans leur démarche de séduction des publics, les bibliothèques soignent leur image. Les attentions évoluent et visent à faire du lien entre le public et l’équipement. Les bibliothèques sont amenées à « s’interroger sur la physionomie du lieu qu’elles offrent aux publics d’aujourd’hui et de demain10 ».

23Ouvert ou cloisonné, vaste ou étriqué, sophistiqué ou improvisé, le hall d’entrée constitue le premier « objet » de l’accueil. Les bibliothécaires et les architectes y voient un appel à franchir le seuil, un encouragement à entrer qui oriente ensuite le parcours et facilite la démarche.

24Traverser le hall d’entrée représente pour les usagers une expérience sensible. La combinaison des couleurs, des matériaux, des sons, de l’éclairage et des objets de l’accueil (canapés, machines à café et guides du lecteur, etc.) contribue à composer une ambiance, à installer une situation émotionnelle. Le hall d’entrée cherche à instaurer une relation de confiance et de bien-être.

  • 11 Ibid.

25Au-delà d’une légitimité culturelle, l’investissement affectif et sensoriel joue dans la perception que les usagers ont des bibliothèques : « Lorsqu’il s’agit de biens culturels, la manière d’offrir est partie intégrante de ce qui est offert.11 »

  • 12 Ekambi-Schmidt (J.), op. cit., p. 17.
  • 13 . Bertrand (A.-M.), Les publics des bibliothèques, p. 73.

26Le hall d’entrée facilite le cheminement de l’usager qui progresse au sein de la bibliothèque suivant différents « degrés de privatisation12 ». Cette appropriation personnelle se met en place dès les premiers pas de l’usager au sein de la bibliothèque. Ces perceptions spatiales contribuent à dépeindre la bibliothèque comme « établissement culturel familier13 » combinant culture et ouverture.

27Le travail sur le cadre spatial montre une volonté de dédramatisation de cet espace. La bibliothèque repense son image, prend ses distances avec la bibliothèque traditionnelle, avec ses espaces confinés et sa collection somptueuse. L’idée de convivialité, de séduction, de vie traduit une atmosphère qui dessine en creux le portrait d’une bibliothèque repoussoir : la bibliothèque moderne s’oppose ainsi à la « vieille bibliothèque », « poussiéreuse », « triste », « confinée ». Assisterait-on à un glissement des attentes des usagers ? L’entrée est perçue comme un espace accueillant, qui annonce le caractère moderne et ouvert des bibliothèques d’aujourd’hui. Désireux d’évoluer dans des espaces vastes, lumineux, ouverts, les usagers revendiquent le droit à disposer d’une bibliothèque « au goût du jour ».

28Cette opposition affichée entre bibliothèque moderne et traditionnelle ne signifie pas pour autant, aux yeux des usagers, la négation de l’esprit de la bibliothèque. En effet, nombre d’usagers mettent en avant une sensation particulière : « On se sent dans une bibliothèque. » Le calme et la présence d’une offre culturelle dessinent d’emblée les contours du portrait idéal a minima de la bibliothèque.

29Cette façon de dédramatiser la bibliothèque en jouant sur les espaces fait du hall d’entrée le premier degré de ce qui pourrait être qualifié de lieu de vie.

  • 14 Chaintreau (A.-M.), Stage cycle de directeur de bibliothèque, CNFPT, Strasbourg, 2006. Cité par Ta (...)

30Cette capacité à rendre l’espace familier est évoquée par Jean-Claude Passeron qui développe la notion de « capital de familiarité » pour décrire le potentiel d’un lieu à instaurer la confiance et le bien-être. Le concept de familiarité recouvre des notions d’ambiance, de confort, de reconnaissance d’un lieu comme étant accessible et attrayant. Les usagers peuvent y projeter leurs propres attentes, ce qui renforce/attise leur envie et leur plaisir de fréquenter la bibliothèque. « Une bibliothèque est, en effet, un bâtiment qui fonctionne, qui vit, dans lequel l’usager pénètre et “habite” l’espace d’un instant.14 »

  • 15 Bertrand (A.-M.), op. cit., p. 73.

31Ce sentiment légitime d’appartenance tendrait ainsi à faire de la bibliothèque une « maison commune15 », ouverte à tous, et où chacun se sentirait le bienvenu. La frontière entre public et privé s’estompe. Passer le seuil de la bibliothèque, traverser le hall d’entrée deviennent ainsi les premières étapes d’un parcours réconfortant. Ici, le seuil n’est pas une limite mais un franchissement qui permet d’accéder à d’autres espaces. Tout l’enjeu du hall d’entrée est de donner une première impression favorable et d’attirer.

32En renouvelant leur image pour séduire tous les publics, les bibliothèques repensent leur seuil. De plain-pied à la médiathèque du Bachut, monumental et transparent à la médiathèque de Mérignac, ou graphique et accrocheur à la bibliothèque Kateb-Yacine, le hall d’entrée cherche à attirer subtilement le visiteur. Intrigué, séduit, interpelé, le passant est invité à entrer. Le seuil physique réaménagé cherche donc à gommer un seuil mental. Le seuil est désactivé, l’extérieur et l’intérieur communiquent sans barrière. N’assiste-t-on pas alors à la conception d’une nouvelle image de la bibliothèque ?

LE GÉNIE DES LIEUX

33Si l’aménagement du hall d’entrée s’intègre dans cette dynamique des bibliothèques modernes qui cherchent à se défaire de leur image d’institution éducative et culturelle, l’ère de la bibliothèque « troisième lieu » est-elle advenue ?

  • 16 Servet (M.), Les bibliothèques troisième lieu, p. 32.

34Cette tendance à créer des « home-better-than-a-home16 » n’est pas sans soulever la question de la combinaison entre des missions culturelle, éducative et sociale et la nécessité de s’ouvrir à tous les publics, de toucher des publics pour qui l’image de la bibliothèque est peu attrayante. Quels choix opérer, notamment dans la configuration de l’espace, pour attirer sans se perdre ?

  • 17 Congrès ABF 2009 : « Des bibliothèques à vivre : espaces, usages, architecture ». Programme en lig (...)
  • 18 Propos de G. Grunberg recueillis lors du congrès de l’ABF 2009.

35Le congrès annuel de l’Association des bibliothécaires de France (ABF) de 200917 a questionné la physionomie des bibliothèques. Différentes interventions ont montré la nécessité d’interroger ce croisement des attentes et l’évolution des usages. Cette question ne semble pas résolue : entre missions traditionnelles et nouveaux usages, la profession conclut sur l’idée de « la conjugaison de l’ordonnancement et de la liberté18 ».

36S’il n’existe pas de bibliothèque idéale, l’équilibre entre différentes strates de familiarité apparaît nécessaire : familiarité avec le lieu, familiarité avec l’institution, familiarité avec la collection.

  • 19 Bertrand (A.-M.) et Kupiec (A.), Ouvrages et volumes. Architecture et bibliothèques, p. 197.

37Espace public, carrefour d’usages multiples, la bibliothèque reste « un lieu magique » : « Il faut bien reconnaître le côté irrationnel de cette alchimie qu’est le génie des lieux19 » qui, bien avant le hall d’entrée, peut susciter le désir dès le parvis de la bibliothèque.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Accueil des usagers de bibliothèques

Calenge (Bertrand), Accueillir, orienter, informer : l’organisation des services aux publics dans les bibliothèques, Paris, Éd. du Cercle de la Librairie, coll. « Bibliothèques », 1999, 444 p.

Diament (Nic) (dir.), Organiser l’accueil en bibliothèque, Villeurbanne, Institut de formation des bibliothécaires, coll. « La Boîte à outils », 1997, 198 p.

Garand (Claire), Les interactions de face-à-face dans les bureaux d’accueil en bibliothèque, Mémoire d’étude, diplôme de conservateur des bibliothèques, Villeurbanne, enssib, 2009, 116 p.

Tugault (Tiphaine), La pensée et l’organisation de l’accueil en bibliothèque universitaire, Mémoire d’étude, diplôme de conservateur des bibliothèques, Villeurbanne, enssib, 2010, 126 p.

Penser l’espace

Hall (Edward), La dimension cachée, Paris, Seuil, coll. « Points Essais », 1978, 254 p.

Rambert (François), L’après-Bilbao, conférence du 28 juin 2007, Cité de l’architecture et du patrimoine. [En ligne] <http://www.citechaillot.fr/vod.php?id=20>.

Segaud (Marion), Anthropologie de l’espace : habiter, fonder, distribuer, transformer, Paris, A. Colin, 2008, 222 p.

Ressentir l’espace

Bitner (Mary-Jo), Servicescapes : the impact of physical surroundings on customers and employees. Journal of marketing. [En ligne] <http://www.ida.liu.se/~steho/und/htd01/9208310667.pdf> April 1992, Vol. 56, p. 57-71.

Ekambi-Schmidt (Jézabelle), La perception de l’habitat, Paris, Éditions universitaires, 1972, 188 p.

Temessek-Behi (Azza), L’environnement physique des services : synthèse et analyse conceptuelle, actes du XXIIIe congrès international de l’AFM les 31 mai et 1er juin 2007, Aix-les-Bains. [En ligne] <http://www.afm-marketing.org/actes/s28_temessekbehi39_14.pdf>.

Temessek-Behi (Azza) et Ben Zina Karaoui (Sonia), La perception du « servicescène », une approche exploratoire dans le cadre des services hôteliers, ESCP, 2006. [En ligne] <http://www.escpeap.net/conferences/marketing/2006_cp/Materiali/Paper/Fr/TemessekBehi_BenzinaKaroui.pdf>

Architecture et bibliothèques

Des bibliothèques à vivre : espaces, usages, architecture, 11 au 14 juin 2009, Paris. Paris, Association des bibliothèques de France. [En ligne] <http://abfblog.wordpress.com/programme-2009/>.

Dossier Architecture, Bibliothèque(s), décembre 2005, n° 23/24, p. 8-81.

Bertrand (Anne-Marie) et Kupiec (Anne), Ouvrages et volumes. Architecture et bibliothèques, Paris, Éd. du Cercle de la Librairie, coll. « Bibliothèques », 1997, 212 p.

Chaintreau (Anne-Marie) et Gascuel (Jacqueline), Votre bâtiment de A à Z : mémento à l’usage des bibliothécaires, Éd. du Cercle de la Librairie, coll. « Bibliothèques », Paris, 2000, 314 p.

Gascuel (Jacqueline), Un espace pour le livre : guide à l’intention de tous ceux qui construisent, aménagent ou rénovent une bibliothèque, Paris, Éd. du Cercle de la Librairie, 1993, 420 p.

Grunberg (Gérard) et Dupuit (Jean-Sébastien), Bibliothèques dans la cité : guide technique et règlementaire, Paris, Le Moniteur Éditions, 1995, 416 p.

Riboulet (Pierre), « Le caractère du bâtiment », Bulletin des bibliothèques de France, t. 41, n° 5, 1996, p. 72-79. [En ligne] <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1996-05-0072-014>.

Riva (François) et Riva (Jacques), « La mise en vie des espaces de bibliothèques », Bulletin des bibliothèques de France, t. 45, n° 3, 2000, p. 70-77. [En ligne] <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2000-03-0070-007>.

Taesch-Forste (Danielle), Concevoir, réaliser et organiser une bibliothèque : mémento pratique à l’usage des élus, des responsables administratifs et des bibliothécaires, Paris, Éd. du Cercle de la Librairie, 2006, 164 p.

BIBLIOTHÈQUES ÉTUDIÉES

Médiathèque du Bachut à Lyon

Les grands projets urbains à Lyon, publié le 2 juin 2006. [En ligne] <http://lyon-urbanisme.superforum.fr/lyon-8me-mermoz-montplaisir-etats-unis-moulin-vent-bachut-f13/le-bachut-t81.htm>.

Site de la bibliothèque municipale de Lyon : <http://www.bm-lyon.fr/>.

Médiathèque de Mérignac

Site de la médiathèque de Mérignac : <http://www.mediatheque.merignac.com/opacwebaloes/index.aspx>.

Photographies du chantier de la médiathèque de Mérignac. [En ligne] <http://www.merignac.com/fin-du-chantier/fin-du-chantier-1>.

Bibliothèque Kateb-Yacine de Grenoble

Site des bibliothèques de grenoble : <http://www.bm-grenoble.fr/pratiques/bibliotheques/kateb%20yacine.htm>.

Houama (Soumia), « Kateb-Yacine, une bibliothèque accessible », Bulletin des bibliothèques de France, t. 52, n° 3, 2007, p. 51. [En ligne] <http://bbf.enssib.fr/>.

Notes

1 Vers de Paul Valéry gravé sur la façade du Palais Chaillot de Paris.

2 Ekambi-Schmidt (J.), La perception de l’habitat, p. 173.

3 Entretien avec É. Pélegrin-Genel (le 25 septembre 2009).

4 Temessek-Behi (A.), L’environnement physique des services : synthèse et analyse conceptuelle, actes du XXIIIe congrès international de l’AFM les 31 mai et 1er juin 2007, à Aix-les-Bains [En ligne] <http://www.afm-marketing.org/actes/s28_temessekbehi39_14.pdf> (consulté le 8 octobre 2011), p. 7.

5 Cohen (A.) et Cohen (E.), Designing and space planning for libraries : a behavioral guide, 1979.

6 Caroux (H.) et Melot (M.), Architecture & lecture : les bibliothèques municipales en France, 1945-2002, p. 146.

7 Ekambi-Schmidt, J. op. cit., p. 59.

8 Le concept d’affordance fait référence aux propriétés premières des objets qui déterminent la façon naturelle et directe de les utiliser.

9 Norman (D. A.), The design of everyday things, p. 9.

10 Propos de P. Franqueville recueillis lors du congrès de l’ABF en 2009.

11 Ibid.

12 Ekambi-Schmidt (J.), op. cit., p. 17.

13 . Bertrand (A.-M.), Les publics des bibliothèques, p. 73.

14 Chaintreau (A.-M.), Stage cycle de directeur de bibliothèque, CNFPT, Strasbourg, 2006. Cité par Taesch-Förste (D.), Concevoir, réaliser et organiser une bibliothèque, p. 133.

15 Bertrand (A.-M.), op. cit., p. 73.

16 Servet (M.), Les bibliothèques troisième lieu, p. 32.

17 Congrès ABF 2009 : « Des bibliothèques à vivre : espaces, usages, architecture ». Programme en ligne : <http://abfblog.wordpress.com/programme-2009/>.

18 Propos de G. Grunberg recueillis lors du congrès de l’ABF 2009.

19 Bertrand (A.-M.) et Kupiec (A.), Ouvrages et volumes. Architecture et bibliothèques, p. 197.

Table des illustrations

Légende Grenoble, bibliothèque Kateb-Yacine
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Légende Grenoble, bibliothèque Kateb-Yacine
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1233/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende Mérignac, médiathèque municipale
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1233/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Légende Mérignac, médiathèque municipale
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1233/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

Élodie Colinet est actuellement directrice adjointe de la médiathèque départementale des Landes. Elle est notamment responsable du pôle Développement des bibliothèques. Titulaire du diplôme de l’Institut d’études politiques de Toulouse, d’un master projet culturel et du diplôme de conservateur des bibliothèques (enssib-Inet), elle a également travaillé en maison d’édition.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search