Version classiqueVersion mobile

« Varryations »

 | 
Philippe Martin

Partie 3. Contrefaçon

Éditions lyonnaises de l’Histoire du prince Apprius*

Texte intégral

*Cet article est paru la première fois dans la revue Gryphe sous le titre : « Priape sous le manteau. Regard sur les éditions lyonnaises de l’Histoire du prince Apprius, roman licencieux du Siècle des Lumières », Gryphe revue de la Bibliothèque municipale de Lyon, septembre 2006, n° 14, p 12-19.

  • 1 Cardinal Georges Grente (dir.), Dictionnaire des Lettres françaises. Le XVIIIe siècle. Édition rev (...)
  • 2 Patrick Wald Lasowski (éd.), Romanciers libertins du XVIIIe siècle. Tome I, Paris, Gallimard, 2000 (...)
  • 3 L’ouvrage fait l’objet d’une notice dans le Dictionnaire des œuvres érotiques. Domaine français, P (...)

1Dans la production licencieuse du XVIIIe siècle, l’Histoire du prince Apprius est un ouvrage précurseur, dont la première édition vit le jour à Paris vers 1728. L’Ode à Priape d’Alexis Piron l’avait précédé en 1710. La vague de publications de ce genre de romans ne devait débuter véritablement qu’en 1741, pour enfler dans la seconde moitié du siècle. En 1741, en effet, apparurent sur le marché Le canapé couleur de feu de Fougeret de Monbrun, l’Art de foutre ou Paris foutant de Baculard d’Arnaud, et la célèbre Histoire de Dom B… [Dom Bougre] portier des Chartreux de Gervaise de la Touche. L’Histoire du prince Apprius fut attribuée de son vivant à Pierre-François Godard de Beauchamps (Paris 1689-22 mars 1761), qui en a toujours nié la paternité. On sait, à vrai dire, peu de chose sur cet auteur, sinon qu’il exerça aussi les fonctions de censeur royal1. Il avait débuté comme secrétaire du maréchal de Villeroy, fut un romancier souvent anonyme, en particulier pour des écrits libertins présentés comme des traductions du grec ou du persan, et un auteur de comédies représentées au Théâtre-Italien. L’Histoire du prince Apprius a été considérée comme une satire contre le Régent par Paul Lacroix, opinion que ne partageait pas Charles Nodier. De fait, tous les noms apparaissant dans ce roman sont des anagrammes de parties anatomiques ou de pratiques sexuelles (Monilne = monin, Danbre = bander, Mina = main, Brularues = branleurs, Chedabars = bardaches, Roulée = vérole, etc.), et aucun ne renvoie explicitement à des personnages ayant existé ; Apprius lui-même étant l’anagramme de Priapus. Le lecteur pourra se faire sa propre opinion en lisant l’œuvre, puisqu’elle vient de faire son entrée dans la célèbre bibliothèque de la Pléiade2… ce qui nous dispense par là même d’en narrer ici les péripéties3. Ce roman, comme nous allons le voir, a une histoire éditoriale complexe. Avant d’essayer de démêler cet écheveau, signalons simplement qu’il a également été publié sous le titre : Histoire du prince Papirius, comte de Pillargent, gouverneur des Francs-Sots. Il a également fait l’objet, dès sa parution, d’une traduction et d’au moins deux éditions anglaises :

  • The History of King Apprius & c. Extracted from the Chronicle of the world, from its creation. Translate from a Persian manuscript found in the library of Shah-Hussain… By a gentleman who served in the Persian armies, [London] sold by the booksellers of London and Westminster, 1728, 116 p., 12°.
  • The History of King Apprius & c. Extracted from the Chronicle of the world, from the creation thereof, translated into English from the Persian manuscripts found in the Library of Shah-Hussein by a Gentleman who serv’d in the Persian Armies, London printed; Dublin re-printed and sold by George Faulkner and James Hoey, 1728.

2Il a enfin reçu une Suite due à la plume de Charles-Joseph prince de Ligne, vers 1788, qu’on trouvera également dans le volume de la Pléiade.

3Comme le souligne Patrick Wald Lasowski (p. 1053), l’histoire éditoriale de ce roman fut mouvementée et demeure difficile, sinon impossible, à reconstruire : « […] Toutes les impressions du texte ayant été clandestines (sauf la reprise tardive du texte en 1797 dans un recueil de textes licencieux), leur provenance est très difficile sinon impossible à établir. De plus, la date donnée par la page de titre ne correspond pas nécessairement à la date réelle de l’émission, et l’ouvrage peut être postdaté de plusieurs mois s’il paraît en fin d’année. Inversement, deux ouvrages portant la même date et le même lieu d’émission peuvent être le produit de tirages distincts […] »

4La date même de parution de l’originale est sujette à caution. Quérard, se fiant sans doute à l’intitulé du titre, propose dans La France littéraire (tome 1, p. 235) : « vers 1722 ». Cette datation, erronée, est reprise par les notices des exemplaires des bibliothèques de Nîmes et Saint-Étienne, telles qu’elles apparaissent au Catalogue collectif de France. De fait, la première édition est parue à Paris, sur des presses non identifiées à ce jour, sous l’adresse de Constantinople vers 1728, en 74 pages avec un titre noir et rouge. Elle a été très vite imitée à Lyon. La généalogie des éditions successives est d’autant plus délicate à reconstruire que plusieurs éditions portent simplement « l’année présente ». Quant aux dates effectivement revendiquées au titre des autres, elles sont elles aussi sujettes à caution.

  • 4 < http://krait.kb.nl/coop/bibliop/bibl-html/index_en.html >.

5Les lieux de publication annoncés ne sont pas plus fiables. Constantinople apporte un parfum d’exotisme à une histoire censée être tirée d’un manuscrit persan. Cette localisation ne trompait personne au XVIIIe siècle, mais suggérait un texte non autorisé méritant l’achat. D’autres éditions sont parues sous l’adresse de La Haye, chez J. van den Kieboom (1729, 1748) ou chez Jacques van den Kieboom (1763, 1764, 1768). Sous réserve de vérifications, il s’agit vraisemblablement d’éditions françaises se cachant derrière une adresse fictive étrangère utilisant le patronyme d’imprimeurs-libraires bien réels. Selon Bibliopolis4, le site internet d’histoire du livre de la Bibliothèque royale des Pays-Bas, Jacobus van den Kieboom exerça à La Haye de 1729 à 1744 ; et un ou deux [ ?] Johannes van den Kieboom à Breda de 1732 à 1764, à Dordrecht de 1748 à 1750, puis à La Haye en 1768. Bibliopolis indique d’ailleurs que le nom de Jacobus a été usurpé dans des adresses fictives. Cette pratique transparaît dans l’exemplaire portant l’adresse de La Haye chez Jacques van den Kieboom, et la date de 1748, soit quatre ans après la cessation d’activité de l’intéressé, et conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon (BM Lyon Rés 357 006). Cette édition in-octavo de 96 pages utilise des signatures en chiffres arabes jusqu’en milieu de cahier et pas au-delà, ce qui suggère un atelier français.

6Le relevé des différentes éditions du XVIIIe siècle de l’Histoire du prince Apprius montre la difficulté des tentatives d’identification. Nous livrons cette liste avec circonspection. Tous les exemplaires n’ayant pu être examinés à ce jour, elle repose sur les notices données par les catalogues de bibliothèques et ouvrages de référence consultés… avec leur degré d’imprécision. Le XVIIIe siècle aurait au moins produit onze éditions de ce texte. À part le numéro 1 qui signale l’édition originale, la numérotation des éditions des années 1728-29 est arbitraire, leur chronologie ne pouvant être établie :

  1. Constantinople [Paris. Lyon selon la British Library], 1728, [2]-74 p., in-12°. Titre en noir et rouge.
    Édition originale considérée comme probablement parisienne par Françoise Weil5, retenue par Wald Lasowski pour la Pléiade.
    Londres British Library 1102.b.29, BnF Enfer 233, BM Evreux (M.) 242, BM Nîmes 8946 Lettre 1 [la notice donne la date erronée de 1722], BM Reims Diancourt PP 569.
    Pia6, Cioranescu 31378, Conlon 28 : 258, Wald Lasowski p. 1041. Catalogue à prix marqués de la Librairie Rossignol (Les Arcs) : Livres anciens, livres modernes, livres de collection, catalogue 232 [mai 2002] n° 414, 450 euros pour un exemplaire relié avec le Cléon de Thorel de Champigneulles.
  2. Constantinople [Lyon ?], 1728, 96 p., in-12°.
    Londres British Library 12330 bb. 20.
    Wald Lasowski p. 1041.
  3. Constantinople [Lyon selon BnF et la thèse de Françoise Weil], 1729, [4]-108 p., in-12°.
    BnF Enfer 234 et 8° Y2 90000 (967), BM Lunel LUX 69, BM Rouen Leber 2507 (fonds Cas).
    Pia, Wald Lasowski p. 1041.
  4. Constantinople [Lyon], l’année présente [ca 1728-29], 72 p., in-12°.
    Londres British Library 1093 f. 7, BnF Res P-Z 2000 (1), BM Lyon B 508 778, BM Saint-Étienne ANC A20623. La notice de Saint-Étienne donne la date erronée de 1722. Le catalogue de la British Library propose la date possible de 1730, en s’appuyant sur les travaux de S. P. Jones7. Nous verrons plus loin que cette édition date au plus tard de 1729.
    Pia, La Bibliothèque singulière de Roger Peyrefitte [Deuxième Partie], catalogue de vente, Paris, 31 janvier 1977 (n° 110), Wald Lasowski p. 1041.
    De fait, cette description recouvre deux éditions différentes, comme le prouvera l’examen des exemplaires de Lyon et Saint-Étienne.
  5. La Haye, J. [Jacques] van den Kieboom, 1729, 92 p., in-12° ou in-8° [selon les notices].
    Washington Library of Congress PQ 1955.B75 1729, BM Avignon 8° 47627, BM Aix-en-Provence G 3339,3, BM Dijon 8048 CGA, BM Lunel LUX 18 [paginé 29 [i.e. 92]. Par ailleurs, la p. 90 est paginée 60], BM Nîmes 60323 Liotard.
    Wald Lasowski p. 1041.
    L’exemplaire de Pixerécourt (n° 1323 de sa vente en 1839), relié par Derome, a été proposé en 2003 par la librairie parisienne Henner pour 2 400 euros (Livres rares du XVIe au XXe siècle, catalogue n° 48, lot 18).
  6. La Haye, J. van den Kieboom, 1748, 96 p., in-8°.
    Londres British Library 1607/3321, BM Lyon Rés. 357 006.Wald Lasowski p. 1041.
  7. La Haye, Jacques van den Kieboom, 1763.
    BM Rouen 2 exemplaires : Mt p 9785 (fonds Cas) et Leber 2507 (fonds Cas).
    Wald Lasowski p. 1041.
  8. La Haye, Jacques van den Kieboom, 1764.
    Londres British Library 12512 b. 20.
    Wald Lasowski p. 1041.
  9. La Haye, J. van den Kieboom, 1768, 92 p., in-8°.
    Paris Bib. Ste Geneviève 8-Z-5830 inv. 8939 FA (p. 1).
  10. Dans : Les aphrodisiaques, recueil de romans libres, rares et singuliers, Paris, Mercier, 1797.
    Wald Lasowski p. 1041.
  • 8 Guillaume Glorieux, À l’enseigne de Gersaint. Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont N (...)

7Dès sa parution, l’ouvrage intéressa les curieux… et fut traqué par la police. Robert Darnton le signale dans The Corpus of Clandestine Literature in France 1769-1789, (New-York and London, W.W. Norton & Cie, 1995, p. 86, n° 303), et Françoise Weil dans Livres interdits, livres persécutés 1720-1770 (Oxford, Voltaire Foundation, 1999, p. 25, n° 59). Cette dernière relève un certain nombre de saisies significatives : 190 exemplaires le 9 novembre 1728 sur le marquis de Ricardi en partance pour l’Angleterre via Calais, 26 exemplaires en 1739, 7 exemplaires en 1767, des exemplaires isolés en 1742, et le 10 mai 1743 dans un ballot en provenance de Lyon. L’ouvrage fut pilonné en 1749, et retiré des ventes Gersaint en 17508 et La Boissière en 1763. C’est également à Françoise Weil que l’on doit d’avoir repéré dans le catalogue de 1740 du bibliophile lyonnais Adamoli (BM Lyon, mss 285, f° 28) une notule des plus intéressantes pour notre propos : « (Lyon) Constantinople 1729 in-12 un volume très rare. Le nommé Guerrier imprimeur à Lyon qui en fit la seconde édition fut poursuivi en justice et se sauva à Genève ».

  • 9 AD Rhône : BP 2089.
  • 10 BnF : mss. FF 22071, p. 202, lettre d’Hilaire Baritel du 24 octobre 1702.
  • 11 AM Lyon : FF 20, affiche de condamnation.

8Pour la première fois dans cette histoire, un nom réel, celui d’un Lyonnais, apparaît. Nous savons à vrai dire peu de chose de Claude Guerrier. Contrairement à ce qu’avance Adamoli, il n’était pas imprimeur, mais simple libraire installé à proximité du Grand Collège. Nous ignorons le début de son exercice, mais nous savons par l’inventaire après-décès en date du 5 décembre 17199 de son père Jacques, qu’il travaillait en association avec celui-ci depuis le 1er février 1717. Claude Guerrier avait sans doute de qui tenir, puisque l’imprimeur-libraire lyonnais Hilaire Baritel dénonçait son père au Chancelier, en 1702, comme « un des plus habiles contrefaiseurs de France »10. C’est à la requête d’un groupe de confrères lyonnais et parisiens que Claude Guerrier fut arrêté, emprisonné, et condamné le 1er juillet 172911 à trois ans de bannissement, à la déchéance de sa maîtrise, et à 1 500 livres d’amende pour avoir fait imprimer, vendu et débité de mauvais livres, qui furent brûlés place du Grand Collège… et au nombre desquels figurait l’Histoire du prince Apprius. S’il faut en croire Adamoli, il aurait gagné Genève. Pour nous, en tout cas, il disparaît alors définitivement du monde de la librairie lyonnaise. Si Claudine Rongeard, sa servante, fut mise « hors de cour », son imprimeur fut identifié et condamné, par contumace, à deux ans de bannissement, à la déchéance de sa maîtrise, et à 200 livres d’amende. Cet imprimeur, Antoine 1 Chize, n’est guère connu. Sa présence est attestée rue Grôlée à partir de 1723. Son père, Claude, avait été reçu maître imprimeur en 1678. Antoine avait épousé Jeanne Bruyset, et était donc le beau-frère des imprimeurs-libraires Jacques et Louis Bruyset… qui avaient figuré au nombre des dénonciateurs de Claude Guerrier !

9Antoine Chize et Claude Guerrier furent-ils les seuls Lyonnais à produire des Apprius ? Dans la mesure où quatre éditions des années 1728-29 sont, à tort ou à raison, imputées à Lyon, peut-être pas. Deux éditions au moins, en l’état actuel de nos recherches, peuvent leur être attribuées. Nous les avons examinées dans les exemplaires conservés à la Bibliothèque municipale de Saint-Étienne (A 20623) et à la Bibliothèque municipale de Lyon (B 508778). Puisqu’il n’est pas question de nous livrer ici à une description respectant tous les canons de la bibliographie matérielle, bornons-nous à quelques constatations.

10Toutes deux comportent, outre le titre et son verso blanc, 72 pages imprimées en format in-12°, sur papier raisin. Un seul filigrane a pu être relevé sur l’exemplaire lyonnais, mais il est non identifié à ce jour : « DL cœur MERCI […] ». Sur l’exemplaire de Saint-Étienne, les contremarques sont trop rognées pour autoriser la lecture. La page de titre de cet exemplaire est composée en noir et rouge, alors que celle du volume conservé à Lyon est en noir. Sur les deux éditions, le titre et l’adresse sont les mêmes : « Histoire du Prince Apprius, & c. Extraite des Fastes du Monde, depuis sa Création. Manuscrit Persan trouvé dans la Bibliothèque de Schah-Hussain, Roi de Perse, détrôné par Mamoth en 1722. Traduction Françoise par Messire Esprit, Gentilhomme Provençal servant dans les Troupes de Perse. Imprimé a Constantinople, L’année presente » [sic].

11Portant toutes deux au titre la mention « l’année présente », elles sont de fait antérieures à juillet 1729, et ne peuvent être datées de 1730 comme le proposent la British Library et Jones.

12La confrontation des deux éditions suggère un certain nombre de pratiques communes qui conduisent à penser qu’elles sont sorties du même atelier : sans être similaire (sauf p. 46), le matériel ornemental est proche et utilisé aux mêmes endroits (titre, p. 1, 3, 27, 46) ; les signatures en chiffres arabes jusqu’en milieu de cahier, la pagination entre parenthèses en milieu de haut de page, l’absence de titre courant. Les compositions sont cependant différentes, tout comme les fontes, mais les deux éditions ont le même nombre de pages. La différence des compositions est déjà visible dès l’épître au lecteur. Un examen attentif du texte permet de repérer les variantes : par exemple à la ligne 1 de la page 50 : « […] un bien, à qui […] » sur l’exemplaire de Saint-Étienne ; « […] un bien : A qui […] » sur l’exemplaire de Lyon. Les réclames et les coupures de ligne ne tombent pas toujours aux mêmes endroits : ainsi de la p. 46 : « Monilne étoit fille du Roi Téme-/ris […] » sur l’exemplaire de Saint-Étienne ; « Monilne étoit fille du Roi de Té-/meris […] » sur l’exemplaire de Lyon. Ce dernier présente, à la fin du texte, un « Errata » [sic !]. Les fautes qui y sont signalées figurent aux mêmes endroits (pages et lignes) dans l’exemplaire de Saint-Étienne. Cet élément nous amène à considérer l’édition conservée à Lyon comme postérieure à celle de la bibliothèque de Saint-Étienne.

13La production imprimée de Claude Guerrier et d’Antoine Chize conservée à la Bibliothèque de Lyon est peu importante : trois titres pour chacun des protagonistes :

  • Publications de Claude Guerrier :
    • Lemery (Nicolas), Cours de Chymie… A Lyon, chez Claude Guerrier, 1724, 8° (340779) ;
    • St François de Paule, Mestayer (Fleury), Exercices spirituels pour la dévotion des treize vendredis en l’honneur de la Passion de Nôtre-Seigneur… A Lyon, chez Claude Guerrier, 1726, 12° (335032) ;
    • Abrege de la Vie de Sainte Therese, vierge, mere des carmelites de l’étroite observance, et reformatrice des carmes déchaussés. Par Mr. Durret. A Lyon, chez Claude Guerrier, 1718 [i.e. 1728]. 12° (459652).
  • Impressions d’Antoine Chize :
    • Champetier (Louis), Deo Optimo Maximo…, 1723, 4° (369043) ;
    • Le Maistre de La Garlaye ((François-Marie), Illustrissimo Ecclesiae principi Francisco Paulo de Neufville de Villeroy… [s.d. ca 1725], 4° (trois exemplaires : 117003, 369058, 23279) ;
    • Themistocle, tragedie… [s.d. ca 1728], 4° (114424).

14Malgré sa modicité, cet échantillon permet de mettre en évidence un certain nombre de points communs avec les deux éditions de l’Apprius examinées : la pratique des signatures en chiffres arabes jusqu’en milieu de cahier, celle des réclames d’un cahier à l’autre, celle de la pagination en chiffres arabes en milieu de haut de page, l’utilisation du papier raisin sans filigrane visible, le recours à de petites frises en bandeaux qui, sans être totalement semblables à celles de l’Apprius, leur ressemblent cependant fortement et sont de même style.

15La convergence de ces indices disparates et ténus, la certitude, par la procédure judiciaire, de l’implication de Claude Guerrier et Antoine Chize dans la publication de l’Histoire du prince Apprius, nous incitent à un double verdict :

  • les éditions, différentes mais toutes deux datées de « l’année présente » et comptant 72 pages, conservées dans les bibliothèques de Saint-Étienne et Lyon sortent très vraisemblablement des presses lyonnaises d’Antoine Chize, à qui elles avaient été commandées par Claude Guerrier ;
  • celle de la bibliothèque de Saint-Étienne, avec ses coquilles non corrigées, et son titre en noir et rouge, comme dans l’édition originale parisienne en 74 pages, est très probablement antérieure à celle de Lyon. Dès lors, on peut suggérer que l’édition conservée à Saint-Étienne daterait de 1728, année de l’originale parisienne, et que celle conservée à Lyon du premier semestre 1729. C’est très certainement cette dernière qui fit l’objet de la saisie opérée lors de l’arrestation de Claude Guerrier.

16La libraire Comellas de Barcelone proposait sur son site web12, en avril 2005 pour 200 euros, un exemplaire de cette dernière édition, en la donnant pour lyonnaise, parue en 1728… et édition originale… Puissent ces quelques pages contribuer à mettre un peu d’ordre dans ce maquis bibliographique !

  • 13 Dominique Varry, « Les imprimeurs-libraires lyonnais et Montesquieu » in Michel Porret et Catherin (...)

17De fait, il n’est pas impossible que d’autres éditions soient également sorties d’ateliers lyonnais, aussi bien parmi celles des années 1728-1729 imputées à Lyon par diverses notices catalographiques, sans doute sur la foi de l’affaire Guerrier, que parmi celles avouant une fausse adresse hollandaise. Seul un examen précis de leur facture permettra de le déterminer. La sulfureuse Histoire du prince Apprius conserve, sans doute à tout jamais, une part de son mystère. L’affaire Guerrier est un des nombreux exemples qui prouvent la capacité des hommes du livre lyonnais à contrefaire ou à pirater les textes à succès très peu de temps après leur publication par leurs confrères en particulier parisiens. C’est là une constante encore mal connue mais bien réelle de la librairie lyonnaise, d’autant plus difficile à mettre en évidence que les hommes du livre lyonnais avançaient masqués derrière de fausses adresses étrangères parfois fantaisistes13.

Notes

1 Cardinal Georges Grente (dir.), Dictionnaire des Lettres françaises. Le XVIIIe siècle. Édition revue et mise à jour sous la direction de François Moureau, Paris, Fayard, 1995, p. 145-146. Jean-Pierre Dubost, « Anagramme de Begehrens : Histoire du prince Apprius », Eros und Vernunft. Literatur der Libertinage, Francfort, Athenäum, 1988, p. 68-75. Hans Christoph Hobohm, Roman und Zensur zu Beginn der Moderne Vermessung eines sozio-poetischen Raumes, Paris 1730-1744. Francfort et New-York, Campus Verlag, 1992.

2 Patrick Wald Lasowski (éd.), Romanciers libertins du XVIIIe siècle. Tome I, Paris, Gallimard, 2000 (coll. Bibliothèque de la Pléiade). L’Histoire du Prince Apprius ouvre le volume (p. 1-35). Elle est accompagnée (p. 37-50) de la Suite d’Apprius due à la plume du prince de Ligne vers 1788.

3 L’ouvrage fait l’objet d’une notice dans le Dictionnaire des œuvres érotiques. Domaine français, Paris, Robert Laffont, 2001 (coll. Bouquins) : Histoire du prince Apprius, p. 220-221.

4 < http://krait.kb.nl/coop/bibliop/bibl-html/index_en.html >.

5 Françoise Weil, L’interdiction du roman et la Librairie 1728-1750, Paris, Aux Amateurs de livres, 1986, p. 443-444, n° 314.

6 Pascal Pia, Les livres de l’Enfer. Bibliographie critique des ouvrages érotiques dans leurs différentes éditions du XVIe siècle à nos jours, Paris, Fayard, 1998, p. 345, col. 641-642.

7 Silas Paul Jones, A List of French Prose Fiction. From 1700 to 1750, New-York, The H. W. Wilson Co, 1939.

8 Guillaume Glorieux, À l’enseigne de Gersaint. Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont Notre-Dame (1694-1750), Seyssel, Champ Vallon, 2002, p. 580. Le n° 69 de la « liste des livres non compris dans le catalogue de la vente du fonds de Gersaint (25 mai 1750) » désigne un exemplaire prisé 5 livres de l’édition supposée de La Haye, 1729.

9 AD Rhône : BP 2089.

10 BnF : mss. FF 22071, p. 202, lettre d’Hilaire Baritel du 24 octobre 1702.

11 AM Lyon : FF 20, affiche de condamnation.

12http://www.livres-rares.com/english/cat-censure.asp >.

13 Dominique Varry, « Les imprimeurs-libraires lyonnais et Montesquieu » in Michel Porret et Catherine Volpilhac-Auger (éd.), Le temps de Montesquieu, actes du colloque international de Genève (28-31 octobre 1998), Genève, Droz, 2002, p. 43-63. Idem, « Une famille de libraires lyonnais turbulents : les Bruyset », La lettre clandestine, 2002, n° 11, p. 105-127. Ibidem, « Les gens du livre à Lyon au XVIIIe siècle : quand de “loyaux sujets” sont aussi des “maronneurs” », in Philippe Guignet (éd.), Le peuple des villes dans l'Europe du Nord-Ouest de la fin du Moyen-Âge à 1945, volume II, Lille, Centre de recherches sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, université Charles de Gaulle Lille 3, 2003, p. 229-242. Ibid., “Secret Lyons editions of the philosophes”, communication au colloque de la Society for the History of Authorship, Reading and Publishing, Los Angeles, juillet 2003. Une version remaniée et développée est à paraître dans le Gutenberg Jahrbuch.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search