Version classiqueVersion mobile

« Varryations »

 | 
Philippe Martin

Partie 3. Contrefaçon

L’édition encadrée des Œuvres de Voltaire (1775)*

Une collaboration entre imprimeurs-libraires genevois et lyonnais ?

Texte intégral

*Cet article est paru la première fois dans l’ouvrage Voltaire et le livre. Textes réunis par François Bessire et Françoise Tilkin, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2009, p. 107-116.

  • 1 Jeroom Vercruysse, Les éditions encadrées des Œuvres de Voltaire de 1775, Oxford, The Voltaire Fou (...)

1La dernière édition des Œuvres faite du vivant de Voltaire, dite édition « encadrée », est déjà bien connue, grâce en particulier à l’étude magistrale que lui a consacrée Jeroom Vercruysse dans les Studies en 19771. Celui-ci avait alors montré qu’il existait non pas une, mais deux éditions encadrées de 1775. Il distinguait alors une édition genevoise officielle d’une « contrefaçon » possiblement lyonnaise… sans pour autant pouvoir en identifier la provenance réelle. Les travaux que nous menons depuis plusieurs années sur le monde du livre et les « gens du livre » à Lyon au XVIIIe siècle, qui allient recherches prosopographiques et analyses de bibliographie matérielle, permettent aujourd’hui d’ouvrir à nouveau le dossier, et d’essayer d’apporter quelques éléments de réponse aux questions soulevées alors.

W 75 X = W 75 L

2Cette mystérieuse formule signifie tout simplement que l’édition « pirate » que nous venons d’évoquer est bel et bien lyonnaise, et que nous sommes en mesure d’en identifier l’imprimeur. Le travail de Jeroom Vercruysse s’était appuyé sur une double étude textologique et typographique. Le temps dont nous disposions pour la préparation de cette communication, et nos propres compétences, ont limité notre investigation à un examen de bibliographie matérielle de plusieurs collections, complètes ou non. Celles-ci sont aujourd’hui en mains privées, et nous tenons à remercier leurs propriétaires de nous avoir autorisé à les examiner, volume par volume, tout à loisir.

  • 2 Et non « Misson » comme le relevait Vercruysse sur des pages où la pliure de la feuille mutilait l (...)

3Vercruysse avait, reproductions à l’appui, relevé les caractéristiques matérielles de l’édition officielle, faite à Genève par Gabriel Cramer associé à Isaac Bardin et Gabriel Grasset. Composée de quarante volumes in-octavo, auxquels certains détenteurs ont pu, à l’occasion, ajouter sous la même reliure uniforme quelques volumes supplémentaires de textes voltairiens édités ailleurs, cette édition baptisée W 75 G est aisément reconnaissable aux petites palmettes qui ornent chacun des quatre coins de l’encadrement de ses pages. Elle a été imprimée avec du matériel typographique de Fournier sur un papier du moulin auvergnat Missonnier2 d’Ambert, et comporte des signatures en chiffres romains.

Photo 1. Page de titre de l’édition W 75 G

Photo 1. Page de titre de l’édition W 75 G

Source : Collection privée. Photo : Dominique Varry.

Photo 2. La palmette d’angle de l’édition W 75 G

Photo 2. La palmette d’angle de l’édition W 75 G

Source : Collection privée. Photo : Dominique Varry.

  • 3 Jeroom Vercruysse, Les éditions encadrées…, op. cit., p. 54.
  • 4 Best. D 20678.

4Notre auteur avait aussi signalé l’existence d’une autre édition, copiant la précédente, mais dont les coins de l’encadrement étaient ornés d’une fleurette, et non d’une palmette. Baptisée W 75 X, cette édition était qualifiée de « contrefaçon », terme à notre avis un peu rapide et impropre auquel nous préférons, pour le moment, celui d’édition pirate. Vercruysse en avait examiné quatre exemplaires complets, et apparemment homogènes, à l’université libre de Bruxelles, à la bibliothèque Saltykov-Tchédrine de Saint-Pétersbourg, à la British Library, et à la Bibliothèque nationale (Z 24880-24919). Il relevait la « […] supériorité textologique incontestée de W 75 G sur W 75 X, le premier type étant le produit de la collaboration auteur-imprimeur [car seul à être cartonné], le second celui d’une contrefaçon dont la localisation reste inexpliquée pour le moment »3. De fait, notre auteur avait bien quelques soupçons… et certains indices qui pouvaient laisser entrevoir une provenance lyonnaise. Citant une lettre de Cramer à Necker de Germagny, en date du 28 mai 17774, il y relevait que deux libraires lyonnais ayant appris l’existence de l’impression en cours auraient proposé à Cramer de s’en porter acquéreurs, ce à quoi ce dernier aurait répondu qu’il y avait une autre personne à qui il croyait devoir la préférence. L’un de ces libraires lyonnais était Regnault… que nous retrouverons un peu plus loin.

  • 5 Gabriel Peignot, Recherches sur les ouvrages de Voltaire, Paris, chez les marchands de nouveautés, (...)

5D’autres indices, tout aussi ténus, développés par notre prédécesseur laissent supposer l’existence d’une possible édition lyonnaise, qu’il considère comme n’étant aucune des deux qu’il examine. Il se réfère ainsi à l’allusion faite en 1817 par Gabriel Peignot5 à une collection d’Oeuvres de Voltaire en 41 volumes in-octavo datant de 1775, et donnée pour lyonnaise dans le Catalogue des livres de la bibliothèque de feu Chrétien-Guillaume Lamoigon-Malesherbes (Paris, 1797), dont elle constituait le lot n° 3194. Le fait que cette édition ne soit aucunement connue des bibliographes lyonnais du XIXe siècle, tels Monfalcon et Delandine, ne constitue pas à nos yeux un élément probant.

6Outre la fleurette d’angle de l’encadrement, l’édition W 75 X présente d’autres différences d’avec l’édition genevoise. Les versos blancs du faux-titre et du titre comportent l’encadrement, ce qui n’est pas le cas de W 75 G. Ses pages de titre comportent systématiquement une petite vignette composée et un réglet torsadé, alors que les titres de W 75 G n’arborent que des réglets fins et droits. Notre édition « pirate » est elle aussi imprimée sur du papier d’Auvergne (contremarques AUVERGNE et J cœur NOVRISSON). Cependant, certaines feuilles portent des contremarques UELAY et I cœur LEBON.

Photo 3. Page de titre de l’édition W 75 X

Photo 3. Page de titre de l’édition W 75 X

Source : Collection privée. Photo : Dominique Varry.

Photo 4. La fleurette d’angle de l’édition W 75 X

Photo 4. La fleurette d’angle de l’édition W 75 X

Source : Collection privée. Photo : Dominique Varry.

  • 6 Fleuron (Lausanne) : < http://dbserv1-bcu.unil.ch/ornements/scripts/fleuron.php >. Maguelone (Montpellier) : < http://tango.univ-montp3.fr/MagueloneV.taf >.

7Mais surtout, le matériel ornemental utilisé en compositions pour les vignettes de titres, les bandeaux et les culs-de-lampe peut aujourd’hui être identifié grâce aux bases de données d’ornements6, et attribué à l’atelier d’imprimerie du Lyonnais Geoffroy Regnault. Tel est, par exemple, le cas des ornements suivants :

Maguelone m0142-1

Maguelone m0142-1

Maguelone m0100-1

Maguelone m0100-1
  • 7 David Smith, Bibliography of the writings of Helvetius, Ferney-Voltaire, Centre international d’ét (...)
  • 8 Claudette Fortuny, « Les éditions lyonnaises de l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal », Hist (...)
  • 9 Dominique Varry, « Les échanges Lyon-Société typographique de Neuchâtel », Le rayonnement d'une ma (...)

8Geoffroy Regnault est un imprimeur lyonnais, jusqu’ici méconnu, mais dont la production commence à sortir de l’anonymat derrière lequel il se cachait. David Smith lui a restitué plusieurs éditions importantes d’Helvétius7. Nous ajouterons, pour notre part que l’édition B2 du Bonheur (A Londres, 1772) identifiée comme lyonnaise mais non attribuée par David Smith, sortait de son atelier. Enfin, Claudette Fortuny8 vient de le prendre en flagrant délit, seul ou avec d’autres compères lyonnais, d’impressions sous fausses adresses de plusieurs éditions de l’Histoire des deux Indes de Raynal. Nous savions déjà, grâce à Robert Darnton, qu’il avait collaboré avec Joseph Duplain, Charles Panckoucke et la Société typographique de Neuchâtel à l’impression de l’édition in-quarto de l’Encyclopédie. Il a d’ailleurs travaillé de longues années durant avec la Société typographique de Neuchâtel, et c’est dans les archives de cette dernière que figure un exemplaire de sa lettre circulaire qui nous annonce la cession de sa librairie à son fils9.

  • 10 Léon Moulé, « Rapport de Cl. Bourgelat sur le commerce de la librairie et de l’imprimerie à Lyon e (...)

9Nous savons par ailleurs que Geoffroy Regnault est né à Lyon en 1710, qu’il a commencé à travailler comme libraire en 1743 avant d’être reçu imprimeur en 1757. Il a exercé jusqu’à la Révolution, mais avait cédé sa librairie à son fils Gabriel en 1773. Il avait ouvert un cabinet de lecture en 1759, le premier créé à Lyon à notre connaissance. Le rapport de l’inspecteur Bourgelat10 à Sartine, de 1763, le signalait parmi les imprimeurs de mauvaise réputation, indiquant qu’il faisait alors rouler trois presses dont une « presque toujours une uniquement destinées à faire les épreuves », et ajoutait : « imprime de tems en tems quelques ouvrages pour ses collègues ». Il fut adjoint à la chambre syndicale en 1784.

10Un examen attentif des différents volumes de l’édition W 75 X révèle l’utilisation de trois types de signatures : vingt-sept volumes sont signés de chiffres arabes, huit de chiffres romains, et cinq comportent les deux types de signatures.

Signatures en chiffres arabes Signatures en chiffres romains Signatures mixtes (chiffres arabes et chiffres romains)
Tomes 1, 4, 6, 7, 9, 12, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 35, 36, 39, 40 Tomes 2, 3, 5, 8, 13, 34, 37, 38 Tomes 10, 11, 14, 15, 16
  • 11 Andrew Brown avait fait le même constat et la même supposition dans son article : « Voltaire and C (...)
  • 12 Claudette Fortuny, loc. cit.

11Cette constatation nous amène à supposer la collaboration de deux ateliers au moins à la composition voire à l’impression de cette édition11. Nous savons qu’à l’époque où s’imprimait l’édition encadrée, Geoffroy Regnault collaborait avec deux autres collègues lyonnais pour produire l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal12 : Claude-André Vialon et son neveu Claude-André Faucheux.

12Claude-André Vialon avait été reçu imprimeur-libraire en 1736, et exerça jusqu’en 1782. En 1763, il faisait rouler quatre presses. Il fut adjoint à la chambre syndicale de 1744 à 1757, et de 1765 à 1782. Son neveu Claude-André Faucheux était né à Lyon le 19 mars 1741, et fut exécuté le 15 décembre 1793 par la Commune révolutionnaire. Reçu en 1765, il fut actif jusqu’à 1793. Il avait pourtant été interdit par le Conseil d’État en mars 1782… ce qui ne l’empêcha pas de continuer à travailler comme si de rien n’était. Franc-maçon, il fut membre des Amis de la constitution de Lyon en 1790.

13À vrai dire, aucun élément du dossier ne permet d’affirmer leur participation à la production de l’encadrée lyonnaise… si ce n’est leur collaboration traditionnelle avec un Regnault qui paraît un peu « faible » pour avoir pu assurer seul la composition et l’impression de quarante volumes, parallèlement à une production plus officielle.

Édition pirate ou édition conjointe ?

14Au cours de notre investigation, il nous a été donné de pouvoir examiner, à Lyon, un exemplaire d’une collection privée (que nous nommerons A) comportant quarante-deux volumes, c'est-à-dire les quarante volumes de l’encadrée, plus deux autres volumes de textes voltairiens sur lesquels nous allons revenir. L’ensemble est habillé d’une reliure uniforme fin XVIIIe siècle en veau, un filet doré entourant les plats, dos long orné aux petits fers, pièce de titre de maroquin rouge « Voltaire 1-42 », pièce de tomaison en maroquin vert « titre, tome ». Les volumes ont les gardes blanches et les tranches jaunes. Visiblement, ces quarante-deux volumes ont été reliés et conservés ensemble depuis leur achat. Cet exemple montre bien que, comme dans le cas de l’exemplaire Malesherbes signalé par Peignot et évoqué plus haut, des libraires ou des acheteurs ont pu, à l’époque de la parution de l’édition encadrée, lui adjoindre un nombre variable de compléments.

  • 13 Tome premier : 1-|1 bl.-2]-274-[1-1 bl.] p. ; in-8° ; (π2 A-R8 S2). Tome second : |1-1 bl.-1-1bl.] (...)

15Dans le cas présent, les deux derniers volumes ne possèdent aucun encadrement. Le volume 41 est constitué des tomes premier et second de La Bible enfin expliquée par plusieurs aumoniers de S.M.L.R.D.P. Troisième édition. Revue, corrigée et augmentée, A Londres, 1777, in-8°13. Le matériel ornemental utilisé est constitué de fleurons aujourd’hui bien identifiés par la base « Fleuron » de Lausanne comme appartenant à Gabriel Grasset :

Fleuron or0188 : au titre du tome 1

Fleuron or0188 : au titre du tome 1

Fleuron or0441-3 : au titre du tome 2

Fleuron or0441-3 : au titre du tome 2
  • 14 Andrew Brown, loc. cit.

16L’adjonction de ce quarante et unième volume, imprimé par Gabriel Grasset, est compréhensible quand on se souvient, comme l’a montré Andrew Brown14, que ce dernier a régulièrement collaboré avec Cramer, et en particulier à l’encadrée.

17Le tome 42, quant à lui, se compose de deux textes reliés à la suite de l’autre :

  • Lettres chinoises, indiennes et tartares. A Monsieur Paw, par un benedictin. Avec plusieurs autres pieces intéressantes. Londres, 1776, [1-1bl.-1-1bl.]-182-[2] p. ; in-8° ; (π2 A-L8 M4).
  • Un chrétien contre six juifs. Londres, 1777, [2 bl.-2]-188 p. ; in-8° ; (π2 A-L8 M6).
  • 15 Sur les pratiques de ce libraire, voir : Jeroom Vercruysse, « Typologie de Marc-Michel Rey », Buch (...)

18Les deux textes présentent des signatures en chiffres arabes jusqu’au cinquième feuillet inclus, en milieu de page, pratique révélatrice d’un atelier hollandais. De fait, il s’agit de textes dévoilés par le Catalogue collectif de France, comme provenant de Marc-Michel Rey15.

  • 16 Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des lettres (...)

19Bachaumont16 signalait à la date du 22 avril 1776 :

On annonce de l’infatigable M. de Voltaire un nouvel ouvrage ayant pour titre Lettres Tartares & Chnoises. C’est tout ce qu’on en sait.

  • 17 Jeroom Vercruysse, Les éditions encadrées…, op. cit. p. 28.

20Au-delà de l’ajout de ces compléments récents à l’édition encadrée, cet exemplaire est intéressant en ce qu’il mêle des volumes des deux éditions genevoise et lyonnaise. En effet, les tomes 1 à 20 et 24 à 40 appartiennent à l’édition W 75 G… mais les tomes 21, 22, 23 proviennent de l’édition de Lyon W 75 X. Or, cet exemple n’est sans doute pas isolé, et ne paraît pas relever d’une simple manipulation de libraire. Jeroom Vercruysse, sans y insister, avait semble-t-il déjà rencontré des cas semblables17 :

[…] s’il n’est pas impossible de rencontrer des collections réunissant arbitrairement des volumes de type W 75 G et de type W 75 X, il n’est pas interdit d’imaginer des textes W 75 G et W 75 X pourvus des faux-titres et titres inverses […]

21Et, de fait, nous en avons rencontré plusieurs, mais nous nous contenterons d’en signaler deux ici. Remarquons toutefois que, dans ces deux cas, il s’agit de volumes isolés, coupés de leur collection d’origine.

  • 18 BM Montpellier : 75587. Nous remercions vivement Claudette Fortuny, qui nous les a signalés.
  • 19 BM Montpellier : 48886.

22Le premier exemple concerne des volumes des Questions sur l’Encyclopédie aujourd’hui conservés à la bibliothèque municipale de Montpellier18. Les six tomes de cet ensemble comportent un faux-titre et un titre de l’édition lyonnaise, et le texte de l’édition genevoise. La même bibliothèque conserve un autre exemplaire des Questions dans lequel tous les volumes proviennent de l’édition genevoise (faux-titres et titres compris)19.

23Le second exemple est constitué par trois volumes dépareillés de Pièces détachées, portant au contreplat un ex-libris gravé « J.-P. Mallet », et aujourd’hui conservés en mains privées. Tous trois comportent un faux-titre et un titre de l’édition de Genève, et le texte de l’édition de Lyon. Le tome 1 est signé en chiffres romains, les tomes 2 et 3 en chiffres arabes. Par ailleurs, le tome 2 inclut un « avertissement au relieur », souvent absent des autres collections examinées.

24Il est donc patent que l’édition lyonnaise ne doit pas être considérée comme une « contrefaçon », ainsi que la désignait Jeroom Vercruysse. Le terme, nous l’avons dit, est d’ailleurs impropre. Elle n’est pas davantage une édition pirate. En revanche, on peut raisonnablement se demander si elle ne participe pas du même processus éditorial, avec un petit temps de retard, que l’édition genevoise. Le fait que Regnault en soit l’artisan principal doit nous inciter à réexaminer la question, et à nous demander si Regnault, et ses éventuels comparses lyonnais, n’était pas davantage un collaborateur de Cramer et de son équipe (Bardin, Grasset) qu’un concurrent.

  • 20 Jeroom Vercruysse, Les éditions encadrées…, op. cit., p. 14.
  • 21 Robert Darnton, L’aventure de l’Encyclopédie. Un best-seller au siècle des Lumières, Paris, Perrin (...)

25Souvenons-nous que Regnault était un correspondant régulier de Cramer, qu’il lui proposa d’illustrer les volumes avec des cuivres qui lui appartenaient, et dont Cramer lui en acheta pour 16 000 francs20. Regnault informa d’ailleurs Panckoucke de cette transaction. Souvenons-nous également que Regnault était, sur la place de Lyon, un informateur de Panckoucke. C’est en tout cas un des rôles qu’il avait joué en informant ce dernier des manigances de Joseph Duplain dans l’affaire de l’Encyclopédie, comme l’attestent les archives de la Société typographique de Neuchâtel : « C’est par son canal [G. Regnault] que je suis instruit de toutes les démarches de Duplain mais il ne faut pas qu’il soit compromis […] »21. Ces divers éléments nous incitent à nous interroger sur l’ombre de Panckoucke qui semble se profiler en arrière-plan de l’histoire de ces éditions…

Le rôle de Charles-Joseph Panckoucke ?

  • 22 Suzanne Tucoo-Chala, Charles-Joseph Panckoucke et la librairie française 1736-1798, Pau et Paris, (...)
  • 23 Best. D 19526.

26Charles-Joseph Panckoucke22 avait été prévenu par Cramer de son intention de publier l’édition in-octavo que nous appelons l’encadrée. Il débitait alors l’édition in-quarto [W 68], mais se montra très désireux de s’associer à l’opération, comme le notait Gabriel Cramer dans une lettre du 25 mai 1777 à Louis Necker de Germagny23 :

Panckoucke toujours avide me sollicite de faire cette édition pour son compte. Je lui représentais que lui ayant cédé la grande édition in-4°, il était juste que je songeasse un peu à moi ; il me pressa beaucoup, et je lui donnai dès lors, sinon une parole, du moins un assentiment.

  • 24 Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des lettres (...)

27Cette promesse fut-elle honorée ? Dans quelles conditions ? Nous ne le savons pas. Toujours est-il que Panckoucke, dès le lancement de l’édition encadrée genevoise au début de 1776, en acheta des ballots qu’il fit entrer clandestinement à Paris. De leur côté, les Mémoires secrets de Bachaumont24 signalaient, à la date du 16 février 1776 :

La Nouvelle Edition de Geneve des Œuvres de M. de Voltaire en 40 vol. in 4° paroît ici furtivement, car le Libraire Panckoucke qui a eu une permission d’en introduire une certaine quantité d’exemplaires, ne le pourra qu’avec des cartons : ce qui ôtera tout son mérite à l’ouvrage ; il coûte 168 Livres.

  • 25 Andrew Brown, loc. cit. Voir les p. 175-183.
  • 26 Jeroom Vercruysse, Les éditions encadrées…, op. cit., p. 60, note 4.
  • 27 Claudette Fortuny, loc. cit.

28C’est à partir de ce moment qu’un examen extrêmement minutieux des cartons des deux éditions genevoise et lyonnaise s’impose. Jeroom Vercruysse, dans son ouvrage pionnier, s’est livré à une comparaison précise de ces impressions. Andrew Brown a, pour sa part, repris le dossier et mis en lumière la complexité du cartonnage de l’édition lyonnaise25. Nous devons avouer n’avoir eu ni le temps, ni les compétences, pour poursuivre cette quête. Si l’on s’en tient aux affirmations de Vercruysse26, l’édition lyonnaise W 75 X est postérieure à l’édition genevoise W 75 G révisée par rapport au texte de W 68, et possède un petit nombre de variantes propres. On peut alors se demander dans quelle mesure l’édition lyonnaise n’aurait pas été faite, en accord avec Cramer, par Regnault et ses éventuels associés pour pouvoir entrer légalement en territoire français, pour le plus grand bénéfice de Panckoucke. La chose paraît d’autant plus plausible qu’à la même époque Regnault, Faucheux et Vialon imprimaient des éditions successives de l’Histoire des deux Indes de Raynal, et que… Claudette Fortuny27, qui a étudié ce dossier les soupçonne fortement d’avoir, de fait, travaillé pour le compte véritable de Charles-Joseph Panckoucke.

  • 28 Best. D 20980.

29Au terme de cette rapide évocation, nous devons bien avouer nous être heurtés, comme avant nous Jeroom Vercruysse et Andrew Brown, à un certain nombre de mystères qui ne sont sans doute pas près d’être levés. Nous avons cependant désormais la certitude que l’édition « pirate » est bien lyonnaise, et qu’elle a été fabriquée par Geoffroy Regnault., peut-être avec le concours d’autres imprimeurs de la capitale des Gaules. Au-delà de ce constat, nous ne pouvons avancer que des hypothèses. La première est que l’édition lyonnaise n’a pas été faite en concurrence, mais plutôt en complémentarité de l’édition genevoise. Pour nous, il y a bel et bien eu collaboration entre l’équipe Cramer et l’équipe Regnault… même si rien dans les archives ne permet aujourd’hui de le prouver. La seconde est celle du rôle exact de Charles-Joseph Panckoucke dans cette affaire. À nos yeux, il semble bien être celui qui instrumentalise Regnault, et nous devons avouer que le cas de l’édition encadrée est un exemple parmi d’autres où nous le voyons, dans ces années 1775, agir de la sorte. La troisième, enfin, est celle de l’implication réelle de Voltaire dans l’édition lyonnaise. Le 12 janvier 177828, il écrivait à Panckoucke : « en vérité cette édition n’est bonne qu’à allumer le feu de la saint Jean. Je vous plains beaucoup de vous être chargé d’une si ridicule marchandise ». N’est-ce pas là une de ces pirouettes dont il était coutumier ?

Notes

1 Jeroom Vercruysse, Les éditions encadrées des Œuvres de Voltaire de 1775, Oxford, The Voltaire Foundation, 1977, (SVEC, CLXVIII).

2 Et non « Misson » comme le relevait Vercruysse sur des pages où la pliure de la feuille mutilait la contremarque. Raymond Gaudriault, Filigranes et autres caractéristiques des papiers fabriqués en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, CNRS Éditions et J. Telford, 1995.

3 Jeroom Vercruysse, Les éditions encadrées…, op. cit., p. 54.

4 Best. D 20678.

5 Gabriel Peignot, Recherches sur les ouvrages de Voltaire, Paris, chez les marchands de nouveautés, 1817, p. 31.

6 Fleuron (Lausanne) : < http://dbserv1-bcu.unil.ch/ornements/scripts/fleuron.php >. Maguelone (Montpellier) : < http://tango.univ-montp3.fr/MagueloneV.taf >.

7 David Smith, Bibliography of the writings of Helvetius, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2001.

8 Claudette Fortuny, « Les éditions lyonnaises de l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal », Histoire et civilisation du livre : revue internationale, 2006, n° 2, p. 169-188.

9 Dominique Varry, « Les échanges Lyon-Société typographique de Neuchâtel », Le rayonnement d'une maison d'édition dans l'Europe des Lumières : la Société typographique de Neuchâtel 1769-1789. Actes du colloque organisé par la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel et la Faculté des lettres de l'Université de Neuchâtel, Neuchâtel, 31 octobre-2 novembre 2002. Textes publiés par Robert Darnton et Michel Schlup, avec la collaboration de Jacques Rychner... Neuchâtel, Bibliothèque publique et universitaire, Hauterive, Éditions Gilles Attinger, 2005, p. 491-518.

10 Léon Moulé, « Rapport de Cl. Bourgelat sur le commerce de la librairie et de l’imprimerie à Lyon en 1763 », Revue d’histoire de Lyon, 1914, tome XIII, p. 51-65.

11 Andrew Brown avait fait le même constat et la même supposition dans son article : « Voltaire and Cramer ? », Le siècle de Voltaire. Hommage à René Pomeau, Oxford, The Voltaire Foundation, 1987, p. 149-183, voir p. 175.

12 Claudette Fortuny, loc. cit.

13 Tome premier : 1-|1 bl.-2]-274-[1-1 bl.] p. ; in-8° ; (π2 A-R8 S2). Tome second : |1-1 bl.-1-1bl.]-260 p. ; in-8° ; (π2 A-Q8 R2). Signatures en chiffres arabes, à droite, jusqu’en milieu de cahier. Bachaumont évoque, à la date des 7 et 9 novembre 1776, la parution de l’édition originale de ce texte.

14 Andrew Brown, loc. cit.

15 Sur les pratiques de ce libraire, voir : Jeroom Vercruysse, « Typologie de Marc-Michel Rey », Buch und Buchhandel in Europa im achtzehnten Jahrhundert, Hambourg, 1981, p. 167-185.

16 Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des lettres en France… Tome neuvième, A Londres, chez John Adamson, 1780, p. 89. Voir aussi aux 28 et 29 juin 1776, p. 146-148.

17 Jeroom Vercruysse, Les éditions encadrées…, op. cit. p. 28.

18 BM Montpellier : 75587. Nous remercions vivement Claudette Fortuny, qui nous les a signalés.

19 BM Montpellier : 48886.

20 Jeroom Vercruysse, Les éditions encadrées…, op. cit., p. 14.

21 Robert Darnton, L’aventure de l’Encyclopédie. Un best-seller au siècle des Lumières, Paris, Perrin, 1982, p. 78. Lettre de Panckoucke à la STN, en date du 26 décembre 1776.

22 Suzanne Tucoo-Chala, Charles-Joseph Panckoucke et la librairie française 1736-1798, Pau et Paris, Marrimpouey jeune et J. Touzot, 1977, p. 277-278.

23 Best. D 19526.

24 Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des lettres en France… Tome neuvième, op. cit., p. 42.

25 Andrew Brown, loc. cit. Voir les p. 175-183.

26 Jeroom Vercruysse, Les éditions encadrées…, op. cit., p. 60, note 4.

27 Claudette Fortuny, loc. cit.

28 Best. D 20980.

Table des illustrations

Titre Photo 1. Page de titre de l’édition W 75 G
Crédits Source : Collection privée. Photo : Dominique Varry.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photo 2. La palmette d’angle de l’édition W 75 G
Crédits Source : Collection privée. Photo : Dominique Varry.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Photo 3. Page de titre de l’édition W 75 X
Crédits Source : Collection privée. Photo : Dominique Varry.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photo 4. La fleurette d’angle de l’édition W 75 X
Crédits Source : Collection privée. Photo : Dominique Varry.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Maguelone m0142-1
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Maguelone m0206
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Maguelone m0129
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Maguelone m0100-1
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Maguelone m0355
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Maguelone m0180
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Maguelone m0121
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Maguelone m0200
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fleuron or0188 : au titre du tome 1
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fleuron or0441-3 : au titre du tome 2
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fleuron or0175
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fleuron or0178
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fleuron or0183
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fleuron or0189
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12283/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search