Version classiqueVersion mobile

« Varryations »

 | 
Philippe Martin

Partie 3. Contrefaçon

Un Lyonnais pris en flagrant délit d’impression du Contrat social (1762)*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

*Cet article est paru la première fois dans la revue Histoire et civilisation du livre : revue internationale, tome XIII, 2017, p. 123-141.

À la date du 23 septembre 1762, les Mémoires secrets de Bachaumont annonçaient : « On ne cesse de faire des perquisitions du Contrat Social. Un nommé Deville, libraire de Lyon, vient d’être arrêté & conduit à Pierre-Encyse. On a trouvé chez lui une édition qu’il faisoit de ce livre »1. L’information est à la fois juste et fausse. Un imprimeur-libraire lyonnais a bien été arrêté en flagrant délit d’impression du Contrat social le 18 août précédent, mais il y a erreur sur la personne. Il ne s’agissait pas d’un des trois frères Deville, qui avaient fait faillite en 1748, mais de Jean-Baptiste Réguilliat2. Cette annonce fut pour nous le point de départ d’une investigation visant à identifier l’impression lyonnaise en cause. Elle devait nous mener à examiner de nombreux exemplaires des éditions pirates de 1762 et 1763 du Contrat social, de Lyon à Genè...

© Presses de l’enssib, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search