Version classiqueVersion mobile

« Varryations »

 | 
Philippe Martin

Partie 3. Contrefaçon

Le livre prohibé à Lyon au XVIIIe siècle et l’imprimerie de Trévoux*

Texte intégral

*Cet article est paru la première fois dans l’ouvrage Quand le Dictionnaire de Trévoux rayonne sur l’Europe des Lumières, sous la direction d’Isabelle Turcan, Paris, Éditions L’Harmattan, 2009 (coll. Patrimoine écrit d’Europe), p. 57-67.

  • 1 Bibliotheca Dumbensis ou Recueil des chartes, titres, documents pour servir à l'histoire des Dombe (...)

1Lyon et Trévoux, outre leur proximité géographique, ont cette particularité d’être toutes deux des adresses bibliographiques connues. Les deux villes n’ont pourtant pas la même tradition éditoriale, ni une production comparable. Celle de Lyon est pluri-séculaire, celle de Trévoux ne couvre qu’environ un siècle. L’histoire de l’imprimerie et de la librairie dans les deux villes est encore bien mal connue. Celle de Lyon au XVIIIsiècle est en cours par nos soins. Celle de Trévoux n’en est qu’à ses balbutiements1. Pourtant, ces deux histoires se rejoignent et se croisent… Jusqu’à son annexion définitive au royaume, la principauté des Dombes est réputée étrangère… et la législation française ne s’y applique pas. C’est d’ailleurs bien pour cette raison, en particulier pour contourner le privilège d’exclusivité de la Gazette, que les jésuites ont choisi d’y imprimer leur Journal. Une telle singularité à leurs portes ne pouvait qu’intéresser au plus haut point les imprimeurs-libraires lyonnais qui, à la contrefaçon qu’ils pratiquaient à grande échelle, ajoutèrent au XVIIIe siècle les impressions de livres prohibés. Sans prétendre à des révélations fracassantes, notre propos sera ici de montrer comment Trévoux a constitué pour les Lyonnais et leurs pratiques illicites, comme pour leurs confrères parisiens, un lieu propice aux impressions frauduleuses.

Trévoux objet de la convoitise lyonnaise

  • 2 Bruno Blasselle, Antoine et Horace Molin, libraires lyonnais (1650-1710), mémoire ENSB, 1979.
  • 3 Toutes les indications biographiques qui suivent, tout au long du texte, sont tirées de notre enqu (...)

2Cette convoitise s’est manifestée aux deux extrémités de la période d’activité de l’atelier de Trévoux. Les premières velléités d’implantation de l’imprimerie dans la capitale des Dombes remontent au début du XVIIe siècle, lorsqu’Henry de Montpensier accorda, le 28 décembre 1603, l’autorisation à un imprimeur-libraire lyonnais d’ouvrir un atelier dans la ville. En dépit de cette autorisation, et pour des raisons que nous ignorons, Claude Morillon n’imprima jamais à Trévoux. Originaire de Villefranche, il fut actif à Lyon de 1594 à sa mort en 1621, puis l’atelier fut repris par sa veuve Antoinette Magret. Toute sa production fut exclusivement lyonnaise. Un second essai plus concluant suivit la décision de la Grande Mademoiselle, en date du 12 mai 1671, de donner à un autre Lyonnais, Jean 1 Molin, l’autorisation d’ouvrir une imprimerie à Trévoux. Les Molin sont une dynastie d’imprimeurs-libraires lyonnais importants et nombreux à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, dont quelques-uns ont été étudiés par Bruno Blasselle2. Fils d’un laboureur prénommé André, Jean 1 appartint, avec son frère Antoine 1, à la première génération à s’être livrée à l’art typographique3. Actif depuis 1649, il mourut en 1688. Sa première impression trévoltienne semble être une Histoire des Juifs de Flavius Josèphe datée de 1672. Son fils André 1 (1658-1722) lui succéda en qualité d’imprimeur et libraire ordinaire du roi à Lyon en 1701. Il avait appris son métier chez son père, et travaillé à Paris. Jean 1 lui avait confié l’imprimerie de Trévoux en 1675. Il la fit tourner jusque vers 1697, année où le privilège des Molin fut révoqué. André 1 avait alors cessé de résider à Trévoux. Les Molin auraient signé une dizaine d’impressions à l’adresse de Trévoux… ce qui fait peu… et suggère une production plus abondante, mais subreptice.

3Le 20 février 1697, le duc du Maine octroyait pour trente ans l’imprimerie trévoltienne à un nommé Pierre Le Rouge. Ce dernier fut tout de suite en butte à l’hostilité des Molin qui n’admettaient pas leur éviction. Il céda très vite son privilège à Lambert Gaspariny… qui le passa à son tour à un nommé Drapier.

4En donnant un privilège d’imprimeur-libraire, le 25 juin 1699, à Jean Boudot, le duc du Maine se tournait désormais vers les Parisiens, n’hésitant pas à leur prêter de l’argent pour équiper le nouvel atelier. Rappelons simplement que Jean Boudot, mort en 1706, s’était très vite adjoint le concours d’Etienne Ganeau, reçu libraire à Paris en 1695, et qui lui succéda pour devenir seul imprimeur titulaire de la principauté en 1707… bien qu’il ait dû très vite s’associer avec d’autres confrères parisiens au sein de la « Compagnie de Trévoux », qui rapidement fit gémir sept presses employant une trentaine de compagnons. Dès 1710, cependant, Ganeau avait regagné Paris, laissant la direction de l’atelier trévoltien à son frère cadet Louis. Ce dernier mourut à Trévoux en février 1716. La responsabilité de l’atelier passa alors au prote François Boulay, qui en 1719 était qualifié de « directeur général de l’imprimerie ».

  • 4 Françoise Weil, « Où étaient imprimés les Mémoires de Trévoux ? », communication au colloque du tr (...)

5Selon Françoise Weil, qui a essayé de démêler l’histoire éditoriale des débuts des Mémoires de Trévoux, ce périodique4, rencontra une période de turbulences entre 1718 et 1730, et des difficultés de transmission des textes entre décideurs parisiens et imprimeurs trévoltiens. Durant cette période, plusieurs numéros des années 1721-1723 portent au titre des mentions telles que : « De l’imprimerie de SAS à Trévoux, et se vendent à Lyon chez les frères Bruyset » ou « et se vendent à Lyon ».

  • 5 Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des Journaux 1600-1789, Paris, Universitas, 1991, 2 volumes. Voir (...)

6L’association parisienne périclita au tournant des années trente, et le 1er février 1731, il fut décidé de vendre les bâtiments et le matériel de la compagnie moribonde. L’impression des Mémoires lancés au début de 1701, fut alors transférée provisoirement à Lyon, puis définitivement à Paris. Pascal Ferrand, auteur de l’article « Mémoires de Trévoux » dans le Dictionnaire des Journaux5, a relevé les noms des imprimeurs apparaissant à partir de 1731 (avant il n’y en a pas !) à la fin des numéros : Claude Perrot de Lyon d’avril 1731 à novembre 1733 ; Robustel de Paris d’avril 1735 à mai 1747, puis son confrère Jorry. Claude-Mathieu Perrot (ca 1681-1745) possédait un atelier d’imprimerie, sis rue Confort à Lyon. Nous savons assez peu de chose de lui, sinon qu’il était allié à plusieurs familles de relieurs, et fut adjoint à la chambre syndicale en 1729, puis de 1736 à 1741.

7À partir des années 1730 et jusqu’à la réunion de la principauté des Dombes à la France, en 1762, l’histoire du devenir de l’atelier de Trévoux est mal connue. Il semble pourtant avoir fonctionné, au moins par à-coups et au bénéfice des Lyonnais et des Parisiens.

  • 6 Arch. Dép. Rhône : 1C221.
  • 7 Arch. Dép. Ain : archives communales de Trévoux, GG 127.

8En juin 1760, Louis-Etienne Ganeau, cédait la Société à son confrère Briasson. Mais avec l’incorporation de la principauté au royaume en 1762, puis la suppression de la Compagnie de Jésus, Trévoux devait assez rapidement perdre tout intérêt pour les Parisiens. En 1768, l’imprimeur lyonnais Aimé Delaroche6 s’intégrait aux huit autres actionnaires. Un an plus tard, il rachetait l’imprimerie à Lebreton, Briasson et à la veuve Durand pour 18 000 livres, adjoignant alors à ses titres et qualités celui « d’imprimeur du roi en Dombes ». Il aurait revendu cette charge à perte, 9 200 livres, à un certain Noël à une date indéterminée. Le 21 juin 1779, il signait encore à Trévoux un reçu de dix-huit livres à un nommé Nazet pour lequel il avait imprimé 4 000 billets pour la confrérie du Saint Sacrement de l’église du lieu7.

  • 8 Michèle Gasc, La naissance de la presse périodique locale à Lyon « les Affiches de Lyon, annonces (...)

9Aimé Delaroche (1715-1801) fut une grande figure du monde du livre lyonnais du XVIIIe siècle8. Il est aujourd’hui considéré comme le créateur de la presse provinciale pour la publication, à partir de 1750, des Affiches de Lyon. En concurrence avec les Valfray et les Bruyset pour le titre d’imprimeur du roi, il fut à plusieurs reprises et durant de longues années adjoint à la chambre syndicale. Comme ses confrères les plus en vue, il était franc-maçon (depuis 1745). Mais surtout, en faisant rouler onze presses en 1763 et en employant selon les circonstances de 24 à 32 ouvriers, il était le plus gros imprimeur de la capitale des Gaules, et fut actif de 1738 à 1793, un record de longévité professionnelle.

  • 9 Arch. Dép. Tarn : C 151 : Mémoire instructif pour faire les devis, plans, marchez & réception des (...)

10Mais l’implication des Lyonnais dans l’imprimerie trévoltienne ne s’est pas limitée à celle des maîtres. Les archives démontrent un va-et-vient constant de main-d’œuvre entre les deux villes. Les patronymes de certains compagnons ayant exercé plus ou moins longuement à Trévoux sont aussi ceux de familles du milieu de l’imprimerie lyonnaise, tels : Cellier, Chize, Justet… Lyon a également été un centre d’approvisionnement en matières premières pour l’atelier de la principauté, en lui fournissant papier et caractères d’imprimerie. Le témoignage de Christophe Moucherel9, facteur d’orgues et fondeur occasionnel de caractères, nous rappelle ainsi le rôle qu’a pu jouer pour, dans les années 1730, le fondeur lyonnais Alexandre Delacolonge :

[…] Ne sçachant quel metier faire, j’entrepris la profession de Fondeur en caracteres d’imprimerie […] Voyant donc que je n’avois point d’ouvrage d’orgues je pris le parti de me remettre à faire des Caractères d’Imprimerie, y étant sollicité par le Sieur Boulay Directeur de l’Imprimerie de Trévoux, & S.A.S. Monseigneur le Duc Dumaine m’honora d’un Privilège avoit exclusif comme je le demandois en France ; mais il n’étoit que pour la Dombes […] je m’établis à Trevoux, où j’y travaillai pendant un an pour cette Imprimerie si fameuse ; Le Fondeur qui travaillé devant moi, qui est le Sieur Lacolonge, demeurant à Lyon, étoit ami avec le premier des Associez qui font travailler cette Imprimerie malgré mon bel ouvrage & le grand marché que je faisois, cet Associé fit si bien auprès des autres qu’on retourna chez le Sr Lacolonge […]

11À travers cette rapide évocation, on aura donc pu constater que l’histoire des deux centres d’impression s’est à plusieurs reprises croisée. La proximité géographique n’explique pas tout.

La contrefaçon et le livre prohibé

  • 10 Cf. supra note 1.

12La production imprimée sortie des presses des Trévoux est aujourd’hui, et pour longtemps encore sans doute, inconnue. Marie-Claude Guigue estimait celle de la Compagnie de Trévoux à 504 titres, quant à Michel Chomarat, il annonçait en 1987 la parution prochaine d’un catalogue… qui se fait attendre10. La mention « Trévoux » sur une page de titre ne signifie pas obligatoirement que l’ouvrage en question ait été imprimé dans cette ville. Par ailleurs, le nom de la ville peut très bien avoir été choisi par des imprimeurs-libraires français désireux de camoufler leurs pratiques illicites. Enfin, de nombreux ouvrages portant au titre d’autres adresses plus ou moins fantaisistes peuvent, pour certains, avoir été imprimés à Trévoux. La situation même de la principauté en faisait un lieu idéal pour s’adonner à la contrefaçon et à la publication d’ouvrages prohibés. Certes, le duc du Maine avait confié à son intendant dans sa souveraineté le soin de surveiller l’imprimerie. Certes, celui-ci sévit en quelques occasions avec sévérité. Mais…

  • 11 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730). Dynamisme provin (...)
  • 12 Jacqueline Roubert, « La situation de l’imprimerie lyonnaise à la fin du XVIIe siècle », in Cinq é (...)

13Arrêtons-nous tout d’abord au cas de la contrefaçon, pratiquée au XVIIIe siècle par la majorité des imprimeurs provinciaux, à commencer par ceux de Lyon et Rouen11, mais aussi par certains de ceux de Paris… qui étaient les premiers à s’en plaindre. Aux XVIIe et XVIIIe siècle, en dépit des risques encourus, elle était pratiquée par la quasi-totalité des professionnels lyonnais12. Pour nombre d’entre eux, elle constituait même une planche de salut leur permettant de survivre.

  • 13 Souligné par nous. Les contrefaçons se signalaient fréquemment, en particulier à Lyon au XVIIe siè (...)

14Or, les privilèges de librairie accordés par le roi de France ne protégeaient leurs détenteurs que dans l’étendue des territoires soumis à ce monarque. En théorie, les impressions faites à Trévoux d’ouvrages français ou étrangers privilégiés n’étaient pas, au strict sens légal du terme, des contrefaçons… même si par commodité nous les appelons ainsi. Elles étaient en tout cas moins illicites que les véritables contrefaçons faites dans un atelier français… à Lyon, par exemple. D’une certaine manière, le duc du Maine lui-même, dans son privilège du 20 février 1697 à Pierre Le Rouge, ouvrait la boîte de Pandore en proclamant : « […] avoir des presses et des caractères [...] imprimer… tous bons livres généralement de quelques sciences, arts libéraux ou mécaniques [...] tant sur les copies imprimées dans le royaume de France ou pais étrangers13 que sur les manuscrits [...] les faire vendre et débiter dans toute l'étendue de notre Souveraineté [...] ».

  • 14 Cf. supra note 12.
  • 15 Arch. Dép. Rhône : BP 2951, 9 janvier 1699, plainte de Pralard.
  • 16 Françoise Weil, L’interdiction du roman et la librairie 1728-1750, Paris, Aux Amateurs de livres, (...)

15Il est tout à fait certain que les imprimeurs lyonnais puis parisiens qui se sont succédé dans la principauté ont mis à profit cette opportunité. Dans son étude sur la contrefaçon lyonnaise de la seconde moitié du XVIIe siècle, Anne Béroujon14 signale le cas d’un Guy Drapier, poursuivi en 1699 pour impression de 2 500 exemplaires du Nouveau Testament du P. Quesnel15. Ce Guy Drapier pourrait bien être l’éphémère et second successeur à Trévoux de Pierre Le Rouge ! Nous savons par ailleurs, grâce à la thèse de Françoise Weil, que les agissements de ce dernier comme contrefacteur ont été explicitement dénoncés à la direction de la librairie16.

  • 17 Michel Chomarat, Vraies et fausses impressions de Trévoux au XVIIIe siècle, op. cit.

16Il est certain, également, que l’arrivée des Boudot et Ganeau ne fit pas cesser les contrefaçons, contrairement à ce qu’avance Michel Chomarat17. Que des professionnels de premier plan, comme Briasson et Lebreton, les imprimeurs de l’Encyclopédie, se soient intéressés un temps à Trévoux est d’ailleurs hautement significatif. La principauté pouvait se révéler, pour les Lyonnais comme pour les Parisiens, un endroit idéal et discret, et un paravent juridique. Que les Parisiens se soient désengagés après l’incorporation de la principauté au royaume en est une confirmation, dans la mesure où ce territoire perdait alors tout intérêt pour eux.

  • 18 <  http://membres.lycos.fr/domvarry/fad.html >.

17Évaluer l’ampleur de la contrefaçon trévoltienne, et en identifier la production tiennent de la gageure dans la mesure où, là comme ailleurs, les quelques cas connus ne le sont que par quelques rares procédures judiciaires. Françoise Weil et Michel Chomarat ont identifié un certain nombre de ces éditions. Ces identifications n’ont été rendues possibles que par des études de bibliographie matérielle, c’est-à-dire d’archéologie du livre imprimé : filigranes des papiers, matériel typographique, matériel ornemental (bandeaux et culs-de-lampe), et surtout pratiques de composition. Une autre source peut également être mise à profit : les identifications données par de nombreux catalogues imprimés de libraires, en particulier lyonnais, qui, en décrivant une édition sous une adresse X, dévoilent parfois entre parenthèses la ville réelle d’impression et, hélas très rarement, le nom de l’imprimeur. Une investigation en cours sur les catalogues de ventes, menée sous notre direction, a déjà permis de signaler sur internet un certain nombre de ces identifications18. Nous ne donnerons ici qu’un seul exemple de ces notices, mais significatif à nos yeux dans la mesure où il dénonce Ganeau, et ce dès 1704 :

  • 19 BM Lyon (ensuite BML) : 37137 (tome 2), Catalogue de livres sur toutes sortes de matières, qui se (...)

Caractères (Les) d'Epictète avec l'explication du tableau de Cebes, par M. l'abbé de Bellegarde, Liège, Broncart, [Trévoux, Ganeau], 1704, in-12°19

  • 20 BML : 119 893 (année 1756) et 118 487 (année 1758).

18À la simple contrefaçon, Trévoux pouvait ajouter d’autres productions. Nous en citerons, pour l’anecdote, celle des cartes à jouer… avant d’évoquer plus longuement le livre interdit. La bibliothèque municipale de Lyon20 conserve en effet quelques brochures relatives à des procédures pour importation à Lyon et contrebande de cartes à jouer fabriquées à Trévoux. Sortaient-elles de l’imprimerie, nous n’oserions l’affirmer. C’est ainsi que le 20 mai 1756 on poursuivait « la femme Garin veuve Chanel, coupable d’avoir introduit quatre sizains de cartes étrangères [i.e. imprimées à Trévoux] non revêtus de la bande de controlle ». Le 8 novembre 1756, c’est un nommé Pierre Charles qui était arrêté pour contrebande de soixante-treize « sixains de cartes prohibées ». Ces cas témoignent pour tous ceux qui ne se sont pas fait prendre…

  • 21 Voir aussi supra, p.177.
  • 22 Sabine Juratic, Le monde du livre à Paris entre absolutisme et Lumières. Recherches sur l’économie (...)
  • 23 Dominique Varry, « André Degoin, imprimeur-libraire lyonnais condamné pour production d'ouvrages p (...)
  • 24 Arch. Dép. Rhône: C 253.

19Lyon au XVIIIe siècle fut un centre d’impression qui, à la production autorisée et à la contrefaçon, ajouta celle du livre interdit… Le spectre de cette production prohibée est très large, allant de la pornographie à l’athéisme en passant par des textes divers des philosophes reconnus comme des Rousseau du ruisseau. Montesquieu, Helvétius, Voltaire, Rousseau, l’abbé Raynal, et bien d’autres se sont ainsi vu reproduire clandestinement sous des adresses étrangères. L’Esprit des lois de Montesquieu, publié pour la première fois à Genève en octobre 1748, a ainsi été immédiatement reproduit par les Parisiens sous son adresse genevoise, puis par les Lyonnais Pierre et Benoît Duplain et Aimé Delaroche au début 1749 sous la fausse adresse « A Leyde, chez les libraires associés ». En 1764, Jean-Marie Bruyset publiait six volumes d’Œuvres de Montesquieu à l’adresse d’Amsterdam et Leipzig chez Arkstée et Merkus. En avril 1772, Jean-Marie Barret publiait des Œuvres de Rousseau en une dizaine de volumes imitant une édition hollandaise. Dix ans plus tôt, Jean-Baptiste Réguilliat s’était fait prendre en août, alors qu’il faisait un second tirage pirate du Contrat social de Rousseau qu’il diffusait déjà21. En 1775, Regnault collaborait avec les Genevois Cramer et Grasset à la publication de la célèbre « édition encadrée » des Œuvres de Voltaire. De 1772 à 1782, le grand best-seller que fut l’Histoire philosophique des deux Indes… connut vingt éditions pirates… sur lesquelles douze sortirent d’ateliers lyonnais (Regnault, Faucheux, Vialon, Barret). La liste pourrait être poursuivie. Elle témoigne d’un dynamisme de l’imprimerie lyonnaise totalement occulté jusqu’à présent. On comprendra donc que, dans cette conjoncture, la proximité de Trévoux ait pu constituer un atout pour les Lyonnais… comme pour leurs homologues parisiens22. Trévoux, jusqu’à son incorporation au royaume, a donc représenté pour les imprimeurs-libraires parisiens un lieu idéal pour la production discrète d’ouvrages à risque. Ajoutons qu’il en a été de même pour les Lyonnais. Imprimer un ouvrage prohibé demandait une grande prudence. Il fallait choisir des compositeurs et des pressiers sûrs au sein du personnel de l’atelier… qui pouvait comporter des gens trop bavards, voire des espions de police. Il fallait ensuite travailler en secret, au besoin le soir ou le dimanche. C’est dans ce genre de situation que Trévoux pouvait se révéler utile. Une affaire au moins nous permet de vérifier la réalité du phénomène : celle du lyonnais André Degoin, reçu libraire en 1719 et imprimeur en 1729, condamné par contumace aux galères à perpétuité le 23 mai 1735. Il s’agit de la plus lourde condamnation prononcée à Lyon au XVIIIe siècle en matière de librairie23. Déjà inquiété pour diffusion d’ouvrages protestants à la foire de Beaucaire en 1727, il avait réussi à éviter les poursuites. Cependant, en juillet 1734, trois saisies d’ouvrages prohibés, pour l’essentiel protestants, aux foires de Beaucaire et à Villeneuve-lès-Avignon, entraînèrent la découverte à Lyon de ses magasins secrets… et sa fuite immédiate, laissant derrière lui femme et enfants. Les investigations policières lyonnaises permirent la découverte de 8 634 exemplaires de livres protestants prohibés. Les experts commis pour leur examen déterminèrent que la plupart des titres incriminés avaient été imprimés par Degoin. Un autre témoignage, fort ténu du dossier, est très important pour notre propos24. Une nommée Marguerite Verne, créancière de Degoin, révéla en effet qu’elle l’avait nourri tandis qu’il imprimait à Trévoux en septembre 1733.

20Nous avons ainsi la preuve que les Lyonnais n’hésitaient pas à aller imprimer certains ouvrages présentant des risques à Trévoux. Degoin n’a certainement pas été le seul à se livrer à cette pratique. Nous savons que leurs confrères parisiens en faisaient tout autant, et qu’imprimeurs des deux villes pouvaient même, à l’occasion, travailler sinon ensemble du moins en parallèle, à l’abri de la police du roi.

  • 25 Arch. Dép. Rhône : 1 C 221, dossier Aimé Delaroche, document non daté.

21Au terme de cette rapide évocation, force nous est bien de reconnaître que ce qui a fait le succès de l’imprimerie de Trévoux est sa situation par rapport au royaume. Une fois l’annexion réalisée, elle ne présentait plus le moindre intérêt. En théorie, l’administration du prince surveillait les produits des presses. Dans la réalité, cette surveillance a sans doute été bien relative. Nous savons aussi que la Direction de la librairie a joué de cette situation, accordant parfois des permissions « données tacitement », voire des « permissions orales », à condition que les impressions incriminées se fassent hors du royaume, en Dombes. Parisiens et Lyonnais ont, tour à tour ou conjointement, profité de cette situation. La production trévoltienne réelle demeure donc pour longtemps encore un mystère. Ce qui est aujourd’hui assuré est qu’une partie des livres prohibés dus à des imprimeurs-libraires lyonnais et parisiens a bel et bien été fabriquée à Trévoux. Le témoignage que portait Aimé Delaroche25 dans les années 1770 résume assez bien cette situation :

[…] L’Imprimerie établie à Trévoux a été, sous le Gouvernement des Princes de Dombes, un objet de spéculation de quelques libraires de Paris empressés de profiter de la facilité d’imprimer au cœur de la France, dans une ville étrangère, des ouvrages dont l’impression n’eût pas été tolérée à Paris sous les yeux du Gouvernement. C’est à cette raison qu’a été düe la célébrité de l’Imprimerie de Trévoux. La Compagnie des Libraires de Paris qui a élevé l’Imprimerie qui y existoit devoit nécessairement être chargée du service du Souverain puisqu’il n’y avoit pas d’autre Imprimerie. Il est superflu d’observer que ce service, envisagé seul, ne pouvoit former un objet de commerce […]

Notes

1 Bibliotheca Dumbensis ou Recueil des chartes, titres, documents pour servir à l'histoire des Dombes… publiés par MM. Valentin-Smith et MC Guigue, Trévoux, imprimerie de Jules Jeannin, 1854-1885, p. 561-563 et 679-706. Marie-Claude Guigue, « Notice sur l'ancienne imprimerie de Trévoux », Revue du Lyonnais, 1855, tome X, p. 179-193. Michel Chomarat, Vraies et fausses impressions de Trévoux au XVIIIe siècle, Lyon, Centre culturel de Buenc, 1987. Cloé Hiron, Marie-José Kerhoas, Laurence Le Bras, Guénola Queinnec, L’imprimerie à Trévoux : bibliographie critique et étude des sources, Diplôme de conservateur des bibliothèques, Mémoire d’initiation à la recherche, Villeurbanne, Enssib, 2001.

2 Bruno Blasselle, Antoine et Horace Molin, libraires lyonnais (1650-1710), mémoire ENSB, 1979.

3 Toutes les indications biographiques qui suivent, tout au long du texte, sont tirées de notre enquête prosopographique sur les « Gens du livre à Lyon au XVIIIe siècle ».

4 Françoise Weil, « Où étaient imprimés les Mémoires de Trévoux ? », communication au colloque du tricentenaire…, Lyon, 2001.

5 Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des Journaux 1600-1789, Paris, Universitas, 1991, 2 volumes. Voir tome 2, notice n° 809, p. 805-816.

6 Arch. Dép. Rhône : 1C221.

7 Arch. Dép. Ain : archives communales de Trévoux, GG 127.

8 Michèle Gasc, La naissance de la presse périodique locale à Lyon « les Affiches de Lyon, annonces et avis divers », mémoire ENSB, 1977. Nelly Dumont, Aimé Delaroche, imprimeur lyonnais du XVIIIe siècle et la presse locale, mémoire ENSB, 1982. Claude-Frédéric Casio, L'almanach de la ville de Lyon au XVIIIe siècle (1711-1791), mémoire ENSB, 1983.

9 Arch. Dép. Tarn : C 151 : Mémoire instructif pour faire les devis, plans, marchez & réception des orgues… Fait par le sieur Christophe Moucherel…

10 Cf. supra note 1.

11 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730). Dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris, École nationale des Chartes, 1998.

12 Jacqueline Roubert, « La situation de l’imprimerie lyonnaise à la fin du XVIIe siècle », in Cinq études lyonnaises, Genève-Paris, Droz, 1966, p. 77-111. Guy Parguez, « Essai sur l’origine lyonnaise d’éditions clandestines de la fin du XVIIe siècle », in Nouvelles études lyonnaises, Genève, Droz, 1969, p. 93-130. Anne Béroujon, « Les réseaux de la contrefaçon de livres à Lyon dans la seconde moitié du XVIIe siècle », article à paraître dans Histoire et civilisation du livre : revue internationale, 2006, n° 2.

13 Souligné par nous. Les contrefaçons se signalaient fréquemment, en particulier à Lyon au XVIIe siècle, par la mention au titre (en petits caractères au-dessus de l’adresse de l’imprimeur contrefait) « sur la copie imprimée » ou « iouxte la copie imprimée ».

14 Cf. supra note 12.

15 Arch. Dép. Rhône : BP 2951, 9 janvier 1699, plainte de Pralard.

16 Françoise Weil, L’interdiction du roman et la librairie 1728-1750, Paris, Aux Amateurs de livres, 1986, p. 351-361, voir p. 354. BnF : mss. français 22126, f° 221-223.

17 Michel Chomarat, Vraies et fausses impressions de Trévoux au XVIIIe siècle, op. cit.

18 <  http://membres.lycos.fr/domvarry/fad.html >.

19 BM Lyon (ensuite BML) : 37137 (tome 2), Catalogue de livres sur toutes sortes de matières, qui se trouvent à Lyon chez les frères Périsse, libraires grande rue Mercière, à la couronne d’or. Première partie contenant les livres français, A Lyon, [Périsse, ca 1762], n° 684.

20 BML : 119 893 (année 1756) et 118 487 (année 1758).

21 Voir aussi supra, p.177.

22 Sabine Juratic, Le monde du livre à Paris entre absolutisme et Lumières. Recherches sur l’économie de l’imprimé et sur ses acteurs, thèse pour le doctorat de l’École pratique des hautes études, Paris, EPHE, 2003.

23 Dominique Varry, « André Degoin, imprimeur-libraire lyonnais condamné pour production d'ouvrages protestants (vers 1735) », La lettre clandestine, 2004, n° 13, p. 71-84.

24 Arch. Dép. Rhône: C 253.

25 Arch. Dép. Rhône : 1 C 221, dossier Aimé Delaroche, document non daté.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search