Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

La bibliothèque comme objet architectural

L’enjeu politique de la bibliothèque

Entretien avec Bernard Gallot, maire d’Yssingeaux (Haute-Loire), décembre 20111

Bernard Gallot

Texte intégral

  • 1 Cet entretien a été conduit puis écrit par Thierry Ermakoff pour l’enssib en décembre 2011.
  • 2 Vialatte (Alexandre), L’Auvergne absolue, Paris, Julliard, 1983.

1Où est Yssingeaux ? Mais Yssingeaux est partout : d’abord dans Wikipédia (alors que Pierre Vandevoordre, ancien directeur du Livre, n’y figure pas, c’est dire son importance) ; Yssingeaux est en Auvergne, dont Alexandre Vialatte, dans L’Auvergne absolue, écrit définitivement « que ce qui en fait l’intérêt, c’est qu’elle est remplie d’Auvergnats ; s’il faut en croire les dernières statistiques, elle en contient même plus que Paris. Ils vivent sur le flanc de montagnes abruptes, du produit de leur pêche, de leur chasse, de leur entregent et de leur industrie : leurs eaux, leur caoutchouc, leurs fromages et leurs barrages2 ». Yssingeaux est en Haute-Loire, au pays des Sucs, qu’il ne faut confondre ni avec les pics, ni avec les monts ; les monts culminent à 1 753 mètres, c’est le mont Signon ou le mont Mézenc ; les Sucs, qui sont de belles et rondes montagnes, culminent à 1 200 mètres ; en règle générale, elles sont fraîches l’été et froides l’hiver ; elles donnent une idée géographique de l’universel.

  • 3 La Deuxième Guerre mondiale, des terres de refuge aux musées, Saint-Agrève, Sivom Vivarais-Lignon, (...)

2Yssingeaux est au bord du plateau Vivarais-Lignon, du Chambon-sur-Lignon, de Tence, du Mazet-Saint-Voy, noms qui ne disent plus grand-chose à plus grand monde, et pourtant, leurs habitants ont recueilli pendant la Seconde Guerre mondiale les persécutés, juifs, résistants, réfractaires. Les habitants du Chambon-sur-Lignon ont été élevés au rang de « Justes des Nations ». C’est une terre du livre et de l’écrit ; au kilomètre carré, on y compte sans doute plus de bibliothèques et de librairies que partout en France. On a pu y croiser Paul Ricœur et Albert Camus, au collège cévenol, au sortir de la guerre3.

3C’est aussi une terre du catholicisme social, libéral, incarné, nationalement pourrait-on écrire, par Jacques Barrot, qui fut maire d’Yssingeaux jusqu’en 2001.

4Yssingeaux, c’est une commune de près de sept mille habitants, avec son temple, son église, ses soupes au chou collectives, bref, un modèle de sous-préfecture. Elle aurait pu vivre ce que son maire actuel, Bernard Gallot, appelle une « culture de patronage ».

5L’entretien qui suit a été réalisé par Thierry Ermakoff de l’enssib, en mairie d’Yssingeaux, le 19 décembre 2011, à 14 heures ; Bernard Gallot était accompagné de Christian Rochedix, directeur des Affaires culturelles.

6thierry ermakoff Sur quel projet politique avez-vous été élu maire d’Yssingeaux, en 2001, alors que Jacques Barrot ne se représentait pas ?

7bernard gallot J’étais conseiller délégué à la culture de Jacques Barrot, il m’avait demandé d’écrire un projet culturel y incluant le théâtre, qui avait accueilli, entre autres, Jean Dasté. En matière de bibliothèque, il n’y avait qu’un local de 92 m 2 et 1 200 ouvrages : elle était gérée par une association ; c’était tellement maigre que je me souviens encore des chiffres.

8J’ai été élu maire, en 2001, à la faveur d’une triangulaire, avec une faible avance de voix. Le projet que je défendais, en rupture avec le fonctionnement antérieur puisque j’assurais mes concitoyens de ma présence quotidienne à Yssingeaux, reposait essentiellement sur la construction d’un ensemble comprenant une bibliothèque-médiathèque et un cinéma sur le site emblématique de la Grenette, qui viendrait ainsi se placer en continuité de la mise en service d’une saison culturelle proposée par notre théâtre, en cours de réhabilitation. La culture, en milieu rural, n’était pas tellement importante, et sans doute pas autant que les fêtes. Le pays yssingelais manquait d’âme, on vivait ici avec une culture de patronage, des pratiques oppressantes. J’ai voulu sortir la commune de ce mode de pensée, de vie collective : seule la culture permet la distance, le rapport à soi et aux autres, elle crée le lien social, la solidarité sans la solitude.

9Quand j’ai été élu, le bâtiment qui abrite aujourd’hui cet ensemble, la Grenette, était vendu à un promoteur immobilier. Notre premier acte a été de le racheter.

10te Comment avez-vous procédé ? Avez-vous fait une programmation et quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

11bg J’ai voulu tout faire correctement : j’avais − et j’ai encore − de l’ambition pour cette ville, j’ai souhaité y mettre les moyens, avec un budget conséquent. Nous avons été aidés, accompagnés, pour les investissements, par l’État, l’Europe, le Centre national du cinéma, et la Caisse des dépôts et consignations pour l’installation de la cyber-base.

12Nous avons donc choisi un cabinet d’architectes de renommée internationale, puisqu’ils ont conçu la bibliothèque de Dole, mais aussi la rénovation du théâtre de Saint-Pétersbourg : Xavier Fabre et Vincent Speller, installés à Clermont-Ferrand. J’ai dû, avec mon équipe, lutter en permanence : Fabre et Speller avaient proposé un choix architectural audacieux, en particulier un toit de cuivre très géométrique, très dessiné sur ce bâtiment ancien, ancienne halle en centre-ville ; nous avons obtenu l’accord de l’architecte des Bâtiments de France, mais les tensions locales étaient trop vives, et nous avons dû trouver un compromis satisfaisant. Nous avons conçu une programmation architecturale que personne ne comprenait : la médiathèque en rez-de-chaussée, premier et deuxième étages, les deux salles de cinéma au dernier : habituellement, les cinémas, on les enterre ! Cette bibliothèque occupe une surface de près de mille mètres carrés, alors même que les préconisations du ministère de la Culture, pour notre commune, n’étaient que de cinq cents mètres carrés : et ce n’est pas trop grand.

13Nous avions prévu le fonctionnement et son coût, et aujourd’hui, nous n’avons pas baissé les budgets ; ce sont, à l’heure actuelle, douze personnes qui travaillent pour le théâtre, le cinéma et la bibliothèque.

14J’ai joué 80 % de ma crédibilité politique sur ce projet, que je désirais, car, sans désir, il n’est pas de politique.

15te À l’issue de ce mandat, pourriez-vous dire que la bibliothèque en tant qu’institution est un enjeu politique qu’on peut gagner ?

16bg Aujourd’hui, nous sommes fiers du travail accompli ; grâce aux oppositions, nous avons dû affuter nos arguments, esthétiques, financiers, programmatiques. Je dois remercier l’opposition de l’époque qui m’a contraint à tout justifier, politiquement et intellectuellement.

17La place qu’occupe la Grenette a été restructurée, repensée, et il y a aujourd’hui sur ce quadrilatère trois édifices symboliques qui se regardent et se répondent : la mairie, l’église et la bibliothèque, trois symboles des pouvoirs.

18Cinq mille visiteurs sont venus le jour des portes ouvertes : les trois quarts de la population se sont déplacés. C’est aujourd’hui le lieu d’expression des oppositions, de la contestation politique : le lieu des débats, et je suis fier d’avoir ouvert les débats, qui sont d’un très bon niveau. Je peux dire qu’ici la démocratie est achevée.

19Cette vision de la culture, exigeante, et accessible, ne cédant sur rien, ne s’abaissant jamais, mais s’adressant à tous, est gagnante sur tous les plans : social, économique, éducatif. Nous ne sommes pas des marchands de culture.

20Au total, j’ai joué mon mandat sur cette bibliothèque. En 2001, j’avais été élu, comme je l’ai précisé, avec une petite avance de voix ; en 2008, j’ai été réélu avec près de 70 % des suffrages.

Notes

1 Cet entretien a été conduit puis écrit par Thierry Ermakoff pour l’enssib en décembre 2011.

2 Vialatte (Alexandre), L’Auvergne absolue, Paris, Julliard, 1983.

3 La Deuxième Guerre mondiale, des terres de refuge aux musées, Saint-Agrève, Sivom Vivarais-Lignon, 2003.

Auteur

Originaire de la Loire, né en 1949, Bernard Gallot s’est installé à Yssingeaux pour exercer la médecine. Engagé dès 1990 dans la vie politique locale, il est élu en 1996 sur la liste de Jacques Barrot comme délégué chargé de la culture et de la communication, puis en 2001 maire de la ville.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search