Version classiqueVersion mobile

« Varryations »

 | 
Philippe Martin

Partie 2. Bibliothèques

La dernière phalange*

Comment les bibliothécaires des temps anciens formèrent ceux des temps nouveaux

Texte intégral

*Cette contribution est parue la première fois dans l’ouvrage L’abbé Leblond (1738-1809) « second fondateur de la Bibliothèque Mazarine », études rassemblées et publiées par Patrick Latour, catalogue de l’exposition par Isabelle de Conihout, Paris, Bibliothèque Mazarine, 2009, p. 81-88.

1En choisissant de commémorer le bicentenaire de la disparition de l’abbé Leblond, la Bibliothèque Mazarine honore tout à la fois un de ses grands serviteurs, le sous-bibliothécaire puis le bibliothécaire et enfin l’administrateur de l’établissement durant près de quarante ans, mais aussi l’un des membres, et non des moindres, de ces commissions qui se sont succédé auprès des assemblées parlementaires tout au long de la Révolution française, pour régler le sort des millions de livres confisqués par la législation sur les biens nationaux.

  • 1 Ségolène Chambon, « Le rôle de l’abbé Leblond dans les commissions de savants », infra ou supra, p (...)
  • 2 Hélène Dufresne, Érudition est esprit public au XVIIIe siècle. Le bibliothécaire Hubert-Pascal Ame (...)

2Comme secrétaire de la Commission des Quatre-Nations auprès de la Constituante (1790-1791), de la Commission des monuments auprès de la Législative (1792-1793), de la Commission temporaire des arts auprès de la Convention (1793-1795), puis comme président du Conseil de conservation des objets des sciences et des arts (1795-1800), l’abbé Leblond joua un rôle essentiel, évoqué de façon plus précise dans ce volume par Ségolène Chambon1, dans les politiques de préservation des bibliothèques confisquées alors mises en œuvre. Il siégea donc avec d’autres confrères parisiens, dont on peut sans doute dire qu’ils constituèrent la dernière phalange des bibliothécaires de la République des Lettres. Il y côtoya des personnalités aussi affirmées que, par exemple, celles de Mercier de Saint-Léger (1734-1799) bibliothécaire de Sainte-Geneviève, Dom Germain Poirier bibliothécaire de Saint-Germain-des-Prés, Hubert-Pascal Ameilhon (1730-1811)2 bibliothécaire de la Ville de Paris et « sauveur » des archives de la Bastille après le sac du 14 juillet 1789, ou l’abbé François-Valentin Mulot (1749-1804) ancien bibliothécaire puis grand-prieur de Saint-Victor, ex-député à la Législative et membre de la Commission des monuments.

  • 3 Dominique Varry, « Joseph Van Praët », in Dominique Varry (dir.), Histoire des bibliothèques franç (...)
  • 4 Michel Vernus, Une vie dans l’univers du livre : François-Xavier Laire (1738-1801), Besançon, Les (...)
  • 5 Le P. François-Xavier Laire, Specimen historicum typographiae romanae XV. saeculi… Romae, sumptibu (...)

3Pourtant, cette dernière phalange ne se limita pas aux seuls membres de ces comités. Il faut leur adjoindre leurs homologues de grandes bibliothèques parisiennes, tel l’astronome Alexandre-Guy Pingré (1711-1796) à la Bibliothèque Sainte-Geneviève puis bibliothèque du Panthéon, de la Bibliothèque du Roi, bientôt devenue nationale, et considérés comme des sortes de « concurrents ». Ainsi en fut-il en particulier du dernier Bibliothécaire du Roi (1788-1792) et député à la Constituante, Lefèvre d’Ormesson de Noyseau, mais aussi du « garde des imprimés » Joseph Van Praët3 (1754-1837) qui joua un rôle essentiel dans l’accroissement des collections de cet établissement et dans la création de la première « réserve ». Elle compta, enfin, un certain nombre de bibliothécaires provinciaux de grands établissements religieux ou de hautes personnalités. On citera, à titre d’exemple, Dom Gourdin à Rouen ou, dans l’Yonne, le minime François-Xavier Laire (1738-1801)4 ancien bibliothécaire du prince de Salm puis du cardinal Loménie de Brienne. Le Père Laire s’était d’ailleurs taillé une grande réputation de bibliographe par ses études sur les incunables romains5.

  • 6 Maurice Piquard, « Une bibliothèque parisienne sous la Révolution : la Bibliothèque Mazarine », Of (...)
  • 7 Juste Lipse, Iusti Lipsii de bibliothecis syntagma, Antverpiae, ex officina Plantiniana, apud Ioan (...)
  • 8 Claude Clément, Musaei sive Bibliothecae tam privatae quam publicae extructio, instructio, cura, u (...)
  • 9 Dominique Varry, « Contribution à une histoire des savoirs professionnels des bibliothécaires : le (...)
  • 10 Dominique Varry « Être bibliothécaire à Saint-Victor », La Bibliothèque de Saint-Victor et les gen (...)
  • 11 Pierre Riberette, Les bibliothèques françaises pendant la Révolution (1789-1795) : recherches sur (...)

4Cette dernière phalange ne constituait pas un groupe homogène ni uni. On y comptait des laïcs comme Ameilhon ou Van Praët qui avait débuté dans la librairie, et de nombreux ecclésiastiques réguliers et séculiers à la vocation religieuse parfois contrainte. Il est clair, par exemple, que dans le cas du Père Laire, fils d’un laboureur de Vadans (Jura), la protection d’un oncle curé de campagne et l’entrée chez les Minimes de Dole constituèrent l’unique opportunité de promotion sociale et de faire des études. Chez d’autres, les rivalités des ordres dont ils étaient issus, la conjoncture religieuse du moment, et certaines haines recuites attisèrent bien des tensions. Ainsi, le rôle que joua l’abbé Leblond dans l’éviction de son supérieur à la Mazarine depuis 1778, l’abbé Hooke qui avait refusé le serment constitutionnel, n’est guère à son honneur6. Autant le dire, entre les bibliothèques parisiennes, entre elles et les grandes bibliothèques de province, comme au sein des comités successifs, les rivalités étaient quotidiennes. Pourtant, tous ces gens partageaient ensemble un savoir professionnel le plus souvent acquis sur le tas, de maître à disciple. Ces connaissances étaient le résultat de siècles de tâtonnements et de pratiques empiriques, souvent élaborées davantage au sein des bibliothèques des congrégations religieuses que dans les collections particulières. Depuis le début du XVIIe siècle toute une littérature avait été publiée au sujet de l’organisation des bibliothèques. Les premiers textes, avec Juste Lipse en 1602 et Gabriel Naudé7 en 1627, avaient davantage insisté sur l’ouverture à un public savant et choisi des bibliothèques de grands seigneurs ou de grands officiers des monarchies européennes. Mais dès 1635, l’ouvrage publié à Lyon du jésuite comtois Claude Clément8, alors en poste à Madrid, avait livré les premiers conseils techniques pour faire face à certains problèmes de stockage et de conservation. Certes, son ouvrage insistait d’abord sur l’importance du décor de la bibliothèque et de sa symbolique, mais derrière un discours alambiqué d’allusions mythologiques il donnait, par exemple, des indications techniques précises pour lutter contre les moisissures. Cependant, la plupart du temps, les textes normatifs et techniques demeuraient manuscrits, enfouis dans les décisions des chapitres généraux ou provinciaux des ordres religieux pour lesquels ils étaient édictés. Une exception mérite cependant d’être relevée car, au-delà du cas des Mauristes qu’elle concerne au premier chef, elle témoigne sans doute des pratiques bibliothéconomiques les plus couramment observées tant dans les bibliothèques des communautés religieuses que dans les grandes bibliothèques particulières. Il s’agit d’un petit chapitre d’une quinzaine de pages (78-93) in-octavo, intitulées « règles du bibliothécaire »9 et publié dans un ouvrage intitulé Règles communes et particulières de la Congrégation de Saint-Maur. Édité pour la première fois en 1663, sans doute à l’initiative de Dom Tarisse, ce texte fut republié à l’identique en 1686. Le petit vade-mecum du bibliothécaire y voisine avec ceux du portier, du jardinier, du cuisinier, et des différents offices propres à faire vivre une communauté. S’il y avait ainsi une culture professionnelle commune de la gestion des fonds : acquisitions, conservation, conditions de consultation et de prêt… se faisaient jour dans certains établissements des pratiques novatrices, dont certaines étaient appelées à un grand avenir. Pour se limiter à deux exemples significatifs, on citera les premiers essais de « libre accès » dans la bibliothèque parisienne de l’abbaye Saint-Victor au XVIIIe siècle. Les tablettes qui couvraient les murs de la salle de lecture étaient garnies de livres que le lecteur pouvait consulter à sa table sans être obligé de les demander préalablement au bibliothécaire. Plusieurs utilisateurs de la bibliothèque ont, en leur temps, souligné cette facilité nouvelle pour eux10. Le second exemple a trait à l’utilisation de dos de cartes à jouer en guise de fiches bibliographiques normalisées. La Bibliothèque Mazarine passe, en France, pour être l’inventeur de ce procédé. Elle conserve d’ailleurs des paquets de cartes du XVIIIe siècle, dont le plus ancien concerne les acquisitions des années 1745-1759. Le procédé devait bien vite être imité. Ainsi, la Bibliothèque impériale de Vienne constitua-t-elle le premier fichier de cartes connu à l’usage des lecteurs en 1780-1781. Lors de la Révolution française, le vaste projet de « Bibliographie universelle de la France »11, visant à réaliser un premier catalogue collectif national imprimé en une soixantaine de volumes, à partir d’informations descriptives recueillies dans les dépôts littéraires, et transmises à Paris au dos de cartes à jouer, s’inscrivait dans cette tradition. Si le premier instigateur de cet ambitieux projet fut le dernier Bibliothécaire du Roi Lefèvre d’Ormesson de Noyseau, l’un de ses premiers artisans fut bien l’abbé Leblond de la Mazarine, et c’est vraisemblablement à lui que l’on doit d’avoir préconisé l’utilisation des cartes à jouer, d’abord pour le « triage » des volumes, ensuite pour leur catalogage, dans leurs différents lieux de stockage.

5Au cours des siècles, et tout spécialement des deux derniers de l’Ancien Régime, s’était donc constitué un savoir technique et professionnel commun aux bibliothécaires quel qu’ait été le statut des collections dont ils avaient la charge. C’est l’honneur des membres de cette dernière phalange que d’avoir influencé les décisions du législateur de la période révolutionnaire dans le sens de la protection des collections livresques. Sans vouloir les citer toutes, rappelons :

  • le décret du 10 octobre 1792 qui sursoit aux ventes des livres et objets scientifiques ou artistiques des émigrés ;
  • le décret du 24 octobre 1793 interdisant les mutilations ou destructions des reliures pour y faire disparaître les armoiries et signes de la royauté ;
  • le décret du 8 pluviôse an II (27 janvier 1794) créant une bibliothèque publique par district ;
  • le décret du 29 novembre 1794 interdisant l’établissement d’ateliers d’armes, de salpêtre, ou de magasins de fourrages et autres matières combustibles dans les bâtiments affectés aux bibliothèques… pris à la suite de l’incendie de Saint-Germain-des-Prés.
  • 12 Pour tout ce contexte, nous renvoyons une fois pour toutes à notre ouvrage : Histoire des biblioth (...)
  • 13 Dominique Varry, « La profession de bibliothécaire en France à l'époque de la Révolution française (...)

6C’est aussi l’honneur de cette dernière phalange d’avoir transmis son savoir à la multitude des « bibliothécaires » improvisés sortis du néant à l’occasion de la Révolution française, et à travers eux aux bibliothécaires du XIXsiècle auxquels allait incomber la responsabilité d’une « reconstruction » du maillage des bibliothèques. En effet, l’une des conséquences inattendues des trois vagues de confiscations révolutionnaires qui furent décidées entre 1789 et 1793, fut bien la destruction complète du réseau séculaire des bibliothèques de l’Ancien Régime : bibliothèques de communautés religieuses, collections privées d’ecclésiastiques, de nobles et de roturiers émigrés, déportés ou condamnés, bibliothèques des universités et des corporations supprimées… Leur disparition entraîna un très vaste « remuement » de livres. Des millions de volumes furent déménagés, pour être provisoirement rassemblés dans des locaux divers pompeusement baptisés « dépôts littéraires »12. La responsabilité de ces lieux fut d’abord confiée à des personnes d’horizons les plus variés, dont la seule qualité requise était d’avoir donné des gages de leur patriotisme. Progressivement, ces « gardiens des clefs » furent invités à mettre de l’ordre dans le fatras qui leur était échu, à collaborer au projet de « Bibliographie universelle de la France » déjà évoqué, et à préparer la mise à disposition du public des volumes dont ils avaient la charge… bref à devenir, bon gré mal gré, des bibliothécaires. Or, la plupart d’entre eux n’étaient pas du tout préparés à cela, puisqu’ils venaient de tous les corps de métier13 : libraires actifs ou retirés, horlogers, anciens militaires parfois invalides… Leurs rangs accueillirent assez vite des ecclésiastiques en rupture de ban : réfractaires au serment constitutionnel avant leur déportation de l’été 1792, puis abdicataires ou mariés. La Convention pouvait décréter, le 8 pluviôse an II (27 janvier 1794), la transformation des « dépôts littéraires des districts » en « bibliothèques publiques » théoriquement ouvertes au lecteur, un trait de plume ne pouvait suffire à la concrétiser. La loi Lakanal du 22 août 1795, créant une école centrale, dotée d’une bibliothèque, par département vint encore embrouiller une situation qui l’était déjà passablement. Même la meilleure bonne volonté, ou la fibre patriotique, ne suffisait pas à faire d’un quidam un bibliothécaire digne de ce nom.

  • 14 Ulysse Robert, Recueil des lois, décrets, ordonnances, arrêtés, circulaires, etc. concernant les b (...)

7Or, c’est bien la dernière phalange des bibliothécaires d’Ancien Régime, et en première ligne les membres des commissions successives, qui réussissent progressivement à canaliser les ardeurs parfois dévastatrices des responsables des dépôts provinciaux, à leur inculquer non sans mal une discipline et une méthode de travail, et finalement une culture professionnelle. Cela passa d’abord par les grandes circulaires des commissions successives. Sans vouloir les citer toutes, rappelons l’« Instruction concernant la conservation des manuscrits, chartes, sceaux, livres imprimés, etc. provenant du mobilier des maisons ecclésiastiques, et faisant partie des biens nationaux… » du 15 décembre 179014. Ce texte est déjà en lui-même un petit traité de bibliothéconomie qu’un bibliothécaire d’aujourd’hui ne désavouerait pas :

[…] Rien n’est plus nuisible aux manuscrits que l’humidité : on établira des courans d’air, autant qu’il sera possible, afin d’empêcher l’air stagnant de produire, surtout dans les manuscrits sur vélin ou sur parchemin, une fermentation qui ne tarderoit pas à les altérer. On secouera la poussière, car elle contribue à la génération des insectes. Enfin on ne négligera aucun des moyens qu’on emploie ordinairement contre les rats et les souris […] Ce qu’on vient d’observer à l’égard des manuscrits est également applicable aux livres imprimés. […]

8Pour sa part, l’instruction du 15 mai 1791 « pour procéder à la confection du catalogue de chacune des bibliothèques sur lesquelles les directoires ont dû ou doivent incessamment apposer les scellés », grandement due à la plume de Leblond et de Mercier de Saint-Léger, est un premier traité de catalogage. D’autres textes ultérieurs, plus d’une dizaine, eurent également une grande portée.

9Cela passa ensuite par le projet de « bibliographie universelle de la France », malheureusement interrompu en 1796, mais qui imposa une méthode de travail : le triage des unités bibliographiques à numéroter à l’aide de fichets découpés dans des cartes à jouer, puis le catalogage de ces unités bibliographiques au dos de cartes à jouer en relevant précisément un certain nombre d’informations essentielles à leur identification, le classement alphabétique de ces cartes, leur copie sur un registre destiné à demeurer sur place et à constituer le catalogue de la bibliothèque locale, enfin l’envoi des cartes au bureau parisien de la bibliographie, pour leur insertion dans le catalogue national en cours. Certes, tous les départements ne coopérèrent pas (ainsi des Landes), certes le travail avançait lentement. Il fallut souvent le reprendre. Certains bibliothécaires improvisés avaient inventé des manières tellement plus rapides et efficaces pour faire le travail attendu, qu’il fallait les rappeler à l’ordre, et les obliger à recommencer. Les correspondances des commissions successives et du bureau de la bibliographie nationale, conservées dans la sous-série F17 des Archives nationales sont remplies d’échanges avec les bibliothécaires du terrain qui demandent des explications et des clarifications, ou soulèvent des cas atypiques, mais aussi de réponses qui sont autant de petites leçons particulières à l’usage des destinataires.

  • 15 Les papiers du Père Laire sont aujourd’hui conservés à la bibliothèque municipale de Besançon. Voi (...)
  • 16 Claude-François Achard Cours élémentaire de bibliographie ou La science du bibliothécaire. Ouvrage (...)

10Cela passa enfin par les cours dispensés dans les écoles centrales, créées en 1795 et remplacées par les lycées en 1802. Sur les cent huit écoles centrales officiellement instituées, seules trente-deux fonctionnèrent réellement. Leur bibliothécaire, recruté sur concours comme tous les autres enseignants, devait non seulement constituer et gérer la collection de livres de l’établissement, mais également professer un cours de « bibliographie » qui tenait à la fois de l’histoire du livre, de l’histoire littéraire et de grands principes bibliothéconomiques. Certains des bibliothécaires de ces établissements étaient des néophytes formés sur le tas. Ainsi de François Rever, de l’école centrale d’Évreux, ex-curé constitutionnel candidat malheureux au poste d’évêque du département, qui n’en fut pas moins un bibliothécaire remarquable. D’autres étaient des experts réputés, bien que n’appartenant pas aux commissions parisiennes. C’est à l’école centrale de l’Yonne que le Père Laire termina et sa carrière et sa vie. Le cours de bibliographie qu’il y donna est aujourd’hui conservé à la bibliothèque municipale de Besançon15 sous deux formes : son texte personnel, et une copie réalisée par le bibliothécaire bisontin Louis Coste sur les notes prises par un des auditeurs. Cet exemple suffit à montrer que certains de ces enseignements ont eu une portée beaucoup plus large que leur auditoire initial, et qu’ils ont pu contribuer à la transmission, du savoir bibliographique à la génération montante. Le cours d’un autre grand professionnel, Claude-François Achard bibliothécaire de Marseille, a pour sa part été publié sous l’Empire16.

11Les « bibliothécaires » improvisés de la Révolution comptèrent en leur sein des ignares, quelques escrocs, mais également des jeunes gens de talent qui surent recevoir et faire fructifier les connaissances bibliographiques et bibliothéconomiques que leur transmit la dernière génération des bibliothécaires de l’Ancien Régime. Certains des plus grands noms du monde français des bibliothèques du XIXsiècle ont ainsi été formés à cette « école », dans les dépôts littéraires, les bibliothèques de districts et des écoles centrales de province. On pourrait citer de nombreux noms, tels Toussaint Grille à Angers, ou l’ancien parlementaire dijonnais puis ex-constituant Antoine-François Delandine à Lyon.

12Nous ne retiendrons ici que trois personnalités, emblématiques à plus d’un titre : Antoine-Alexandre Barbier, Gabriel Peignot, et Charles Nodier.

13Antoine-Alexandre Barbier (1765-1825) était fils d’un tanneur de Coulommiers. Amateur de livres, il s’était constitué une petite bibliothèque de 1 200 volumes dont il avait rédigé le catalogue. Ecclésiastique, vicaire à Meaux, puis curé de la Ferté-sous-Jouarre, il est représentatif de cette portion du clergé qui adopta la Constitution civile du clergé, abdiqua le sacerdoce puis se maria, et finit par se trouver un emploi dans les bibliothèques. En 1794, le département de la Seine et Marne, qui l’employait, l’envoya à Paris suivre les cours de la nouvelle École normale. À sa sortie, il fut remarqué par le libraire Barrois l’aîné, membre de la Commission temporaire des arts dans laquelle il le fit entrer. D’une certaine manière, Barbier est un cas exceptionnel puisqu’il côtoya certains des plus éminents bibliothécaires d’Ancien Régime et fut associé à leurs travaux. Leblond, qui l’appréciait beaucoup, le prit sous son aile, devint son ami, et le fit nommer au Conseil de conservation à la tête duquel il devait d’ailleurs lui succéder. En 1798, le ministère de l’Intérieur le chargea de constituer puis de diriger la bibliothèque du Directoire, qui devait devenir un peu plus tard celle du Conseil d’État. En 1807, il devint le bibliothécaire de l’empereur Napoléon. Il demeura bibliothécaire de Louis XVIII à la Restauration, mais fut destitué en 1822. Un ex-constitutionnel, abdicataire et marié pour régenter la bibliothèque de Sa Majesté très chrétienne… cela ne se pouvait. Cette destitution abrégea son existence. Au-delà de cette carrière exemplaire, Barbier est aujourd’hui connu de tout bibliothécaire qui se respecte pour son Dictionnaires des ouvrages anonymes publié en quatre volumes de 1806 à 1809. Celui-ci est un symbole de cette transmission du savoir entre la dernière phalange des bibliothécaires d’Ancien Régime et la génération montante issue de la Révolution. En effet, la plupart des identifications recensées par le Dictionnaire de Barbier proviennent d’annotations de bibliothécaires et possesseurs successifs, généralement antérieurs à la Révolution, trouvées sur certains exemplaires rassemblés dans les dépôts littéraires au gré des confiscations.

  • 17 Hélène Joannelle, Le bibliographe Gabriel Peignot (1767-1849), mémoire de DEA, Villeurbanne, ENSB, (...)
  • 18 Dominique Varry, « Joseph Van Praët », loc. cit.

14Gabriel Peignot (1767-1849)17 illustre un autre type de bibliothécaire improvisé devenu un véritable expert respecté au XIXsiècle. Avocat, engagé dans la faction girondine, il dut se mettre à l’abri de ses adversaires politiques en se faisant « oublier » à Vesoul où on lui confia la charge de la bibliothèque du district. Il est l’archétype même de ces bibliothécaires provinciaux isolés, formés sur le tas, en particulier par la lecture des circulaires et notes techniques émanées des comités parisiens successifs. Sa carrière devait par la suite le mener à Dijon, où il termina ses jours. Certains de ses ouvrages ont fait date, tel son Manuel bibliographique ou Essai sur les bibliothèques anciennes et modernes et la connaissance des livres, publié à Paris en 1800, son Dictionnaire raisonné de bibliologie, également publié dans la capitale en 1802, ou son Traité du choix des livres de 1817 à l’adresse de Paris et Dijon. Un extrait d’une de ses lettres à Van Praët, en date du 14 novembre 1823, et que nous avons citée ailleurs18, traduit remarquablement à notre sens le passage de témoin entre la dernière génération d’Ancien Régime et la nouvelle :

[…] Ce n’est pas d’aujourd’hui que date ma vive reconnaissance ; c’est, autant que je puis me le rappeler, en 1804, que mon maître a bien voulu aider de ses conseils son humble disciple. Depuis ce temps, il ne s’est pas passé un jour que je n’en ai conservé le précieux souvenir […].

  • 19 Charles Weiss, Journal, édité par Suzanne Lepin, Paris, Les Belles-Lettres Annales littéraires de (...)

15Quant à Charles Nodier (1780-1844), fils d’un juge au tribunal de Besançon, il commença sa carrière en 1797, dans sa ville natale, en devenant l’adjoint de Louis Coste, le bibliothécaire en charge des collections issues de la fusion du dépôt littéraire supprimé et de l’école centrale du Doubs. Il est un autre exemple du néophyte formé sur le tas, au milieu de l’amoncellement des volumes confisqués. Il poursuivit sa carrière à Laybach, dans les Provinces Illyriennes alors administrées par le maréchal Marmont. Il devait devenir, en 1826, bibliothécaire en chef du comte d’Artois, à l’Arsenal. Le personnage est trop connu pour qu’on y insiste ici. Le bibliothécaire était aussi homme de lettres. Son appartement de l’Arsenal était un des salons littéraires les plus en vue de la capitale. Il devint membre de l’Académie française. Collectionneur d’éditions rares, il fut en 1834 l’un des créateurs du Bulletin du bibliophile. Mais à la figure par trop connue de Charles Nodier on peut aussi associer celle de son compatriote et condisciple Charles Weiss, d’un an son cadet. Tous deux furent amis dès l’âge de huit ans, et demeurèrent très liés. Charles Weiss fut bibliothécaire à Besançon de 1811 à 1866. Il a laissé un Journal, aujourd’hui édité19, qui est une mine pour l’historien. D’une certaine manière, les deux amis sont issus du même moule.

16On l’aura compris, au-delà des engagements philosophiques ou politiques, l’action des derniers bibliothécaires d’Ancien Régime qui siégèrent dans les commissions parisiennes successives, ou prêtèrent leur talent à la mise en ordre des dépôts littéraires fut essentielle pour la préservation des millions de volumes qui en quelques années changèrent de propriétaires et d’abris. Elle fut essentielle aussi parce qu’ils transmirent à une génération spontanée de « bibliothécaires » improvisés travaillant sur le tas, souvent seuls, les premiers rudiments de leur métier, puis leur culture professionnelle. Sans eux, les bibliothécaires du XIXsiècle auraient sans doute eu bien des choses à réinventer ! D’une certaine manière, au-delà des seules circulaires administratives, le lien de maître à disciple s’est maintenu : qu’on pense aux tandems Leblond-Barbier, Van Praët-Peignot, ou à d’autres aujourd’hui oubliés.

17La dernière phalange des bibliothécaires de la République des Lettres et de l’Ancien Régime, en dépit des difficultés d’une époque troublée, a su transmettre le relais à la première cohorte des bibliothécaires modernes. À travers Gaspard Michel, dit Leblond, qui, comme secrétaire puis président de ces commissions successives, joua un rôle essentiel dans cette transmission, ce sont ses collègues et confrères, parfois ses adversaires, qui méritent notre respect.

Notes

1 Ségolène Chambon, « Le rôle de l’abbé Leblond dans les commissions de savants », infra ou supra, p. 65-72.

2 Hélène Dufresne, Érudition est esprit public au XVIIIe siècle. Le bibliothécaire Hubert-Pascal Ameilhon (1730-1811), Paris, Nizet, 1962.

3 Dominique Varry, « Joseph Van Praët », in Dominique Varry (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, tome 3 : les bibliothèques de la Révolution et du XIXe siècle (1789-1914), Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1991, p. 302-303.

4 Michel Vernus, Une vie dans l’univers du livre : François-Xavier Laire (1738-1801), Besançon, Les Bibliophiles comtois, 2001.

5 Le P. François-Xavier Laire, Specimen historicum typographiae romanae XV. saeculi… Romae, sumptibus Venantii Monaldini, 1778.

6 Maurice Piquard, « Une bibliothèque parisienne sous la Révolution : la Bibliothèque Mazarine », Offentliche und Private Bibliotheken im 17. und 18. Jahrhunderten : Raritätenkammern Forschungsinstrumente oder Bildungstätten ? sous la direction de Paul Raabe, Bremen und Wolfenbüttel, Jacobi Verlag, 1977, p. 187-208.

7 Juste Lipse, Iusti Lipsii de bibliothecis syntagma, Antverpiae, ex officina Plantiniana, apud Ioannem Moretum, 11602. Gabriel Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque…, A Paris, chez François Tarsa, 1627. Réédité en 1644, traduit en anglais en 1661.

8 Claude Clément, Musaei sive Bibliothecae tam privatae quam publicae extructio, instructio, cura, usus, libri IV…, Lugduni, sumptibus Jacobi Prost, 1635.

9 Dominique Varry, « Contribution à une histoire des savoirs professionnels des bibliothécaires : les “règles” du bibliothécaire mauriste », in Chantal Dentzer-Tatin (éd.), Facettes. Réflexions multiples sur l’information, Lyon, ADBS Rhône-Alpes, 1994, p. 177-185.

10 Dominique Varry « Être bibliothécaire à Saint-Victor », La Bibliothèque de Saint-Victor et les gens de savoir (XIIe-XVIIIe siècle), sous la direction d’Isabelle Guyot-Bachy, Cahiers de recherches médiévales. A Journal of Medieval Studies, 2009, n° 17, p. 257-270.

11 Pierre Riberette, Les bibliothèques françaises pendant la Révolution (1789-1795) : recherches sur un essai de catalogue collectif, Paris, Bibliothèque nationale, 1970.

12 Pour tout ce contexte, nous renvoyons une fois pour toutes à notre ouvrage : Histoire des bibliothèques françaises, tome 3 : les bibliothèques de la Révolution et du XIXe siècle (1789-1914), sous la direction de Dominique Varry, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1991. Seconde édition 2009.

13 Dominique Varry, « La profession de bibliothécaire en France à l'époque de la Révolution française », Le commerce culturel des nations : France-Allemagne XVIIIe-XIXe siècle, Revue de synthèse, janvier-juin 1992, 4e série, n° 1-2, p. 29-39.

14 Ulysse Robert, Recueil des lois, décrets, ordonnances, arrêtés, circulaires, etc. concernant les bibliothèques publiques, communales, universitaires, scolaires et populaires, Paris, H. Champion, 1883, p. 9.

15 Les papiers du Père Laire sont aujourd’hui conservés à la bibliothèque municipale de Besançon. Voir aussi : Michel Vernus, Une vie dans l’univers du livre : François-Xavier Laire (1738-1801), op. cit.

16 Claude-François Achard Cours élémentaire de bibliographie ou La science du bibliothécaire. Ouvrage mis à la portée des élèves des lycées et des écoles secondaires…, A Marseille, de l’imprimerie de Joseph Achard fils et Compagnie, 1806-1807, 3 volumes.

17 Hélène Joannelle, Le bibliographe Gabriel Peignot (1767-1849), mémoire de DEA, Villeurbanne, ENSB, 1990.

18 Dominique Varry, « Joseph Van Praët », loc. cit.

19 Charles Weiss, Journal, édité par Suzanne Lepin, Paris, Les Belles-Lettres Annales littéraires de l’université de Besançon, 1972-1981, 2 volumes.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search