Version classiqueVersion mobile

« Varryations »

 | 
Philippe Martin

Partie 3. Contrefaçon

Les apports de la bibliographie matérielle à la connaissance de la production éditoriale de l’époque moderne*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

*Une version chinoise de cet article est parue la première fois dans l’ouvrage Zhongguo he Ouzhou: yinshua shu yu shuji shi, actes du colloque Chine-Europe : Histoires de livres (VIIIe/XVe - XXe siècles), édité par Michela Bussotti et Han Qi, Beijing, Shangwu yinshuguan (Commercial Press), 2008, p. 153-184. Réédition en 2016.

Trop nombreux encore sont les collectionneurs de livres anciens et les chercheurs (littéraires et historiens principalement), qui considèrent les éditions anciennes comme de simples supports ou de simples vecteurs de textes et d’informations dont ils ont besoin pour leurs savants travaux. Pourtant, dans leur matérialité, ces livres ont énormément à nous apprendre, non seulement sur leur contenu, mais aussi sur la façon dont ils ont été fabriqués, sur les conditions de leur apparition, sur l’identité réelle de ceux qui les ont imprimés… L’historien du livre a coutume de dire qu’il n’y a pas deux imprimés anciens totalement identiques, et que le livre ancien est, ...

© Presses de l’enssib, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search