Version classiqueVersion mobile

« Varryations »

 | 
Philippe Martin

Partie 1. Hommes du livre

Les deux Nicolas, ou Lecture croisée de témoignages sur le monde de l’imprimerie des Lumières*

Texte intégral

*Cet article est paru la première fois dans la revue Études rétiviennes, Revue de la Société Rétif de la Bretonne, décembre 2006, n° 38, p. 115-130.

  • 1 Emmanuel Le Roy Ladurie, « Du social au mental : une analyse ethnographique », in Histoire de la F (...)

1En prélude à une autre communication de ce colloque, consacrée aux « historiens lecteurs de Rétif », permettez à un modeste membre de cette corporation, spécialiste d’histoire du livre et de bibliographie matérielle, de vous faire part de sa propre expérience de lecteur de Monsieur Nicolas. Mon premier contact avec ce texte remonte aux années 1975, lorsque le khâgneux que j’étais à l’époque découvrit le texte qu’Emmanuel Le Roy Ladurie avait donné à l’Histoire de la France rurale1 qui faisait alors la une de l’actualité éditoriale. Quelques années plus tard, une fois Monsieur Nicolas devenu disponible grâce à sa publication dans la Pléiade, je suis revenu à ce texte pour ce qu’il pouvait nous dire d’une question assez difficile à cerner : celle de la vie dans les ateliers typographiques de la fin de l’Ancien Régime. Les témoignages sur que pouvait être le quotidien de ces lieux sont peu nombreux, et souvent indirects. C’est dire l’intérêt des notations que Rétif donne à ce sujet… à condition de les confronter à d’autres sources…

2Après avoir rappelé la difficulté de cette reconstitution, nous examinerons deux étapes essentielles de la carrière de l’imprimeur Rétif, et de nombre de ses confrères : l’apprentissage, et la « proterie » ou l’exercice des fonctions de chef d’atelier.

Des sources rares… et disparates

  • 2 Antoine-François Momoro, Traité élémentaire de l’imprimerie, ou Le Manuel de l’imprimeur… A Paris, (...)
  • 3 Martin Dominique Fertel, La science pratique de l’imprimerie… Saint-Omer, par Martin Dominique Fer (...)

3Depuis la première représentation connue d’une librairie et d’un atelier typographique par Mathieu Husz dans une édition lyonnaise de La Grant danse macabre des hommes et des femmes de 1499 aux planches de l’Encyclopédie, les gravures décrivant ateliers et imprimeurs au travail ont été assez nombreuses. Elles sont souvent riches d’enseignements, mais le spécialiste qui les scrute sait bien que leur fiabilité a des limites, et qu’il n’en est pas une qui ne soit fautive dans quelque détail : façon de tenir le composteur, position du pressier par rapport au barreau… Les manuels professionnels, quant à eux, sont peu nombreux, et ne révèlent pas tous les secrets et pratiques du métier. Pour la France, leur nombre est limité à deux, respectivement publiés en 1723 et 1793. C’est en effet à cette dernière date qu’Antoine-François Momoro publiait son Traité élémentaire de l’imprimerie, lequel devait être réédité en 17962. Le plus ancien et sans doute le plus intéressant de ces textes est la Science pratique de l’imprimerie, rédigée et imprimée par un petit maître-imprimeur de Saint-Omer : Martin-Dominique Fertel3. Ce texte a l’avantage d’être aujourd’hui consultable en ligne. À ces deux manuels, on se doit de rajouter l’article « imprimerie » de l’Encyclopédie, rédigé par le prote de l’imprimeur Lebreton, particulièrement utile pour la connaissance du vocabulaire propre au métier.

  • 4 Donald Francis McKenzie, The Cambridge University Press 1696-1712, Cambridge, Cambridge University (...)
  • 5 Idem, Making Meaning. “Printers of the Mind” and Other Essays. Edited by Peter D. McDonald and Mic (...)
  • 6 Le rayonnement d'une maison d'édition dans l'Europe des Lumières : la Société typographique de Neu (...)

4Pour leur part, les archives d’imprimeurs-libraires sont la plupart du temps inexistantes, ou réduites à l’état d’épaves éparses… sauf quelques cas rarissimes : celles des presses universitaires d’Oxford et de Cambridge, celles du Musée Plantin-Moretus d’Anvers, et celles de la Société typographique de Neuchâtel, toutes exploitées par les historiens. À cet égard, on se souviendra de la magistrale thèse de Donald F. McKenzie4 consacrée aux presses de l’université de Cambridge, qui lui fournit la matière à son article-bombe “Printers of the Mind”5 publié en 1969, et qui devait renouveler les approches de la bibliographie matérielle. Quant à la Société typographique de Neuchâtel, active de 1769 à 1793, les 50 000 documents de ses archives comportent des comptes, des registres de paye d’ouvriers, d’envois de commandes… et une correspondance active et passive de 35 000 lettres avec toute l’Europe. D’abord signalée à l’attention des chercheurs par les travaux de Robert Darnton, cette mine a été largement mise à contribution depuis6.

  • 7 Jacqueline Roubert, « La situation de l'imprimerie lyonnaise à la fin du XVIIe siècle », Cinq étud (...)
  • 8 Jacques Rychner, Genève et ses typographes vus de Neuchâtel, Genève, Christian Braillard, 1984.
  • 9 Dominique Varry, « Le compagnon et l’atelier artisanal : l’exemple de Lyon », Revue française d'hi (...)
  • 10 Exerçant « A la colonne d’or », au 235 rue Saint-Jacques, Hardy avait commencé son apprentissage c (...)
  • 11 Robert Darnton, Le grand massacre des chats. Attitudes et croyances dans l'ancienne France, Paris, (...)
  • 12 Giles Barber, Anecdotes typographiques… by Nicolas Contat dit Le Brun… Edited with an Introduction (...)
  • 13 Philippe Minard, Typographes des Lumières. Suivi des « Anecdotes typographiques » de Nicolas Conta (...)

5Les témoignages d’acteurs de la fabrication et de la diffusion du livre sont également très rares, et parfois indirects. Sans prétendre à l’exhaustivité, rappelons les quelques pages laissées par Thomas Platter sur son expérience chez les imprimeurs bâlois du XVIsiècle, la patiente reconstitution de la situation lyonnaise du XVIIsiècle tentée par Jacqueline Roubert7, les travaux de Jacques Rychner sur Neuchâtel et Genève8, ainsi que notre modeste contribution à la connaissance du Lyon des Lumières9. Deux autres textes contemporains de Rétif doivent être ici signalés. Le premier a une portée plus large que le simple exercice du métier, il s’agit du « journal » du libraire parisien Hardy. L’imprimeur-libraire Siméon Prosper Hardy10 (1729-1806) débuta en 1764 un journal qu’il tint jusqu’en 1789, sous le titre « Mes loisirs, ou Journal d’événements tels qu’ils parviennent à ma connoissance ». Le document, conservé à la Bibliothèque nationale de France, comporte 4 100 pages manuscrites en huit volumes in-folio. Inédit pour l’essentiel, il est en cours d’édition par un groupe d’historiens franco-canadiens (Institut d’histoire moderne et contemporaine [IHMC] et Université du Québec à Montréal [UQAM]). Le second, sur lequel nous nous attarderons plus longuement ici, en le confrontant à Monsieur Nicolas, est intitulé : Anecdotes typographiques où l’on voit la description des coutumes, mœurs et usages singuliers des compagnons imprimeurs. Le document original est un manuscrit de 190 pages mesurant 34 centimètres sur 21. Un seul exemplaire en est connu. Il est daté du 1er septembre 1762, et porte une dédicace à l’inspecteur de la librairie Joseph d’Hémery (1722-1806), ainsi qu’une adresse manuscrite : « A Bruxelles chez Pierre Hardy, à la vérité ». Il a été repéré par le bibliographe anglais Graham Pollard dans la collection de la duchesse de Roxburghe, à West Horsley Place. Son itinéraire jusqu’à cette collection prestigieuse est des plus mystérieux. Le manuscrit porte un cachet de la fin du XVIIIe siècle de l’Académie des sciences de Bordeaux, et des ex-libris de divers aristocrates anglais du XIXsiècle. Peut-être a-t-il été confisqué lors de la suppression des académies en 1793, et s’est-il retrouvé, à la suite de divers aléas, sur le marché d’antiquariat… On sait par ailleurs que le marché d’antiquariat londonien a été florissant sous la Révolution, grâce en particulier à la vente de bibliothèques d’origine française. Ce texte a été partiellement rendu célèbre par un des épisodes qu’il narre, et dont Robert Darnton a fait le titre d’un de ses livres : Le Grand massacre des chats11. C’est cependant à Giles Barber qu’on doit son édition savante12. Le texte a ensuite été reproduit, sans son commentaire érudit, en annexe au livre de Philippe Minard sur les typographes des Lumières13.

6Les buts mêmes poursuivis par son rédacteur nous demeurent hermétiques. La dédicace est signée Le Brun, patronyme commun porté par plusieurs personnes dans les métiers du livre, en particulier par une famille de Rouen et un imprimeur de Douai. Plusieurs allusions du texte à l’imprimerie parisienne de Jacques Vincent (« A l’Ange » rue Saint Séverin, vis-à-vis de l’église de ce nom) permettent de déduire que le Le Brun en question est en fait Nicolas Contat, dit Le Brun. Né en 1717 ou 1718, mort en 1768, Nicolas Contat a commencé un apprentissage d’imprimerie de quatre années chez Jacques Vincent en mars 1737. Il a ensuite été prote, avant de s’orienter vers la gravure sur bois. On a de lui des bandeaux et ornements typographiques utilisés dans les imprimeries de la capitale dans les années 1750 et 1760. Un dernier ornement, isolé, est attesté sur une impression parisienne de 1781. C’est à peu près tout ce que nous savons de lui, hormis qu’il fut embastillé de juillet à début septembre 1760 pour une énigmatique affaire de fabrication de « faux moule d’empreinte pour des enveloppes de jeu de cartes ». Quoi qu’il en soit, le témoignage, même romancé, que porte Nicolas Contat rejoint sur de nombreux points celui de Rétif dans Monsieur Nicolas. C’est pourquoi il nous a paru intéressant de relire les deux textes en parallèle, en privilégiant ce que nos deux auteurs disent d’une part de l’apprentissage, et d’autre part des fonctions de prote.

L’apprentissage

7Nicolas Contat est à peu près muet sur la disposition des lieux dans lesquels son héros est amené à exercer son apprentissage. Tout en restant allusif, Rétif est un peu plus disert. Nous savons par les travaux de Gilbert Rouger, rappelés dans les notes de l’édition de Monsieur Nicolas, que l’imprimerie et la boutique de son maître l’imprimeur Fournier étaient installées dans des bâtiments différents. Nous retrouvons là une situation commune attestée partout, à Paris comme en province, par les documents d’archives, inventaires après-décès, visites policières… Rétif ajoute :

  • 14 François-Edme Rétif de La Bretonne, Monsieur Nicolas, édition établie par Pierre Testud, Paris, Ga (...)

|…] L’imprimerie était tout entière dans une grande pièce au second, à l’exception de Yeury le doyen, et d’une presse, qui étaient restés au premier, avec les gros caractères d’affiches, et des ouvrages de ville […]14

  • 15 Dominique Varry, « Les usages de l’imprimé : bibelots, bilboquets et billets d’enterrement XVIIe – (...)
  • 16 Jacques Rychner et Anne Sauvy, « Espaces de l’atelier d’imprimerie au XVIIIsiècle », loc. cit.

8Nous retrouvons là la localisation des ateliers typographiques en étages, fait souvent attesté, en particulier à Lyon, parfois jusqu’au cinquième ou sixième. En revanche, la distinction entre un espace dévolu à l’impression d’ouvrages, et un autre limité à la production des travaux de ville, affiches, billets et autres « bilboquets »15… qui faisaient le quotidien d’une imprimerie nous paraît mériter d’être relevé. Pour le reste, nous en sommes réduits à relire l’article de Jacques Rychner et Anne Sauvy16, ou à aller visiter le Musée Plantin-Moretus (tout en sachant bien que la configuration de l’atelier a été remaniée !).

9Il est malgré tout un point sur lequel les deux témoignages s’accordent : le galetas dévolu au logement des apprentis. À Auxerre, Rétif est logé dès son arrivée chez son patron :

  • 17 Monsieur Nicolas, tome 1, p. ----.

[…] Elle me montra une porte vitrée qui donnait dans la cour. Alors une bonne et jolie fille, la cuisinière, me voyant entrer mes paquets, m’aida obligeamment ; et me montrant un cabinet au-dessus des latrines, elle me dit : ‘nous allons les monter là ; c’est la chambre des apprentis’ […]17

10À Paris, en revanche, Jérôme, le héros de Nicolas Contat, n’est logé qu’à compter de la seconde année de son apprentissage :

  • 18 Anecdotes typographiques, p. 48-49.

[…] Dans un des coins d’une cour inaccessible au soleil par la hauteur des bâtiments et où règne une bise éternelle est élevé un appenti de planches à côté de la tremperie ; le bâtiment à clair-voie donne de toutes parts passage aux vents coulis. La fraîcheur de la terre jointe à l’humidité causée par le voisinage de la tremperie y produisent mille insectes. […] Cette demeure reçoit la lumière de la porte seulement. On n’y voit point de croisée, sage précaution, les apprentis ainsi que les jeunes gens sont sujets à casser les vitres. Pour meubler on y voit deux mauvais grabats que la vétusté et l’humidité du lieu ont à demi pourris. De plus une sonnette pour appeler les apprentis dont la fonction est d’ouvrir la porte aux ouvriers aussitôt qu’ils arrivent, c’est-à-dire à trois et quatre heures du matin, même en hiver. […]18

11Les deux apprentis se trouvent très vite en butte aux vexations et bizutages de leurs aînés, apprentis et compagnons. Nicolas Contat ne s’attarde pas trop sur cette réalité du métier, sinon pour narrer une lecture collective à l’atelier d’une lettre de son parrain répondant à une missive dans laquelle il évoquait les difficultés de sa situation. Rétif, en revanche, nous rapporte quelques tours comme on a dû en jouer à des dizaines de ses semblables, tel celui des gants de fer. Lors de sa première visite à l’atelier :

  • 19 Monsieur Nicolas, tome 1, p. ----.

[…] Comme je passais devant la presse de Chenou, cet homme, grand parleur et petit ouvrier, me prit la main et dit aux autres : ‘il aura besoin de gants de fer’. C’était une attrape, mais mon nouveau camarade ne m’en instruisit pas. […]19

12Il ajoute ailleurs :

  • 20 Idem, p. 319.

[…] Il [l’apprenti Boudaut] vint donc me trouver à mes ordures, et me dit d’un air désintéressé : ‘Monsieur Nicolas, il faut aller chez le serrurier, porter cette frisquette à racommoder, et en même temps vous vous ferez prendre la mesure pour vos gants de fer, attendu que si vous veniez à être obligé de travailler à la presse, vous pourriez vous estropier. […]20

  • 21 Anecdotes typographiques, p. 61-64.

13Une des étapes essentielles de l’apprentissage était celle de la signature du contrat notarié liant pour quatre ans le futur apprenti à son maître, sans possibilité d’en changer. Nicolas Contat rapporte d’ailleurs « ce qui se passe pour faire rentrer un apprenti qui n’a pas fini son temps »21. Cette signature intervenait après quelques semaines d’essai pouvant aller jusqu’à deux mois. Elle obligeait l’un envers l’autre le père de l’apprenti et le maître. Dans le cas de Rétif, il semble que ce soit un véritable contrat d’apprentissage, permettant l’accès à la maîtrise, qui a été signé le 24 septembre 1751. En revanche, pour Nicolas Contat, dont le contrat a été paraphé le 2 mars 1737, il s’agissait non d’un apprentissage en bonne et due forme, mais d’un « brevet d’allouage » :

  • 22 Idem, p. 36-37.

[…] Le jour nommé, l’apprenti va chez le notaire accompagné du Maître imprimeur, de son père ou de l’un de ses proches parents. L’on fait part au notaire des conventions, clauses et conditions dont le brevet doit être revêtu pour former un engagement solide et durable pendant quatre années sans qu’il soit permis à l’apprenti de travailler ailleurs avant la fin du temps énoncé dans le brevet. Comme aussi de ne pouvoir parvenir à la maîtrise de l’Imprimerie, ce qui a fait nommer ces sortes de brevets d’allouage, et non brevet d’apprentissage. […]22

  • 23 Sur cette question, voir : Philippe Minard, Typographes des Lumières…, op. cit.

14Ce type de contrat eut pour conséquence la constitution d’un groupe d’ouvriers-imprimeurs de seconde zone, les « alloués »23, à qui toute perspective, même chimérique, de parvenir à la maîtrise était définitivement fermée. Un des exemples les plus emblématiques de cette catégorie professionnelle est incarné par le fondateur de la dynastie Mame, auquel la Révolution (et donc l’abolition de ce système) permit de s’établir à Angers, ouvrant la voie à la génération suivante qui s’installa à Tours, et y connut le succès que l’on sait.

  • 24 Anecdotes typographiques, p. 37-41.

15En tout cas, c’est seulement à partir de la signature du contrat, quelle que fût sa nature, et de la « prise de tablier »24 qui lui valait de régaler les compagnons, que l’apprenti commençait à être considéré comme un membre de l’atelier… Ce qui n’empêchait point de voir en lui un concurrent en puissance qu’il convenait avant tout d’exploiter, sans rien lui montrer, et de dégoûter du métier ! C’est là un amer constat sur lequel s’accordent les deux textes :

16Pour Rétif :

  • 25 Monsieur Nicolas, tome 1, p. 317-318.

[…] dans toutes les professions, les compagnons ne voient qu’avec peine les nouveaux venus qui doivent partager leur pain, et ils cherchent à leur donner tous les dégoûts possibles. C’est ce qui fait qu’un tiers au moins se retire, pour aller dans un autre état essuyer la même chose. Mais alors l’apprenti dépité s’aguerrit. « Quel monde ! » pensai-je en moi-même. […] et d’ajouter […] Un apprenti était au-dessous d’un esclave, et censé n’avoir ni âme, ni sentiment, ni pudeur. C’était un vil instrument dont le compagnon faisait l’usage qu’il voulait […]25

17Quant à Nicolas Contat, il rapporte :

  • 26 Anecdotes typographiques, p. 37, p. 42.

[…] Les ouvriers ne pouvant voir sans déplaisir les Maîtres Imprimeurs avoir jusqu’à six apprentis plus ou moins, sont convenus unanimement de ne rien enseigner aux apprentis. Aussi plusieurs sont-ils obligés d’embrasser un autre état après avoir fini le temps de leur apprentissage. […] A contraire d’un commun accord ils grossissent les difficultés et tâchent de le détourner de la profession, et sont très éloignés de lui rien apprendre. S’il renonce ou s’il n’apprend rien, « c’en sera un de moins ». Il ne fera pas de tort aux autres.’ Ces termes sont consacrés et font partie du langage. […]26

18Le fait est que les deux textes s’accordent sur le même constat : à savoir que la première année d’apprentissage était utilisée à remplacer l’apprenti arrivé un an auparavant à remplir toutes les tâches subalternes, et toutes les corvées de l’atelier. L’apprentissage ne semble débuter véritablement que la seconde année. Le jeune apprenti y paraît le plus souvent abandonné à lui-même, cherchant à copier les façons de faire des compagnons, lesquels le plus souvent le repoussent.

19Rétif nous conte ainsi que son premier travail consista à ramasser les caractères tombés à terre, pour les redistribuer dans les bons cassetins de la casse, tâche sans doute bien ingrate mais essentielle pour éviter les erreurs de composition, et nécessitant la plus grande attention :

  • 27 Monsieur Nicolas, tome 1, p. 316.

[…] Le premier ouvrage que me donna Boudard [apprenti], en qualité de mon ancien, à qui ma première instruction était dévolue, ne me parut pas attrayant, à moi qui m’étais figuré que j’exercerais noblement un art distingué ; cet ouvrage fut de faire les ordures, c’est-à-dire de tirer des balayures les caractères tombés sous les pieds des ouvriers et qui étaient échappés à l’attention des balayeurs (désormais ce ne devait être que moi) […]27

20Nicolas Contat rapporte à peu près le même genre de situation :

  • 28 Anecdotes typographiques, p. 34-35.

[…] Le Prote le met entre les mains du dernier apprenti qui est chargé de lui apprendre les demeures des auteurs et correcteurs, où se portent les épreuves, le nom et la demeure des avocats, procureurs, et autres personnes qui font travailler ; on lui fait balayer l’imprimerie, les postes lui sont assignés. Il faut de l’eau pour tremper le papier, il s’arme de seaux et remplit la bassine […] Il faut de la lessive, il court chez l’épicier, achète de la potasse, met le feu au fourneau, et fait fondre la drogue dans une quantité d’eau ou de lessive suffisante. On l’appelle à la boutique […] Tel est l’embarras dans lequel se trouvent les apprentis imprimeurs pendant les deux premières années de leur apprentissage, temps destiné à courir, tirer de l’eau, balayer la rue, la cour, l’imprimerie, faire chauffer la lessive, servir les compagnons à tous les repas, porter les épreuves et faire toutes les commissions […]28

  • 29 Idem, p. 37.

21Les deux textes se rejoignent également sur l’apprentissage solitaire. Contat note pour sa part : « Il est à remarquer que les apprentis s’instruisent les uns les autres, ou plutôt apprennent d’eux-mêmes depuis que les Maîtres cherchent à multiplier les apprentis contre les règlements […] »29. Il poursuit en insistant sur le fait que, faute de recevoir des directives du prote et des compagnons, l’apprenti désireux de se perfectionner en était réduit à observer et à imiter les façons de faire de ceux de ses aînés, qui daignaient ne pas le repousser :

  • 30 Ibidem, p. 45-46.

Il n’ignore pas combien les ouvriers sont éloignés de donner aucune instruction aux apprentis. Comme[nt] faire pour se procurer les connaissances nécessaires ? On le chasse des rangs, le Prote n’a pas le temps de l’entendre, les maîtres ne se mêlent point de leur imprimerie et y paraissent rarement. Dans une circonstance si embarrassante notre apprenti a recours à son industrie. Si les ouvriers refusent les instructions qui se donnent verbalement, au moins ne peuvent-ils refuser l’exemple. Le travail n’est point caché. Jérôme est donc résolu de suivre les plus habiles ouvriers de l’imprimerie dans leurs opérations […]30

  • 31 Monsieur Nicolas, tome 1, p. 320.

22Rétif ne s’étend pas sur cet aspect des choses. Cependant, plusieurs de ses commentaires confortent cette impression d’apprentissage solitaire. La première tient surtout à la vengeance qu’il tira de son aîné en apprentissage, Boudard, montrant qu’il était plus rapide et doué que lui pour la composition, et surtout que ledit Boudard n’avait jamais fait correctement son travail de collecte et de nettoyage des caractères égarés31 : « le paresseux Boudard, qui avait entassé pendant une année ou deux son balayage, pour surcharger son successeur, fut trouvé seul coupable et sévèrement puni ». Au-delà de l’anecdote, Rétif insiste surtout sur l’étendue de ses lectures et son apprentissage littéraire solitaire… qui confortent sans doute la réalité de cette pratique de l’abandon des apprentis à eux-mêmes !

L’exercice des fonctions protiques

23Les deux témoignages sont également d’une extrême importance pour la connaissance d’une des fonctions essentielles, mais les plus mal connues de la vie d’une imprimerie : celle de prote, c’est-à-dire de chef d’atelier chargé de suppléer un « bourgeois » tiraillé entre les diverses obligations de son métier d’imprimeur-libraire, ou de faire tourner l’affaire d’une veuve de maître en attendant que les enfants mineurs puissent reprendre l’affaire. Le prote avait en effet un rôle essentiel à jouer : distribuer les tâches entre les ouvriers, superviser leur exécution, veiller à ce que chacun ait de l’ouvrage, à ce que personne ne chôme… revoir les épreuves… assurer la « banque », c’est-à-dire le paiement des ouvriers chaque samedi… Mais le prote avait également de grandes responsabilités dans la fabrication d’un livre. C’est souvent lui qui décidait de la présentation du texte, de la police et du corps des caractères, des ornements typographiques utilisés, de la ponctuation… C’est ainsi que Rétif, prote de divers imprimeurs successifs de ses livres, a vraisemblablement décidé de la composition et de la présentation de ses œuvres. Il y a là tout un champ qui attend encore qu’un bibliographe digne de ce nom l’étudie de près. Ces responsabilités nombreuses avaient pour conséquence que le prote recevait, en plus de son salaire, un exemplaire de tout ouvrage publié dans l’atelier où il exerçait… réalité sur laquelle Rétif demeure muet. En tout état de cause, un prote avait une situation sociale et financière qui le mettait, en principe, au-dessus du besoin. C’est bien là l’une des premières choses sur lesquelles Rétif s’attarde :

  • 32 Monsieur Nicolas, tome 2, p. 148-149.

[…] J’entrai chez F.-A. Q. [Quillau] pour régir son imprimerie vers le 2 juillet 1764. Je fus d’abord tout occupé de mon état. Mon gain suffit à peu près à notre dépense ; je n’avais plus de déchets à craindre. Agnès L. qui, dans les commencements, ne pouvait avoir d’ouvrage, en eut alors, en se disant femme de prote ; nous travaillâmes tous deux. C’était là sûrement la conduite qu’il fallait continuer à tenir pour vivre dans une honnête aisance […]32

24Il rappelle ensuite combien l’action du chef d’atelier pouvait être déterminante pour le développement de l’imprimerie :

  • 33 Idem, p. 149.

[…] F.-A. Q. était un jeune homme encore mineur, peu avancé, dont la maison était à faire. Je réussis, à force de travail et d’exactitude. Je montai, en trois années d’administration, son imprimerie de quatre à douze presses […]33

25Pour sa part, Contat évoque une situation assez similaire :

  • 34 Anecdotes typographiques, p. 89.

[…] Une proterie est une place qui peut satisfaire l’ambition d’un ouvrier puisque non seulement un Prote jouit d’un honoraire très honnête outre quelques petits profits, a droit de lever un exemplaire de tout ce qui s’imprime, mais même partage l’autorité avec le Maître […]34

26La description des fonctions du prote que donnent les deux textes n’est pas similaire, mais plutôt complémentaire. Alors que Rétif relève surtout les opérations relatives à la composition et à la correction des épreuves, Nicolas Contat, sans négliger cet aspect des choses, évoque davantage la tenue de l’atelier. Pour Rétif :

  • 35 Prendre du salé : se faire payer un travail non fait.
  • 36 Monsieur Nicolas, tome 2, p. 149.

[…] Mon travail, comme prote, consistait : 1, à lire toutes les premières épreuves ; 2, à veiller sur les presses, pour les obliger à faire du bon ouvrage ; 3, à surveiller et assortir tous les caractères, à les conserver, à les faire renouveler ; 4, à donner le goût aux compositeurs, pour les titres et la disposition de l’ouvrage ; 5, à faire les prix avec les ouvriers et la banque le samedi ; 6, à veiller à ce que les ouvriers ne prissent pas trop de salé35 ; en un mot à ménager les intérêts du maître et du compagnon ; 7, à voir et corriger moi-même les tierces, c’est-à-dire la dernière révision, après laquelle l’ouvrage va sous la presse et passe ensuite dans le public sans être revu par l’auteur : tâche la plus importante et la plus fatigante de toutes les fonctions protales ; 8, à faire les affaires du dehors, qui devaient être le lot du bourgeois, mais dont il se dispensait volontiers, pour vivre dans une insouciance générale, se contentant de donner un coup d’œil à son produit et à ses rentrées, une fois la semaine ; 9, à composer tout le grec des différents ouvrages. Je joignais à tout cela une attention extrême au papier, aux étendages, au nettoiement de l’imprimerie, que je venais faire faire sous mes yeux tous les dimanches et fêtes, par les apprentis. […]36

27Le texte de Contat prend, lui, le parti de nous conter la création d’une nouvelle imprimerie, dans l’aménagement de laquelle le prote joue un rôle essentiel. Il nous décrit également le bureau dévolu à ce dernier, et dont Rétif ne souffle mot :

  • 37 Anecdotes typographiques, p. 85.

Notre nouveau Prote, muni de ses patentes, est chargé de l’arrangement de la nouvelle imprimerie. Les casses se placent sur leurs tréteaux dans l’endroit le plus éclairé des appartements choisis pour former l’imprimerie […] Les presses, plus loin, s’étançonnent à une charpente construite exprès pour les arrêter et les affermir […] De suite joignant à l’imprimerie, l’on pratique le cabinet qui doit servir au Prote. Il est garni partout de fortes planches de chêne étiquetées, et portant le nom des fontes qui sont empaquetées et rangées par ordre sur toutes les tablettes. Plus loin on y voit une petite bibliothèque composée de tous les dictionnaires qui concernent les Belles Lettres. Une casse et un bureau achèvent l’ameublement […]37

28Ce décor planté, Contat peut alors, comme Rétif, évoquer les diverses opérations de relecture et correction des épreuves :

  • 38 Idem, p. 86.

Le Prote de plus est obligé de lire les dernières épreuves après qu’elles ont été lues par les Auteurs ou Correcteurs. C’est le Prote qui donne la dernière main à l’œuvre. Aussi le rend-on responsable des fautes qui pourront échapper […] L’épreuve est remise entre les mains du Compositeur qui doit corriger la première et la seconde épreuve […] Ensuite vient la tierce. C’est la dernière épreuve qui se donne après avoir mis la forme en train. Elle est pour conférer et vérifier si le Compositeur a corrigé exactement toutes les fautes marquées. Le prote a soin de faire une revue générale ; il redresse la lettre, prend garde si les caractères sont alignés, s’ils ne sont point dérangés principalement aux encoignures des pages. Il marque ce qui mord, c’est-à-dire les endroits que la frisquette couvre et qui empêchent l’impression, les endroits qui barbouillent, à quoi l’on doit remédier en collant la frisquette aux susdits endroits. Il taque et marque les endroits qui ont besoin d’être taqués ; enfin, il conduit l’ouvrage à sa dernière perfection […]38

29Ces différentes opérations listées, Contat clôt son propos, comme Rétif, en insistant sur les différentes courses et dépenses que le prote pouvait être amené à faire pour la bonne marche de l’atelier, et en décrivant la « banque » du samedi, où, avec l’aval du maître, et après avoir comptabilisé le travail effectué par chacun (nombre de pages composées et imprimées), il effectuait, dans le cabinet protique, la paye des compositeurs d’abord, des pressiers ensuite, et par ordre d’ancienneté. Là s’arrête la comparaison qu’on peut tenter entre ces deux témoignages. Alors que chez Rétif ces notations sont à glaner au milieu d’un texte foisonnant, Contat limite, lui, son propos à l’évocation de ces multiples réalités du métier d’imprimeur. Il pousse même le détail jusqu’à narrer, dans le chapitre suivant intitulé « Ouvrages prohibés appelés Marrons », comment un bon prote poussé par l’appât du gain facile pouvait se transformer en un imprimeur clandestin… terrain sur lequel Rétif ne le suivit pas !

30Nous avons choisi d’insister dans ces quelques pages sur l’apprentissage, thème sur lequel Rétif est sans doute le plus disert, et dont Contat brosse un tableau facétieux mais sans complaisance. Nous avons ensuite insisté sur les présentations précieuses que les deux auteurs nous donnent du rôle trop oublié du prote. Le parallèle entre les deux récits pourrait être prolongé. Les deux narrateurs ont travaillé à l’Imprimerie royale. Comme par hasard, tous deux l’évoquent sans concessions, en donnant une image fugace, mais assez négative.

  • 39 William Hanley, A Biographical Dictionary of French Censors 1742-1789. Volume 1 : A-B, Ferney-Volt (...)

31Nous pourrions également développer le thème de la police du livre. Contat consacre plusieurs pages à la question de la production clandestine du livre prohibé. Pour sa part, Rétif évoque le rôle des censeurs royaux. Il en commente même une liste de noms, qui est comme l’amorce d’un dictionnaire… qui est aujourd’hui en cours39.

32Comme nous l’avons souligné, ces deux textes ne sont pas aussi fictionnels qu’ils le paraissent. Ils constituent de véritables et rares témoignages sur le vécu quotidien des « Gens du livre »… qui demeure trop souvent insaisissable à l’historien contemporain.

33Une question demeure cependant pendante : les deux Nicolas se sont-ils connus ? Se sont-ils rencontrés ? Il est à peu près certain que Rétif n’a jamais lu le texte de Contat demeuré manuscrit et inaccessible jusqu’à une période récente. Mais… nous savons que Quillau, comme d’autres imprimeurs parisiens, a utilisé des ornements (bandeaux, culs-de-lampe…) gravés par Nicolas Contat dit Le Brun, et ce, à une époque où Rétif était le prote de son atelier, et pouvait à ce titre choisir le matériel qu’il utilisait et faisait acheter… Il n’est donc pas interdit de rêver à une ou plusieurs rencontres entre nos deux auteurs, dans un milieu qui demeurait somme toute bien circonscrit. Quoi qu’il en soit, leurs textes se répondent.

  • 40 Monsieur Nicolas, tome 2, p. 630.

34Tout comme Rétif, Contat pourrait reprendre à son compte l’affirmation de Monsieur Nicolas : « Je suis un livre vivant, ô mon lecteur ! lisez-moi ! Songez, pour vous y encourager, que vous voyez la nature, la vérité, destituées de tous les ornements romanesques du Mensonge. »40

Notes

1 Emmanuel Le Roy Ladurie, « Du social au mental : une analyse ethnographique », in Histoire de la France rurale, op. cit., p. 443-503. Un extrait de ce texte, intitulé « L’ethnographie à la Rétif », a été publié par Emmanuel Le Roy Ladurie dans : Le territoire de l’historien II, Paris, Gallimard, 1978 (coll. Bibliothèque des Histoires), p. 337-397.

2 Antoine-François Momoro, Traité élémentaire de l’imprimerie, ou Le Manuel de l’imprimeur… A Paris, chez A. F. Momoro, 1793. (Réédité en 1796, reprint en 1971).

3 Martin Dominique Fertel, La science pratique de l’imprimerie… Saint-Omer, par Martin Dominique Fertel, 1723, in-4°. Un reprint, presque plus rare que l’originale, a été publié à Farnborough, chez Gregg International Publishers, en 1971. Ce texte est désormais disponible sur le site du pôle universitaire de Lille. [En ligne] < http://polib.poleuniv-lille-npdc.fr/data/XVIII/II/1/ >.

4 Donald Francis McKenzie, The Cambridge University Press 1696-1712, Cambridge, Cambridge University Press, 1966.

5 Idem, Making Meaning. “Printers of the Mind” and Other Essays. Edited by Peter D. McDonald and Michael F. Suarez, Amherst and Boston, University of Massachusetts Press, 2002. L’article en question, “Printers of the Mind: Some Notes on Bibliographical Theories and Printing-House Practices”, y est reproduit p. 13-85. Voir aussi : Michael Winship, “‘Printers of the Mind’ Revisited”, Books and Bibliography. Essays in Commemoration of Don McKenzie, Wellington (NZ), Victoria University Press, 2002, p. 69-78.

6 Le rayonnement d'une maison d'édition dans l'Europe des Lumières : la Société typographique de Neuchâtel 1769-1789. Actes du colloque organisé par la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel et la Faculté des lettres de l'Université de Neuchâtel, Neuchâtel, 31 octobre-2 novembre 2002. Textes publiés par Robert Darnton et Michel Schlup, avec la collaboration de Jacques Rychner... Neuchâtel, Bibliothèque publique et universitaire, Hauterive, Éditions Gilles Attinger, 2005.

7 Jacqueline Roubert, « La situation de l'imprimerie lyonnaise à la fin du XVIIe siècle », Cinq études lyonnaises, sous la direction d'Henri-Jean Martin, Genève-Paris, Droz, 1966, p. 77-111.

8 Jacques Rychner, Genève et ses typographes vus de Neuchâtel, Genève, Christian Braillard, 1984.

Idem, « Fonctions et tribulations d'un prote au XVIIIe siècle : Jacques-Barthélemy Spineux 1738-1806 », Aspects du livre neuchâtelois… par Jacques Rychner et Michel Schlup, Neuchâtel, Bibliothèque publique et universitaire, 1986, p. 187-269.

Jacques Rychner et Anne Sauvy, « Espaces de l’atelier d’imprimerie au XVIIIsiècle », Le livre et l'historien. Études offertes en l'honneur du Professeur Henri-Jean Martin, réunies par Frédéric Barbier, Annie Parent-Charon, François Dupuigrenet Desroussilles, Claude Jolly, Dominique Varry, Genève, Droz, 1997, p. 291-318.

9 Dominique Varry, « Le compagnon et l’atelier artisanal : l’exemple de Lyon », Revue française d'histoire du livre, n° 106-109, 2001, p. 93-118. (Actes du colloque Les Trois révolutions de l'imprimerie, Lyon-Paris, 16-21 novembre 1998).

10 Exerçant « A la colonne d’or », au 235 rue Saint-Jacques, Hardy avait commencé son apprentissage chez Gabriel François Quillau en mai 1748, et avait été reçu maître le 15 mai 1755.

11 Robert Darnton, Le grand massacre des chats. Attitudes et croyances dans l'ancienne France, Paris, Robert Laffont, 1984.

12 Giles Barber, Anecdotes typographiques… by Nicolas Contat dit Le Brun… Edited with an Introduction and Notes by, Oxford, Oxford Bibliographical Society, 1980. Ci-après désigné par Anecdotes typographiques.

13 Philippe Minard, Typographes des Lumières. Suivi des « Anecdotes typographiques » de Nicolas Contat (1762), Seyssel, Champ Vallon, 1989.

14 François-Edme Rétif de La Bretonne, Monsieur Nicolas, édition établie par Pierre Testud, Paris, Gallimard, 1989, 2 volumes, tome 1, p. ---. Ci-après désigné par Monsieur Nicolas.

15 Dominique Varry, « Les usages de l’imprimé : bibelots, bilboquets et billets d’enterrement XVIIe – XIXe siècles », Les chartes de mariage lyonnaises. Publication de la journée d’études dirigée par Olivier Christin, qui s’est déroulée le lundi 13 mai 2002 au musée Gadagne, à Lyon. Lyon, Musée Gadagne, 2004, p. 47-59.

16 Jacques Rychner et Anne Sauvy, « Espaces de l’atelier d’imprimerie au XVIIIsiècle », loc. cit.

17 Monsieur Nicolas, tome 1, p. ----.

18 Anecdotes typographiques, p. 48-49.

19 Monsieur Nicolas, tome 1, p. ----.

20 Idem, p. 319.

21 Anecdotes typographiques, p. 61-64.

22 Idem, p. 36-37.

23 Sur cette question, voir : Philippe Minard, Typographes des Lumières…, op. cit.

24 Anecdotes typographiques, p. 37-41.

25 Monsieur Nicolas, tome 1, p. 317-318.

26 Anecdotes typographiques, p. 37, p. 42.

27 Monsieur Nicolas, tome 1, p. 316.

28 Anecdotes typographiques, p. 34-35.

29 Idem, p. 37.

30 Ibidem, p. 45-46.

31 Monsieur Nicolas, tome 1, p. 320.

32 Monsieur Nicolas, tome 2, p. 148-149.

33 Idem, p. 149.

34 Anecdotes typographiques, p. 89.

35 Prendre du salé : se faire payer un travail non fait.

36 Monsieur Nicolas, tome 2, p. 149.

37 Anecdotes typographiques, p. 85.

38 Idem, p. 86.

39 William Hanley, A Biographical Dictionary of French Censors 1742-1789. Volume 1 : A-B, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIsiècle, 2005. Les volumes suivants sont en préparation.

40 Monsieur Nicolas, tome 2, p. 630.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search