Version classiqueVersion mobile

« Varryations »

 | 
Philippe Martin

Partie 1. Hommes du livre

Les ventes publiques de livres à Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles et leurs catalogues*

Texte intégral

*Cet article est paru la première fois dans l’ouvrage Les ventes de livres et leurs catalogues XVIIe-XXe siècle. Actes des journées d’études organisées par l’École nationale des chartes (Paris, 15 janvier 1998) et par l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Villeurbanne, 22 janvier 1998), réunis par Annie Charon et Élisabeth Parinet, avec la collaboration de Dominique Bougé-Grandon, Paris, École nationale des chartes, 2000 (coll. Études et rencontres de l’École des chartes ; 5), p. 29-48.

  • 1 Dominique Bougé-Grandon, « Le “contreporteur” et le confiturier : quelques agents de la diffusion (...)
  • 2 Enquête « L’Esprit des livres » lancée par l’Enssib. Voir infra p. 0000.

1L’historien qui s’intéresse à la diffusion du livre à Lyon sous l’Ancien Régime ne saurait limiter ses investigations à la douzaine d’imprimeurs et à la vingtaine de libraires qui œuvraient dans la ville au XVIIIsiècle. Une rapide plongée dans les archives le persuadera de la multiplicité des acteurs du commerce du livre. Si les premiers nommés constituaient une sanior pars spécialisée dans la vente des nouveautés, le livre se diffusait aussi par bien d’autres canaux : libraires spécialisés dans le livre de seconde main, colporteurs1, étaleurs furtifs, ventes de bureaux d’encan, particuliers passant des annonces pour se défaire d’une bibliothèque à l’amiable, ou au contraire pour trouver le titre qu’ils convoitaient… Bref, un monde protéiforme, et une réalité assez impalpable. Les ventes publiques de livres, et leurs catalogues nous permettent cependant de lever un coin du voile. La présente étude n’a pas de prétention à l’exhaustivité. Elle ne constitue qu’un aspect d’une enquête en cours depuis cinq ans à l’Enssib, sur les « Gens du livre à Lyon au XVIIIe siècle », et la première étape d’un nouveau chantier, que nous évoquerons de façon plus précise ultérieurement dans cette journée2. Grâce aux travaux de plusieurs des participants à notre rencontre, les ventes publiques d’Ancien Régime commencent à être connues. Il n’est cependant pas inutile d’essayer de comprendre comment elles se passaient dans une grande ville de province, où le marché du livre d’occasion et d’antiquariat paraît avoir été assez important.

2Nous évoquerons d’abord le mouvement séculaire des ventes de livres, et les sources qui nous permettent de le reconstituer, puis nous tenterons de démonter leur déroulement. Enfin, nous essaierons de brosser le portrait des principaux libraires qui s’adonnèrent à ce commerce.

Le mouvement séculaire des ventes

3Pour essayer de démonter le mécanisme de ces ventes, nous avons eu recours à quatre types de sources :

  • les catalogues de ventes imprimés. Nous avons mené un premier repérage des seuls catalogues lyonnais à partir des répertoires de Françoise Bléchet, Christian Péligry et Jeanne Blogie3… qui ne nous ont pas donné grand-chose, constatation qui souligne l’obligation pour une telle étude d’explorer prioritairement les fonds locaux. Ce sont donc les fichiers de la Bibliothèque municipale de Lyon qui ont donné la moisson ici mise en œuvre. Cette investigation doit maintenant se poursuivre dans les catalogues manuscrits et dans les catalogues de fonds particuliers (fonds Coste) de cet établissement, travail qui permettra très vraisemblablement d’augmenter notre échantillon ;
  • seconde source : le dépouillement systématique des Affiches de Lyon, feuille d’annonces hebdomadaire publiée à partir de 1750. On y trouve des annonces de toutes sortes dont celles de libraires, mais également de particuliers souhaitant se défaire ou acquérir des livres. Il est à remarquer que les collections de la bibliothèque de Lyon et de la Bibliothèque nationale sont lacunaires pour la période 1773-1794. À l’heure actuelle, nous cherchons à combler cette lacune par le recours à d’autres collections, en particulier privées ;
  • troisième type de source : les fiches biographiques de l’enquête « Gens du livre à Lyon au XVIIIe siècle », actuellement en cours par nos soins, sous l’égide de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine. À l’heure actuelle, des informations plus ou moins précises relatives à environ 700 personnes ayant œuvré à la fabrication et à la diffusion du livre à Lyon, de 1700 à 1800, ont été collectées ;
  • quatrième type de sources : les publications d’un des principaux organisateurs de ventes de livres à Lyon au XVIIIe siècle, François de Los Rios. Il s’agit en l’occurrence de sa Bibliographie instructive, ou Notice de quelques livres rares, singuliers & difficiles à trouver…4 publiée en 1777, et de L’art scientifique pour connoitre et exercer le commerce de la librairie…5 publié en 1789, et qui n’aurait été tiré qu’à 36 exemplaires. Il est plus qu’évident à nos yeux que ces deux ouvrages constituent des instruments de travail à l’usage des collectionneurs et des libraires pour le premier, des seuls libraires pour le second, et ce, bien avant le manuel de Boulard, auquel nous recourerons également, et qu’un récent article présentait peut-être un peu rapidement comme le plus ancien manuel pratique destiné aux libraires d’ancien6.
  • 7 Yann Sordet, Le livre entre autres objets. Pierre Adamoli (1707-1769) un curieux des Lumières et s (...)
  • 8 Sylvie Bourel, Laure Cédelle, Frédérique Seta, Un regard sur le monde du livre au XVIIIe siècle : (...)

4Il est évident que ce travail devra se poursuivre par l’étude de ce que le milieu des collectionneurs, et en particulier Adamoli7, comme celui des diairistes du temps (Michon, l’abbé Duret8) ont pu écrire au sujet des ventes de livres.

5À ce jour, 70 catalogues de ventes ont été repérés. Le nombre peut paraître modeste, comparé à la situation des Pays-Bas, il n’en est pas moins important pour une cité provinciale française. Si l’on excepte deux catalogues des années 1667 et 1668, tous les autres datent du siècle suivant. C’est véritablement à partir des années 1740 que les ventes se généralisent, avec une moyenne d’une douzaine d’occurrences à avoir fait l’objet d’un catalogue imprimé par décennie. La confrontation de leur liste avec les Affiches, et ce, en dépit des lacunes de ce périodique, permet cependant de constater que le nombre des ventes a été plus élevé, et que plusieurs d’entre elles n’ont pas fait l’objet d’un catalogue imprimé, phénomène sur lequel il nous faudra revenir. Nous avons en effet répertorié 74 annonces de ventes publiques parues dans les Affiches de Lyon, pour les seules années dépouillées. Parfois, plusieurs annonces successives concernent une même vente.

Figure. Le mouvement des ventes publiques de livres à Lyon au XVIIIe siècle

Figure. Le mouvement des ventes publiques de livres à Lyon au XVIIIe siècle

N. B. : la période 1750-1759 des Affiches de Lyon n’a pas encore été entièrement dépouillée, le chiffre 3 est donc un minimum.

6Catalogues imprimés et petites annonces permettent de repérer quelques ventes non lyonnaises :

  • en 1749, un catalogue à l’adresse de Lyon (frères Bruyset), Paris (Jacques Barois) et Rouen (Charles Lucas) annonce dans cette dernière ville une vente devant se dérouler rue Encrière, en juin 1749. Il indique que les acheteurs peuvent « donner commission aux libraires indiqués dans le frontispice »9 ;
  • pour leur part, les Affiches publient une annonce du Bureau d’avis de Lyon indiquant : « il y aura à Paris depuis le 6 avril jusqu’à la fin du même mois une vente de livres rares et curieux dont on trouvera le prix dans le catalogue que l’on peut voir au Bureau d’avis »10.

7Trois autres ventes, annoncées à Lyon ou organisées par des Lyonnais, concernaient la proche région, Mâcon et Grenoble :

  • 11 Affiches de Lyon, 4 avril 1771.

Le 9 du courant [9 avril 1771] on vendra dans le château de Senozan… près de Mâcon… au dernier enchérisseur… une bibliothèque de livres historiques11.

  • 12 Affiches de Lyon, 3 juin 1772, annonce de l’Imprimerie du Roi. Comme on le sait, cette collection, (...)

La vente de la bibliothèque de feu M. Caulet évêque de Grenoble se fera aux enchères reçues à la barre de la chambre des comptes du Dauphiné, à Grenoble, le 23 juin [1772]. C’est une bibliothèque choisie de 40 000 volumes12.

  • 13 B. M. Grenoble : X 4 700.

1779, catalogue de Los Rios imprimé à Grenoble : Catalogue des livres choisis du Cabinet de M. Charles Bonnet, prêtre du diocèse [auteur François de Los Rios], Grenoble, 1779, in-12°13.

8Ces quelques exemples exceptés, toutes les autres ventes repérées ont eu lieu à Lyon.

L’organisation et le déroulement des ventes

9La majorité de ces ventes sont consécutives au décès des propriétaires. Certaines sont cependant dues à d’autres causes :

  • un départ : Benoît Duplain en 1769 : « Met en vente au plus offrant le 12 janvier 1770 les livres qui composaient le cabinet d’un particulier qui se retire à la campagne… On distribue chez le même libraire l’inventaire imprimé de ces livres et de ces estampes… »14 ;
  • une vente de doubles de la Bibliothèque de Lyon en 1767 : Catalogue des livres doubles produits par la réunion de la bibliothèque publique de Lyon avec celle du Grand College de la même ville, dont la vente sera faite en détail et au plus offrant [A Lyon, couvent des Antonins, 16 mars-3 avril 1767, par B. Duplain]15 ;
  • des ventes de fonds de librairie. Ainsi, un catalogue de 1761 des frères Duplain comporte-t-il les prix manuscrits et la note manuscrite suivante : « les trois quarts de ces livres sont tirés du fonds de boutique de deux libraires : MM. les fr. Duplain et Jacques Deville »16 ;
  • des ventes judiciaires consécutives à une faillite, comme pour Montribloud17.

10Dans quelques cas, la vente aux enchères paraît intervenir après une tentative de vente directe, de gré à gré par les soins de l’héritier, et plus ou moins infructueuse :

Le 18 mai 1763, les Affiches de Lyon publiaient une annonce anonyme : « La bibliothèque de feu M. le Président de Meaux, demeurant à Mâcon, composée d’environ 4 000 volumes est à vendre. S’adresser à M. de Rancé de Corbery, demeurant rue de l’Arsenal qui donnera communication du catalogue. »

  • 18 B. M. Lyon : 371 380 (3) ; 371 371 tomes 13 : Catalogus librorum bibliothecae DD. de Meaux, in Dom (...)

Le 11 janvier 1764, le même périodique donnait l’annonce suivante de Benoît Duplain : « Le catalogue de la bibliothèque de feu M. le Président de Meaux, dont la vente commencera le 12 de mars prochain se trouve chez Benoît Duplain ». Or ce catalogue figure à notre échantillon18, et indique que la vente se déroulera au couvent des Antonins, du 12 au 30 mars 1764. Le 7 mars 1764, les Affiches publiaient une nouvelle annonce de Benoît Duplain : « Vente des livres de feu M. le Président de Meaux à partir du lundi 12 mars dans une salle de l’appartement occupé par le sieur Duplain. Catalogue imprimé. »

11Mais pour qu’une vente réussisse, il lui fallait de la publicité. Celle-ci passait, dans le meilleur des cas, par l’impression d’un catalogue dont la préface vantait le contenu. Rédigé plusieurs mois à l’avance, il était parfois diffusé par des confrères parisiens ou provinciaux.

12Dans un « Avis du libraire », François Rigollet annonçait :

  • 19 B. M. Lyon : 371 371 tomes 9 (1) : Catalogue des livres de feu M. G. A*** et de Monsieur C. H*** [ (...)

... pour donner une plus grande commodité aux amateurs des belles lettres qui habitent la capitale et autres villes du royaume, on pourra s’adresser à Paris chez M. Antoine Boudet, libraire-imprimeur du roi et du Châtelet, rue Saint-Jacques, à la Bible d’Or, qui distribuera le présent catalogue…19

13Dans un autre catalogue, les frères Duplain ajoutaient :

  • 20 B. M. Lyon : 371 371 tomes 9 (3) : Catalogus librorum D. Andreae P*** [Perrichon. Vente à Lyon, co (...)

... Convaincus par notre propre expérience que la ville de Lyon seule ne peut suffire pour débiter une partie de livres aussi considérables, nous avons pris le parti de faire paroître notre catalogue plusieurs mois avant l’ouverture de la vente, afin d’avoir le tems nécessaire de le distribuer dans les Provinces voisines. Avec cette précaution nous osons nous flatter d’y réussir. nous offrons, en conséquence à Messieurs les Etrangers qui se feront connoître, de recevoir leurs commissions…20

  • 21 B. M. Lyon : 371 371 tomes 19 (3) : Catalogue de la Bibliothèque de feu Monseigneur de Malvin de M (...)

14Nous devons malheureusement avouer tout ignorer de l’éventuel succès de ces appels en direction d’une clientèle extérieure à la ville et à la province. Mais la publicité passait aussi par les annonces des Affiches de Lyon, avant et au besoin durant la vente pour la relancer, et par des affiches et placards apposés dans la ville. C’est ainsi que le catalogue de Malvin de Montazet21 portait au titre la mention suivante : « les jours de la vente seront indiqués au commencement du mois d’août par une affiche publique ».

  • 22 Affiches de Lyon, 11 messidor an III (29 juin 1795). Nouvelle annonce le 20 messidor an III (8 jui (...)

15Qui étaient les agents de ces ventes ? Il est difficile de répondre de façon précise. Les seuls expressément mentionnés sont les libraires. La législation royale imposait le recours à un huissier-priseur, mais aucun document rencontré ne fait allusion à cette corporation, contrairement à l’usage actuel où le commissaire-priseur l’emporte sur l’expert. La première mention d’un notaire organisateur d’une vente de livres ne date que de 1795 : « s’adresser au S. Rigod chez Ravier notaire quai de Saône n° 3 » pour une « Vente aux enchères d’une petite bibliothèque choisie »22.

16Une question demeure en suspens : celle du rôle exact des bureaux d’encan, bureau d’avis… qui organisèrent certaines ventes.

  • 23 A. M. Lyon : HH 100, Arrêt du Conseil d’état du roi, portant règlement pour la vente des bibliothè (...)

17En principe, la législation royale (arrêts de 1723, 1744, 1777), rappelée dans un arrêt du 1er juin 178123, obligeait à une visite des bibliothèques des personnes décédées par les syndics et adjoints de la chambre syndicale, préalable à toute mise en vente :

... Ordonne qu’il ne pourra être procédé à la vente des bibliothèques ou cabinets de livres, qui auront appartenu à des personnes décédées, à la requête de quelque personne que cette vente se poursuive, qu’après que la visite desdits livres aura été faite par le Syndic et Adjoints de la Chambre syndicale, dans l’arrondissement de laquelle la vente devra être faite, et qu’ils en auront donné leur certificat…

18Bien que ces visites aient dû être systématiques, nous n’en avons aucune trace.

Les catalogues imprimés

19Les catalogues imprimés ne constituaient donc pas la règle, mais n’étaient rédigés que pour des bibliothèques d’un certain intérêt bibliophilique. Pour les ventes de livres du commun, même numériquement importantes, on se contentait d’un catalogue manuscrit, consultable à l’avance chez le libraire. Enfin, toutes les ventes, même les plus prestigieuses, comportaient des lots de livres en vrac, non décrits. Sur les 70 catalogues repérés, 10 sont en latin, pratique courante jusqu’en 1743, qui se raréfie ensuite.

20Nous ne connaissons les prix que de deux d’entre eux, parce qu’ils étaient imprimés au titre : l’un à 24 sols, le second à 36 sols. La plupart des noms des possesseurs de bibliothèques n’apparaissent que sous forme d’initiales, même s’ils sont dévoilés par la préface, ou par une note manuscrite d’un témoin de la vente. Cela n’empêche que des ouvrages de plusieurs provenances aient souvent été mis en vente ensemble. Ils respectaient généralement une présentation selon les cinq grandes catégories de la librairie parisienne, mais avec des subdivisions diverses, que nous n’avons pas encore eu le temps d’étudier. On ne doit cependant pas y rechercher des modèles de description bibliographique, ni des considérations savantes sur les éditions proposées aux amateurs. Pierre-Jean Duplain l’aîné n’hésitait pas à écrire, dans un avis liminaire :

  • 24 B. M. Lyon : 371 371 tomes 16 : Catalogue des livres de la bibliothèque de M. le Comte de F*** don (...)

... Je n’ai point prétendu, en dressant le catalogue, à un air scientifique qui ne va à personne, et moins encore à un jeune homme. D’ailleurs l’étalage d’érudition que des titres latins annoncent, fait souvent courir risque à celui qui les emploie et qui n’a pas de quoi instruire les bibliographes, de ne montrer que de l’ignorance, au lieu de la science dont ces titres fastueux sont l’enseigne. J’ai écrit en François, parce que je suis François, parce que je dois vendre à des François, parce que la langue Françoise est devenue universelle, et le sera toujours et les ouvrages des Racine, des Montesquieu, des Buffon, etc. en sont d’assurés garants… (N. B. : il y a des titres en latin et en italien)24.

21Quelques-uns pourtant, une minorité, sont présentés sans ordre apparent, ainsi de ce catalogue dont Rigollet écrivait dans son « Avis du libraire » :

  • 25 B. M. Lyon : 371 371 tomes 10 (4) : Catalogue des livres de feu monsieur le marquis de C*** [Caumo (...)

Mes occupations journalières, et les voyages fréquents que je suis obligé de faire ne m’ont pas permis de présenter ici aux amateurs des belles-lettres un catalogue ; c’est seulement une liste de livres, parmi lesquels il y en a un grand nombre de très rares par l’ancienneté et le choix des éditions…25

  • 26 B. M. Lyon : ms. 805, f. 10 : Abbé Duret, Nouvelles générales et particulières de Lyon (1784). Cit (...)

22La rédaction de certains catalogues a parfois été sous-traitée à des personnes étrangères au monde de la librairie. C’est une notation de l’abbé Duret qui permet de le découvrir, car les catalogues sont muets sur l’identité des rédacteurs réels. Dans quelle mesure la chose était-elle fréquente ou exceptionnelle, rien ne nous permet d’en juger. Relevons cependant cette indication de l’abbé26 :

La bibliothèque de M. Desfours proposée à Los Rios, sans qu’on ait pu convenir avec lui, et achetée 3 000 l. par Jacquenod qui doit y gagner 1 500 l. Le catalogue fait par M. Flachon, vicaire de Saint-Georges.

23L’examen des formats fait ressortir le primat de l’in-octavo (55 cas), devant l’in-12 (5 cas) et l’in-quarto (3 cas). Par ailleurs, pour cinq catalogues connus uniquement par des sources secondaires, le format est à ce jour inconnu. L’épaisseur de ces volumes pouvait être très variable, allant de quelques pages à plus de 300 :

Nombre de pages Nombre d’occurrences
inconnu 11
8 pages 1
16 pages 1
20 à 50 pages 14
51 à 100 pages 19
101 à 150 pages 13
151 à 200 pages 7
201 à 300 pages 3
322 pages 1
  • 27 B. M. Lyon : 354 671 : Notices de livres choisis et bien conditionnés de quelques estampes et autr (...)

24La plupart des catalogues examinés à Lyon portent des indications de prix d’adjudication, ajoutées manuscritement en cours de vente par les assistants. L’un au moins donne des noms d’acquéreurs, que nous n’avons pas eu le temps d’identifier. On soulignera cependant que parmi ceux-ci figurent trois noms de libraires : Los Rios, Flandin, Cizeron. Pour le premier, organisateur de la vente, il s’agit vraisemblablement d’exécution d’ordres d’achat. En est-il de même pour les deux autres ? C’est possible27.

  • 28 B. M. Lyon : 371 371 tomes 19, (4) : Bibliothèque choisie, ou Notice de livres rares, curieux et r (...)
  • 29 François de Los Rios, Bibliographie instructive..., op. cit.

25À la fin du siècle, l’intérêt pour la bibliophilie commence à s’afficher. Il transparaît dans un catalogue de 1791 de Delamollière, qui comporte enfin une « notice des livres imprimés dans le quinzième siècle, dont il est fait mention dans le présent catalogue », elle couvre 10 pages in-8°28. Il s’affiche dans la publication, par Los Rios, en 1777 d’un répertoire bibliographique consacré aux livres rares : sa Bibliographie instructive…29, avec commentaires sur les titres et éditions recensés, et indications de prix. Nous ne croyons pas inutile d’en donner ici l’avertissement :

L’ouvrage dont il s’agit ici, n’étoit pas d’abord destiné à être rendu public ; je ne l’avois composé que pour me servir de répertoire, qui suppléeroit à ce que le laps de temps & l’embarras des affaires font souvent échapper de la mémoire. On jugera aisément de cette vérité, si l’on fait attention que ce précis ne contient pas la cinquantième partie des livres dont on peut faire mention dans un traité de bibliographie, & que d’ailleurs il s’en faut de beaucoup, que le nombre de ceux qui composent chaque classe, & qui sont les mieux connus, y soient rapportés. Ce ne sont donc que les articles rares & précieux qui me sont tombés sous la main, & que j’ai débités dans mon commerce, qui forment les matériaux de cet ouvrage, que les amateurs liront avec plaisir, & dans lequel j’ose me flatter que les scavans trouveront de quoi satisfaire leur curiosité. Je me suis moins appliqué à copier ceux qui ont traité cette partie avant moi, qu’à rapporter, d’après la lecture que j’ai faite de ces ouvrages, ce que chacun d’eux renferme de particulier ; & les notes que j’y ai insérées peuvent être regardées comme un extrait de ce qu’ils contiennent de plus flatteur & de plus intéressant.

D’après cet exposé, il ne faut pas être surpris si je me suis restreint quelquefois à ne m’étendre que sur les différentes éditions qu’on a donné de certains ouvrages, & à indiquer très-soigneusement celles auxquelles on doit donner la préférence, comme aussi d’instruire des moyens par lesquels on distinguera d’abord l’édition originale, d’avec les contrefactions qu’on en a pu faire.

On sera peut-être surpris de voir, par la lecture de ce précis de bibliographie, qu’il me soit tombé sous la main & en si peu de temps, un aussi grand nombre de livres rares & singuliers, qu’on trouveroit à peine dans les bibliothèques les plus riches & les lieux choisies du Royaume. Mais si l’on fit attention que la majeure partie des articles qui doivent réellement porter le caractère de livres rares, sortent de la Bibliothèque des Jésuites de Lyon, dont je fis l’acquisition en l’année 1768, que la plupart de ces religieux étant des hommes savans, ils n’avoient rien épargné pour se procurer de toutes parts ce qui pouvait flatter leur curiosité & nourrir leur esprit ; on conviendra d’abord que leur bibliothèque devoit être un vrai sanctuaire de la science, & qu’il n’en pouvoit sortir que des articles précieux & absolument désirés des connoisseurs. Il y a plus, la Bibliothèque des Jésuites de Tournon & Mâcon, celle de Mrs. les Abbés Piole & le Gindre, n’ont pas peu contribué à me fournir le moyen de composer l’ouvrage que je donne aujourd’hui au public. Je ne m’occupe même dans les achats que je fais journellement, qu’à me procurer des articles méritans ; ce qui est commun, reste au particulier, ou si l’on m’oblige à en faire l’emplette, j’en fais le choix & je me débarasse de ce qui ne doit pas faire partie de ma collection, au profit des revendeurs de vieux livres que l’on connoît à Lyon.

Je ne me flatte pas que mon ouvrage soit dans son entière perfection, je me réserve le droit de le revoir, de le corriger, même de l’augmenter, soit en changeant ou en ajoutant aux notes qui y sont insérées, soit en le rendant plus considérable qu’il n’est. Quoi qu’il en soit, j’espère que le public le recevra avec d’autant plus de plaisir qu’il est instructif, tant du côté des notes, que de celui des prix, qui sont ceux de la vente que j’ai faite de chacun des articles, & que je n’ai eu d’autre but en le composant, que celui de pouvoir lui être de quelque utilité.

  • 30 Jean Viardot, « Livres rares et pratiques bibliophiliques », in Henri-Jean Martin et Roger Chartie (...)

26Toutes proportions gardées, ce volume constitue en quelque sorte le pendant lyonnais et provincial du premier manuel français destiné aux collectionneurs que Guillaume-François Debure le jeune avait donné au public en 1763, sous le titre de Bibliographie instructive ou Traité de la connaissance des livres rares et singuliers…30 Le titre même de l’ouvrage de Los Rios, repris de celui de Debure, est déjà éloquent. Sans mentionner Debure, il est clair que notre auteur se plaçait dans sa lignée. Nul doute à notre avis que, profitant de son expérience, le libraire lyonnais cherchait avant tout à fidéliser sa clientèle, et à modeler et orienter ses choix.

Le déroulement des ventes

  • 31 François de Los Rios, L’art scientifique pour connoitre et exercer le commerce de la librairie..., (...)

27Les lieux de vente annoncés tant par les catalogues que par les avis des Affiches sont fort variables. Un grand nombre d’entre elles se déroulaient au domicile même des défunts propriétaires. Les livres étaient alors vendus avec toutes sortes d’autres objets. Los Rios relevait à propos de ces ventes à domicile31 :

... Il faut convenir que les ventes publiques sont capricieuses.

Si l’on vend la bibliothèque à l’hôtel du défunt, magistrat ou homme de lettres, chacun court avec empressement ; les bouquins se vendent comme les bons livres.

Dans un autre temps, malgré que le catalogue soit bien fait, les livres sont méprisés et ne se vendent que la moitié de leur valeur ; la raison en est simple : le public croit qu’une partie des livres appartient au libraire chargé de diriger la vente ; ce qui arrive assez souvent…

  • 32 B. M. Lyon : 371 371 tomes 16 (2) : Catalogue des livres de feu M. Michon, ancien avocat au Bureau (...)

28Quelques libraires paraissent avoir eu une salle des ventes. Ainsi en était-il de Rigollet père et fils dans la maison du sieur Faÿ, rue du Plâtre, où était installée une de leurs deux boutiques. Ainsi en était-il également des frères Duplain qui avaient installé une salle réservée à cet usage au second étage d’une maison de la rue Mercière, appartenant aux chanoines de Saint Antoine. Pour les autres libraires, nous ne disposons d’aucune indication. Il y a seulement fort à parier que leurs boutiques ne devaient pas suffire à accueillir les amateurs. Tout au plus pouvons-nous relever l’indication donnée par Jacquenod, en 1773. Il annonçait une vente « dans une salle des appartements que j’occuppe rue Mercière, au-dessus de mon magasin »32.

Lieux de vente Nombre d’occurrences (catalogues et annonces)
maison du défunt 22
maison du libraire 15
maison des chanoines de Saint Antoine (Duplain) 32
Maison Faÿ (Rigollet) 2
Boutique de Los Rios 12
Séminaire Saint Irénée (Cizeron) 1
Bureau de confiance 1
Bureau des avis 2
Bureau d’encan 1
Bureau de librairie (Périsse Marsil) 5
Hôtel-Dieu 1
Place des Terreaux (sur la) 1
Grenoble 2
Château de Senozan 1
Lieu indéterminé 13

29Ces ventes duraient souvent plusieurs semaines, un mois, voire davantage, avec des vacations du lundi au samedi, sauf fête religieuse (un lundi 8 décembre !).

Dates des ventes connues Sources
3 au 29 mars 1755 catalogue imprimé
8 mars au 6 avril 1755 catalogue imprimé
16 au 21 août 1756 catalogue imprimé
1 au 29 mars 1757 catalogue imprimé
10 janvier au 25 février 1758 catalogue imprimé
10 au 27 avril 1758 catalogue imprimé
28 avril au 1 mai 1758 catalogue imprimé
25 février au 20 mars 1760 catalogue imprimé
19 mars au 11 avril 1759 catalogue imprimé
30 avril au 12 mai 1759 catalogue imprimé
31 mars au 27 avril 1761 catalogue imprimé
1 au 19 mars 1762 catalogue imprimé
10 au 19 janvier 1763 catalogue imprimé
12 au 30 mars 1764 catalogue imprimé
28 avril au 3 mai 1766 catalogue imprimé
7 au 17 juillet 1766 catalogue imprimé
9 au 21 février 1767 Affiches de Lyon
17 février au 1 mars 1767 catalogue imprimé
16 mars au 3 avril 1767 catalogue imprimé
2 mai au 16 juin 1768 catalogue imprimé
5 au 15 janvier 1769 Affiches de Lyon
5 au 18 décembre 1771 catalogue imprimé
9 au 19 décembre 1771 Affiches de Lyon
8 janvier au 2 février 1773 catalogue imprimé
2 mars au 4 avril 1775 catalogue imprimé
1 au 17 décembre 1777 catalogue imprimé
26 juillet au 26 août 1779 catalogue imprimé
17 au 27 avril 1780 catalogue imprimé
2 avril au 18 mai 1781 catalogue imprimé
2 au 26 juillet 1781 catalogue imprimé
25 novembre au 11 décembre 1782 catalogue imprimé
17 mars au 26 avril 1783 catalogue imprimé
13 au 29 avril 1785 catalogue imprimé
  • 33 Martin-Sylvestre Boulard, Traité élémentaire de bibliographie, contenant la manière de faire les i (...)

30Les horaires étaient variables. Au domicile des défunts, la vente se faisait plutôt le matin à 8 heures, ou plus souvent encore à 9 heures. Cet horaire matinal n’était peut-être pas toujours le plus propice au succès des ventes, du moins si nous en croyons cette opinion du libraire parisien Boulard au début du XIXe siècle33 :

... Ma seconde observation porte sur l’inconvénient grave qui résulte de vendre des livres le matin ; on imaginerait difficilement combien cet arrangement est nuisible à la vente, parce qu’il n’y a presqu’aucune concurrence à espérer, pas même de la part des marchands, qui ne peuvent quitter leurs maisons, puisque c’est le moment où l’on espère faire des affaires…

31Pour les ventes en boutique ou en salle, les vacations avaient plus souvent lieu à 3 heures de relevée, ainsi qu’en témoignent les annonces :

Date de l’annonce dans les Affiches de Lyon Horaires de la vente
25 avril 1759 lundi 30 avril et jours suivants, à 3 heures précises
30 janvier 1760 lundi 25 février 1760 à 3 heures et jours suivants
12 mars 1760 21 mars 1760 à 3 heures
14 mai 1760 19 mai 1760 à 2 heures et jours suivants
12 août 1761 lundi 17 août 1761, de deux heures de l’après-midi à 6 heures, et jours suivants
27 avril 1768 commencera lundi 2 mai à 2 heures après midi
21 septembre 1768 23 septembre 1768 à 9 heures du matin et jours suivants.
19 décembre 1770 jeudi 20 décembre 1770, à 8 heures du matin
20 mars 1772 20 mars 1772 à 3 heures
26 août 1795 27 août 1795 à 9 heures
2 septembre 1795 15 septembre 1795, se continue tous les jours de 9 heures du matin à 3 heures l’après-midi
21 octobre 1795 1 brumaire an IV (23 octobre 1795) à 9 heures du matin
2 mars 1796 15 ventôse du courant (5 mars 1795) à 9 heures du matin, et jours suivants
28 décembre 1796 9 nivôse an V (29 décembre 1796) à 9 heures
3 mars 1798 tous les jours à 3 heures de l’après-midi, depuis le 30 janvier 1798
28 mars 1798 tous les jeudis de 3 à 8 heures de l’après-midi

32Le nombre de vacations était important, mais nous en ignorons la durée. Une partie du temps devait être consacrée à l’exposition des lots proposés. En moyenne, on vendait 70 numéros par vacation.

  • 34 B. M. Lyon : 371 371 tomes 19 (7) : Catalogue de la bibliothèque de feu M. Nicolas Gemeau, ancien (...)

33Comme dans les ventes modernes, on devait aller assez vite. C’est du moins ce qui ressort de cette affirmation d’un catalogue Duplain : « ... Nous commencerons par le n° 1, sans interruption jusqu’à la fin. On expédiera cent articles par jour, dont plusieurs accollés pour aller plus vîte… »34 Normalement, chaque vacation comportait un certain nombre de numéros de chaque subdivision thématique du catalogue. Cet ordre était en principe annoncé sur une page du catalogue imprimé.

34Sans vouloir en tirer des conclusions définitives, nous avons essayé, dans le tableau suivant, d’évaluer le nombre de numéros vendus par vacation, quand cela était possible.

Nombre de vacations Nombre de lots ou de numéros Moyenne de numéros vendus par vacation
38 266 lots (de 6 à 10 titres par lots) 7 lots
16 1 026 numéros et 50 paquets 64 numéros et 3 paquets
3 226 numéros 75
22 1 688 numéros 76
13 13 lots 1 lot
12 901 numéros 75
17 1 103 numéros (livres : 1 à 1 047, estampes : 1 048 à 1 098, groupes figures et bustes : 1 099 à 1 103). Supplément de 133 numéros, plus paquets de livres 72
12 754 numéros 62
22 1 597 numéros + musique 72
14 1 178 numéros 84
10 789 numéros 78
14 702 numéros 50
8 424 numéros + 50 numéros de supplément, + tableaux de maîtres, estampes encadrées, groupes, bustes 59
10 672 numéros + 112 numéros de supplément + 200 in-12° + estampes. 78
16, la dernière pour les médailles 1 441 numéros et 82 médailles 96
3 489 numéros 163

35Bien évidemment, les libraires organisateurs de ventes recevaient des ordres d’achat. Le montant le plus habituel des commissions, et annoncé comme tel dans plusieurs catalogues (frères Duplain, Rigollet père et fils, Claude-Marie Jacquenod), était de 1,5 % du prix d’adjudication, plus les éventuels frais d’emballage et d’expédition. Dans un avis à l’un de leurs catalogues, les frères Duplain annonçaient :

  • 35 B. M. Lyon : 371 371 tomes 10 (3) : Catalogue des livres de M. Du F*** négociant... [vente à Lyon, (...)

... À la fin de chaque séance, nous exposerons des paquets de livres dépareillés ou de peu de valeur, qui ne méritoient pas d’être détailés dans un catalogue. Nous continuons d’offrir aux personnes éloignées de recevoir leurs commissions, pourvu qu’elles se fassent connoître et nous envoyent bien distinctement les numéros et les titres des articles qu’elles veulent acquérir. Nous souhaitterions même qu’elles nous fixassent les prix, à moins qu’elles ne jugent à propos de s’en rapporter à nous. Notre droit de commission est d’un et demie pour cent, sans y comprendre les frais de ports de lettres et d’embalage s’il y en a…35

  • 36 B. M. Lyon : 371 371 tomes 6 : Catalogue des livres de la bibliothèque de M. le Comte de F*** dont (...)
  • 37 B. M. Lyon : 371 371 tomes 19 (2) : Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. Goy... [Lyon (...)

36Certains libraires ont cependant eu des tarifs plus élevés à la fin du siècle. Pierre-Jean Duplain aîné, écrivait en 1771 : « Je me chargerai des commissions des gens de lettres et des libraires étrangers, moyennant 4 % de remise sur leur achat… »36. Quant à Louis Rosset, il avouait en 1785 prendre une commission de 3 %37.

Les libraires organisateurs de ventes

37Parmi les 19 Lyonnais qui se sont livrés aux ventes publiques, nous pouvons distinguer trois catégories de libraires : les occasionnels, qui n’apparaissent que pour une vente, des libraires en difficulté, comme les Rigollet, qui recourent à ce commerce pour essayer de relancer leurs affaires, enfin quelques spécialistes du genre.

38Dans le premier groupe, apparaissent onze personnages, dont Claude Bourgeat et Jacques Faeton au XVIIsiècle. Les autres sont :

  • les frères Pierre et Jean-Marie 1 Bruyset ne doivent être cités ici que pour la coédition du catalogue de la vente Larchevesque, tenue à Rouen en 1749. Ils ne paraissent pas s’être autrement intéressés à ce type de commerce ;
  • Jacques Certe, libraire puis imprimeur-libraire de 1718 à 1765, syndic en 1747, déclaré retiré par le rapport Bourgelat en 1763. Il organisa une vente en 1759 ;
  • Claude Cizeron, libraire de 1743 à 1791, adjoint à la chambre syndicale de 1765 à 1770. Il ouvrit un cabinet de lecture en association avec Guy et Brenot en 1790. Il organisa une vente publique en 1780, et en annonçait une dans les Affiches en 1797 ;
  • Jean-Baptiste Delamollière. Né en 1759, il fut libraire de 1781 à 1791 au moins, après avoir été l’un des deux commis des frères De Tournes à Lyon. Il organisa une vente en 1791 ;
  • Joseph-Sulpice Grabit. Né en 1736, il avait fait son apprentissage à partir de 1755 chez Pierre et Benoît Duplain, les spécialistes des ventes lyonnaises, avant d’en devenir le premier commis. Reçu libraire à Grenoble en 1766, il s’installa à Lyon en 1771, ouvrit une imprimerie sous la Révolution, et fut actif jusque vers 1807. Il organisa une vente en 1777. Après avoir œuvré pour les ventes de ses patrons, il voulut sans doute voler de ses propres ailes ;
  • Périsse Marsil. Membre de la nombreuse dynastie des Périsse, libraires lyonnais spécialisés dans le livre religieux, il s’installa en 1799, et organisa une vente en 1799. Les Affiches publièrent plusieurs annonces relatives à d’autres ventes qu’il aurait organisées en 1798 ;
  • Louis Rosset, qui fut libraire de 1768 à 1791 au moins. Il organisa une vente en 1785 ;
  • Antoine Vincent de Paul Viret, libraire de 1765 à la Révolution, organisa une vente en 1781.

39Cette liste ne regroupe que les libraires pour lesquels des catalogues ont été retrouvés. Certains de leurs confrères, non cités ici, publièrent des annonces pour des ventes dont nous ne savons pas si elles ont eu effectivement lieu, et pour lesquelles aucun catalogue n’a été localisé à ce jour. Ainsi en fut-il, par exemple de Benoît Flandin en 1771, ou de Lafargue en 1798.

40À ce groupe peut être associé un nouveau venu établi sous la Révolution : Georges-François-André Leclerc, connu pour l’organisation de deux ventes. Reçu libraire à Dijon en 1786, il exerça à Lyon de 1793 au moins à 1819, date à laquelle il céda son affaire à son gendre. Il continua cependant d’exercer jusqu’en 1821. Il avait été breveté en 1810. Il semble donc que l’on assiste, à la fin du siècle, à diverses tentatives de plusieurs libraires pour se lancer dans les ventes publiques. Elles ne paraissent cependant pas leur avoir permis de concurrencer sérieusement les spécialistes du genre.

  • 38 Dominique Varry, « Voltaire et les imprimeurs-libraires lyonnais », in Ulla Kölving et Christiane (...)
  • 39 A. D. Rhône : 7C 142.
  • 40 B. N. : mss. FF 22066, f. 5-6.

41Le second groupe est constitué de François Rigollet père et fils. François Rigollet père, né vers 1703, a commencé à travailler vers 1725, après avoir épousé la fille et héritière du libraire Thomas Amaulry. Sa carrière a été jalonnée de démêlés avec les autorités pour des affaires de contrefaçons et de livres prohibés, dont il s’est toujours tiré à son avantage. De 1749 à 1752, il s’était spécialisé dans l’édition de pièces de théâtre, opéras et ballets joués à Lyon. En 1760, il fut en butte à une dénonciation de Voltaire, pour la diffusion des Dialogues chrétiens ou préservatif contre l’Encyclopédie par M. de V***, à l’adresse de Genève. En 1761, la police s’intéressait de nouveau à lui. C’est alors que ses créanciers prirent peur, et l’acculèrent à la saisie38. L’organisation de deux ventes publiques, en 1757 et 1759, vraisemblablement pour relancer un commerce alors dans le marasme, est sans doute imputable à son fils François 2, qui l’assista à partir de 1742, et est mentionné comme actif à l’Almanach de Lyon jusqu’en 1767, bien qu’il ait dû cesser son commerce avant cette date. En effet, en 1763 le rapport Bourgelat le signalait avec la mention suivante : « a le titre de libraire, sans aucun fond ». De plus, un acte du 7 septembre 1768, relatif au règlement des dettes paternelles, le désigne comme « ci-devant sergent dans le Régiment de Piedmon fils et seul héritier des mariés Rigollet et Amaulry, partie saisie »39. François Rigollet 2 avait, en 1756, été l’objet d’une plainte du libraire parisien Debure40. Ce dernier avait accepté, en 1751, de servir de prête-nom à sa sœur pour souscrire un contrat d’apprentissage de librairie de 4 ans en faveur du jeune Rigollet, alors employé comme garçon chez cette libraire. Mais le jeune Rigollet n’avait pas satisfait aux obligations qui étaient les siennes, et s’était entre-temps associé avec son père, ce qui ne l’empêcha pas d’essayer d’extorquer son brevet d’apprentissage de Debure. C’est sans doute lors de cet apprentissage inachevé qu’il a conçu le projet, ultérieurement mis en œuvre, de se lancer dans les ventes publiques, activité qui n’empêcha pas la déroute familiale.

42Le groupe des spécialistes concerne trois noms : Claude-Marie Jacquenod, la famille Duplain, et François de Los Rios.

43Claude-Marie Jacquenod, fils de Placide, s’installa comme libraire en 1760. Il était encore en activité en 1791. De 1774 à 1788, il fut adjoint à la chambre syndicale. Il fut l’un des correspondants lyonnais de la Société typographique de Neuchâtel. Il organisa six ventes de livres de 1769 à 1782.

44Mais les spécialistes du genre furent sans conteste les frères Duplain, qui organisèrent, à partir de 1740, quinze ventes de concert, auxquelles il faut ajouter douze autres ventes au nom du seul Benoît Duplain.

45Pierre et Benoît Duplain étaient les fils de Marcellin et de Constance Bachelu. Benoît fut actif de 1740 à 1774. Il fut adjoint de 1744 à 1756 et syndic en 1774. Il travailla en association avec son aîné de 1740 à 1765 environ. Ce dernier fut actif de 1736 à 1767. Il mourut en 1768. Il avait été adjoint de la chambre syndicale en 1740-1741 et de juin 1754 à mai 1765. Il était syndic en 1763. Dans l’association, c’est Benoît qui paraît s’être occupé tout spécialement des ventes publiques.

  • 41 Olivier Blanc, Les hommes de Londres. Histoire secrète de la Terreur, Paris, Albin Michel, 1989, p (...)

46Pierre-Jean Duplain aîné, connu pour l’organisation d’une seule vente en 1771, est en fait Pierre-Jacques Duplain, fils de Pierre. Né en 1742, il commença à exercer à Lyon en 1770, mais fut décrété d’arrestation en 1772 pour importation d’ouvrages prohibés depuis Neuchâtel. Il se réfugia en Suisse puis aux Pays-Bas, et s’installa à Paris vers 1775, travaillant toujours dans le domaine du livre prohibé. En 1777, il entrait en apprentissage à Paris, et y fut reçu comme libraire en 1784. Il y exerça jusqu’en 1804. Sous la Révolution, il fut imprimeur du département de la Seine et membre de la commune insurrectionnelle en 1792. C’est alors qu’il fut mêlé aux massacres de septembre avec son cousin Duplain de Sainte-Albine, ce qui lui valut d’être arrêté en 1793, en 1794 et en 1795 comme « terroriste ». Olivier Blanc41 le considère comme un agent des Britanniques, dont il aurait reçu d’importants subsides. Sa mise en accusation en 1772, et sa fuite, sonnèrent le glas de ses velléités de reprendre les activités de ventes publiques de son père et de son oncle.

  • 42 Dominique Bougé-Grandon, « Stratégie et carrière d’un libraire étranger à Lyon dans la seconde moi (...)
  • 43 François de Los Rios, L’art scientifique pour connoitre et exercer le commerce de la librairie..., (...)

47Dans la dernière partie du siècle, le relais fut pris par François de Los Rios, qui organisa dix-neuf ventes au moins, et sans doute davantage. Né en 1727 à Anvers, mort en 1820 à Malines, le personnage est haut en couleurs, et nous ne le présenterons que brièvement dans la mesure où Dominique Bougé-Grandon lui consacrera prochainement un article dans le Bulletin du bibliophile42. Personnage marginal, arrivé à Lyon après des séjours parisiens et romains, il se fit recevoir libraire en 1768, non sans difficultés, et après avoir travaillé une dizaine d’années chez Delaroche et sept ans chez Deville. Tantôt qualifié de colporteur, tantôt de libraire, il demeura un marginal. Il fut l’un des correspondants de la Société typographique de Neuchâtel, et fut souvent en butte à la curiosité policière, soupçonné de diffuser des livres prohibés en plus de son commerce d’antiquariat. Comme il le souligne dans l’avertissement à sa Bibliographie instructive, que nous avons cité, c’est la dispersion de la bibliothèque des jésuites, qu’il acquit, qui lui mit en quelque sorte le pied à l’étrier. Dans un autre de ses écrits, il se dépeignait sous les traits du « libraire faisant le détail de livres neufs et la vieille librairie »43 :

C’est de mon ami de qui je parle ; je suis dispensé de faire son éloge ; il y a vingt-sept ans que nous sommes en correspondance : il est laborieux, actif et industrieux ; l’on croit qu’il possède les connoissances relatives à son état. Les premières années de son établissement furent contre-carrées par ses ennemis, à qui il n’avoit jamais fait de mal, et qui tramoient sourdement sa destruction : mais toujours constant et marchant à petits pas, guidé par la Providence, jusqu’en 1769 et 1772, que l’on vendit les bibliothèques des Jésuites de Lyon, de Mâcon, de Châlons, de Vienne et de Tournon, dont il fut l’acquéreur.

Cette acquisition lui ouvrit bientôt une route agréable, sur un terrain solide et assuré ; il rompit alors les fers dont il étoit chargé : il jouit actuellement d’une réputation honnête dans le commerce, et sans qu’il soit riche, je le crois à son aise.

  • 44 Idem, p. 16-17.

48Quelques pages plus haut44, il écrivait au sujet des catalogues de ventes publiques :

… Un libraire expert est bientôt connu par ses catalogues, lorsqu’ils sont faits suivant les principes de la Bibliographie.

L’objet principal c’est de distinguer les éditions originales d’avec les contrefaites ; d’annoncer les livres rares par des notices ou remarques très abrégées ; par ce moyen, les amateurs viennent faire valoir la vente…

49Il vendit son fonds en 1790, travailla quelque temps comme commis chez les frères Périsse, et continua d’organiser quelques ventes, avant de regagner son pays natal. Malgré la mauvaise réputation que lui firent ses contemporains et ses confrères, il apparaît aujourd’hui comme l’un des libraires lyonnais les plus importants de son époque.

Conclusion

  • 45 Cynthia Wall, “The English Auction: Narratives of Dismantlings”, Eighteenth Century Studies, Fall (...)

50Au terme de cette première exploration des ventes publiques lyonnaises, il nous faut admettre avoir exhumé une réalité provinciale proche à beaucoup d’égards, et toutes proportions gardées, de celle que nos devanciers ont pu reconstituer en d’autres lieux, et en particulier à Paris. Encore l’examen d’une situation provinciale méritait-il d’être tenté. Il est clair que nous n’avons pu percevoir que l’écume d’un mouvement sans doute plus important que les sources conservées ne permettent de l’appréhender. Les 70 catalogues lyonnais repérés ne constituent qu’un ensemble assez modeste. Pourtant, leur nombre est déjà significatif, et ils témoignent pour toutes les ventes sans catalogues qui furent encore plus nombreuses. Les annonces publiées par les Affiches viennent éclairer sous un angle différent les diverses facettes de ce commerce. Comme on l’a dit, cette communication ne constitue qu’une première approche d’un phénomène qu’il nous faut continuer à élucider. Les travaux lancés dans le cadre de l’enquête « L’Esprit des livres » devraient y contribuer. Ils passeront d’abord par le repérage d’autres catalogues dans les fonds lyonnais et grenoblois, mais aussi dans ceux de la Bibliothèque nationale de France. Il est certain que ces catalogues existent, même si les instruments de repérage sont déficients, et si l’historien doit s’armer de patience pour les débusquer. Encore faut-il les retrouver. Alors, la vision partielle présentée ici s’éclairera peut-être d’un jour nouveau. Si le déroulement de ces ventes est aujourd’hui à peu près connu, selon un schéma assez général pour l’époque, le contenu même des collections dispersées est encore à étudier. Avouons-le enfin, nous ne savons à peu près rien des spectateurs, enchérisseurs et acheteurs, qui devaient dépasser le cercle des simples amateurs locaux. Il y a cependant fort à parier qu’à Lyon, comme ailleurs, on venait à ces ventes pour être vu et se faire voir, et que nombre d’entre elles constituaient autant d’événements mondains. Les quelques notes de l’abbé Duret relatives à certaines ventes semblent d’autant plus le confirmer que l’homme avait la réputation d’être un « abbé de cour ». Il est à peu près certain que nos sources ne nous permettront pas, comme a pu récemment le faire Cynthia Wall pour Londres45, de percer cette dimension du phénomène de la vente publique. Du moins croyons-nous que ce que cet auteur a pu mettre en évidence pour la capitale britannique s’applique, à des degrés divers, aussi bien à Paris qu’à Lyon. La part d’ombre entourant ce commerce très particulier est à peine levée. Le chantier ici ouvert, qui participe d’une entreprise plus vaste d’investigation sur le monde lyonnais du livre au siècle des Lumières, se doit donc d’être poursuivi.

Notes

1 Dominique Bougé-Grandon, « Le “contreporteur” et le confiturier : quelques agents de la diffusion de l’imprimé à Lyon au XVIIIe siècle », in Thérèse Kleindienst (éd.), Le livre et l’art : études offertes en hommage à Pierre Lelièvre, Paris, Somogy ; Villeurbanne, Enssib, 2000.

2 Enquête « L’Esprit des livres » lancée par l’Enssib. Voir infra p. 0000.

3 Françoise Bléchet, Les ventes publiques de livres en France 1630-1750. Répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque nationale, Oxford, Voltaire Foundation, 1991. Christian Péligry, Les catalogues de bibliothèques du XVIIe, XVIIIe et du XIXe siècles, jusqu’en 1815. Contribution à l’inventaire du Fonds ancien de la bibliothèque municipale de Toulouse... Toulouse, Bibliothèque municipale, 1974. Jeanne Blogie, Répertoire des catalogues de ventes de livres imprimés, II, catalogues français appartenant à la Bibliothèque royale Albert 1er, Bruxelles, Fl. Tulkens, 1985.

4 François de Los Rios, Bibliographie instructive, ou Notice de quelques livres rares, singuliers & difficiles à trouver, avec des notes historiques, pour connoître & distinguer les différentes éditions, & leur valeur dans le commerce ; disposée par François de Los-Rios, libraire à Lyon, A Avignon, chez François Seguin imprimeur, A Lyon, chez l’auteur, 1777, 8°, XVI-207-[1 bl.] p.

5 François de Los Rios, L’art scientifique pour connoitre et exercer le commerce de la librairie, à l’usage de mon commis et autres élèves du même état, qui désirent y faire des progrès. Par François de Los Rios, Libraire à Lyon, Lyon, [François de Los Rios], 1789, in-8°, 48 p. (tirage annoncé dans la préface : 36 exemplaires).

6 Frans A. Janssen, “The oldest practical manual for the antiquarian bookseller”, Bulletin du bibliophile, 1997, n° 2, p. 367-374.

7 Yann Sordet, Le livre entre autres objets. Pierre Adamoli (1707-1769) un curieux des Lumières et ses collections, Paris, thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe, 1997.

8 Sylvie Bourel, Laure Cédelle, Frédérique Seta, Un regard sur le monde du livre au XVIIIe siècle : le journal de Michon, Enssib, formation à la recherche, juin 1998. Florence Bodeau, Laure Collignon, Le monde du livre à Lyon au XVIIIe siècle à travers les chroniques de l’abbé Duret (1760-1794), Enssib, formation à la recherche, juin 1998. Ces travaux débutaient au moment où cette communication a été rédigée. L’abbé Duret signale ainsi le passage en vente publique de neuf bibliothèques entre 1781 et 1791.

9 Adrien Larchevesque et ses héritiers, puis Simon médecin de la Faculté de Paris. [Lyon : frères Bruyset ; Paris : Jacques Barois ; Rouen : Charles Lucas]. B. N. : delta 10 979 ; Bléchet, p. 128. 5 009 numéros.

10 Affiches de Lyon, 31 mars 1767. Annonce du bureau d’avis.

11 Affiches de Lyon, 4 avril 1771.

12 Affiches de Lyon, 3 juin 1772, annonce de l’Imprimerie du Roi. Comme on le sait, cette collection, rachetée par souscription publique, fut à l’origine de la bibliothèque publique de Grenoble.

13 B. M. Grenoble : X 4 700.

14 Affiches de Lyon, 29 novembre 1769.

15 B. M. Lyon : 371 371, tome 14 ; 452 670 ; 370 664 ; B 492 525. Cette vente incluait aussi les livres d’un particulier inconnu et ceux de M. d’Attignat.

16 B.M. Lyon : A 493 797 : Catalogue d’une bibliothèque à vendre... [vente à Lyon, couvent des Antonins, 31 mars-27 avril 1761], in-8°.

17 Pierre Laroque, « Les collections de C.-F. Nicolau de Montribloud et sa bibliothèque », Bulletin de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, 1996, tome XXVI, p. 67-82.

18 B. M. Lyon : 371 380 (3) ; 371 371 tomes 13 : Catalogus librorum bibliothecae DD. de Meaux, in Dombarum provinciae curia praesidis, &&... [et autres. Vente à Lyon, couvent des Antonins, 12-30 mars 1764]. Lugduni, sumptibus Benedicti Duplain, 1763, in-8°.

19 B. M. Lyon : 371 371 tomes 9 (1) : Catalogue des livres de feu M. G. A*** et de Monsieur C. H*** [Vente à Lyon, chez M. Fay, 10 janvier-25 février 1758]. A Lyon, chez F. Rigollet fils, 1757, in-8°.

20 B. M. Lyon : 371 371 tomes 9 (3) : Catalogus librorum D. Andreae P*** [Perrichon. Vente à Lyon, couvent des Antonins, 25 février-20 mars 1760], Lugduni, apud fratres Duplain, 1759, in-8°.

21 B. M. Lyon : 371 371 tomes 19 (3) : Catalogue de la Bibliothèque de feu Monseigneur de Malvin de Montazet, archevêque et comte de Lyon... mis en ordre par de Los Rios, libraire. [Lyon, François de Los Rios], 1788, in-8°.

22 Affiches de Lyon, 11 messidor an III (29 juin 1795). Nouvelle annonce le 20 messidor an III (8 juillet 1795).

23 A. M. Lyon : HH 100, Arrêt du Conseil d’état du roi, portant règlement pour la vente des bibliothèques. Du 1er juin 1781.

24 B. M. Lyon : 371 371 tomes 16 : Catalogue des livres de la bibliothèque de M. le Comte de F*** dont la vente... commencera le 5 décembre prochain [-18 décembre]. A Lyon, chez Pierre J. Duplain ainé, libraire rue de la Monnoie, 1771, in-8°.

25 B. M. Lyon : 371 371 tomes 10 (4) : Catalogue des livres de feu monsieur le marquis de C*** [Caumont d’Avignon] de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. [Vente à Lyon, chez Fay, 12 avril 1759 et jours suivants]. A Lyon, chez François Rigollet père, 1759, in-8°.

26 B. M. Lyon : ms. 805, f. 10 : Abbé Duret, Nouvelles générales et particulières de Lyon (1784). Cité par Florence Bodeau, Laure Collignon, Le monde du livre à Lyon au XVIIIsiècle à travers les chroniques de l’abbé Duret (1760-1794), op. cit., p. 19 et 35.

27 B. M. Lyon : 354 671 : Notices de livres choisis et bien conditionnés de quelques estampes et autres objets de curiosité. Provenant des cabinets de MM. de M. et de L. rédigée et mise en ordre [sic] par de Los Rios, A Lyon, chez de Los Rios, 1785, in-8°.

28 B. M. Lyon : 371 371 tomes 19, (4) : Bibliothèque choisie, ou Notice de livres rares, curieux et recherchés, qui font partie d’une bibliothèque de province, appartenante à M. L. P. [Abbé L. P. Perrichon, ancien chanoine de l’église de Saint Paul à Lyon], A Lyon, chez J. B. Delamollière, rue saint Dominique, 1791, in-8°.

29 François de Los Rios, Bibliographie instructive..., op. cit.

30 Jean Viardot, « Livres rares et pratiques bibliophiliques », in Henri-Jean Martin et Roger Chartier (dir.), Histoire de l’édition française, tome 2, le livre triomphant 1660-1830, Paris, Promodis, 1984, p. 447-467.

31 François de Los Rios, L’art scientifique pour connoitre et exercer le commerce de la librairie..., op. cit.

32 B. M. Lyon : 371 371 tomes 16 (2) : Catalogue des livres de feu M. Michon, ancien avocat au Bureau des Finances [vente à Lyon, chez Jacquenod, 8 janvier-2 février 1773], A Lyon, chez Claude-Marie Jacquenod, 1772, in-8°.

33 Martin-Sylvestre Boulard, Traité élémentaire de bibliographie, contenant la manière de faire les inventaires, les prisées, les ventes publiques et de classer les catalogues.... A Paris, chez Boulard, an XIII (1804), p. 98.

34 B. M. Lyon : 371 371 tomes 19 (7) : Catalogue de la bibliothèque de feu M. Nicolas Gemeau, ancien avocat au Parlement de Dombes. La vente sera dirigée par Los Rios, libraire, De l’Imprimerie de Villefranche en Beaujolais, 1792, in-8°.

35 B. M. Lyon : 371 371 tomes 10 (3) : Catalogue des livres de M. Du F*** négociant... [vente à Lyon, couvent des Antonins, 30 avril-12 mai 1759], A Lyon, chez les frères Duplain, 1759, in-8°.

36 B. M. Lyon : 371 371 tomes 6 : Catalogue des livres de la bibliothèque de M. le Comte de F*** dont la vente... commencera le 5 décembre prochain [-18 décembre], A Lyon, chez Pierre J. Duplain ainé, libraire rue de la Monnoie, 1771, in-8°.

37 B. M. Lyon : 371 371 tomes 19 (2) : Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. Goy... [Lyon, chez le défunt, 13-29 avril 1785] par Louis Rosset, libraire, A Lyon, de l’Imprimerie de la Ville, 1785, in-8°.

38 Dominique Varry, « Voltaire et les imprimeurs-libraires lyonnais », in Ulla Kölving et Christiane Mervaud (dir.), Voltaire et ses combats. Actes du colloque international Oxford Paris 1994, Oxford, Voltaire Foundation, 1997, 2 volumes, tome 1, p. 483-507. Idem, « Le livre clandestin à Lyon au XVIIIe siècle », La lettre clandestine, 1997, n° 6, p. 243-252.

39 A. D. Rhône : 7C 142.

40 B. N. : mss. FF 22066, f. 5-6.

41 Olivier Blanc, Les hommes de Londres. Histoire secrète de la Terreur, Paris, Albin Michel, 1989, p. 34-36. Idem, La corruption sous la Terreur (1792-1794), Paris, Robert Laffont, 1992, p. 13, 64. Ibidem, Les espions de la Révolution et de l’Empire, Paris, Perrin, 1995, p. 36, 238, 241, 243.

42 Dominique Bougé-Grandon, « Stratégie et carrière d’un libraire étranger à Lyon dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Bulletin du bibliophile, article à paraître.

43 François de Los Rios, L’art scientifique pour connoitre et exercer le commerce de la librairie..., op. cit., p. 4-35.

44 Idem, p. 16-17.

45 Cynthia Wall, “The English Auction: Narratives of Dismantlings”, Eighteenth Century Studies, Fall 1997, vol. 31, n° 1, p. 1-25.

Table des illustrations

Titre Figure. Le mouvement des ventes publiques de livres à Lyon au XVIIIe siècle
Légende N. B. : la période 1750-1759 des Affiches de Lyon n’a pas encore été entièrement dépouillée, le chiffre 3 est donc un minimum.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search