Version classiqueVersion mobile

« Varryations »

 | 
Philippe Martin

Partie 3. Contrefaçon

Les apports de la bibliographie matérielle à la connaissance de la production éditoriale de l’époque moderne*

Texte intégral

*Une version chinoise de cet article est parue la première fois dans l’ouvrage Zhongguo he Ouzhou: yinshua shu yu shuji shi, actes du colloque Chine-Europe : Histoires de livres (VIIIe/XVe - XXe siècles), édité par Michela Bussotti et Han Qi, Beijing, Shangwu yinshuguan (Commercial Press), 2008, p. 153-184. Réédition en 2016.

1Trop nombreux encore sont les collectionneurs de livres anciens et les chercheurs (littéraires et historiens principalement), qui considèrent les éditions anciennes comme de simples supports ou de simples vecteurs de textes et d’informations dont ils ont besoin pour leurs savants travaux. Pourtant, dans leur matérialité, ces livres ont énormément à nous apprendre, non seulement sur leur contenu, mais aussi sur la façon dont ils ont été fabriqués, sur les conditions de leur apparition, sur l’identité réelle de ceux qui les ont imprimés… L’historien du livre a coutume de dire qu’il n’y a pas deux imprimés anciens totalement identiques, et que le livre ancien est, d’une certaine façon, toujours unique. Cela est vrai dans la mesure où chaque exemplaire a une histoire propre : une reliure particulière, une transmission à une chaîne de propriétaires successifs, des marques d’usage… Cela est également vrai quand on se souvient que les chiffres de tirages étaient faibles et les rééditions nombreuses, mais aussi que de multiples variantes (erreurs, corrections…) pouvaient se glisser dans une édition en cours de tirage. Il convient donc d’apprendre à considérer l’objet livre en lui-même comme une source d’information sur son histoire et celle du texte qu’il transmet. Ce regard un peu particulier, qui vise à « faire parler » l’objet, et à lui faire révéler ses secrets, est celui du chercheur qui pratique cette discipline énigmatique que les spécialistes appellent la « bibliographie matérielle ».

La bibliographie matérielle : essai de définition

  • 1 Louise-Noëlle Malclès, Manuel de bibliographie, Paris, Presses universitaires de France, 1963, p.  (...)

2Le terme de « bibliographie matérielle » est en lui-même quelque peu mystérieux, et demande à être explicité. Dans son célèbre Manuel de bibliographie, Louise-Noëlle Malclès1 écrivait : « Dans les pays anglo-saxons et principalement en Grande-Bretagne, le mot bibliography garde le sens particulier de science du livre. Le bibliographe n’est pas uniquement un collecteur de titres ou un analyseur de textes, mais un expert dont la tâche est d’appliquer sa connaissance de l’histoire de l’imprimerie et des techniques connexes à l’étude des livres, d’en établir l’authenticité, d’en préciser la date et le lieu d’impression, d’examiner enfin tous les détails permettant de faire la lumière sur les origines matérielles d’un ouvrage. Ceci s’entend surtout des livres anciens. Dans plus d’un cas, bibliography englobe encore l’histoire du livre et même l’histoire littéraire ».

3De fait, le terme « bibliographie matérielle » a été suggéré par l’universitaire français Roger Laufer, en 1966, dans l’Australian Journal of French Studies pour traduire l’expression anglaise « Physical Bibliography », elle-même proposée un an plus tôt dans The Library, le journal de la Bibliographical Society de Londres, par Lloyd Hibbert qui cherchait ainsi à dépasser les ambiguïtés d’appellations diverses telles que : Analytical Bibliography, Descriptive Bibliography, Critical Bibliography, Historical Bibliography, Textual Bibliography… qui toutes recouvraient peu ou prou le même objet.

4Cette difficulté sémantique se retouve dans d’autres langues européennes : les Allemands parlent de « Analytische Druckforshung » (Martin Boghardt), tandis que les Italiens se divisent entre « Bibliografia materiale » (Giovanni Crapulli) et « Bibliografia testuale » (Conor Fahy). On constate même aujourd’hui que certains auteurs anglo-saxons, tels Geraldine Sheridan, Michael Screech, ou Stephen Rowles, ont adopté l’appellation française, et parlent désormais de « Material Bibliography ». Dans une certaine mesure, la bibliographie matérielle n’est rien d’autre qu’une archéologie du livre imprimé, et constitue pour lui un équivalent de ce que la codicologie est au manuscrit.

  • 2 Ronald Brunlees McKerrow, An Introduction to Bibliography for Literary Students, Oxford, Clarendon (...)
  • 3 Philipp Gaskell, A New Introduction to Bibliography, Oxford, Clarendon Press, 1972. Rééditions en (...)

5Les premiers travaux de la discipline furent menés par des Anglais venus de l’étude des incunables, tels W. W. Gregg et A. W. Pollard. Ces investigations portèrent d’abord principalement sur les éditions imprimées des textes de Shakespeare (en particulier la première édition in-folio de 1623) et de dramaturges des années 1560-1630, afin de déterminer la généalogie de ces éditions et le texte de base le plus certain. En 1892 fut créée la Bibliographical Society de Londres, qui devait par la suite faire de nombreux émules. L’un des premiers théoriciens de la discipline fut incontestablement Ronald Brunlees McKerrow (1872-1940), ancien étudiant du Trinity College de Cambridge, et auteur du premier manuel à faire date : An Introduction to Bibliography for Literary Students, paru en 19272. L’ouvrage, réédité en 1994 avec une préface de David McKitterick, bibliothécaire de Trinity College, peut toujours être lu avec profit. C’est dans la lignée de cette approche et de cette école britannique que s’inscrit l’ouvrage plus récent, et continuateur du premier, publié en 1972 par Philipp Gaskell : A New Introduction to Bibliography3. Ce manuel s’avère aujourd’hui encore comme le meilleur disponible sur le marché.

  • 4 Fredson Bowers, Principles of Bibliographical Description, Princeton, Princeton University Press, (...)
  • 5 Donald Francis McKenzie, Bibliography and the Sociology of Texts, London, British Library, 1986, r (...)
  • 6 John Thomson, Books and Bibliography. Essays in Commemoration of Don McKenzie, Wellington, Victori (...)
  • 7 New-York Review of Books, 29 mai 2003.

6À cette école anglaise, est venue se confronter à la fin des années 1940 une école américaine dont le leader a été Fredson Bowers (1905-1991), professeur à l’université de Virginie et spécialiste de littérature du XIXe siècle. C’est lui qui, en 1948, fonda la revue Studies in Bibliography, disponible en ligne depuis 1995. Appartenant à une université à dominante scientifique, spécialiste de la production imprimée récente, Fredson Bowers a voulu insuffler à la bibliographie un caractère techniciste assez prononcé, dont on peut se faire une idée en examinant ses Principles of Bibliographical Description4. Publié en 1949, cet ouvrage se voulait un guide pour effectuer une description bibliographique qui, à l’aide de symboles et de conventions diverses, puisse rendre compte de la présentation matérielle d’un ouvrage avec la fiabilité d’un dossier de photographies. Bien que toujours très active, cette école américaine est aujourd’hui un peu en retrait avec l’émergence d’approches plus humanistes et moins scientistes apportées par un Néo-Zélandais : Donald Francis McKenzie (1931-1999) qui, après une carrière universitaire dans son pays, en reprit une nouvelle, une fois en retraite, à Oxford. On lui doit surtout d’avoir réintroduit le facteur humain, et insisté sur le rôle des compositeurs et pressiers (initiatives, pratiques professionnelles, erreurs involontaires…) dans la bibliographie telle que la pratiquait l’école américaine, d’abord dans sa grande thèse sur l’histoire des presses de l’université de Cambridge, puis dans un article-bombe : “Printers of the Mind” (publié dans Studies in Bibliography, n° 22). On lui doit aussi d’avoir prôné l’utilisation des méthodes et techniques d’investigation de la bibliographie matérielle à d’autres objets que le livre. Tout cet aspect de son œuvre a été largement évoqué dans ses Panizzi Lectures données à la British Library en 1985, et dont le texte a été publié sous le titre Bibliography and the Sociology of Texts, et traduit en français sous celui de La bibliographie et la sociologie des textes5. Aujourd’hui, les approches de McKenzie font référence. Ses disciples et ses amis ont récemment honoré son œuvre, réuni et republié ses textes majeurs6. Dans un compte rendu de ces rééditions, l’historien américain Robert Darnton7 a pu écrire que McKenzie était le « Martin Luther de la bibliographie », et que « loin d’avoir sapé la bibliographie, ses hérésies lui ont donné une nouvelle vie ».

  • 8 Wallace Kirsop, Bibliographie matérielle et critique textuelle, vers une collaboration, Paris, Let (...)

7Cette longue présentation aura permis de comprendre que la bibliographie matérielle est une discipline née et qui s’est développée dans le monde anglo-saxon. Pour leur part, les universitaires français y ont été longtemps rétifs… en dépit de louables essais pour essayer de les convaincre de l’intérêt de cette approche. Le premier à avoir tenté cette sensibilisation est l’historien australien Wallace Kirsop, dans une petite brochure publiée en 1970 sous le titre : Bibliographie matérielle et critique textuelle, vers une collaboration8. Il y écrivait [page 3] :

En France le moment des grandes synthèses et des gros traités n’est pas encore venu pour la bibliographie matérielle. Dans un premier temps, il faudra envisager la préparation de manuels provisoires qui mettront à la disposition des chercheurs les résultats d’enquêtes menées autour du livre anglais et les méthodes élaborées au cours de ces travaux. Quand cet enseignement aura été assimilé, il sera possible à la fois de constituer un corpus d’investigations détaillées du livre européen et de rédiger des textes qui initieront d’une manière satisfaisante à cette discipline le spécialiste de l’histoire littéraire française.

8Il insistait fortement sur le fait qu’un texte est conditionné par son support, et il concluait [page 76] :

Et dans la mesure où la critique textuelle, ou, si l’on préfère, le respect du texte authentique, est une préoccupation centrale des études littéraires, il faut passer par le dur apprentissage de la bibliographie matérielle.

  • 9 Roger Laufer, Introduction à la textologie, Paris, Larousse, 1972.
  • 10 Roger Laufer (éd.), La bibliographie matérielle présentée par Roger Laufer. Table ronde organisée (...)
  • 11 Idem, p. 11-24.

9L’effort initié par Wallace Kirsop a été poursuivi dans les années suivantes grâce à la ténacité d’un universitaire français qui avait de longues années durant exercé en Australie : Roger Laufer. En 1972, il publiait une Introduction à la textologie9 qui, dédiée à Ronald McKerrow, rencontra assez peu d’écho parmi ses collègues. C’est encore lui qui patronnait en 1983 l’édition des actes du premier colloque tenu en France sur le sujet, sous l’égide du CNRS10. Sur les douze contributeurs, six étaient anglo-saxons, et quatre seulement français ! Dans son texte introductif, intitulé « La bibliographie matérielle pour quoi faire ? »11, Roger Laufer posait un constat voisin de celui de son devancier Wallace Kirsop :

[…] Mes propos risquent d’être mal reçus, parce qu’ils seront peut-être mal perçus. Il est peu de conférenciers français à présenter ici l’étude d’un cas bibliographique précis. Cette pénurie n’est pas fortuite. Telle demeure notre ignorance. C’est moins d’un colloque sur la bibliographie matérielle que nous avons besoin, que d’un séminaire pour grands commençants. Ce n’est pas le cas de nos collègues étrangers […]

Entre le général et le singulier, la bibliographie matérielle définit le particulier. Alors que les autres disciplines bibliographiques connexes renvoient à l’uniformité attendue d’objets produits en série, elle discerne […] des variations dues aux tolérances acceptées dans la fabrication et qui ne sont pas signalées explicitement à l’attention éventuelle de l’utilisateur […]

10Parmi les buts et usages assignés à la bibliographie matérielle, Roger Laufer distinguait alors :

  • la bibliographie d’un auteur ;
  • la reconstitution du travail et de la production d’un atelier d’imprimerie ;
  • le choix du texte de base pour préparer une édition ; éventuellement une généalogie des éditions anciennes conduisant à ce choix ;

11À cette liste, on doit en ajouter d’autres :

  • repérer les « variantes » au sein d’une même édition ;
  • identifier les fausses rééditions par adjonction d’une nouvelle page de titre sur une impression ancienne, pratique courante que dénonçaient déjà les Annales typographiques de janvier 176012 : « il y a des libraires qui, pour se défaire des livres qui sont restés dans leurs magazins, donnent des nouvelles éditions qui ne leur coutent qu’un frontispice » ;
  • contrefaçons ou des ouvrages prohibés imprimés sous adresses fictives ou fallacieuses ;
  • le dévoilement des faux, domaine dans lequel la bibliographie matérielle a prouvé sa redoutable expertise13, comme le rappellent les trois exemples suivants : en 1503, A1de Manuce publiait ensemble les Œuvres de Lucien de Samosate et celles de Philostrate. Quelques années plus tard, en 1517, l’imprimeur florentin Philippe Junte copiait cette édition aldine en reliant un exemplaire de Lucien imprimé en 1496 par le Florentin Laurent de Alopa avec un exemplaire de Philostrate en sa possession, et en les précédant d’une page de titre qui laissait supposer qu’il s’agissait de l’édition d’Alde Manuce. La supercherie ne put être démontrée que par l’examen du matériel typographique… qui permit de reconnaître celui de Laurent de Alopa14. Autre cas, en 1934, John Carter et Graham Pollard, par l’analyse des caractères et des papiers pouvaient démasquer comme des faux un ensemble de pamphlets anglais du XIXe siècle dont les Sonnets d’Elizabeth Barrett Browning, prétendument imprimés à Reading en 184715. Beaucoup plus récemment, en 1987, comme le rapporte Nicolas Barker16, c’est l’étude des encres, de leurs craquelures et de l’utilisation de gomme arabique qui a permis de démasquer un mormon de Salt Lake City nommé Hoffmann, qui était allé jusqu’au meurtre, pour faire croire à l’authenticité d’un exemplaire découvert par lui du premier imprimé en Amérique du Nord : “The Oath of a Freeman”.

12On l’aura constaté, cette discipline d’origine anglo-saxonne, a eu et a toujours des difficultés à s’acclimater au monde francophone. Pourtant, deux personnalités importantes l’ont pratiquée :

  • Jeanne Veyrin-Forrer, longtemps conservateur à la réserve de la Bibliothèque nationale de Paris, spécialiste du XVIe siècle et de typographie. Elle fut la première à initier les auditeurs de l’École pratique des hautes études à la discipline. Ses principaux articles ont été recueillis en 1987 dans un volume d’hommage17.
  • Jean-François Gilmont, professeur à l’université de Louvain-la-Neuve, en Belgique, auteur de nombreux travaux sur le protestantisme et Calvin. On pourra se faire une idée de l’importance de sa contribution à l’histoire du livre en lisant son récent recueil intitulé Le livre et ses secrets18.
  • 19 Outre l’enseignement en la matière que j’y professe, l’Enssib organise chaque année dans le cadre (...)

13Aujourd’hui en France, les rudiments de la bibliographie matérielle sont enseignés à l’École des chartes et à l’École pratique des hautes études (Paris), au Centre d’études supérieures de la Renaissance (université de Tours), à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Lyon)19.

Les nouvelles technologies au service de la bibliographie matérielle

  • 20 Wallace Kirsop, op. cit., p. 32.

14Quel que soit le but que poursuit le bibliographe, il lui faut confronter et comparer un maximum d’exemplaires du livre qu’il étudie. Wallace Kirsop insistait déjà sur cette obligation dans sa plaquette pionnière20 :

Une description bibliographique et a fortiori une édition critique doivent se fonder sur l’examen et le collationnement du plus grand nombre possible d’exemplaires survivants de toutes les éditions autorisées d’un texte. Ce n’est que ce travail minutieux qui permet au bibliographe de distinguer éditions, émissions et états d’un livre, et de décrire l’exemplaire idéal […]

15Or le repérage des exemplaires d’une part, et leur comparaison d’autre part, ne sont pas choses des plus faciles. Il faut explorer les catalogues, se déplacer, utiliser des photographies longues et difficiles à obtenir dans les bibliothèques, et qui plus est ne sont jamais à la bonne échelle… Les progrès technologiques des dernières années, et leurs développements prévisibles dans un avenir proche augurent de davantage de facilités pour ce travail. Même si la qualité des grands catalogues en ligne laisse encore, et pour longtemps à désirer (erreurs, inexactitudes, imprécisions, doublons…), du moins permettent-ils de repérer des exemplaires conservés en des bibliothèques où on n’aurait sans doute pas été les chercher auparavant. On commence également à voir se constituer des bases de données de filigranes, de marques typographiques, d’ornements… qui vont faciliter les rapprochements et les comparaisons que nos devanciers ne pouvaient pas faire. Certes, cela est encore balbutiant, mais on peut raisonnablement rêver que dans quelques années ce type de matériau, accessible en ligne, sera devenu conséquent. Ces bases sont encore partielles et peu nombreuses. On peut, à titre d’exemple, saluer l’émergence de tels ensembles pour :

  • les marques d’imprimeurs, comme Printers’ Devices21  >.base développée par l’université de Floride, ou Marques d’impressors22 base pilotée par l’université de Barcelone ;
  • les filigranes autrichiens médiévaux23, les filigranes gênois d’après le manuel de Charles-Moïse Briquet24
  • 25http://jefferson.village.virginia.edu/gants/ >.
  • 26 < http://www.ulg.ac.be/moriane/index.htm >.
  • 27 < http://www2.unil.ch/BCU/docs/collecti/res_prec/todai_intro.html >.
  • 28 < http://tango.univ-montp3.fr/MagueloneV.taf >.
  • 29 < http://www.livresinterdits.net/pages/rept_spheres_general.htm >.
  • 30 < http://www.livresinterdits.net/pages/rept_culdelamp_choix.htm >.

16C’est cependant dans le domaine des ornements typographiques, que ces nouvelles bases sont le plus spectaculaires. Si on excepte quelques cas particuliers, comme la base des filigranes et ornements de l’imprimeur londonien William Stansby (début XVIIe siècle)25, une période (les XVIIe et XVIIIe siècle) et deux zones géographiques (la Suisse et la France orientale et méridionale d’une part, l’actuelle Belgique, d’autre part) ont donné lieu à des initiatives novatrices. À Liège, le professeur Daniel Droixhe a impulsé le site « Moriâne »26, qui propose un catalogue et un système de comparaison des ornements utilisés par les imprimeurs-libraires liégeois, et tout spécialement les Bassompierre, spécialistes du livre contrefait et prohibé. En Suisse, l’initiative est venue de Silvio Corsini, conservateur de la réserve précieuse de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne. C’est en effet lui qui a lancé le projet « Passe-Partout »27, qui regroupe deux bases : « Fleuron » et « Vignettes ». Elles recensent le matériel ornemental d’imprimeurs suisses du XVIIIe siècle, mais également d’imprimeurs français (parisiens et lyonnais). Ce site permet la comparaison directe d’ornements rencontrés par le chercheur, avec ceux qui sont déjà répertoriés dans ces bases. Le projet de Silvio Corsini a inspiré la création, à l’université de Montpellier, du site « Maguelone »28 piloté par Claudette Fortuny, et qui utilise la même technologie. Dans cet ensemble de sites, l’interrogation est possible par imprimeur-libraire, par titre d’ouvrage, et par type d’ornement. Plus récemment, le projet de Silvio Corsini a inspiré la création d’un autre site, dédié cette fois au livre interdit du XVIIe siècle, et qui offre une base d’ornements sur les sphères29, un type d’ornement très largement utilisé alors sur les pages de titre de contrefaçons, et une autre base sur les culs-de-lampe30. On ne peut que souhaiter la multiplication de ce type d’initiatives, en particulier pour des zones de production extrêmement importantes comme Paris et Rouen !

  • 31 Silvio Corsini, La preuve par les fleurons ? Analyse comparée du matériel ornemental des imprimeur (...)

17On soulignera aussi que l’apparition de ce type de bases de données infléchit la présentation de certaines publications qui les utilisent. J’en voudrais pour preuve deux exemples significatifs empruntés, pour l’un à Silvio Corsini, et pour l’autre à Daniel Droixhe. En 1999, Corsini a publié une étude importante consacrée au matériel ornemental des imprimeurs suisses romands des années 1775-178531, et intitulée : La preuve par les fleurons ?

  • 32 < http://c18.net/pr/fleuron >.

18Il y montre combien l’analyse comparée des ornements typographique devient complexe et problématique dans les derniers temps de l’Ancien Régime, période où de nombreux fleurons et bandeaux sont reproduits à l’identique… et se retrouvent dans de nombreux ateliers. L’un des intérêts majeurs de l’ouvrage, outre le fait de reproduire sur papier une grande partie de ce matériel ornemental, consiste aussi à proposer sa consultation par voie électronique32.

  • 33 Daniel Droixhe, « Signatures clandestines et autres essais sur les contrefaçons de Liège et Maastr (...)
  • 34 < http://163.1.91.81/www_vfetc/SVEC01_10_DRX/home_img.htm >.
  • 35 < http://163.1.91.81/www_vfetc/SVEC01_10_DRX/home_db.htm >.

19Pour sa part, Daniel Droixhe a publié en 2001, dans les Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, un important article sur la production imprimée prohibée à Liège et Maastricht au XVIIIe siècle33. Le site web de la Voltaire Foundation donne accès à la collection d’images34 des livres évoqués par l’article, et à une base de données d’informations relatives aux 571 ornements et fleurons35 analysés par l’auteur… Le lecteur a ainsi accès à une documentation qu’aucun éditeur n’aurait jamais pu lui offrir sur papier à un prix raisonnable.

  • 36 Françoise Weil, L’interdiction du roman et la librairie, 1728-1750, Paris, Aux Amateurs de livres, (...)

20Les perspectives qu’ouvrent ces nouvelles pratiques nous éloignent à tout jamais des façons de faire artisanales de nos devanciers. Quand dans les années 1975, Françoise Weil préparait sa thèse sur la contrefaçon et l’édition clandestine du roman français du XVIIIe siècle36, elle en était réduite à faire des photocopies d’ornements dans des livres anciens… avec tous les risques que cela suppose pour leur intégrité, puis, armée d’une paire de ciseaux et d’un pot de colle, à découper ses photocopies pour les reporter sur des fiches…

  • 37 Henri-Jean Martin (dir.), Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, Paris, Éditions du Cer (...)
  • 38 Henri-Jean Martin (dir.), La naissance du livre moderne (XIVe-XVIIe siècles) : mise en page et mis (...)
  • 39 Richard Anthony Sayce, Compositorial Practices and the Localization of Printed Books 1530-1800, Ox (...)

21À ces nouvelles potentialités techniques, on ajoutera le regard que portent désormais certains historiens sur ce qu’ils appellent la « mise en livre », c’est-à-dire la façon dont les imprimeurs organisent l’architecture et la présentation des textes et de leurs annexes dans la page. Il est désormais patent qu’il existe en ce domaine des façons de faire qui ont varié au cours des temps, et des zones géographiques. Pour le domaine français, Henri-Jean Martin a une nouvelle fois ouvert la voie à travers deux ouvrages, l’un consacré au manuscrit37, l’autre à l’imprimé38. Pour sa part, le bibliographe anglais Sayce39 a fait œuvre de pionnier en essayant de recenser et de distinguer les principales pratiques de composition des imprimeurs européens, selon les lieux et les époques : signatures des cahiers en chiffres romains ou en chiffres arabes, jusqu’en milieu de cahier ou au-delà, à droite ou au milieu de la page… autant d’indices ténus qui, confrontés à d’autres, peuvent amener le bibliographe à déterminer l’origine géographique d’un atelier d’imprimerie qui se cache derrière une fausse adresse. Il conviendrait aujourd’hui de prolonger ce travail par l’examen systématique de la production européenne de l’âge classique, de manière à dépasser le stade de la brochure de Sayce, pour aboutir à de quasi-certitudes sur les pratiques des imprimeurs en fonction des temps et des lieux. C’est un vaste chantier auquel pourraient par exemple s’atteler des équipes multiples, au sein d’un programme de recherche européen.

  • 40 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600 - vers 1730). Dynamisme prov (...)
  • 41 Jean-Dominique Mellot et Élisabeth Queval, Répertoire d’imprimeurs-libraires (vers 1500 – vers 181 (...)
  • 42 Frédéric Barbier et al., Lumières du Nord : imprimeurs, libraires et « gens du livre » dans le Nor (...)
  • 43 Sabine Juratic, Le monde du livre à Paris entre absolutisme et Lumières. Recherches sur l’économie (...)
  • 44 L’essentiel de l’œuvre de l’historien américain Robert Darnton repose sur l’exploitation de cette (...)

22Enfin, on nous permettra d’insister sur ce qui constitue à nos yeux un élément de complément indispensable aux techniques et aux informations de la bibliographie matérielle : la connaissance des individus qui ont imprimé et diffusé les livres que nous étudions. Ce faisant, nous rejoignons l’un des aspects majeurs de l’œuvre de Donald McKenzie, à savoir le facteur humain. Comme on pourra le voir dans les exemples présentés dans la dernière partie de cet exposé, données bibliographiques et données biographiques doivent se compléter mutuellement et être croisées, pour permettre à l’historien d’aboutir à des attributions les plus fiables possible. Les chantiers de prosopographie (= biographie collective d’un groupe social) des « Gens du livre » ouverts ces dernières années sont une des conditions du succès du travail historique : collecte d’informations biographiques, exploitation des archives judiciaires, des correspondances… On pourrait signaler ici de nombreux exemples de ce type d’enquêtes. On se limitera à quelques-uns parmi les plus prometteurs. Jean-Dominique Mellot, dans sa thèse sur Rouen40, et dans son travail collectif à la Bibliothèque nationale de France41, a été un précurseur en ce domaine. Frédéric Barbier a, pour sa part, initié une grande enquête sur le XVIIIe siècle qui a déjà donné des résultats significatifs pour le nord de la France42, pour Paris étudié par Sabine Juratic43, et pour Lyon étudié par mes soins. Robert Darnton et ses émules, en se penchant sur les archives de la Société typographique de Neuchâtel44, une officine d’imprimerie de la Suisse actuelle qui a inondé toute l’Europe de la fin du XVIIIe siècle, ont permis de dévoiler une production et un système exemplaires grâce aux archives comptables, aux registres des tâches confiées aux ouvriers (qui permettent de savoir qui a imprimé telle feuille en tant d’exemplaires et à telle date), et aux 35 000 lettres de correspondants de toute l’Europe. On peut se prendre à rêver de pouvoir disposer, d’ici quelques années, de bases de données qui permettent d’associer au nom d’un imprimeur, sa biographie, son matériel ornemental, sa correspondance conservée… ou toute autre indication utile au chercheur. Si nous n’en sommes pas encore là, du moins pouvons-nous déjà, à travers quelques exemples d’enquêtes, montrer ce que peuvent être certains apports de la bibliographie matérielle.

Dévoiler des impressions sous adresses fictives : quelques exemples

  • 45 Henri-Jean Martin et Roger Chartier (dir.), Histoire de l’édition française, tome II : le livre tr (...)
  • 46 François Moureau, « Le libraire imaginaire ou les fausses adresses », Corps écrit, 1990, n° 33, p. (...)
  • 47 Cette enquête prosopographique porte sur toutes les personnes, professionnels et non professionnel (...)

23L’historien qui étudie la production imprimée de la France d’Ancien Régime est très vite confronté au problème des fausses adresses, utilisées tout à la fois par les imprimeurs contrefacteurs d’éditions dotées de privilèges, que par leurs confrères (ce sont parfois les mêmes personnages) qui publient, en prenant de gros risques, des ouvrages interdits. Comme l’a très bien rappelé l’Histoire de l’édition française45, tandis que Paris monopolise textes à la mode et auteurs à succès, les imprimeurs-libraires de province, et en premier lieu ceux de Lyon et Rouen, sont contraints à végéter en publiant des ouvrages tombés dans le domaine public, ou à tomber dans l’illégalité en se livrant à la contrefaçon et à l’impression de textes prohibés. Les fausses adresses étrangères réelles ou imaginaires, sont alors utilisées tout à la fois pour protéger l’anonymat de l’imprimeur, et émoustiller l’intérêt de l’acheteur potentiel46 : à Londres, à cent lieues de la Bastille, à Amsterdam, à Cologne chez Pierre Marteau (personnage fictif), à Constantinople chez le Grand Turc (ou le Mouphti), à Pékin chez le Grand Mogol, à Rome sous les yeux du Saint-Père (pour la pornographie), aux Enfers… autant de prétendues localisations que la bibliographie matérielle peut, parfois, dévoiler en identifiant les imprimeurs. C’est ce que je voudrais vous démontrer en recourant à quelques exemples rencontrés dans le cadre de l’enquête que j’achève actuellement sur les « Gens du livre » à Lyon au XVIIIe siècle47.

L’Esprit des lois, édition de Leyde, 174948

  • 48 Dominique Varry, « Les imprimeurs-libraires lyonnais et Montesquieu », in Michel Porret et Catheri (...)

24L’édition originale de l’Esprit des lois a été publiée en deux volumes in-quarto, à Genève par Jacques Barrillot, en octobre 1748. Montesquieu, certain que son manuscrit ne serait pas autorisé par la censure royale française, l’avait fait parvenir à un imprimeur étranger. Une seconde édition, toujours en deux volumes in-quarto, avec la même adresse… mais comportant une faute peut-être volontaire ou peut-être involontaire (un seul R à Barrillot) parut quelques semaines plus tard. Il s’agit d’une édition pirate faite par l’imprimeur parisien Prault, qui avait flairé un succès de librairie. Une troisième édition, toujours en deux volumes in-quarto, fut mise sur le marché au début de 1749, avec pour adresse : « A Leyde, chez les libraires associés ». Dans une lettre du 7 avril 1749, Marbot, ami de Montesquieu, écrivait à ce dernier : « il a paru ici une édition de l’Esprit des lois en deux volumes in-4°, que l’on dit être faite à Lyon, quoiqu’elle porte le nom de Leyde ». L’examen des papiers utilisés pour cet ouvrage révèle des filigranes « AN FORE » (= en Forez) et DARNESON (= Renaison, village de l’actuel département de la Loire, à l’ouest de Lyon). Il paraît surprenant que des imprimeurs de Leyde n’aient pas pu trouver de papier plus près de chez eux ! Le matériel utilisé dans cette édition comporte vingt-cinq ornements de bois : deux bandeaux, et ving-trois culs de lampe dont deux portent des initiales qui permettent de les identifier clairement. Si on examine la production imprimée publiée officiellement à Lyon autour de 1750, on s’aperçoit que ce matériel se retrouve sur différents ouvrages portant l’adresse des frères Pierre et Benoît Duplain, deux libraires lyonnais travaillant ensemble :

  • Essais sur l’histoire des belles lettres, des sciences et des arts… par M. Juvenel de Carlencas… A Lyon, chez les frères Duplain, 1749, 4 volumes, in-8° : cinq ornements de l’édition de Leyde y sont utilisés quarante-six fois.
  • Éléments d’hippiatrique ou Nouveaux principes sur la connoissance et sur la médecine des chevaux, par M. Bourgelat… A Lyon, chez Henri Declaustre et les frères Duplain, 1751, 3 volumes, in-8° : quatre ornements sont utilisés huit fois pour le seul tome 1.
  • Histoire navale d’Angleterre depuis la conquête des Normands en 1066 jusqu’à la fin de l’année 1734… Traduit… de Thomas Lediard, A Lyon chez les frères Duplain, 1751, 3 volumes, in-4° : dix ornements dont les deux ornements signés, y sont utilisés quarante et une fois. L’un des ornements signés est utilisé au titre du tome deux. Mais surtout, l’ouvrage comporte l’un des deux bandeaux de l’édition de Leyde… très reconnaissable à un « accident » (un petit manque de bois sur la bordure droite). Or cette Histoire navale d’Angleterre a été publiée très officiellement, avec un privilège du roi au bas duquel apparaît un achevé d’imprimer : « A Lyon, de l’imprimerie d’Aimé Delaroche 1751 ». Les frères Duplain n’étant que libraires avaient donc confié l’impression au plus gros atelier lyonnais d’imprimerie de l’époque, celui d’Aimé Delaroche… dont le matériel se retrouve sur la prétendue impression de Leyde… et dans les bases de données Fleuron et Maguelonne. Ajoutons qu’il y a peut-être sur la page de titre de Leyde un double clin d’œil pour qui sait lire entre les lignes : « chez les libraires associés » renvoie certainement aux deux frères Pierre et Benoît Duplain… quant à Lyon et Leyde… leurs noms en latin donnent respectivement « Lugduni » et « Lugduni Batavorum »… La démonstration de bibliographie matérielle se trouve corroborée par une notice apparaissant dans un catalogue de vente publique organisée à Lyon en 1759 par les frères Duplain49. Le lot 199 est ainsi décrit : « De L’Esprit des loix (par M. le P. de Montesquieu), Leyde, (Lyon), 1749 in-4° ».

Une affaire de cartons à propos du Contrat social

  • 50 Ralph A. Leign, Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, Genève et Oxford, Institut et Mu (...)
  • 51 Ralph A. Leigh, Unsolved Problems in the Bibliography of Jean-Jacques Rousseau, Cambridge, Cambrid (...)
  • 52 Dominique Varry, « Investigations autour du Contrat social de Rousseau publié par l'imprimeur-libr (...)
  • 53 Bibliothèque Sainte-Geneviève : Delta 64647 RES (P 2).
  • 54 Dispositif destiné à faciliter le travail du relieur. Chacun des cahiers est « signé » d’une lettr (...)
  • 55 Pratique consistant à mettre au bas d’une page imprimée le premier mot de la page suivante, pour a (...)

25En avril 1762, le libraire d’Amsterdam Marc-Michel Rey publiait le Contrat social de Jean-Jacques Rousseau. La correspondance de ce dernier, éditée par Ralph Leigh50, permet de suivre la correction des épreuves envoyées discrètement de Hollande par la poste. Les premiers ballots de livres pour ses correspondants parisiens (les libraires Dessaint et Saillant) ont été expédiés par Rey, via Dunkerque le 13 avril. Trois exemplaires ont été envoyés directement, par d’autres voies, à Rousseau, à son protecteur le maréchal de Luxembourg, et à Malesherbes, directeur de la Librairie. Après avoir lu l’ouvrage, ce dernier en interdit l’entrée sur le territoire français. Par grâce, il fera cependant réexpédier à Rey, par Rouen, les ballots envoyés via Dunkerque, et bloqués à leur arrivée. Très vite, la police prit les mesures les plus sévères pour empêcher l’introduction de ce texte en France… mais des exemplaires échappèrent tout de même à sa vigilance. L’ouvrage fut par ailleurs brûlé à Genève, ville natale de Rousseau, le 19 juin. Entretemps, le Parlement de Paris avait condamné un autre livre de Rousseau, L’Émile, et l’avait obligé à fuir précipitamment en Suisse pour éviter l’arrestation. L’édition originale de Rey, in-octavo, compte trois états différents et deux pages de titre différentes, selon qu’ils comportent ou non un passage sur le mariage civil des protestants dont nous allons reparler. Quelques semaines plus tard, Rey publiait une édition nouvelle du texte en format in-douze… pour décourager les contrefacteurs… Pourtant, les travaux de Ralph Leigh51 permettent de constater que onze éditions pirates du Contrat social parurent en 1762, et deux autres encore en 1763. Toutes sauf une usurpent l’adresse de Marc-Michel Rey. En travaillant à identifier l’une de ces éditions pirates faite à Lyon52, j’ai été amené à examiner de nombreux exemplaires de ce maquis bibliographique… dont un conservé à la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris53. Il s’agit d’un in-douze, de XII-212 pages, portant au-dessus de l’adresse de Rey la mention « suivant la copie imprimée ». Le papier utilisé porte des filigranes du moulin Sauvade d’Ambert, en Auvergne. Ses signatures54 sont en chiffres arabes (pratiques plutôt parisienne à l’époque) aux deux-tiers de la page, et jusqu’en milieu de cahier. Il comporte des réclames55 avec ponctuation, de cahier à cahier. Ces éléments dénotent une facture française, plutôt parisienne, dont il reste à identifier l’imprimeur… ce que les ornements devraient autoriser.

  • 56 Dominique Varry, « Une enquête de bibliographie matérielle : autour d’un exemplaire du Contrat soc (...)

26Mais surtout, et contrairement aux autres exemplaires de la même édition examinés, celui de Saint-Geneviève comporte deux pages 211 et 212 ! Si on se penche sur cette particularité56, on constate que cet exemplaire comporte le cancellans (c’est-à-dire le « carton », ou feuillet destiné à remplacer un feuillet fautif) et le cancellandum (feuillet fautif à supprimer, et à remplacer par un feuillet corrigé, ou « carton ») de la note sur le mariage civil des protestants. La correspondance entre Rousseau et Rey vient ici éclairer le bibliographe. Dans une lettre du 11 mars, Rousseau demandait à Rey de substituer à un passage dont nous ignorons la teneur une note sur le mariage civil des protestants. Pris de remords, Rousseau adressait une nouvelle lettre à Rey le 14 mars, pour lui demander de supprimer ladite note :

Je vous prie, mon cher Rey, si vous y étes encore à tems, de supprimer la dernière note sur les mariages. Et même falut-il un carton pour cela, je voudrais à toux prix que cette note fut supprimée, pour vôtre avantage comme pour le mien. Recevez mes excuses de ce nouvel embarras, mais je ne vous le donne pas sans raison. Je vous embrasse de tout mon cœur […]

27Entretemps, Rey avait répondu, le 17, qu’il avait reçu la première missive, et que la correction était en cours… Et les 22 et 25 mars, il écrivait à nouveau à Rousseau pour l’informer de l’impression et de la substitution du carton. Cet épisode explique qu’il y ait trois états de l’édition originale in-octavo, corrigés ou pas. Seuls deux exemplaires de cette première édition sont connus pour comporter le cancellans et le cancellandum (Bibliothèque nationale de France et Cambridge University Library). La découverte à Sainte-Geneviève d’un exemplaire d’une édition pirate in-douze comportant cette particularité conduit à penser que cette édition pirate a sans doute été l’une des toutes premières à voir le jour, en léger différé par rapport à l’impression de l’édition originale in-octavo, et qu’elle est peut-être même antérieure à l’édition in-douze publiée par Marc-Michel Rey. Le croisement de la correspondance de Rousseau et l’examen bibliographique se conjuguent ici pour faire émerger un jalon important de l’histoire de ce texte célèbre. L’attention à porter aux cartons est d’autant plus importante que la pratique de substitution de feuillets fut très générale au XVIIIe siècle.

L’édition « encadrée » des Œuvres de Voltaire de 1775 : une enquête en cours

  • 57 Dominique Varry, « L’édition encadrée des Œuvres de Voltaire (1775), fruit d’une collaboration ent (...)
  • 58 Samuel Taylor, “The Definitive text of Voltaire’s works: the Leningrad ‘encadrée”, Studies on Vol (...)
  • 59 Cf. supra.
  • 60 Bibliothèque de Voltaire. Catalogue des livres, Moscou et Leningrad, Éditions de l’Académie des sc (...)
  • 61 Raymond Gaudriault, Filigranes et autres caractéristiques des papiers fabriqués en France aux XVII(...)
  • 62 Richard Anthony Sayce, Compositorial Practices…, op. cit.

28Je voudrais maintenant évoquer un chantier encore en cours, qui donnera lieu à une communication au colloque « Voltaire et le livre », qui se déroulera à la Bibliothèque nationale de France les 27 et 28 octobre prochains57. En 1775 parut une édition en une quarantaine de volumes in-octavo des Œuvres de Voltaire, la dernière revue par ses soins et publiée de son vivant. Elle est traditionnellement désignée sous le terme d’édition « encadrée », car toutes ses pages présentent un encadrement de « vignettes » fondues par Fournier le jeune. Bien que ne comportant aucune adresse, il est de notoriété publique, et la correspondance de Voltaire le confirme, que cette édition a été faite à Genève par Gabriel Cramer. Cependant, l’histoire de cette édition, que nous appellerons comme nos devanciers W75 G, est très complexe58. En effet, la même année est parue une autre édition encadrée de Voltaire in-octavo, très proche de la précédente, et considérée comme pirate ou contrefaite. Pour reprendre la dénomination de Jeroom Vercruysse59, qui fut le premier à se pencher sur son cas, nous la désignerons comme W75 X. Le catalogue de la bibliothèque de Voltaire recense d’ailleurs ces deux éditions, dont seule celle de Genève est annotée60. Un certain nombre d’éléments, que nous ne pouvons reprendre ici, suggèrent une possible provenance lyonnaise pour W75 X, mais cette supposition rapportée par Jeroom Vercruysse le laisse sceptique. Comme l’a montré ce dernier, les deux éditions diffèrent en plusieurs points : variantes textuelles, présence de cartons uniquement dans W75 G… L’une des différences les plus visibles apparaît dans l’encadrement utilisé : une palmette en coin pour W75 G, une fleurette pour W75 X. Dans cette dernière édition, et contrairement à l’autre, l’encadrement apparaît aussi au verso blanc du faux-titre et du titre. Les deux éditions sont imprimées sur du papier d’Auvergne : Missonier (et non Misson comme relevé par Vercruysse !) d’Ambert pour W75 G, Nourisson d’Ambert et quelques feuilles de Lebon (moulin de Lagas, contremarque Velay) d’Ambert également pour W75 X61. Dans les deux éditions, les pratiques compositoriales62 sont « françaises » : réclames de cahier à cahier, signatures aux 2/3 de la feuille, jusqu’en milieu de cahier en chiffres romains pour W75 G, en chiffres arabes pour W75 X…

  • 63 David Smith, Bibliography of the writings of Helvétius, Ferney-Voltaire, Centre international d’ét (...)
  • 64 Claudette Fortuny, « Les éditions lyonnaises de l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal », à pa (...)
  • 65  http://tango.univ-montp3.fr/MagueloneV.taf . Je tiens à remercier vivement Claudette Fortuny pour (...)

29L’examen du matériel ornemental de l’édition W75 X, dont l’origine demeurait inconnue pour Vercruysse, nous ramène bien à Lyon, puisqu’il s’agit de celui de Geoffroy Regnault, un spécialiste du livre prohibé longtemps oublié, mais auquel on restitue aujourd’hui des éditions pirates d’Helvétius63 et de l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal64, entre autres titres. Certains de ces ornements ont d’ailleurs été recensés par Claudette Fortuny dans la base Maguelone65, sous le nom de Regnault : m0100-1, m0121, m0129, m0142-1, m0180, m0206, m0247… Ce chercheur y attribue d’ailleurs à Regnault cinq tomes (à l’adresse de Genève), des Questions sur l’Encyclopédie faisant partie de l’édition encadrée.

  • 66 Université libre de Bruxelles, Bibliothèque Saltykov-Tchtédrine de Saint-Pétersbourg, British Libr (...)
  • 67 Bibliothèque municipale de Montpellier : 75 587.
  • 68 Best. D 20678.
  • 69 Il peut s’agir de Claude-André Faucheux, ou de son oncle Claude-André Vialon. Tous deux ont été as (...)
  • 70 Il peut s’agir de Charles-Joseph Panckoucke, ou du libraire genevois Bardin.
  • 71 Suzanne Tucoo-Chala, Charles-Joseph Panckoucke & la librairie française 1736-1798, Pau, Éditions M (...)

30Si Jeroom Vercruysse a examiné des collections complètes de l’une et l’autre éditions, dont quatre exemplaires de W75 X66, il nous a, pour notre part, été donné de rencontrer des collections mixtes, sous reliure uniforme, parfois même complétées de tomes 41 (La Bible enfin expliquée…) et 42 (Lettres chinoises, indiennes et tartares…) portant une date postérieure (Londres, 1776 et 1777)… et imprimées par Gabriel Grasset, d’après le matériel et les pratiques de composition. Il nous a par ailleurs été donné d’examiner, dans des collections privées, des volumes composés de cahiers des deux éditions incriminées. Pour sa part, Claudette Fortuny qui a examiné cinq volumes des Questions sur l’Encyclopédie aujourd’hui conservés à la bibliothèque municipale de Montpellier67, signale à leur sujet sur la base « Maguelone » qu’il s’agit d’exemplaires de l’édition Cramer de Genève, sur lesquels on a ajouté un faux-titre et une page de titre imprimés sur les presses lyonnaises de Regnault. Jeroom Vercruysse considérait W75 X comme une contrefaçon de l’édition Cramer, et doutait de sa provenance lyonnaise. Je crois pouvoir affirmer aujourd’hui que les deux éditions sont complémentaires, et résultent d’une collaboration entre Gabriel Cramer et son correspondant lyonnais Geoffroy Regnault. Ce dernier est né à Lyon en 1710, il a commencé d’exercer la librairie à Lyon en 1743 avant d’être reçu imprimeur en 1757. Il céda sa librairie à son fils Gabriel en 1773, mais continua d’imprimer jusqu’à la Révolution (1791). Il a ouvert un cabinet de lecture en 1759, et en 1763 faisait rouler trois presses, et était adjoint à la chambre syndicale en 1784. C’est ici que des sources archivistiques seraient d’un grand secours pour conforter et préciser les résultats de l’enquête bibliographique. Malheureusement ces sources font défaut. Tout au plus savons-nous, par une lettre du 28 mai 177768, de Cramer à Necker de Germagny que deux libraires lyonnais, ayant appris que Cramer imprimait son édition, s’en portèrent acquéreurs. Le premier était Regnault, le second n’est pas nommé69. Cramer aurait répondu : « que sans avoir pris un engagement, il y avoit néantmoins une personne70 dans le monde à qui je croiois devoir la préférence ». L’enquête, non encore achevée, se poursuit. Comme nous savons que Regnault était très lié au grand imprimeur-libraire parisien Panckoucke71, pour le compte duquel il espionnait d’ailleurs ses confrères lyonnais, il ne serait pas très étonnant que Panckoucke ait été peu ou prou mêlé à l’affaire. En tout état de cause, pouvons-nous au moins affirmer aujourd’hui que Regnault est bien l’imprimeur de la prétendue « contrefaçon lyonnaise », et que cette dernière n’en était pas une, mais une « collaboration » à l’édition genevoise officielle !

31Puissent ces quelques exemples vous avoir montré le type d’enquête auquel se livre le bibliographe, et vous avoir convaincu de l’intérêt et de l’importance de ce genre d’investigation pour l’histoire des textes et celle des pratiques d’imprimerie dans le monde occidental. Discipline d’origine anglo-saxonne, la bibliographie matérielle rencontre encore des difficultés pour s’imposer dans le monde universitaire français. On peut cependant gager que les développements de nouvelles potentialités technologiques ouvertes par l’informatique et la numérisation permettront à terme à cette discipline de s’imposer définitivement. La démarche que j’ai ici essayé de vous présenter se veut universelle. Elle doit, avec les accommodements nécessaires, pouvoir s’appliquer au livre chinois… Mais cette fois-ci, c’est vous qui me direz si vous appliquer au livre le même type d’enquête… En tout état de cause, il y a en ce domaine des pistes à explorer entre nos approches respectives.

32Vous me permettrez de conclure ce propos par un clin d’œil, en vous présentant une réédition de 1774 d’un texte paru pour la première fois en 1742 : Le Sopha. Il s’agit d’un roman licencieux dans lequel le narrateur transformé en sopha raconte les scènes dont il a été témoin… en attendant de pouvoir reprendre forme humaine « quand deux personnes se donneraient mutuellement et sur lui leurs prémices ». Le scandale causé par cette publication n’empêcha pas son auteur, Claude-Prosper Jolyot de Crébillon, de devenir censeur royal en 1749 !

33Cette réédition n’est qu’une parmi de nombreuses autres, mais vous avez bien lu… sa page de titre porte bien une adresse non équivoque et en français : « A Pékin, chez les Libraires associés ». Si on examine l’ouvrage de plus près, on constate qu’il est imprimé sur un papier de la région de Rouen, en Normandie. Il reste cependant à en identifier l’imprimeur. Décidément, historiens du livre chinois et français ont encore beaucoup à apprendre les uns des autres !

Notes

1 Louise-Noëlle Malclès, Manuel de bibliographie, Paris, Presses universitaires de France, 1963, p. 7, note 3.

2 Ronald Brunlees McKerrow, An Introduction to Bibliography for Literary Students, Oxford, Clarendon Press, 1927.

3 Philipp Gaskell, A New Introduction to Bibliography, Oxford, Clarendon Press, 1972. Rééditions en 1974, 1979, 1994. Traduit en espagnol.

4 Fredson Bowers, Principles of Bibliographical Description, Princeton, Princeton University Press, 1949. Rééditions en 1962, et en 1994 avec une préface de son disciple G. Thomas Tanselle.

5 Donald Francis McKenzie, Bibliography and the Sociology of Texts, London, British Library, 1986, réédité en 1999. Traduction française : La bibliographie et la sociologie des textes, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1991. La préface que Roger Chartier a donnée à cette traduction a été republiée sous le titre « Bibliographie et histoire culturelle » dans son ouvrage Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 1998, p. 255-268.

6 John Thomson, Books and Bibliography. Essays in Commemoration of Don McKenzie, Wellington, Victoria University Press, 2002. Donald Frances McKenzie, Making Meaning. “Printers of the Mind” and Other Essays. Edited by Peter D. McDonald and Michael F. Suarez, Amherst and Boston, University of Massachussetts Press, 2002. Fait qui mérite d’être souligné pour un ouvrage un anglais, celui-ci a donné lieu à un compte rendu de Roger Chartier (Formes et sens de la lecture) dans le supplément « livres » du Monde du 15 novembre 2002.

7 New-York Review of Books, 29 mai 2003.

8 Wallace Kirsop, Bibliographie matérielle et critique textuelle, vers une collaboration, Paris, Lettres modernes, 1970.

9 Roger Laufer, Introduction à la textologie, Paris, Larousse, 1972.

10 Roger Laufer (éd.), La bibliographie matérielle présentée par Roger Laufer. Table ronde organisée pour le CNRS par Jacques Petit, Paris, Éditions du CNRS, 1983.

11 Idem, p. 11-24.

12 Annales typographiques… janvier 1760, tome 1, p. 63, n° XVI.

13 Robin Myers and Michael Harris (ed.), Fakes and Frauds. Varieties of Deception in Print & Manuscript, Winchester and Detroit, St Paul’s Bibliographies and Omnigraphics Inc., 1989.

14 L’exemplaire de la Bibliothèque municipale de Melun (F° 280) est visible sur le web, à l’adresse suivante : < http://philippe.diaz.free.fr/pat2/lucien.html >.

15 Donald D. Dickinson, John Carter. The Taste and Technique of a Bookman, New Castle, Oak Knoll, 2005.

16 Nicolas Barker, “A Scandal in America”, Form and Meaning in the History of the Book, London, The British Library, 2003, p. 332-353.

17 Jeanne Veyrin-Forrer, La lettre et le texte. Trente années de recherches sur l’histoire du livre, Paris, École normale supérieure de jeunes filles, 1987.

18 Jean-François Gilmont, Le livre et ses secrets, Genève et Louvain-la-Neuve, Droz et Université catholique de Louvain, 2003.

19 Outre l’enseignement en la matière que j’y professe, l’Enssib organise chaque année dans le cadre de l’Institut d’histoire du livre un cours de bibliographie matérielle animé par le Professeur Neil Harris de l’université d’Udine (Italie). On consultera avec grand intérêt la présentation de ce cours à l’adresse suivante : < http://ihl.enssib.fr/siteihl.php?page=164 >.

20 Wallace Kirsop, op. cit., p. 32.

21http://web.uflib.ufl.edu/spec/rarebook/devices/device.htm

22http://eclipsi.bib.ub.es/imp/impcat.htm >.

23http://www.oeaw.ac.at/ksbm/wz/wzma2.htm >.

24http://linux.lettere.unige.it/briquet/ >.

25http://jefferson.village.virginia.edu/gants/ >.

26 < http://www.ulg.ac.be/moriane/index.htm >.

27 < http://www2.unil.ch/BCU/docs/collecti/res_prec/todai_intro.html >.

28 < http://tango.univ-montp3.fr/MagueloneV.taf >.

29 < http://www.livresinterdits.net/pages/rept_spheres_general.htm >.

30 < http://www.livresinterdits.net/pages/rept_culdelamp_choix.htm >.

31 Silvio Corsini, La preuve par les fleurons ? Analyse comparée du matériel ornemental des imprimeurs suisses romands 1775-1785, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 1999.

32 < http://c18.net/pr/fleuron >.

33 Daniel Droixhe, « Signatures clandestines et autres essais sur les contrefaçons de Liège et Maastricht au XVIIIe siècle », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, volume 2001 : 10, Oxford, Voltaire Foundation, 2001, p. 49-198.

34 < http://163.1.91.81/www_vfetc/SVEC01_10_DRX/home_img.htm >.

35 < http://163.1.91.81/www_vfetc/SVEC01_10_DRX/home_db.htm >.

36 Françoise Weil, L’interdiction du roman et la librairie, 1728-1750, Paris, Aux Amateurs de livres, 1986.

37 Henri-Jean Martin (dir.), Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1990.

38 Henri-Jean Martin (dir.), La naissance du livre moderne (XIVe-XVIIe siècles) : mise en page et mise en texte du livre français, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2000.

39 Richard Anthony Sayce, Compositorial Practices and the Localization of Printed Books 1530-1800, Oxford, Oxford Bibliographical Society, 1979.

40 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600 - vers 1730). Dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris, École nationale des chartes, 1998.

41 Jean-Dominique Mellot et Élisabeth Queval, Répertoire d’imprimeurs-libraires (vers 1500 – vers 1810). Nouvelle édition mise à jour et augmentée (5 200 notices), Paris, Bibliothèque nationale de France, 2004.

42 Frédéric Barbier et al., Lumières du Nord : imprimeurs, libraires et « gens du livre » dans le Nord au XVIIIe siècle (1701-1789) : dictionnaire prosopographique, Genève, Droz, 2002.

43 Sabine Juratic, Le monde du livre à Paris entre absolutisme et Lumières. Recherches sur l’économie de l’imprimé et sur ses acteurs, thèse de doctorat de l’École pratique des hautes études, Paris, 2003.

44 L’essentiel de l’œuvre de l’historien américain Robert Darnton repose sur l’exploitation de cette source. Nous signalons ici les actes du dernier colloque organisé sur cet atelier d’imprimerie, qui donnent la bibliographie la plus à jour sur ce sujet : Le rayonnement d’une maison dans l’Europe des Lumières : la Société typographique de Neuchâtel 1769-1789… Textes réunis par Robert Darnton et Michel Schlup… Neuchâtel, Bibliothèque publique et universitaire, Hauterive, Éditions Gilles Attinger, 2005.

45 Henri-Jean Martin et Roger Chartier (dir.), Histoire de l’édition française, tome II : le livre triomphant 1660-1830, Paris, Promodis, 1984.

46 François Moureau, « Le libraire imaginaire ou les fausses adresses », Corps écrit, 1990, n° 33, p. 45-56.

47 Cette enquête prosopographique porte sur toutes les personnes, professionnels et non professionnels du livre, qui ont produit ou diffusé des livres, de manière autorisée ou pas, à Lyon entre 1700 et 1800. Des renseignements biographiques, plus ou moins complets, ont ainsi été rassemblés sur plus de sept cents personnes.

48 Dominique Varry, « Les imprimeurs-libraires lyonnais et Montesquieu », in Michel Porret et Catherine Volpilhac-Auger (dir.), Le temps de Montesquieu, Genève, Droz, 2002, p. 43-63.

49 Catalogus librorum D. Andreae P*** [Perrichon], Lugduni, apud Fratres Duplain, 1759, in-8°. Bibliothèque municipale de Lyon : 371371 tome 9 (3).

50 Ralph A. Leign, Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, Genève et Oxford, Institut et Musée Voltaire et Voltaire Foundation, 1965-1998, 52 volumes.

51 Ralph A. Leigh, Unsolved Problems in the Bibliography of Jean-Jacques Rousseau, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

52 Dominique Varry, « Investigations autour du Contrat social de Rousseau publié par l'imprimeur-libraire lyonnais Réguilliat (1762) / Ricerche sul Contratto sociale di Rousseau edito dal tipografo-libraio lionese Réguilliat (1762) », intervention au colloque La Tipografia e la sua Variante / The Printing Press and its Variants, Florence, Istituto nazionale di studi sul Rinascimento, 10 au 12 décembre 2004. Actes à paraître.

53 Bibliothèque Sainte-Geneviève : Delta 64647 RES (P 2).

54 Dispositif destiné à faciliter le travail du relieur. Chacun des cahiers est « signé » d’une lettre de l’alphabet. À l’intérieur d’un même cahier, les feuillets sont signés et numérotés. En France, en principe, seule la première moitié du cahier était signée.

55 Pratique consistant à mettre au bas d’une page imprimée le premier mot de la page suivante, pour aider le relieur à mettre les cahiers dans le bon ordre.

56 Dominique Varry, « Une enquête de bibliographie matérielle : autour d’un exemplaire du Contrat social de 1762 conservé à la Bibliothèque Sainte-Geneviève », texte d’une conférence prononcée à la Bibliothèque Sainte-Geneviève le 12 avril 2005, à paraître.

57 Dominique Varry, « L’édition encadrée des Œuvres de Voltaire (1775), fruit d’une collaboration entre imprimeurs-libraires genevois et lyonnais », communication au colloque Voltaire et le livre, Paris, 27 au 28 octobre 2005.

58 Samuel Taylor, “The Definitive text of Voltaire’s works: the Leningrad ‘encadrée”, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, volume 124, Oxford, Voltaire Foundation, 1974, p. 7-132. Jeroom Vercruysse, « Les éditions encadrées des Œuvres de Voltaire de 1775 », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, volume 168, Oxford, Voltaire Foundation, 1977. Andrew Brown et Ulla Kölving, “Voltaire and Cramer?”, Le siècle de Voltaire. Hommage à René Pomeau, édité par Christiane Mervaud et Sylvain Menant, Oxford, Voltaire Foundation, 1987, p. 149-183. Voir aussi supra, p. 204.

59 Cf. supra.

60 Bibliothèque de Voltaire. Catalogue des livres, Moscou et Leningrad, Éditions de l’Académie des sciences de l’URSS, 1961, n° 3472 et 3473.

61 Raymond Gaudriault, Filigranes et autres caractéristiques des papiers fabriqués en France aux XVIIe et XVIIIe siècle, Paris, CNRS Éditions et J. Telford, 1995.

62 Richard Anthony Sayce, Compositorial Practices…, op. cit.

63 David Smith, Bibliography of the writings of Helvétius, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2001. Aux éditions attribuées par David Smith à Regnault, il convient d’ajouter celle du Bonheur à l’adresse de Londres, 1772 (B2).

64 Claudette Fortuny, « Les éditions lyonnaises de l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal », à paraître dans Histoire et civilisation du livre : revue internationale, 2006, n° 2.

65 < http://tango.univ-montp3.fr/MagueloneV.taf >. Je tiens à remercier vivement Claudette Fortuny pour les échanges que nous avons eus à propos de Regnault et de l’édition encadrée, qui confortent la thèse ici présentée.

66 Université libre de Bruxelles, Bibliothèque Saltykov-Tchtédrine de Saint-Pétersbourg, British Library Londres, Bibliothèque nationale de Paris.

67 Bibliothèque municipale de Montpellier : 75 587.

68 Best. D 20678.

69 Il peut s’agir de Claude-André Faucheux, ou de son oncle Claude-André Vialon. Tous deux ont été associés à Regnault pour imprimer des éditions pirates de l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal, entre 1773 et 1776.

70 Il peut s’agir de Charles-Joseph Panckoucke, ou du libraire genevois Bardin.

71 Suzanne Tucoo-Chala, Charles-Joseph Panckoucke & la librairie française 1736-1798, Pau, Éditions Marrimpouey jeune ; Paris, Jean Touzot, 1977, p. 277.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search