Version classiqueVersion mobile

« Varryations »

 | 
Philippe Martin

Partie 2. Bibliothèques

Des bibliothécaires entre Ancien Régime et Révolution

Portrait de groupe… et destins individuels*

Texte intégral

*Cette contribution est parue la première fois dans l’ouvrage Un’istituzione dei Lum: la biblioteca. Teoria, gestione e pratiche biblioteconomiche nell’Europa dei Lumi. Convegno internazionale Parma, 20-21 maggio 2011, a cura di Frédéric Barbier, Andrea De Pasquale, Parma, Museo Bodoniano, Caratteri 8, 2013, p. 181-192.

  • 1 Dominique Varry, « La dernière phalange : comment les bibliothécaires des temps anciens formèrent (...)

1Aussi curieux que cela puisse paraître de prime abord, la Révolution est une période cruciale dans l’histoire des bibliothèques françaises, et par voie de conséquence dans celle des bibliothécaires. Cette période est en effet celle d’une transition entre deux mondes : celui de la République des Lettres et celui du XIXe siècle, et du passage de témoin de la connaissance bibliothéconomique entre deux générations de bibliothécaires, phénomène sur lequel portent certaines de nos interrogations actuelles1. De fait, les bibliothèques de la période révolutionnaire ont été le lieu de rencontre de professionnels chevronnés, blanchis sous le harnais, et de nouveaux venus souvent en recherche d’une position de repli face à l’inconfort dans lequel les plaçait une situation politique fluctuante. C’est ce phénomène que nous voudrions évoquer ici dans un portrait de groupe dont émergent quelques personnalités emblématiques.

Entre deux mondes… d’une génération l’autre…

  • 2 Claude Clément, Musei sive Bibliothecae tam privatae quàm publicae Extructio, Instructio, Cura, Us (...)
  • 3 Dominique Varry, « Contribution à une histoire des savoirs professionnels des bibliothécaires : le (...)

2Le savoir bibliothéconomique s’est constitué progressivement sur la longue durée, se transmettant de maître à disciple, et par le truchement de quelques ouvrages phares, tel le Musei sive bibliothecae… libri IV2 publié à Lyon en 1635, par le jésuite franc-comtois installé à Madrid Claude Clément (1594-1642), et qui constitue le premier traité moderne de construction, d’ornementation, d’organisation et de conservation d’une bibliothèque. Dans la constitution et la transmission de ce savoir, les bibliothèques d’ordres religieux, et leurs bibliothécaires, ont joué un rôle primordial, facilité par la longévité de leurs institutions. En outre, le clergé régulier et séculier a donné de nombreux bibliothécaires aux grands collectionneurs du temps. Dans la France moderne, on doit ainsi souligner le rôle des bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur, et en tout premier lieu celui de Dom Luc d’Achery (1609-1685) qui fut le premier bibliothécaire en titre de Saint-Germain-des-Prés. On lui doit en particulier le remplacement en 1639, deux ans après sa prise de fonction, des pupitres médiévaux par des armoires murales et des tablettes, et la rédaction d’un premier catalogue méthodique (deux volumes) et alphabétique auteurs (un volume). L’impulsion novatrice qu’il donna alors se retrouve dans un chapitre de quinze pages in-octavo intitulé « Règles du bibliothécaire » des Règles communes et particulières pour la Congrégation de Saint-Maur, qui connurent deux éditions parisiennes, sous la direction de Dom Pierre-Benoît de Jumilhac, en 1663 et 16863. Bien qu’il soit anonyme, ce petit texte qui constitue le premier manuel pratique et technique du bibliothécaire, fut peut-être rédigé par Dom Luc d’Achery, ou en s’inspirant de son action.

  • 4 Dominique Varry, « Être bibliothécaire à Saint-Victor », La bibliothèque de Saint-Victor et les ge (...)

3On peut également évoquer le rôle pionnier de l’abbaye Saint-Victor de Paris (chanoines réguliers de Saint Augustin), qui fut l’une des rares bibliothèques parisiennes à accueillir des lecteurs extérieurs à la communauté dès la fin du XVIIe siècle, et qui dans la seconde moitié du siècle suivant laissait à portée de main du lecteur de nombreux ouvrages et usuels alignés dans les armoires qui couvraient les murs de la salle de lecture, dans une espèce de « libre accès » avant la lettre4.

  • 5 Dominique Varry, « La profession de bibliothécaire en France à l’époque de la Révolution française (...)

4Or, au moment où la Révolution française confisqua les bibliothèques et les rassembla dans des locaux provisoires pompeusement dénommés « dépôts littéraires », elle leur donna pour gardiens et futurs « bibliothécaires » des hommes de tous états recrutés davantage pour leur zèle patriotique et les gages politiques qu’ils pouvaient donner que pour leurs compétences bibliothéconomiques5. À Saar-Union, Le Masson était un ancien militaire perclus de blessures. À Aix-en-Provence, Jacques Gibelin était médecin. À Cambrai, Houillon était horloger. À Douai, Monteville était homme de loi. À l’école centrale de Colmar, Jean-Pierre Marquair avait jadis été avocat au Conseil souverain d’Alsace, puis juge au tribunal avant d’être suspendu en 1792. À Reims, Delaistre, qui fut impliqué dans des vols de documents précieux, avait été libraire. À Corbeil, Van Thol était un libraire hollandais réfugié en France, il devint par la suite le dernier conservateur des dépôts littéraires de Paris. L’énumération pourrait être poursuivie. De nombreux ecclésiastiques réguliers et séculiers se virent également confier des dépôts littéraires. Pour nous en tenir à la Bourgogne et la Franche-Comté, leur liste non exhaustive est éloquente : Jean Depaquy, ancien abbé cistercien de Pontigny, dans le district de Saint-Florentin (Yonne). François-Xavier Laire, ancien minime, à Sens puis à Auxerre. Charles Boullemier, ancien chapelain de la Commanderie de la Madeleine (Ordre de Malte), à Dijon. Jacques Berthier, « ci-devant théologal », à Semur-en-Auxois. Jean-François Mielle, ancien minime, à Chalon-sur-Saône. Villers et Maugin-Degoutières, anciens chanoines de la cathédrale, à Nevers. Claude-Cyrille Peuchot, ancien bénédictin à Chaumont. François Bévalet, prêtre séculier, à Belfort. Charles-Etienne Jousserandot, en religion Père Telesphore de Macornay, ancien gardien des capucins de Besançon, puis vicaire-général de l’évêque constitutionnel de Besançon, à Lons-le-Saunier…

Les bibliothécaires d’Ancien Régime

  • 6 Christine Lamarre, « Le parcours d’un bibliothécaire de l’Ancien Régime à la Révolution : Charles (...)
  • 7 Arch. dép. Côte d’Or : L 1805.

5Des bibliothécaires d’Ancien Régime poursuivirent leur œuvre dans les bibliothèques rassemblées par la Révolution. Tel fut par exemple le cas de l’abbé Jean-Joseph Rive (1730-1791), natif d’Aix-en-Provence, bibliothécaire du duc de La Vallière de 1768 à la mort de ce bibliophile en 1780, et devenu le 26 décembre 1786 le premier bibliothécaire de la collection que le marquis de Méjanes venait de léguer aux États de Provence et qui devait devenir la bibliothèque municipale d’Aix-en-Provence. On pourrait également évoquer Charles Boullemier (1725-1803)6, fils d’un vitrier, protégé de la famille de parlementaires bourguignons Févret de Fontette. Après avoir débuté une carrière militaire en 1742, il était entré dans les ordres douze ans plus tard et fut chapelain de l’Ordre de Malte à Dijon, puis bibliothécaire du collège de Godrans, et de l’Académie de Dijon, de 1764 à 1792. Il prêta le serment de Liberté-Égalité en septembre 1792, mais fut arrêté le 30 mars 1793, puis mis en liberté surveillée jusqu’au 15 octobre 1794 pour correspondance avec des émigrés… en l’occurrence ses protecteurs Févret de Fontette. Le 11 novembre 1794, il fut choisi comme bibliothécaire de ce qui allait devenir l’école centrale de la Côte d’Or, et le demeura jusqu’à sa mort le 11 avril 1803. Il incarne assez bien ces ecclésiastiques qui ne l’étaient que de nom, « petit collet à la vocation incertaine », et qui, sous l’Ancien Régime, avaient trouvé à s’employer au soin des livres plus qu’à celui des âmes. La pétition qu’il rédigea pour sa libération est, à cet égard, éloquente7 :

Je suis prêtre, dit-on, hélas avant la Révolution, on m’accusait de ne l’être pas ! Et en effet je n’ai jamais possédé de bénéfices, je n’ai jamais prêché ni confessé ni enfin exercé de fonctions ecclésiastiques. Depuis longtemps même j’avais renoncé au costume, uniquement occupé de l’étude et de ma place de bibliothécaire, je ne songeais qu’à remplir mes devoirs de citoyen, et à obéir à la loi, j’ai prêté le serment, ainsi sous tous les rapports je ne puis donc être mis au nombre des prêtres insermentés, ni mériter les peines qu’ils ont encourues […]

6D’un tout autre calibre étaient les quatre personnages que nous allons maintenant évoquer.

7Alexandre-Guy Pingré (1711-1796), était chanoine et bibliothécaire de Sainte-Geneviève, membre de l’Académie des sciences, mais aussi voyageur, océanographe et astronome. Il développa la bibliothèque, qui comptait 58 000 imprimés et 2 000 manuscrits à la veille de la Révolution. Le 11 novembre 1789, il offrit la bibliothèque Sainte-Geneviève à l’État, ce qui évita sa confiscation, et devint le premier bibliothécaire de la « Bibliothèque du Panthéon ». À son nom doit être associé celui de Barthélémy Mercier de Saint-Léger (1734-1799), son adjoint puis successeur. En 1792, Mercier fut nommé membre de la Commission des monuments, rédigea des instructions de classement des bibliothèques destinées aux bibliothécaires improvisés de toute la France, et s’attaqua au vandalisme.

  • 8 François-Xavier Laire, Specimen historicum typographiae romanae XVI saeculi… Romae, sumptibus Vena (...)
  • 9 Michel Vernus, Une vie dans l’univers du livre. François-Xavier Laire (1738-1801), Lons le Saunier (...)
  • 10 Ségolène Chambon, L’abbé Leblond et les confiscations révolutionnaires. Étude et guide des sources (...)
  • 11 Sur ces commissions successives qui fonctionnèrent auprès des assemblées révolutionnaires, et fire (...)
  • 12 L’abbé Leblond (1738-1809) « second fondateur de la Bibliothèque Mazarine », études rassemblées et (...)

8François-Xavier Laire (1738-1801) était le fils d’un laboureur du Jura et le neveu d’un curé de campagne. Il entra chez les Minimes, et connut les couvents de Dole et d’Arbois, avant d’effectuer un premier voyage en Italie, de 1774 à 1778, au cours duquel il rencontra le prince de Salm-Salm qui le prit pour bibliothécaire, peu avant de mourir. De 1786 à la Révolution, le Père Laire fut le bibliothécaire de Mgr de Loménie de Brienne, cardinal archevêque de Toulouse puis de Sens, et contrôleur général des finances (1787-1788). D’octobre1788 à février 1790, le Père Laire effectua un second voyage en Italie. Il publia d’ailleurs la première histoire typographique de Rome8. De retour en France, il organisa les dépôts littéraires du district de Sens, puis devint bibliothécaire de l’école centrale de l’Yonne à Auxerre, où il mourut en 18019. Quant à Gaspard Michel, dit Leblond (1738-1809), il joua un rôle de tout premier plan dans la constitution et le devenir des bibliothèques révolutionnaires10. Docteur en théologie de l’université de Caen, il fut choisi par l’abbé de Vermond comme sous-bibliothécaire à la Bibliothèque Mazarine en 1770. En 1790, il devint membre puis secrétaire de la Commission des Quatre Nations11. En 1791, il succéda à l’abbé Hooke comme bibliothécaire de la Mazarine. Il fut secrétaire ou président de toutes les commissions qui succédèrent à la Commission des Quatre Nations : Commission des monuments (octobre 1792 - décembre 1793), Commission temporaire des arts (décembre 1793 - décembre 1795), Conseil de conservation des objets de sciences et d’arts (décembre 1795 - septembre 1800). En 1794, il fut également nommé par la Convention, avec trois autres personnes, pour procéder aux saisies scientifiques en Belgique, Hollande et Allemagne. Spécialiste des médailles, il devint en 1798 membre de l’Institut, section des antiquités et des monuments. Il est aujourd’hui considéré comme le « second fondateur de la Mazarine », dont il doubla les fonds grâce aux saisies révolutionnaires. Il démissionna de ses fonctions de bibliothécaire en 1801, et mourut retiré à Laigle dans l’Orne le 17 juin 1809, après avoir brûlé tous ses manuscrits. Une exposition-hommage lui a été consacrée par la Bibliothèque Mazarine en 200912.

La bibliothèque, position de repli pour les réguliers

9Les dépôts littéraires et les bibliothèques furent aussi un lieu de repli pour nombre de religieux chassés de leurs établissements par la fermeture des abbayes, couvents et collèges. Tel fut, par exemple, le cas de l’oratorien Ordinaire ci-devant professeur d’histoire naturelle de Mesdames de France, devenu bibliothécaire de Clermont-Ferrand. Les bénédictins furent particulièrement nombreux à investir les bibliothèques. Sans vouloir être exhaustif, on citera : Dom Druon, Dom Foulon, Dom Jarlot, Dom Lebreton, Dom Malherbe, Dom Poirier (Saint-Germain-des-Prés) tous à Paris ; Dom Braux et Dom Locatelli à Angers, Dom Marchant à Cambrai, Dom Peuchot à Chaumont, Dom Mazet à Poitiers, Dom Gourdin à Rouen, Dom Aubin à Saint-Omer, Dom Abrassart à Tours… Le cas de Dom François Philippe Gourdin témoigne pour d’autres. Né à Noyon le 8 novembre 1739, il entra chez les bénédictins en 1760, et fit profession un an plus tard à l’abbaye Saint-Georges de Boscherville. Après des études à Saint-Wandrille, il fut ordonné prêtre en 1767, puis deux ans plus tard devint professeur de rhétorique au collège de Beaumont-en-Auge. En 1771, il fut membre associé de l’académie de Rouen. Rendu au monde par la Révolution, il travailla dans les dépôts littéraires de Rouen et devint bibliothécaire de la ville en 1809. Il avait repris le culte au Concordat et exerça conjointement son ministère jusqu’à sa mort, à Bonsecours, le 11 juillet 1825.

10Les dépôts littéraires furent également, mais pour un temps très court, un lieu de repli pour les réfractaires au serment constitutionnel. L’exemple le plus célèbre est sans doute celui de l’abbé Luce Joseph Hooke, qui fut bibliothécaire de la Mazarine de 1778 à 1791. Né à Dublin en 1710, il était le fils de l’historien anglais Nathaniel Hooke. Docteur de Sorbonne, professeur royal de théologie, en butte à l’hostilité de l’archevêque de Paris pour son opposition aux thèses de l’abbé de Prades, il fut maintenu à son poste par le Parlement de Paris. Il traduisit des Discours de son père, et édita les Mémoires du maréchal de Berwick. Il fut destitué en 1791, pour avoir refusé de prêter le serment exigé des fonctionnaires publics. L’abbé Leblond, qui guettait la place, ne fut pas étranger à cette décision !

Les clercs en rupture

  • 13 Les prêtres abdicataires pendant la Révolution française, Paris, Imprimerie nationale, 1965.

11À partir de 1793, c’est une nouvelle catégorie de clercs qui chercha et trouva refuge dans les dépôts littéraires bientôt appelés à se transformer, au moins sur le papier, en bibliothèques publiques des districts : celle des démissionnaires, abdicataires et traditeurs13. Les premiers, constatant qu’ils ne pouvaient plus célébrer le culte, se contentèrent de démissionner de leurs fonctions pastorales. Les seconds ajoutèrent à la cessation du culte le renoncement à leur sacerdoce. Quant aux troisièmes, ils ajoutèrent aux deux premières renonciations la remise de leurs lettres de prêtrise. De fait, il est souvent difficile de qualifier exactement ces actes, parfois commis sous la contrainte, parfois empreints de ruse pour satisfaire à l’obligation du moment sans se renier, comme dans le fait de remettre ses lettres de diaconat… et non celles de prêtrise… Un certain nombre de ces abdicataires et traditeurs, soit volontairement soit plus ou moins contraints, convolèrent en justes noces ! On pourrait citer de très nombreux ecclésiastiques qui, dans une telle situation, trouvèrent une occupation dans les bibliothèques : Bévalet à Belfort, Colnet à Sélestat, Mézurolle à Soissons… Ce mouvement toucha également l’épiscopat constitutionnel. On peut, à cet égard, rappeler le cas de Pierre Anastase Torné (1727-1797), ancien chanoine d’Orléans qui prêcha le carême à Versailles en 1765, fut aumônier du roi Stanislas et académicien de Nancy, fut élu évêque constitutionnel du Cher, abdiqua et se maria en 1793, puis divorça rapidement, et se réfugia dans sa ville natale de Tarbes. Il devint en 1796 bibliothécaire de l’école centrale, et mourut quelques mois plus tard.

12Le phénomène ne concerna d’ailleurs pas que le seul clergé catholique. On connaît, par exemple, le cas de Mathias Engel, pasteur luthérien à Strasbourg qui, après avoir abdiqué en 1793, devint instituteur à Ribeauvillé puis bibliothécaire à Colmar. Le plus célèbre de ces abdicataires devenus bibliothécaires est sans doute Antoine-Alexandre Barbier, né à Coulommiers le 11 janvier 1765. Ce fils de tanneur était vicaire à Dammartin en 1789, puis fut élu curé constitutionnel de La Ferté-sous-Jouarre. Il abdiqua le sacerdoce et se maria en 1793. L’année suivante, remarqué par Barrois l’aîné, il devint membre de la Commission temporaire des Arts, et commença à s’occuper des saisies de bibliothèques. L’abbé Leblond, auquel il devait succéder à la tête du Conseil de conservation, le prit sous sa protection et se lia d’amitié avec lui. En 1798, il créa la Bibliothèque du Directoire dont il devint conservateur, avant de devenir bibliothécaire du Conseil d’État. En 1806-1807 parut la première édition de son Dictionnaire des ouvrages anonymes réalisée en recueillant les identifications manuscrites d’auteurs portées par de multiples mains sur des ouvrages confisqués par la Révolution. En 1807, il devint le bibliothécaire de Napoléon Ier… puis en 1815 de Louis XVIII. Il conserva ces fonctions jusqu’en 1822, année où il fut démis. Un abdicataire et traditeur bibliothécaire de Sa Majesté Très Chrétienne, cela faisait désordre. Il mourut à Paris le 12 mai 1825. Son Dictionnaire des ouvrages anonymes fait aujourd’hui encore autorité.

  • 14 François-Valentin Mulot, Journal intime de l'abbé Mulot, bibliothécaire et grand-prieur de l'abbay (...)

13Une autre grande figure des abdicataires devenus bibliothécaires est celle de François-Valentin Mulot (1749-1804), chanoine de l’abbaye Saint-Victor de Paris, dont il devint bibliothécaire en 1771, et Grand-Prieur en 1789. Son nom était apparu dans l’affaire du collier de la reine. Il adhéra à la Constitution civile du clergé en 1791, fut député à la Législative, médiateur en Avignon en 1791, puis commissaire à Mayence. Abdicataire, marié, il fut un adepte de la théophilanthropie. Il fut aussi membre de la Commission des monuments. Il avait commis plusieurs ouvrages, était un traducteur de poésie et de théâtre, et tint un Journal intime pour la période 1777-1782, qui a été édité par Maurice Tourneux14. Deux de ses publications portèrent sur les bibliothèques : la Requête d’un vieil amateur de la Bibliothèque de Saint-Victor à l’évêque d’Autun, en vers, publiée vers 1790 ; et un Mémoire sur l’état actuel de nos bibliothèques, qui fut lu au Lycée des Arts le 30 nivôse an V (19 janvier 1797), et dans lequel il évoquait l’action d’un certain nombre de personnages que nous avons déjà mentionnés, tels Mercier de Saint-Léger ou Dom Poirier.

La bibliothèque, lieu de repli d’anciens administrateurs

14Nombre d’administrateurs ayant dû abandonner leurs responsabilités trouvèrent dans les bibliothèques un havre et une sinécure. François-Valentin Mulot, que nous venons d’évoquer, pourrait aussi illustrer ce groupe. Une de ses figures les plus emblématiques est sans doute celle de Pierre Claude François Daunou (1761-1840), oratorien, grand-vicaire de l’évêque constitutionnel du Pas-de-Calais, député à la Convention, président du Tribunat, rédacteur de plusieurs constitutions… Il devint administrateur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève en 1798, puis Garde général des archives de 1804 à 1816, et à nouveau en 1830. Sa longue carrière fit également de lui un professeur au Collège de France, un membre de l’Institut, un député du Finistère, et un pair de France.

  • 15 Léon Dubreuil, François Rever (1753-1828), Paris, H. Champion, 1924 (coll. La Bretagne et les pays (...)

15D’autres personnages moins connus, qui n’en eurent pas moins un rôle important dans l’histoire des bibliothèques relèvent également de ce groupe. Parmi eux, citons Marie François Gilles Rever (1753-1828)15, curé de Conteville en 1784, maire en 1790, il manqua de peu d’être élu évêque constitutionnel de l’Eure. En 1791, administrateur de ce département, il fut élu à la Législative. Il fut l’un des créateurs de l’école centrale d’Evreux, et en fut en 1796 le premier bibliothécaire. Il y eut une action importante pour la constitution des collections, en puisant dans tous les dépôts littéraires du département, et y eut également une activité pédagogique originale, organisant des voyages d’étude et associant les élèves à la gestion quotidienne de la bibliothèque. Il démissionna de ce poste le 28 octobre 1798, pour devenir commissaire du Directoire exécutif de l’Eure et mener la lutte contre les chouans. Il retrouva son poste de bibliothécaire de l’école centrale d’Evreux le 9 septembre 1799, et l’occupa jusqu’à la suppression de celle-ci en 1802. Son nom fut avancé pour le poste de Grand-Maître de l’université napoléonienne. Il se retira à Conteville, s’occupant de travaux d’érudition, d’archéologie… et d’arboriculture. Correspondant de l’Institut en 1815, il fut en 1824 un des fondateurs de la Société des antiquaires de Normandie, et en était président en 1828, année de sa disparition.

16À la même catégorie appartient aussi un personnage comme le Nivernais Étienne Jean-François Parent l’aîné (1754-1802). Après des études dans sa ville natale de Clamecy puis en Sorbonne, il fut vicaire à Corvol puis curé de Rix dans la Nièvre, et devint en 1784 principal du collège de Clamecy. Il prêta le serment constitutionnel en 1791, et fut élu, le 19 septembre 1792, président de l’administration du district de Clamecy. Il fut, en 1794, l’un des meneurs de la Terreur à Clamecy, ce qui lui valut d’être arrêté à la chute de Robespierre. Amnistié le 25 août 1795, il devint professeur d’histoire à l’école centrale de Nevers. En 1802, il fut appelé à ses côtés par le ministre de la police Fouché, qui avait été conventionnel en mission dans la Nièvre, mais mourut brutalement avant d’avoir pris ses nouvelles fonctions. Bien que n’ayant pas été bibliothécaire à proprement parler, il mérite d’être évoqué ici pour avoir publié en l’an IX (1800-1801) un Essai sur la bibliographie et sur les talents du bibliothécaire de 54 pages. L’auteur y annonçait une Histoire de la bibliographie… qu’il n’a pas eu le temps de commettre. Son petit ouvrage se divise en deux parties : une histoire de l’imprimerie, et un second texte intitulé « Du bibliothécaire ». La seconde partie de ce petit opuscule est un témoignage de grand intérêt pour la conception qu’on pouvait alors se faire du métier de bibliothécaire, qu’il évoque en trois thématiques : « quel doit être un bibliothécaire : ses connaissances », « plan et méthode du bibliothécaire », « devoirs d’un bibliothécaire ».

Les « recalés » du Concordat

17Une nouvelle vague de clercs investit les bibliothèques à partir de la convention thermidorienne et surtout à partir de 1802, et de la signature du Concordat qui ramena la paix religieuse en France : ceux des évêques et des prêtres constitutionnels qui ne furent pas intégrés au nouveau clergé. Ainsi en fut-il de Charles François d’Orlodot d’Ormont, dit Dorlodot (1756-1816), élu évêque constitutionnel de Laval en 1799, il démissionna au Concordat. Il devint alors bibliothécaire de cette ville, jusqu’en 1807. On peut également évoquer le cas de l’abbé Henri Jean-Baptiste Grégoire (1750-1831), ancien évêque constitutionnel du Loir-et-Cher et député à la Convention. Pour des raisons financières, il avait dû vendre une partie de ses livres personnels. François de Neufchâteau lui obtint alors un poste à la Bibliothèque de l’Arsenal, qu’il occupa en 1801-1802.

Des laïcs désireux de se faire oublier

  • 16 Hélène Joannelle, Le bibliographe Gabriel Peignot (1767-1849), Villeurbanne, mémoire de DEA ENSB, (...)
  • 17 Trente-six ouvrages publiés de 1800 à 1841, un ouvrage posthume édité en 1865.
  • 18 Dominique Varry, « Joseph Van-Praët », Histoire des bibliothèques françaises, tome 3 : les bibliot (...)

18Mais les clercs ne furent pas les seuls à profiter du refuge des bibliothèques dans les moments critiques. D’autres personnes, qui pour des raisons politiques avaient à se faire oublier, eurent à l’époque recours à la même protection. Un des cas les plus emblématiques, compte tenu de la stature que devait prendre le personnage, est celui de Gabriel Peignot16. Né à Arc-en-Barois (Haute-Marne) en 1767, il s’était engagé au Régiment de Bourbon qui tenait garnison à Maubeuge. Il le quitta rapidement pour devenir avocat en parlement à Besançon, puis s’engager dans la garde constitutionnelle de Louis XVI. À la dissolution de ce corps, ayant besoin de faire oublier certaines de ses positions anti-jacobines, il s’installa à Vesoul où il reprit sa robe d’avocat, puis devint bibliothécaire de l’école centrale de la Haute-Saône créée en 1796. À la disparition de celle-ci, il devint principal du collège de Vesoul en 1803, puis inspecteur de la librairie à Dijon en 1813, et proviseur du collège de Dijon en 1815. Il mourut en cette ville en 1849, laissant une bibliographie impressionnante17 dont certains titres sont toujours des usuels, tel son Dictionnaire… des principaux livres condamnés au feu… publié à Paris en 1802. D’aucuns le considèrent comme le créateur du terme « bibliologie »… dont l’abbé Jean-Joseph Rive (1730-1791) bibliothécaire du duc de La Vallière revendique pourtant la paternité dans ses écrits. Gabriel Peignot fut sans doute le plus grand bibliographe français du XIXe siècle. Il incarne la nouvelle génération de bibliothécaires formés sur le tas sous la Révolution. Il se considérait lui-même comme un disciple de Joseph Basile Van-Praët (1754-1837), le « garde » puis conservateur des Imprimés et créateur de la Réserve de la Bibliothèque nationale, auquel il écrivait le 14 novembre 1823 : « […] Ce n’est pas d’aujourd’hui que date ma vive reconnaissance ; c’est, autant que je puis me le rappeler, en 1804, que mon maître a bien voulu aider de ses conseils son humble disciple. Depuis ce temps, il ne s’est pas passé un jour que je n’en ai conservé le précieux souvenir […] »18. D’une certaine manière, le disciple a égalé le maître !

19Plus rocambolesque est le cas de Louis Alexandre Delsoert, réfugié à Agen en l’an II, qui fut élu en mai 1796 bibliothécaire de l’école centrale de cette ville. Après l’amnistie des émigrés, le citoyen Delsoert, prétendument né en Belgique, redevint le ci-devant chevalier de Lalaurencie, issu d’une noble famille du Périgord. Après avoir émigré en Allemagne au début de la Révolution, il était venu s’établir à Agen où il avait d’abord vécu de leçons particulières avant de devenir bibliothécaire, sans que sa véritable identité n’ait jamais été percée à jour !

20Les personnages et les situations évoqués au fil de ces pages ne sont que des exemples parmi bien d’autres. Ils témoignent cependant que le vaste mouvement des saisies révolutionnaires, qui a annihilé le réseau des bibliothèques d’Ancien Régime, spolié des milliers de possesseurs, et occasionné le déplacement de quelque dix millions de volumes, a également permis à nombre d’individus de toutes origines de trouver dans le tri et le classement des livres confisqués une occupation qui, sans être lucrative, les a aidés à subsister dans des temps difficiles. Il est de fait que les ecclésiastiques ont été nombreux à suivre cette voie. L’organisation des dépôts littéraires puis des bibliothèques des districts (1794) et des écoles centrales (1795) a constitué, au gré des circonstances, une appréciable position de repli pour des clercs rendus au monde par la suppression des maisons religieuses, l’instauration de serments successifs, et la déchristianisation de la Terreur. Au moment de la réorganisation concordataire, il a ensuite fallu trouver une solution pour les ecclésiastiques non repris par le nouveau clergé. Mais les clercs ne furent pas les seuls à trouver refuge dans les bibliothèques. Ils y côtoyèrent des laïcs, ex-administrateurs révolutionnaires qui, pour un temps, eurent à se faire discrets en raison d’opinions politiques (monarchiennes, girondines, puis terroristes) incompatibles avec le courant dominant du moment.

21Certains de ces personnages avaient déjà une expérience bibliothéconomique. D’autres étaient totalement novices. Il leur a fallu se former, souvent seuls et sur le tas. C’est là que s’est jouée la transmission du savoir bibliothéconomique entre la dernière génération de bibliothécaires d’Ancien Régime, le plus souvent ecclésiastiques, et une nouvelle génération d’où émergent les figures de Gabriel Peignot, déjà évoquée, et de Charles Nodier (1780-1844), qui, après avoir débuté comme simple employé au dépôt littéraire de Besançon devait devenir le bibliothécaire de l’Arsenal que l’on sait. En créant l’École des chartes par ordonnance du 22 février 1821, Louis XVIII visait à former des savants destinés à prendre le relais de l’érudition mauriste disparue avec la Révolution. Le rôle de cette école dans la formation des bibliothécaires ne devait commencer à être mesurable que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Notes

1 Dominique Varry, « La dernière phalange : comment les bibliothécaires des temps anciens formèrent ceux des temps nouveaux », L’abbé Leblond (1738-1809) « second fondateur de la Bibliothèque Mazarine », études rassemblées et publiées par Patrick Latour, catalogue de l’exposition par Isabelle de Conihout, Paris, Bibliothèque Mazarine, 2009, p. 81-88.

2 Claude Clément, Musei sive Bibliothecae tam privatae quàm publicae Extructio, Instructio, Cura, Usus. Libri IV… Lugduni, sumptibus Iacobi Prost, 1635.

3 Dominique Varry, « Contribution à une histoire des savoirs professionnels des bibliothécaires : les “règles” du bibliothécaire mauriste », in Chantal Dentzer-Tatin (éd.), Facettes, réflexions multiples sur l’information, Lyon, ADBS Rhône-Alpes, 1994, p. 177-185.

4 Dominique Varry, « Être bibliothécaire à Saint-Victor », La bibliothèque de Saint-Victor et les gens de savoir (XIIe-XVIIIe siècle), sous la direction d’Isabelle Guyot-Bachy, Cahiers de recherches médiévales, 2009, n° 17, p. 257-270.

5 Dominique Varry, « La profession de bibliothécaire en France à l’époque de la Révolution française », Revue de synthèse, janvier-juin 1992, n° 1-2, p. 29-39.

6 Christine Lamarre, « Le parcours d’un bibliothécaire de l’Ancien Régime à la Révolution : Charles Boullemier, du collège de Godrans à la bibliothèque de l’école centrale de Dijon », communication au colloque Histoire des bibliothécaires, Lyon, Enssib, 2003. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-1295 >.

7 Arch. dép. Côte d’Or : L 1805.

8 François-Xavier Laire, Specimen historicum typographiae romanae XVI saeculi… Romae, sumptibus Venantii Monaldini, 1778.

9 Michel Vernus, Une vie dans l’univers du livre. François-Xavier Laire (1738-1801), Lons le Saunier, Les Bibliophiles comtois, 2001.

10 Ségolène Chambon, L’abbé Leblond et les confiscations révolutionnaires. Étude et guide des sources, mémoire de master de l’université Toulouse II Le Mirail, juin 2005.

11 Sur ces commissions successives qui fonctionnèrent auprès des assemblées révolutionnaires, et firent la politique en matière de bibliothèques, voir le tome 3 de l’Histoire des bibliothèques françaises, publiée sous notre direction, Paris, Cercle de la Librairie, 1991, seconde édition 2009, et les travaux de Pierre Riberette, en particulier Les bibliothèques françaises pendant la Révolution (1789-1795) : recherches sur un essai de catalogue collectif, Paris, Bibliothèque nationale, 1970.

12 L’abbé Leblond (1738-1809) « second fondateur de la Bibliothèque Mazarine », études rassemblées et publiées par Patrick Latour, catalogue de l’exposition par Isabelle de Conihout, Paris, Bibliothèque Mazarine, 2009.

13 Les prêtres abdicataires pendant la Révolution française, Paris, Imprimerie nationale, 1965.

14 François-Valentin Mulot, Journal intime de l'abbé Mulot, bibliothécaire et grand-prieur de l'abbaye de Saint-Victor 1777-1782, publié par Maurice Tourneux, Paris et Nogent-le-Rotrou, Imprimerie de Daupeley-Gouverneur, 1902.

15 Léon Dubreuil, François Rever (1753-1828), Paris, H. Champion, 1924 (coll. La Bretagne et les pays celtiques ; 9).

16 Hélène Joannelle, Le bibliographe Gabriel Peignot (1767-1849), Villeurbanne, mémoire de DEA ENSB, 1990.

17 Trente-six ouvrages publiés de 1800 à 1841, un ouvrage posthume édité en 1865.

18 Dominique Varry, « Joseph Van-Praët », Histoire des bibliothèques françaises, tome 3 : les bibliothèques de la Révolution et du XIXe siècle, Paris, Cercle de la Librairie, 1991, p. 302-303.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search