Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Gérer les périodiques

 | 
Géraldine Barron

Mode d’emploi

Géraldine Barron

Texto completo

11998 : Gérer le développement d’une collection de périodiques

22008 : Gérer les périodiques

  • 1 Avant-propos de Bertrand Calenge in : Belbenoît-Avich, Pierre-Marie (dir.), Gérer le développement (...)

3Les périodiques sont toujours au cœur d’« innovations les plus porteuses d’avenir » et continuent dix ans plus tard d’être l’une « des préoccupations majeures dans les évolutions des établissements »1.

4Que l’on ne s’y trompe pas : traiter de la gestion des périodiques en bibliothèque dans un court ouvrage de synthèse était une gageure. Compte tenu des contraintes de volume, l’on aurait pu envisager de restreindre le thème de cette Boîte à outils à un type de périodique ou à un support, mais les problématiques autour des périodiques électroniques sont encore intimement liées à celles du papier, que ce soit par les modèles économiques des éditeurs ou par les questions budgétaires, encore aussi par les questions de conservation.

5Nous avons donc pris le parti d’un plan assez classique, qui nous permette de suivre le cycle du périodique, quel qu’en soit son support, de la source (l’offre éditoriale) au bout de la chaîne (la conservation), en jalonnant ce parcours de panoramas et de réflexions qui sont autant de points de repère.

  • 2 Balley, Noëlle, « Le bibliothécais sans peine. Petit manuel de conversation courante à l’usage des (...)
  • 3 Mouren, Raphaële et Peignet, Dominique (dir.), Le Métier de Bibliothécaire, Éditions du Cercle de (...)

6Faut-il, en préambule, définir le périodique ? Puisque le bibliothécaire ne parle pas comme tout le monde (c’est-à-dire les usagers), et que malheureusement seuls les premiers auront lu « Le bibliothécais sans peine »2, disons que c’est aussi un journal, une revue, un magazine, un quotidien ou un hebdo, la presse, et plus encore. Pour le bibliothécaire, un périodique « est une publication collective (avec plusieurs auteurs), sous un titre unique et légal, qui paraît pendant un temps non limité à l’avance, et dont les fascicules s’enchaînent chronologiquement et numériquement les uns aux autres »3.

7Les présentations étant faites, il nous semblait indispensable d’aborder le sujet des périodiques en proposant un panorama, non du marché, mais de l’offre telle qu’elle est perçue par les bibliothèques françaises. Alix Bruys nous propose donc un aperçu de la richesse de la production papier à travers le prisme du service du dépôt légal de la BnF, dont le champ dépasse largement l’offre du circuit commercial et qui permet d’avoir une vision globale, quantitative, volumétrique et qualitative de ce qui est édité, imprimé ou importé en France. Nous verrons ensuite, à travers les contributions de Pierre Carbone et Isabelle Antonutti, la diversité de l’offre électronique. Bien que l’électronique se soit développée de façon exponentielle ces dix dernières années, il existe encore un fossé entre une presse d’information générale foisonnante, tournée vers son lectorat, et une édition scientifique de plus en plus monopolistique, encore difficilement contrée par le mouvement du Libre Accès. Theodora Balmon nous présente un historique de ce mouvement, différents projets remarquables qui en sont issus, tout en esquissant un tableau des techniques indissociables de son développement. Car n’oublions pas que cette croissance exponentielle de l’offre électronique est totalement interpénétrée d’évolutions techniques et technologiques extrêmement rapides et qu’il est parfois difficile d’appréhender.

8Face à cette offre pléthorique et encore assez mal balisée, de quels outils dispose le bibliothécaire pour effectuer ses acquisitions ? Pour le papier comme pour l’électronique, les agences d’abonnement continuent d’être des partenaires incontournables, des facilitateurs qui proposent un repérage dans l’offre commerciale et une aide appréciable au processus d’acquisition et de gestion. Acquérir des ressources électroniques est un processus bien plus complexe que de contracter des abonnements papier, du fait de la masse et de la multiplicité des formes qu’elles peuvent prendre. Bouquets d’éditeurs, d’agrégateurs, titres, collections, autant de solutions, autant de modèles économiques parmi lesquels le professionnel ne pourrait se retrouver sans l’appui des consortiums : Carel pour la lecture publique et Couperin pour l’enseignement supérieur et la recherche sont à la fois des experts, des intermédiaires et des formateurs. Ils sont également les interlocuteurs privilégiés des éditeurs et contribuent à adapter l’offre aux besoins des bibliothèques. Dans l’univers de la documentation électronique, le bibliothécaire doit développer de nouvelles compétences, de nouveaux réseaux de plus en plus étendus et interprofessionnels comme nous le verrons dans la présentation d’un nouveau « métier », celui de négociateur, au travers du témoignage de Claire NGuyen, ou dans l’activité de groupement de commandes de l’ABES, présentée par Olesea Dubois.

9Bien que la veille et les procédures d’acquisition de périodiques soient complexes, leur gestion ne saurait se réduire à ces démarches commerciales, à l’intervention d’intermédiaires : au-delà du circuit du document, ces supports sont avant tout des vecteurs de contenus et sont à ce titre au cœur de la politique documentaire des établissements. Nous avons pris le parti de fondre, dans la partie « Gérer », le traitement matériel, intellectuel et documentaire des périodiques : bulletinage, équipement, catalogage, politique de prêt, outils de gestion, mise en valeur, évaluation des usages et politique documentaire constituent le quotidien du responsable des périodiques, qu’ils soient papier ou électroniques. L’exemple de la bibliothèque municipale de Mulhouse, présenté par Isabelle Ramon, Laurence Erny et Christiane Burgunder, illustrera bien les différents champs d’intervention d’un responsable de périodiques, la diversité des opérations et réflexions qui s’y rattachent. Nous le verrons ensuite grâce à la présentation claire et synthétique de Kareen Louembé, la gestion des ressources électroniques suit un processus comparable à celui du papier, bien que les modalités techniques lui soient propres. Nous clôturerons cette partie par un focus sur le signalement, par un panorama historique du Sudoc-PS, de son organisation et de ses fonctions, dressé par Christian Chabillon et Anne-Laurence Mennessier.

10La dernière partie sera consacrée à la conservation. Non pas la conservation physique des documents pour laquelle nous renvoyons à des ouvrages plus spécialisés, mais les enjeux de la conservation partagée pour les périodiques. Passage du temps, passage à l’électronique, restrictions budgétaires, saturation des magasins et désherbages sauvages mettent en péril la disponibilité des collections au plan national. Face à cela les réponses des professionnels ont pu prendre différentes formes, mais le leitmotiv est celui de la coopération et du partenariat : conservation partagée nationale ou régionale, globale, typologique ou thématique, protection du patrimoine par microfilmage ou numérisation, toutes ces initiatives vont dans le sens d’une couverture documentaire nationale systématique, et, souhaitons-le, exhaustive. Guy Cobolet présente un exemple de coopération thématique : celui de la conservation partagée des périodiques médicaux en Île-de-France, tandis que Françoise Labrosse rend compte d’une expérience réussie de coopération régionale en Aquitaine. Enfin la BnF, par la voix de Thierry Cloarec et Philippe Mezzasalma, élargit le champ en pilotant un plan national de conservation partagée de la presse régionale.

11Si l’on a pu opposer périodiques papier et électroniques en terme de gestion des stocks versus gestion de flux, la comparaison est assez schématique. Au-delà de cette opposition se situent trois enjeux fondamentaux qui n’ont été qu’ébauchés dans cet ouvrage mais qui mériteraient d’être approfondis : politique documentaire – évaluation – accès. Aux enjeux de coopération et de réseaux répond une nécessité d’évaluer les besoins des différents usagers et de penser les accès à l’information en fonction de leurs usages.

Notas

1 Avant-propos de Bertrand Calenge in : Belbenoît-Avich, Pierre-Marie (dir.), Gérer le développement d’une collection de périodiques, Institut de formation des bibliothécaires, La Boîte à outils, 1998.

2 Balley, Noëlle, « Le bibliothécais sans peine. Petit manuel de conversation courante à l’usage des visiteurs pressés », Bulletin des bibliothèques de France, 2007, t. 52, n° 3.

3 Mouren, Raphaële et Peignet, Dominique (dir.), Le Métier de Bibliothécaire, Éditions du Cercle de la Librairie, 2007.

© Presses de l’enssib, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Open access